Skip to main content

Full text of "Hydraulique Agricole: Amenagement Des Eaux, Irrigation Des Terres ..."

This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . com/ 



mi 



B M SDO Eoa 



^ ^A 






i 



tt 



"^•■^-J 



• 'V 



" V 




•; •: 



Digitized by 



Google 



•• 



Digitized by 



Google 



1 



Digitized by 



Google 



ENCYCLOP^DIE 



liES 



TRAVAUX PUBLICS 

Fonrlfie t»nr M.-C. LECHALAS. Insji' gen" <les I'ouU el Chaussi-es 



HYDRAULIQUE AGRICOLE 

AMENAGEMENT DES EAUX. 

IRUIGATlOiN DES TEHRES LAROl'nABLES, 

DES CULTURES MARAICHERES, DES JARDINS, DES PRAIRIES, ETC. 

CREATION I:T EMTRETIEN DES FRAmiES. 

DESSeCHEMENTS, DESSALAGE, IJMONAGE ET COLMATAGE, 

CURAOES. IRRIGATION ET DRAINAGE COMBINES. 

RENSEIGNEMEMS COMPLtMENTAIRES, TECHNiQLES 

ET ADMINISTRATIFS 



'AR 



J. CHARPENTIER DE COSSIGNY 

ANCIEN P,LEVK DK L'^^COLE POLYTKCHMQIJK 

LAURfiAT DE LA feOGl&TE DES AGIilCULTEURS im FRANCE 

INOtNIEUK CIVIL 



M0XI£ME EDITION, REVUE ET AUGMENTfiE. 



PARIS 

LIBRAIRIE POLYTECHNIQUE 

BAUDRY rr C-, LlBIUIUES-EDntllRS 

Ml^Mli: MAISON A LIEOE 
1889 

TOgS DROITS nB!^£lkVKS 



Digitized by 



Google 



o 

Oo 



R-SE 



Digitized by 



Google 



TABLE DES HATitiRES 



Rapport a la Society des AgricuN 
teurs de France 



Pages 
XI 



CHAPITRE I" 

G^NfiRALIT^S SUR LE8 IRRIQA- 
TI0N8 

I 1. notions pr61imlnaire8 
4. Definitions 1 

2. Historique 2 

3. Importance des irrigations... . 2 

4. L'eau, agent indispensable de 

la vegetation 3 

5. InsUfBsance fr^q** des pluies. 4 

I 2. Substances contenues dans 
Teau 

6. Ma ti Ares niindrales en dissolu- 

tion dans Feau 5 

7. Azote de Tammoniaque et de 

Tacide azotique dans I'eau 
^'irrigation 8 

8. Gaz dissous dans Tean 10 

9. Mati^res solidcs en suspension 

dans Peau 15 

10. Azote contenu dans leslimons. 17 

11. Utilisation sp6ciale des limons. 18 

i 3. Distinction A faire selon les 
climats 

12. Avantage do irrigation des 

terres cultiv^s dans le Midi . 19 

13. Dans le Nord, I'irrigalion est 

surtout appliqu6e aux prai- 
ries 20 

14. Les irrigations auti'es que cel- 

les des pr^s peuvent-elles 
dire ^tendues au de\k des 
contrdes m6ridionales? 20 

i 4. Intermittenoe de I'iriigation. 
Colature 

15. L'irrigation doit dtre intermit- 

tente 23 

16. Organisation de rirrigation iu- 

terniittente 24 

17. Evacuation des eaux super- 

flues 23 

18. Influence de la permeability 

dusol 25 

19. Defoncement pri^alable des ter- 

rains k irriguer 26 



Pages 
{ 5. R6sum6 du premier chapitre 

20. Richesses emport6es par les 

fleuves 27 

21. Richesses creees par l'irriga- 

tion 28 

22. L'irrigation n'est point insalu- 

bre 29 



CHAPITRE II 

AMiNAGEMENT AGRIGOLE DES 
EAUX 

2 1 . Eanz superflcielles et sonter- 
ralnes 

23. Kmploi des eaux pluvialos... 30 

24. Emploi des eaux ae drainage. 31 

25 . Emploi des sources 32 

26 . Qaptage des sources 32 

27. Emploi de conduites souterrai- 

nes pour Teau de source.. . . 35 

28. Puits ordinaircs ou for^s 37 

i 2. H^serroirs d'irrigation 

29. Utility des reservoirs 37 

30. Reservoirs 6tablis au-dessus 

dusol 38 

31 . Reservoirs d'irrigation creus^s 

dans le sol 39 

32. Petits reservoirs pour I'irriffa- 

tion des prairies dans les 
montagnes 40 

33. Etangs servant de reservoirs 

d'*irrigation 41 

34. Construction des digues d*e- 

tangs 44 

35. Dispositions generales des pri- 

ses d'eau dans les reservoirs. 45 

36. Bondes des etangs fran^ais... 46 

37. Modification du dispositif pre- 

cedent 47 

38. Disposition usitee'en Italic pour 

les prises d'eau des reservoirs 50 

39. Reservoirs dans les gorges des 

montagnes 51 

40. Grands reservoirs d'irrigation. 53 

41 . Insalubrite des etangs 53 

42. Donnees relatives aux dimen- 

sions des reservoirs 55 

{ 3. C!ours d'eau naturels 

43. Emploi des ruisseaux, torrents 

et rivieres 38 

44. Les irrigations seraient sou* 



Digitized by 



Google 



VI 



HYDHAL'LIQUE AGRICOLE 



Pages 
vent le mcilleur mode d'em- 
ploi des rivieres 59 

45. Observations relatives aux ri- 

vieres qui sorlent frcquem- 
inent de leiir lit 60 

46. Principos de la deviation des 

cours d'eau 60 

47. Confection des petits barrages. 62 

48. Obsen'ations gc^neralessur Ics 

barra;;es des rividres 62 

49. Barrages ii oho valets 64 

50. Barrages en charpentc et pier- 

res 64 

51 . Emploi du beton dans les bar- 

rages. 65 

i 4. Canaux d'irrigation 

52. (ISanaux de derivation executes 

par des particuliers 66 

53. Grands canaux d'irrigation. .. 66 

54. Divers modes d'ali mentation 

des canaux d'irrigation .... 67 

55. Canaux de navigation ot d'ir- 

rigation 67 

56. Navigation surles eaux d'irri- 

gation 68 

57. Avantages 6conomiques des 

grands canaux d'irrigation. 68 

58. Dimensions ordinaires des ca- 

naux d'irrigation 69 

59. Canaux u parois en ma^onne- 

rie 70 

60. Canaux h. parois en terre 70 

61. Rigoles principales de distri- 

bution 72 

62. Canaux partag^s en plusieurs 

biefs 73 

63. Terrassements relatifs (l la 

construction des canaux... 74 

64. Moyens de combattre les inGl- 

trations 74 

65. Canaux et rigoles dans les ter- 

rains fortement inclines 75 

66. Canaux franchissanten siphon 

des depressions ou des obs- 
tacles 76 

67. Vunoos propres aux canaux 

d'irrigation 78 

68. Vannagcs&poutrclles ou plan- 

ches mobiles 82 

69. Vanncs pour les petits canaux. 84 

70. Vannesamoviblos en t61e,pour 

les rigoles 84 

71. Petits aqneducs et ponci*aux.. 85 

72. Buses pour *les plus faibles 

rours d'eau 85 

73. Ponceaux provisoires ou por- 

tatifs 86 

74. Ponceaux fixes en bois 87 

75. Ponceaux rustiques en pierre. 88 

76. Petits ponceaux tubulaires en 

briques et ciment 88 

77. Ponceaux tubulaires de grands 

diamctres 91 

78. Buses en b6ton comprime.... 92 

t 5. ^l^vation m^oanique des eaux 

79. Eau eievee par la force mo- 



Pages 
trice ducourant oil on Ta 
prise : 

Roues & godets 92 

B^liers hydrauliqQes 94 

80. Moteurs hydrauliques : 

Roues k aub«s 96 

Roues k augets 96 

Turbines 96 

Machines k colonoe d'eau ... 97 

81. Moteurs i vapeur 98 

82. Moteurs actionnes par le vent 98 

83. Moteurs animds 103 

84. Machines eievatoires propre- 

ment dites i06 

85. Roues hollandaises 106 

86. Vis d'Archimede i07 

87. Tympans 107 

88. Pom pes proprement dites... 107 
88 bit. Chapelet vertical 108 

89. Noria Ill 

90. Elevateurs k force centrifuge 112 

CHAPITRE III 
DE L'EAU d'irrigation 

i 1. Quantity d'eau n^cetsaire 

91. Comment on indique la quan- 

tity d'eau employt-e en irri- 
gation 115 

92. Volume minimum d'eau utili- 

sable 116 

93. Quantites d'eau employees 

dans le Midi pour les ter- 
res labourables 117 

94 . Quantite d'eau necessaire pour 

lesjardins 119 

95. Quantite d'eau necessaire pour 

les rizieres 119 

96. Quantite d'eau applicable d 

I'irrigation des prairies dans 
IcMidi 120 

97. Quantites d'eau employees k 

rirrigation des prairies dans 
le Nord et le centre de la 
France 121 

S 2. Action de I'eau d'irrigation 
sur les prairies 

98. Malieres mincrales fournies 

au sol par I'eau d'irrigation. 122 

99. Azote fourni au sol par Teau 

d'irrigation 123 

100. Rdle de I'oxigene dissous dans 

I'eau d'irrigation 124 

101. Influence des saisons et de la 

.temperature 124 

102. Epuisement deTeau d'irriga- 

tion 125 

103. ElTels diffe rents des arrosa- 

ges selon les volumes d'eau 
employes 126 

104. Influence de la pente de la 

prairie sur la puissance de 
I'irrigation 127 

105. Influence de la lumiere sur 

les efl^uts de I'irrigalion. ... 129 

106. L*action de I'eau doit eire in- 

termittente 129 



Digitized by 



Google 



TABLE DES MATIfiRES 



VII 



Paget 

I 3. Qualit^s diverses des eauz 
d^irri^ation 

107. Eaux limoneuses 130 

108. Eaux chargees d'acide carbo- 

nique 132 

109. Eaux calcaires 132 

110. Eaux min^ralcs di verses 133 

111. Eaux provenant des bois, 

bniyeres ou marais 133 

112. Influence de la temperature 

do Teau 126 

113. Influence de I'a^ration.. ..... 137 

i 4. Valeur v^nale de Teau 
d'irrigation 

114. Redevances payees, dans le 

Midi, pour Teau d 'irriga- 
tion 137 

115. Valeur inlriaseque de I'en- 

grais apporti par Teau 
d'irrigalion 138 

116. Prix de revient de I'eau pour 

quelques agricuiteurs du 
Midi 139 

117. Conclusions relatives aux ir- 

rigations dans le Midi 140 

118. Valeur de I'eau appliqu^e k 

I'irrigatioa des prairies dans 

le Nord 140 

CHAPITRE IV 

IRRIGATION DES CULTURES 
DIVERSES 

I 1 . Dispositions g^n^rales 

110. liltude et disposition d'ensem- 

ble d'une irrigation 142 

120. Exemple d'un terrain dispose 

pour rirrigation 144 

121. Utility d'un plan pour la re- 

daction d'un projet d'irri- 
gation 148 

i 2. M^thodes d'ixrigation appU- 
cables aux terres labourables 

122. Arrosagc par d6versement. . . 148 

PraciioDnement des champs 

en planches loO 

Cas d'un terrain plat 1 52 

Dimensions k donner aux 

champs irrigu^s 153 

Mndificat* dontle systemepar 

d^versement est susceptible.. 153 

Application aux terres culti- 

v4e» k la charrue 154 

Avanta^es et inconvdnients 

de I'lrrigation par d^versement 1 55 

123. Irrigation par submersion... 156 

124. Methoded'irrigalion iilaraie. 158 

125. Irrigation par iDfiitrationdaus 

lo sous-sol 101 

$ 3. Irrigation des cultures marai- 
cndres et des jardins 

126. Conditions g^nerales de I'irri- 

gation des jardins 163 

127. Methodes d'irrigationapplica- 

bles aux jardins 164 



Pages 

128. Exeinples des jardins potagors 

irrigues 165 

129. Construction des rigoles per- 

manentes dans les jardins. 171 

130. Conduiles d*eau souterraines 

dans les jardins. 173 

131. L'irrigation des jardins est 

applicable dans tous les 
climats 175 

S 4. Irrigation des plantations 
d'arbres 

132. Irrigation des vergers 177 

133. Irrigation des plantations d'a- 

lignement dans les villes.. 179 

I 5. Irrigation des coteaux 

134. Irrigation des terrains incli- 

nes 179 

135. Irrigation des terrains dispo- 

ses en termsses 180 

136. Terrasscs separees par des 

talus gazonn6s 181 

CHAPITRE V 

APPLICATION AUX PLANTES 
USUELLES. — RIZIERES 

J 1 . Prinoipes g6n6raux 

137. Saisons ou se donnent lesar- 

rosages 183 

138. Influence de Pirrigation au 

point de vuc des labours et 
Linages 185 

139. Moment que Ton doit chcisir 

pour arroser 185 

140. DeTabondancedesarrosages. 186 

141. Intervalles entre les arrosa- 

gcs 187 

142. Cas oCi il faut s'abstenir d'ar- 

roser certaines plantes. ... 187 

143. Cultures qui ont plus parti- 

culi^rement besoin de I'ir- 
rigation 188 

144. La pratique no ooniporte pas 

de int'ihodcs ab^oiues 188 

S 2. Irrigation des plantes usuelles 

145. C^r^alcs 189 

146. Mais-fourrage.. 191 

147. Haricots. 191 

148. Pois 192 

149. FtHes 192 

150. Prairies de gramin^es. 192 

151. Luzerne 193 

152. Trifle 194 

153. Fourrages-jacheres divers.... 194 
15i. Sorgho 8ucr6 195 

155. Pommes de terre 195 

156. Betteraves 196 

157. Carottes 197 

158. Raves et navets 197 

159. Palates 198 

160. Choux 198 

161. Aubergine 198 

162. Pimenl 198 

103. Citrouille8,melons,pa8tdques. 198 



Digitized by 



Google 



VIII 



HYDRAULIQUE AGRICOLE 



Pages 

i64. Chanvrc i99 

103. Lin 199 

166. Garderc 199 

167. Garance [ 200 

168. Persica ire, pastel, nopal. 200 

169. Plantes olcagineuses 200 

170. Tabac 201 

171 . Planles d parfums 201 

172. Plantes potageres 202 

173. Cultures arborescentes 202 

174. Granger 204 

175. Grenadier * 204 

176. Miirier *'.' 205 

177. Arbres fruiliors en plains 

. champs 205 

178. Olivier *. . 206 

179. Vigne 207 

I 3. Itizidres, 180 208 

CHAPITRE VI 
EMPLOI DES fiAUX IMPDRES 

181. Principe ih^orique de I'em- 

ploi des eaux i nop u res en 
irrigation 211 

182. N(^cessit6 d'une flllrationlente 212 

183. Conclusion 4 tirer des exp6- 

riences priced***, au point 

dc vue agricole 212 

184. Convenance d*une grande di- 

lution 213 

185. Les uaux industrielles sur les 

teri'es en culture 214 

186. Eaux impures employees k 

rirrigation des prairies 213 

187. Eiiffrais liquides des fermes, 

dilues 216 

188. Observations relatives aux 

r6sidus solides 21 6 

189. Rosumi^sur I'einploi des eaux 

charg^es de residus 217 

CHAPITRE VII 

METHODES APPLIGABLES A L'IR- 
RIGATION DES PRAIRIES PER- 
MANENTES 

I 1, G^n6ralite8 sur rirrigation 
des prairies 

190. G'est, en general, I'irrigation 

qui fait les prairies 218 

191 . Iraportanco fondamenlale des 

irrigations d'hiver, 21 9 

192. Dispositions prelirainaires p' 

I'irrigation des prairies 220 

{ 2. M^thode d'irrigatioii par 
rigoles de niveau 

193. Disposition du sol de la prai- 

rie 220 

194. Esprit de la m6tliode.* .' ! .' .* .* .' .* 221 
193. Gas ou la inline can doit par- 

courir une grande etendue 

de prairie 221 

196. Egoullage de la prairie dans 

les intervalles des arrosnges 224 



Pagei 

1 97 . Rigoles trecoulemenl 223 

198. Gas ou I'eau doit 6lre evacuee 

apr^s un court Iraiet 220 

199. Canal d'aniende de I'eau 228 

200. Rigoles de distribution : 

Jonction avec le canal d'ame- 
n^e 229 

Profil des rigoles de distribu- 
tion 229 

Position et distance des rigo- 
les disiributrices 230 

201. Rigoles de niveau : 

Profll transversal de ces ri- 
goles 232 

Kmbrancbement des rigoles 
de niveau sur les rigoles de 
distribution 234 

Longueur et pente das rigo- 
les de niveau 236 

Oistance des rigoles de ni- 
veau entre eiles 237 

Avantages et iuconv^nieuts 
de irrigation par rigoles de 
niveau 240 

I 3. Irrigation par d^Tersement 

202. Mfethode d'irrigation par d^ 

versement 242 

i 4. li^thode d'irrigation par 
rigoles inclin^es 

203. Apercu g6n6ral 243 

204. Ensemble d'une irrigation. . . 244 

205. Rigoles d'6couleinent 246 

Emploi de I'eau plus ou moins 
prolong^ 247 

206. Rigoles d'arrosage 247 

207. Avantages et inconv6nients 

de Pirrigation par rigoles 

H eau courante 248 

{ 5. Methode d'irrigation par 
planches en ados 

208. Objet do la nielhode 249 

209. Formes et dimensions les plus 

ordinaires des planches. . . 250 

210. Dimensions transversales des 

rigoles de deverseinent. ... 252 

211. Pente des rigoles de d^verse- 

mcnt 252 

212. Pente des rigoles dc colature. 253 

213. Dimensions des rigoles de co- 

lature 253 

214. Inclinaison lat^rale etlargeur 

des planches 253 

215. Hauteur ou relief des plan- 

ches 254 

216. Longueur des planches 255 

217. Considerations relatives aux 

dimensions des planches.. 256 

218. Principaux modes de groupe- 

ment des planches : 
Planches dirigAes transversa- 

lement a la pente 258 

Autre disposition des plan- 
ches en terrain borisontal 260 

Planches dispos^es dans le 
sens de la pente de la prairie. 261 

219. Modificalions dont la forme 

des planches est suscepti- 
ble ; 



Digitized by 



Google 



TABLE DES MATIERES 



IX 



Pages 

PUucheH de grandes dimen- 
sioas 204 

Piinches «n gradins, arro- 
8^es par parties sucr.easives. . . 

Planches en gradina avec 
reprises d'eau 

Planches k Aancs in^^aux. . 

Irrigation par derai-plaucbes. 

Planches sur plan irreguUer. 

220. Disposilions parLiculiOres re- 

latives aux rigolea Uistri- 
butrices 870 

221. Disposition d'eiiseiubie d'unc 

prairie irrignee pur plan 
ciies 

222. Avantages et inconvt^nients 

deTiiTigationpar planches. 



265 

2GG 
267 
268 
269 



273 



275 



CHAPITUE VIII 

CREATION ET ENTRETIEN DES 
PRAIRIES 

% i. Terrassements 

223. Gros terrassements parliels.. 277 

224. Precautions a prendre dans 

le cas d'un inauvais sous- 
■ sol 279 

225. Cas oil Ics planles pr^existan- 

tes sont de niauvaise na- 
ture 280 

226. Cas d'un terrain qui a 6te 

cultiv6 i la charrue 280 

227. Moyens d'cx^cution des ter- 

rassements 281 

2*8. Enlev. ct repose 6u gazon.. 284 

I 2. Rigoles 

229. Uonfection des petiles rigoles 

rectnngulaires 287 

230. Kmploi nu gazon provenant 

des rigoles 288 

231 . X^harrue rigoleuse 289 

232. J^igoi^'s d^ns les terrcs non 

encore gazonn6es 289 

233. ^x^Qulion des rigoles de (lis- 

, triljulion 290 

234. Trac6 des rigoles de niveau. . 290 

235. Traced des rigoles de distribu- 

tion 294 

236. KmpJoi du niveau d*eau 295 

j237. jjmploi du niveau do magon. 295 

238. Aclievement du trac6 des ri- 

goles de niveau 297 

239. Maniere de donner do la penle 

aux rigoles 298 

S 3. Planches en ados 

240. Construction des planches en 

ados. — Etude d'onserable. 299 

M^thode siraplifl^e pour la 
formation des piancbes 300 

241. M6tliode de refection totale 

des prairies 301 

242. Compensation des debluis el 

reniblais 301 

243. Trace des planches en ados, 304 



Pages 
I 4. EInsemenoement des prairies 

244. Emploi des foods de fenil. . . 305 

245. Emploi des graines recoltees 

sp^cialemontpoursemonce. 305 

246. Kpoifuo de la scmaillc 307 

247. Soins it donner apr6s la se- 

maille 307 

$5. Entretien des prairies 
irrigates 

248. N^cessite d'un bon entretien. 309 

249. Condition essentielle 309 

250. Travaux de I'irriffateur de 

prairies, suivant les sai- 
sons 310 

251 . Surveillance des arrosages. . . 312 

252. Petits barrages pour les rigo- 

les des prairies 313 

253. Taupini^res 314 

254. Destruction des plantes nui- 

, sibles 317 

255. Euoquedelafenaison. 318 

256. Paturago des prairies irri- 

gu^es 319 

S 6. Amendements et engrais 

257 . Amelioration d'un terrain deja 

gazonn6 321 

Quest, du r^nsemencenient * 
des prairies 322 

GHAPITRE IX 

DESSECHEMENTS, GOLMATAQE, 
DRAINAGE, CURAGES, ETC. 

i 1. Dessdohements 

258. Assainissement d'une vall6e 

mar^cageuse 323 

259. Lacs, etangs et terrains en 

forme de bassins 323 

260. Dcss^chement des etangs sa- 

16s situcs pr6s des cAles. . . 324 

J 2. Dessalage 

261. Cas ordinaires 326 

262. Bords de la M6diterron6e. — 

Camargue 326 

I 3. Limonage et colmatage 

263. Principe dos limonages 328 

264. DifT^rentesmelhodcs de limo- 

nage 329 

265. Limonages des sols infertiles. 329 

266. Terres arides converlies on 

prairies par le limonage. .. 330 

257. Execution des limonages. ... 330 

268. Objet du colmatage 332 

269. Circonstances favorables au 

colmatage 333 

270. Canal d'amenee deseaux des- 

tinies au colmatage 334 

271. Evacuation des eaux de col- 

matage. 335 

272. Procich*' de colmatage inter- 

mittent 335 

273. Avantages et incoovenients 

du colmatage intermittent. 338 



Digitized by 



Google 



X 



HYDRALLIQUK AGRICOLE 



Pages 
274. Procede de colinalage con- 

tinu 338 

273. Casd'un terrain horizontal.. 339 

276. Gas d'un terrain en plan in- 

cline 341 

277. Gas d'un terrain ayant une 

surface courbcquelconque. 343 

278. Avantages du i)roc6de de . 

colmatage conlinu 345 

279. Moyens de lircr parti du ter- 

rain pendant lo colmatagc. 345 

S 4. Drainage 

280. Avantages du drainage 347 

281. Tuyaux 348 

282. Traces 349 

283 . Ddtails d'execulion . 350 

284 . Travaux accessoires 352 

285 . Drains collecteurs 352 

286. Prix de revient 353 

287. Racines 353 

288. Drainage vertical 353 

289. Resultals 354 

290. Aphorisme de Belgrand 354 

i 5. Curages 

291 . Ruisseaux et rivieres non na- 

vigables ni flottables. . . 355 

292. Impuissancc relative de Pin- 

dividu 356 

293. Impuissaace relative de la 

commune 356 

294. Bassin de la Braye 356 

295. Necessity des syndicals. 357 

296. Action du pr6fet 357 

297. Lcs plautes aquatiques 357 

CHAPITRE X 

IRRIGATION ET DRAINAGE 
COMBINES 

g 1. Introduction 

298. Emploi des foss6s k ciel ou- 

vert dans lcs prairies 359 

299. Superiority du arainage sou- 

terrain 360 

300. Drainage partiel, isol6 de Pir- 

rigalion 363 

{2. Drainage et irrigation combines 

301. Gombinaisons dans lesquelles 

on fait servir les drains a 



Pages 
Pirrigation 368 

302. Drainage et irrigation pou- 

vant fonctionner allernati- 
vcmenl. 369 

303. Description des appareils p«" 

la fermeture des drains : 

Appareil allemand 375 

Autre appareil, en terre cuite. 377 

304. Mar/;he des arrosages 379 

305. Principcs et avantages de la 

maiiode 380 

306. Dispositions employees en Al- 

lemagne 381 

CHAPITRE XI 

RENSEIGNEMENTS COMPLEMEN- 
TAIRES, TECHNIQUES ET AD- 
MINISTRATIFS 

§ 1. Jaugeages 

307. Jaugeagedescauxcourantes. 382 

$2. Pentes et sections des canauz ; 
Titesses-limites 

308. Ktablissement des canaux... 388 

309. Pentes des canaux. — Vites- 

ses-limites 391 

i 3. Administration d'une 
concession 

310. Le proffres agricole 394 

311 . Canal d'irrigation du Verdou. 394 

312. Syndicats 395 

I 4. Quelques chiffres de statisti- 
que des irrigations 

313. Statistique 396 

I 5. Cas d'impuissance des 
syndicats 

314. Condition d*une distribution 

r6guli6re des eaux d'irri- 
gation 397 

315. Les syndicals 398 

316 . Canal de Marseille 398 

317. Canal des Alpines 399 

318. Trois exemples de fonction- 

nement r^gulicr 399 

319. Conclusions sur les syndi- 

cals pour de grandes irri- 
gations. 399 



ERRATA 



Pago 108, ligne 26, au lieu de : n<» 91, liscz : n« 90. 
-^ — au lieu do : 88, lise^ : 88 bis. 



Digitized by 



Google 



SOClfiTfi DES AGUICULTELKS DE FRANCE 



Rapport presente, dans la session generate de 1873, au nom 
de la Commission du concours relatif aux irrigations, par 

M. GUIBAL. 

« La Soclele, dans sa seance du 23 Janvier 1872, a de- 
cide qu'un prixde 2.000 fr. et une medailleseraientdonnes 
au meilleur ouvrage ou memoire ayant pourobjet d'etablir, 
au point de vue de la production agricole, les principes 
theoriques et pratiques de Tirrigation propres aux differen- 
tes contrees de la France, et qu'un encouragement pour- 
rait 6tre accorde au m6moire ayant obtenu le second rang. 

<c Dix concurrents nous ont envoye des memoires desti- 
nes a ce concours. 

« D6s les premieres pages de son memoire, M. Charpen- 
lier de Cossigny s'exprime ainsi en parlant de Tirrigation : 

« A cote des ouvrages qui ont d6jk traite ce sujet, quel- 
le ques-uns d'une mani^re par trop incomplete, d autres 
« d'une maniere trop scientifiqne ou trop etendue pour 
ct beaucoup de lecteurs, // reste encore une place pour qui sau- 
« rait reunir dans tin cadre unique les diffirentes faces de la 
€ question, et r^sumer les notions les plus indispensables a 
« rirrigateur ; c'est ce que j'ai voulu tenter dans le present 
« opuscule. y> 

ct Le coup d'oeil sAr et exerce qui a fait apercevoir cette 
place a M. de Cossigny, place inapergue ou niee par quel- 
ques-uns de ses concurrents, n'a pas cesse de- guider dans 
son remarquable travail Tauteur du memoire dont nous 
venons vous entretonir. C'est, de tons les memoiresqui nous 
ont 6te adress^s, non seulement celui qui s'approche le 
plus des exigences difficiles de votre programme, mais en*- 



Digitized by 



Google 



XII RAPPORT 

core celui qui traite avec le plus de superiority les ques- 
tions diverses qui s'y rattachent. 

<( II ressort en effet de ce programme que Tintention de 
la Societe des agriculteurs de France etait de voir reunis 
dans un mdme traite, ef les principes theoriques de Tirri- 
galion envisagee coninie science agricole, et les indications 
de la pratique, appuy^es sur les faits acquis et les ensei- 
gnements de rexp6rience, 

« La Commission a trouve ces conditions r^^unies dans 
le memoire de M. C. de Cossigny: le cote scientifique s'y 
trouve developpe avec cette simplicity et cetteclarte qui ont 
616 de tout temps la langueparl6e par les v^ritables vulga- 
risateurs, el le c6te pratique s'y trouve demontr6 avec cette 
sQrete et cette precision que le praticien seul pent acqudrir, 
Des figures et des plans, dissemines a propos dansle texte, 
complfetent I'intelligence des descriptions, 

« En consequence, la Commission vous propose d'attri- 
buer d6s aujourd'hui k M. Charpentier de fiossigny une ra6- 
daille d'or et 2.000 fr., qui, suivant les termes du pro- 
gramme de votre concours, doivent 6tve donnas au meil- 
leur memoire sur les irrigations. 

« EUe vous propose en outre de decider que ce memoire 
sera im prime in extenso aux frais de la Societe *. 



Apres une appreciation aussi tlatteuse, il ne nous reste 
(|u'a reclamer du lecteur, trop prevonu peut-6tre en notre 
favour, quelque indulgence pour les parties imparfaites de 
cet ouvrage. Nous accueillerons avec reconnaissance les 
observations qui pourraient nous 6tre adress^es. 

Plusieurs paragraphes ont 6t6 ajout^s au texte primitif, 
qui ne concernait que les irrigations. . 

1. Des nieJaiiles d'argent ontel6 decernees k MM.Bastie el F. Vidalin, dent 
les memoires sur les irrigations ont obtenu le seoond raag dang le concours. • 



Digitized by 



Google 




CHAPITRE PREMIER 

GENERALtTES SUR LES IRRIGATIONS 



§ i . Notions preliminaires* — § 2. Substances coiUenues dans l'e:iu. — § 3. Dis- 
tinclion a (aire selon les climats.— g 4. Inlermittence de Viii'igation, Colature. 
— § 5. Resumi du premier chapitre. 



§ 1". 
NOTIONS PRELIMINAIRES 



f • D^flnitions. — Arroser un terrain, c'est riiumecter en 
repandant de Teau k sa surface, de maniere h produire arlificiel- 
lement utteffet analogue a celui de la pluic. L'eniploi de Tarro- 
soir exige unc main-d'oeuvre 6norme, non seuleraent pour la dis- 
persion de I'eau, mais surtout pour son transport depuis le 
reservoir quelconque qui ia fournii jusqu'au lieu de son emploi. 
Aussi cherche-l-on aujourd'hui, meme dans les jardins, k subs- 
tiluer autant que possible k ce moyen des proc6des plus econo- 
miques. Pour la grande culture, il n'y aurait pas m6me a songer 
a Tarrosage execute exclusivement k bras d'homme. Heureuse- 
ment, la plus grande partie de la main-d'ccuvre pent elre 6vitec 
au moyen d'un systeme approprid de rigoles. Celles-ci, par leur 
pentc convenablement calcul6e, conduisenl Teau, en verlu de 
son propre poids, depuis la prise deau jusqu'au terrain a arro- 
ser. Ce proced6 6conomique conslitue Virrigation. Dans tons les 
cas, une quanlite d'eau limitee, repanduc a un moment donni sur 

1 



Digitized by 



Google 



2 CHAPITRE I. — GENEHALITKS SUH LKS IRRIGATIONS 

uue cerlaine portion du sol cullive, conslilue pour cellc portion 
ce qn'on appelle un arrosage, 

9. Historique. — L'art de Tirrigation, originairo des con- 
trees meridionales de TAsie, y etait connu des la plus haule an- 
tiquite. Les Cliinois, les populations primilives de I'lnde et de la 
Perse, celles qui habitaient au temps de Babylone et de Ninive 
les pays compris entre le Tigre et lEuphrale, enfm les Egyptiens 
paraissent avoir applique les irrigations sur une vasle eehelle. 
Les Romains les eniprunterent a TOrient el les transportferent 
dans ritalie et dans le midi de la France. Les Arabes eufin, ve- 
nus aussi de TOrient, lesintroduisirent en Espagne. Depuis lors, 
noanmoins, Tart d'irriguer est reste presque slalionnaire, et mal- 
gre Tessor inoui de la civilisation moderne, malgre les progres 
iocontestables realises depuis pen par Tagriculture, Tirrigalion 
u*a conquis que pen de terrain. Chez nous, aujourd'hui nieme, il 
s'en faut de beaucoup qu'elle soit appliqu6e a loules les regions 
el k toutes les lerres qui seraienl susceptibles de recevoir ses 
bienfails. 

8. Iniportance des irrii^atioim. — On a evalue, en France, 
k 3 millions d'beclares T^lendue des terrains non irrigues et qui 
^traient susceptibles de Tetre, et il est probable que cette evalua- 
tion est au-dessous de la realile. Or, il est reconnu d'autre part, 
dans les pays ou Tirrigalion est generalement usilee, qu'elle 
augmente au moins la valeur des terres de moilie en sus de leur 
valeur primitive, que plus souvent elle triple ou quadruple cette 
valeur, que parfois meme elle la decuple. Quelle source in6pui- 
sable de richesses, quel accroissement de la fortune publique, si 
Ton arrivait a tirer tout le parti possible de ce merveilleux moyen 
de production ! 

La lenteur avec laquelle s'accomplit chez nous le progrfes dont 
il s'agit tient k des causes multiples : Tetal de notre legislation, 
la division de la propriete, les droits acquis par des usines i la 
jouissance des cours d'eau. Mais, en ceci comme en toutes cho- 
h;s, le plus grand obstacle au progres a toujours etd Tignorance. 
Lorsque tons les cultivateurs et les propri^taires ruraux, qui for- 
ment, somme toute, la partie la plus nombreuse de la popula- 
tion, seront ddfinitivement convaincus des avantages importants 
qu'eux-memes et le pays pourraient retirer des irrigations, toutes 



Digitized by 



Google 



8 1. — NOTIONS PRfeLIMINAIRES 3 

les pelites difticult^s actuelles devront c6der k une pressioQ irre- 
sistible. D*aulre part, les nouvelles pratiques agricoles ne peu- 
vent gagiier du terrain que par Texemple de quelques hommes 
d'61ile qui se chargent de fournir h la foule des preuves mat6- 
rielies et palpables ; or, ces hommes k esprit d'initialive 6prou- 
vent souvent eux-mSmes le besoin de s*6clairer sur des questions 
encore neuves. Vulgariser la connaissance des irrigations serait 
done une OBUvre d'actualit6 essentiellement utile. Or, a c6t6 des 
ouvrages qui ont d6ja traits ce sujet, quelques-uns d*une manifere 
par trop incomplfete, d'autres d une manifere trop scientifique ou 
trop dtendue pour beaucoup de lecteur8,il reste encore une place 
pour qui saurait rdunir dans un cadre unique les differentes 
faces de la question, et r^sumer les notions les plus indispensa- 
bles k rirrigateur. C'est ce que j'ai voulu tenter dans le pr6sent 
ouvrage. 

4. li'ean a^ent indinpeusable de la v^i^^tation. — L*eau, 
on le sait, est indispensable a la culture et k la v6g6tation. Une 
terre qui en serait completement privee, ou se r6duirait en une 
poussifere incapable de preter aux racincs des plantes Tappui 
dont elles ont besoin, ou bien formerait une masse difficilement 
attaquable par les instruments de culture et, dans tons les cas, 
completement impenetrable aux jeunes prolongements des ra- 
cines. D'ailleurs c*est Teau, secondde par les gaz atmosph6riques 
dont la terre est ordinairement imprdgnde, qui attaque les mi- 
nSraux constituants du sol, et leur enleve par voie de dissolution 
les principes utiles que les plantes s'approprieront bient6t. Cest 
I'eau qui sertde v6hicule k toutes les parties actives desengrais; 
c'est elle, en un mot, qui constilue la masse principale de la 
sfeve. 

La seve, absorb6e par les spongioles ou su9oirs du chevelu 
des racines, s'61feve jusqu'aux parties vertes des plantes et no- 
tamment aux feuilles.L^elle s*61abore,assimilelecarbone qu'elle 
emprunte a Tacide carbonique de Talmosphere, se concentre par 
une Evaporation d'eau considerable, puis enfin redescend pour 
se distribuer dans la plante, en donnant lieu k Taccroissement 
de ses divers organes. On sait que cette transpiration, par la- 
quelle les plantes perdent une partie de Feau qu'elles contien- 
nent, a lieu surtout pendant la chaleur du jour, et qu'elle est 
d'autant plus considerable que Fatmosphfere est plus sfeche et le 



Digitized by 



Google 



4 CHAPITRE 1. - Gl!:Nl!:RALlTt:S SCR LI£S IRRIGATIONS 

sol plus salure d'eau.Toutefois, cetlc Evaporation ne pout jamais 
diminuer, pour cliaquc cspfece de planles, au-dela d'linc ccr- 
laine limilc. Elle devienl au conlrairc enorme sous Taclion cbm- 
binee des vents sees et du soleil. Les physiologistes Evaluenty en 
g6n6ral, d'une maniere approximative, revaporalion journalifere 
a la moitiE du poids des plantes. C'esl en partaut d'une donn6e 
de ce genre que Hales a suppose qu'un hectare de choux peut 
perdre, par transpiration, 20 000 kilogrammes d^eau pendant 
douze heures par jour. On comprend imm^diaiement que Tacti- 
vile generate des fonctions v6getales est proportionnelle k I'a- 
bondance de cette transpiration, mais a la condition loutefois 
que le sol pourra suffire h Tentretien de I'afflux de sfeve d^ter- 
mind par cette incessante consommation d'eau. Dhs que Thu- 
midite de la lerro devient insuffisante, le courant se ralentit et la 
plante resle dans un dtat stationnaire. II est vrai que la transpi- 
ration a diminue aussi, mais elle ne peut pas s'annuler com- 
plement, en sorte que si la quantity d*eau restitute par le sol 
continue k diminuer, la plante se fletrit, se desseche, et enfin 
meurt. 

5. Innalllsaiice fr^qneiite des pluien. — La pluie se re- 
partit entre les jours de Tannee de la manifere la plus indgale et 
la plus capricieuse. Si dans certains moments Teau est tellement 
abondante dans les champs que le cultivateur doit s'occuper de 
lui doimer un ecoulement, il y a par contre de frdquentes pdrio- 
des sans pluie, pendant lesquelles la vegetation reste languissante 
et comme suspendue. D'ailleurs, dans les contrdes mdridionales, 
la pluie fiit-ellc rdgulifercment repartie qu'ellc seraitbien loin de 
suffire, du moins pour les terres permdables etles cultures a ra- 
cincs pen proforides, k Tentreticn d'une vegetation toujours ac- 
tive et vigourcuse. C'est alors que Tirrigation intervient de la 
maniere la plus heurcuse ; et Ton conQoit sans peine que c'est 
surtout dans les climats oil la chaleur et la lumiere surexcitent 
au plus haut point le pouvoir d'assimilation dans les organes des 
plantes, dans les climats oil une evaporation foliacde considera- 
ble appelle un courant proportionnel de seve ascendante, que 
Teau produit des merveilles. Qui ne sail, d'ailieurs, que meme 
sous les climats les plus tempdrds, Tabondance et la beautd des 
produits oblenus dans Thorticulture tiennent en grandc partie k 
ce que les arrosages y sont pratiquds sans epargne, autant de foi3 



Digitized by 



Google 



§ 2. — SUBSTANCES CONTEiNUES DANS L^EAU 5 

que Ic besoin s'en fait scntir? Quelost, d'un autre c6le, Tagri- 
cull^eur qui n'a vu maintes fois, on depit do tous ses soins et do 
tous ses sacrifices, les esp^rancos de sa r6colle compromises par 
unc s6cheresse un pcu trop prolongee ? Qui n'a remarque que les 
annees d'abondance tiennenl surloul k une heureuse repartition 
des pluies survenues en temps opportun ? De Teau loujours dispo- 
nible, lei est 6videmment le seul moycn d'avoir une vegetation 
vraiment vigoureuse, et des r6coltes k la fois r6guliferes et abon- 
danles. 



§2. 
SUBSTANCES CONTENUES DANS LT.AU 



6. Matldres iiiiu^ralcs eu dlftsolation clans Tean. — 

L'eau n'existe pas dans la nature a l'6tat de purel6 : en coulanl, 
soit k la surface du sol, soit dans T^paisscur des couches de ter- 
rain les plus permeables, soit dans des fissures profondes d*ou 
elle ressort en donnant lieu k des sources, elle s'esl charg^e, par 
voie do dissolution, des nombrouses malieros minerales compo- 
sant les roches avec lesquelles elle s'est trouv^e en contact. Les 
substances les plus communes et les plus abondantes dans les 
eaux sontla chaux, la magn^sie, ralumine, Toxyde de fer, unis 
gen^ralement k la silice, k Tacide carbonique, et a quelques au- 
tres acides. La plupart de ces substances sont aussi celles qui 
font n6cessairenient partie des tissus des v^getaux, et qui se re- 
trouvent dans leurs cendres. On possede de trfes nombreuses ana- 
lyses desmatieres minerales conlenues dans les eaux de sources 
et de rivieres* ; jc transcris simplcment ici, a litre d'exemple, lo 
tableau suivant des analyses de quelques eaux do rivieres, par 
Sainte-Claire Deville, queje copie texluellement dans les leqons 
de chimie agricole do Bobierre ; 

1. Voir Boussingaull, f.conomie rnralCy I. IF, p. 25i. — Voir aussi Herv6 
}i\titi^ox\, Experiences mr les eau.v dlrrigaUon. 2« edition, pp. 76, 80, 93, 08, 
106,117, 188, tOi.. 



Digitized by 



Google 



6 CHAPITRE I. - GfiNfiRALITfeS SUR LES IRRIGATIONS 

Matieres minerales dans 100 litres d'eau. 



Silire, 

Aluinine 

f h ydt; de fer 

Carlmnale de chaux 

— de raagnesie. . . 
Sulfate de chaux 

— de magn^sie 

t'hUirure de magnt^sium. 

— de sodium 

( jiilionate de soude 

SulfaJc de soude 

de potasse 

N if rale de potasse 

de soude 

— de magn^sie. . . . . 
Silicate de potasse 



Garonne Seine 



4,04 

0,31 
6,45 
0,34 



0,32 
0,65 
0,53 
0.76 



13,37 



0,05 
0,25 
16,55 
0,27 
2,69 

JD 
)) 

1,23 

» 

0,50 

» 

0,94 
0,52 



25,44 



Rhia 



4,88 

0,25 
0,58 
13,56 
0,50 
1,47 



0,20 

» 
1,35 

» 
0,38 



23,17 



Loire Rhdne Doubs 



4,06 
0,71 
0,55 
4,81 
0,61 



0,48 
1,46 
0,34 



0,44 



13,40 



2,38 
0,39 

)) 
7,89 
0,49 
4,66 
0, 63 

)) 
0,17 

u 

0,74 

)} 
0,40 
0,45 



18,20 



1,59 
0,21 
0,30 
19,10 
0,23 



0,05 
0,23 

u 

0,51 

» 
0,41 
0,391 



23,02 



t'n premier fait, qui ressort d'une maniere evidenle dc la pr6- 
stMire de ces matiferes dissoules, c'est que chaque fois que vous 
dnnrierez un arrojsage a une Icrre, independamment de reflet 
que Teau pourra produire par elle-m^iue, ainsi que nous Ta- 
vojis vu precodemnient, cellc eau inlroduira dans voire ter- 
rain les substances quelle tient en dissolution etqui, gr^ceacct 
*5tal, seront dans les conditions d'assimilation les plus favorables 
(irmr It^s plantes. Ces matiferes niinc^rales apport^es par Teau au- 
roiii surtoul une grande importance lorsqu'elles seront de celles 
i\u\ laisaient presque compl6tcmenl defaut dans le sol irrigu6, ei 
Lc r;is pent se presenter assez frequemment. Ainsi, M. Paul de 
(ja^^juuin a trouvd que les eaux sourdant de terrains r6put6s ex- 
rltisn^cmenlcalcaires tenaienl en dissolution des quantit^simpor- 
tanli^s de silice*. Par contre, j*ai cu plusicurs fois Toccasion de 
rnn^laler, dans les localil^s situees sur le p6rimelre de la Solo- 
i^rit', oil la lerre cultivable est presque complfetenient d6pourvue 

i. Journal de V Agriculture, 1872, 1. IV, p. 169. 



Digitized by 



Google 



g 2. — SUBSTANCES CONTENUES DANS L'EAU 7 

de chaux, que Toau dcs sources 6tait trfescharg^e de sels calcai* 
res, fait qui, du reste, s^explique toul naturcllemonl, dans ce cas, 
par Texistence de puissantes couches marneuses daus les regions 
souterraines Iraversfies par ces eaux. De lelles eaux employees 
en arrosages, non seulemeni fourniraient a la r^colte un aliment 
indispensable, mais encore pourraient, k la lopgue, modifier la 
nature du sol, et produire Teffet d'un veritable amendement. 
Herv6 Mangon, qui a fail sur les eaux d'irrigation des experien- 
ces remarquables et du plus hautinterM,a trouvS, dans plusieura 
cas qu'il a eu Toccasion d'eludier, queTapport en substances mi- 
nerales 6tait supdrieur k la cqnsommation dcs recoltes. 

Parmi les substances min6rales, il en est deux qui sont pr6cieu- 
ses enlretoules, en raison du besoin qu'en ont les planles et de 
la parcimonie avec laquelle la nature les a d6parlies aux sols cul- 
tivables : ce sont la potasse et Tacide phosphorique. La potasse 
ne figure pas dans beaucoup d'analyses d'eaux, surtout parmi 
celles qui sont un peu anciennes ; et quant k Tacide phosphori- 
que, il-n'y a peut-fetre pas une seule des analyses faites jusqu*kce 
jour qui en fasse mention. Nous ne devons pourlant pas conclure 
de la que les substances donl il s'agit font absolument d^faut dans 
la pluparl des eaux naturelles. II faut nous rappeler qu'il uy a 
pas encore tr^s longtemps que Ton appr^cie convenablementrim- 
portance de ces corps, au point de vue agricole, et tenircomple 
aussi de la difficulte que pr^sente le dosage de trfes-petites quan- 
tit6s de potasse ou d'acide phosphorique. Ce sont Ik en effet des 
operations qui exigent Temploi des proc6d6s les plus r6cents et 
les plus d^licats de la chimie, ainsi que toute Thabilet^d'un ana- 
lysle exerc6. 

Quoi qu'il en soit, nous voyons que les eaux de rivieres dont 
j'ai rapports ci-dessus les analyses contiennent toutes de lapotasse. 
Payen en a trouv6 des quantit6s assez considerables dans Teau du 
puits art^siende Crenelle, k Paris. Cent litres renferraent,d'aprfes 
son analyse, independammenl d'autres substances : 

Bicarbonate de potasse 2,96 g. 

Sulfate de potasse i ,20 

Ghlorure de potassium 1 ^09 

d'ou Ton peut conclure par des calculs des plus simples que, si un 
champ d'un hectare dtait arros6 avec cette eau pendant six mois^ 



Digitized by 



Google 



B CIIAPITHl!: I. — GltlNliRALlTKS SUR LES IRRIGATIONS 

avcc la quaiilil^ d'cau la plus usilec dans le midi de la France \ 
ce champ reccvrait autant de polasse que par une application de 
81 000 kil. de fumier d'6lable ^ On a d'ailleurs constats k diver- 
ses reprises que les eaux pluviales dissolvent pen a peu la potasse 
des terrains graniliques. II n'est pas moins certain queces memes 
eaux attaquent les phosphates, dissdmines dans beaucoup de ler- 
rains, raais surlout tres-abondanls dans les roches d'origine vol- 
canique. On ne saurait done douter de Texistencedepetiles quan- 
iit^s d'acide phosphorique dans Teau de presque loutes les sour- 
ces et de presque toutes les rivieres. 

Je dirai, pour me resumer, que toules les eaux dont on pent 
*!^n6ralement disposer pour Tirrigation conliennent,dans despro- 
jmrtions trfes-variables, tous les 616ments min^raux qui sont ne- 
r.essaires a la formation des organes des planles, sans en exceptor 
lo potassium et lephosphore '; que ces elements, lorsmemequ'ils 
iTexistent dansVeau qu'en proportions infinit6simales, ne laissent 
pas, en raison d'un apport sans cesse renouvele, de constituer une 
valeur agricole trfes appreciable et trfes-r6elle, dont il est juste de 
lenir comple ; que selon la nature des eaux et celle des terrains 
que Ton arrose, telle ou telle substance min^ralepeut 6tre intro- 
iluite dans le sol en quantity supdrieure aux besoins des r^coltes; 
qu'elle pent m^me parfois, dans ce cas, procurer k ce sol un ac- 
croissement permanent de ferliliti ; qu'il pent arriver aucontraire 
que certains Elements min^raux soient apport6s par Teau en quan- 
tes insufiisantes pour la production de recoltes abondantes, au- 
quel cas il convienl, pour tirer de I'irrigalion elle-m6me tout le 
fruit possible, de combler ce deficit partiel par Tapport intelligent 
de quelqucs amendements convcnablement choisis. 

T. Aaote de ramniouiaqne et de I'aeide aaotiqae dans 
I'eau d'irrlflratioii. — En nous reporlant au tableau de la page 
(j, nous remarquerons que plusieurs corps sont a Telat de nitra- 
tes dans les eaux analysees. Cos eaux, sauf celles de la Garonne 

i, C*est-^-dire avec la quanlite d'eau que produit un 6coulement continu et 
repulier de 1 litre par seconde. Celte quantite est de 15 552 metres cubes en six 
niots. 

2. Le fumier, g6iieralemenl consider^ comme fumier normal, renferme a peu 
pnis, d'apr^s les analyses connues de Boussingault, 5 kil. de potasse par 
1 000 kil. de fumier. 

3, La potasse est une combinaison du potassium avec roxyg^ne, I'acide phos- 
phorique une combinaison du phosphore avec ToxygSne, 



Digitized by 



Google 



§ 2. — SUBSTANCES CONTENUKS DANS L'EAU 9 

ctde la Loire, conlicnoent done de Tazole, sous la forme d'acido 
azoiiquo^ Or, on sail que Tazote a une telle influence sur la vege- 
tation, une importance agricole tellement considerable, quo Ton 
admet souvent que la teneur en azote d'une matiere fertilisanto 
suffit, k elle seule, pour donner une mesure approximative de sa 
valeur agricole. La pratique agricole journaliere confirme d'aiK 
leurs la grande efficacil6, soil des matieres ammoniacales, soil des 
nitrates employes comme engrais. Nousavons done, dans les eaux, 
de Fazote k T^tai le plus assimilable possible, el nous devons tenir 
compte k Tirrigation de la puissance fecondante de cet dlemenl 
qui vient s'ajouter kcclle des matieres min6rales que nousavons 
6lndi6es d'abord. Si nous supposons, par exemple, un hectare ar- 
ros6 avec de Teau de la Seine, toujours k la dose usilee dans le 
Midi, de 15 552 metres cubes pour une saison, nous trouvonsque 
I'eau employ6e contient : 

Par mitre cube i ^^^^^^^ ^® ^^"^^ • • • • ^>^ 0- centenant azote 1,53 g. 
I Azotate de magn^sie. 5,20 ~ 0,98 

Total azote 2,53 

et pour 15 552 mitres cubes , 39 ^^, 340 g. 

ce qui 6quivaul, sous le rapport de Tazote, a 9 000 a 10 000 ki- 
log. de fumier de ferme. 

Dans les exemples dont se compose le tableau de la page 6, Ta- 
zole ne s'est rencontr6 que sous la forme d'azotates. Mais on sail 
que, dans cerlaines eaux, il pent se trouver aussi uni k Thydro- 
gfene sous forme d'ammoniaque, el qu'il n'est pas moins assimila- 
ble sous cetle seconde forme. Les eaux qui contiennenl des ma- 
tieres animales en putrefaction, celles nolamment de toutes les 
riviferos apres la travers6e des cites populeuses, sont Irfes-nolable- 
ment ammonicales '. L*oau de pluie elle-mfeme, quoiquelaplus 

1. On appelle indifTereniTnent acido nitrique ou acide awtique un acide resul- 
tant d'une cerlaine combinaison de Tazote avec Toxyg^ne. Cet azote, en s*unis- 
sant a son tour avec les bases,lelle3 que chaux, polasse, soude, etc., donnc lieu 
aux sels appeles nitrates ou azotates. 

2. Voir a ce sujet le tableau interessant donne par Bobierre, p. 61 de ses 
Lefons de chimie agricole. Je ferai remarquer que ce tableau nous indique cer- 
taines quantit^s d'ammoniaque dans les eaux de la Seine et de la Loire, tandis 
que le tableau de la page 6donnait des analyses de ces mdmes eaux dans les- 
quelles ne figure pas Tammoniaque. Il faut appliquer, enelTet, a Tammoniaque 
ce que j*ai dild^jti a propos do la polasso et de 1' acide phosphorique : la recher- 
che de substances en quantiles aussi minimes ne peut avoir lieu que dans une 
6lude dirigee tout sp^cialement vers cet objet. Mais aussi, il faut bien le recone 



Digitized by 



Google 



la CHAPITRE I. — GfiNERALlTES SUR LES IRRIGATIONS 

pure de touies, contienl h Paris, d*aprfes Barral*, de 1 a 3 mil- 
lig, (rammoniaque, et a peu prfes autant d'acide azolique par litre. 
Les eaux qui proviennent du drainage des lerres cullivdes sont 
bmi ]>lus riches en azoic que celles des sources et des rivieres, 
ainsi que Barral Ta fait remarquer le premier. En prenant la 
Tiin\Trme de dix-huit analyses d'eaux de drainage rapporties par 
CO chimisle agronome^, nous aurions: 

Mojfenne par ( Ammoniaque. . . . ^g, con tenant azote. i,64flf. 
tnt^tre cube d'eau ( Acide azolique. .. 67 — 47,37 



Total, azote 49,01 

ce qui donnerait pour une saison d'irrigation sur 1 hectare (tou- 
jours h la dose d^jk suppos^e) 295 kilog. d'azote, soit autant que 
73 000 kilog. de fumier d'^table. 

J'espLre avoir deja etabli clairement, par tout ce qui pr6cfede, 
que r^au des irrigations, en p6ndtrant dans le sol, pent y deposer 
lous le^s 61dments utiles qui enlrent dans Torganisme des plantes 
el fojjt la valeur des amendements el des engrais. Je n'aipourtant 
point encore complfetement fini de passer en revue tout ce qui se 
Irouvo dans I'eau ; et malgrc^ Tariditd de ces longs details, je suis 
forc<% k cause de Timportance du sujet, de demander encore au 
lootour quelqucs instants d'attention. 

**. f^am disiiouff dann I'eau. — Toutes les oaux,mais surtout 
los eaux courantes, dansleur contact prolongd avec Talmosphere, 
uljsorbont de Tair. On le conslale faciicment en soumellant Teau 
k rr-hnllition. Les gaz, primitivement dissous, se d6gagcnt alors 
cri m*'me temps que la vapeur ; et a Taide de quclques disposi- 
tions assez simples, on pent les rccueiliiret les analyser'. Toutle 

nsilre, !f*5 analyses d'eaii qui n'ontpas etc faites dans un but agricole, et qui ne 
tjoiirutut que les matieres minerales les plus abondanles parmi celles qui sont en 
dlHSohitioo dans I'eau, ne sont propres k jeterque bien peu de jour sur les ques- 
tions qui nous occupent en ce moment. 

1. F barral, Ucchcrches analytiques sur les eaux pluviales. 

2, Rarral, Drainage, irrigations, engrais liquides^ 2e edition, t. IV, pp. 677 et 
680, 

i1* Lf plus souvent, autrefois, lorsqu'on voulait se rendre compte des qualit6s 
d'uiie *'.\\M, on en faisalt evaporer une certaine quantile dans un vase a feu nu et 
juftqifa siccite. Dans cette operation, les gaz dissous ^taient d'abord expulses 
dans Tatmosphc^re. Les sols ammoniacaux et les azotates^ si importantslorsquH 
s'agit rk la vegetation, etaicnt d6compos6s et laissaient d^ager Tammoniaque 
pi Taeid^ azotique, Les matit^res organiques elles-m^.mes, g^neralement azotees, 



Digitized by 



Google 



8 2, — SUBSTANCES CONTENUES DANS L'EAU 41 

monde sail que Tair atmosph^rique est un melange (et non ime 
combinaison) de deux gaz principaux, I'oxygfene et Tazote, dans 
la proportion approximative de 21 d'oxygfene et 79 d'azote en vo- 
lume. L'air contient en outre de 4 a 6 dix-milliemes de gaz acide 
carbonique. Le volume total des gaz qui se trouveot conden- 
ses et dissous dans les eaux courantes est variable. Mais ce 
qu'il est utile de remarquer, c'estque Toxygfene et Tazolo n'dtant 
pas combines ainsi que je viens de le dire, se comporteut chacun 
comme s'il etait seul, el agissent respeclivement sur Teau suivant 
leurs affinitds r6ciproques avec ce liquide, en sorte que celui-ci se 
Irouve toujours avoir absorbs, relativement aux proportions de 
Tatmosph^re, plus d'oxygfene que d'azote. Yoici, comme exem- 
ples, les quantit6s d'oxygfene et d'azote (en centimetres cubes) 
Irouvees par M. Herv6 Mangon, dans des eaux de trois provenan- 
ces diff6rentes : 

Oxjgine Aflote 

^ ,. ( du canal de Carpentras 4,5 em^, 12,5 cm*. 

Gaz dissous l,,,, kt joo 

Darlitre d'eau ) ^elaSorgue 5,7 13,3 

parJitre d eau ^ ^^ j^ ^j^^^,^^^^ ^3 ^^^3 

Voyons done quel sera le r6le de ces gaz, introduits par I'eau 
dans le sol cultivable. L'oxygene ne doit pas lant 6tre consid6r6 
comme un aliment pour les plantes quo comme un des agents 
principaux de ces ph6nomenes complexes par lesquels la seve 
est pr6par6e au sein du sol. I! brille lenlement les matibres orga- 
niques d'origine v6getale, ou mfemo animale, qui se trouvent 
melang6es h la terre ; il traTisforme ainsi, pen k peu, les matifercs 
organiques insolubles en humus soluble el assimilable. En ou- 
tre, Toxygfene maintient et ramene au besoin le soufrc k r6tat de 
sulfates, sels inoffensifs, k Texclusion des sulfures et notamment 
de rhydrogfene sulfur6, produits frequents des decompositions 
putrides et qui sont des poisons pour les plantes. Enfln ce m6me 
gaz, agent de vie par excellence, en presence des mati^res cal- 
caires et alcalines, fait passer pen k peu k Tdtat d'azotates Ta- 
zote contenu dans le sol ; et ces azotes, on le sait, sont les ali- 
ments les plus riches et les plus essentiels pour tons les v6g6taux 
cultiv6s. Quant k Tazote, qui s'introduit aussi dans le sol k la 

^talent profond^ment alt6r6es.CVst seulemsnt surle residu ainsi obtenu quepor- 
tail Tanalyse proprement dite. On voit combien les resultats d'un telle analyse 
etaient incomplets, du moins en ce qui louche k la physiologic v^g6tale. 



Digitized by 



Google 



i'l CHAPlTRi: I. — GfcNKRALITliS SUR LKS IRRlOATIuNS 

favour de I'eau, nous nc poss6dons jusqu'ici aucune experience 
propre a cHablir d'une maniere bien p6rcmploire quel est son 
rtMe vis-a-vis des r^colles, el nous ne pouvons guere baser nos 
presomplions que sur le raisonnemenl. Get azole doit-il se de- 
gngi^r uiterieurement dans Talmospbfere? C'estee qui parail assez 
vraisL*mblabIe pour la portion corrcspondanl a Teau qui sera 
^vaporee a la surface du sol sous Taction combinee du soleii et 
do*5 vents. Mais ce n*est la qu'une faible partie de IVau des arro- 
sages ; et ind^pendamment de celle qui, parfois, p^netre dans le 
lorrain a de grandes profondeurs, nous avons vu qu*il y en a 
uri(» autre partie, tres importante, qui est rendue k Tatmosphfere 
par la transpiration des planles, apres avoir traverse leurs or- 
p;iu(*g avecle courant do la seve. Mais les vegetaux, on le sail, 
n\'\halent point d'azole ; il y a done lout lieu de croire que celui 
t{tii so trouvait dissous dans la portion d*oau dont il s*agit a dil 
rlir fixe, soil par le sol un pen avant que Teau ne p6netrAl dans 
la [jlante par ses racines, soil dans la plante elle-m^me pendant 
quij lean la traversal t. Dans le premier cas, rien d'impossible a 
CO *ino, sous Taclion de Toxygene et des substances alcalines qui 
so h ouvaicnt aussi dans Feau, il y ait eu nilrificalion de Tazole 
avanl son absorplion par les planles. Cela serait d^autant plus 
vralsemblable qu'un gaz dissous dans Teau est dans un verita- 
ble eLat de liquefaction, et que ses molecules sont infiniment 
[jlns condensees que dans Tetat gazeux, ce qui augmente singu- 
lifui nient Tenergie des forces pbysiques. Qui n'a remarque, par 
esoinple, que Toxygene de Tair, qui i^sl completement sans ac- 
liLin ii Telat sec sur le fer et la plupart des melaux, les oxyde 
inniMHliatement des qu'il y a intervention de Teau? N*est-il pas 
admissible que, par un effet du meme genre, Tazote, ordinaire- 
moiil inerte, deviennc boaucoup plus aple a reagir cbimiquement 
liu'r>i[u'il est en dissolution? 

Les raisonnemenis qui precedent deviendronl peul-etre plus 
rtairs en les appliquant a un exomple. Je prends la premiere des 
iiMiiarquables experiences de Herve Mangon sur les eaux dir- 
rigalion. 11 a suivi pendant toule unc saison Tirrigation d'unc 
|naii'io. Lors de chaque arrosage, il a mesure exactement la 
qiiatitite d'eau introduilc sur la prairie, ainsi que celle qui en est 
i^orlie sans avoir ele absorbee. II s'est rendu un comple exact, 
au nioyen de nombreuses analyses, de la composition de Teau 
oiilr«'o et sortie. 11 a pose ol analyse los enjrrais donnes a la prai- 



Digitized by 



Google 



i 2. — SUBSTAiNCKS CONTKNUKS DA.NS L'KAi: 13 

lie. 11 a egalcmcnt pcse el analyse Ic foiirragc recolle. Le resullal 
dc ces longucs el palientes rccherches se resume, en ce qui con- 
cerne Tazole, dans Ic tableau suivant, oii lous les cliiffres sont 
ramenes a unc superficic de i lieclarc : 

Azote apporlee par Teau d'irrigalion a T^lat d'amuioniaiiuc 

ou d'acide azotiquc 23,44i kg* 

Azote de la fumure i24 ,884 

445,326 

Azole du foiu. 184,345 ky. 

145,326 

Difference 39,109 ^^ 

Je ferai d'abord remarquer que Tapport d'azote par la funiurc 
nc peut Hvc connu que dune maniferc approchee. En cffel, unt^ 
fumure nc se consomme pas pendant le temps precis qu'une ri}- 
colle met a se former. En prenanl le cliiffre ci-dessus pour TazoLo 
fourni au foin par la fumure, il faut supposer implicilemcnl 
qu'il y a compensation cxacle entre ce qui restait des fumuros 
anlerieures ct ce qui resle non employe sur la nouvelle fumure 
au moment de Tenlevement de la recolle, ce qui n*a sans douh; 
pas toujours lieu. Quoi qu'il en soit, le chiffrc ci-dessu^s 
(121,884 kg) doit 6lre un maximum, car la fumure acertaini*- 
ment perdu, soit par ealrainement dans le sous-sol, soit par d*-- 
gagcmenl dans Fatmosplierc, une notable quantilc d'azote qui 
n'a pu profiler a la culture. La recolle conlient done environ 39 k^;" 
d'azote, probablement meme davantage, qui nc provient ni des 
fumures, ni des matieres salines azotees apporlees par Teau. i\v 
fait, des plus remarquables, se ratlache k une loi generale cuu- 
nue des agronomes. Toutes les fois, en cffel, que Ton etablit 
comme ci-dessus la balance enlre Tazote fourni au sol par drs 
causes connues et celui enleve par les recolles, on trouve un 
exces dc ce dernier; generalcment toutefois dans unc proporlioti 
bien moindre que dans notre exemple. D'oii peut provenir cel 
exces d'azote des rdcolles? Co ne peut elre que de ralmosphero. 
Mais par quelles voies, sous quelles influences, a Taide de qucilo> 
reactions chimiques p6nelre-t-il dans les plantes? M. Georg 
Ville a prdtendu que Tazote 6tait direclcment absorbe par Ivs 
feuilles ; mais c'est 1^ une hypolhese dont la realite n'a pas 6le 
dcmontrec, ct on croit g6n6ralement aujourd'hui que c'est par 






Digitized by 



Google 



14 CHAPITRE I. — GENfeRALlTfeS SUR LES IRRIGATIONS 

I'iulerniediaire du sol ct par les raciaes que la matifere azot6e 
passe dans Torganismc des vegelaux. S*il en est ainsi, n'est-il 
pas vraisemblable qne Tazolc dissous qui se Irouve accumule 
dans lo sol avec Teau d'irrigation (il n'y en a pas moins de 200 kg 
datii^ le cas qui nous occupe) fournit la maiiere des reactions 
n hi suite dcsquelles I'assimilalion a lieu. Le grand excfes d'azote 
contt!nu dans le foin de la prairie irrigude qui nous sert d'exem- 
ple vicnt k I'appui de cette maniere de voir. Ainsi, sans qu'il soit 
possible d assigner une vaieur precise k I'azole dissous dans i'eau, 
il ri'tm convienl pas moins d'en tonir comple quand il s'agit de 
HiipimLer la vaieur de Tcau d'irrigation. 

Nntons enfin, avant de quitter ce sujet, que IIcrv6 Mangon a 
re|j+Me le m6me genre d'exp^riences sur plusieurs pieces de terre 
cuEihnant des r6colles de diverse natures, et que les rfisultals 
It'iultMit tous exaclcmenl aux mfemes conclusions. 

Mais Teau ne tient pas seulement en dissolution de Toxygene 
cl (Ir I'azote ; ellc contient 6galement de Tacide carbonique en 
piupnrlions variables. Voici, en centimetres cubes, les quantites 
d'aciile carbonique qui out 6te trouvdes dans plusieurs eaux d'ir- 
rigalion : 

.... ( dc ]a Meurthe^ analys^e par M. Mangon. . 4 k 2,6 cw^, 

^ ^ */ *' \ du canal dc Carpenlras, anal, par le m^me. 2a 7 

n'^ ., J de la Sorgue, analys^e par le m6me iO k 17 

iilTL' d eau ^ ^^ j^ g^.^^^ analys^e par M. P^ligot 20 it 30 

II faut bien reconnaitre que les quelques millifemes d'acide car- 
bojiiquc qui sont diss6minds dans Tatmosphfere suffiraient diffici- 
li' iinjut a expliquer la presence dans les eaux d'aussi grandes quan- 
lili's (le ce gaz. Mais d'aulres causes, dont quelques-unes encore 
impjirfailement connues, tendent a en augmenter la proportion. 
Ainsi des sources, plus ou moins charg^es d'acide carbonique^ 
iii<Meiit leurs eaux a cclles des rivieres ^ 

\ . Eq r6alil6, Tacide carbonique 6mune, pour ainsi dire, de toutes parts des 
jM'oronileurs de la terre ; c*est le produitie plus constanl et le plus abondant des 
volojuis : 11 se d6gage de la plupart des excavations tr^s prolbndes. C'est done 
dan;^ S.I rlrculation k travers certaines fissures du sol que Teau pluviale se charge 
\y\us |»articuli^rementdu gaz dont il s'agit. Les canaux souterrains danslesquels 
u \u\i cette circulation atfectent purfols une disposition comparable k celle d*un 
5iptinii renvers^: Teau s'introduisant par la plus longue branche, ressort par la 
plus iiiurte, Si la partie qui correspond a la courbure du siphon setrouve k une 
gn^Qilo profondeur, la pression exercee dans cette region par la colonne d'eau 
ftlVurise Bingulierement la dissolution du gaz, et Teau peut alors arriver au jour 



Digitized by 



Google 



S 2. — SUBSTANCES CONTENUES DANS L'EAU 15 

D'autre part Herv6 Mangon, en analysant Teau d'irrigalion qui 
avail ruis8el6 en couche mince k la surface d'un pr6, I'a lrouv6e 
constamment plus chargde d'acide carboniquequ'avanlson passage 
sur ce pr6 *. Ne serait-ce pas par suite d'un ph6nomfene analogue, 
qui se produiraii pendanl les grandes pluies k la surface de cliaquo 
champ, que Teau des rivieres est beaucoup plus chargie d acide 
carbonique au moment des crucs qu'en temps de s^cheresse * ? 

En loutcas, Tacide carbonique de Teau joue un r6le important 
el tout special dans les ph^nomfenes qui inl6ressent la v6g6talion. 
C'est k sa faveur que Teau altaque les roches solides, les sables, 
les argiles, el qu'elle tire de ces maleriaux inertes du sol des prin- 
cipes assimilables par les planies. L'eau charg^e d'acide carboni- 
que, en p^n^trant dans la lerre, apporte done avec elle I'inslru- 
ment qui doit en d6gager celles des substances rares, telles que 
la polasse et Tacide phosphorique, qui ne seraient peut-^tre, sans 
cela, en quantity suffisanle ni dans Teau elle-mdme, ni dans les 
engrais. 

On a objects que Tacide carbonique se forme en quantitd sufli- 
sante dans le sol meme, en vertu de cette combustion lente des 
mati^res organiques par Toxygene dont j'ai parlS prScSdemment. 
L'objection,qui pourraitfetre fondee k regard des sols tres-riches 
en humus, tombe d'elle-meme s'il s'agil de ces sols maigrcs qui 
ne contiennent presque point de matieres organiques; etje re- 
garde comme probable que Tacide carbonique apport6 par les 
eaux d'arrosage est utile dans la plupart des cas. 

•. Mad^res policies en 0a0peiisloii dans Tean. — H nous 
reste a examiner les eaux sous un dernier point de vue, celui des 
corps solides, trfes-divis6s, qu*elles tienncnt en suspension et en- 
tralnenl dans leur cours. La quantitedes matieres ainsicharriSes 
est extr^mement variable. Dans les torrents impStueux qui descen- 
dant des montagnes, leur proportion pent devenir enorme, etn'a 
pour ainsi dire pas de limite \ Mais les galets, les graviers, les 

tenant condense en elle-mtoe plusieurs fois son volume d'acide carbonique. Ce 
dernier tend k se degager en partie, des qu*il n'a plus k supporter que la pres- 
sion de Tatmospbere, et Ton a dans ce cas une source d'eau gazeuse. 

1. Herve Mangon, Experiences sur remploi des eaux dans les irrigations, p. 
81. Voir aussi les tableaux des pp. 78,88, 100, 108, 118. 

2. Voir Bobierre, Lefons de chimie agricole, p. 56. 

3. Les torrents des parties ^levees des Alpes d^laient parfois des terres 6bou«- 
leuses, au point de ne plus former qu une t)oue ; et Ton a vu des exemples de 



Digitized by 



Google 



i6 



ClIAPlTRfc: 1. - GKMiRALlTliS SUK LfcIS IHKIGATIONS 



sablos, se deposent succcssivcmeiit a niesure que la vilesse du 
rcmiarit dimiiiuc ; ct dans Ics rivieres plus calmes, qui parcourenl 
li's valleosinferieuros, il nV a plus que dcs malieres impalpables 
qui lioublent plusou moins la transparence de Teau. C'est seule- 
niDiil de ces troubles, qui se d6poscront k T^tai de limon sur le 
sol inigue, que nous avons a nous occuper ici. Pour une meme 
riviere et en un point donne, la quantity des troubles varie sans 
ce^sc ; elle augmente pendant les crues, et diminue au contraire 
L*n tomps de basses eaux. Le tableau suivant nous donne, pour 
qui^l(locs riviferes: l°lepoids moyen approximatif des malieres 
i'u e^Lispension dans un metre cube d*eau, pendant les six mois 
Ics [Jus sees, durant lesquels les irrigations sont surtout prali- 
qtiees dans le Midi; 2® les memes renseignements pour les six au- 
Ires mois de Tannee ; 3* le poids deslimons par metre cube d'eau 
pendant les grandes crucs, trouvespar quelques observaleurs * ; 



KOMS 

oes 

laviuRBS 



Seiiio 

Mfirijc 

Loll a {h Tours) 

Vieirne 

lUiin 

Hlh'itio(aLyon) 

U 

Id 

Sjh'UQ (fiLyon) 

lli»runce 

Vnr 

Kllir 

^iaiiji^C 

Mi^si^isipi 



NOMS 
des 

OBSBRVATECRS 



H. MaDgon . . . 

Id 

Id 

Id • 

Horner 

Fournet 

Dupasquier. . . 

Lartct 

Fournet 

H. Mangon. . . 

Id 

Uubbc 

Everest 

Forshey 



DATES 

des 

OBSIRTITIONS 



1863-06 

1863-64 

1860 

1858 

1833 

184i 

1839 

184t 

1844 

185960 

1804-65 

1854-55 

» 
1851 52 



KILOGRAMMES DE LIMON 
coQtenus en nioyenne 

DAKS UN METRK CUBB O'SiU 



du 
!•' avril 

au 
30 sep- 
tenr.bre 



kil. gr. 
0,200 
0,014 



0,078 



0,022 
1,460 
2,820 

» 

» 



du 
!•' octo- 

bre 

au 
31 mars 



kil. gr. 

0,400 
0.082 



0,073 



0,074 
0,780 
1,699 



luojreMe 

pour 

Tann^e 



kil. gr 
» 



0,064 



0,032 
0,553 



pendant 

les 

crues 



kil. gr, 

2,740, 
0,515 
0,467 
0,495 

» 

0,980; 
1,250 

9 

3,632 
36,617| 
0,109 
2,340| 
1,748 



f'liiininta en apparence fluides, qui conlenaient en realile moins d'eau que de 
«ul Pittances terreuses. 

i, Lrs deux series de chiffres indiquant les moyennes semestrielles sont cal- 
ruU'f^ en prcnant la moycnne entre les nombres mensuels relatifs k chacun des 



Digitized by 



Google 



g 2. — SLBSTANOtS CaNTlSiNUfclS UANS L'KAU i7 

11 esl a remarqucr que Ics rivieres alpines, tellcs que Ic Yar el 
la Durance, sont en moyenne plus chargees dc limon pendant la 
belle saison que pendant I'hiver, cc qui tieni a Tepoque de la 
fontedes neigesdans les parlies elev6es de leurs eours,tandis que 
les rivieres qui, comme la Seine et la Saune, ne parcourent que 
des pays de plaines ou de monlagnes tres peu elevees, sont au 
contraire plus cliargecs de troubles pendant I'hiver que pendant 
la saison d'ele. 

Quant a leur composition, les limons deposes par les rivieres 
sont des melanges de sables impalpables, d'argile, de carbonate 
de cbaux, de divers autres mineraux amenes au dernier etat de 
division, enfin de matifer^s organiques presque toujours azotees. 
Les proportions exactes de ces diverses matieres sont tellement 
variables d'uncours d'eau a un autre, et meme d'unjour a Taulre 
pour la meme riviere, que les exemples d'analyses que je pour- 
rais trauscrire ici seraient, je crois, de peu d'utilite pour les irri- 
gateurs. Ce qu'il y a de constant, c'est que ces limons sont ana- 
logues aux terres les plus fertiles, et rcnferment a peu pres tons 
les 6l(5ments mineraux ou autres qui peuvent etre utiles a la ve- 
getation. 

10. ABoie eonteuu danH les liinouN. — Le limon (enu eu 
suspension dans les eaux d'irrigation et depose par elles a la 
surface du sol aprfes chaque arrosage ne pent done, dans tons les 
cas, qu accroitrc la fecondite de la terre. Un Element loutefois, 
entre tons les autres, merite de fixer particulierement notre at- 
tention : c*est Tazote. Voici pour quelques riviferes, eiudiees par 
Herv6 Mangon, les quantites d'azote contenues dans une partie, 
en poids, de limon. 

six mois consideres. Le poids de limon ainsi oblenu me parait donner, le mieu!( 
possible, une idee dc Tetat ordinaire de la riviere; il repr^senterait la teneur 
moyenne, par metre cube, dans une derivation de la riviere donl le debit serai t 
constant. 

II y a une autre mani^re de concevoir la moyenne du limon par m^tre cube. 
Elle consisle ^ diviser le poids total du limon charrie pendant une p^riode 
donnee par le nombre total de metres cubes d'eau qui passent dans la riviere 
pendant le mtoe temps. Cette derniere melhode donne un chiPfre tr^s-notable- 
ment plus eleve que la prec^dente. Cela tient ace que la riviere est tres-chargee 
de troubles pendant les crues, alors qu'elle debite un volume d'eau enorme, tan- 
dis qu'elle ne devient presque limpide que lorsque son volume d'eau devient rela- 
tivement insignifiant. 



Digitized by 



Google 



is CHAPITHK 1. — GENERALITKS SUH LKS IHHIGATIONS 



/ de la Durance 0,00074 k 0,OOJ28 

Proportion d'azole i du Var 0,00090 k 0,00470 

contenue dans les / de la Loire 0,00210 k 0,00610 

limons I de Ja Marne 0,00410 k 0,00980 

I de la Seine 0,00420 i 0,()(mO 

Ces chiffres soul tr^^s sigiiificalifs. Si nous nous rappelons, en 
effet, que le fumier consid6r6 comme type coniicnt 0,004 de son 
poids d'azote, nous verrons qu'il y a des rivieres, lelles que la 
Seine el la Marne, dont les limons les plus pauvres sont aussi ri- 
ches en azote que le fumier et doivent etro consid6r6s comrae do 
veritables engrais. Les limons des rivieres alpines sont moins ri- 
ches en azote que ceux des aulres rivieres que je viens de ciler ; 
el pourlanl les quanlites lolales d'azole que I'irrigation procure 
au terrain, par Tapporl r6iler6 de ces limons, sont encore impor- 
lanles, meme pour ces rivieres, et viennent evidemment, dans 
tons les cas, s ajouter k Taisole que nous avons lrouv6 pr6c6dem- 
ment dans les mati^res conlenues dans Veaii a T^tat de dissolu- 
tion. 

Prenons, par exemple, une irrigation praliquee sur un champ 
d'un hectare, avec de Teau prise k la Durance, a la dose que j'ai 
d6ja supposec pr6cedemmenl, soil de 15 352 mfelrcs cubes d'eau 
pour les six mois d'6l6. Le tableau de la page 16 nous montre que 
Teau conliendra, en moycnne, 1 kilog. 46 de maliferes en sus- 
pension par metre cube, ce qui donncra pour le poids total du li- 
mon depose dans le champ 23 706 kilog., conlenant de 16 h 29 
kilog. d'azole, soil I'^quivalcnt de 4 000 a 7 000 kilog. de fumier. 

it. Utilisation spt^eiale des limons. — Les limons depo- 
ses successivenienl par des eaux troubles qu'onamfene h plusieurs 
reprises sur la meme portion de terrain peuvent acquerir assez 
promplement une 6paisseur Irfes notable, surtout si Teau est em- 
ployee largemenl. On peut oblenir ainsi une couche de limon 
fertile, qui servira d'amendcment k un sol Iroppeu productif par 
lui-m^me, lei par exemple qu'un sol complMemenl sablonneux. 
On peut aller plus loin encore : submerger un terrain av(?c Teau 
trouble d^tourneo d'une riviere, laisser 6couler celle eau aprfes 
qu'elle aura depose son limon, puis r^p^ter un grand nombre de 
fois la mfeme op6ralion. On cr^era, dans ce cas, de loutes pieces, 
un veritable sol cultivable de la plus grande richesse^ tout en 
exhaussant un terrain Irop has, et transformant ainsi definitive- 



Digitized by 



Google 



b. 



I 3. — DISTINCTION A FAIRE SELON LKS CLIMATS {{) 

menl au mardcage ou uu espacc fr^quonment inonde par les 
crues ea un terrain infiniment mieux dispos6 pour la culture. Cc 
genre d'op6ralion est d6signe sous le nom do colmatage\ 11 en 
sera parl6 avcc plus de details dans le dixifeme chapilre. 



8 3 
DISTINCTION A FAIRE SELON LES CLIMATS 



it. Avanto^eM de I'lrrisrAllondeft terres col tlv^s dans 
le Midi. — ^ C'est seulemenl, jusqu*k present du moins^ dans les 
contr^esmeridionalesqueTirrigation est appliqu^ek tons les gen- 
res de culture. Dans celte splendidc region m6diterran6enne dont 
la v6g6tation toute speciale est plus particuli^rement caract^ris^e 
par Tolivier, region qui comprend notamment ITtalie^ TEspagne, 
TAlg^rie, et qui occupe en France une dizaine de d^partements, 
la frequence et la longueur des s6cliercsses, la persistance de la 
chaleur, Tdnorme Evaporation qui en est la consequence, font de 
rirrigation un besoin impErieux pour la culture. Quelques v6g6- 
taux arborescents, parmi lesquels la vigne occupe un rang h part, 
ont seuls, dans une certaine mesure et en vertu de la vigueur et 
de r^tendue de leurs racincs, le privilege dialler puiser eux-m6- 
mes, k une grande distance de la surface, la quantity d'eau qui 
leur est indispensable. Ilors dc ces cultures arborescentes, et 
dans les localitEs oil i'on ne pent point arroscr, on ne rencontre 
le plus sou vent sous cesclimats brulantsque desterres aridesque 
couvrent k peine de maigres recoltes. Mais Teau est-elle donnee 
largement k ces mfemes terres, le soleil se charge du reste, et le 
spectacle change comme par enchanlement. On pent fetre sAr alors 
qu'une v6g6tationluxuriante viendra remun6rer largement et les 
capitaux employes pour disposer le sol k Tirrigation, et le sur- 
croit annuel de main-d'oeuvre resultant de son application. 

1. Ce proc^^pour exhausser les terrains bas etait usite en Italie avaot dd 
I'dtre chex nous.Ii y a bien longtemps quHl est mis en pratique sur une grande 
6cbelle sur les rifes du Pd, de TArno et d^autres rivieres. Les Italiens appelleot 
cette operation unacolmata, ce qui veut dire un comblement. M. Nadauit de 
BufTod a tir^ de Ih un mot nouveau, le colmatage^ qui est passd dans la langae 
fraoQaise. 



Digitized by 



Google 



20 CUAPITHH I. — GKNtRAIJIKS SLR LES iniUOATIU.NS 

IS. Daiifs le .Horcl^ rirriffatiou c»l nurtout appliquee 
HUTU prairiett. — En dehors de la region do rolivier, lesdepen- 
sos inherenles krimgalion rcsleraiont les meiues, landis que Ics 
avanlagos de celle dcrniere, consideree coramc moyen de sup- 
pleer aux pliiies, iraienl en diminuanl rapidcmenl a mosure qu'on 
s'avancorait vers Ic Nord. Dans Ic Midi, en effel, on arrose regu- 
lieremenl chaque auueo pendant six niois environ. Ailleurs, le 
bcsoin dcs arrosages ne sc feraii g^neralement senlir que pen- 
dant de beaucoup plus courles periodes el a des inlervalles irre- 
gu tiers; el il se rencontre menie des annees ou loule quantile 
d'eau donnee a une lerre iabourable, en sus de celle des pluies, 
serait beaucoup plus nuisible qu'ulile. Aussi, dans les pays tels 
que le centre el le nord de la France, TAnglelerre, la Belgique, 
I'AlIemagne, on a borne Tirrigalion a une application loule spe- 
ciale, celle qui en est faite aux prairies. La vegelation purenient 
herbact'e qu'on demande k ces deruieres s'accommode mieux que 
loule autre d'uno humidile presque conlinuelle ; el I'eau, lors- 
qifelle n'y est pas necessaire pour liumecler le sol, serl ale ferti- 
liser par les malieres elrangeros quelle contienl. La pluparl des 
terrains qui, soumis a la cullure ordinaire, sont presque impro- 
dtictifs, pcuvent,ainsi que nous le verrons plus loin,elre conver- 
lis en prairies, pourvu qu'on puisse y porter de Teau en quantile 
^utfisante. Les contreesplutot froides quechaudes Irouvenl done, 
daos irrigation appliquee aux prairies, une operation aussi sure 
cL aussi productive que Test, pour le Midi, Tapplication des me- 
mus moycns aux recolles de loule nature. 

14. tien irrif^atioui^autrcH que celled de» pre* peoveul- 
ellen 6tre ^(endues an-dela des coulr^es meridioualeiiT 

— Les procedes d'irrigation du Midi pourraient-ils (^Ire elendus, 
tlans certains cas, a des regions plus septentrionales? Une telle 
ojM»ralion ne presente pas, pour le moment du moins, un carac- 
tere d'urgence. II rcsle, en effet, dans loule la France nolam- 
menl, une quantile considerable de m^diocres pres sees el de pa- 
cages faciles a ameliorer par I'irrigalion ; de terrains Irop incli- 
n(»s, Irop liumides ou trop maigrcs pour (^Ire cultives avantagcu- 
aomenl a la cbarrue ; de vallees submersibles donl les recolles 
sont periodiquemenl ravagecs par les rivieres. Ce sont tons ces 
leirains, auxquels la prairie convient d'une maniere speciale, 
qii'il faudrait d'abord soumellre a un svsteme convenablc d'irri- 



Digitized by 



Google 



? 3. — DISTINCTION A FAIRK SRLON I.RS CIJMATS 2l 

gallon ; ol il n'ost que Irop probablo qu'il y aura encore a fairo 
pendant longtcmps dans cette voie. Nianmoins, parlout ou il 
reslerait dc Teau disponiblc en sus de celle necessairc aux prai- 
ries, ainsi que dans les endroils ou des circonstances parliculieres 
rendraient retablissemenl de ees dernieres pen profitable, Tirri- 
gation pourrait elre appliquee avec plus ou moins d'avantages a 
d'autres genres de cultures. II ne me parailpas douteux que si des 
canaux derives des rivieres exislaient dans toule la France, 
comme il en existe aujourd'bui dans la Provence, le Languedoc 
el Ic Roussillon, les proced^s usiles dans ces provinces ne fus- 
sent susceptibles d'Mre appliques parlout dans une cerlaine me- 
sure. La solution economique de la question posee depend non 
seulement du climat, raais de la nature du sol, de sa configura- 
tion, desd6bouches commcrciaux, de Tensemble du regime agri- 
cole el industriel 6labli dans cbaquc localile. Quant a la reussite 
materiello de I'irrigalion, elle ne saurait etre donteuse pour un 
grand nombre de cas. L'exemple de la culture maraicbere n'est- 
ilpas la pour nous monlrer que, meme sous le climat de Paris, 
des arrosages abondanls sont un moyen de lirer du sol une 
somme considerable de produits bruls, a laquelle il scrait tout h 
fait impossible d'alleindre sans le secours de Teau? Peut-on dou- 
ter que les luzernes, les Irefles, les betteraves, et une foule de 
planles induslrielles, donneraient des recoltes infiniment plus 
r^gulieres et plus abondantes s'ils pouvaient ^tre mis par Tirri- 
gation a Tabri des secboresses ? Pourquoi la Belgique, la Flan- 
dro, la Normandie, mfeme les coles de la Brelagne, ont-elles, 
toules choses egales d'ailleurs,une fertilil6 que Ton ne rencontre 
a un aussi haul degre dans Tensemble d'aucune des regions cen- 
trales de la France ? Cela evidemment ne tient pas a la seule na- 
ture du sol. Les terrains crelacis et de transition de la Flandre et 
de la Normandie se relrouvent dans bien d'aulres parlies de la 
France. Cette couchc superficielle elle-m6mede limonancien ap« 
pele /(£ss, qui recouvre une partie de nos deparlemenls du Nord, 
n'est pas d'une qualild superieure a certains depots d'alluvions 
qui se renconlrenl dans une foule de localiles ; ce qui fail la diffe- 
rence des recoltes, c'est en grande partie le climat. Dans presque 
tons les departemenls, on pent rencontrer quelques terres qui 
parallraient, par leur nature et leur profondeur, parfaitement 
aptes a produire la betterave. II s'en faut pourlant de beaucoup, 
si je ne mo trompo, quo ronobtionne nulle part, dans la moitif^ 



Digitized by 



Google 



22 CHAPITRE I. - GKNERALITES SUR LES IRRIGATIONS 

sud de la France, des produits ^gaux aceux du nord, en tanl que 
moyenne d'un assez grand nombre d'annees. Cost que d*un c6td 
on a une humidiid toujours ^gale, qui permet k la betlerave de 
veg^ter pendant les mois les plus cbauds de T^te, tandis que de 
Taulre c6t6 on a des p6riodes d'humidit^ parfois excessive, sui- 
vies de plus longuesp^riodes de s^eheresse, Feau el la chaleur ne 
s'y Irouvant rfiunies qu'exceptionnellement. La culture du lin, 
qui donne aussi dans le Nord de tr^s remarquables produils, est 
d'une introduction difficile dans la France cenlrale. Cest lou- 
jours cette humidil6 conslanle des climats marilimes du Nord 
qui entretient sans cesse une vigoureuse vegetation horbacee, 
tandis que sous les climats a secheressesinlormiltenles, le lin su- 
bit des temps d'arrM dans sa croissance ; il se flelrit alors, sa tige 
jaunit,et Ton oblientfinalement non seulement un produit moins 
abondant, mais encore le plus sou vent unlin dit ecbaud^, dont la 
filasse est de qualit6 inferioure. 

Si dans Tinterieur de ia France on pouvait irriguer pendant les 
temps sees et chauds, cola equivaudrail k une cerlaine modifica- 
tion du climal, et nul doute que certaines cultures, aujourdlmi 
impossibles au point de vue economique, y deviendraient rdmu- 
n^ratrices. Notons encore en passant que les temperatures qui 
rfegnent dans nos provinces mediterran^ennes, o^ Tirrigalion 
est pratiqu6e avec tant de succes, ne different pas autant qu*on 
pourrait 6tre dispose k le croire des tempc^ratures de nos autres 
provinces. Ce qui distingue surtout, dans les limilesdela France, 
par exemple, le climat du Nord de celui du Midi, c'est que d'un 
c6te rhiver est long et Fete court, tandis que le contraire a lieu 
de Tautre c6te. Mais c'est surtout dans Y&[& que les plantes pren- 
nent leur plus grand d^veloppement etmurissent leurs fruils. Or, 
la temperature moyenne de I'eie etant de 21** 8 k Orange, par 
exemple, est encore de lO^'S k Chftlons-sur-Marne, el do pres de 
18° k Paris*. Si ces temperatures se souliennent moins longtemps 
dans ces derni^res localites, ii n'en serait que plus important de 
pouvoir les meltre complfetement a profit on secondant leur 
action par reffet puissant de Teau. 

II ne faut pas se faire illusion pourtant, et la possibility d'ar- 
roser ne rem^dierait evidemment ni a la trop grande abondance 

1, Voir Arago, Notice sur l'4iat thermometrique du globe ferrestre, tome VIII 
des OKuvres. 



Digitized by 



Google 



§ 4. - INTfiRMITTENCE DE L'lRRIGATION. COLATURE 23 

des pluies en ceriaines saisons, ni k ua autre fleau de ragricul- 
ture dans lespays de plaines de ceriaines conlr^es eloigndesde la 
mer: je veux parler des vents sees et froids du printemps, qui 
arr6lent toute vdgetation, en refroidissaat le sol par T^vaporation 
qu ils y provoquenty et qui est d'autant plus considerable que co- 
lui-ci est plus gorg6 d'eau. 

En resume, en dehors de la region medilerrandenne, la prairie, 
que rirrigation permetlrait d'elablir presque partout oil Ton pour- 
rait porler de Teau, donne gen^ralemenl, dans Tetat actuel de^ 
cboses, des benefices nets plus eiev6s que tout autre emploi du 
sol. Mais i1 est probable que, dans beaucoup de localit^s qui ne 
sent pas naturellement bien dispos^es pour unegrande extension 
des prairies, des terres labourables, faciles k arroser au besoin et 
soumises k une culture appropriee, donneraient des produit« 
6gaux et meme sup^rieurs a cclui des prairies, auxquelles, bien 
entendu, devrait toujours 6trer6serv6e une largo part. 



§ 4. 
INTERMITTENCE DE LIRRIGATION. COLATURE 



16. li'lrrlsAtion dolt Mre IntermUteute. — Si Teau est 
indispensable a la vegetation, Tintroduction de Tair atmosph6ri- 
que dans les interstices de la terre v6g6tale n'est pas moins n^- 
cessaire a presque toutes les plantes cultiv6es. L'oxygene con* 
tenu dans Tair parait ^tre, en efTct, un des agents essentiels des 
reactions par lesquelles s*61aborcnt au sein du sol les principes 
nourriciers des vegc^iaux. Un sol constamment satur6 d'eau est 
un marecage et ne produit que des plantes telles que les preles, 
les joncs, les lalches et autres sp6cialcs aux terres humides oa 
noy6es. Quant aux plantes qui sont Tobjet des soins ordinaires du 
cultivateur, elles languissent, s'altferent et enfin meurent si le sol 
qui lesporte resle trop longiemps priv6 du contact intime de Tat- 
mosphere. II suit de \k que les arrosages ne doivent durer que lo 
temps slrictemenlnecessaire k une humectation suffisante de la 



Digitized by 



Google 



n CHAPITRI£ I. - OKNKKALITKS SUH Li:S UmiOATlONS 

lerre vegelalo* ; apres quoi, rarrivee de nouvclle oau elaiil sus- 
penduc, cellc qu'a roQu le terrain disparatlra pcu a peu, par des 
causes diverscs. Ce ne sera que quand riiumidite reslanlc sera 
devenuc par Irop minime qu'il conviendra d'arroser de nouveau. 
Si la quanlile d'eau donl on dispose est un peu Irop faiblc par 
rapporl a I'elendue lolale a irriguer, on se trouvera oblige de dis- 
lancor en consequence les arrosages; dans le cas contraire on 
les rapprocbera davantage et cela d'autant plus que le climat 
sera plus cbaud et plus sec, et le sol plus permeable. Les besoins 
speciaux de chaque plante devront aussi elre pris en considera- 
tion. Un inlorvalle de quinzc jours est long; on arrose, en 
moyenne, en Provence, tous les six ou buit jours; en Algerie, 
nn Espagne, on arrose souvenl deux fois par semaine. 

ie. OrKauination de rirrigratiou IntermiUente. — Lors- 
qu'un seul proprietaire a la disposition complete d^un ruisseau 
ou canal propre k irriguer son domaine, il divise ce dernie/ en un 
certain nombre de champs ou deparcelles, et il etablit un r^seau 
de rigoles dispose de telle sorle que Teau puisse ^tre conduile k 
Yolonle sur cbacune de ces parcelles qu*il pent des lors arroser 
separdment el successivcmenl, en dirigeant Teau, tour a tour, sur 
les points oil le besoin s'en fait plus particulierement sentir. 

Dans le cas frequent oil un meme cours d'eau dessert un grand 
iiombre de proprieles, il importe qu'il y ait une association ou 
syndicat des int^resses. Un reglement delt-rmine alors les jours 
ot heures auxquels cbacun a droit a Teau. Un garde-cbamp&tre, 
ou plus souvent un employe special, est charge de veiller k Tex^- 
cution du rrglement el meme de mancinivrer en temps opporlun 
les vannes de distribulion. 

Dans la plaine de Blidah, par exemple, il y a plusieurs canaux 
de distribution d'un developpement total d une trentaine de kilo- 
metres. Sur leparcours de cbacun de ces canaux sont places, en 
Ifete de chaque proprieleparliculiere, une vanne laterale de prise 
d'eau, el une aulrc vanne permellant de barrer le canal immedia- 
lement en aval de la premiere. Les arrosages sont donnes en deux 
rotations par semaine, un tour de jouret un tour de nuil. Chaque 
]>ropridte a droit a Teau pendant un nombre d'heures et de mi- 



1. Sauf dans certaines irrigations de prairies pendant I'liiver, cas qui sera 
traiti^ dans le phapitre relatif a rirritration dp? prairies. 



Digitized by 



Google 



nulcs determine d'apres sa superficie. L eau partant d'un reser- 
voir d'amont, qui la riparlit cnlre lbs divers canaux, parcourt 
toute la longueur dc chaque canal jusqu'^ son exlremil^ inf6- 
rieure ; le temps qu'ellc met i arriver est deduit du temps d'arro- 
sage. C*est la propri6te la plus eloignee du point de d6part qui 
commence a arroser ; quand le temps auquel elle a droit est ter- 
mini, la propri6t6 au-dessus coupe I'eau au moyen de sa vanne 
et arrose a son tour. II est procdde de celte manifere, en remon- 
tant jusqu'h Torigine du canal, pour recommencer de m6me au 
lour suivant*. 

17. Evaeaatli^ii dcs eaux naperflacs. — Lorsqu'on cesse 
un arrosage il convient que Teau supcrflcielle s'^gouUe prompte- 
ment, et que celle entree dans le sol, en p(^n6trant plus profonde- 
ment, opfere le plus 161 possible cette sorte de succion qui fait p6- 
n6trer Tair k sa suite dans la region des racines. S'il existe des 
cndroilsoii Teau puisse stagncr, ces points deviendront mar6ca- 
geuxetles plantes cullivees y souffriront in6vitablement. Aussi 
rirrigalion ne doit-elle pas consister seulement a porleret repan- 
dre de Teau sur unc certaine superficie, mais encore kassainir ce 
mfime espace, c*est-k-dire ft procurer un 6coulement prompt et 
facile aux eaux superflues quand Tarrosage n'est pas nicessaire. 
On y parvient a Taide de rigolcs diles cCossainissemeiU ^d'egoultage 
ou d' evacuation, ayant pour fonction soit de reporter Feau en un 
point inferieur du canal m^me qui Ta amenee, soit dans un canal 
special ou dans tout autre lieu oil elle puisse trouver un libre ecou- 
lement. Souvent une regularisation prealable du sol esl indispen- 
sable. Ce n'est que dans des cas exceplionnels oil le sol est d'unc 
excessive pcrm6abilite, ou bien lorsque Tcau des arrosages est tel- 
lement mdnagee qu'elle est entierement absorbee avant d'avoir 
atteint les limites extremes du terrain k irriguer, qu'il pent fetre 
permis de negligcr le complement de Tirrigalion dont il s'agit. 
C'est par suite de Tignorance de ce principe fondamenlal qu'on a 
vu des persounes n'arriver qu'k faire pousser du jonc,alors qu'elles 
avaient eru ameliorer une terre ou un pre on y amenant do Teau. 

tH. Iikflaeuee de la perineabilll^ du 0OI. — En general, 

1. Renseignemeals tires d'une notice sur la culture de Toranger en Algerie, 
parM. Ch.Joly. 



Digitized by 



Google 



26 CHAPITRE I. - OftNKRALIThlS SUR LES FRRFGATIONS 

que I'on ait recoups ou non a irrigation, les terrains les plus fer- 
tiles sont ceux qui sont perm^ables jusqu*& une certaiue profon- 
dour, 0,50 a 1 metre par oxemple', et plus ou moins r^tentifs k 
des profondeurs plus grandes. Cettc condition devient plus sen- 
sible encore dans le cas do I'irrigation. Si le sous-sol n'est consti- 
tu6, jusqu'a un^profondcur de plusieurs metres, que pardugros 
sable, du gravier ou d autres materiaux qui laissent passer Feau 
comme un crible, la sdcberesse est h redouter ; il faut d'aiUeurs 
des quanlit^s d'eau dnormes pourarroserconvenablement detels 
terrains. Si, au contraire, imm^dialement au-dessous de la cou* 
che supcrflciclle,gazonnde ou cultiv6e,il ne setrouvequ'un sous- 
sol k peu prfes impermeable, Tespcice disponible pour les racines 
devient trop (Hroit, T^gouttage s'opere imparfaitement, la quan- 
tity d'eau enmagasin^e a la suite d'une pluie ou d'un arrosage est 
trop r6/]uite, la terre v^gdtale passe trop rapidement de I'^tat noy6 
k Textr^me sfecheresse. D'ailleurs le dcssechement s'opere alors, 
dans une forte proportion, par voio d*6vaporation, ce qui a pour 
consequence un refroidissement du sol defavorable a la vegeta- 
tion. Siau lieu de celala couche meuble est plus profonde, la re- 
serve d'eau qu'on pent y introduire par un arrosage est plus con- 
siderable ; puis, Tarrivee de Feau etant interrompue, le pland*eau 
s'abaisse bient6t, et Taction bienfaisante de Tair atmospherique 
ne larde pas a se faire senlir dans Tespace occupe par les racines ; 
Teau n'est pourtanl point epuisee pour cela; a mesure qu elle tend 
il disparaitre vers la surface, celle du sous-sol remonto parcapilla- 
rite ot maintient une humidite sufHsanle pendant assez long- 
temps. 

t9, B^foneement pr^alaUe des terrains h Irrlgpner. — 

Les considerations qui precedent cxpliquent ce fait, mainles fois 
verifie et sur lequel nous reviendrons : qu*un defoncement, jus- 
qu*a une profondeur de 40 h 80 centimelres, du terrain qu*on se 
propose d'irriguer est gc^neralement une operation rdmundratrice, 
qu'il s'agisse d'etablir des champs, des jardinsou des prairies. 

1. Bien entendu,la permeabilite, telle que je la con«;ois ici, n*estpas exclusive 
d*une certaine proportion d'argile ; les terres, mAme tres arglleuses, pouvant de- 
venir perm^ables lorsqu'elles ont eleconvenablementdivisees par Taction des ou- 
tils, I' lie terre suffisamment melangee d'argile se dess^chera raoinsvite que celle 
qui ne serait constituee que par du sable ou de la craie pure^et sera beaucoup plus 
fertile, m^rae 6tant irriguee. 



Digitized by 



Google 



§ 5. — RliSUMB DU PRKMIKK CHAPITRE 27 

§5. 
RESUME DU PREMIER CHAPITRE. 



•0. Bicliesse» emport^es par les flemres. — Je ne sau- 
rais clore ce chapilre sans insister de nouvoau sur rimportance 
que pourraientacqu6rir les irrigalions propremcnt dites el lescol- 
matages, sires pratiques 6laient g6n6ralisees el app1iqu6es sur 
una grande echelle. Comment ne pas rappcler,que]que reballu que 
soil ce Ih^me, que 1^ valine du x\il, en ifigyple, ne doit depuis lant 
de siecles son in6puisable fertilile qn'aux d^bordemenls p6riodi- 
diques de son fleuve charg^ de limon, donl, au surplus, les ))ien- 
fails avaienl ^lejadis considerablemenl 6lendus,kraide d'un vasle 
systfemede canaux et de reservoirs conslruils de main d'hommc. 
Cilerai-je I'ingdnieuse comparaison d'un illuslre g^ologue anglais, 
Lyell, qui, en se basantsur les experiences d'Everest surTeaudu 
Gange, a calculi? que ce fleuve porle annuellemenl k la mer des In- 
des une quanlite de limou d'une ferliliie extraordinaire, dont le 
poids serait ^gal h soixanle fois celui de la plus grande pyramide 
d'l^gyple *. Sanschercheraussi loin de nous d'aulresexemples,je 
terminerai par la citation de quelques eioquenls passages que j'ex- 
Irais texluellement du beau travail de Herv^ Mangon, que j'ai 
deji cite, et que j'aurai encore k citer plus d^une fois : 

« Les limons que les fleuves Iransportent it la mer sont enlevds 
aux lerres en culture, ou bien aux surfaces ddnud^esdu territoire. 
Dans le premier cas, Tagricullure, en ne les arr^tant pas, aban- 
donne une parlie de son capital le plus precieux, laisse 6chapper 
une parlie de son domaine ; dans le second cas, elle realise un 
manque k gagner, elle renonce k une conqu^le que la nature met 
si gen^reusement k sa disposition. 

« La Durance Iransporle chaque ann^e H 000 000 de metres 
cubes de limons, contenant autant d'azole assimilable que 100 000 
tonnes d'excellenl guano, autant de carbonequepourraitenfour- 

1. La grande pyramide a 146 metres de hauteur ; c'est 4 metres de plus que 
la fl^he de Strasbourg ; c'est plus de trois fois la hauteur de la colonne de la 
place Vend^me. 



Digitized by 



Google 



28 ClIAinTRE J. - GKNKKALITKS SIR LKS IRHU^ATIONS 

nir par an iiiic forel de 19.000 hectares d'elendue. La Durance est 
de toulcs nos rivieres celle dont Ics eaux sonlle niieux utilis6es, 
et cependant ragrieullure prolite seulemciit d'lin dixieme de ses 
limons. 

c( Le poids des limons charries par le Var pendant une annee 
formerait un volume de 12 222 000 metres cubes, qui suffirait a 
colmatcr plus de 6 000 hectares sur une epaisseur de 20 cenii- 
metres. 

« Un petit canal de derivation d'eau du Var portant seuleraeni 
1 metre cube d'eau par seconde, el convenablemenl trace, pour- 
rait colmater par an, sur une (^paisseur moyenne de SO k 60 cen- 
limetres, une dizaine d'heclaros de terrains steriles, et cr6er par 
I onsdquent chaque annee une valeur de 30 000 a 40 000 fr. 

« Le Var enlraine a la mer chaque annee 22 000 a 23 000 lon- 
iies d'azote. 

« Si Ton ajoute le poids des limons charries au poids des ma- 
lieres solubles on reconnaitra que la Seine, i Paris, en- 
lraine sous nos yeux chaque annee, ct .sans qu'on le remarque 
pour ainsi dire, 2 117 984 tonnes de maliere solide, poids k peu 
pres egala celui de la totalite des marchandises transporl6essur 
le flcuve a Paris. 

<( Chaque 200 000 metres cubes d*eau completemenl employee 
a rirrigation, dit ailleurs le m(>me auteur, produirait en substan- 
ces alimenlaires T^quivalcnl d'un ba»uf de boucherie. Ainsi les 
t^aux de la Seine, en se perdant sans avoir servi aux arrosages, 
joltent a la mer une tele de gros belail de deux en deux minu- 
tes, soit 720 l^les de gros belail en vingt-qualre heures, ou 262 800 
leles de hetail dans Tannee. >. 

tl. BieliCfliiieii rrd^es par rirrii^Ation. — Nous venous de 
voir I'enorme valeur inlrinseque des matieres conlenues dans les 
I ours d*eau que Tirrigation pent metlre en grandepartieala dis- 
[josition de Tagricullure, aussi Lien dans le cas des irrigations 
d'hiver appliquees aux prairies que dans celui des irrigations d'eie 
appliqu(^os h d'aulres cultures. Mais il ne faut pas perdre de vue 
*jue, dans ce dernier cas et dans le Midi surloul, celte valeur des 
malieres fertilisanles contenues dans I'eau n*est qu'un faible ac- 
cessoire des bienfaits de Tirrigation, qui resident principalement 
dans les effels merveilleux de Taction judicieusement combineedo 
rrsau ol de la chaleur. LVau consideree uniquemenl comme en- 



Digitized by 



Google 



g-5. — HKSLMK [)[] PHBIlliH CIIAl'lTHK 21) 

grais scrait loul a fait insuffisanlc pour cxpliquer Ics prodigicux 
rendcmcnls de ccrlaincs cultures irriguecs ; rexp6riencc demontre 
ea cffct que loin que i'irrigation doive dispenser des fumures, ce 
n'est qu'en y joignant Temploi d'cngrais a forles doses que Ton 
oblienl, non seulement Ics plus grands produits bruts, raais en- 
core les meilleurs resultats economiqucs. L^irrigalion assure I'cf- 
ficacit6 des fumures, de telle sortequ'une dfipense d'engrais qui, 
souvent, ne serait pas couverle par Taugmenlalion des produits 
dans nn sol non irrigu6, conslitue un placement k gros interet des 
que irrigation intervient*. 

De tout teraps et sous diverses latitudes on a reconnu que Tirri- 
gation a pour consequence un accroissemcut rapide de la popula- 
tion rurale, la disparilion de la misere et unc augmentation du 
bien-6tre. Le cullivateur, senlantque son travail, sans etrc exces- 
sif, est pour lui et pour sa famille une source d'aisance, s'attache 
davantage k la terre, el la moralite nieme do la population s'en 
irouve amelioree *. Meme en Belgiquc, dans la Campine, oil Firri- 
gation n'esl guere appliquee qu'aux prairies, elle a complfetenient 
transforme la contr6e et a fait de la plus miserable province du 
royaume une des plus prosperes. Les consequences indirectes de 
tels etals de cboscs s'^tendent an dela des limiles des terrains ir- 
rigues, elles influent sur le commerce national et jusque sur les 
reveiius des Elats. 

ft. lilrrlsation n'cst point lusalabre. — Elle contribue 
m(>me k assainirles r^giojis incultes. Dans les contrees convena- 
blement irriguees,relat sanitaire ne laisse rien i desirer. Parlout 
oil regnent les iievres paludeennes,il est facile de reconnaitre, en 
regardant les cboses d'un peu prfes, qu'il resle k cdte des terres 
irrigu^esde grandes 6tendues de terrains incultes ou marecageux, 
voire mfeme de v6ritables niarais. 

1. Od irouve notamment une Foulc d'exeniples propres a demontrer cette pro- 
position dans les rapports de Barrel sur les irrigations du departement des Bou- 
che8-du-Rh6ne en 1875 et 1876, publics par le ministere de Fagriculture, Imp. 
nalwnale. 

2. Ces fails, signales par Arthur Young des le siecle dernler,el remarques de- 
puis par de nombreux observateurs, ont ete, en quelque sorle, scientifiquement 
d^montres, pour le departement des Boucties-du-RhOne, par Barral, k I'aide des 
statistiques officielles et de tableaux du mouvement de la population, lant pour 
les communes irriguees que pour celles qui ne le sont pas, d'apres les releves des 
registres de I'etat civil. — Rapport sur les irrigations dans les Bouches-du-RhOne 
ea 1876. 



Digitized by 



Google 



CHAPITRE II 

AMENAGEMENT AGRICOLE DE8 EAdX 



g I. Eaux 9uperficieUes el nouterraines, — § 2. Hisertoirs d'trrigation. — 
5i :t, Cours (Teau natureU. — § 4. Cannux d' irrigation. — §5. Elevaiion me- 

nttiUjue df$ eaux. 



EAUX SUPERFICIELLES ET SOUTERRAINES 



«». eiiipl«l dies etkUiL pluvlaliHi. — L*a^riculleur devrait 
fj^erieralement se preoccupor de rassembler et de conduire sur les 
[Mjiiits les plus convenables I'eaa des pluies qui, lorsque \e sol 
n'r^st pas par trop sec ou trop permeable, ruissMe k sa surface ou 
s'eroule dans des fosses ou rigoles. A moins que celte eau ne 
siiii emmagasin^e dans un reservoir, elle ne pourrait 6videm- 
nioiU servir a rirrigaiion des Icrres labourables qui n'onl besoin 
il%Hre arrosees que lorsque la pluie fait d6faut. Mais les prairies 
pennanentes profltent, en lout temps et quel que soit le climat, 
di's arrosages les plus faibles comme des plus abondants. On 
jit^uL done, dans une inlinil^ de cas, cr^er un pr6, au bas d*une 
pii^tri^t^ ou dans quelque pli de terrain, grftce au simple am£- 
nai>^ement des eaux pluvial es. 

i^a nature du terrain de la contrSe n*est pas indifT^rente. Le 
sol esl-il profonddment permeable, Tabsorption pent etre telle 
quti les egouls qu on pourrait recueillir seraient tout k fait insi* 



Digitized by 



Google 



§ 1. *- HIAUX SUPERFICIELLES ET SOUTEHRAINES 31 

g-nifiaDls. Le sol est-il au conlrairo tri^s impermeable, Teau coule 
a la sarfaee des champs, les lave et les degraisse, mais devient 
par cela mdme Irfes fertilisantc ; ses effels sonl d'ailleurs inter- 
mittenls eomme la pluie elle-meme. Enfin si Ton a affaire a un 
sol permeable reposant sur un fond qui Test moins, les pre- 
mieres pluies qui succfedent k une secheresse sonl entiferement 
absorb^s. Mais bieni6t, si le temps continue h fitre pluvieux, 
tout le terrain permeable se trouve satur6 et, k partir de ce mo- 
ment, il laisse pen k peu 6couler son eau parlout oil die rencon- 
tre une moindre resistance. Qu'on creuse un foss^ dans un tel 
sol et, k la suite de chaque p^riode pluvieuse, les parois du foss^ 
deviendront le sitgo d'un suintement qui donnera lieu, pendant 
plus ott moins de temps, k un pelit cours d*eau au fond du foss6. 
II y a telle locality ou, dans ces conditions et dans les ann6es or- 
dinaires, on pent obtcnir un ecoulement, sinon regulier du 
moins continu, pendant cinq k six mois. 

Les fosses qui bordent les chemins et qui enclosent les champs 
sont, en g6n6ral, utilises pour receVoir et conduire Teau. Mais 
il conviendra, quand on sera maitre du terrain, et afln de r^unir 
le plus d'eau possible, de tracer au has de la circonscription dont 
on vent rocueillir Teau un foss6 s'eloignant peu de la ligne de ni- 
veau trac6e sur le sol, tout en conservant unepente sufflsante pour 
que Feau y coule trfes franchement (3 et mfeme 5 millimetres par 
metre, si c'est possibloj^ Ce foss^ se composera souvent de detll 
branches inclindes en sens conlraire, partant de deux points 
Opposes et venant se r6unir par leurs extrdmilfis inf6rieures pour 
former la prise d'eau du terrain k irriguer. Ce sera dans cetle 
espece de foss6 de ceinture que Ton fera aboutir les autres fosses 
ou rigoles existant dans Tetendue du bassin de rdception des 
eaux pluviales, ou ceux qu'on jugera utile d'y tracer pour com- 
pleter le systfeme. 

•4. £tttplof d«(i ^nnx lie UmlttAite. — Ainsi que nous 
Tavons vu dans Id chapitre premier (§ 2), Teau provenant dil 
drainage des lerres cultivees est tiche en nitrates et dminemment 
fertilisante. Quand on appliquera, sur une (^chelle un peu large, 
le procede d'utilisation des eaix pluviales qui vient d'etre expos6, 
les eaux des terrains drain6s, compris dans le perimfetre du ver- 
sant dont on recueillera I'eau, seront naturellement mftl^es aux 
autres» Mais, en dehot^ dd ces conditions, les eauX de drainage 



Digitized by 



Google 



:v> CIIAlMTHi!: II. — AMK.NAGKMfciyr DE6 EAIX 

J* VI aient elre bcaucoiip plus ulilisees qu'elles ue le soul. Quaiid 
Mil draiiie unc propriele, on sc conlenlc trop souvcnl d'cnvoyer 
r*.v\ii qui sort des bouchcs de drainage dans le cours d'eau, ravin 
ON fosse le plus voisiu. On dcvrail, au lieu de ccla, lorsqu'ou 
fail Telode d'un drainage, chcrcher d abord s'il ne serait pas pos- 
siblij^ en disposant convenablement les drains collecteurs ct en 
le^ prolongeanl au besoin, de concenlrer loutes les eaux sur 
(jHclque point inferieur de la propriele. Toules les fois que la 
cuiiliguration du sol se pr^le a une combinaison de ce genre, on 
peul, soil faire servir les eaux aux arrosages d'un jardin en les 
roi.'Lieillant dans un reservoir, soil, plus simplemont, Tuliliser 
pour la creation el Tenlretieu d'un pre permanent donl Tetendue 
pourra 6lre, suivant le sol el le climal, de 3 a 5 pour cent de 
ti^lle des terrains draines. C'est pen, mais non pourlant a de- 
ilaifrner. 

M^. Kttiploi des sourccM. — Les sources soul souvent uli- 
lisees pour rirrigalion. Celles qui sent abondantes, et donnent 
lii'u en toute saison a un cours d*eau plus ou moins important, 
jiouvent etre ulilisees pour les arrosages, qui se donnent pendant 
TeLi^ a loutes especes de cultures, soil qu'on dirige Teau succes- 
^ivemenl sur diverses pieces de lerre, soil qu'on Taccumule d'a- 
bi>rd dans un reservoir pour la lAclier en temps opportun. Les 
ivuix de plusieurs sources, cbacune trop faible isolement pour 
fournir un courant suffisant, peuvent parfois etre ulilisees aprts 
aMJir ete reunies. Quant aux sources les plus faibles, c'est sur- 
hiut a rirrigalion des prairies qu'elles sont applicables, et on 
peul loujours avoir en aval de leur point d'emergence une 6len- 
diic de pre proporlionnee a leur debit. 

911. Captaire cle» sources. — Le debit des sources pent 
sLmvent «^lre augmenle par quelques travaux. II arrive memo 
qii'on pent decouvrir une veritable source dans un endroit oil il 
n'oxistait qu'un terrain loujours bumide, oil croissaient des 
joncs, des saules et aulres planles propres aux marecages, ou 
biim dans un point indique seulement par quelques suintements, 
on encore a la place d'une mare ye tarissant pas, mais priv^e 
d rcoulement. 

Les travaux qui conslilucnt le captafje d'une source consis- 
ti tU, en principe, a debarrasscr les conduits ualurcls qui ameuout 



Digitized by 



Google 



§ 1. — EAUX SUPEI^FICIELLES ET SOUTERRAINES 33 

Teau des sables, vases, eboulis ou aulrcs obstacles qui Ics obs- 
truent; k ^largir parfois quelque pou ces conduits Jorsqu'ils 
consistent en crevasses dans des roches solides que I'eau ne pout 
ronger ; k oblil^rer, avec de Targile corroy6e, du b6ton ou du ci- 
ment les vides, crevasses ou parois perm^ables qui absorbent une 
partie de Teau fournic par la source; enfin k r^unir, s*il y a lieu, 
les divers filets d'eau qui sourdcnt en des points voisins. Mais la 
nature du sol^ la disposition des couches de terrain et des masses 
min^rales, la configuration des lieux et la position de la source 
pouvant varier a Tinfini, il est impossible de donncr pour les 
captages des regies precises et gen6rales. Ordinairement on tAche 
do donner k Teau un ecoulement provisoirc ou de Tipuiser par 
un moyen quelconque, afin de pouvoir travailler plu&librement ; 
on d^blaye avec precaution en cherchant a reconnaitro la direc- 
tion d'oii vient Teau; on dirige la fouille de manifere k la suivre 
en quelque sorte pas k pas en remontant le courant.'Mais ce sont, 
en somme, Tintelligence et la sagacit6 du chef du chantier qui 
d^cident du succfes dans chaque cas particulier. 

Quand un suintement existe au pied ou sur la pente d*un co- 
teau, plus particuliferement dans un petit vallon en forme de cir- 
que, c'est g6u6ralemcnt par une tranch(^.e ayant une moindre 
pente que la surface du sol, et dirigee comme si Ton voulait pe- 
nelrer dans le coteau, que Ton met la source a d^couverl. On est 
mSme amen6 souvent, quand la lranch6e devient trop profonde/ 
k entrer en galerie dans la montagne. Dans les roches faciles a 
attaquer, et en memc temps se soutenant bien sans que des 6bou- 
lements soient a craindrc, comme la craic, par exemple, le per- 
cement d'une galerie est peu dispendieux. On donnc ordinaire- 
ment aux galeries de 0,80 k I mhire de largeur et de 1,80 k 2 
metres de hauteur, afin que Touvrier puisse y travailler sans trop 
de g^ne. Quand le terrain est 6bouleux et doit fttre soutenu au 
fur et k mesure de Tavancement, ou bien quand la roche est dure 
et ne pent fetre abattue qu'i I'aide de la poudre, Top^ration de- 
vient un veritable travail de mineur qui incombe k des hommes 
sp^ciaux et, tant au point de vue technique qu'au point do vuc 
financier, elle n'est plus gufere a la porlee des simples agricul- 
teurs. Des travaux de ce genre sont plus souvent entrepris chez 
nous pour capter des sources min6rales reput6es pour leurs vor- 
tus th^rapeuliques, ou celles qu'on destine k Talimentation des 
grandes villes, qu'en vue des irrigations ; on cite, n^anmoins, en 

3 



Digitized by 



Google 



34 CHAPITRE II. — AMENAOEMENT DES EACX 

divers pays, des exemplcs de galeries creusees pour la recher- 
che des eaux d'irrigalion ; les Maures en Espagne, les anciens 
persans oQt ainsi cr^d de pelits cours d*eau encore uliiises de 
DOS jours. 

Dans an lerrainkpeu pr^s plat, ou, pour parler d'uno manifere 
plusg6n6ra]e, dans les cas oil Teau ne pent arriver au jour qu'en 
remontanl verticalement, on ehlfeve d'abord la terre v6g6lale et 
les mal^riaux meubles sur toule Tetenduc dans laquelle se mani- 
festent des suinlements. On abaisseaulani que possible le niveau 
d*eau dans la fouille, par des epuisemenls ou k 1 aide dune 
tranchde. Cela fail^ on attend qu'un repos suftisant ail permis & 
Teau de s'^claircir et on observe les points du fond d'oii elle sur- 
git avec un.bouillonnement caracl^ristique, rendu plus dvident 
par le mouvemenl des grains de sable; k d^faut de ce dernier, on 
repand quelquefois dans Teau des corps lagers tels que de la sciure 
de bois pour rendre les mouvements de Teau plus sensibles. La 
position d'un botiillon 6tant reconnue on ^tablit, au-dessus, un 
petit puisard dont un tonneau d^fonce par les deux bonis pour- 
rait servir k former les parois. Mais un tonneau ordinaire n'etant 
pas tr^s solido, on riservait autrefois pour eel usage des Iron- 
Qons de gros arbres crcux ; il est pr6f6rable de faire faire des cu- 
veaux sans fond, k douves epaisses, en bois d'aulne ou de chSne, 
solidement cerclds en fer; on leur donne une forme Idg^remenl 
Ironconique qui facilite le serrage des cercles. Aujourd'hui on 
pourrail employer avec avantage, pour le m^me objet, ces gros 
trouQons do tuyaux en beton comprime, fabriques en vue de la 
confection des aqueducs et ponceaux donl ii est question au 
num6ro 78. Dans tons les cas, le cuveau elanl pose verticale- 
ment au-dessus de la source, on Venfonce dans le sol jusqu'a 
ce que sa partie sup^rieure d^passe peu le niveau oti doit se 
faire Ticoulement d^finilif. On opere rcnfoncemenl en creusant, 
par voie de dragagc k Tinterieur du cylindre el jusque sous ses 
parois, tout en frappant de temps k autre avec un maillet a la par- 
tie superieure ou en le chargeant de poids. Une casserole de fer 
donl, au besoin, on allonge le manche en le lianl solidementau 
bout d'un b&ton, est assez commode pour le dragage dont il s'a- 
git. Le cuveau elanl definilivement en place, Tinterieur cur6 le 
mieux possible, on fail au haul du cylindre une ^chancrure pour 
Tdcoulement de Teau et on pilonne de la terre argileuse lout k 
Tentour du puisard. Si plusieurs bouillons onl 6le recoonusitpeu 



Digitized by 



Google 



§ 1. — EAUX SUPEHFICIELLES ET SOUTERHAINES 35 

do dislance ies uns des autres, oq r^pMe pour chacun d'eux les 
m^mos op6ralions, et on prend des mesuros convenables pour 
r^unir dans unc mfeme rigolc Teau qui s'ecoulc des divers pui- 
sards. Un petit bassin en maconnerie ou simplement garni de 
planches sera le recipient commun d'oii parlira la rigole ; le resle 
de la fouille sera recombl^. Telle est la m^lhode fr^quemment 
suivie en Pi6moni, en Lombardie el dans quelqucs regions du 
centre de la France. Dans d'autres conirdes, au lieu d'empio) er 
des cuveauxqu'on pent enfoncer lout d'une pifece, on n'a recoups 
qu*k la ma^onnerie, ce qui est un pen moins commode quand il 
s'agit de Iravailler dans Teau. II est toujours utile de couvrir les 
puisards des sources avec des dalles, tant pour les garantir de la 
chute des feuilles et aulres objets que pour emp^cher la crois- 
sance des plantes aquatiques, lesquelles ne viennent guere dans 
robscuritd. On pent Clever un ^dicule qui renfcrme la source et 
ses d^pcndances dans une chambre close et couvertc ; mais c^est 
1& un luse dont on se dispense ordinairement quand il ne s'agit 
que d'irrigations \ 

II peut arriver, lorsqu'une source se Irouve sur le penchant 
d'un coteau, qu*on puisse la capler k un niveau un pen supdrieur 
k celui oh elle tend h se faire jour primitivement, et obtenir ainsi 
de grandes facilit^s pour conduire Teau sur les points voulus, si 
ce n'eslm^me la possibility d'irriguer des portions de terrain qui 
n'auraient pu T^tre sanscetle amelioration. Mais il faut segarder 
de sur^lever tfolablemenl une source en maintenanl Tead entre 
des parois arlificielles. En augmenlanl ainsi la pression, on ne 
peut que diminuer le d6bit et Ton risque fort quc,reau se frayant 
une nouvelle voie souterraine, la source ne vienne a tarir pour ne 
plus reparailre. 

99. Emplol de eoiiduite« sonterralnen poui* Teaa de 
Mutree. — Pour rassembler les eaux d'un certain nombre de 
sources ou de suintemenls, et en conduire le produit jusqu'ii la 
rigole d'irrigation la plus proche, on fait usage de diverses 
series de canalisations, presque toujours souterraines. Le mieux 
pour rassembler, vers leur origine, plusieurs filets d'eau, con^* 



1. OntroUvefa des indications sommaires relatives aux captages, et quelques 
exemples de constructions ^lev^es sur Templacement des sources, dans VEricy* 
clopddie des travaux publics^ Dislributiom d'eaui par Bechmaiin, no 154. 



Digitized by 



Google 



36 CHAPITRE II. - AMfiNAGKMENT DES EAUX 

sistc k etablir do pelils canaux ma^onues, d'une section sufli- 
sante pour que T^coulement ait lieu sans les remplir ; c est ce 
qu'on appelle des conduites libres. On recouvre ces canaux, soil 
seulement par des dalles, suit en outre par un reroblai de lerre. 
Quelquefois il pourra suffire de reunir les divers canaux dans un 
petit bassin d'od Teau s'^oulera directemeni dans unc rigole, 
comme il est dit ci-dessus (26). Mais plus souvent les sources 
etant a une certaine distance des terrains a irriguer, il serait k 
craindrc qu'il y eAl dans un simple fossd trop de pertes par eva- 
poration, et surtout par infiltration, sans compter les degrada- 
tions du fosse. Dans ce cas, on fera aboutir les divers canaux 
dont il vient d'etre question dans un rcgardy sorte de puisard en 
maQonnerie ciment^e, reconvert d'une dalle amovible. Du re- 
gard partira une conduite en tuyaux, dont Forigine sera k un 
niveau un peu inferieur aux points d*arriv6e de Teau, car, cette 
conduite devant couler ie plus souvent k plein tuyau, il faut qu*il 
y ait une legfere charge au-dessus de Forifice. 

Les tuyaux en poterie ont 6te et sent encore tres employes ; il 
faut que les joints en soient cimentes avec beaucoup de soin; 
leur pose, sans £tre difficile, n'est gdn^ralement bien faite que 
par des ouvriers ayant Thabitude de ce genre de travail. Quelque 
bien ^tablie que soit d'ailleurs une telle conduite, elle a Tincon- 
venient de manquer d'^lasticile, et les moindres tassements du 
sol peuvent amener des ruptures. Or la plus imperceptible f^lure 
suffit pour livrcr passage k une radicelle de v6getfl ; un chevelu 
abondant se deveioppe des lors d'une maniere extraordinaire 
a rinterieur de la conduite et ne tardo pas k Tobslrucr comple- 
tement. Aussi, les engorgements ot les reparations ne sont-ils 
pas rares dans les conduites en poterie el le plus sur, lorsque des 
motifs d'economie ne s'y opposent pas, est-il d'avoir recours k la 
fonte. Les fabricants de cimenl de la Porte-de-France, prfes Gre- 
noble, entrcprennent Texicution de conduites en ciment, qui se 
fabriqueut en place dans la tranch^e et forment un tuyau mono- 
lithe. Ces conduites, sauf pour les tres petits diamMres, sont plus 
economiques que celles de fonte ; leur defaut est le manque de 
flexibility ; u part cela elles sont plus inalterables que la fonte, 
qui s^oxyde a la longue, et plus r^sistantes que la poterie dont 
les parois sont beaucoup plus minces. Somme toute, on en a ob- 
lenu dans diverscs applicalions de trfes bons r^sullats. 



Digitized by 



Google 



§ I. -- liAUX SUPERFICIELLKS RT SOUTl':UIi.\INI:S 37 

98. Pulls •rdiualres •u for^s. — II n'est guere dc locali- 
t6s oil, en creusant un puits^ on ne puisse alteinclrc un ou plu- 
sieurs niveauxd*eau ; maisVesl surtout quand Tcau se rencontre 
& pou do profondeur, 4 qu 5 mfelrcs par exemplo, qu'on pent 
avaniageuscmenl en lirer parli pour Tirrigaiion. Ce cas se ren- 
contre notamment dans ioutes les plaines qui forment le fond 
des valines des grandes rivieres; la, sous une ^paisseur variable 
de terre v6g6lale et de limons, plus raremcnt de lourbe (allu- 
vions modernes), on rencontre constammenl un d^pdt de gra- 
viers (alluvion ancienne) h la base duquel est une nappe d'eau, 
g^n^raleroent abondante, qui provient des hauteurs voisines et 
se rend k la rivifere. Dans ces conditions il y a tres souvent profit 
a creuser des puits et k en extraire I'eau ; roais c'est surtout pour 
les jardins, les potagers, les plantes industrielles et la petite cul- 
ture que les puits sont utilises. 

Quant aux puits for^s dits artesiem^ leur usage agricole est 
beaucoup moins repandu. Cela tient d'uno part k ce que ces fo- 
rages content fort cher, et, d'antre part, a ce que leur r^ussite est 
fort al^atoire, sauf dans les regions ou ils onl 6t^ deja exp6ri- 
mentes el oil Texistence d*une nappe artesienne a et6 mise hors 
de doute. On sail quels services les puils for^s ont rendus en 
Alg^rie dans la region du Sahara. 

Les r^sultats des forages sont particulierement favorables 
quand Teau jaillit et s'ecoule d*elle-m&me par Torifice du trou dc 
sonde. Maisil arrive aussi qi]|e Teau ne remonte d*elle*m&me que 
]usqu*a un certain niveau au-dessous de la surface du sol; si ce 
niveau n*est pas trfes profond, on pent encore, a Taide d*une 
pompe, utiliser les travaux fails. 

Pour Velevation mecanique des eaux^ voir § 5. 



§2. 
RESERVOIRS D'IRRIGATION 



••• utility den r^ser¥olr«. — Soil quon se procure Teau 
par Tune ou Tftulre des n^ethodes indiquees jusqu'ici (n" 23 k 



Digitized by 



Google 



38 CHAPITRE II. - AM6NAGEMENT DES EAUX 

27), soil qu*oii veuille mQttre k profit un simpio rutsscau, ou en- 
core un de ces cours d'^au torrenliels qui souvcnt 8ont a sec une 
partie de I'anQ^e, retablissement d'un reservoir sera ioujours 
une operation utile qui am^iiorera beaucoup Ics conditions dans 
lesquelles on pourra img^uer : 

1® Quand on a affaire a de tres faibles ^coulements, alors 
m£me qu'ils sonl coniinus, Tirrigation n'cst mai^ricllement pos- 
sible qu'aulant que Teau a 6i6 ras^embl^e prealablement dans un 
reservoir. On vide celui-ci dans un temps beaucoup plus court 
que celui qu'il a mis a sc reraplir, et c'est par cet arlifice qu'on 
oblient un courant assez fort pour faire parvenir Teau jusqu'aux 
points extremes des terrains a arroser ; 

2* Toules les fois que le moyen employe pour se procurer 
I'eau est soumis aux vicissitudes des saisons et dcs circonstances 
m6l6oroIogiques, Tirrigaleur ne pent felre coraplelement maitre 
de ses operations qu'autanl que les eaux sont emmagasiu6es dans 
un reservoir, oil ii pent puiscr en lout temps ; 

3* Dans les oontr^es 6loign6es des rivieres, les reservoirs per- 
mettent de recueillir Teau des averses et des orages, en m^me 
temps qu'ils pr^viennent les degftts que peuvent exercer parfois 
les pluies torrentielles ; 

4^ Independamment de I'objct special en vue duquel les divers 
reservoirs sont construits, ils pourraieut s'ils dtaient trfes vastes 
ou trfes multiplies dans une contree, exercer une influence salu- 
taire sur le regime des cours d'eau de la region. Ce serait \k un 
des moyens d'amoindrir la denudation desmontagnes, le creuso- 
ment des ravins, Texhaussement du lit des torrents dans les 
plaines, peut-eire m6me les inondalions. 

Les reservoirs destines aux irrigations sont d'une contenance 
variable, depuis une dizaine jusqu'k plusieurs millions de metres 
cubes. 

80. B^servoirft ^tablN aa^dessns du sol. — Quand le 
terrain h irriguer est h pen prfes plat, et si d'ailleurs Teau, tir^e 
par exemple d'un puits ou d'une rivifere, doit ^tre eievee par une 
pompe ou autre ongin analogue, on dtablit le reservoir au-dessus 
du sol, afin qu'il puisse etre vide entitrcment par un orifice in- 
ferieur. Ce cas sc pi-esente particulieremenl dans les jardins pu- 
blics ou particuliers, potagers, pepinieres, etc. Dans ces condi- 
tions, on pent aujourd'hui substitucr avec avantage la t6Ie k 1^ 



Digitized by 



Google 



g 2. ^ RteERVOIRS D'IRRIGATION 39 

magonnerie dang leg r^gervoirs. Lorgqu'on digpose de bonne 
chaux hydraulique et que Ic gable ei le gravier, bien exempig de 
terre, gont gur place, il pent 6lre 6conomique d'ex6cuter leg pa- 
roig du reservoir en b6lon. Leg murg g'61evenl alorg par coucheg 
et par partieg guccessiveg, en piionnanl le beton dang un encais* 
gement mobile en plancheg, comme on le fait pour le pis^. On 
donne dans ce cag au reservoir une forme carr6e, la plug facile k 
conslruire, bien que la forme circulaire exige moins de pirimfelre 
d'enceinle pour une mftme capacity. Dang ces constructiong en 
b^ton on osl dans Tugage do donner aux murg du reservoir une 
trfes forte ^paisgeur que Ton diminuo, a mcsure qu'on s'ileve, par 
des relraiteg guccessiveg; cetle solution exemplo des diflicull6s 
qu'on 6prouve k conslruire dans cc systfeme des murs k parois in- 
clines el gurtout k parois courbes. Mais il a 616 reconnu que le 
meilleur profil en travers, pour les murs de reservoirs, est celui 

de la figure ci-contre, ^parce que 
ce profil est calculd de manifere que 
la ma^onnerie y travaille aussi 
6galement que posgible k toutes 
leg hauteurg *. C'est le profil qui 
doit 6tre adopts pour toug leg t6- 
gervoirs en maQonnerie d'une cer- 
X _ taine importance, el dont on devra 
V\ ge rapprocher le plus possible dans 
'p. - tousles cas. Quel que soitle mode 

de construction des murs, le fond 
du reservoir doit parfois felre form6 d'une couche de b6ton de 
15 centimetres d'dpaigseur mfeme sur les terrains les plus solides, 
et plug 6paigse sur un terrain moins bon. Toutes les parois in- 
I6rieureg doivent felre revalues d'un enduit en ciment. 

81. R^servolr^ d-lrri§^ation creases dann le sol. — 

La grande majorile des rdsorvoirs d'irrigation est en lerre. Ex- 
ceptionnellement ils peuvenl 6tre ferm6s d'un c6t6 par une digue 



1. La th6orie et les calculs d*apres lesquels on determine la forme et les dimen- 
sions exacles de ces sorles de murs ne pourraient fitre exposes sans sortir com- 
pletement du cadre de cet ouvra^e. Mais pour les Iravaux les plus courants qui 
ne reclament pas le concours d'un ingenieur special, on obtiendra une solidit6 
suPfisante en faisant en sorte que I'epaisseur du raur au milieu de sa hauteur soit 
egale au tiers de la hauteur d'eau qu'il s agil de contenir. 




Digitized by 



Google 



AO ClfAPITHK II. - AMKNAOfclMKxM DliS liAUX 

Oil maQonnorie. L*eau, n'elant que Ires raremcnt elcv6c par des 
machines, doit g6n6ralemcnt arrivcr dans Ic reservoir k une de 
ses exlr^mil^s, en vertu de la penle ; landis qa*une bonde de 
fond plac6e a rextrdmit6 oppos^e permct de vider le rc^servoir en 
d6versant Teau dans une rigole en aval. II resulte de la que les 
r6servoii»s en lerre ne peuvenl 6tre ^lablis que sur des terrains 
ofTrant une pente assez prononc^e. 

liest bien rare toulefois qu*un terrain de queique 6tendue soil 
absolument de niveau et ne pr^sente aucune ondulation. Si done, 
en s*aidant du niveau, on pent Irouver deux points, m^me quei- 
que peu distants Fun de Tautre, dont la di(T6rence d altitude soit 
6gale k laprofondeur qu'on veut donner au reservoir, celui-ci sera 
executable. Verslo premier point, le reservoir aura la forme d'un 
canal enti^rement creus^ dans le sol ; k Textr^mite oppos^e, il 
sera enti^rement au-dessus el maintenu entre des digues. 

89. Petits r^0erT«lrs p«or rirrlirati«ii de« prairies 
dans le« maiitairiies. — Dans les pays de montagnes ob se Iron- 
vent des prairies irrigu6es, comme la Suisse, les Cevennes, on 
rencontre des reservoirs do quelques mfetres cubes seulement de 
capacity, etablis par de simples paysans et places dans queique 
pli de terrain. lis consistent en une excavation pratiqu^e dans le 
sol ; la terre des d^blais ayant 6ii reportee en remblai du c6te le 
plus bas,de mani^re k completer Tenceinte par une sorte de digue 
souvent consolidee par un revfetement en pierres seches. C'est,en 
g^n^ral, une raisond'economiequi engage a elablir les reservoirs 
sur do faibles dimensions ; it est vrai de dire, neanmoins, que la 
disposition des lieux qui se pr^te le mieux k Tdtablissement d'un 
bassin de tr^s-petite etendue ne permettrait, quelquefois, qu'au 
prix d'^normes travaux la construction d'un ouvrage plus spa- 
cieux. II faut remarquer d'ailleurs que ccs reservoirs, destines k 
des prairies auxquellcs les arrosages peuvent ^Ire donnas en tout 
temps, ont principalemenl pour but de rendre utilisables les plus 
minces filels d'eau ; et qu'il suffit k la rigueur qu'ils puissent 
concentrer un volume suffisant pour que, Iftch^e en un court 
espace de temps, Teau recouvre momentan^ment la prairie. Bien 
qu*en general une surveillance journalifere soit inseparable de 
toute irrigation bien conduite, on conceit que la manopuvre de 
la bonde des plus pelils reservoirs, qui s'emplissent en peu 
d*heures, deviendrait une sujelion trop genante. Aussi a-l-on 



Digitized by 



Google 



i 2. — RESERVOIRS D'IRRIGATION 41 

imagine des appareils aulomaliquos qui rendcnt dc veritablcs 
services. Le plus simple parait etrc un siphon s'amorcant de 
lui-m6me quand Teau arrive an niveau de la parlic horizonlale 
qui riunil les deux branches, et so desamorganl des que le re- 
servoir est vide et que i'air rentre par l'exlr^mit6 prec6demment 
immergee. Un lei siphon peut fetre compose avec des tuyaux de 
fonte ou 6labli en fer galvanis6, voire mdme en zinc fort ; il doit 
Mre parfaitement exempt de louto fissure. 




\Sm 



Fig. 2. Fig. 3. 

Sans un artifice parliculier, un siphon d'un certain calibre 
s'amorcerait difficilemeni, Tair pouvant rentrer sans cesse par 
rextr6mit6 ouverte inferieure et ayant pour effet de diviser la 
colonne liquide. Dans ce cas, Tair qui remplit la branchc hori- 
zonlale n'est pas expulse ; Teau s'ecoule par le siphon, mais len- 
lemenl, celui-ci ne coulant pas a gueule bee et remplissanl Tof- 
tice d'un simple Irop plein, sans pouvoir vider le reservoir. II 
suffit, pour dviler cette difficulte, de disposer, comme Tindique 
la figure 3, sous rextremit6 verticale du siphon, im vase en 
forme de godet donl le bord supfirieur soil k quelques centime- 
tres au-dessus de rextremil6 du tuyau descendant. L'eau dont ce 
vase est toujours rempli s oppose k la renlr^e de Tair ext6rieur. 
Quand Teau, dans le reservoir, arrive au niveau de la branche 
horizonlale du siphon, elle s'ecoule d'abord lenlement; mais 
celle qui lombe en cascade dans la branche verticale a pour effet 
d'entralner Tair compris dans cette branche et de le refouler a la 
parlie inf6rieure. L*air s*echappe en bulles k travers Teau du 
petit vase, et se Irouve au conlraire rarefid dans la parlie sup6- 
rieure du siphon; au bout de quelques instants, Tamor^age est 
opdre ; Teau s'6couIe en d6bordant h, flots par dessus les bords du 
petit vase. 

88. £taiiip« ffcrwaiit de r^ffcrvoips d'irrig^atlon. — Dans 
les regions non montagneuses, mais h sol 16gerement ondul6, on 
profile des plis de terrain en forme de vallons plus ou moins pro- 



Digitized by 



Google 



it CHAPITRE II, — AMeNAGEMENT DES EACX 

nonces, ayant une pente gen^rale suivant leur longueur el un 
profil concave dans la direction Iransversale. On baiTe un de ces 
vallons par une digue, et on obtient ainsi un bassin dont toutes 
les parois, sauf du c6l6 de la digue, sonl fornixes par le sol dans 
son 6tat nature). C/esl ia T^lang typique. De tels reservoirs sont g^- 
neralemenl caracteris^s par unegrande surface et une profondeur 
relativemeni tres faible. On en voit qui s*etendent sur 50 hectares 
et meme davantage. Mais leur profondeur, d^passe bien ra- 
remSnt 5 ou 6 mfetres k Tendroil le plus creux, et Ton ren- 
contre dans les pays plals des Clangs donl la profondeur 
moyenne n'esl guere que de 50 ccnlimetres. Quand on n'a en vue 
que de cr6er une reserve d'eau, on doit cherclier au conlraire a 
donner aux dtangs bcaucoup de profondeur et pen de surface ; la 



figure 4 est un plan d'ensemble donnant une id^e du genre de 
reservoir dont il s'agit.Les traits pointings indiquent les courbes 
de niveau du terrain ; la digue en terre part des points A et C 
pris sur une m^me ligne de niveau. On aurait pu joindre ces 
deux points en ligne droite, et cela se fait dans certains cas ; 
mais il est Evident que par le trac6 courbe de la digue la capa- 
city du reservoir est notablement augmcnl6e, d'autanl plus que 
Vespace gagni en superlicic sc trouve avoir une grande profon- 
deur relative. Le sommel de la digue se trouvant dans le m6me 
plan horizontal que la courbe de niveau choisie, et m^me un pen 



Digitized by 



Google 



I 2. - RESERVOIRS IRRIGATION 43 

Au-dessus, Teau pourrd occuper tout Tespace compris entre la 
digue et cette courbe AEC. La digue se termine supdrieurement 
par une partie plate pouvant Bervir de sentier; elle est liniit^e 
lat^ralement par des talus. Ceux-ci se prolongeant d*autant plus 
que la digue est plus haute, il s'ensuit que cette dernifere a une 
trfes large base vers le milieu de sa longueur, landis qu*elle 
devient de plus en plus ^Iroite, tout en devenant moins haute, 
en se rapprochant de Tune et Tautrc cx(r6mit6 oii elle finit h 
rien. 

En B on manage k Tinti^ricur de la digue et au niveau du fond 
du reservoir un conduit muni d*un moyen de fcrmeture et des- 
tine i la vidange. L'eau, quand on la laissc ecouler, suivra le 
canal ou rigole F, qui le plus souvent devra suivre, avec une fai- 
ble pente, une direction peu diffdrente de celle des courbes hori- 
zontales du terrain ; c'est Ik, en effct, le moyen do porter Feau le 
plus haul possible, et d'irriguer la plus grande 6tendue de ter- 
rain. II cpnvicnt, pour que le vent ne puisse faire jaillir Teau 
hors du reservoir, que le sommel de la digue d^passe de 50 cen* 
timMres a 1 mfelre le niveau auquel Tcau doit s'61ever. Mais h ce 
niveau precis doit se trouver un ddversoir de quelques metres 
de largeur par lequel Tcau s'ecoulera, s'il continue d'en arriver 
dans le reservoir lorsqu'il est d6ji plein. Ce d^versoir, qui n'est 
pas netlement figurS sur le dessin, doit Stre plac6 en D, k une 
cxtr6roit6 de la digue ; de plus, il est possible de tracer, en par- 
tant de ce point, un canal de trop plein G, qui, suivant k peu pr5s 
les horizontales du terrain, pourra au besoin fournir, en temps 
de crue, de Teau d'irrigation a un niveau supirieur k celui des 
terrains irrigu^s par la bonde de Tdtang. 

Le plus souvent, pour construire la digue, on fait un emprunt 
de tcrre en dehors des limites de Tfitang. Cette mani^re d'op6rer 
pouvait avoir sa raison d'fetre pour les Clangs d*autrefois, qui 




Fig. 5. 



itaient alternativement en eau et en culture. Mais quand il s'agit 
de cr6ep un reservoir d*irrigation, on doit, toules les fois que le 
terrain sur lequel repose ce reservoir est propre k la construc- 




( \^^^^^^^\^i^^e6byG00^ 



Ai 



CHAPITHI:: fl. — AMliNAOEMblNT DE5 EALX 



tion dc la digue, prendre la torre dans son interieur, dont on 
augmente ainsi la capacity. La flgure 5 est un profil dans le sens 
perpendiculaire au milieu de la digue. La surface primitive du 
terrain naiurel correspondait i la ligne poncluee ; on voit com- 
bien la capacil^ se trouve augmenl^e si on pent approfondir jus- 
qu'en GH, ainsi que Tindique la figure. Si on se reporle a la 
figure 4 ci-dessus el qu*on fasse une coupe suivanl mw, on ob- 




Fig. 6. 

tiendra le profil donne par la figure 6, dans laquelle la ligne ponc- 
lu6e indique encore le profil primilif du sol naiurel. 

84. Constraetlon den Mguem d'^tmn§;m. — La largeur de 
la digue au sommel sera de un mMre el demi environ, quelles 
que soient les aulres dimensions de la digue; il n'y aurait lieu 
d'adopler une largeur plus grande que si la digue devrait servir 
d'assictle a un chemin. 

L'inclinaison du talus exterieur devrait dependre, k la rigueur, 
de la lerre employee ; inais on peut en pratique adopter une 
inclinaison de 1 1/2 de base pour 1 de hauteur. Quant au lalus 
interieur, celui qui doit 6tre reconvert par Teau, il ne peul se 
maintenir que sur une Ires- faible inclinaison^ qui correspond k 




Fig. 7. 

Ires pen pres a 3 de base pour 1 dc hauteur. Ainsi, dans la 
figure 7, AD extant le sommet de la digue, BE 6tant une horizon- 
tale, on abaisse sur cette derniere ligne les perpendiculaires 
A(i, DF; k parlir de F, on porte FE egal a une fois et demie la 
hauteur DF; on porte, d'autre part, CB 6gal k trois fois la hau- 
teur ; enfin, joignant A i\ B, D h E, on a le profil de la digue. 



Digitized by 



Google 



i 2. - RfeSERVOIRS D'IRRIGATfON 45 

Avant de commenccr le rcmblai d'une digue, on culevc Ic 
gazon et la lerre v6g6lale. En general pour couper plus sfircment 
les veines de terrain permeable cl lout ce qui pourrail donner 
passage aux infillrations, on creuse une sorte de fondalion k 
rossauts, comme on le voil sur la hgure en GIH. II faut avoir 
soin de ne rien introduire dans le remblai qui puisse en delruire 
rhomog^n^it^, comme gazons, bois, grosses pierres, etc. ; il faut 
briser avec soin toutes les moltes , faire passer le plus pos- 
sible les brouettes et les voilures sur le remblai , enfin pilon- 
ner fortement les parties qui ne peuvent 6tre autrement com- 
prim^es. Ex6cutee dans ces conditions, la digue ^prouvc des 
tassemenls et donne lieu k quelques infiltrations, surtout pendant 
la premiere ann^e, mais on r^pare les degradations et les terres 
finissent par s'asseoir d^finitivement. En cas de fuite grave sur- 
vcnant dans les premiers temps de la misc en eau, il suflit sou- 
vent de vider en partie le reservoir et d'atlendrc quelquc temps 
avant de le remplir de nouveau ; la lerre, d<5trempee une premiere 
fois, se tasse ensuite d*autant mieux en se ressuyant, et devient 
ainsi impermeable. 

On fera bien, lors de la construction, de tenir la digue un pen 
plus elevee qu'elle ne doit T^trc d^finitivoment, k cause du tas- 
soment qui s'opfere toujours el qu'on lvalue k d/20 environ de la 
hauteur en chaque point. 

On augmentera rimpermeabilil6 d'une lerre mediocre en la 
pilonnant fortement par couches de 10 k 15 cenlimfetres, avec un 
pilon dont rextr6mit6 inf^ricure, au lieu d'etre tronqu6e carr6- 
ment, soit laill^e en coin k arfele un pen arrondio, forme qui en 
augmente beaucoup Tenergie. Ce qu'il y a encore de plus simple, 
quand on a affaire a un terrain qui ne pent pas relenir Teau, c'est 
de revfelir la paroi de la digue du c6t6 de Teau, et meme les 
aulres parties du reservoir, d'une ^paisseur de 40 centimetres 
environ d*une terre argileuse ou argilo-sableuse qu'on pilonnera 
avec grand soin comme il est dit ci-dessus *. On pourrait encore 
avoir recours k un rovetement en b6lon. 

MB. Difipoaltioiis g€n6raleu den prises d'ena dans leu 
r6sepvslr«. — Soit pour vider complfetement les etangs et 

i, Presque toutes les terres, a I'exclusion des gros sables et graviers, m^me 
le sable fin presque pur, sont propres k former des digues. Si des suinteraents 
ae manifesteot d*abord, ils diminueront en general avec le temps (voir 64), 



Digitized by 



Google 



46 



CHAPITRE II. - AMfiNAOEMENT DES EAUX 



grands reservoirs, soit pour y prendre de Teau k mesure des be- 
soins, le seul moyen qui soit g6n6ra]emenl adoptd consiste dans 
une bonle ou soupape qu'on peul ouvrir ou fermer k volont6, et 
dans un conduit qui, partant du point le plus has du reservoir, 
aboutit k rext^rieur en traversant la digue dans sa plus grande 
epaisseur. L'orifice de la bondo doit avoir des dimensions en 
rapport avec la quantity d'eau qu*il s^agit d*evacuer dans un 
temps donn6. Pour les plus pelits reservoirs, d^crils n"" 32, une 
bonde ou un siphon d'une douzaino de cenlimfelres suffit ordi- 
nal rement. Les bondes des anciens dlangs avaient presque iou* 
jours de 22 k 33 centimetres. Mais quand il s^agit d'organiser 
une irrigation, il convient de se rendre comple, au moins par k 
peu pr^s, des dimensions que doit avoir Torifice de la prise d*eau. 
Quelques indications sur ce sujet seront donn6es au chapitre XL 

••• B«ndefi des ^ianipi frSB^ai* — Les dispositions rela* 
tives tant k la bonde qu'au conduit d'^vacualion sont repr^sen^ 
tees par les figures 8 et 9. La premiiire de ces figures comprend 




_^;:r:^;;^>,i^*^ ft StiAiiii,i,i6i|v II I III III! mil I.,, 1 1 "^ -^. :>;,TTi 



'^yr 



r£^ 




Fig. 9. 



un plan de la partie de la digue oil est situe Tappareil de jferme- 
ture, et une coupe verticale suivant la ligne m n du plan. La fi- 
gure 9 est une ei^ation du b&tit on cbarpenle qui mamtieol It 



Digitized by 



Google 




§ 2. - RfiSERVOlHS D'IRRIGATION 47 

bonde propremcnl dile el sa lige verticale. La bonde se trouve a 
peu prfes au pied de la digue, du c6l6 de T^lang, au fond d'un 
r^duit B enlour^ d'un petit mur de soulfenement. 
Le conduit d'evaeuation ou huse CD traverse d*une 
seule venue loule la digue A. La bonde en bois 
est laillee, avoc la lige carr^e qui la surmonte ct 
sert i la soulever, dans unc forte pifece de bois. La 
buse est confectioiinee avec le tronc d'un gros 
ch^ne qu'on a refendu h la scie suivant sa lon- 
gueur, et dont on a rajustd avec soin et r6uni les 
Fig. 9. deux moiti6s aprfes les avoir creusees en forme 
d'auge. Une tres forte charpentc en bois de chfene 
est destinec a soutenir et a guider la tige de la bonde ; elle se 
compose d'une semelle engag^e dans le sol, de deux mon- 
tants verticaux encastres par le bas dans la magonnerie des pe- 
tits murs de soutenement qui environnent la bonde, d*un cha- 
peau et de moises ; c'ost dans des ent'ailles praliqu6es dans les 
moises que glisse librement la tige mobile. Le plus souvent la 
tige de la bonde se prolongc au-dessus de la traverse sup^rieure 
ou chapeao, et peut Stre maintcnue h la hauteur voulue k Taide 
de chevillcs pass6es dans des trous dont cette tige est perc6e. On 
a suppose, dans la figure 9, que la parlie sup^rieure de la tige 
en bois a ete remplac^e par une tige ronde en fer fllet^e, que 
Ton peut faire monter ou descendre par la manoeuvre de deux 
ecrous. Quand un ^tang sert aux irrigations, un petit pont 16g^- 
rement construit, repr^sent^ dans le profil figure 8, permet d'ac- 
ceder, du dessus de la digue, i i'endroit oil s'opfere la manoeuvre 
de la bonde. 

. Zt. Modifleiiiioii da dispositiC pr^e^dent. — Aujour- 
d'hui il y a tout avantage, pour les prises d'eau des r6scrvoirs, 
eomme pour tant d'aulres choses, k substituer le fer au bois. Les 
figures ci-jointes se rapportent h une bonde d'irrigation, cons- 
truite depuis plus de 12 ans, et qui fonctionne parfaitement de- 
puis lors. 

La figure 10 repr^sente une coupe transversale de la digue k 
Tendroit de la prise d'eau et la figure 11 une elevation de Tap- 
pareil de levage de la bonde k une ^chelle double* Les m^mes 
lettres indiquent leg m&mes objets dans les deux figures. 



Digitized by 



Google 



48 



CHAPITRE II. - AMKNAGEMENT DES EAUX 




^1 T If* 



Fig. 10- 



D 




■H^r^rtL :-:"YMiA, 



Fig. 12. 



=W" 



/S^-i- « ;>" 



Fig. 11. 



-4. Tuyaux de fonle (type des distributions deau de Paris) de 35 centimetres 
de diamelre inl6rieur* ; 

B. Coude (m^me type) en quart de cercle. Le bord superieur est dresse ; 

C. Massif de beton dans lequel sont noy§s les tuyau!£ ; 

D. Tige en fer a laquelie est atlacliee la soupape qui remplaoe les anciennes 

bandes. Elie se termine superieurement en cremaiilere ; 

E. Cric a double engrenage pour elever ou abaisser la lige D ; 

F. l^asserelle composee d'un tablier en bois reposant sur deux barres de fer 

lamine en I de 8 centimetres de hauteur et 5 a Qkg au metre courant. Ces 
barres sont boulonnees d'une part aux montants G ; les exlremit^s oppo- 
sees, recourbees, sont scellees dans un petit massif de beton ; . 

G. Supports vertioaux formes de 2 barres de for lamine en T, de 6 a 1kg au 

m^tre courant. Leurs extremiles inferieures, recourbees borizontalement, 
sont noyees dans le massif de beton. Ces liges servent de guide k i'obtu- 
rateur, en m^me temps que de support a la passerelle et ^ la traverse por- 
tant le cric. 
Le tablier de la passerelle est forme de planches courtes poshes transversa- 
lement. Ces planches sont clouees sur deux barres longitudinales qui les 
rend solidaires. Cet ensemble est simplement pose sur les longerons en 
fer. La figure 12 est une coupe qui indique ces dispositions. 

1. On pourrait, toutes les fois qu'on y trouverait economie, n'employer la 
fonte que pour le coude B et tout au plus le bout de tuyau suivant, le reste du 
canal qui traverse la digue pouvant etre en maQonnerie ou en tuyaux deciment : 
Voir n° 78. On trouvera les dimensions, poids, etc., des tuyaux employes par 
la ville de Paris dans YEncgclopddie des irauau,v pnblics^ volume intitul6 : Dis- 
tributions d'eaUf par Bechmann. 



Digitized by 



Google 



g 2. - RESERVOIRS D'lRRIGATION 



40 



La soupape eat representee ea coupd verlioale el en plan dans la figure 13. 
C'esl UQ disque en fonte portant, en dessus el au centre, deux oreilles 
saillanles formanl un enfourchement dans lequel lalige verlioale eslmaia- 
tenue par un boulon. Gel assemblage doit avoir un peu do Jeu pour que, 
malgre les imperfeclions dans la pose ou les d^rangemenls survenus, le 
disque puisse 8*appliquer exaclemeol el sans efforl sur Torifice du luyau. 
Deux saillies lal^rales sonl munies d^encoches dans lesquelles glissenl les 
c6les saillants des supports verlicaux. Une forte plaque de caoutchouc re- 
couvre la face inferieure du disque. Le caoulchouc se Irouve pinc^^ sur 
toul son ])ourlour, enlre la fonle el un cercie leger en fer plat, indiqu^ en 
ponclualion sur le plan. De pelils boulons legers, de ceux qu'ou Irouve a 
has prix dans le commerce, Iraversent le cercie, ]e caoutchouc el le disque 
en fonte dans des Irous qui se correspondenl. Les Serous sonl en dessus. 
Le disque deborde assez largemenl le luyau d'^vacualion de Teau pour 
que les sailiies du cercie el des Idles de boulons ne pulssenl nuire en rien & 
la fermelure. II y aurail lieu peul-dlre de simpliHer ces details d'execu- 
lion. Si le caoulchouc etail moule specialemenl pour eel objel, il pourrail 
6lre annulaire, avoir sa section en forme de queue-d'aronde, el s'encastrer 
dans une cavil^ circulalre correspondanle du disque en fonle : c*esl un 
essai k fairo. 

Pour operer Touverlure, reflforl k exercer est assez conside- 
rable dans le cas de larges soupapes ; car il se compose, outre le 





Fig. 13. 

poids de la soupape, de celui de la colonne d'eau qui la sur- 
monle. Un appareil analogue k celui qui est represents figure 14 
pourrait gtre subslitue au eric ; il est au moins aussi simple de 
construction. La parlie supSrieure AB de la tige verlicale est 
filetee. L'ecrou forme le moyeu d'une roue en fonte en forme de 
volant, munie de quatre maneltes telles que CD. II faut que cet 
6crou ne puisse pas se soulever lorsqu'on appuic la soupape sur 



Digitized by 



Google 



60 



CHAf^lTRK 1!. — AMENAGEMENT DKS EAlX 



6on sifege ; celte condition est obtenue au moyen d'une pifece en 
bronze, filelie intirieuremenl, qui est Fecrou propremenl dit et 
qui est munie inferieurement de I'embasc circulaire E, pifece qui 
est invariablejnenl unie au moyeu G de la roue en fonie par un 
clave tage et un autre ecrou F. 

89. DiapositioB umH€e en Italle pour lc» prices iTeaa 
dea r6servolr«. — Au lieu de placer la bonde ou soupape de 
prise d'eau au pied du talus int^rieur de la digue, on place cet 
appareil au fond d'un puits ma^onnd dont Torifice sup^riear est 
au sommet de la digue, et qui est en communication conslante 
avec le reservoir. On 6vite ainsi d'avoir k dtablir une passerelle 
qui ^tait indispensable avec les disposilifs d^crils ci-dessus. La 




Fig. 15. 

figure 15 indique suffisamment le principe de cette disposition. 
Le puils, qui se construil en meme temps que la digue, n'a be- 

soin, s'il est en briques et 
cimient, que d*une epaisseur 
de parois de 10 k 12 centi- 
metres (largeur de la brique). 
La soupape et le conduit 
d'^vacuation peuvent felre 
6lablis conform^ment au n* 
37. 

En Lombardie, Torifice du 
conduit, qui doit Mre ferm^ 
par la soupape , ^t percd 
dans une dalle de pierre 
bien dressqe et polie. Ljt 
soupape consisle en nn plateau, en bois garni d'un cuir qui 
Qouvr^ sa face inf^rieyre et dont les bords, relevds tout autour, 
^onl clouds sur la tranche de co plateau. Ceieroipr est luirtnfini^ 




* yys 



Fig. i6. — Coupe du puits ct tie la soup((pe. 



Digitized by 



Google 



§ 2. - RfeSERVOIHS D'lHRIGATlON 



^i 



fixe k une pierre de taille pesanle A, qui le surmonle*. Le gui- 
dage est obtenu aa moyen de deux tringles verticales CD, EF, 

figure 16, fix6es par scellc- 
ments aux parois du puits, 
cl d'une barre de fer a four- 
chelles HI, figures 16, 17 
et 18, fix^e k la soupape. 
Conime cette soupape est 
assez lourde pour se fer- 
mer d'elle-mfime , les Ita- 
liens la suspendent, non 
commc nous k une tige ri- 
gide k cr^maill^re, mais k 
une simple chatne ; celle-ci 
s'enroule sur un Ireuil qui 
serl k la soulever. Ce sys- 
t^me a un avantage, c'est 
que Ton peut, sans mettre le 
Fig. 18. - soupape vue en dessus. reservoir k sec, extraire mo- 

mentan^menl, mais complfelemenl la soupape, la>'isiter, y faire 
au besoin quelque reparation, changer par exeniple le cuir ou lo 
caoutchouc ; cela ne serait pas possible avec nos syslfemes k cries 
ou autres, tels du moins qu'on les a disposes jusqu'ici. 

- an. R^fieriroIrA dans leu i;ori;e» de moutagiiefi. — Dans 

les pays (r^s accidentes et dans les montagnes, il y a des ravins 
en grand nombre, des valines encaiss6es se r6tricissant parfois 
en certains points et bordfies, au moins en partie, de rochers 
presque verticaux. C'est en barrant par une digue, en un point 
eonvenablement choisi, un de ces espaces resserr6s, qu*on cr^e 
tin bassin de retenue en amont de la digue. En principe, ces r6- 




1. La ferrure un peu compliquee, indiqu6e figure 16, dont une partie a pour 
but de fixer la piancbe garnie de cuir, peut Stre simpllfiee. Un boulon, k tdte 
formant anneau. traverserait de haut en has la barre HI, la pierre, la planche el 
son cuir, el enfin une rondelle en. fer. Une clavelle, passee k travers Textr^mite 
inf^rieure saillante du boulon, fixerait le tout. Ces saillies ne pourraient nuire^ 
portant dans le vide. Si on voulait remplacer la clavetle par un ecrou, il fau-» 
drait faire le boulon en cuivre, les ecrous en fer s'oxydant dans Teau et se de- 
vissant e.nsuile difficilement. C'est & tort que, sur le dessin, on a donn6 au pla* 
teau k forme .circulaire. Une forme polygonale se pr(5te mieux au redressement 
du cuir BUT les c6fces» 



Digitized by 



Google 



52 



CHAPITRE 11. - AMfiNAGEMRNT DES EAUX 



dervoirs tie different pas des elangs, mais ils s'en dislinguent par 
leur saperficie relativemenl reslreinte, leur plus grande profon- 
deur d'eau et Icurs bords abrupls. 




■^ J i^i » 



pwy^^ 



Fig. IV. 

La figure i9 represenle, en plan, un reservoir de ce genre. 
En C D est le ruisseau qui alimento le reservoir et qui, avant 
son etablissement, conlinuait en F. Un petit canal de deriva- 
tion E, en communication avec une bonde non representee sur 
la figure, conduit Teau sur le terrain a irriguer. On a manage 
en B le d^versoir de trop plein, par dessus lequel Teau, dans les 
moments de crues, tombe en cascade sur des enrochements exis- 
tant au-dessous de ce point. La hauteur de la digue devant 6lre, 
le plus souvent, plus considerable que dans le cas d*un ^tang or- 
dinaire, une digue en terre dont le proBl serait analogue a celui 
de la figure 7 (n** 34), conduirait A une tres grande largeur de 
base et restreindrait la capacity du reservoir. Ce sera done gen6- 
ralement le cas d avoir recours k une digue en maQonnerie (voir 
n® 30). Dans tons les cas il sera necessaire de d^blayer les parois 
lalerales du ravin jdans les parties oil doit s'appuyer la digue, 
jusqu'au terrain solide, de mauiere a bien enraciner celte der- 
niere. 

II pent arriver qu'on puisse choisir pour y placer le barrage 
un point oil la gorge se trouve encaiss6e enlre deux rochers so- 
lidcs. On a des exemples de cas semblables, ou Ton a eu recours 
& un artifice particulier pour diminuer I'fipaisseur de la digue en 
ma^jonncric. On a donn6 au mur la forme d'une voiite ayant sa 



Digitized by 



Google 



§ 2. - RESERVOIRS D'IRRIGATION 53 

partie convexo dirig^e du c6i& de I'eau, et B'appuyanI, comme 
sur deux cul^es, sur les rochors opposes. C'est ce cas qu'on a 
suppose dans la figure 19. 

40. Glands r^epvolrs d'trrigration. — C'est parmi les 
reservoii's du type pr6e6denl (n** 39), que sc Iron vent ceux qui, 
par leurs dimensions grandioses, constituent des travaux d'art 
de premier ordre, et qui sont destines aux irrigations d'une 
grande ^lendue de terriloire. On en cite d'importants en Espa« 
pagne, mais c'est dans la haute Italie qu'on les rencontre en plus 
grand nombrc. II y en a plusieurs en Algrfrie, entre-autres celui 
de rOued-Fergoug construit par unc compagnie a 38 kilometres 
de Mascara et qui pent contcnir, dit-on, 30 millions de metres 
cubes d'eau. En France, nous n'avons que trois ou qualre grands 
reservoirs d'irrigation : celui de Caromb, silu6 entre les collines 
qui s'^tagent au sud-ouest du mont Ventoux^ dans le comtat 
d' Avignon, peut conlenir 400 000 mfelrcs cubes d*eau. Celui de 
Ternay, situe tout prfes d'Annonay, entre deux contreforts du 
mont Pilat, est des plus remarquables, mais il n*a pas ete cons- 
truit en vuo de irrigation. Sa digue, en ma<;onnerie, a une qua- 
rantaine de metres de hauteur au-dessus du point le plus has, et 

.sa contenance est de 3 000 000 de metres cubes d*eau. Des ou- 
vrages aussi grandioscs sont dvidemment au-dessus des forces 
des particuliers, et no peuvent 6tre entrcpris que par FEtat, de 
grandes compagnies ou les administrations locales. De vastes 
bassins, comme ceux que je viens dc citer, peuvent a la fois 
faire face aux besoins varies des populations ^isines, assurer a 
diverses industries de Teau et de la force motrice dans les condi- 
tions de regularity qu'elles reclament, et rendre enlin de grands 
services k Tagriculture par la cremation dc nouvellcs circonscrip- 
tions irrigu^es. 

41. Insalubrity de« ^tangn. — Quels que soient les ser- 
vices incontestables que peuvent rendre les ^tangs employes 
comme r^^rvoirs d'irrigation, je ne saurais recommander, sur- 
tout au poir^de vue de la salubrity, ceux qui ont une grande 
etendue et une faiblo profondeur. L'insalubrit^ des ^tangs peut 
tenir a deux causes : l^ lorsque le niveau de Teau vient a baisser, 
une 6tendue notable de terrain, prdcedemment submerg6e, se 
trouve mise h sec ; 2® lorsque le terrain convert d'eau a une fai- 



Digitized by 



Google 



54 CHAPITRE II. - AMeNAGEMENT -DES EAUX 

ble iDclinaison, ainsi qu'il arrive presque toujours dans les 
6tangs, sauf du c6t6 de la digue, la profondeur de ]*eau esltrfes' 
peu considerable jusqu'a une assez grande distance des rives. 
Or, Teau ^tant d'ailleurs k peu pres immobile, il arrive, pendant 
les plus fortes chaleurs de Y6i6, que le fond, dans toules les par- 
tiies les moins profondes, s'^chauffe sous Teau aux rayons du 
soleil. Dans Fun et Tautre cas, une partie des plantes aquatiques 
p6rissent ; tons les pelits &tres v^g^taux ou animaux, la plupart 
microscopiqucs, qui peuplent la superficie du fond et rint^rieur 
de la coucbe de vase subissent le meme sort. De Ik une fermen* 
talion putride qui est considdr^e comme la cause des fifevres pa- 
lud6ennes. Si cetle explication est exacte^ il faudrait renoncer ji 
etablir les ^tangs sur de vastes surfaces k peine concaves, et ne 
les placer que dans les localit^s ou il se Irouve des plis de terrain 
prononc^s, dans lesquels il serait possible, k Taide dune digue 
61ev6e, de concentrer un grand volume d'eau sur un petit espace. 
On pourrail souvent, d'ailleurs, prendre la terre deslinee & la con- 
fection de la digue dans la partie opposee du reservoir, de ma- 
niere k y augmenter la profondeur tout en rendant les bords plus 
abrupts. On recommande g6n6ralement de planter les bords de 
ces reservoirs. D'une part, Tombro des arbres, en maintenant 
rhumidite du sol et une temperature mod^r^e, doit pr6venir en 
partie la destruction p6riodique des Mres organises, signal^e 
comme une cause d'infeclion. D'autre part, les rideaux d arbres 
paraissent jouir, jusqu'i un certain point, do la faculty d*arr6ter 
les miasmes r^pandus dans Tatmosph^re et d'empScher leur dis« 
persion k distance^ 

Sans prejudice des conseils qui pr^cbdent, il faut remarquer 
que Ton a g^n^ralemont exager^ Tinsalubritd propre aux (5tangs. 
S'il est un fait qui paraisse aujourd'hui hors de doule, c*est que, 
dans toutes les contrees situ^es sur les terrains impermdables 
et oil il se trouve des terres incultes, oil d'ailleurs Tecoulemcnt 
des eaux est imparfaitement assure, les fifevres palud^ennes 
r^gnent plus ou moins, soit qu^il y ait ou non des 6tangs. Or ces 
demiers sont toujours 6tablis sur le sol impermeable, et c'est de 
preference dans les regions pauvres ou peu fertiles, oil Ton sa- 
vait le moins tirer un autre parti du sol, qu'on les a crd^s en 
grand nombre ; ces etangs pourraient done avoir augmente quel* 
que peu Tinsalubrite du pays, mais celle-ci existait certainement 
^yant eux, et ils n'en sont pas entierement responsables. Toute 



Digitized by 



Google 



8 2. - RfeSERVOmS D lafilGATlON 59 

irrigalion bien enteodue suppose un sol susceptible d^&lre par- 
faitemeni 6goutt^. D'ailleurs, dans les mithodos d'irrigation 1^^ 
plus usit^es, les arrosages ont lieu k eau qourante ; bien loip 
d'engendrer aucune decomposition putride, ils imprimeni & 1^ 
Y^g^lation une nouvelle vigueur. II s'en suit que si, dans ]es pays 
d*6tangs, on ne conservait, comme reservoirs, que , les plus en- 
caiss^s et les mieux situ^s, atin de convertir en prairies les val- 
Ions oix ils se trouvent ; que si des rigolcs de dess^chemeat 
etaient creus^es en m^me temps, soit par Tadministration, soil 
par des syndicals, partout od elles seraient n^cessaires , il y 
aurait h la fois creation d'une ricbesse agricole et amelioration 
notable dans les conditions hygi6niques. 

49. Itonn^e* relative* aax dlliiieiuiloiia den r^seproirs* 

— Trfes souvent dans la pratique on determine les dimension^ 
des reservoirs uniquement d'apr^s des considerations economi- 
ques, et d'apr^s le plus ou moins de facilites de constrnctipn 
qu*on rencontre dans Templacement choisi. On ne saurait bla« 
mer d'une mani^re absolue ce mode de proceder, attendu qu'un 
reservoir d^irrigation un peu trop petit, s1l ne procure pas to^s 
les avantages qu'on aurait retires d'un plus grand, n'en . rendr^ 
pas moins certains services et ne eonstituera jamais une d^peA^e 
absolument en pure perte. II est neanmoins toujours preferably 
^t quelquefois important de se rendre cpmpte, d'avance^ de ce 
qu*il convient de faire dans chaque cas, et de resoudre pour ce}^ 
Tun des problfemes suivants : i^ Determiner les dimensions di^ 
reservoir d'apr^s la quantite d'eau qui doit aCfluer et celle qiii 
doit en etre soutiree pendant un temps donne ; 2^ le reservoir 
etant donne, chercher quelle etendue de terrain il pourra servir k 
irriguer. Voici les principaux elements de la question. 

Quelle que soit la forme plus.ou moin^ regulifere du rdservoir, 
on calculera le nombre approximatif de metres carres compris 
dans la superlicie submergee. On evaluera, d' autre part, en me- 
tres, la profondeur moyepne,^ c'est-Ji-dire celle que devrait avoir 
un reservoir k fond horizontal, de m^me superficie et de mSme 
contenance. Multipliantrun par Tautre les deux nombres obte- 
nus, on aura la capacite exprimee en metres cubes. 

Si le reservoir re^oit Teau d'unc source, on pourra jauger 
celle-ci par des procedes connus*; on aura ainsi le nombre de 

1. Pour les precedes de jaugeage, voir ChapUre XL 



Digitized by 



Google 



S6 CHAPITRE II. - AMI>.NAGEMENT DES EAUX 

litres qu*e]]e fournit soil par scconde, soil par minuto, et on dd- 
duira facilemcnt la quantity de mMrcs cubes correspondanl k un 
icaips donn^. 11 en sera de m^me si le reservoir recoil Teau d'un 
ruisseau. Seuletnent il sera ndcessaire, le plus sou vent, de r6* 
p^ter le jaugeage a difT^rentes 6poques de Tann^e, pour pouvoir 
^valuer le d^bit moyen relatif k la p6riode que Ton consid^re. 

Si le reservoir doit concentrer Ics eaux pluviales recueillies 
Bur une certaine ^lendue de territoire, soil qu'elles coulent k la 
surface du sol, soil qu'elles aient 6t6 en partie recueillies dans 
des fosses ou dans des drains ; il y aura lieu de reconnalire 
d'abord, soU au moyen d'un nivellcmenl, soil k Taide d'une carte 
indiquant le relief du sol, Ics limites approximaiives des terrains 
formaut le bassin d*a1imentation du reservoir. On calculera la 
surface de ce bassin ; celle-ci, dvalu^e en metres carrds puis 
multiplide par la hauteur de la couche d'eau dquivalant a la quan- 
tity de pluie tombee pendant un certain temps donnera, en metres 
cubes, le volume d'eau re<;u par le bassin d*aIimentation pen* 
dant le m6me temps. 

La quantity de pluie qui tombe sur une m^me dtendue pent va- 
rier, en un m6me lieu, d'un cinqui^me environ d'une annde k 
Tautre, et la repartition de la pluie selon les saisons est encore 
[>lus variable. Si on s'en tient aux moyenncs gdn6rales d'un cer- 
tain nombre d'annies, on trouve que celles-ci different quelquefois 
nolablement d'une locality a I'autre. Ainsi, il y a des lieux en 
France oix il ne tombe, annde moyenne,qu'une quantity de pluie 
capable de recouvrir le sol d*une couche de 55 centimetres d'eau, 
tatidis qu'ailleurs la pluie annuelle est de 1*05. Malgrd ces diver- 
£^ences, si nous laissons de c6te quelques localitds et quelques 
^uisons excoptionnelles, nous pourrons fixer'approximativement, 
pour la France et k d^faut de donndes m^teorologiques locales, k 
70 ou 75 centimetres la hauteur de la couche d'eau annuelle four- 
iiie par la pluie, et supposer que cetle eau se rdparlit d'une ma- 
nifere uniforme dans les difTdrents mois de Tann^e, ce qui tient k 
ee que s'il pleut plus rarement en die qu'en hiver, plus rarement 
(tans le midi que dans le nord, I'abondance par averse suit une 
loi inverse et fait a pen pr^s compensation ^ 

1. Geci ne doone toutefois qu^une premiere approximation ; Ton trouvera dans 
presque tous les departemenls une commission meleorologique qui s*empressera 
ije fournir les renseignemeols qui lui seront demandes sur I'imporlance el sur la 
repartition des pluies. 



Digitized by 



Google 



g 2. - RfiSERVOIRS D'IRRIGATION 57' 

Mais loule Teau qui tombe sur le bassin do reception ne par* 
vient pas an reservoir. U y a, d*une part, une perle par Evapora- 
tion qui est esseniiellement variable selon le climat, la saison et 
I'elat de la surface du sol, parte dont la valeur est Irfes imparfai- 
tement connue. U y a, d'autre part, une portion d'eau qui pinfe- 
tre dans les couches profondes du terrain, et ne reparalt au jour 
que sous forme de sources, situEes parfois k de tr^s grandes dis« 
tances de la locality dont on s'occupe. Cette dernifere partie do 
Teau, qui depend tout k fait de la structure int^rioure du terrain 
et de la nature plus ou moins permeable de ses couches, ne sau« 
rait 6tre en aucune fa^on d^termin^e a priori ; insignifiante dans 
le cas des sous-sols iths impermeables comme les argiles compac- 
tes ou les granits non fissures, elle est tres considerable dans 
d*autres conditions. Sans entrer ici dans une plus longue discus- 
sion sur un problfeme qui ne pent conduire, en definitive, qu'k 
une assez grossi^re Evaluation, ]e dirai qu*un certain nombre 
d*observations faites avec soin * ont donnd, pour le rapport de 
I'eau pouvant^tre recueillie k TeautombEe, des nombres variant 
entre la moitiE et le quart et dont la moycnne est trfes sensible- 
ment un tiers. Quelques auteurs ont donnE, pour le mEme rap- 
port, un sixifeme seulement. Les premiers chifTres se rapportent k 
des terrains au moins en parlie impermeables, le dernier doit 
Evidemment rEsulter d'observalions faites dans des regions de 
terrains permEables, regions d'ailleurs pen favorables a Tetablis- 
sement des rEsorvoirs. Nous ne nous occupons pas ici de ceux qui 
sont destines kdes distributions d'eau, que Ton Etablit en maQon- 
nerie et sont admissibles parlout od Ton pent recueillir des eaux 
de sources, etc. 

Ayant calculd la quantity d*eau que rccevra le reservoir pen- 
dant un temps donnE, il faudra encore tenir compte de TEvapo- 
ration a la surface de Tcau dans le reservoir lui-m6me, Evapora- 
tion qui pent abaisscr le niveau de 1 metre au moins en un an et 
m^me beaucoup plus, proportionnellemenl, en ElE : environ 20 
centimetres par mois lors des plus grandes chaleurs ^ 

1. Experiences faites par des ing^nieurs des ponts et chauss^es sur des re- 
servoirs destines k alimenter des canaux de navigation, 

2. II est evident que, sur Tensemble du globe terrestre, T^vaporation el la 
pluie se compensent k peu pres exactement. Mais il s'en faut de beaucoup que 
Tevaporation soil uniform^ment r6parlie. Sur un sol non couvert d*eau, Tevapo- 
ration n'est qu*une fraction de la quantity d'eau tombee sur le m^me espace. 
Sur les nappes d'eau, au contraire, T^vaporalion annuelle Teraporte toujours un 
peu sur la pluie. 



Digitized by 



Google 



^ CHAPITRE 11, - AMENAGEMENT DES EAUX 

Ce qui pr^cMe nous permel d'6valuer la quantiid d*eau qu'il 
est possible d'emmagasinerpendanlun temps donnd. Ontrouvera 
des indications sur les qaantil6s d'cau qu'exigent les irrigations 
iuivant les cultures et les saisons. Munis de ces divers renseigne-* 
ments, nous pourrons r^soudre les probl^mes relatifs k la capa- 
city dcs reservoirs. II faudra se souvenir, toutefois, que la capacity 
reelle devra toujours surpasser la capacil6 utile calcul6e. D'une 
part un reservoir ne doit jamais £(re rempli k plein bord ; pour 
que le vent ne puisse pas faire jaillir Teau au dehors, il eA d*usage 
de tenir les dignes plus elev^es que lo niveau de Teau d'au moins 
70 centimMres. D'autre part, pour la salubrity ainsi que pour la 
conservation du poisson, s'il y en a, on ne doit pas vider enlifere- 
ment le rfiservoir. 



§3. 
COURS D'EAU NATURELS 



41S. fimplol de« ralnfieaax, torrent* et rivieres* — Les. 

cours d eau permanents sont largement utilises pour les irriga- 
tions dans certaines contr6es, et fournissent la majeure partie de 
1 eau employee aux usages agricoles. L'eau des plus petits ruis- 
seaux, pourvu qu'ils ne soient pas trop cncaiss^s, est p^rfois d^- 
vcrsie directement, soit sur des terres en culture , soit sur des 
prairies; ou, ce qui est mieux encore, cette eau pent 6tre emma- 
gasin^e dans des reservoirs, ainsi qu'il a 6i& dit dans le § prece- 
dent. 

Les torrents, dans quelqnes montagnes, sont mis k profit pour 
rirrigation des prairies qui, independamment des avantages di- 
rects qu'elles procurent & leurs possesseurs, ont pour effels de fi- 
xer le sol par le gazonnement, de contribuer avec les rcboise- 
mentsk arreter la denudation des montagnes, et de prevenir une 
grande partie des degats qu'occasionnent les eaux torrentielles 
quand elles sont abandonnees k elles-memes. 

Quant aux rivieres, elles sont susceptibles d'alimenter des de- 
rivations plus ou moins importantcs et m^me de grands canaux 



Digitized by 



Google 



I 3, — COURS DTAU iNATUHELS t» 

d*imgation. Ce son! elles qui, dans certains pays, comme les 
Vosges par exemple, arrosenl des prairies renomm^es ; ou qui, 
sous le ciel meridional, font prosp^rer la culture dans des locali^ 
t^s oti, sans le secours de Teau, le sol serait rest6 sterile. Mais si 
de fort belles choses ont 6t6 faites sous ce rapport, il reste encore 
beaucoup k faire. 

^ 44. liC* Irrliratlonfi Meraient Mouvent le meillenr mode 
d*emploi de* rivieres. — Autrefois^ presque tous les moyens 
de transport faisant d^faut, les rivieres pouvaient avoir, sous ce 
rapport, une valeur qu'elles n'ont plus qu*exceptionnellement de 
nos jours ; celles m&me qui dtaicnt impropres k toute esp^ce do 
navigation proprement dite 6taient utilis^es pour le transport, k 
baches flottantes, du bois des for^ls. Aujourd'hui tout cela est 
bieA change. A part quelques grands fleuves ou rivieres qui peu- 
vent porter en tout temps des bateaux de fort tonnage, on pent 
dire que tous les transports k grande distance se font par les che* 
mins de fer ou sur des canaux, ou rivieres canalis^es, qui assu- 
rent a la batellerie une regularity qu'on ne rencontre gufere sur 
les riviferes laiss^es k T^lat de courants libres. Les chutes d*eau 
ont 6galement perdu beaucoup de leur importance ; la vapeur 
a sur elles Tavantage de pouvoir fournir, suivant les besoins^des 
forces motrices depuis les plus faibles jusqu auxplus puissantes^ 
et surtout de permettre aux industries de choisir, pour s'y instal- 
ler, les localites les plus favorables k Tensemble de leurs interftts *• 
L'existence d'un certain nombre de chutes d*eau n'est d^ailleurs 
pas incompatible avec les irrigations. D'un autre cdte Tagricul- 
ture, ayant d^sormais k compter avec la concurrence du monde 
entier, ne pent se soutenirqu'k la condition de retirer du sol tout 
ce qu'il est susceptible de produire, et I'extension des irrigations 
serait un des moyens les plus efficaces de lui venir en aide. Si on 
rapproche ces considerations de celles qui ont ete d^velopp^es 
aux num^ros 20 et 21, chap. P% il sera difficile de ne pas concUire 
que lorsqu'un coufs d'eau pent felre employe aux irrigations, soit 
directement, soit k Taide de canaux de derivation, cet emploi 
produirait souvent une plus grande somme d'utilite publique 
que to At autre. 

1. Quand le probl^me du transport de la force par r^leclricite aura ete se- 
rieusement r^olu, la question pourra changer de face ; roais en attendant il est 
bien rare que Tindustrie puisse utiliser les grandes chutes des pays de mon- 
tagnes. 



Digitized by 



Google 



60 CHAPITRE II. — AMfiNAGEMENT DBS EAUX 

4A. Hbserratlons relatives aa« rivieres qui sortent ffr^- 
qaemment die iear lit. — Lorsque la rivifere qui parcourt uno 
vallec est sujetle k de frequents d^bordements il convient, en g6- 
n^ral, de metlre en prairie la bordure expos^e aux inondalions. 
Les crues p^riodiques, qui delruiraient toule autre espfece decul- 
ture, entretiennent au contraire la vegetation des gramin^es, dans 
des conditions bien moins satisfaisantes il est vrai que si Teau etaii 
disponible k volont6, ce qui permettrait rapplication des metho- 
des perfectionn^es d'irrigation. Ceci s'applique & des rivieres qui, 
m^me dans leurs crues, ont une allure calme et une certaine r^- 
gularite. Quant aux riviferes de nature torrentielle qui, lors de 
leurs d^bordements, acqui&rent une telle vitesse qu'elles boule- 
versent sou vent les terrains qu*e]les subniergent, enlevant laterre 
sur certains points, amoncelant ailleurs des sables et des graviers, 
changeant m^me quelquefois de lit, leurs bords ne sont guere 
plus propres k Ti^Iablissement des prairies irrigudes qu'ils no le 
sont aux autres cultures. II faut s'efforcer, par des plantations, de 
rigulariser le lit et d en faire exhausser les bords par la rivifere 
elle-m^me (Voir Colmalages, Chapitre X). 

4tt. Prineipes die la derivation des eoars d^eaa. — Sauf 
quelques cas exceptionnels, les rivieres occupant naturellement 
les thalwegs ou parties les plus basses des valines, leurs eaux, 
non d6riv6es, ne pourraient arroser les terrains m6me les plus 
voisins de leurs bords qu'autant qu'on en dl^verait les eaux arti- 
ficiellement. li s'agit de faire arriver Teau jusqu'au faite des ter- 
rains k irriguer, de manifere qu'elle n*ait plus ensuite qu'& des- 
ccndrepar son propre poids, C'est k quoi Ton parvicnten tra^ant 
le canal, k Taide du niveau, de manifere qu'il n'ait que le pen de 
penle striclement nicessaire pour que Teau puisse y couler avcc 
la vitesse voulue. La riviere continuant k suivre la pente de sa 
vallee, le canal au contraire cheminant suivant une ligne sensi- 
blement de niveau, contournant les obstacles, passant enremblai 
ou en aqueduc par dessus les ddpressions du terrain, on couQoit 
facilement que le cours du canal et celui de la riviere vont g6n6- 
ralement en s^^cartant de plus en plus Tun de Tautre, k partir de 
la prise d*eau qui est le point commun. Toute la zone comprise 
entre le canal et la riviere sera done apte k 6lre irrigu6e par le 
canal, landis que la riviere se trouvera elle-mdnie precis^ment 
en position de recevoir et emporter toutcs les eaux en excfes, pro- 



Digitized by 



Google 



§ 3. - C0UR3 D*EAU NATURELS 



61 



venant de la mSmc zone, qui n'auront pas 6i6 absorbees par Ic 
sol pendant les arrosages. La figure 20 fera comprendre la dis- 
position d*une prise d*eau faile h une riviere pour Talimentation 
d'un canal do derivation. 




Fig. 20. — Plan d*une prise d'eau faite a une riviere, et profll 
suivant le milieu du lit de la riviere. 

En V se trouve une vanne, divis6e en plusieurs venlelies si la 
largeur du canal est un pen considerable. Cette vanne permet de 
r^gler a volont6 Tadmission de Teau dans le canal, ou memo de 
la suspendre compl^tement. 

En BC on etablit, lorsque les besoins de la navigation ou d'au- 
tres considerations ne s'y opposent pas, un barrage foimant de- 
versoir, par dessus lequel s'6couIe, en cascade, toute la portion 
de Teau de la riviere qui n'est pas enlev^e par la prise. On evite 
par cet artifice d'avpir & creuser aussi profond^ment le canal a 
son origine, en m6me teinps qu'en 61evant le niveau de Teau on 
augmente Tetendue des terrains qui peuvent etre irrigu^s. 

Quand, an lieu d'avoir i pr61ever sur la rivifere une quantity 
d*eau determin^e, on est maitre de la detourner en totalite, et si 
d'ailleurs on n'a pas a redouter des crues subites, on pent rem^ 
placer le barrage-ddversoir par un barrage plus elev6, muni 
d*une ou plusieurs vannes. On pent ainsi fairc ecouler dans le lit 
inferieur de la riviere exactement le volume qu'on a de trop, et 
regler par consequent le d6bit du canal de derivation ; la vanne 
V de la figure ne serait pas alors indispensable. 

Qu'il s'agisse du moindre ruisseau, d'une principale rigole d'ir- 
rigation ou d'un grand cours d'eau, le principe est toujours le 
memo ; Timportance des travaux de premier etablissement et led 
details d'ordre secoudairo varient souls daus cbaque cas. 



Digitized by 



Google 



62 CHAPITRE II. — AMeNAGEMENT DES EAUX 

47. Confeetlon des petlUi liarrai^es. — Quand il ne s agit 
que (le barrer un simple ruisseau, Topdration esl des plus sim- 
ples. Des piquets, un ou deux fagols, quelques moties de gazon 
peuvenl souvent suffire. 

Dans les pays de montagnes, on a souvent k prendre Teau k de 
petits cours d'eau rapides, plus ou moins torrentiels. Les tra- 
vaux ne sont guere plus compliquds que dans le cas prScident, 
les pierres de divers volumes et les graviers abondant alors pres- 
que toujours. On choisira autant que possible un point od le lit 
se resscrre. Des blocs amoncel^s pourront former le corps du 
barrage; de petits pieux, plant^s au maillet et enfonc^s le plus 
possible, selon la nature du terrain, contribueront k maintenir 
les pierres et a les emp^cher de rouler lors des grandes eaux. 
On a recours aussi a des clayonnages qui rendent les piquets so- 
lidaires. De petits mat^riaux remplissent les interstices des gros, 
et enfin quelques terres rapport^es rendent le barrage k peu pres 
etanche. S'il ne se manifeste que quelques inCltrations, elles di- 
minueront presque toujours peu k peu par le simple efFet des 
troubles qui seront retenus par cette esp^ce de filtre. Chacun, au 
surplus, adopterales moyens qui lui seront sugg6r6s par la dis- 
position des lieux et les mat^riaux qu'il aura sous la main. 

U faudra toujours se rappeler que Tcau qui tombe par dessus 
un barrage tend k produire un affouillement, pouvant lui-m6me 
entrainer des 6boulements. II est done utile de preserver, soit 
par un radier en bois ou en magonnerie, soit par des cnroche- 
ments et des piquets, la partie en aval d*un barrage qui se trouve 
expos6 lors des crues k des ravinements. 

49. Hbserratlons g€wk€rmlen sor les liarrai^eii des ri- 
vl^res. — Les difficult^s sont plus grandes quand il s'agit de 
barrer unerivifere. Dans la figure 20, qui donne en planet en 
profit une portion de riviere et la prise d'eau d'un canal de deri- 
vation, le barrage est £tabli en RG. II importe moins de placer le 
barrage imm^diatementau-dessous de la prise d'eau que de I'^ta- 
blir en un point oti il puisse 6tre construit facilement. On choi- 
sira done, autant que possible, un endroit oil la riviere ne soit 
pas trop large, ou le terrain soit solide, oil les berges soienf d6- 
fendues en aval par des plantations. Quand le barrage est rectili- 
gne, le mieux est de lui donner une direction perpendiculaire k 
celle du courant ; mais souvent on lui donne une forme de cbo'^ 



Digitized by 



Google 



g 3. — COURS D»EAl) MTURELS 63 

vron plud Ota moins regulier, ce qui est le cas de la figure. Celte 
disposifioD ne peut 6lre quo favorable k la resistance du barrage 
k la pouss^^ de Teau ; mais elle a surtout pour objet de diriger 
vers le milieu de la riviere la chute d'eau qui s^^tablit par dessus 
le barrage, et d'dviter que cette eau en tombant ne degrade les 
rives. On peut supposer que vera B la rive droite est formd^ par 
des rbches dures prStant au barrage un solide appui ; on a pu 
alors faire arriver la digue presque perpendiculairement k la 
berge. Maissur la rive gauche, k terrain suppose ^bouleux, on a 
fait en sorte de se preserver du courant et des remous resultant 
de la chute. A moins que les berges de la riviere ne soient for- 
m6es par des rochers solides, la digue doit loujours pin^trer de 
plusieurs metres dans Tune et dans Tautre rive, pour emp^cher 
Peau de se frayer un cliemin aux extr^mit^s. 

La partie sup^rieure du barrage, par dessus laquelle se dcWerse 
toule Teau qui n'est pas absorb6e par la derivation, doit fitre 
exactement horizontale. Dans les barrages dont Tossature est en 
charp^nte, cette cr^te est constitute par une ou plusieurs pieces 
de bois ^quarri. Dans les barrages en ma<;onnerie, c'est souvenl 
un veritable seuil en pierres de taille. 

D y ades rivieres torrentielles oil il ne reste, k cerlaines ^po- 
ques de Fannie, qu'une hauteur d'eau presque insignifiante ; il 
va sane dire qu^on profilera de cette 6poque pour ex^cuter les tra- 
vaux de barrage. 

Ces mdmes riviferes torrentielles sont quelquefois sujettes k 
dcfs crues si violentos que -pen de constructions peuvent leur re- 
gister. Dans ces conditions, p1ut6t que d'entreprendre des travaux 
extr^mement dispendieux, on pr^fere gen6ralement, surtout 
quand il n'y a en jeu que des intSr^ts agricoles, employer les pro- 
cid^s le^ plus somtnaires et les plus 6conomiques, saiif k recom* 
mincer quand le barrage est enlev^. Une ligne de pieux relics 
entre eux par des clayoilnages, du gravier extrait le plus sou- 
venl dads le lit tioftme de la riviere et amonceie en talus du c6td 
d'amonty contre le clayonnage, constituent tout Touvrage. 

Pour une construction qui doit durer, un des meillenrs profils 
k donner au barrage est un profit triangulaire analogue k celui 
qu'On peut distinguer en B dans le profil de la figure 20 (n® 46), 
L*eau glissatit surle plan moder^ment incline d'aval,n'offrepa8 
au point de vue des affouillements les dangers qu'elle presente-» 
rail en tombant presque vert^calement de toute la hauteur dubar^ 



Digitized by 



Google 



64 CHAPITRE II. - AMENAGEMENT DES EACX 

rage. Du cote d amont on forme un autre talus, mats beaucoup 
plus roide, en appuyant simplement contre le barrage des pier* 
res^ du gravier ou de la terre argileuse, selon les circonsiances 
locales. 

49. Barrai:®* ^ <^l»e¥aleU . — Dans nos provinces meri- 
dionales on rencontre assez frequemment des barrages exicut^s 
presque entiferement en bois. Les figures 21 et 22 expliquent leur 
disposition. Un pieu incline A, soutenu par deux autrcs pieux 





Fig. 21. Fig. 22. 

formant contrefiches, constitue un chevalet vu de profil dans la 
figure 21, et de face figure 22. Une lignede cbevaleis semblables 
traverse la riviere. Sur cos chevalets est cloud un platelage en 
madriers. Des fascines et du gravier renforcent ce barrage du 
c6t6 d'amont. Du c6t6 d'aval on le garantit autant que possible 
des affouillemenis par quelques enrochements, consolidds an 
moyen de piquets. 

60. Borraires en charpente et plerren. — Un barrage de* 
vant £lre conslruii suivant le profil indiqu^ k la fin du n® 48, on 
bat en travers de la riviere plusieurs files de pieux. Les pieux de 
la premiere file sont arasds au niveau que doit avoir le seuil ; ceux 
des files suivantes en allant vers Taval sont aras^s K des niveaux de 
plus en plus bas, suivant la pcnte qu'on veut donner ii la partie in- 
clinie du diversoir. On relic les pieux les uns aux autres par des 
moises, dans les sens longitudinal et transversal. Entre les pieux 
de chaque file, on enfonce des palplanches dont la partie supirieure 
est maiutenue par les moises. On remplit de caillouxetdepierres 
brutesrinlervalle compris cntro les deux parois de charpenic,et Ton 
jette du gravier, du sable et dc la terre pour remplir le mieux 
possible les interstices des pierres. Quant k la partie sup^rieure 
de la digue, on la revfet soit avec un plancber en charpente, soit 
avec des moellons ayant une forte queue et qui forment comme 



Digitized by 



Google 



i 3. - COORS D'EaU NAtCRELS ^ 

titi pavagc cntrc Ics moiscs. En(in pour cousolidcr co Iravail, on 
jelte en amont unc nouvelle quantity de pierrcs, dc manifere k 
former le talus de cc c6t^. 

ftl. Eteplol duMton dansles liari^a^es. — Par les pro- 
c^dSs pr^c^demment indiques, on d^pense beaucoup de bois« 
Lorsqu'au bout d'un certain temps la cliarpente vient h p^ricliter, 
les pierres sans liaison sont bient6t emportSes. Depuis qu'on 
peut se procurer presque partout de bonne chaux kydraulique, 
Femploi du beton est k recommander; il fait prise dans I'eau, y 
est inalterable et forme des masses monolitbes douees d*unc 
grande stability. On procfede d'abord comme au n" 50, mais en 
employant des cbarpentes plus faibles, des bois moins durables ; 
puis k Taide d*un conduit en planches surmonte d*uQe tremie, 
on coule du bdton entre les lignes de palplanches. Si des ecu- 
rants, qu'on n'a pu suffisamment maitriser, risquent de delayer 
le b^ton et d*entratner la chaus, on a reeours au moyen suivant : 
on remplit incomplMement de b6ton des sacs en toile, par excm- 
ple des sacs ayant contenu des engrais ; on descend ces sacs 
contre les parois form^es de palplanches ou de clayonnagcs ; on 
les superpose dans Tordre oil on empile dans une cave des bou- 
teilles couchees. Les sacs se mouleni les uns sur les aulres ; le 
b^ton qu1ls renfermeni fait prise et on oblient ainsi une sorte de 
muraille. On rempHt iinaleinent de b^ton, k la mani^re ordinaire, 
les enceintes compl6t^es k Taide de ce proc^dd. Le b^ton, surtout 
quand il n'a pas encore acquis toute sa durete, peut ^tre degrade 
par Teau courant k sa surface superieure ; on terminera done or- 
dinairemeht le travail en rev^tant cette surface d'un pavage pos^ 
k bain de mortier hydrauliquc. Des dalles k pen prfes brutes, des 
mo^Uons, des briques pos6es sur champ peuvent kive employees. 
Pour cette dernifere partie du travail, si on ne peut profiler dW 
moment oh la riviere soit suffisamment basse, on procedera par 
parties et en ^tablissant de petits batardeaux provisoires, de ma- 
niere k ddtourner momentan^ment Teau du chantier occupe par 
les masons. 



Digitized by 



Google 



66 CHAPITRE II. — AMENAGEMENT DES EAUX 

CANAUX DIRRIGATION 



At. C^MUMim de MriTatlon ex6«at6« par dies partlea* 
lier» — Les derivations emprunlanl Teau k de simples ruis- 
seaux, pour rirrigation d'une seule propriety voisine, ne son! k 
proprement parler que des rigoles qui ne m^ritenl gufere le nom 
de canaux* II arrive cependant que des particuliers obiiennent 
rautorisation de diriver d'une rivifere un certain volume d'eau 
et ex^cutent eux-m&mes un canal d*une importance relative. 
Plus souvent les travaux de ce genre sont entrepris par des syn« 
dicals de propri6taires int^ress^s. 

Les particuliers ou les syndicats ont souvent aussi k ex^culer 
nonplus descanaux de derivation directe, roais des canaux se- 
condaires devant amener Teau d'une prise faile sur un grand 
canal, ainsi qu*on le verra plus loin. 

AS. Grands canaax d-irrifratlon. — Les plus imporlants 
des canaux d'irrigalion sont ordinaircment executes par les gou- 
vernemenls ou par des compagnies. Ces canaux sont ptesque 
toujours des derivations d'une grande rivifere (46) ; c'est ainsi 
que la Durance, la rivifere de France la mfeux utilisee, alimente 
un reseau de canaux, dont les debits varient en general de 5 & 
10 metres cubes par seconde, et qui parcourent presque toute la 
Provence. Les canaux de la haute Italic sont encore bien plus 
nombreux et plus importants^ et leur nombre ne cesse de s'ac- 
croltre. Plusieurs de ces canaux debitent des quanlites d'eau su- 
perieures k 50 metres cubes par seconde. Le canal Cavour, cons- 
truit depuis pen d'anndes, est forme par la reunion de deux de- 
rivations, Tune du Pd, Tautre de la Dora-Baltea, et debite plus 
de HOmJjtres cubes. 

Les canaux d'irrigalion doivent etre etablis de telle facon quo 
le niveau de leur fond difffere pen de ceiui des terrains qu'ils sont 
destines k irriguer, et soit meme en general quelque pen supe- 
rieur. Aussi, dans les plaines et valiees oil il n*y a que de trfes 
faibles pentes, est-on oblige d'etablir les canaux en remblai 



Digitized by 



Google 



i 4. - fiANAUX D'lHRIGATlON «7 

Aahs une grande parlie de leur parcours. Quand au conlrarre le 
canal bccupe le haul d'un talus nalurei il peul ^tre mainienu en 
d^blai, sauf k approfondir, k Icur origine, les canauX secoii* 
daires de prises d'eau, et k renoncer a iarroser une bande de 
terra, d'une certaine largeur, iinmddiatement contigue au canal. 
Les bords des canaux d'irrigation sont en effet perc^s, de dis- 
-tance en distance, par des ouverlures magonri^es et munies de 
vannes \ qui permeltent d'alimenter des canaux secondaires ou 
rigoles principales. Ceux des canaux de ce r^seau secondaire qui 
desservent un certain nombre de propri^t^s sont administr^s soit 
par les detenteurs dii canal principal^ soit par des syndicats spS- 
eiaux, et soumis & une organisation analogue k celle qui a 6i6 
donnee comme exemple dans le chapitre 1*' (16). 

Quant k la manifere dout est regl6 le dibit des canaux et celui 
des prises d'eau parliculiercs, voir chapitre XI* 

A4* Blvers modes d'allnteniation des eanaax d'lrrlfl^a- 
tion. — Bien que les grands canaux d^irrigalion soient en gind- 
ral de simples derivations des rivii^res (46), tons les moyens de 
se procurer de Teau peuvent contribuer k leur alimentation. Les 
reservoirs etablis dans les gorges des montagnes (39 et 40) sont 
assez souvent employes pour cntrclenir et r6gulariser leur dibit. 
Les canaux du Piemont reQoivcnt aussi, friquemment, Teau des 
sources qui se trouvent k pen de distance de leur traci (26). Le 
canal pent enfin recevoir sur son trajet les eaux de petites ri- 
vieres, ou ruisseaux descendant des hauteurs voisines. 

A6. Canaam de nfivi^atioii et d^irri^ation. — Quand il 
est possible de faire servir un canal k la fois a la navigation et 
aux irrigations, on salisfait ividemment a cette double utilite 
d*une manifere bien plus iconomique que si chaque service devait 
fttre cr66 sipariment. Mais pour qu'un tel ouvrage soit veritablc- 
ment utile il faut, d'une part, que le canal relic deux voies navi^ 
gables ou deux centres industriels et commerciaux et, d'autre 
part, qu*il se trouve sur le trajet des terrains propres a etre irri- 

1. On trouveradans le dictionnaire des Arts et Manufactures de M. Labou- 
laye, hHiclc Agriculture par H. Mangon, les dessins de plusieurs types de ced 
prises d*eau empriint^s aux canaux de la Provence. Au canal de la Meuse k 
TEscauIt, les prises d'eau sont des aqueducs en briques et pierre de laille, plus 
larges que hauls, h voAte surbaiasee, etablis sous le chemin de halage qui est 
ftn remmai. La vanne se place toujours k la t^te d'amont* 



Digitized by 



Google 



88 CHAPITRE 11. ^ AMfeNAGEMtNT DES EACX 

gu6s el convenablcmont situes pour recevoir Tcau du caQal ; it 
faul cnfin, dans le Midi surlout oil Ton n'arrosc qu*en et6, que 
I'alimentalion soil assez abondanle pour qu'au monienl des plus 
grandes sechcrosses ni I'un ni 1 'autre service ne puisse resler ea 
soufTrancc. C'esl peut-elre parcc que ces diverses condilions sc 
Irouvenl raremcnl reunics qu'il n'exisic qu'un Ires pelil nombre 
de canaux de uavigation el d'irrigation ; il y en a cependanl plu- 
sieurs en Lombardie. On peul citer aussi, el il rend de grands 
services, celui qui, en Belgique, relie la Meusc a lEscaul loul 
en servanl aux irrigations de la Campine. 

Les canaux donl il s'agil, qu*ils soienl ou non a poinl de par- 
lage, sonl toujours munis d'ecluses, car il convient pour la navi- 
gation que le couranl n'y depasse pas 30 centimetres environ par 
3econde. Mais comme il est necessaire d'un autre cole, pouric 
service de Tirrigalion, que le couranl subisse pen de varialions 
el ne puisse jamais el re inlerrompu lors meme que les ecluses 
Tesleraient fermees, il esl d'usage constanl en Italic d'^tablir, la- 
leralemenl kchaquo ecluse, un petit aqueduc, n'admettant qu'un 
volume d'eau limile, el mettanl en communication permanente 
les biefs superieur el inferieur. Get aqueduc produil une cbule 
qu'on peul uliliser comme force motrice induslrielle. 

fttt. IVavi^atlon sur les ^anaum d^rrifration. — Quand 
un canal d'irrigation, principal ou secondaire, esl assez large et 
profond pour porter de pcliles barques, il en resulle un grand 
avantage pour les agriculleurs riverains. lis peuvcnl alors, dans 
des condilions de grande economic, amener sur leurs terres ou 
pres les engrais el amendemenls el enlever leurs recolles. 

&7. A^anta^eii economiqaes des grands eananx d^irrl* 
fratlon. — Si Ton compare deux canaux ayanl la m6me penle el 
des profils en travers de meme forme mais de dimensions diffe- 
renles, les ddbits seraienl enlre eux comme les carr^s des dimen- 
sions bomologues si on faisail abstraction de Tinfluence des 
parois. En realile le debit du plus grand canal depassera la pro- 
portion des Carres. Or les deblais el remblais k executor pour la 
conslruclion des deux canaux seronl k pen pres dans le rapport 
des carrds ; mais les terrains k acquerir n'augmenleronl que dans 
la simple proportion de la largeur du profil; la pluparl des Ira- 
vaiix d'arl seronl, k peu de chose pr^s, dans Ic m6me cas; il y 



Digitized by 



Google 



8 4. - CANAUX D'JRRIGATION 69 

en aura m^me, commc Ics prises (Veau lalerales et leurs vanna* 
gcs^ qui seront sensiblemenl Ics m^mes de part el d'aulre ; il en 
sera de m^mc des frais d'^tudo, etc. On pent done concevoir 
a priori que plus on augmentera les dimensions d'un canal, plus 
on abaissera le prix de revient du mbtre cube d'eau deriv^ par 
seconde. C'est ce que confirment les renseignements donnds par 
M. A. Dumont sur les canaux dltalie, dans une communication 
faitecn 1884 k I'Academie des sciences. Ainsi, par exemple, pour 
le canal Cavour, qui d^bite au moins liO metres cubes, le prix: 
de revient du mfetre cube d6riv6 est, en nombre rond, de364 000 
francs. Pour nos canaux francais dont le d^bit n'atteint pas, en 
moyoune, le dixieme du precedent, le mfeme prix de revient est 
en general lvalue a 4 millions environ. 

Le cout kilomolrique du canal Cavour serait, d'apres les 
memes renseignements, de 500 000 fr. Celui du canal subsidiaire 
au canal Cavour^ qui d^bite 70 metres cubes h la seconde serait 
de 375 000 fr. 

Au prix de 4 millions le metre cube d'eau dirivde et d'aprfes la 
quantity d'eau ordinairement employee (1 litre par hectare), il 
faudrait, pour compenser les frais d*etablissement du canal, que 
les terres irrigu6es augmentent de valeur k raison de 4 000 fr. 
rheclare. Ce chiffre de plus value est assur^ment realist dans 
bien des cas, depasse mSme quelquefois ; mais il paraitra bien 
6lev6 comme moyenne, et les proprielaires ne consentiraient pro- 
bablement pas a payer, pour la jouissance de Teau, I'intdret a 
5 O/o d'une pareille somme. L'elablissemenl des irrigations, dans 
une region qui en 6lait privee, procure k I'Elat des avantages 
indirets. II n'en est pas moins vrai que la question economique 
doit preoccuper s^rieusement lorsqu'il s'agit d'eludier des ca- 
naux. La grande section des canaux principaux dirrigation, la 
combinaison de la navigation avec les int^r^ts agricoles^ la cr^a* 
tion et Tutilisation de chutes d*eau, sont les moyens qui se prd^ 
sentent des a present k Tesprit. 

ft8. Blmensions •rdlnaires des eanaax d*lrrlfl^ati«n. — 

Les canaux navigables ont rarement plus de 1,5 & 2 metres de 
tirant d'eau; les canaux d'irrigation principaux, non navigables, 
plus de 1 m. k 1,3 m ; les canaux secondaires ou de prise d'cau 
plus de 0,50 k I m.; les canaux de troisifeme ordre ou de reparti- 
tion plus de 0,40 k 0,50 ; les ramifications de ces dernier^ ca- 



Digitized by 



Google 



70 CHAPITRE II. - AMfiNAOEMENT DES EAUX 

naux, qui ne sont k proprement parler que des rigoles, sont moins 
profondes encore. Quant aux largeurs, elles varient, selon le vo- 
lume d'eau k dibiler, dans des limites plus 6tendues que les pro- 
fondeurs. On a,enefret, presque toujours int^rSt, pour rendre les 
prises d*eau plus faciles, pour irriguer la plus grande superficio 
possible, pour avoir des berges moins sujettes aux degradations, 
h ne pas creuser trop profond^ment les canaux. 

Les indications ci-dessus ne sont au surplus quegrossiferemcnt 
approximatives; les dimensions les plus convenablesau profil d*un 
canal ne peuvent r^suller que d'un calcul, dans lequel il y a kte- 
nir compte du volume d'eau k debitor par seconde, de la pente du 
canal et de son profil transversal (Voir le chapilre XI). Les canaux 
ne doivent presque jamais couler k ploins bords. II va de soi que 
le calcul des dimensions, comme les indications ci-dessus, ne se 
rapportent qu'k la partie immerg6e; on fera toujours le profil r6cl 
un pen plus grand. 

Ib9. Canaux a parols en ma^onnerie. — Quelquefois les 
canaux' secondaii*es ont une section rectangulaire, les berges en 
terre 6tant alors remplacees par des murs en maQonnerie k parois 
verticalesoulegferement inclin^cs. Le fond est alors sou vent cons- 
titu6 aussi par un radior en ma^onnerie. Eviterles pertes par in- 
filtration dans des terrains trop perm^ablos ; rSduire on outre, 
dans les longs trajots, lesperlcs par Evaporation ; 6viter la crois- 
sauce desjoncs et autres plantes advenlicos ; rend re les enrages 
plus faciles ; r6duire la superficie du terrain occup^ par les ca« 
naux ; tels sont les motifs qui font adopter sur quelques points 
les dispositions dont il s'agit. C'est surtout dans la travers^e des 
lieux habitus et aux abords des villes qu'on rencontre des exem^ 
pies de ces canaux revStus en maQonncrie. L&, en effet, le terrain 
est plus pr^cieux ; tout doit y 6tre plus r^gulierement tenu et les 
canaux y servent souvent de cl6ture k des propri^t^s publiques ou 
particuliferes. 

ao. Cananx a parois en terre. -^ Les talus des canaux a 
parois eti terre doivent avoir des inclinaisons variables selon la 
nature du sol. Pour les plus grands canaux, ces inclinaisons sont 
le plus souvent comprises entre 1 sur 1 et 2 sur 1, * pour les ter- 

. !• Pour exprimerPinclinaison d*un talus, on indique en g^n^ral le rapport de 



Digitized by 



Google 



j 4. - CANAUX D^IRRIGATION 



71 



rains ordinaires. Dans les petits cnaux ou grandes rigoles, le la-- 
]us de 1 sur 1 ou 45 degrts est le plus g6n^ralement adopl6 ; 
o'est celui qui convient aux terrains moyens. Si par exception le 
canal est creus6 dansun terrain non susceptible d'fttre d6trempe, 



... 1:^30, 






Fig. 23. 



<.fi^^- 







Fig.: 24. 




• ;• \' • I'm- '-.. 



:\* 






BX*-- 



'^^^ -^;; '!/'V^^?^^^^■;,■■c^J.;/;^3i; 



Fig. 25. 

OU mdme dans une roche solide, on peui tenir les parois presque 
droites. Si au contraire on a & traverser des terrains 6bouleux ou 

sa base -&^sa hauteur. Ainsi, dans la -figure A^ la ligne pleine est rhypothdnuse 

d'un lriang:Ie rectangle dont la hauteur 
est 4gale k la base; si nous prenons la 
hauteur pour unite, nous trouvontf la basrf 
dgale aussi h, Tunit^, et nous disons que 
notre profil repr6s^nte un talus de 1 sur 1 ; 
on sail que ce talus est celui d*un plan in- 
cline de 45 degres par rapport & l*borixon; 
Dans la figure Bj nous avons un autre profit, une horrzontale et une verlicale 
6tant menees par les exlr6mil6s de la llgne pleine, nous avons encore un triangle 
rectangle ; mais si nous portons sur la base la hauteur prise pour unite, nous 
Irouvons qu'elle y est contenue une fois et demie. Le talus est done icj de 1 i/2 
pour 1 de hauteur^ ' • i 




Digitized by 



Google 



rs 



CHAPITRE JI. — AMfeNAGEMENT DES EAUX 



tourbeux, Ics talus ne so soutiennent que sous des pentes tres- 
faiblcs, 6 sur 1 ou mftme 7 sur 1 ; comme dc iels lalus entraiue- 
raieui k des largeurs de cananx k peu pres ]nadmissible8,on pre« 
ft^re ordinairement conserver le profil ordinaire et revfelir en ces 
endroils les talus, soil avec des clayonnages ou des fascines que 
niainliennent des pieux, soil avec une maQonnerie en pierrcs s^« 
chos. Lorsque les canaux sont en parlie 6tablis en remblais, on ne 
liijune gnhre aux talus exterieurs qui termineni ces remblais moins 
lie 1 1/2 sur 1, parce que les terres remudes, quelque bien pilon- 
ni^es qu'elles soient, acquierent rarement la solidity des bonnes 
li rres naturelles. 

La figure 23 est un exemple d'un petit canal creusd entiferement 
dans le terrain nature!. La figure 24 se rapporte au cas od le canal 
c»t en partie en deblai el en partie soutenu par des remblais. Si 
le canal doit 6tre entiferement elev6 sur remblai,on adoptele pro- 
lit de la figure 25. 




Enfin nous voyons, figure 26, ce que devient le canal lorsque, 
pour traverser une Eminence, on est oblige de creuser une tran- 
rhee plus ou moins profonde. La petite banquette que Ton voit 
^11 r les deux c6t6s du canal facilite beaucoup Tentretien et les en- 
rages, en m^me temps qu'elle est une garantie contre les 6bou« 
lements* 

•1. Blir^les prinelpales de dlstrlbation. — Lesderniferes 
ramifications des canaux, qui sont plutAtd^nommeesrigolesprin- 
r ij^ales, doivent quelquefois d6verser Teau par dessus Tun de leurs 
1»ords ; ou bien encore on doit pouvoir y faire, de distance en dis- 
lance, des prises d'eau au moyen de simples saignies pratiquees 
latiiralement^etayant au maximum 15 a 20 centimetres deprofon-* 



Digitized by 



Google 



§ 4. - CANAUX DIHHIGATION TST 

cleur. II conviont, dans ces differenls cas, que le bord oii doivent 
avoir lieu Ics prises soil moins^leve que l'aulre,et queTeaucoule 



*.__-_- 0.^-«...„,-„-, 




Fig. 27. 

de ce cAl6 sensiblement k fleur du sol. Ces conditions son! rem- 
plies par un profil tel que celui dc la figure 27. 

•t. Ctenau!iL parta^^sen plusleurs blefn. — Independani- 
ment des canaux navigables, qui comportentioujours des ecluse^ 
(55), les canaux de simple irrigation son! quelquefois composes 
de plusieurs biefs sdpares par des ressauts. En effet si on leur 
donnait, sur toule leur longueur, une profondeur uniforme, on 
arriverait parfois h des penles qui feraienl prendre k Teau de tellc^i 
vilesses qu'elle d^graderait les rives ct creuserail le lit (Voir cha* 
pitre XI). On evitecet inconvenient en divisanlle canal en plu- 
sieurs parties, chacune n'ayant qu*une faible pente en rapport avec 
la nature plus on moins solide du terrain ; les biefs successifs so 
raccordent par des chutes. Dans les canaux de quelque importance. 
On revfet en maQonnerie les parties du canal oii doivent se trouver 
les chutes. Un seuil en pierre, formant d6versoir, termine inK- 
rieurement le bief d'amont ; en tfele du bief d'aval, un solide ra- 
dier prdvient les afTouillements que pourrait produire la chute do 
Teau. 

S*il ne s'agit que d'un petit canal en lerre^ deux ou trois fagots 
iix^s par des piquets remplaceront le seuil donl il est parle ci-des- 
8US ; et quelques pierres brutes ou un radier en bois seront dis* 
poses de manifere a recevoir le choc de Teau. 

Dans le cas de la maQonnerie, la construction pourra avoir une 
certaine analogic avec celie que repr6sentent les figures 42 el 
43(68). 

II sera toujours bon de profiler de cetle partie muree pour y 
disposer des rainures propres k recevoir une vanne ou des nui- 
driers, pour les cas de reparations ou de curage. 



Digitized by 



Google 



n CHAPITRE II. -. AMENAOEMENT DES EAUX 

<ll. TerrMsements relatlfs li la eonstraietioii den ea- 
UAU1L. — DanB tousles remblais qui doivent supporter descanaux, 
qrh^ile que soil rimportance de ces derniers, la terre doit ^tre pi- 
loniieeparcouches; cette operation ne saurait^tre trop surveillee, 
ni oxecut6e avec trop de soins. Si on dispose d'une certaine quan- 
!ile de mottes de gazon, on fera bien d'en revAlir les talus inte- 
rir iirs des parties en remblai. Quand on Ifevo des mottes, dans un 
Irrrain gazonn6,dans Tintenlion d'en revfttir desparoisinclin^es, 
HI) Si pare k la b^che les lignes de mottes, en donnant a la bSche 
la tiR^me inclinaison que doit avoir le talus du canal, etondonne 
11 cos mottes la plus grande epaisseur possible dans le sens per- 
pi^ndiculaire a la surface gazonnde. On obiienl ainsi des mottes 
qui, plac^es sur le talus le gazon toum6 en dehors, pr^sentent des 
ji^ints horizontaux et se superposent ainsi par assises, en m£me 
temps que Ton 61^ve le remblai, sans qu'il soit n^cessaire de 4es 
nxmavec des piquets, comme dans le cas oil le gazon, levS en 
j^laques minces, est employe en placages. 

Si on n*a pas recours aux precautions ci-dessus, il ne sera pas 
]ios^iblede faire imm6diatement fonclionner les canaux sans qu'il 
y ait des fuites. On mettra Teau avec precaution, puis on la reti* 
rera. La terre bumectdo se tassera ; les alternatives de sdcheresse 
1*1 (Diumidite la consolideront. On riparera alorsles parties en- 
tloiinnagees et on rfeglera definitivement les talus. 

Dans tons les cas, ceux des talus qui ne sont pas garnis en ga- 
Kon rapport(^, m6me les talus extirieurs au canal, doivent etre 
seiiitis en gramindcs, avec melange de l(5gumineuses dont les raci* 
lU's plus pivotantes contribueront k fixer le terrain. 

€14. lloyens die eombattre leu Inflltratloas. *— On a quel*- 
qn^'fois affaire a des terrains extr^mement permeables et, dans les 
|M tiiiiers temps aprfes Tetablissement d'une irrigation, il peut se 
taitL* que les canaux perdent beaucoup d'eaupar infiltration. Ge-' 
u^ralement, cet inconvenient disparait avec le temps, parce que 
Ir ilop6t vaseux qui s'opere toujours plus ou moins dans les ca- 
naux et rigoles finit par obstruer les interstices du sol. Le meil- 
h 111- moyen de remedier aux pertes d'eau dans les canaux neufs 
r(»i»sistc ay diriger des eaux fortemont troubles, ou k leurdefaut, 
11 Iroubler Teau artificiellement avec des terres argileuses ou va- 
>ruses que Ton brasse fortement. Ce n'est que dans le cas oil le 
h train surlequel est etabli le canal consiste uniquement engra- 



Digitized by 



Google 



J 4. — CANAUX D'lHRIGATION 75* 

viers ou cailloux sans liaison qu'il devient n^cessaire de revMir 
les parois inl6rieuresd'unecouche de lerre pr^sentantmoins d'in- 
terslices. Pour le fond du canal, une couclie de sable sera parfai- 
inenl8uffisante;pour les parois lateralcs, la seule condition indis- 
pensable, c*est que la terre employee ait assez de cohesion pour se 
bion maintenir contre les talus. L'usage de Teau trouble suflira 
onsuito pour rendre les parois completement stanches. 

•&. C^naaiK et rifpoles dans le« terrains fortement io- 

cllo^ft. — Dans les terrains tres-inclinis, tels qu'on en rencontre 
dans les coteaux et les montagnes, la confection des pelitscanaux 
d'irrigalion et des rigoles principales prc^senle souvenl des diffi- 
cult^s particuli^res. 

Soit, en profil, figure 28, ACDEB la surface naturelle primitive 
du sol d'uncoteau. Si un canal d'amen6c ouune rigole principale 
doit passer presque horizonlalement en travers de cette pente, k 
la hauteur D, on lui donncra le profil transversal qu^indique la 







Fig. 28. 



figure. Le talus situe du c6t6 do la hauteur aura n6cessairemcnt 
une grande 616vation. Si ce talus doit fetre en terre gazonn6e, il 
importe, pour 6viter les iboulements, de lui donner une pente 
assez douce ; mais on est souvenl oblig6, dans ce cas, de le pro- 
longer ^norm^ment en hauteur. Quoi qu'il en soit, la- terre pro- 
venant du diblai serareportee, comme Tindique la figure, suivant 
le profil D;? E. Ce remhiai, aura pour double r6stillat d'^paissir 
la paroi du canal, de manifere k lui donner plus de force de resis- 
tance contre la pouss^e de Teau et les infiltrationts, et de procurer 



Digitized by 



Google 



n 



CHAPITBE !(. -^ AMKNAGEMENT DKS EAUX 



ijho banqucUe rm surface plaiir^ o/;, qui scrvira de soniier pour 
1ft snrvoillanco el rerilreliun. 
Quaiul le ierrain founiit des piorres en abondance, ce qui ar- 
rive souvent dans les mon- 
tagnes, on peut les employer 
a revfetir d'un mur en pierres 
s^ches le talus du c6l^ du 
d^blai. Ce talus peut alors 
se rapprocher beaucoup dc 
la direction verlicale ; on 
a moins de mouvements de 
terrains k opdrer et surtout 
V'lii. 'i\K moins d'espace denude. Lc 

prnlil ilovirni alors ii^Iiii dc la figure 29 ci-dessus. Quand on 

]>eut facilcment disposer de pierres 
voliimincuses et de forme plate, on 
n mplace quelquefois le mur dc 
pierres seches proprement dit par 
la disposition de la figure 30. En- 
lin, si le canal est, dans certains en- 
druiis, taille dans le roc, la parol 
iPamont est souvent verticale ou 





Fi|?, :ui. 



nirmo en j^urplornb, 

uu. C'aiiiiu!!^ rrniteliif^iiiiiit en fiiphon dcs depressions •a 

4le»i fihjuciifrcii. — Souvedl iHi inlit canal d*irrigaliondevra tra- 
vorsi'T un ravin, uit rhemiii creux, une route k pen pres au ui- 



*^^ 



_ S p ^_ . . ^ ^ 



/ 



A 



B 



Fij?. :!l. 



vt^au du Mil (]u*im ne [U'lU nio{iiliei\ ou meme un autre canal. On 
fuil alnrs j^a^sor h' riiiial sous I'oljslacle, dans un conduit en ma- 
If'riaiix n^j^i*4lant?^. fni'manl imsi|ilion renvers6. 



Digitized by 



Google 



8 4. - CANaUX D'lRWOATIOX 



17 



Quelqucfois, il est vrai, onpeut dludei: la difficulte en d^lour- 
nant le canal. Soil AB, figure 31, une route bord6e de fossds, re- 
presentee en plan dans la partie inferieure de la figure. Un canal, 
arrivant en C, devrail traverser la route dans la direction CD, co 
qui exigerait un siphon, la route ^tant ainsi que le canal au ni- 
veau du sol. En exaniinant le profil, trac6 dans la partie supe- 
rieure de la figure, nous reconnaissons que la route a une pente 
prononcee de A en B. Des lors, en detournant le canal suivant 
CED du plan, nous pourrons lui faire traverser la route en E, 
sous un simple ponceau ordinaire. 

Quand on devra elablir un siphon, ce qu*il y a de plus simple 
consiste a le composer de tuyaux a section circulaire. Les tuyaux 
ou buses en ciment (Voir 76), dont on garnit les joints dgalement 
en ciment, et qu'on noye pour plus de surete dans du b^ton, sont 
tres convenables pour cet usage. Ce n'est que dans des travaux 
considerables el pour des siphons qui doivent descendre a plus 
de 5 ou 6 metres qu*il sera nicessaire d'employer des tuyaux en 
fonte. Pourgagner au bcsoin de la hauteur et eviter les tuyaux 










ry4^T^ 



Fig. 32. 





Fig. 33. 



de tres grand diametre qui, a Spaisseur 6gale, ont beaucoup 
jnoins de resistance, on accole fr^quemmenl deux ou plusicurs 
luyaux dc diamttre mod(5r6, cntre lesquels Teau se partagcra. 



Digitized by 



Google 



T8 CHAPITRE 11. — AMf^^AGEMENT DES EAUX 

La figure 32 represente, en coupe veriicale, et la figure 33 en 
plan, un siphon pour le passage d*un canal AB sous on autre ca- 
nal C. En avant de Tentr^e du siphon, on a creuse un bassin D, 
pour (Sviler que des pierres ou graviers ne soienl accidenlellement 
iritroduils dans le siphon. L'aqueduc souterrain se lermine de 
[>art et d'autre par deux petits murs de t&te E et F. 

Dans le cas od le conduit souterrain ne doit pas descendre plus 
profond^ment que dans la figure 32, on 6vile le plus souvent la 
complication qui r^sulte de Temploi d*un luyau plusieurs fois 
ooudS. Pour cclaon construit, en D et B, deux puisards ou has- 
sins, de forme ordinairement reclangulaire, de profondeur attei- 
L,niant le niveau le plus has oil attendrait un siphon coudd ; puid 
un fait communiquer les deux puisards par un conduit horizontal, 
rectiligne, simple ou double. 

Dans le cas oix le canal, au lieu dc passer sous Tobstacle, doil 
passer par dessus un vallon ou un ravin, il y a lieu do faire un 
pont-aqueduc. Dans les grands canaux d*irrigation. ce cas donnc 
lieu ad'importants travaux d'art, dont un des types les plus re- 
inarquables est Taqueduc de Roquefavour sous le canal de 
Marseille. Mais dans les cas ordinaircs, dont nous avons plus 
particuli^rement a nous occupcr ici^ un coursier, sorle de grande 
auge en bois, suffit pour faire passer Tcau au-dessus de la depres- 
sion. G'est ce qui arrive trfes souvent dans les paysdemontagnes. 
Un coursier en t61e, plus durable que celui en bois, ne revien- 
drait gu^re plus cher aujourd'hui. Pour les plus faibles cours 
•Teau, un Ironc d'arbre creusd en gouttiere suffit parfois *. 

HV. Vanncfl proprea autl eanftuiL d^irriiratioii. — Les ca- 
naux d*irrigalion doivent souvent 6tre munis de vannes permet- 
tant soit de suspendre complelement le cours d'eau, soit d'en r6- 
gler la quanlit^. 

On trouve partout des modules de vannes agricoles; j'endonne 
ici un nouvel exemple. Les vannes etleurs chassis se font ordi- 
nairement en bois. Mais le bois demande de frequents renouvel- 
Icmeuts. Or, aujourd'hui que les moyens de transport sont fa- 
ciles, on pent se procurer dans beaucoup d'endroits de longues 

1. 11 peut K6 rencontrer des cas oO, au lieu de passer au-dessus d*un vallod| 
on peut faire passer Teau au-dessous au moyen d*un siphou en fonte, cc qui est 
plus 6eonomique. II ne faul pas pour cela que le canal soit sujel k charrier des 
{graviers ni des sables. 



Digitized by 



Google 



8 4. - CAiNArx DIRRIGATION 



td 



pierres parall^Iipipediqued que fbumisseiil en abondaiice eertai* 
nes carribres el qui, grossierenieni laillees, sonl d'un prix peu 
61ev6. Dans la vanne represenl^e par lafijjure 34, le cadre coutrc 
lequel s^appuie la venielle est formee de qualre pierres simple- 
ment ddgrossies, sauf dans la feuillure oti glisse la porle mobile 
ou venielle*. La figure donne r6l6vation dc la vanne vue du cdte 
d'amonl, une coupe horizontale faite au dessus de la venielle et 

une vue en dessus. Les m^.mes lellres 
disignent les mfemcs objels dans toutes 
les parlies de la figure. Pour compl6ler 
celle-ci, il faudrait concevoir un radier 
en maQonnerie de pierres ou de belon^ 
recevant le seuil C et le pied des mon- 
lanls A el B ; puis deux pelils murs la- 
leraux de soulencment ou bajoycrs, 
s'^levant seulement jusqu'au niveau du 
sol el dans lesquels sont engages de 
quelques cenlimelres les monlanls AB. 
Les venlelles doivenl avoir d'aulant 
plus de force, pour r^sisler k la pouss^e 
de Teau, qu'elles ont une plus grande 
surface. La manoRuvre des vannes pr6- 
senle aussi d'aulant plus de difficuU^ 
que la venielle est pressee plus forle- 
ment conlre ses appuis; aussi, pour 
peu que la largeur a fermer soil consi- 
d6rable, la partage-t-on ordinairement 
en plusieurs Iravees, avcc un 6gal nom- 




B 



E 






-CT— rr. -^^■:^^ 



Pig. 34. 

A, B, montants on pierrq pi- 
qu6e. 

^'«-!f!?i*^ P'?I'*®'i^^*"^''^'® bre de vannes. Si une vanne semblable 
noySdansIerodieren ma- „ , , « c., , . i , , 

conocric. k celle de la ligure 34 elait double, il 

D, chapeau en pierre. r j -i i • •^ ^ l m- 

E, venielle ea bois. faudrait un Iroisieme montant au milieu 
g; mlnSdu eric. ^^ '^ '^rgeur du canal ; pour lui donner 

plus de resistance conlre la poussee de 
Feau, on lui donnerait la disposition qu'indique la figure 35. Gette 
figure est une coupe verticale, faite dans le sens de la longueur 



1. On remarquera qu'il n'est pas n^cessaire de maintenir les venlelles en bois 
dans des rainures. li est pr6f^rable, pour ^viter sQrement tout serrage, de les 
faire glisser contre une face d^une large feuillure, oil la pression de Teau les 
appuiera sufnsamment* 



Digitized by 



Google 



80 



CHAPITRE If. - AMiiXAOEMENT DES EAU.K 




Fig. as. 




du canal ; wn^ fleche indiquc le sens du courant. Lc moulant en 

pierre A est conlre-but£ par 
line aulre pierre H ; Tune et 
Tautre pierre sonl encastr^es 
inferieurement dans la ma- 
Qonnerie du radier ; la masse 
principale de celui-ci,K, est 
en b^lon.En I vienl buterle 
seuil en pierre de Touver- 
ture ; d'autres pierres egalc- 
ment en forme de seuil, L, 
M, lerminent le radier, dont 
loutc la surface est revalue 
d'une maQonnerie de moel- 
lons qu^on pourrait rempla- 
cer avaiiia^eusemenl par des dalles. En D est lc chapeau en 
piorn' conuimn aiix deux ouverlures. 
Les jKules de vanncs oa venlellcs sont ordinairement en bois ; 
elles soul composees de forles planches 
ou madriers simplement jointifs. Dans 
la ligure 34, Ics pieces dont se compose 
la vcriteiie sont reunies par des baude- 
lettes de fer et des boulons, ainsi que 
rindiquele detail, figure 36. Maisquand 
lesraadriors dont se compose la venlelle 
ont une certaine ^paisseur, il est plus 
simple de les traverser tous ensemble, 
vers chacune de leurs extremit6s, par 
U!i grand boulon vertical, ainsi que Tin- 
diquc la (iiriirc 37. L'allaclie de la ventelle avec lalige a cremail- 
lere est o\[»liquee par la lifi^ure 38, dans laquelle la venlelle est 
!5up|H:*see <;Hupec Iransvorsalenicnt. 

La lulc peutse subslitueraii hois dans la construction des veu- 
k'llos: l(»s liij. 39j iO et II donnont Tidec d'une ventelle en t61e 
tie 3 nnlliinelros d'epaisi^cur, reiiforc6e par des nervures. Du c6te 
d anion I, ini elle reruit hi poiissee de Teau, la ventelle est renfor- 
cee par He solides nervures en ldle,raidies elles-memes par des 
t^oraieres en fer avec lej^quones el les sont rivees. 

Pom- sonlevcrlcs valines, on pout substilucjr a la cremaillere 
rapparril nprej^eiiLe figure i\ t37)* 




i. 



B 






U, la nki>iiK- en protil. 



Digitized by 



Google 



§4- 




TIOX 

I 



81 



38. 



Fig. 37. 

A. Portionde vcnlcllc viie do fiire. 

B. Coupe verticals. 



i 



^(^ 


^: 


• • • • 


e • 


• • • 


• • 


• « • • 


» • 


• 


", t ■ y H i ^^' 


t e 


• • 


• • 


* • 




• • 


• « 





• • 


• • 




-»V» | in «3 1 f*'. I) * « I » 'Fif — 



1^ 



Fig. 39. 

A, face tl'amont. 

B, coupe verticale. 

C, plan en dessus. 

D, D, montanls de la vanne contre lesquels s'apptiio la vonlellc. 
n, a!ya'',a"', nervnres renfor^^nt la ventelle dii f«jte d 'anion f. 
6, piece d'uttaclic de la li^e do la cremaill6re. 

(, e", c', c"', cornit^ros verlicales fix«>i s sur la face d'aval. 





Fig. 40. 
Face d*nval do la ventelle. 
6, pidce oil s'altaclie la lige du eric. 
e, d, e\ d", copni^res. 



Fig 4i. 
Coupe, sur une plus gpande 
echelle, d'une aes nervures 
horizontales, par Ic milieu 
de sa longueur. 



Digitized by 



Google 



Bi 



CHAPITHK II. ^ AMENAGEMENT DES EAUX 



UH. Vamiairefl 1^ pautrelles •« planehes inaMles. — 

Itid^pendamment des vannes proprement diles, les canaux d'irri- 
galioii dfi quclque importance sont souvent munis en certains en- 
droils de rainures verlicales pratiquees k droite etk gauche, dans 
lui endroit od les parois sont revalues en maQonnerie. II suffitde 




m00 




Fig. 43, 
A BCD, profil du canal ou de la rigolc. 
E F, rainures verlicales. 
H, seuil en piorre faisant parlie du radier. 
G, raccordement des talus du canal avoc la 
parlie k profil rectangulaire. 

tloscendre dans cos rainures des poutrellos superposc^os pour for- 
mer rapidement un barrage. Les figures 42 et 43, font compren- 
dre sufHsaniment Ic principo do co syslbmo de barrage. Souvent, 



Digitized by 



Google 



i 4. - CANAL'X D'lllHlGATlON 83 

dans les canaux, Ics rainures soot doubles, ce qui permel de for- 
mer deux muraillesde bois dislantes de 40 cenlimfetres environ ; 
dans rintervalle on peut faire un corroi en Icrre grasse ct rendrc 
ainsi la fermeiure prcsque Blanche. De tels disposiiifs sont tres 
commodes, par example en cas de reparations k faire aux ca- 
naux el aux vannes ; ils peuvent trouver des applications dans 
diverses circonstances. 

La figure 42 montre, en perspeclive, un type assez recomman- 
dable dont la figure 43 donne le plan, accompagne d'une coupe 
faite perpendiculairement a Taxe du canal. Remarquons que si on 
sc contente d'6tablir un simple cadre pour mainlenir la vanne, il 
est assez difficile dSempfecher Teau de sc frayer un chemin enlrc 
ce cadre et les berges du canal ; il y a aussi k craindre, pour le 
fond, des aflbuillements resultant des remous que produit le pas- 
sage de Teau par Fouverlure de la vanne. Ces inconv6nienls se 
Irouvent evit6s par la construction que repr6senterit les figures. 
Le chenal est entiferement en maQonnerie sur une longueur de 
1"30. Cette portion de chenal est a section rectangulaire ; elle 
comprend un radier, deux murs do soutenement ou bajoyers, et. 
de petits retours en aile qui facilitent la liaison et le raccordement 
avec les talus inclines du resle du canal. Au milieu du chenal de 
maQonnerie se trouve un seuil en pierre, II, bien dressd et noy6 
dans le radier; a Taplomb de ce seuil se trouvent deux rainures 
E, F de 4 centimetres environ de largeur. Pour barrerle canal, on 
place dans les rainures des planches sur champ bien dress^es et 
superpos6es que Ton enleve quand on n'en a plus besoin. Cette 
disposition est particuliferement commode dans les grandes ri- 
goles de distribution ayant une penle assez prononc^e et sur les- 
quelles s'embranchent des prises d'eau sccondaircs successives. 
Dans ce cas, au lieu de munir de vannes ces derniferes prises 
d'eau, on place dans la rigole principale, et imm^diatement en 
aval de chaque prise, une vanne k coulisses du genre de celles 
dont il s'agit. Veut-on introduire de Tcau dans une des rigoles 
de prises (qui sont moins profondes que le canal), on met une 
planche ou deux dans les rainures imm^dialemcnt inKrieures ; 
le niveau do Teau s*61feve alors en amont des planches, une por- 
tion de Teau penetre dans la rigole de prise ; le reste se diverse 
par dessus les planches, et peut clrc repris plus loiu par Ic m6mc 
proc6d(5. 



Digitized by 



Google 



^4 



CHAPITRt: II. — AMKiNAGEMENT DES EAUX 



•B. Cannes p«ur les plus petUs eanaax. — Pourde trfes 
petils canaux ou rigoles, les vaDnes que j*ai d^crites ci-dessus 
(ti7) (fig. 35 a 41), sont encore trop importaDtes el Irop corapli- 
qudes ; on fait souvenl de tres pelilcs vannes Irfes rusliques et 
lout en bois, ou bicn on place dans le fond dc la rigole une pierrc 
|»lalc formant seuil ou radier, el deux aulres pierres dressees et 
pourvues chacune d*unc rainure ; dans ccs rainures on inlroduif , 
quand on veul interromprc le cours de Teau, une plaque de bois 
ou de tole que Ton enleve complelemcnt pendant le resle du 
lemps, la m^me venlelle pouvaut servir successivcmenl el selon 
los besoins k plusieurs vannes de memes dimensions. 

90. Vannes amovibles, en MIe, pour les rifrales. — 

l*our les simples rigoles de dislribution et d'irrigation, qui onl 
liesoin pour la couduite des arrosages d'etre fr^uemment bar- 
rees, tanl6t sur un point, tantot sur un autre, rien n'est plus 
commode el plus 6conomiques que les petiles vannes mobiles, 
pelles ou vanneltes, comme on voudra les appeler, dont nous re- 



rF|---R 




r 




Fig. 44. 

a, face ou sont rivcos les poignees. 

6, face ou sont riveos les pieces de rcnforl. 

€, coupe graudie de la partie sup6rieure et de la cornidrede rcnfort. 

prdsentons un specimen dans la figure 44, et qui sont form6es 
(fune feuille de t61e assez mince, a bord arrondi Iranchant. On 
concoit qu'une de ces pelites vannes 6tant placee en travers du 
rt)ss6, on pourra la faire p6n6trer, i la manifere d'un instrument 
Iranchant, dans le fond et dans les deux parois lat6rales, ce qui 
donnera une fermclure plus herm6lique que celle d'une vanne 
en bois k coulisses. On donne a ces petiles vannes des dimensions 
qui vont de 0,40 k 1 mfelre de largeur; quand elles sont un pen 
plus grandes on leur donne beaucoup dc solidite et de raideur en 
y rivant, comme Tindiquc la figure, une tele en fer cornifere et 
une bandelelte amincie vers le bas. 

Ces vanneltes se transporlent a volenti ; chacune d'elles peut 
lenir lieu d'un certain nombre de vannes fixes. S'il est un point 



Digitized by 



Google 



i 4. -- CANAUX D'IRRIGATION 



85 



particulier oil, la vannette 6tant souvenl enlevee puis remise, le 
terrain risque de se d^sagreger, deux pelils pieux ou deux pierres 
brutes, fig. 45, placees a demeure dans Ics berges du foss6,four- 
niront les points d'appui n^ccssaires conire la pouss^e de Teau. 




Fig. 45. 

91. PetUfl aequedues et pooeeaux. — Les petits canaux 
d'irrigalion et les principales rigoles ont h chaque instant a tra- 
verser soit des cherains publics, soit des chemins d'exploitation. 
Des passages pour les voilures doivent fetre elablis au-dessus de 
ces divers canaux pour facililer Tacces des terres ou prairies ir- 
riguees ; il pent enfin se rencontrer des cas ou Ton trouve plus 
d'avantage k traverser soutcrrainement une Eminence quelconquc 
qu &la contourner^ou h conserver ouverte une tranch^e d'une trop 
grande profondeur. Je vais indiquer quelques modes de construc- 
tion 6conomique pour les ponceaux et petits canaux souterrains, 
modes qui tons ont regu la sanction de rexpdrience et du temps. 



79. Buses paar les plus faibleseoupfl d'eau. — Pour le 
passage des filels d'eau les moins importants, on employe assez 

souvent de simples tuyaux 
de poterie de 15 a 20 centi- 
metres de diamfetre, ainsi 
que le monlrc la figure 46. 
Ce moyen est peu coAleux, 
les Uiyaux en poterie pou- 
vant quelquefois Stre obte- 
nus pour i franc ou 1 fr. 50 
p. ^g le metre courant. Mais, ou- 

a, coupe transversaie d'un luyau Iravorsant tre que Ces^luyaux UC SOUt 

T,ren.S^ pas fort solides, Temploi, 

R, lranch6edontle fond a la forme du luyau pQUj. \q passage des eaux 
et qu*on a remblayee apres la poso dc ce- ' * P , . 

lui-ci. 




apres i 
C, eropicrrement de la route. 



couranles, de conduits 
ayant moinsde 25 centime- 
tres de diametre laisse toujours k desirer. L'eau charrie parfois 



Digitized by 



Google 



86 



CHAPITRE II. — AMfiNAGEMENT DES EAUX 



des branchages, des pailles, des feuilles morles, du sable; Ics 
objets les plus longs se placent Ics premiers en travcrs de Tcn- 
tr^e du conduit ; ces materiaux, a leur tour, arr^tcut au passage 
ceux d'un moindre volume, et la ferraeture est bientdt com- 
plete. 




Fig. 47. 

Un caniveau en bois, figure 47, est plus solide que le prece- 
dent, mais il est sujet k pourrir au bout de peu d^ann^es. On re- 
marquera que les faces superieure et inf^rieure sont form6es avec 
des bouts de planches ou madriers nyant le iil du bois dirig^ trans- 
versalement au caniveau. Si le dessus elait forme d*une plancho 
entiere mise en long, celle-ci se fendrait infailliblement dans sa 
longueur puis s'enfonccrait, sous Taction des roues des voitures 
chargees. 

VS. Poneeaux ppovisoire» ou portfatfifs. — Pour elablir, 
au-dessus d'une rigole ou d'un petit canal, un passage essentielle- 
menl provisoire, on pcut employer, lorsqu'on a du bois h sa dis- 
position, le systeme reprd- 
sente dans la figure 48. 
On place en Iravers du 
fossd un certain nombre 
de morceauxdebois brul. 
en les croisant altemati- 
vement, comme Tindique 
la figure. Puis,sur les especes de chevalets ainsi formes, on 6tend, 
dans le sons de la longueur du canal, quelques fagots, sur les- 
quels on pcut jeter un peu de terre. Quant a Teau, elle passe dans 
les espaccs vides inferiours. 

Quelquefois on se sort, lors du charriage des cngrais ou de Ten- 
levement des rc^coltes, dans une piopri6t6 irrigu6e, d*un pont uni- 
que amovible, compose^ de planches clouees sur plusieurs fortes 




Fig. 48. 



Digitized by 



Google 



§ 4. — CANAUX D'IRRIGATION 



87 



traverses * dont la longueur excede un peu la largeur dcs canaux. 
Mais il faut une voiture et plusieurs hommes pour opdrer le dd- 
placemenl de cepont, ce qui n'esi pas commode. 

14. P^neeauiK fixes en bol«. — Si des considerations d'6co- 
nomie d^terminent a faire' usage du bois pour la construction des 
ponceaux, on pourra difficilcmcnt Irouver un type pr^f^rable k 
celui qu'expliquent les figures 49 et SO. A est une piece de bois 

occupant toute la longueur du pon- 
ceau ; cette piece pent kive k peu prfes 
brute, mais il faut lui tailler h la ha- 
che deux faces inclinees. B et C sont 
des palplanches que Ton a fait p^nd- 
trer dans Ic sol k coups de maillet, 
suffisamment pour que leur pied soit 
k Tabri des affouillements ; leur t6te 
est fix6e par dcs clous k la pifece ou 
sommier A. Les planches ^tant ren- 
dues solidaires par cette attache, le 
poids des charges qui passent sur ce 
ponceau se r6partit sur leur ensem- 
ble. Ces planches rdsistent d'ailleurs comme bois debout, condi- 




Fig. 49. 

— Goupo transversalc. 

A, gommier en bois. 

B, C, palplanches de rev^tcraent 
clouds sur le sommier. 




Fig. 50. — Vue perspective du ponceau en cours.d'cxdcution. 

lion la plus favorable. Une planche pourrie vient-elle a serompre, 
il n'en risulle qu^un eboulement tresrestreint, etlcremplacement 
en est facile sans qu'il y ait k faire beaucoup de d6blai. 

1. Ordinairement 5 traverses : una au milieu, 2 d T^cartement des roues des 
voitures, et deux aux extremites. 



Digitized by 



Google 



88 CHAPITRE II. — AMfeNAGEMENT DES EAUX 

VS. P^neeaii^ restiqnes en pierres. — Dans les localit^s 
oil la pierre abonde el od Ton peut se procurer dconomiquement 
de larges pierres plates, on pent avoir rccours pour les ponceaux 
au mode de const ruction qu'indique suffisammeni la coupe trans- 
versale, figure 51. Les pierres de recouvremenl peuvent s'em- 
ployor brutes ; les murslat^raux seront parfois en pierres seches ; 
les dalles brules formant radier sonl n6cessaires pour empfecher 
les affouillements, k moins que le sol ne soit tres solide. Pourli- 




Fig. 51. 

vrer passage aux grands volumes d'eau, on formeralesponceaux 




Fig. 52. 

de cc systfeme de plusieurs travoes (voyez figure 52). Cette dispo- 
sition a Tavantage de prendre pen d'espace en hauteur, ce qui est 
souvent pricieux. 

7U. Petitfl poneeauiK tubulaires eo liric|ues et eimeiit.— 

Pour des diametres de 30 a 40 centimelres, on peut, si Ton a de 
bonnes briques non gelivcs, construire sur place un gros tuyau 
d'une seule pifece en briques et ciment (de ceux qu*on appelle 
vulgaircment cimenls romains). L'epaisscur des parois de Taque- 



Digitized by 



Google 



§ 4. - CANAUX D'IRRIGATION 89 

due est 6gale k celle de la brique, soil environ 5 centimfeires g6- 
neralement. Les figures 53 et 54 donnenl, en coupe transversale, 




Fig. 53. 

deux types d'aqueducs de ce genre. Dans le premier type, le pour- 
tour est forra6 par huit largeurs de briques, ce qui donne un dia- 
metre intirieur de 30 centimetres environ (un pen plus ou un pen 




Fig. 54. 

moins, selon la dimension des briques employees). Dans le second 
type, le pourlour est form6 par douze largeurs de briques, et le 
diam^re inlerieur est d*environ 45 centimetres. Si Ton donne un 
peude pente dans le sens de Tecoulement de I'eau, un tel conduit 
suffit au passage d\in volume assez consid6rable. Pourvu que 
Ton recouvre le sommet du conduit de 20 centimetres environ de 



Digitized by 



Google 



90 



CHAPITRE II. — AMENAGEMENT DES EAUX 



lerre non Irop argileuse, excmpte de pierres el bien pilonnec, puis 
d*un macadam de m£me Spaisseur, de tels ponceaux sont k V6- 
preuve de loules les charges ordinaires. Dans les figures, T repre- 
senie le terrain naturel, R le remblai'et C I'empierrement. ^ 

A chaque exlr6mil6 de Taqueduc ou ponceau, on conslruil g6- 
n^ralemeni un pelil mur de t^te. L'aspcct du travail termini est 




Fig. 55. 

celui de la figure 55. La figure 56 donne la coupe longitudinals 
d*une des extremites du meme ponceau, suppose ^tabli sous une 
chauss^e empierr^e. La figure indique, en coupe, un des murs 
de tfele. Les talus de la chauss^e sc raccordent avec ce mur par 
deux portions de talus k surface conique. 

Le principal d^faut qu'on puisse reprocher au sysleme ci-des- 
sus decrit est d'exiger pas mal de main-d'oeuvre et un certain soin 



i. Pour i 'execution, on creuse une Iranch^e selon la forme que doit avoir la 
construction. Un gabaril A, taille dans un bout de planche 
suivant ia forme extdn'eure que doit avoir le tube de briques, 
sert a I'ouvrier k regler son travail. Sur la forme en lerre 
ainsi preparee, le ma^on const ruit alors la moiti^ inf^rieure 
du tube, en s aidant au besoin d'un cordeau et d'un second 
gabarit B, con forme a la moili6 de Vinth-ieur du tube. Pour 
ex6culer la partie superieure formant voiite, on se sert d'un 
^etit cintre en bois leger, represents en perspective en C, 
de 1 metre k 1 metre 30 de longueur ; on le place d'abord k une extremite de la 

construction, en relevant sur des supports 
quclconques ; on termine la partie de vodte 
correspondante , puis on depiace le cin- 
tre d'une certaine quantite, et on continue 
ainsi jusqu^aTautre extremite de Taqueduc. 




Digitized by 



Google 



§ 4. - CANAUX DIRRIGATION 



91 




Fig. 56- 

dans rex^cution, ce quj fera souvenl pr6fercr pour les memcs 
diametres les buses d6criles n** 78. 

UK. PoneeaoiK tabalaires «le irrands diametres. — 

Pour livrer passage i des volumes, d'eau consid6rabIes, on peut 

conslruire, en briques el mortier 
de chaux hydraulique,des canaux 
tubulaires, depuis 50 ou 60 centi- 
mfelres de diam^lre jusqu'a I m. 30 
au moins. L'epaisseur de la voute 
circulaire sera egale, dans ce cas, 
k la largeur de la brique, soil en 
general 10 a 12 cenlimfetres. La 
figure 57 donne la coupe Irans- 
versale d'un ponccau-aqueduc de 
0,80 de diarafelre. La coupe en 
long et les exlremites ou teles sc- 
ront analogues aux figures 55 

et 56*. 




Fig. 57. 



i. Les poDceaux de ce genre sont plus solides qu'on neserail porle a le croire 
a priori, J'ai eu ^occasion d'en faire execuler de plus d'un metre de diam^lre, 
pour la traversee d'un chemin de fer par des canaux d'irrigation. Le sommel de 
la voClte n'etail s^pare des rails que par le ballast, et des trains pouvaienl ce- 
pendant passer sans inconvenient, avant ni<^me que le mortier eut completement 
durci. 



Digitized by 



Google 



92 



CHAPITRE II. - AMfeNAGEMENT DES EAUX 



VS. ■«•«• em Mton eoatprlM^. — On trouve maintenant 
dans le commerce des tuyaux confeclioDo^s en b^ton de ciment 
comprim6, ayant depuis 20 jusqu^a 70 centimetres de diametre 
int6rieur^ qui son! on ne pent plus convenables pour la construe- 
tion de petits aqueducs. Ces tuyaux, ou buses^ sont livr^s par 
iron^ons d'environ 1 metre de longueur. 
Ceux de certains fabricants ont leurs ex- 
tremit^s dispos^es de manifere k former 
des joints k emboitement, d'autres se po- 
sent simplement bout h bout, sans feuil- 
lure. Des pieces de tfete, figure 58, moulees 
^' 6galement en ciment et d*un seul morceau, 

servent k terminer Tuqueduc k chacune de ses extr6mit6s et kle 
raccorder avec les talus duremblai k tfaverser. Les aqueducs ainsi 
confectionn^s sont trfes solides et trfes durables. On peut garnir 
les joints des tuyaux avec du ciment, mais le plus souvent on ne 
prend mSme pas ce soin ; on se contente de bien pilonner la terre 
autour, en remplissant la tranch^e. ' 




§5 



fiLfiVATION MECANIQUE DES EAUX 



99. £•« 6lev^e par la faree aiatrioe du eoaraat daas 
le^nel eiie est pals^e. — Roues d godets. — II arrive fr6- 
quemmentque Teaudestin^e aux irrigations doit £(re puisne dans 
une riviere, k un niveau inferieur de plusieurs metres k celui du 
sol k irriguer. Dans ce cas, la machine la plus ^conomique, la 
plus simple et la plus r6pandue est la roue dite a godeis. C'est une 



1. On Irouve notamment ces tuyaux : k Paris, 
Paul Dubos et Cie et Francois Coignel et Cie ; 
pres Grenoble, Duraolard et Cie. Ci-conlre, k 
litre de renseignemeni approximatif, un apergu 
des poids et prix du metre courant, pour les dia- 
metres les plus usit^s. Les t^tes se paient k part 
et se font sur plusieurs inclinaisons. 



Diametre 


Poids du 


Prix 


inl^rieur 


ID. en kil. 


du m6tre 


0,25 


70 


3,50 


0,30 


85 


4,50 


0,40 


130 


7,50 


0,50 


180 


40,00 


0,60 


260 


13,00 



Digitized by 



Google 



§ 5. — feLEVATION MfiCANIQUK 93 

roue & aubes planes, mise ea ipouvenieQi par le courant, et qui 
ported sa circoaf^rence un certain nombre de caisses, ordinaire- 
meni enbois, qui se remplissent d'eaua mesu;*e qu'elles arrivenl 
k la parlie inferieure de la roue, et versent leur contenu, dans 
une auge convenablement placee, lorsqu'elles sont parvenues mt 
sommet de la roue. 

11 y a deux types des roues dont il s'agit. Tanl6t les godeis 
sont, comme il est dit ci-dessus, do vdritables caisses parallel t- 
pipediques, fermees de ioutes parts, sauf le trou d'extr6mit6 par 
oil se fait Femplissage et la vidange. C'estle systi^me ie plu>i 
simple ; mais Teau se vidant en partie avant que les godets n'ar- 
rivent au haut de leur course, le rendement en est fort diminui^. 
Dans le second systeme, les caisses sont remplacees par des cs- 
pbces d'auges, non couvertes, mobiles autour d'un axe hori- 
zontal situ6 un peu au-dessus de leur centre de gravite. GrAce a 
cette disposition ces auges se remplissent complfetement, et con 
servent toute leur eau jusqu*^ ce qu'elles arrivent au haut de la 
roue oil une butde les fait basculer. 

Le diamtstre de la roue doit &tre, n^cessairement, un peu su- 
p6rieur a la hauteur k laqucUe Teau doit £tre 61evde, puisque 
d'une part les godets doivent plonger et que, d'autre part, ils 
doivent s'elever au-dessus du coursier oti Teau est vers^e. On 
rencontre des roues ayant depuis 2 metres jusqu'k prbs de 10 
metres de diam^tre, selon la hauteur a laquelle Teau doit fetrc 
€le\6e. La meilleure utilisation de la force motrice correspond au 
cas oil la vitesse du milieu de la partie immerg^e de Faube ver- 
ticale de la roue difffere peu de la mollis de la vitesse de Tcau do 
la rivifere pr^s de la surface. On ^Ifevera d'aiUeurs d'autant plus 
d'eau, dans un temps donn6, que la roue sera plus large et prO- 
sentera par consequent une plus grande surface k Taction du 
courant^ On cite des roues k godets qui ^l&vent jusqu'k 50 litre;§ 
d'eau par seconde. 

1. Si Ton desigae par : p le nombre de litres d'eau Aleves par seconde, 

h la hauteur^ en metres, compt6e du niveau de Teait 
dans la riviere au point le plus haut oil parvien- 
nent les godets,- 

V la vitesse, en mMres par seconde, du courant, 

V la vitesse de la partie moyenne des aubes, 



on a d'apr^s Poncelet ; 



p/i = 81,56 AV(V-t;)t?, 



Digitized by 



Google 



01 CHAPITRb: II. — AMfiNAGEMENT DES EAUX 

Belters hydrauliques, — Le belier hydrauliquc a 6l6 Irop sou- 
vpiil fl^icriL pour qu'il y ait lieu de revenir ici sur les ddtails do 
saciint^l ruction. La disposition des lieux oil on se propose de 
rintsiullei- doit elre telle que Tcau, prise k une source, a un r6- 
Bc^rvoir ou k un cours d'eau, par une conduite en tuyaux, puisse 
arriver an holier plac6 en contre-bas du niveau de I'eau dans 
retidroil oil est faite la prise. Une parlie de Teau inlroduite dans 
le h^Vwv est port^e, par une conduite ascensionnelle, a un niveau 
pUist ^Icvti que celui de la prise d'eau, iandis qu'une autre partie 
s*ecoijle librement ; cetle dernihre est celle qui, par sa descente, 
a produit !e travail moteur. 

Le^ bi^liors ne sont propres k Clever que de faibles quantit^s 
d'eau, Ires souvent une fraction de litre par seconde, presque 
jamais ]tlus d'une dixaine de litres dans le m^nie temps; mais 
celte eau peut etre 61ev6e fr^quemment a 10 ou 15 metres, ex- 
eepLioiinellement k 30, 40 et jusqu'k 50 metres. Le point d'ar- 
riveii de Tcau peut, en outre, 6trc situd a une assez grande dis- 
tance do la prise d'eau. 

On peut citer, en effet, des installations dans lesquelles le re- 
servoir aliments par un belier est k deux kilometres de la prise 
d'eau. Disons de suite que, pour ces grandes distances comme 
pour les grandes hauteurs, le belier est pen k conseiller ; son 
rendement est fort diminu6 et on d^pense beaucoup d'eau pour 
oblcnir de trfes faibles debits. Morin a reconnu qu'on ne doit pas 
chercher a elever I'eau a plus de 10 k 11 fois la hauteur de la 
chute mot rice ; au-delk de cette limite le rendement est si faible 
qu'il seraiL pr^fdrablc d'avoir recours a un moteur hydraulique 
actionnant une pompe foulante. 

Sonimc ioute, le b61ier hydraulique, qui fonctionne automati- 
quenienl cL ne demande pas une surveillance constante, est trfes 

rormule qui &e reduit, dans Ic cas ou i» est la moitie de V, h, 

ph =z 20,39 AV. 

Or V Sf^ mesure par les moyens connus (voir chapitre XI) ; h se d6duit de 
la iiaultnir (i laquelle i'eau doit 6lre elevee, augmentee de celle n6cessAire pour 
le d^verj^ement des godets. II n y a done dans I'equation ci-dessus que deux 
quanUl^H indelerminees p et A. En se donnant pour A une grandeur d'aubes 
qui eoit duns des conditions de realisation pratique, la quantity d'eau pouvanl 
^Ire ^tt!vee sera la .valeur correspondante de p. Enfin, connaissant la vitesse a 
la circon Terence de la roue et la quantit6 d'eau qui doit 6lre deversee par se- 
cwjide, il sera facile de fixer le nombre et la cupacite des godets. 



Digitized by 



Google 



8 5. - ELEVATION MECANIQUE 95 

propre dans certains cas k alimenler un reservoir d'iirigation, 
quand Teau fait lotalemenl d(5faut dans le voisinage imm^diat. 
On ne possfede, pour r^soudre les problemes relalifs h Tdla- 
blissemeut desbdliers, que des formules empiriques, c'esl-k-diro 
representanl les resultats d'un certain nombrc d'experiences, 
sans qu'on puisse compter sur leur exactitude dfes qu'on s*dcarte 
des conditions oti ces exp(§riences ont dte faited. Quelques cons- 
tructcurs donnent la regie suivante : on pent dlever i/7 do I'eau 
prise aun reservoir k une hauteur cinq foisplusgrande quecelle 
de la chute, ou bien, pourd'autres hauteurs, desquantitds inver- 
sement proportionnellesiicelles-ci. Cette regie est approximati- 
vementvraie tant que la distance totale, k laquelle on veut porter 
Teau, n'excede pas 430 k 200 mfelres, et que la hauteur de T^le- 
vation ne d^passe pas cinq fois la hauteur de chute ^ 



i. Les formules donn^es par Morin sont parmi les plus simples et les plus 
g^n^raies* 

Appelant 
K le volume d*eau pris ^u reservoir alimentaire, 
H la hauteur du niveau de i'eau dans le reservoir au-dessus de I'orifice d*6chap- 

pement de la soupape du belier, 
h la hauteur d'ascension, ou hauteur verticale comprise entre le niveau de Teau 

dans le reservoir alimentaire et rorifice sup^rieur de la conduite ascen- 

sionnelle. 
Q le volume de Teau ^coulee par I'orince de la soupape d'arrSt en une secondo, 
q le volume de Teau ^ievee en une seconde, 

R le rapport -^ du travail utile produit au travail moteur d^pense, on a 
QH 



R=:0,258y 12,8 — ^ . 



H 

Si Ton a fix^ la hauteur h h. laquelle Peau doit 6tre 6levee, cette formule doniie 
)a valeur numerique de R. On a alors : 

RH ' A 

9 = K 7 srr et Q = K 



A + RH "^ — A + RH 

Ces formules, 6tant ind^pendanles de la distance totale k laquelle Teau doit 
6tre conduite, ne sont evidemment applicables qu'au cas oil cette distance est 
assez petite pour avoir peu d*influence sur le rendement. Si I'eau devail ^tre 
roen^e k plusieurs centaines de metres, il y aurait lieu de tenir compte de la re- 
sistance que le frotlement dans les tuyaux apporle au mouvement de I'eau, re- 
sistance qui equivaut, au point de vue du travail moteur k d^penser, a une nota- 
ble augmentation dans la hauteur d'el^vation. Cette augmentation se calcule 
d apres des formules connues d'hydraulique et i6s calculs sent d'aiileurs faci- 
lil^s par des tables qu'on trouve dans les ouvrages speciaux (voir Distributions 
d*eau, par Becbmt^nn, dftns VEncydopMe des Travaux puhlics), 



Digitized by 



Google 



9G CHAPITRE 11. - AMKNAGKMENT DES EAUX 

90. Moteurs hydranliqaeA. — Tous Ics motours cmprun- 
taiii leur puissance a unc chuto dVau peuvent c^lrc employes 
pour melire en mouvement les apparcils divers destines a elever 
Teau. On pent classer ces moteurs en roues k aubes, roues a 
augols, turbines et machines k colonne d'eau. 

1° Roues a aubes. Ces moleurs sonl a peu prfes les seuls ap- 
plicables k des chulos de 60 centimetres et au-dessous ; ils fonc- 
tionnent encore Ires bien avec des chutes de < m^tre et meme 
i metre 50, Les roues k aubes planes, emboit^es dans un cour- 
sier circulaire avec vanne formant d^versoir rendent, en travail 
utile, 70 a 75 0/0 du travail absolu developpi par la chut^. La 
roue Gendebien, modification du type plus anciennement r(^- 
pandu, parait donner un rendement quelque peu sup^rieur au 
pr6cc^dcnt. L'inconvenienl des roues a aubes planes est que, 
marchant kdc faibles vilesses,ellesdoivent avoir une tres grande 
largeur pour pouvoir admeltre un vohime d'eau un peu conside- 
rable ; d'ou il resulte que ces roues sont assez cheres et surtout 
tr(?s encombrantes. 

Les roues Poncelet, a aubes courbes et k vanne inclinee, 
n'ulilisent que 60 a 65 0/0 du travail moteur theorique ; mais, 
tournant beaucoup plus vile que les pr^cedentes, elles peuvent, 
tout en etant beaucoup moins larges, uliliser les memes chutes 
et les m6mes volumes d'eau. Ces roues sont par consc^quent plus 
16gferes et moins cheres que celles a aubes planes, el peuvent 
s'etablir dans des endroils oil ces dernieres ne pourraient trouver 
place. 

2® Roues a augets, Ces roues, bien ^lablies, sonl d'un trfes 
bon rendement, 0", 70 environ du Iravail moteur; elles sont ap- 
plicables aux chules de 3 metres et au-dessus. 

3° Turbines. Ces roues, a axe vertical, qui lendent aujourd'hui 
k remplacer les roues proprement dflo^ dans un grand nombre 
de circonstances, sonl applicablos k lous les volumes d*eau et k 
toutes les chutes, depuis des hauteurs comprises entre 0'",60 el 
1 metre jusqu'aux chules les plus hautes. II est bienentendu que 
les turbines doivent etre construites specialement pour chaque 
cas particulier ; celles qui utilisent de grands volumes d*eau etdc 
faibles hauteurs de chute sont de grand diametre et lournent 
relativement lentemenl ; celles au contraire qui s'appliquent k 
de pelils debits avec de grandes hauteurs de chute sont peu 
larges et anim^es d*une grande vilesse. Ces moleurs, dont Teffet 



Digitized by 



Google 



§ 5. - KLKVATION MKCANIQIH; 97 

utile est sensiblement le m^me que celui des roues a aubes ra- 
iionnellement elablics, sont d'un moindre poids que ces der- 
niferes, pr^scntent peu de difficuUes d'inslallation et sont tres peu 
encombrantes. Elles prisentent en outre Tavanlage important de 
pouvoir encore marcher dans des conditions satisfaisantes lors- 
que, par suite des ernes, elles se trouvent completement noy6es. 

Un des exemples les plus inl6ressants de rapplication des tur- 
bines aux irrigations se trouve en Lombardie, sur les coteaux 
qui s'elevent k 50 metres au-dessus de la riviere la Dora-Baltea. 
Trois importants canaux d'irrigation etaient d6ja ^tag^s sur les 
flancs de ce coteau ; mais il restait encore, au-dessus du canal le 
plus eleve, des terrains a irriguer compris dans una elendne ver- 
ticale d'une vingtaine de metres. On a pris alors une certaine 
quantity d'eau au canal moyen ; cetle eau, tombant avec une 
chute d'environ 7 mfetres dans le canal inferieur, fait mouvoir 
des turbines qui transmettent le mouvement k des pompes, et 
celles-ci 61fevent jusqu'au haut de la colline 700 litres par seconde 
emprunt^s au canal sup^rieur. 

4* Machines d colonne deau. Quand une petite quantite d*eau 
est amende par des tuyaux, d'un point fort ileve, et arrive au has 
de sadescente sous une pression considerable, les turbines de- 
vraient differer assez notablemenl des types les plus usites et 
atteindraient des vitesses de rotation exagerees. II semble prefe- 
rable dans ce cas d'utiliser la pression de Teau sur un piston. 
C'est \k le principe des machines dites a colonne deau, assez 
varices dans leurs dispositions et n'ayant ^t^ jusqu'k present 
que rarement employees quoique susceptibles de rendre des 
sei-vices. Ainsi, pres de Grenoble, une source min^rale se trouve 
au bord de la riviere du Drac, dont la valine sauvage est encais- 
see entre des rochers abrupts. On voulait (il y a de cela une qua- 
rantaine d'ann^es environ) creer un 6tablissement thermal et 
rinstaller, s'il 6tait possible, a Tancien ch^eau de La Motte situe 
sur un plateau assez clev6 et a un kilomfelrc environ de la source. 
L'ing6nieur des ponts et chauss^es, P. Breton, risolut lo pro- 
bli^me de la maniere suivauto : II trouva a une assez grande hau- 
teur une petite source dont il ameaa le produit, par une conduite 
en tuyaux, jusqu'au fond de la vall6e, prfes de la source mine- 
rale ; il employa cetto eau sous pression pour raettrc en mouve- 
ment deux machines semblablcs, comme forme et dispositions 
principales, k des machines k vapeur horizontales a haute prps- 

7 



Digitized by 



Google 



98 CIIAPITHK II. — AMfcLNAGKMENT DKS EAIX 

sion. Sur le prolongement de la tige du pistOD de chaquc raachiae 
se trouvait Ic piston plongcur d'une pompe qui onvoyaii Teau, 
par une conduite commune, jusqu'au point choisi pour Telablis- 
scmcnt dos bains. U est Evident qu*on aurait pu tout aussi bieu 
prendre Tcau dans la riviere et Temployer k irriguer les terres 
du plateau. 

Ml. Moteurs a vapenr. — Les machines a vapeur sont fre- 
quemment employees pour metlre en mouvement les divers 
appareils elevaloires appliques aux irrigations, aux de^eche- 
ments, aux colmatages el autres operations se ratlachant k Thy- 
draulique agricole. L*usage de ces machines ne fait d'ailieurs 
que s'eleudre de plus en plus. Pour les operations d*une certaine 
Importance el quand uu service doit dtre a pen pres continu, on 
a recours aux machines fixes ct, de preference, k celles a coa- 
densation qui procurent la plus grande ^conomie de combustible. 
Mais si la force molrice dont on a besoin n'est pas tr^s conside- 
rable et si on n'a pas besoin d 'Clever Teau en toute saison, on 
preffereles machines locomobiles, qui consomment un peu plus, 
il est vrai, mais qui n'exigent aucune installation spdciale cl 
peuvent servir, selon les circonstances et les saisons, a divers 
usages tels que le battage des bl6s par exemple. 

99. MoteuiMs a^tionn^s par le vent. — Les moteurs ge- 
neralement d^signds sous le nom de moulins k vent, alors mSme 
qu'ils ne sont destines k aucune mouture, onl etd trfes employes 
en Ilollande, moins pour des irrigations que pour des dessfeche- 
ments. On remplace acluellement la plupart de ces moteurs a 
vent par des machines a vapeur, dont le travail n'est pas soumis 
aux caprices de Tatmosphere et que Ton peutconstruire pour une. 
puissance quelconque loujours proporlionn6e aux besoins. Mais 
si Tantique et classique moulin & vent tend k disparattre, on 
constate un emploi de plus en plus frequent de ces petits moteurs 
k vent s'orientant d'eux-m^mes, qui se placcnt an sommet soil 
dune lour en maQonnerie, soil, plus souvent, d'une charpente 
composee de trois on qualre monlants, rapproches vers le haul, 
un peu plus 6carles du pied et relies convenablement entre eux ;. 
soil encore d'un pylone en fer a peu pres de meme forme que le. 
precedent *. Ces moteurs se prelent tout particulierement a metlre 

It Oo donr)e souvent 10 m^res de hauteur & ces supports. CeU di^od tou* 



Digitized by 



Google 



I 5, — ELEVATION MECANIQUE 99 

ea mouvemeni la tige du piston d'une pompe verlicale\ k Taide 
d'une manivelle faisant corps avcc Taxe do la roue k ailes et 
d*une bielle pendaflie. La roue a ailes de ces moleurs peul avoir 
depuis 2 jusqu^a 10 metres de diamfetre, selon la puissaace dont 
on a besotn* Mais, dans tons les cas, en raison de rirrdgularite 
du vent et des arrets complets qui ont lieu frdqucmment, on ne 
pourrait gu^re faire servir directemcnl ces appareils a Tirriga- 
Uon; on leur fait alimenter un reservoir (voir 29 et 30) qui doit 
elre plus grand que dans le cas od il serait alimente par un 6cou- 
lemeni continu tel que celui que fournit une source. Quoique ces 
peiits moleurs aient e\6 deja perfeclionnds, on est encore, a leur 
egard, dans une p6riode de t4tonnements et il y a presque autant 
de types que de constructeurs. 

L* orientation automatique s'obtient de deux maniferes. Dans 
quelques appareils le plan vertical dans lequel tournent les ailes 
se trouve k une assez grande distance de Taxe vertical servant de 
pivot k tout le systeme ; alors la roue h ailes faitelle-m^me Toffice 
de girouette, et le vent vient la frapper par derriere, c'est-&-dire 
sur la face qui regarde le support. Plus souvent la roue k ailes est 
au contraire trbs rapprochde de Taxe vertical, et Torientation est 
produite par une grande girouelte form6e d'une plaque verticale 
fix6e k Textr^mit^ d'un long bras horizontal, dirige a pen prfes 
dans le prolongement de Taxe de la roue. Dans ce dernier systfeme 
le vent frappe la roue sur sa face anterieure oppos^e k lagirouette. 

Les ailes ont &i6,k Torigine^ et sont encore quelquefois garnies 
do toiles. Mais la toile continuellement expos6e aux intemperies 
s'alt^re promptement^ se d^chire vers les points d'attache et ne^ 
ceHsitc un entretien onereux. Les feuilles minces de m6tal sem- 
blent indiquees pour remplacer la toile ; mais les constructeurs 
qaien font usage n'ont pas toujours reussi a allier la rigidity in- 
dispensable avec toute la legerete qu'on pourrait souhaitor. Les 
planchettes de sapin, de trois ou quatre millimetres seulement 
d'epaisseur, donnent d'assez bons r^sultats praliques lorsqu'eUes 
sont convenablement fix^es sur un chassis bien combing. 

On a reconnu la n6cessit6 de dispositions sp6ciales pour eviter 

tefois de la sitoation* Sur une 6miDen6e ou dans une plaine unie, on peut placer 
le raoteur tr6s peu au-dessus du sol. Partout au coulraire ou se trouvent des 
abrie quelconques, il convient d'elever la roue k vent au-dessus ie ces abris si 
faire se peut. 

1. Pour les pompes, voir le n<> 88. 



Digitized by 



Google 



KW CHAIMTKI- 11. - AMK.NAt.KMKNT DES EAIX 

que le nioleur ne soil brise par les vents violeals. On a arlicule 
les ailes de diverses mani^rcs, toul en ies maiutenant dans leur 
posilion normale par des eontre-poids ou des ressorls ; de celle 
fac'on les ailes cedent et s'effacent quand la pression du ventatteint 
une cerlaine limite. Mais ces dispositions compliquent Tappareil, 
et enleventaux ailes, ainsi mobiles chacuneseparement,beaucoup 
de solidile. On a imagine, pour arriver a un resultal equivalent, 
un moyen ingenieux qui permet de relier les ailes enlre-elles et 
de faire de la roue entiere un seul tout ind^formable. Le bMi, mo- 
bile autour d'uu axe vertical, qui supporte la roue et lagnrouette, 
au lieu d'etre conmie a Tordinaire d*une seule pifece, est compose 
de deux pieces susceptibles de tourner separement, comme les 
deux branches d*une charniere, autour de Taxe vertical de tout le 
sysleme. L'une des parlies est solidaire avec la girouette et pent 
ttre considerie comme fixe tant que la direction du vent ne change 
pas ; Tautre partie, qui porte les coussinets de Tarbre horizontal 
de la roue est soumise aux actions contrastantes de deux leviers 
terminus, k leur extremite libre, Tun par un poids, Tauti^e par une 
surface plane, ou palette, expos6e au vent. Le premier levier tend 
sans cesse k amener Taxe de rotation de la roue dans le sens pa- 
rallele k la girouette, autrement dit dans la direction du vent ; le 
second levier a amener ce meme axe dans une direction perpen- 
diculaire a celle du vent. Quand celut-ci est faible, sou action sur 
la palette est inferieure a celle du poids ; Taction de ce dernier 
etant alors pr^ponderante, la roue se mainlient orient^e face au 
vent. Mais quand le vent alleint une certaine vitesse son action 
sur la palette vient k Temporter sur celle du poids, et la roue 
prend une orientation d autant plus oblique, par rapport a la di- 
rection du vent, que ce dernier est plus violent ; elle ne presentc 
normalement^ la direction du courant d'air qu'une superficiede 
plus en plus reduile. Enfin, en cas de veritable tempetc, le plan 
de la roue devient parallMe a celui de la girouette et la roue ne 
presentc plus au vent que sa tranche. Le vent faiblit-il de nou- 
veau, la roue reprend instantanemenl, sous Taction du coutre- 
puids, sa posilion primitive *. 

Des experiences seraient a faire pour determiner le norabre 
d'ailes qui donne le maximum d'eflfet utile. La plupart des cons- 

1. Ce sysleme, adopts par M. Beaurae, hydraulicien conslructeur a Boulogne 
pres Paris, e?l aiissi Ires employe aux Ktats-Unis d'ou il e5t peut-etre orig-i- 
uaire. 



Digitized by 



Google 



§ 5. — KLKVATION MKCAMorit 101 

truclours ont adople 6 ou 8 ailes. On a aussi mulliplieypouraiusi 
dire indefiniment, lo nombre des ailes, lout on les faisant exlrS- 
moment 6troiles ; de telle sorte que la roue ofiFre exaclement Tas- 
pecl d'une porsienne circulaire dont les lames seraient dirig6es 
suivant les rayons. D est vraisemblable que, dans ce dernier type, 
on pourrail supprimer une parlie des ailes, en espacant celles qui 
resteraient, sans que la puissance en soil diminuee *. 

Dans le cas oix les aileltes occupent, comme nous venons de le 
voir, toutc lasuperficie d'une roue molrice circulaire, cetle roue 
pr^sentant une grande analogie de forme avec une turbine hydrau- 
lique, on pent se demander s'il n'y aurait pas lieu de la transfor- 
mer en une veritable turbine a air en donnant une courbure con- 
venable aux ailetles et en placant, en avant de la roue mobile, une 
autre roue fixe munie d*aubes courbcs directrices. C'est precis6- 
ment ce que fait M. Auguste Bollee,constructeur au Mans. L'avan- 
tage de cette disposition, un peucompliquee. aurait besoin d^^tre 
demontre par des experiences comparatives concluantos. En effet, 
dans une turbine, les courbures des aubes directrices, aiusi que 
des aubes molriccs, sonl calculies de maniere que Teau aborde 
les aubes suivant une direction tangentielle et les quitte avec une 
vitessc presquc nulle ; le tout pour une certaine vitcsse de rota- 
tion de la turbine, qui ne varie que moderement dans le cas d'une 
turbine hydraulique, si ce n*est dans des circonstancos exception- 
nelles. La vitesse du vent variant, au contraire, a chaque instant 
et dans des limites pour ainsi dire ind^finies, il est k craindre 
qa'une turbine a^rionne ne rencontre que fort rarement les con- 
ditions en vue desquelles elle a dl6 construite. 

H serait fort int^ressant de connaitre la quantit6 d'eau qui peut 
fetre 61evee, dans un temps donn6, par les moteurs dont il s agit. 

i. Qiiaod un lluide indofini, tel que le vent, vient IVappor une surface, il se 
produit des remous et, jusqu'a une certaine distance, les molecules fluides qui 
n^ont point encore atteint la surface solide eprouvenl des ralenlissement ou des 
changements de direction. II convienl done, pour que le vent exerce son maxi- 
mum d'eflet sur les surfaces soumises h son action, de lui laisser le temps de 
reprendre sa vitesse et sa direction normales avant de ramener un nouvel ele- 
ment resistant au m6me point de I'espace qu'occupait, un instant auparavant, 
Felemenl qui vient de fuir. De la la convenance d'espacer convenablcment les 
ailes dun moleur a vent. Un cas analogue s*est presents pour les propulseurs^ 
dits helices, des navires a vapeur. A Torigine, on ne donnait pas t ces pro- 
pulseurs motns de 4 ailes. On a reconnu ensuite que, toutes choses 6ga- 
les d*ailleurs, on obtenait plus d'efTet avec 3 ailes seulement, et souvent m^me 
on se contente de deux ailes diametralement opposees. 



Digitized by 



Google 



102 CHAPITRE II. - AMftxNAGEMENT DES EAUX 

Mais, en raison des irr^gularil^s du vent, des differences qui exis- 
tent d*une region k une autre dans son intensity et sa frequence, 
on ne pent gubre demander, sur ce sujet, que des moyennes pro- 
bables. La diversity des appareils contribue encore k compliquer 
la question et en somme on n'a que des donn^es un pen incertai- 
nos. Des observations ont HA faites, au\ £lats-rnis, sur trois ap- 
pareils a roue pleine munis du systfeme de disorientation par les 
grands vents mentionne ci-dessus *. On donne, pour chaque cas, 
la hauteur k laquelle I'eau etait dlev6e et la quantity iotale four- 
nie au reservoir pendant une assez longue p^riode. II est facile 
d'en diduire la quantity moyenne de travail moteur d^velopp^ 
pendant le m^me temps *. On trouve ainsi, pour un moteur k roue 
de 4 m23tres 30 de diam^tre, environ 15 kilogrammetres par se- 
conde ; pour une roue de 6 metres 60 dediametre, environ 55 ki- 
logrammetres ; enfin pour un Iroisieme moteur, dont le diamfetre 
do roue n'est pas donn^, situ6 dans une valine abrilee du vent, 
on all 12 kilogrammfetres par seconde. M. Beaume n'indique, 
dans le cas d'une 61evation k une dizaine de metres, que 7 kilo- 
grammfetres environ pour un moteur k roue de 3 metres, et 30 ki- 
logrammetres pour un moteur k roue de 6 mfetres ; ce serait infc^- 
rieur aux rendoments observes par les am^ricains. Quant aux 
produits moyens indiquc^s parM. A. Boll6e, pourses turbines al- 
mosph^riques dites Eoliennes^ ils no correspondent respective- 
ment qu'k 1,74; 4,68 ; 9,26 kilogrammetres par seconde, pour les 
trois modules qu'il construil ordinairement. 

On compto en g6n6ral (voir le cha[ntre III) qu'il faut, dans le 
Midi, un ecouloment constant de prfes d'un litre par seconde pour 
fournir Teau n6cessaire k Tirrigation d'un hectare en culture, et 
au moins le double de cettc quantity pour lesjardinsou lesprSs. 
Si nous supposons, pour fixer les idees, que Teau doive ^tre prise 
dans un puils a 5 metres de profondeur, et elev6e dans le riser- 



1. Extrait d*un rapport de Ilngenieur amoricain James W. Hill (MSmoires de 
la SociSt^des Ing^nieurs civils; 188i,2e semestre, p. 514). 

2. lei, comma dans ce qui va suivre, on lvalue, d'apr^s la quantite d*eau 
montee, le travail utile oblenu de I'ensemble du moleur et de la pompe. Comme 
les pompes rendent rarement plus des *^/i du travail qu'on y applique et sou- 
vent moins, ii faut. pour avoir le travail absolu developp^ par le moteur, 
augmenter de 1/3 en sus, environ, les nombres donnas cidessus. On sait que 
pour representer un travail mocanique on pread pour unit6 le UilogrammHrey 
c'est-A-Jire la quantite de travail capable d'olever A 1 m^tre de hauteur un poids 
de un kilogramme. 



Digitized by 



Google 



S 5. — ftLfeVATION MtlCANIQUE iOt 

voir k 2 metres au-dessos du sol^ T^ldvation totale sera de 7 me- 
tres et il faudra^ pour irriguer un hectare de champ, une force 
motrico moyenne de 7 kilogrammfeires par seconde, ou de 14 ki- 
logrammMres au moins pour un liectare en jardin ou en prairie. 
En comparant ces chiffres avec ceux donnc^s plus haut on recon- 
naltra que les moteurs h vent dont il est question peuvent rendre 
de r^els services dans les jardins, maratchers ou autres, et dans 
la tr^s petite culture ; mais quails sonl tout b fait insuftisants pour 
les bcsoins de Tirrigation, dans les exploitations agricoles de quel* 
que importance. Ces moteurs sont d'ailleurs trfes propres k four- 
nir Teau pour les usages domestiques etles besoins des animaux 
dans les fermes, bameaux et petits centres de population ^ 

II arrivera souvent que le puits, source ou cours d'eau dont on 
voudrait Clever Teau sera ^une certaine distance du point le plus 
convenable pour Tempiacement du moteur k vent. II est done in- 
t6ressant de pouvoir, au besoin, transmettre le mouvement k une 
pompe plus ou moins ^loign6e. Pour une distance de 50 et quel- 
ques mMres, M. Ting^nieur Cotard, ayant eu Toccasion de r^sou- 
dre ce problfeme, Ta fait avec succfes et d'une mani^re ^conomi- 
que au moyen d'une simple tigeenbois, soutenue par des galets, 
dont une extremite conduit le piston d'une pompe horizontale, et 
dont Tautre est articul6e avec un levier coud6 en forme de mou- 
vement de sonnette, mu par la tige verticalequi prolonge la bielle 
du moteur. On comprend quelles sont les imperfections de ce sys** 
teme ou de tout autre analogue, surtout lorsque la distance de- 
vient un peu considerable. Aussi Tidc^e d'op6rer la transmission 
par Tinterm^diaire de Teau contenue dans des tuyaux, pos^s sou- 
terrainement, se pr6»ente-t-elle assez naturellement k Tesprit. 

i. Pour la boisson etles usages domestiques, 25 litres d'eau par t^te humaine 
•t par jour peuveot sufHre. On admet qu'il faut 60 litres par cheval. La mdme 
quantit6 est plus que suffisante pour une t^te d'espece bovine ou pour 10 t^tes 
4es espies ovine ou porcine ; 40 litres suffiraient largement. La proportion 
des animaux entrelenus varie selon les localites ; toutefois, 4 d^faut de rensei- 
gnements precis, et com me premiere approximation, on peut admetlre qu'on ob- 
tiendra le nombre de litres d'eau convenable h, une population rurale en multi- 
pliant par 40 le chiCfre de la population. Dans une tres petite ville, si la propor« 
iion des animaux est moindre^ un peu plus de luxe et d'industrie font 
oompensation et revaluation ci-dessus est encore approximative. — On sail que 
la salubrite a de plusgrandes exigences dans les centres ioiportants de popular 
tion (voir Pouvrage de Bechmann, Distribulion d'eau), 

Un ^coulement moyen de 1 litre par seconde fournit 86 400 litres par 24 heu"* 
res, propres i irriguer, au plus, uu hectare, ou i procurer Teau n6cessaire ^ 
i^oe population rurale de plus de 2 000 habitants. 



Digitized by 



Google 



104 



CFIAPITRR If. — AMfe\Ar,EMENT DKS EAUX 



C*cst 8ur ce principo que sont fondees les transmissions, fonclion- 
nant ii plus de 300 mMres de distance, qu'^tablit M. P. Oriolle, 
ingenieur m^canicien a Nantes. L'appareil Prudhomme, qui se 
construit aux fonderies de Brousseval (HSute-Marne), sous le nom 
Aepompe satis limiiCy fournirait une solution tout k fait analogue 
du m&me probleme. Je ne saurais, sans allonger oulre mesure ce 
paragraphe, en donner la description ; ce sont, en somme, deux 
pompes eloign^es Tune de Tautre et en communication par unc 
double conduite. * 

1. J6 rappelle que : appelant S la superficie totale, en m. carres, des ailes 
d'un rooleur t vent, et V la vilesse du vent en m. par seconde, la puissance dy- 
namiqud du moteur, en kilogrammdtres par seconde, est d'apr^ les experiences 
de Coulomb et de Smeaton : 0,04SV^. Les experiences ayant ete failes sur les 
anciens moulins u vent k 4 ailes, le coefHcient moyen 0,0 i, par lequel il faut 
multiplier le produitde la surface des ailes par le cube de la vitesse du vent, 
devrait vraisemblablemeot 6lre modifie pour chaque sysl^me particulier de 
construction. La formule ci-dessus est propre, neanmoins, h, donner dans la plu- 
part des cas des indications assez approximatives. Les ailes doivent former des 
surfaces gauches, et on a reconnu que le maximum d effet a lieu lorsqueTincli- 
naison de la surface de Taile, par rapport au plan du mouvement de la roue, 
etait d'environ 7 degres a Textremite des ailes el de 20 degres vers Taxe de rota- 
tion. On a reconnu aussi que le plus grand effet utile correspond au cas ou les 
extr6mit6s des ailes sont animees d'une vitesse ^gale k environ 2 fois et demie 
celle du vent. 

Sous le climat de Paris T^tat moyen du vent, y compris les temps ou il est in- 
sensible ne correspond gu6re qu*a un vent continu d'un peu plus de 4 metres 
par seconde (DSduit des observations faites k Montsouris). J'extrais de Paide 
m^moire Chaudel le tableau ci-dessous, qui renferme d'ulilcs donn^es. 



Dt^signation des yents 



Brise legere 

Vent frais ou brise 

tend bien les voiles 

le plus convenable pour la mou- 
Bon frais ( lure 

forte brise 

bon pour la marche en mer... 

/-„««.! f-«;« S trfes forte brise 

Grand frais J ^^j^ ^^^^^^ ,^g j^^^^^^ ^.^jj^^ 

Vent tr^s fort ' 

Vent imp^tueux 

Temp^te 

Ouragan 

Grand ouragan 



Vitesse da veDt 

en mitres 

par seconde 



2 
4 
G 

7 

8 
9 

to 

12 
15 
20 
24 
36 
35 



Pression en 

kilogrammes par 

mitre carr* 



0.54 
2:17 

4.87 

6.61 

8.67 

10.97 

13.54 

19.50 

30 47 

54.16 

78.00 

<76.96 

277.87 



\ 



Digitized by 



Google 



§ n. - r- LKVATION MKCAMrM'fc: 



105 



98. Motewrs anliute. — Le travail de I'homme a irop de va- 
leura notre dpoque pour que son application h Tel^valion de 1 cau 
olTre UD grand int6r£l. Mais on se sert encore beaucoup, dans Ics 
pays oil les irrigations sont g^n^ralemcnt en usage, des animaux 
de trait atteles k des maneges et allant au pas, pour faire fonction- 
ner des pompes, chapelets ou norias. Le tableau suivanl rappelle 
les donn^es g^neralement admiscs relativement au travail que 
peuvent fournir les animaux dans le cas dont il s'agit. Ces indica- 
tions ne peuvent ftlro toutofois que des moycnnes approximatives 
car, parmi les animaux de m^me espece, il pent y avoir, cnlre le 
plus faible et le plus fort, des did^rences du simple au double. 
Certains mulcts qu'on rencontre dans le Midi ont, d'autre part, la 
force d'un cheval moyen. 





Kffort moyen 

exerc^ 
kilogrammes 


Chemin 

parcou ni 

par seconde 

mHres 


Travail produit 1 
kilogrammes ilev€s d i mitre 1 


par seconde 


par hen re 


par journ^ 
de buit beures 


Cheval. 


45 


0,90 


40,5 


145,800 


1,166,400 


BoBuf.. 


CO 


0,60 


36,0 


129,600 


1,036,800 


Mulct.. 


30 


0,90 


27,0 


97,200 


777,600 


Ane.... 


14 


0,80 


11,2 


40,320 


322,560 



La troisieme colonnc permet, 6lant donne le rayon du manege 
(il convient qu'il soit compris entre 3 et 4 metres), de combiner 
les transmissions de maniere k donner aux appareils ^levatoires 
la vitessc la plus convcnable. Les colonnes suivantes serviront k 
calculer le volume d'eau qu'on pent elever k une ccrlaine hau- 
teur, en sc rappelant qu'un litre pese un kilogramme et que les 
volumes elev6s avec une mfemc quanlite de travail sont en raison 
inverse des hauteurs. II faut d'ailleurs tenir compte des perles de 
force dues aux frottements, etc., qui reduisent pour la plupart 
des machines, I'effet utile aux soixanle ccntiemes environ du tra- 
vail moteur reellement d^pense ; il sera mSme prudent de ne 
compter que sur cinquante centifemes ou la moiti^. 



Digitized by 



Google 



iOS CHAPITRE !1. — AMENAGEMRNT DBS EAUX 

Nl. Machines ^l^vatoires proprement Mtem. — Son! 
fcm[^^is sous cette denomination les appareils k elever Teau qui 
iloivrnt 6lre mis en mouvement par un motour distinct de l*ap- 
pareil lui-mfeme, tel que Tun de ceux dicrits ci-dessus (80 k 83). 
JVtmi; ne nous occuperons que des machines qui se prftteni le 
iiiicux aux besoins des irrigations, n" 85 k 90, 

N&. Bones hollandaisefi li nalies. — Ces roues, lr5s em- 
p]oyt^es pour l*assechement de^ polders de HoIIande, sont analo- 
gues aux roues molriees k aubes emboil6es dans un coursier cir- 
rulaipe. Ce nVst plus I'eau qui, par sa chute, fait tourner la roue ; 
maiw bien la roue qui, miso on mouvement en sens inverse, par 
un nioteur, ordinairementaujourdlmi une machine k vapeur^fail 
monter Teau du bief inferieur dans lo bief superieur. Ces machi- 
IH^H, qui out 6le Ires perfeclionnees, conviennent surtout pour 
iHi'vrr Teau k dc faibles hauteurs, ne d^passant pas 1 m^treSO au 
maximum et variant peu. Dans ces conditions asscz reslreintes, 
ce jiunt de bonnes machines, comme simplicite,soIidite et utilisa- 
tion de force molrice ; mais elles sont tres volumineuses et abso- 
lunii>nt inamovibles. * 

MB. Vis d'Arehlm^de. — Cetto machine, des plus connues et 
dos [ilus ing6nieuses,dont je ne roproduirai pas ici la description, 
a rrudu autrefois beaucoup de services , on la delaisse un peu 
aiijijiird'hui. La vis d*Arrhimodo ne conviont gu?»re que pour 6le- 
\vr Toau a des hauteurs comprises entre deux et six metres ; ello 
n'esl applicable que si le niveau superieur subit pou de variations, 
I ar h partie supericure ne doit jamais etrc noyee ; et si pour 
t'vilrrcot inconvc^nient, on installait la vis de maniere k ilever 
IVf^ii beaucoup plus haut que lo niveau ordinaire de Teau dans le 
hirf superieur, on depenserait inulilement beaucoup de force*. 
<^hi?ind lo volume d'eau a 6lever est important et la hauteur nola- 
hh\ le poids de Toau contenu dans la vis est Iros considerable el 

i , On Irouvera dans les coinptes rendus des travaux de la Soci^te des Ing^- 
niHiirs civils, 1887, second scn)o?tre, des reiiseignenienls asset etendus sur les 
mil' hines d'epuisemenl employees en llollande, et nolammeal des indications 
!?yr |ilusieurs types de roues a aubes. 

2r r'.elto observation est efralement applicable a toutes les machines 6l6vatoi- 
r^s dnnt nous avons a nous occuper, sauT les pompes proprement dites et ies 
iiiatTliidcs a Ibrcccenlrifugo diles pompes rotalives. 



Digitized by 



Google 



8 5. — tLfeVATION MfeCAMQUE 107 

il en r^sulte des flexions Mcheuses, difficiles k 6viter. Le pivot 
inf^riear, loujours noy6 et inaccessible est sujel k se d6t6riorer. 

•V. Tympans. — Les tympans, tels qu'on les fait do nos jours, 
sont de grandes roues en tdle, en forme do tambours, d^pourvues 
dc la paroi cylindrique des v^ritables tambours, munies de plu- 
sieurs aubes ou cloisons courbes, s'^tendant en spirales de la p^- 
riph6rie au centre. La roue, plongeant d'une certaine quantild 
dans Teauqu'il s'agit d*61ever, remplit en partie les canaux cour- 
bes formes par les intervalles des aubes ; et cette eau graduelle- 
ment ^lev^e pendant le mouvement de rotation, vient sorlir un 
peu au dcssous de Taxe, par de larges ouvertures circulaires m^- 
nag^es au milieu des faces laterales de la roue. L'eau (ombe dans 
une auge convenablement dispos^o pour la rocevoir et que pro- 
longe une rigole en ma^onnerie ou en terre. Le tympan, mu or- 
dinairement par une machine k vapeur, donne en eau 61ev6e, lors- 
qu'il est bien construit, les 80 0/0 au moins du travail moteur, co 
qui est fort beau comme rendement mdcanique ; mais c'est un 
appareil des plus encombrants et que son grand volume rend 
assez chor. II faut, en eflet, pour (Clever Teau de 2 mfetres par 
exomple, une roue de plus de 6 mfetres de diametre et pour (^le- 
ver Teau de 4 mfetres une roue d'une douzaine de mfetres. 

Cav6, m6canicien de Paris bien connu, avait construit, sousle 
rfegne de Louis-Philippe, un cerlain nombredeces tympans pour 
des irrigations. II ne parait pas qu'on en ait etabli de nouveaux 
depuis lors. 

88. Pompes proprement diten. — Les pompos sont des 
machines qui reposent essentieliement sur le mouvement alter- 
natif d'un piston dans un cylindre, ou sur des dispositions equi- 
valentes ; ce sont les seules machines qui permettent d'61ever 
Teau k une hauteur quelconque. 

Nous avons vu (82), que les pompes se prfetent particulifere- 
ment k I'^Iivalion de Teau par les moteurs k vent. Les pompes 
verticales aspiranles et foulantes, k piston plongeur, sont les plus 
convenables dans ce cas. On peut, en cfTet, placer la pompe vers 
le milieu de la hauteur lotale a laquelle Feau doit ^tre 6lovee ; 
alors le piston, pendant sa monl6e, eleve Teau par aspiration, de- 
puis le niveau infericur jusqu'a la pompe ; et pendant sa descenle 
il Telfeve par refoulement, depuis la pompe jusqu'au reservoir. 



Digitized by 



Google 



m CHAPITRh; If. - A.MKNAOEME.NT DKS KA( X 

L*e(fort esl ainsi sensiblemoiil le meme pendant lesdoux mouve- 
nients inverses du piston. La pompe k plongeur a, en outre, cet 
avantage sur les autres modules de ponipes aspirantes el foulan- 
tes : que le frottemenl de la tige du piston dans un presse-etoupe 
y est supprim^, et que la garniture unique du piston, etanl exte- 
rieure, pent Stre toujours visitee et facilement entretenue. 

Les pertes de travail qui ont lieu dans les pompes el qui pro- 
viennenl surtoul du frottemenl du piston, des resistances diver- 
ges et des chocs qui se produisent pendant le jeu des soupapes, 
varienl Ires peu, quelles que soient la hauteur oil Teau est dlevee 
et la longueur des conduites. Ces resistances sont, par conse- 
quent, sans importance dans les operations qui exigent un grand 
ileveloppement de force molrice, comme Teievation de Teau ft 
unc grande hauteur ousa distribution dans une ville. Lecontraire 
a lieu quand il ne s'agit que d'elever Teau d'un petit nombrc 
do fois la longueur de course du piston. Aussi, tandisque les pom- 
pes des grandes distributions d'eau peuvent rendre, en eau mon- 
tee, 850 au moins du travail moteur, le m6me rapport est, par- 
frus, inf^rieur a 50 0/0 dans les ^puisements k faibles differences 
de niveau. En definitive, les pompes proprement dites n'ont que 
des applications tres restreintes en ce qui concerne les operations 
a^ricoles. On en a cependant construit, il n y a pas encore bien 
longtemps, pour le dess^chement de la mer de Harlem, de fort 
gi andes qui ont ete irhs remarquees, avec pistons de lm.85 de dia- 
melre et 4 a 5 metres de course. Nous verrons (n® 91) qu'aujour- 
d'hui, dans les cas analogues, onarecours de preference auxeie- 
vatpurs k force centrifuge *. 

S§. Cliapelet lerilcal. — Celte machine, sous la forme la 
[»1us usiiee pour les irrigations, a pour organe principal unc 
riM*de ou chaine sans fin, sur laquellesonl entiles des disques, Ic 
plu'^ souvenl en hois *, lixes a 30 ou 40 centimetres environ les 
tins des autres. Le chapelel ainsi forme passe superieurementsur 
une sorte de poulie, lanlerne, ou roue k aileltes actionnee par 
tin moteur. Les deux branches separees par la poulie pendent 

1, Les pompes sont trop connues et ont ele trop souvent decrites pour qu*il 
y ait lieu d'enlrer ici dans de plus longs details. V Encyclopedic des travatixpU' 
Iftics, volume des Disiribuiiom d'eau par Bechmann, indique les dispositions 
pi incipales de lous les types les plus usites. 

2, QuelqueFois aussi formes d'un euir niaintenu entre deux rondelles m6lalli- 



Digitized by 



Google 



J5 ^' — KLKVATIOX MKCAMyUK im 

vcrticalcment, et leurs extremil6s plongcnl dans Teau oil e)fos ^e 
rejoignent. La branchc asccndanlc traverse, dans sa longueur^ 
une fmse ou tuyau, soil melalliquc soil formee d*un Ironc d'arbrt* 
fort^ Les disques, dans leur mouvemcnt, entraincnt Teau qui so 
deverse dana un angel qui surmonie la base. Lorsquele chapilet 
est form6 d'une corde et de disques en hois, objets qui lendi'JiL k 
surnager, il est utile pour que I'onfoncemenl dansTeau ail lieti 
regulieremenl, de faire passer lechapelet sur une seconde poulio 
inferieure noyee ; mais avcc une chaine ou des disques pesitiits 
cela est inutile. II importc seulement que la partie inferieure dt' 
la chaine plonge plus profondement que Texlremile inferieuii^ ife 
la buse, el que Torifice de celle-ci soil largement evase eomnii' Iv 
pavilion d*un cor de chasse. La buse, ou tuyau d'ascension, puni 
avoir 6a 12 centimetres dediamelre interieur ; il convient qii'cIL* 
soil parfaitement calibr6e et sa surface bien lisse. Les disqui s, si 
Tappareil est conslruit avec quclque soin, doivenl avoir trt'^ pcu 
de jeu dans le tuyau ; assez cependant, dans tons les cas^ jnxir 
qu'ils y passenl librement, sans serrage ni frottemenl. La vitt]*ise 
imprimee a la chaine doit 6lre comprise entre 1 el 2 metro* par 
seconde, on regardel m.oOcommelaplusconvenable. Lahauh irr 
d'dlevation est k peu pres facultative; c'est ordinairement |*our 
extraire Teau de puits de quelques mfetres de profondeur qnv res 
appareils sonl employes ; ils peuvent la verser soil dans un ic- 
Sorvoir, soil directement dans une rigole d'arrosage. 

Les chapelels sonl presque toujours mus parun cheval, Aina 
ou mulet, altelea un manege, la vitesse convenable pour laclmiric 
pouvaiit etre obtenue par une combinaison d'engrenage?i (k^u 
compliquee. Les moteurs a vent onl une vitesse par trop inriiii- 
liere, el les machines Ji vapeur ne s'^tablissent guerc quo jHnir 
elevcr des volumes d'eau plus considerables quo ne pent le FMtn.' 
un chapelet \ 

Le jeu dos disques dans la buse donne lieu a une pertc iiuu> 
die est lies minime. En effel Teau qui s'ecoule d*un inleivallu 
compris entre deux disques remplace celle que perd riutervalle 
immMiatement au dessous, et ainsi de suite ; d'ou il r6suUeiiin\ 
pendant tout le temps qu'employeun point de la chaine i passi r 

i, Al'aide des elements conlenus dans le tableau du n«83 et des indicsitiuns 
sommaires ci-dessus, les calculs relalifs & retablissoment d'un chapelet ii\ifTri- 
raient aucune difTiculte pour quiconque possede quelques notions dc g6oni6tri'^ r^l 
de mecauique. 



Digitized by 



Google 



HO CHAPITRE Ih - AMfeNAGKMKNT DE9 EAUX 

(lu niveau de I*eau dans le puits an niveau supSrieur, la perte to-^ 
tale se reduit k celle que perd un seul inlervalle pendant lem^me 
temps : et d'ailleurs l*^couIement par ]e vide annulaire^ qui peut 
exister autour du disque, s'opere avecla faible vitesse qui corres* 
pond aune hauteur d*eau dgafe, seulement, a la distance de deux 
disques conseculifs. Par le rapprochement des disques et Tacc^-* 
l^ralion de la vhesse on pourrait reduire ind^finiment la perte 
d'eau, quel que soit le jeu. line des principales raisons pour s'ea 
tenir, en pratique, k une vitesse mod6r6e^ c'est que la resistance 
s'accroilrapidement avecla vitesse, en cc qui concerne le passage 
des disques dans Teau du puits avant leur entree dans la buse. 

Depuis quelques ann^es les principales dispositions du chape- 
let vertical ont 6t6 appliqudes a de nombreux appareils, mus le 
plus souvent a bras d'homme, pour lesquels les constructeiirs oni 
eu rid6e de remplacer les rondelles primitives par des pieces en 
caoutchouc entrant juste dans la buse de maniere k former pis- 
ton. Dans ce nouveau systeme, il n y a plus de raison pour rap- 
procher ces pieces de caoutchouc ; il suffit que leur distance soil 
un peu moindre que la longueur de la buse, de manifere qu'il y 
en ait toujours au moins une d'engagee. Par ces dispositions on 
peut 6viter la perte d*eau, mais on cr6e un frottement qui n'exis- 
iait pas dans Tappareil primitif ; il est douteux qu'il y ait avan- 
lagc au point de vue du rendement. Dans tons les cas, si on 
adopte les caoutchoucs, ce doit i^tre pour qu'ils fonctionnent 
comme pistons. II convient des lors de leur donner la forme d'un 
godet dont laconcavite soit tourn6e vers le haut dans la colonne 
ascendante. La pression de I'eau contre le rebord vertical du go- 
det Tappliquera contre la paroi de la buse, et la pression sur le 
joint sera egale a celle de Teau, soit au minimum indispensable 
pour procurer Tetancbeit^^ 

1. II Taut se garder d'imiter la plupart des fabricants de pompes^qui donnent 
aux pieces de caoutchouc la forme d'un tronc de c6ne el les font marcher le 
petit bout en avant, sous pr^xte que cela faciiite KintroductioD dans la buse/ 
L'eau pressaot la surface exterieure des cOnes, les resserre, diminue leur dia- 
metre, et il y a perte d'eau comme avec des disques non jointifs, perte rendue 
notable par le fait du tr^s large espacement. 

Au point de vue de la construction, la diminution du nombre das disques ou. 
pistons est une heureuse simplification. Mais il ne faut rien exagerer. Le mieux 
serait, je penstf> tout en rendant les pistons sensiblement dtancbee par Tempioi 
bien compris du caoutchouc* de repartir les pressions, les frottements et Tusure- 
sur un certain nombre de ces pistons, en les espagant d'un m^tre environ, quelle 
que soit d ailleurs la hauteur totale de la colonne. . i 



Digitized by 



Google 



§ 5. — ELEVATION MliCANIQUE HI 

Le chapelet vertical est, ensomme, pour les Elevations ileau a 
quelques metres et los debits moderes, unc bonne machine, sim- 
ple, pas Ires couleuse et occupant peu de place. 

s#. IVorla. — Get engin, quia une cerlaine analogic avec le 
chapelet (88), consistait originairement en une simple corde sans 
fin, passant sur une roue supErieure, et le longdelaquelle etaient 
attaches un certain nombrede pots quisemplissaient d'eaudans 
le reservoir inferieur et se vidaient, en passant sur la roue, dans 
une auge plac^e au-dessousdu point culminant de Tappareil. 

Aujourd'hui les norias sontde veritables machines, gen^rale- 
ment tout en fer et souvent construites avec un certain soin. 
Deux chaines sans fin, semblables et paralleles, embrassenl res- 
pectivement les exlremiles d\m tambour polygonal, a axe hori- 
zontal. Les chaines sont composees de barres articulEes dont la 
longueur correspond a la dimension des c6t6s du tambour. Entre 
les deux chaines, et (ixEs a cliacune d*elles, se trouvent une sdrie 
de seaux en t6le, ayanl la forme d'auges prismatiques, destines 
a puiser et a Clever Teau. 

Les seaux, lorsqu'ils plongent dans Teau, font I'efTetd'une clo- 
che renversde et remplie d'air ; ce qui rendrait leur enfoncement 
difficile et nuirait a la marche rdguliere de lachalne si on n'ob- 
viait a cetle difficult^. Ordinairement on fait un petit trou an fond 
de chaque seau ; ce trou suffit k Tdvacuation de Tair, mais il oc- 
casionne pendant la montde Tecoulement d'un filet d'eau. Par l6 
mSme raisonnement qui a 6ld expose k propos du chapelet (88), 
on reconnait que cetle perted*eau est peu importante; on peut 
meme T^viter tout k fait en rempla^ant le trou par Tadjonction, 
k chaque seau, d'un siphon iraagind, il y a environ viugt-ciuq 
ans, par M. Sain t-Romas, mecanicien, k Paris, siphon ayant pour 
effet de laisser 6chapper Tair quand le seau s'enfonce dans Feau. 
Qaoiqu'on fasse, il y a toujours une Idg^re perte resultant du 
balancement des seaux remplis k plein bord, pendant leur mon- 
tee ; mais la perte du travail la plus sensible provient de ce que 
les seaux doivent etro 61ev6s plus haut que le niveau auqucl on a 
besoin d'61ever Teau, Tauge qui la recjoit 6tant toujours plac6e 
au-dessous de Taxe du tambour sur lequel passent les chaines. 

Malgre les Idgers defauts qui viennent d'etre signales, la noria 
est une excellente machine, car son rendement en eau Elevee, est 
de 70 a 80 0/0 du travail moteur. On ne donne a la chaine que 



Digitized by 



Google 



112 CIIAIMTHK If. — AMkNA^lKMKNl UKS EALX 

des vilessos dc 0,75 h un metre par scconde. Malgre celte faibic 
vitesse, commechaque seau pent contenir 30 litres d*eau etmeme 
plus au besoiii, le volume 6leve dans un temps donne peul elre 
considerable, beaucoup plus grand qu*avec les chapelels. Lahau- 
teur d'elevalion n'estpas non plus rigoureuscment limil^e, bien 
qu'elle depassc raremenl Sou iO metres. 

Les norias pcuvent iHrc miscs en mouvement par un manege 
(83), une roue hydraulique (80), ou une machine k vapeur (81) ; 
elles occupentpou de place el, sous ce rapport, remplacent avan- 
lageuscment leslympans, ct peuvent fonclionner dans les eaux 
troubles ou pouvant contenir des corps Strangers. Aussi sont- 
elles tres employees, surtout pour les irrigations. 

••. £l6%*atcars k foree ee%itrifair<^. — Ces appareils asscz 
g6n6ralement designes sous le nom impropre de pompes, bien 
qu'ils different essenliellement des pompes ordinaires et meme 
des v^ritables pompes rotatives, sont fondes sur la vitesse im- 
primee k Teau par la rotation rapide d*une roue k aubes ou tur- 
bine. Celte roue est enferm6e dans une enveloppe constituant 
une capacite close k laquelle aboutissent le tuyau d'amenc^e de 
Tcau ou d'aspiration et celui de depart ou de refoulemcnt. Le 
premier de ces tuyaux amene Teau vers la partie centrale de Tap- 
pareil ; assez g6n6ralement il se divise d'abord en deux branches 
qui aboutissent, Tune a droite, et Tautrea gauche de la roue en 
mouvement. Le. second tuyau, celui de refoulement, se ddtache 
deTappareil suivant la direction d'une tangente. L'eau entrain^e 
par le mouvement de rotation des aubes, est vivement repoussee 
du centre vers la circonf6rence, et se trouvant comprimee dans 
Tespaceannulaire, compris entre la circonference extreme de la 
turbine mobile et son enveloppe. s'echappe (inalement par le 
tuyau de d^charge. Le depart dc Teau lendant &produire un vide 
dans la partie centrale qu*elle occupait pricedemment, Teau du 
rt^servoirdc puisage, soumise a la prossionatmospheriquc, vient 
la remplacer, etle mouvement ascensionnel se trouve reguliere- 
ment ^tabli tant que la roue est en mouvement. 

La roue dans ces elevateurs doit etreanimeed'unegrande vitesse, 
SOO Jt 1200 tours par minute, tri'S commun^ment; les maneges 
mus par des animaux n'ayant qu'un mouvement Ires lent (83), ne 
leur seraient applicables qu'k Taide d*organes de transmission 
compliqut'S,qni absorberaient en pure perte laplusgrandc partie 



Digitized by 



Google 



§ 5. — ELEVATION MECAMQLE 113 

de la force molrice.Les machines locomobiles, so pr^tent au con- 
traire lout particuli^remenl k aclionnerles 6l6vateurs dont il s'a- 
git, car il n'y a qu'k meltre en communication, par unecourroie, 
le volant- poulie de la machine k vapeur et la poulie de petit 
diametre dontVaxe de la turbine esttoujours muni. 

Les elevateurs centrifuges, lant que leurs dimensions ne d6- 
passent pascellesdes types usuels, sont ais^ment transportables, 
plus faciles a installer que toute autre m^hine ; ils n'exigent au- 
cune construction sp6cia1e et, au moyen de tuyaux droits et cou- 
des que Ton pent assembler de diverses mani&res suivant les be- 
soins, ils permettent de puiser Teau a une certaine distance du 
point oh ils sont 6tablis, et de la refouler ^alement dans toute 
direction voulue; quoique peu encombrants, ils peuvent fournir 
des debits considerables. L'enscmble de ces qualit^s leur assure 
de tres nombreuses applications. 

Contrairement k ce qui a lieu pour les pompes (88), les Ele- 
vateurs centrifuges ne conviennent pas pour Clever Teau a de 
grandes hauteurs ; ils utilisentd'autant mieux le travail dynamic 
que du moteur qu'il y a une moindre difference de niveau entre 
les biefs inf6rieur et sup^ricur. Pour elever Teau jusqu'^ 3 me- 
tres environ, on est dan;5 de bonnes conditions ; on pent aller 
jusqu'ii 15 metres, mais avec des debits de plus en plus r6duits 
pour une m^me vitesse de rotation. Pour aller au-dela, il faut 
employer deux 61evateurs, dont le premier refoule Teau dans Tou- 
verture d'aspiration du second. Les deux appareils peuvent etre 
ind^pendants ainsi que les machines motrices, mais on construit 
aussi des Elevateurs coujuguEs moulds sur un axe commun, 
qu^on met en mouvement par une seule courroie. 

On construit couramment des appareils dlevant depuis 2 ou 3 
litres jusqu'k 200 litres d'eau par seconde ^ 

Pour un dess^chement de lagune, dans la province de Ferrare 
(Italie), on a etabli vers 1873, prfes de Codigoro, 8 ElEvateurs 
rotatifs, du constructeur anglais Gwynpe, dont les dimensions 
depassent lout ce qui avait elE fait antErieurement. Chacun de 
ces appareils emploie 130 chevaux de force, fonctionne avec une 

1. Je n^entrerai pas dans de plus minutieux details surce genre de machine, 
dont la th^orie complete est un peu compliqu^e, et que les agriculteurs n'auront 
jamais a faire construlre eux-m^mes. Un certain nombre de m^caniciens en fa- 
briquenl. Les maisons, bien connues, Dumont et Neul el C'® , Paris et Lille ; 
Gwynne, a Londres, en font une specialite, el en livrent en grand nombre, de 
fort bien etablies. 8 



Digitized by 



Google 



114 CHAPITRK II. — AMENAGEMENT DES EALX 

vilesse de 8 k 10 metres par seconde k la circonf^rence de la roue, 
ei d^bile 3 750 litres d*cau ^lev^s il est vrai k une faible hau- 
teur, pendant ie mfeme temps. 

Dans tons les appareils dont il vient d'Mre question, I'axe de 
la roue est horizontal, ce qui est extr^mement commode pour 
ceux qui doivent fttre actionn^s par une courroie. Mais dans les 
grands ^l^vateurs, comme les derniers que je viens de citer, cette 
disposition n'est pas la meilleure. En effei, dans lecasd*un grand 
diamfetre, TcSlevation de Teau, du has en haut d'une roue verli- 
cale, ou sa descente en sens inverse, reprisentent des quantites 
notables de travail dynamique. II en r(^suUe, pour Teau qui cir- 
cule dans Tapparoil, des ralentissements et des accelerations suc- 
cessifs el partiels de vitesse qui nuisent au rendemenl. Cost, 
sans doute, pour ce motif que quelques ing^nieurs onl 6tabli des 
turbines 6l6vatoires a roue horizontale ct axe vertical ; il y en a 
quelques exemples dans les dessfechemenls de la Hollande. 

L'applicalion la plus remarquablc des 616vatours k axe vertical 
esl, de beaueoup, celle qui a et6 faite dans ces dernieres ann6es k 
Khatatbeh, sur le Nil, a 66 kilometres au-dessous du Caire, pour 
clever dans des canaux d'irrigation une certaine quantity d'eau 
du fleuve. II s'agissail d'elever de 0'",50 a 3 mtetres,. selon les 
saisons et Tetat du INil, un volume d'eau de 30 metres cubes par 
seconde, le d6bit d'une veritable rivifere ! MM. Farcot^les habiles 
constructeurs de Sainl-Ouen, prfes Paris, ont r^solu le problfeme 
au moyen de 5 61evateurs k axe vertical, dont les dispositions 
sont entiferement nouvelles. La turbine int6rieurc, mobile, a 3",80 
de diamfetre, et Tensemble de chaque appareil, y compris le ca- 
nal circulaire qui entouro la turbine et Tenveloppe en fonte, oc- 
cupe un emplacement circulaire do pres de 6 metres de diametre. 
Chacun de ces el6vatcurs est mis en mouvement par une machine 
k vapeur speciale dont la bielle conduit directement une mani- 
velle fix6e au haut de I'axe de la turbine, qui remplace ici le vo- 
lant. Le nombre de tours est de32 seulement par minute, ce qui 
donne une vitesse de 6", 36 par seconde k Textr^mit^ des aubes. 
Dans ces conditions, chaque appareil vomit dans le bief sup6- 
riour la quantile de 6 metres cubes d*eau par seconde! Quant aa 
rendement m6canique, il est de plus 75 0/0 du travail produit par 
les machines a vapeur *. 

1 . On trouvera, dans les Memoires et comptes rcndus de la Societe aea IngS* 
niettrs civiis, 1886, 2« semesire, une description detaillee, par M. Brull, de ces 
interessantes machines. 



Digitized by 



Google 



CIIAPITRE TROISlfiME 

DE L'EAU D'lRRlGATlON 



g i. Quantum d*eaH necessaire pour les irrigations, — § 2. Action de I'eau sur 
le$prai}He$, — § 3. Quatittls diverses des eaux au point de vuedes m'igationi, 
— § 4. Valeur v^nale de Veau d* irrigation. 



§ 1" 

QUANTITY D EAU NECESSAIRE 



•1. Comment on indiqnc la quantity d'ean emplojde 
en irrlyatloii. — Nous avons vu (n"* 15 et 16) que Tirrigalioa 
doil fetre intermiltenle ; que,80uveni, on ne dispose de Teau qu'k 
certains jours. Souvent aussi on pr^fere arroser successivement, 
par portions, le terrain dont on dispose, de manifere a rendre les 
arrosages plus aboudants, en les faisani revenir k plus long in- 
tervalle sur le mfeme point. 

Supposons, par exemple, une prairie d'un hectare^ irrigu^e 
au moyen d'un cours d'eau qui debite 12 litres par seconde, mais 
dont on ne pent disposer que pendant un jour sur trois. Suppo- 
sons encore que, chaque jour ou a lieu Tirrigation, on n'arrose 
que la moili6 du terrain, soit un demi-hectare. Le volume d'eau 
effectivement vers6 sur la propriete pendant la dureo de Tarro- 
sage est de 12 litres par seconde. L'arrosage est cependant donn6 
k raison de 24 litres par hectare et par seconde, pui^qu'un demi- 
hectare emploie 12 litres. Entin, si on cberche quel serait T^cou- 



Digitized by 



Google 



119 CHAPITRE III. - DE L'EAU D'IHHUjATIuN 

lenient coulinu, et par hectare, qui fournirait au proprieiaire une 
([iiuntite d'ean egale a celle dont il jouit effect ivemenl, on trouve 
<jii»^ cet ecoulement devrait etre de 4 litres par seconde. Ainsi, 
mkm la maniere dont la questioa est posee, on arrive k des chif- 
fv&^ tout a fait diff^rents, et on con^oit que, faute d'indications 
ms{^^ explicites, certains renseignements peuvenl etre mal cora- 
pris et induire en erreur. 

Kn tant que renseignements utiles, ce qui est important, c'est 
qn uiie personne, cultivant une certaine 6tendue de terrain, 
puisse se rendre compte, a priori^ de la quantite d'eau qui lui 
i^erait necessaire pour irriguer convenablement cctte etendue 
pendant une saison ; ou bien, qu'etant donne le volume total de 
Teaij disponible pendant un certain temps, on puisse determiner 
I L*lendue qui pent *tre irrigu6e. Pour faciliter la solution de ces 
pru!*lemes, on remarque d'abord que, quelle que soit la nature 
de^ cultures et les methodes d'irrigation, les quantit^s d'eau em- 
jdoyees doivent 6lre, toutes choses egales d'ailleurs, proportion- 
iiolles a la superficie cultiv6e. On ramene done les qitantites deati 
totnles a un hectare. Puis, dans le cas oil la jouissance de Feau 
ctril discontinue, on remplace t ecoulement discontinu par Vecou' 
kment continu fictif qui fournirait le m^me volume d'eau pen- 
duni une meme periode. Cest ainsi qu'il sera procede dans cet 
iKivrage, sauf indications contraircs. 

Tl (^"st a remarquer que la question de Teau intermittente ou 
euntinue est tout a fait secondaire pour le cultivateur. Ainsi, 
dans Tcxemple ci-dessus, chaque parcelle d'un denii-heclare 
e!aif arrosee, tous les 6 jours, k raison de 12 litres repandus par 
ftrcunde sur 1 '2 hectare, soit dans la proportion de 24 litres k 
Thectare. Si on venait a substituer, aux 12 litres livres tous les 
Irnis jours, Tecoulement continu Equivalent, soit 4 litres, Tirri- 
i;al*Mir en serait quilte pour diviser son terrain en 6 parcelles au 
lieu de 2; et chacunc de ces nouvelles parcelles serait encore 
ftrrnsce tous les 6 jours, a raison de 4 litres par seconde r^pan- 
du^ siir 1/G d'hcclare, ce qui donne la proportion de 24 litres par 
hrriiin\ connne prercdemnienl. 

US. Volnnie miiiittittiii d'eau utilisable.— II y a un cer- 
taiii debit minimum, sans leqnel il est impossible de repandrc 
I'eau uniformement meme sur une etendue de terrain Ires res- 
tioitiio, I'eau pouvant Atre absorbee par le sol k mesure qu'elle 



Digitized by 



Google 



§ 1. - ouANTiTfi vyaw nkci-ssaiiu- hi 

est apportee par la rigole qui la fournil. Nous avons vu, dans lo 
num^ro precedent, qu'en cas dc faiblcs debits on pent subdiviser 
Tetendue k irriguer et porter Teau, tour a tour, sur chaque par- 
celle. Mais loutes les parcellcs ne peuvent 6lre a proximite du 
point d'arriv6e dc Teau ; et si Teau est cnliferement absorbed 
par la rigole qui doit la conduire, avant qu'elle ail alteint uno 
parccUe eloign6e qu'elle devrait arroser, Tirrigation est pratiquc- 
menl impossible. C'est alors le cas, si la disposition des lieux sV 
prete, d'avoir recours h un reservoir (voir chap. II, § 2). On 
accumule Teau, du ruisseau ou de la source, dans le rdservoir e(. 
on la lAch<3 en quantite convenable une fois que celui-ci est 
rempli. 

La quantity d'eau ininima qu'il convient do faire ecouler par 
seconde ne pourrait s'indiquer exactement d'une manifere g6nc- 
rale,car ccla depend du degre de permeabilite du sol et de Teten- 
due qu'occupent les terrains a irriguer. Jc dirai pourlant, afin 
de fixer approximalivement les id6es, qu'il me parait difficile , 
dans les cas ordinaires, de pratiquer un arrosage avec moins d^ 
3 litres deconlement effectifpar seconde. 

•S. fnaiitites d*eau employecfi, dans le Midi, ponr leu 
terres labonraiilcs. — II est impossible de fixer d'une ma- 
niere absolue la quantilc^ d'eau d*irrigation a appliquer a Ten- 
semble d'une ferme oil se font simultan6ment diverses cultures, 
ou a une superficio donnee couverte de telle ou telle planto, et il 
faut se contenter d'assigner des limites cntre lesquclles la con- 
somniation de Teau reste gen6ralement comprise. Celte consom- 
raation depend en effet du climat, des circonslances meleorolo- 
giques annuelles, des besoins sp6ciaux des divers vegetaux cul- 
liv6s, enfin, et par dessus lout, de la nature plus ou moins 
absorbante ou retentive du sol. II est evident qu'il faudra plus 
d*eau sous un climat sec et chaud que sous un climat brumeux 
et temp6r6; plus pendant un 6t6 ou la secheresse sera persis- 
tante que pendant un 6te k pluies frequentes, comme il peut 
s'en rencontrer presque partoul. Toutes choses egales d'ailleurs, 
les v6g6taux qui emettent des racines tres profondes, tels que la 
luzerne, la plupart des arbres, exigeront moins d*eau que les 
plantes k vegetation superficielle. La surface du sol conserve en 
effet tres pen de temps son eau d'imbibition, tandis que les cou- 
ches inferieures ne se dessechent que successivement et&mesuro 



Digitized by 



Google 



UH CHAPITRE III. — DE L'EAU DIRRIGATIOX 

que la s^cheresse se prolonge ; il y a mfime g^n^ralement, dans 
rhaque sol, une limite de profondeur a partir de laquelle laferre 
reste conslammenl humide. Lc tempc^rament special de chaque 
plante parait entrer aussi pour beaucoup dans ces ph^nomfenes : 
ainsi, le sainfoin r^ussit dans des terrains tr^s sees, m^me sans 
arroser ; mkh la luzerne prefere an sol plus frais, et ses produits 
5oni toujours considdrablcment augment^s par rirrigalion. II est 
[irobable que ces difT^rences tiennent principalement k des in^- 
^alit^s correspondantes dans TactivitS de la transpiration chez 
lea divers veg^taux ; on remarque, en efTet, que les plantes qui 
ntfrent un grand developpement foliace exigent des arrosages 
loat k la fois plus abondants et plus frequents que celles qui pro- 
cluisent surtout des graines et de la malifere ligneuse. 

Relativement kla nature du sol, il faut remarquer que certains 
terrains k sous-sol de calcaire fendille absorbent I'eau en quel- 
que sorte a la manifere d*un crible, et que Ton nc parvienl m^me 
k les humecter par Tirrigation dans toute leur (^tendue qu'en y 
faisant arriver k la fois de tres grandes masses d'eau. II en est de 
meme du sable. Dans de tels terrains, il y a toujours une por- 
tion de Teau qui p^n^tre k une grande profondeur, presque sans 
profit pour les plantes, et non seulcment il faut beaucoup d'eau 
pour chaque arrosage, mais il convient encore d'arroser sou vent. 
Les sols argileux exercenl an contraire, sur Feau, une action r6- 
lenlive trfes ^nergique, et demandent a ^tre arros^s moins sou- 
vent. 

Les auteurs les plus accr^dites, et de Gasparin k leur tele, ad- 
mettent que sous le climat de la Provence, et dans les cas les plus 
ordinaires, il faut, pour chaque arrosage, un volume d'eau Equi- 
valent k une couche de 8 k 10 centimetres sur toute la surface k 
arroser, soit 800 k i 000 metres cubes par hectare ; ce qui, r6- 
parti sur dix k douze jours, intervalle le plus ordinaire des arro- 
sages, correspond approximativcment k la quantity d'eau que 
fournirait iin ^cotdement continu de i litre par seconde^ qui est 
de 15 552 mfelros cubes pour cent quatre-vingls jours ou six 
raois, duree ordinaire de la saison des arrosages. Le chiffre ci- 
tiessus sert ordinairement de base^ dans le midi de la France, 
pour toutes les transactions, soil entre Tadministralion sup6- 
lieure et les compagnies concessionnaires de canaux, soit entre 
i es derniferes et les agriculteurs. C'est celui qui a ^t^ adopts par 
lc conseil general des ponls et chaussees pour les projets de ca- 
naux ^tudi^s par les ingenieurs do ce corps. 



Digitized by 



Google 



8 1. — QUANTlTfi D'EAU NftCESSAIRE 119 

U doit resler enteadu que le chiffre ci-dessus n'a de valeur que 
coinme indicalion generate, et qu*il ne peut ^tre qu'une moyenne 
applicable k Tenseinble d'une region oh les irrigations sont ap- 
pliqu^es a diverses natures de sol el k des cultures variees. II 
faul aussi remarquer qu'il est relatif k des contrees oti Teau 
n'est fournie k chaque cultivateur qu'en quantild fixee d*avance, 
oh elle se paye et n'est disponible qnk certains jours et heures. 
Les habitudes culturales se resseutent de cet Mat de choses; on 
reserve Teau pour certaines cultures qui demandent des arrosa- 
ges p^riodiques et assez fr6quents, ou bien pour celles qui don- 
nent, etant irrigu^es, des produits hautement r^mun^rateurs. 
Quant aux terres porlant des veg^aux qui peuvent, k la rigueur, 
se passer de Tirrigation, on ne prend rn^me pas la peine de les 
disposer de maniere k la recevoir dventuellement, bien qu'un ar- 
rosage donn^ de temps Ji autre, au moment opportun, puisse 
ameliorer la r^colte. En un mot, la moyenne d'un litre par se- 
conde serait certainement d6pass6e si les cultivateurs avaient 
toujours Teau disponible, k discretion, k quelque moment qu'ils 
Youlussent s'en servir *. 

•4. Quanllt^ d'eau n^ressalre pour le» javiliiiv. — 

Ou admet g^neralement que les jardins et les cultures maraich^- 
res, dans le Midi, emploient des quantites d'eau dquivalant k des 
^coulements conlinus de 2 & 3 litres par hectare et par seconde. 

9^. Quantity d'eaa n^eessaire ponr les rlxidrea. — 

On lvalue h un 6coulemcnt conlinu de un litre et demi a deux 
litres, par seconde et par hectare, la quantite d'eau indispensa- 

1. II a 616 dit que la quantii6 d'eau admise pour la Provence 6lait exageree, 
et qu'ea Italie on ne consommait pas auiant d'eau. En efTet, si je divise les de> 
bits, indiques pour quelques canaux italiens, par les superficies respect! ves deQ 
territoires qu'ils sont censes irriguer, je trouve approximativement 01,88 par se- 
conde et par hectare pour les anciens canaux du Piemont, 01,69 pour le canal 
Cavour et 01,53 seulement pour Tensemble des canaux de la Lombardie. Mais 
les regions dont il s'agit, situees au pied des Alpes, sont tres riches en sources, 
et les habitants sont tr^s industrieux pour en tirer parti. Pour faire un calcul 
exact, il faudrait ajouler les debits des sources et des prises failes k des cours 
d*eau naturels k celui des canaux, et il est assez vraisemblable qu'on arriverait 
aiasi a un r^sultat peu diderent de la base admise pour la France du Sud. 

II convient aussi de remarquer que les chiffres donnes pour les debits des ca- 
naux ont ete generalement elablis pour la periode d'etiage, et que, presque tou- 
jours, en France comme en Italie, les consommations r^elles sont superieures 
aux debits nominaux des canaux et aux volumes concedes. 



Digitized by 



Google 



120 CHAPITRE III. ^ DE L'EAU D'IRRIGATION 

ble h retablisscraent d'une rizifere. Mais il y a avantage, ioules 
les fois qu'on le peui, k augraenter un peu les quanlilSs ci-des- 
sus. Cc n est qu*k la condition d'y maintenir unc coiiche d'eau 
sans cesse renouvelee par un courant qu'on pent empecher Tin- 
salubrity des riziferes. 

••. ^aantlM 4'eav appllemble li Tirrliratl^n dtMi prml- 
rie« dans le Midi. — L'esistcnce des prairies, dans la r^ion 
mediterraneenne, est subordonn£e k la possibility d y entretenir 
arlificiellement, pendant Tet^, Thumidit^ qui leur est indispen- 
sable. Le produit en fourrage augmente, d'aillcurs, dans une 
assez forte proportion avec Tabondance des arrosages. Aussi les 
prairies, qui occupent il est vrai dans Ic Midi d'assez faibles su- 
perficies, y sont-elles ordinairement irrigu6es sans trop de parci- 
monie. La depense d'eau, par hectare, correspond Ic plus sou- 
vent k un ecoulement continu de 1 & 2 litres par seconde; excep- 
iionnelloment, elle peut descendre k 1/2 litre ou s'^lever jusqu'ii 
4 litres environ. 

Les arrosages se donnent quelquefois tous les cinq jours ; 
plus souvent une fois par semaine, ou m6me a des intervalles 
encore plus dloign^s ; la duree de chacun d'eux n'esl que d'une 
lieure k six, et doit fournir une quantite d'eau representc^e par 
une couche de 5 centimetres au moins de hauteur, sur toute 1*6- 
tendue arrosee ; generalement 10 centimetres et mfime plus. On 
voit par Id qu*il faut disposer, aux ^poques d'arrosage, d'un 
ecoulement assez considerable ; il est reconnu qu'une irrigation 
prolong^e, faite avec un faible courant, serait nuisible a la 
prairie. 

Los prairies qui, a cause do la porosit6 de leur sol, absorbent 
le plus d'eau lors de chaque arrosage, sont aussi cellos qui per- 
dent le plus vite leur humidity acquise et qui exigent, par suite, 
que les arrosages soientrcnouveles le plus souvent. Mais, sousle 
rapport de Tabondance, on est liraite dans la pratique par la quan- 
tity d'eau dont on dispose. II y aurait avantage, si cola etait possi- 
ble, a augmentcr le volume d'eau verse pendant les arrosages 
sans modifier pour cola leurs intervalles ni leur duree. On no voit 
pas non plus de raison pour no pas arroser largement les prairies 
pendant Thiver, saison oil I'eau n'a guere d'autre emploi. Les 
prescriptions relatives aux arrosages h grands volumes d'eau, pra- 
tiques dans quelques parlies do la France, paraJlraionl egaloment 



Digitized by 



Google 




§ I. -. OUANTITfe D'EAU NKCESSAIRR 



applicables dans le Midi quand Teau ny fail pas defaut. En un 
mot : Ics principes relalifs a Timgation des prairies sont partoul 
les mfemes, el les diff6rentes m6lhodes suivies ne licnnenl pas an 
climat, mais aii regime particulier des eaux dont on se sort dans 
chaque locality. 

•7. ^nantltes dl-<^av employees a rirrliratloii des pral- 
riem dans le nord et le eenlre de la Franee. — Dans los 

regions lemp6rees, oil les s6cheresses sont g6n6ralement demoin:^ 
longuc duree et les 6l6s moins brulants que dans le Midi, on so 
dispense tr{?s souvent, faute d'eau en quanlile suffisante, d'arro- 
ser les prairies pendant Tete. Les produits sont un peu moindres 
que dans le cas oil Tirrigation dure toute Pannie ; mais on peut 
avoir une bonne coupe de fourrage en juin, puis un pAlurage, 
quelquefois m(^me un regain faucliable k Taulomne. 

Lorsqu'on peut, par im des moyens indiques au chapitre II, § {, 
se procurer pendant 1*616 assez d'eau pour alimenter un reservoir 
(voir chapitre II, § 2), on l^chera cetle eau, quand le reservoir sera 
plein, de manifere a donner de temps kaulreun arrosage k la prai- 
rie, ou du moins k une portion de celle-ci en rapport avec la quan- 
tity d'eau emmagasin^e. Ces arrosages d'6l6, peu abondanls, doi- 
vent elre donnes aussi vile que possible, dans le temps slriclement 
necessaire pour que I'eau se r6pande sur toule la surface arro- 
seeet en imbibe le sol. Un volume d'eau compris enlre 250 et 400 
metres cubes, employ^ par hectare, dquivaut a une couche d'eau 
dc 2 i/2 a 4 centimetres d'dpaisseur sur la mftme etendue. C'est 
presque ]k le minimum possible pour qu'un arrosage ait quelquc 
efficacite. 

Si Ton est en situation d'emprunler k un cours d'eau, de temps 
en temps pendant Tele, un volume repr6senlant, pour I'etendiio 
k arroser, une hauteur d'eau comprise enlre 5 et 15 cenlimfetres 
environ, soil 10 centimetres en moycnne, on se trouve dans des 
conditions idenliques k cellcs qui president k la pluparl des irri- 
g'ations de prairies dans le Midi, et ce qui a 616 dit au n® 95 est ap- 
plicable a ce cas. 

Si le cours d'eau dont on se sert est assez considerable pour 
qu'il soil possible de deverser, sur un hectare de prairie ou pro- 
portionnellement, plusieurs centaines de litres d'eau par seconde, 
il y a avantage k pratiquer des arrosages avec ces grands volu- 
mes. C'est ainsi par exomple que Mangon a constats pendant r6t6. 



Digitized by 



Google 



in CHAPITRE III. — DE L'EAU D'IRRIGATION 

par dosjaugeages executes dans des prairies des Vosges arrosees 
par la Moiirlho, des debits efTeclifs rapport^s a Theclare de iiS a 
KOO lilrm par seconde pendanl les arrosages. Chose digne de re- 
iiiarqiu' : los arrosages k Ires grand volume d'eau peuvent durer 
jusqu*;i 8 joiirseonseculifs sans inconvenient pour la prairie, ce' 
i]ui n aurail pas lieu dans le cas d'arrosages moins abondanls. II 
y a Luutc Tois une condition, importante dans tous les cas maisbien 
plu!i parlicuti^rement dans ces longs arrosages d'ete , c*est que 
l\niu no re^le jamais stagnante sur ia prairie et ne fasse que la 
Iravcrspr pour se rendre dans les rigoles d'evacuation, sauf ce qui 
est ab&i^rb^ par le sol pendant le Irajel. 

Dans btaiicoup de locallt^s Thiver est la seule saison oh il soil 
possiblE* d'irriguer les prairies, et ce sont les arrosages d'hiver 
qui efitreLJi utjont seuls la ferlilitd lorsqu*il n'est pas fait usage 
d'cn^rais. Les arrosages dont il s'agit ne sauraient 6tre trop abon- 
i)anl3$; muis. faule de pouvoir faire mieux, on leur consacre ce 
quij I'on a^ sous la condition (n° 92) de disposer du minimum au- 
dessous duquel Teau n'est pas ulilisable. Dans le cas qui nous 
Qccupt\ il raiil que Teau afflue en quantite suffisante pour couvrir 
une i^orUirR- 6lendue de prairie, en coulant en nappe mince sur 
un sol plus ou moins incline. Quant a la dur^e de chaque arro- 
fiagGj nMe pent elre porlee sans inconvenient jusqu'a 8 ou 10 jours, 
qut.*l que soil, d'ailleurs le volume d'eau employ^. 

Nous veiiuns de rc^sumer Ires succinctement la marche sui- 
vie dans des contrees ou I'irrigation est pratiquee avec succ^s. 
Lesrousideralions exposees dans le paragraphesuivant rendront 
les fails plus clairs et en donneront I'explication rationnelle. 



S2. 



AGTlOiN I>H L'EAU DIRRIGATIOiN SUR LES PRAIRIES. 



HH. Miilieres ntin^rales foarnies an sol par Teav d^r« 
ri|{:aiioti. — Nous avons vu (chap. I, 9) que les eaux couranles 
FonL pins Mu moins chargecs de parlicules limoneuses, ensuspen- 
sifin, qui coutiennenl elles-memes la plupart des (5l6ments cons- 



Digitized by 



Google 



1. 



§ 2. - ACTION DE L^EAU SUR LE8 PRAIRIES 123 

tituants des terres les plus ferliles. Une parlie de ces troubles se 
depose sur le terrain arros6, ce qui constitue un premier 61^inent 
de fertilisation. 

Nous avons vu, d'autre part (6), que Teau tient en dissolution 
toutesles matieres mindrales indispensables a Talimentation des 
veg^taux, notamment de la potasse et des phosphates '. U est 
Evident que Teau qui p6n6tre dans le sol et Timbibe y introduil 
une certaine quantity de ces pr^cieuses substances. Mais il y a 
plus : les analyses de H. Mangon demontrent en efletqueles eaux 
d'irrigalion amen^es sur une prairie et les colalures que Ton re- 
cueille apres le ruisselement sur le gazon n'ont pas une compo- 
sition identique. Les colatures sont genoralement appauvries en 
potasse et autres substances minerales ; le conlraire, il est vrai, 
se produit quelquefois a regard de certain corps. En definitive, 
le phenomfenc varie quelque pen, dans ses details, d'une prairie 
a une autre et d'une 6poquc k une autre ; mais ce qui est cons- 
tant c'est qu'il y a des ^changes de matieres minerales entre le 
sol gazonn6 el Teau r6pandue k sa surface. « L'action absorbante 
du sol sur les sols solubles dont il n'est pas satur6, dit H. Man- 
gon, explique comment les terres arrosees enlfevent aux eaux les 
composes salins dont ellesontbesoin, en leur laissant entrainer 
les substances dont elles sont suffisamment impregn6es ou qu'cl- 
les renferment en trop grande abondance ». 

INI. Axote foarnl an nol par I'ean d'irrifl^atioii. — On a 

vu (chap. I, 7 et 8) que Tazote se trouve dans les eaux d'irriga- 
lion a retat d'azotates, c'est-k-dire combine avec Toxygfene ; k 
r^tat de gazsimplement dissous dans I'eau ; enfm k Tdtat de subs- 
tances organiques azot^es, solubles^ telles qu'il en existe par 
exemple dans le purin provenant des 6tables ou des tas de fu- 
mier. 

Les experiences de H. Mangon demontrent que, presque tou- 
jours, la proportion totale d'azote conlenue dans Teau qu'on in- 
troduit sur une prairie est sup6rieure a celle qui se retrouve 
dans les colatures, bien que la diminution ne porte pas toujours 
6galement sur tons les 6tats de Tazote. Ainsi I'eau qui ruissfelo 
sans penetrcr le sol, lui cede en passant les principes assimilables 

1. Barral a trouve que chaque m6tre cube d'eau de la Durance contenait plus 
de 13 kilogrammes d'acide phosphorique et plus de 15 kilogrammes de potasse. 
Rapport sur le concours ouvert en 1876 dans les Bouches-dii-Rhdney p. 176. 



Digitized by 



Google 



m rjfAPITRR TIT. — m I.'EAU DIRRIOATTOX 

qu L'llc conlient. En vortu dc quelle loi physique ou dc quelle mcr- 
Yi*i)leuse propri^l^ dos plantes fourragfercs s'opere cetlc fixation 
des substances en dissolution dans Teau? La science n'en a pas 
tionuf'? jusqu'ici une explication bien claire *;contenlons-nous pro- 
visoirement de conslaler une action reciproque da gazon et de 
Vfjuu en mouvnnont, 

i aO. R^le die Tox jgr^ne dissous dansrean d^lrrigatlaii. 

— * Loxygene, ce gaz qui fail parlie cssenliellc de noire almos- 
plicro, parait indispensable k la vie de tons les (^Ires organises ; 
If^s v/'g6laux, sous ce rapport, n'ichappent point a la loi commune. 
Lfs plantes aqualiquos, celles qui croissent spontanement dans 
b^s terrains mardcageux, sont moins exigeantes qne les autres au 
point de vue qui nous occupe. Mais presque tous les vc^g6taux que 
nous cultivons ne peuvent prosperer qu*i la favcur des redactions 
cbirniques qui se produisent dans un sol ou p6netre Toxygene. 
Ce ^MZ donne lieu k des combustions lenles, soil de Tbumus ac^u- 
muli dans le sol, soil des engrais, Les produits decette combus- 
lion sont de Tacide carbonique el divers azolates : le premier no 
se dri^fige pas enentier,car une parlie est utilisee par les organcs 
a^riens des plantes qui en assimilent le carbone ; les seconds 
sonl un des principaux 6lals par lesquels doivent passer les ma- 
tirres minerales et Tazole, avant Tabsorption par les raoines. 

Nuns avons vu (chap. I, 8) que les eaux employees aux irriga- 
tions conliennent de Toxygene dissous. Ce gaz joue un r6le qui 
a Bon utility dans toutes les irrigations, mais qui prend une im- 
pnrtanoe considerable dansTirrigalion des prairies. H. Mangon, 
dunt les expch'iences out lanl conlribud a eclaircir ces questions, 
a leconnu que Teau, en ruisselant sur une prairie gazonn^e, s'a- 
panvrissait en oxygene et se chargeait de plus en plus d'acide cai'- 
bcuii^ue. II y a done encore, dans ce cas, action reciproque dii 
gaziiii el de Teau en niouvemenl ; Toxygenc dissous dans Tcau 
^]ui eoule exterieurement, exercanl son aclion comburanle sur 
VInmius adherent au chovelu des racines. 

fill. Influenee den saisons et dc la teiup^rMtare . — Les 

L U est vraiscmhlable que le principal riMo appartient ici i ces phenomenes 
d^On^tfio&e qui donnent lieu it des echan^es entrc les matieres diverses contenues 
duns tieux liquides, separ^s soil par des membranes permeables soil par divers 
enfp? pnreux. 



Digitized by 



Google 



g 2. — ACTION DE UEM SUK LES l^RAIKIES 125 

reactions chimiques signalecs ci-dessus (99 el lOU) ne sc manifes- 
tent pas loujoars avec la mfeme iiilensile. Ainsi, dans celles den 
experiences de H. Mangon qui ont ele faites pendant I'hiver, les 
eaux d'irrigation, apres Icur passage sur les prairies oil ces expe- 
riences avaient lieu, n'ont accuse, a Tanalyse, que des perles [vhs 
niinimes en azote el en oxygfene, tandis que ces perles devieii- 
nent imporlantes en el6. Ce n'esl pas k dire pour cela que Vcmi 
n'exerceen hiver aucune action sur le gazon ; la grande viguenr 
relative avec laquelle v6gelenl, des Ic premier radoucissement dc 
la temperature, les portions d'unc prairie qui ont ete bien irri- 
gu^es pendant Thiver est la meilleure preuvc de Fefficacile d*j 
Teau pendant celle saison. Mais il est non moins evident que los 
efTets s'accentucnt nolablement ensuile, quand Therbc est vn 
pleine croissance ; faut-il voir la un simple effetde la tempera- 
lure thermomdtrique,ou bien les phcnomfcnes vitaux qui s'acconi- 
plissent dans les plantes y sont-ils pour quelque chose? 

1 St. Epvisement de I'eaa d'lrrI||;atIon par le sol. — 

Quand on fail couler Teau en nappe mince, sur une prairie ayaii I 
une certaine inclinaison,on voil,au boulde pen de temps, Theibo 
prendre une teinte d'un vert fonce el pousser avec vigueur k 
parlir des poinls d'arrivde de Teau jusqu'k unecerlainedistancr. 
Mais Teffet estde moins en moins sensible, a mesure qu*on con- 
sidiire des poinls que Feau n'a pu atteindre qu'aprfes un Irajet do 
plus en plus long sur la prairie. Si on se porte enfin k une asse/. 
grande distance, sur des parlies dupre oil Teau, n^anmoins, pent 
encore parvenir, on trouve que I'herbe y jaunit. Les bonnes plan- 
tes flnissent m6me par disparailre de ces points, pour faire place 
aux latches ct aux joncs, si les arrosages sont longtemps conli- 
nu^s ou souvenl renouveles sans que le point d'arriv^e de Teaii 
ait ete chang^. 

Ces fails sont la consequence naturelle des principes enonct^s 
dans les numdros prdc6dents ; les malieres salines, r5izole,roxy- 
gfene sont promplement absorb^s ; leurs efifels diminuent avec leur 
proportion dans Feau, et quand cclle-ci ne pent plus rien cedrr 
elle nefait plus, sur le gazon, que rofticc d'un manleau qui in- 
lerccple Tair almosph^rique et determine une sorte d'asphyxii^ 
des graminees et des legumineuses. 

H. Mangon a reconnu, en analysant les eaux a leur sortie Av 
plusieurs prairies, que repuisemenl n'esl jamais complel. Pour 



Digitized by 



Google 



m CHAPITRE III. - DE L'EAU D'IRRIGATION 

I asfiulo tit)tam[nent, dans les cas sur lesqucls ont porl6 les analy- 
se^jiti liftrs seulemenl delaquanlitd initiale n'apas6l6 relrouv6e 
daiii> Irs eaux de colalure.^ II semble done que les planies puisenlde 
plus<»ii I'lus difficilemcnt les matieres utiles contenues dans Teau 
k itH?*ure que ees matieres sV trouvent a un plus grand 6tat de 
dilnlton. et qu'au-dcssous d*un certain titre les ^changes entre 
I'eriu *'i le gazon deviennent insignifiants. L'eau esl alors de- 
ffraiMsdCj selon Fexpression des cultivaleurs, et il convienl de la 
rejcl^^r. 

Ids. CUVctfi dllf brents des arr^Miyes seton le« v^lvmeti 
dV^jiii employes. — Nous avons vu (100) que I'eau des arrosa- 
gi'ii. itL passant sur uno prairie, cede au sol une partie de Foxy- 
gl'ue 4Lrolle tient en dissolution. II resulte de Ik que quand Teau 
imt iHoudue en couche mince et se renouvelle lentement, en sorle 
qu'il [I'en passe dans un temps donne qu'un petit volume relali- 
vcmi^iil k r^tendue recouverte, cette eau ne peut cedera cettesu- 
pt*rlici(^ qu'une faible quantite d'oxyg^ne, quantite qui serait in- 
sunUuiite pour entretenir la vie des plantes, si on ne faisait fr^- 
quonimcnt intervenir Fair almosph6rique en suspendant Tirriga- 
iion. Mais quand, au contraire^Teauest d^versee en grande masse 
sur la prairie et se renouvelle rapidement, on concoit qu'elle 
pui»so founiir, aellesoule, une quantity d'airsuflisante pour pro- 
duiie los oxydations qui paraissent une condition indispensable 
do la vegetation. On peut r^sumer ces divers effets en disant que 
irup |iou d'eau etouffe les plantes ; qu'assez d'eau maintient leur 
vt!g elation ; que beaucoup d'eau courant rapidementles afere ener- 
giqueiiient. 

Os remarques nous donnent la cle de divers faits d'apparence 
[uiriMloxale. Ainsi nous avons vu (97) qu'on pouvait, en plain 6te, 
\^>mv hs prairies sous une nappe d'eau pendant 8 k lOjourscon- 
^irulifs^ k la condition que cette eau soit courante et d^versee 

1. Oti pourrait croire que la couche d'eau, tr^s mince^ en contaot imoiMiat&vec 
til ^o\ eal eeule susceptible de lui c6derles matieres utiles qu'elle coDtient tamJis 
iju'iiue grande partie du volume d*eau introduit sur la prairie arriverait aux ri- 
^''ol^^i* <k colalu res sans avoir eprouve aucuneraodification. Les analyses deMan- 
gou« pBu nombreuses h. la v^rit^, portent neanmoins sur des cas dVrosages k 
volufja'5 J' eau mediocres et a enormes volumes ; elles tendent a dtoonlrer que, 
dtin? tous les cas,les coiatures sont amen6es k peu pres au m^me degre d'appau- 
vrissemfinl, ce qui s'explique peut-6tre par les mouvements internes de la lame 



Digitized by 



Google 



8 2. — ACTION DK L*EAU SUR LES PRAIRIES ^27 

avec profusion. * Nous comprenons mainlenant que celte graiuie 
quantity d'eau, incessamment ronouvel6e, pout fournir k la [nai- 
rie tout Toxyg^ne indispensable a la v6g6lation ; tandis que duns 
Ic cas, infiniraent plus frequent, ou Ton nc dispose que de faihlojs 
(Scoulemenis, les arrosages, tout en fournissant au sol une Innni- 
dit^ n6cessaire, suspendent momentan6ment la v(^g6talion en \n- 
terceplant I'air atmosph6rique. En rfegle g6nerale, de tels arr*T>a" 
ges doivenl fetre interrompus le plus souvent possible ; et peiiflaiiL 
la saison d'activil6 vegetative, ils ne doivent durer que 4 on 'j 
hcures tout au plus, et parfois etre r^duilsa une hcure. 

Nous eomprendrons aussi, maintenani, pourquoi moins un piw 
ade pente,plusil fautd*eau pour Tirriguer convenablementjrcst 
que, sur un pre tres-plat, Teau ayaut une tendance as'etaler *M a 
rester stagnante, on ne pent activer son renouvellcment el» pur 
suite, celui de Toxygene, qu'enlafaisanlaffluerengrande masse. 

Enfin, nous expliquerons encore parlesmemes consideraliiHis 
cet autre fait strange, el pourtant souvent remarque, savoir: <jiie 
les prairies en terrains sees et de nature absorbanle s'accomnuj- 
dent, a la rigii€u)\de quanlit^s d'eau mod6r6es, tandis que cell<\s 
dont le sous-sol est impermeable ou tres-humide risquent d^rUi.^ 
converties en v6ntables marecages si on les irrigue pendant iin 
certain temps avec parcimonie, et s'am^liorent au contrairo [lar 
Tapplication de tres grandes quanlit6s d'eau. 

104. Infllaenee de la pciile de la prairie «iir la puip»« 
aanee de rirrigratloii. — L'inclinaison du sol do la prairie on, 
ce qui revient au niSme, la vilesse de Teau, car plus la pentt' r st 
considerable plus le mouvement de Feau est accelere, par ail 
avoir une influence notable sur le pouvoir absorbant du gazori a 
regard des principes fertilisanls. En eflPet, quand on examine avi^.- 
attentionune prairie soumise aux irrigations d'hiver,on remarijiiL' 
que, toutes les autres circonstances restant les m^mes, les rn- 
droits oil la p6nte est bien prononcee se distinguent par la bonne 
qualite de I'herbe et la vigueur de la vegetation, tandis qu'^u 
contraire, s*il se rencontre des portions de la prairie oil la pen It' 
soit presque insensible, elles sont toujours relativement medio- 
cres, alors meme que Teau serait de bonne qualite et que le 1*1- 
rain ne retiendrait pas Thumidite. Pour pen queie sol soit imin r- 

i. Dans rexemple cil6 par MaDgOD) le debit etait de 325 litres environ parsd- 
coude, pour 1 hectare* 



Digitized by 



Google 



m CHAlMlHh: HI. — DK L KAl UlHUlGATluN 

meablCy ces superiicies plalcs rcvOteiil au bout de pou dc temps 
rasped et la vegelalion qui caraclerisent les pres marecageux. 

Les prairies a iucliuaisonprononceejouissenlevidemmcntd^uu 
avantage incontestable, celui de s'egoutter d'uuc maniere com- 
plete chaque fois qu apres un certain temps d'arrosage on cesse 
fie laisser arriver Teau. Tons les irrigateurs savent que c'est la 
uue condition loujours indispensable a la production d'un fourrage 
lie bonne qualite, mais qui devient de plus en plus imperieuse et 
})redominante a mesure que le sol devient lui-meme moins per- 
meable, et bien plus encore s'il conlient des eaux d'origine sou- 
terraine. Cependant, enpresence des nombreux fails d'observatioa 
ilu genre de ceux que j'indiquais il y a un instant, on se demandc 
si la perfection de I'egoultage est bien Tunique cause des bons 
f tlcts de la pente, et il parait difficile de ne pas rester convaincu 
(|u'un certain degre de rapidite deTeau ne soit une condition ue- 
i ossairo de la fixation, par le gazon, des matieres fertilisantes 
contenues dans Teau. J*ai eu Toccasion de faire Tobservation sui- 
vante, qui paraitrait confirmer ces idees : Des eaux qui avaieut 
lravers6 plusieurs centaines de metres de prairie et, en dernier 
lieu, un pr6 qui n'avait qu'une pente d'environ un centimetre par 
metre, ne paraissaient plus exercer sur ce dernier qu^un bien mi- 
nime effet utile, en sorte qu'on eiit du les croire complfetemenl 
epuisees. Mais les memes eaux, rassemblees au sortir du pre,cou- 
laient ensuite dans une succession de fosses et de chemins creux 
il pentes plus rapides. Or la, partout odle sol ii*etait pas entrain^ 
par ravineraent, il se couvrait spontandment d'un brillant tapis 
dc verdure, compose d'un gazon de la meilleurs qualite. Ainsi la 
m^me eau, qui, k une irhs faible vitesse, ne paraissait ceder k la 
prairie que peu ou point de principes utiles, devenait fertilisante 
par le seul fait d'un accroissement de cette vitesse. 

Cette maniere de voir parait encore jCorrobor6e parce principe, 
profess^ par la plupart des irrigateurs, que moifis un pre a de 
pente, plus ilfaut dean pour Farroser, * ce qui revient a dire que 
le pre plat ne profile pas des substances utiles que contient Teau 
dans une aussi large mesure que celui qui a plus de pente. 

jNdanmoins, dans les cas, assez rares, od Ton irrigue avec de 
tr^s grandes masses d*eau, un exces de pente peut avoir pour effet 
de faire passer cette eau avec une telle vitesse qu'elle n'ait pas le 

1. Voir nolamment Villeroy et ^fuller, Manuel de Virrigateur^ p. 108. 



Digitized by 



Google 



§ 2. — ACTION DE L'EAlJ SIR LES PRAIRIES i29 

temps de se depouiller, pendant son passage sur le pre, de tout 
ce qu'elle lui aurait cede en passant un peu plus lentement. 

Disons, pour nous r^sumer, que la determination theorique df 
la pente la plus convenablc pour une prairie est des plus delica- 
tes, pour ne pas dire impossible. La solution depend, en effet, dc 
circonstances multiples et, particuliferement, de la nature du sol 
et des quanlites d'eau employees. On pent dire n^anmoins quo 
les prairies qui paraissent dans les meilleures conditions out g^- 
neralement des pontes qui ne s'^loignent pas beaucoup d'unc 
moyenne de 5 centimetres par metre. 

£•&. Iiiflluenee de la laml^re «ar les e&etm de I'lrrlira^ 
tton. — La lumiere a une grande influence sur les ph^nomfenos 
de la vegetation. On sait que ce n'est que pendant le jour que le^ 
feuilles des plantes exercent leur action sur Tacide carboniqui^ 
diss^mine dans Tatmosphere, d6composent ce gaz et fixent le car- 
bone qui entre ainsi dans la composition des tissus vdg6taux. Kii 
raisonnant par analogic, on a tout lieu de croire, avec Hervr' 
Mangon,que la lumiere n*est pas complelement dtrangere a la 
fixation, par les plantes des prairies, des substances dissoutei^ 
dans Teau courante. 11 ne serait done pas impossible que, pen- 
dant la nuit, TefFet de Tirrigation, a ce point de vue, fut moin- 
dre que pendant le jour. Toutefois, malgre Tutilito qu'auraiJ 
incontestablement la connaissance positive de ces phenoml*- 
nes, les observations faisant completement defaut, nous ne pou- 
vonsfaire que des conjectures, et il convient de n'admettrecelles- 
ci qu'avec la plus grande reserve. 

ton. L'aeUon de Teaa dolt ^tre IntermlUcnte. — Bicri 

que nous ayons vu (97 et 103) que Temploi de Teau en grande 
masse permettaitde laisser^ en et6, une prairie couverte d*eau cou- 
rante pendant 10 jours et meme plus ; bien qu*en hiver, pendant 
le repos de la vegdtation, les mSmes dur^es d'arrosages puissent 
Mre adoptees sans inconvenient^ la suspension fr^quentedes ar- 
rosages, deja affirm6e (15 et 103), reste la rfegle gendrale. C'est 
surtout a parlir du moment oil la temperature se maintient cons- 
lamment a quelques degrds au-dessus de zero, et oil Vherbc, pa- 
raissant se r^veiller d'un sommeil hivernal, commence A reverdir, 
qu'il convient de r^duire la duree des arrosages, d'abord u 4 on 
S jours avec des intcrvalles de trois ou qualre jours, puis, gra- 

9 



Digitized by 



Google 



VMi CHAIMTHK HI. — DE L'EAU DIRKIGATION 

Hiiollomoiit, jusqu'iun ou deux jours et mfeme k un petit nombre 
tVlieureSjj^ans reduction des intervalles,kmesurequeratmosphfere 
ilcvimt plus chaudo et quo I'hcrbe monlre une v^g6lation de plus 
vn plus arlive. Cost qu'alors roxygenc dissous dans Tcau d'irri- 
galioii di'vient insuffisanl pour les reactions oliimiques qui doi- 
veul accompagner la formation de la seve, cl la p6n6tration di- 
rects di? I air atmosph6rique ausein du sol devient indispensable. 
Feiidanl le temps oil la prairie est librement abandonn^e aux in- 
fliu^nrrs almosplieriques, la plus grande partie de Teau superfi- 
vlvWv sj'coule d'abord en suivant les pentes ; une autre partie 
ptMifelre ]v gazon. Mais IVau qui remplissait les interstices de la 
lerre veg^Halc nc cesse pas d'ob(Mr aux lois de la pesanteur : elle 
ilcscr^ntl peu a peu dans les profondeurs du sol, ou bien gagnc 
<^utri? rfeux terres les foss^*s ol les rigoles. Ainsi le sol de la prai- 
rie so ressuie, ne gardanl que cclle petite portion d'eau qui est 
reti'imi^ dans les pores les plus elroils par Tatlraclion capillaire 
el qui siiflit prccis^ment aux besoins de la vegetation. Dans sa 
flesceiUe, celle eau abandonne les interstices du terrain ; mais le 
vide ainsi produit est immediatemenl rempli par uu afflux d'air 
exU^rit7ur. 



§3. 
QMALITES DIVEUSES DES EAUX D IRRIGATION. 



III?. rtAux llmonenses. — Los eaux des cours d'eau sont 
prosqirr tuujours plus ou moins troubles. On a vu (9) des exera- 
plos iU* la quantity de limon que charrient quelquos-uns d'entre 
ruw Lis tcneurs en azote do plusieurs limons ont aussi ete don- 
ni^08 dans le premier chapitre (iO), et ddmontrent quails consti- 
luciil. on g6n6ral, do pr6cieux amendements. A d^faut (Tunc 
analysr i^liimique, qui serait le guide le plus siir, rexp6rience 
Inojili* apprendra a distingucr les limons doues du plus grand 
piMJVnir forlilisant. 

Lnr>;qno le terrain irrigu6 est en labour, le depdt formo par 
IVaii ilos arrosages so trouvera melange au sol par les fagons 



Digitized by 



Google 



§ 3. - QUALITES DIVERSKS DES EAUX D'lRRlGATION i3J 

iillerieures ct no pourra que rameliorer. Ce n'est que pourdes ve- 
g^laux d6licals, ou pour des plantes fourrageres qui seraiont sa- 
liespar les d6pAls, que Ton peut pr6ferer parfois les caux claires ; 
el, meme dans cc cas, il vaudra mieux adopter une disposilion 
appropriee d'arrosage par infiltration, a I'exclusion de toule sub- 
mersion, que de renoncer volonlairemcnt k Temploi d'eau plus 
trouble dont on auraii la libre disposition. 

Sur les prairies on peut admetlrc, pendant Thiver, les eaux 
chargtfes d'un limondonireffetcomme engrais s'ajoutera h celui 
des substances que Teau lient en dissolution. Au printemps et 
dans les irrigations d'6t6,on peut encore admettre parfois les eaux 
troubles, mais avec beaucoup de reserve et de prudence. Pour 
que le d(?p6t ne puisse pas alors deteriorer la recolle, il faut que 
la couche d'eau soit assez mince pour rester parloul inf6rieure au 
niveau que peut atteindre la faux. II faut qu'il n y ait aucune par- 
tie d'herbe vers6e, car celle-ci serait infailliblement salie par le 
dep6t boueux. 11 faut enfin que les maliferes suspendues dans Teau 
nc soient pas en telle abondance que Icur d6p6t puisse 6toufTer 
I'herbe, ou opposer un obstacle k la sortie des jeuncs pousses. 

Si Ton veut que le terrain profite complfetement des matieres 
en suspension dans Teau, il conviendra que les canaux de distri- 
bution aient une pente assez prononc6e ; autrement, la majeure 
partie des troubles se depose dans ccs canaux. Du rostc, ces ma- 
tieres ne seront pas completcment perdues pour cela ; on les re- 
trouvera lors du curage des fosses. Les produits de ces curagcs 
devront fitrc soigneusement rendus aux cultures ; comme ils con- 
tiendront ordinairement beaucoup de debris vegelaux, il sera 
boil de les disposer pendant un certain temps sur leborddu canal, 
eu tas d'une mediocre epaisseur, que Ton arrosera fr6quemmcnt 
avec une 6cope, de maniere k y entrelenir une certaine humiditd. 
Dans ces conditions, les vegetaux entreront assez promptement 
en decomposition, et lamatifere, remu6e au besoin k la piocheune 
ou deux fois, se convertira en une terre horaogene et d^un epan- 
dage facile. On augmentera considerablement le pouvoir fcrlili- 
sant de- cette vase, si on peut aprfes son extraction la stratifier 
avec un supplement de detritus vegetaux de pcu de valeur,y ajou- 
ter un peu de fumier ou d'autres matiferes d'origine animale, de 
la chaux, et enfin des cendres de bois non lessivees ou autres re- 
sidus riches en potasse et en phosphates. On obtiendra ainsi un 
engrais dont la valeur fertilisante sera scnsiblemcnt sup6rieure 



Digitized by 



Google 



132 CHAPlTKh: III. — DK L'MXU D'lHHiGATIuN 

a la valour primitive des malieres employees, tant parce que ces 
malieres se compleleroat les unosles aulresque parce que le las. 
compose comme il vienl d'etre dit, sera une veritable nilriere qui 
s'assimilera une ecrlainc quantite d'azole eraprunte k Talmos- 
pliere. 

109. Kaax ehargr^ew d-aelde tparbonlqae. — Les eaux. de 
source sont parfois extr^mement chargees de gaz acide carboni- 
quc. Cellesdes rivieres n'en contiennenl jamais que des quantit^s 
limilees ; il a 6[& donn^, dans eel ouvrage, quelques exemples 
relatifs k ce sujet (8. p. 14). Le r6le quo joue Tacide carbonique 
dans los irrigations, eu egard a son abondance et k la nature des 
terrains, n'a pas encore 6td elucide d'une maniere peremptoire. 
J'ai emis(8) I'ideequ'il pourrait avoir quelque utilitedans certains 
cas ; mais Topinion de li. Mangon, quite consid^rait comme nuisi- 
ble,estgeneralementconsideree comme plus plausible. Ayant cons- 
tate qu'une des proprietes deTeau d'irrigation consisteafournir au 
sol de I'oxygfene et a lui enlever de Tacide carbonique (100), eel 
auteur en conclut que plus Teau employee se rapproche de T^tat 
de saturation par Tacide carbonique, moins elle doit avoir d'ac- 
tion oxydante. II r6sultera\i de cette maniere de voir que Teau, 
meme chargee d'acide carbonique, pourrait k la rigueur servir, 
en cle, a humecter le sol par des arrosages de courte duree;mais 
qu'6tant pour ainsi dire asphyxianle, elle ne pourrait convenir 
pour les longs arrosages qu'on donne souvent aux prairies. 

Lorsque Teau circule dans des canaux, surtout lorsqu'elle se 
brise conlre des obstacles ou tombe en cascade, son acide carbo- 
nique se degage eu parlie, tandis que de Toxygene est emprunte 
par ello k ratmospliere. 

!••. l^laaiL caleaires. — C*est a la favour de Tacide carbo* 
niquc que le calcaire se dissoul dans Teau. Par consequent les 
eaux los plus chargees de calcaire contiendront toujours des 
quantiles notables d'acide carbonique, et pourront presenter les 
dofauls signales ci-dessus (108). Cependant, tant que la propor- 
tion du calcaire n'excedera pas de beaucoup les proportions qu'on 
rencontre dans la plupart des rivieres (voir 6), ces eaux scront 
proprcs a toutos les irrigations. La presence du calcaire les ren-» 
dra memo precieuses pour les prairies oil cet element fail defaut, 
lelles qu'il en oxisle nn certain nombre on terrain sabloneux ou 
fortenient argileux. 



Digitized by 



Google 



I 3. - OrAI.ITKS UlVKllStS \)E> KAL'X iJ'IHKHiATlOX \:)2 

Quand la proportion de chaux, h Telat de bicarhonale, est tres 
grande dans une eau de source, il sufGl que celte can soil expo- 
see k Tair pour qu'une certainc quantile d*acidc carbonique so 
d^gage, en meme temps qu'il se fait un depdt de carbonate neutro 
de chaux. Telles sont les sources incrustaules, qui ne sont pas 
fort rares. Pres de la source, tous les corps plunges dans Poaii 
se recouvrent d'une epaisse croule calcairc ; les parties des vegd- 
iaux qui se trouvent dans le courant sont bientot enserreos dans 
uneenveloppe solide. II ne serait pas prudent de deverser inim6- 
diatement ces eaux sur un terrain k irriguer, surtout sur uno 
prairie. Le remede consiste a les faire tomber d'une certaine hau- 
teur sur un enrochement (Belgrand),si les canaux et rigoles pr^- 
c^dant le terrain a irriguer n ont pas assoz de developpenient. 

!!•. EaaiK mln^rales diverse^. — Les oaux des sources 
dites minerales ou thermales, celles qui sorlent de certaines ga- 
leries de mines, ou qui ont servi au lavage de certains minerals, 
et g6neralement presque toutes les oaux reputees mauvaises, 
s'araeliorent sensiblement par Fagitationau contact de Pair et par 
la circulation dans les canaux. Pendant ces mouvements, celled 
qui sont trop chaudes ou trop froides reviendronl a une tempe- 
rature normale ; celles qui contiennent de tres-fortes proportions 
de carbonate de chaux, d'oxyde de fer ou de soufre, se d6pouilIe- 
ront d'unepartie de ces substances, qui se deposeront sur les pa- 
rois des canaux ou des corps formant obstacle au mouvement d« 
Teau ; celles qui sont acides seront neutralisecs en les faisani 
passer sur du calcaire ; celles enfin qui, apres cela, seraient en- 
core trop forlement mineralisees cesseront neanmoins d'6tro 
iiuisibles, et deviendront meme gdneralement ferlilisantes si on 
ne les emploie qu'ti Tdtat de melange avec une eau plus pure. 

til. Eavx proveiiant dies b^Iii^ bruy^res oa niarals. ^ 

Les eaux qui ont could k la surface des terrains boises, des bru- 
yeres, des marais tourbeux, ont toujours dte reputees mauvaisesi 
cl leurs effets pernicieux sur les plantcs sont attribues au tannin 
dontces plantes,d'ailleurs chargees de diversesmatiferesd'origino 
vegetale, contiennent presque toujours une certaine quantite. On 
sail, en efFet, que si, apres avoir arrachdune plante,on maintienl 
ses racines plongdes dans une dissolution de tanniu, les spongio- 
les par lesquelles devrait se faire Taspiration de la seve ne tar- 



Digitized by 



Google 



134 CHAPITRK III. - DE L'EAU DlRRIGATiON 

dent pas a ^Irc profond6ment alterees ei alrophiees. Malgre cette 
experience et malgre ce qui a ^te dit k ce sujet dans un grand 
nombred'ouvragesqui fontauloril6, je n'hesitepask declarer que 
I'on peul parfaitement lirer parti, pour les irrigations, de toutes 
les eaux dont il s*agil, et, qui plus est, que les divers corps, et 
notamment Tazote, qui s'y Irouvent contenus, constituent one 
valeur agricole dont il faut savoir tirer parti. Je conviens que si 
ces eaux sont dirigees en abondance sur un sol presque inerte, 
comme par exemple du sable siliceux a peu pres pur, les v6g6- 
taux cbetifs qui auraient pu croitre sur un tel sol se trouveraieni 
a peu pres dansle mSme cas que ceux de Texperience cit^e toutk 
rheure,et nc pourraient que se trouver dans des conditions encore 
plus mauvaises que pr6cedemment, par suite de la presence du 
tannin. Mais si le terrain sur lequel Teau sera dirigee renfermo 
ce melange comploxe d'el6mcnts qui constituo les terrcs fertiles, 
ce terrain, dans ce cas, au lieu d*etre un simple recipient, sera, 
surtout s'il est convert d'une abondante v6g6tation, un foyer de 
dissolutions et de reactions chimiques inccssanles. Alors lesma- 
iihres vegetales et le tannin lui-m6me, introduits peu a peu dans 
le sol avec Teau d'arrosagc, pourront y etre en peu de temps mo- 
difies, el finalement transformes en elements nouveaux suscepli- 
bles de faire partic de la seve. 

Bien peu de substances constituent par elles m6mes des en- 
grais complets ; il y en a beaucoup, parmi celles qui sont recon- 
nues avec raison comme fertilisanles, qui n'ont d'efficacitequ*au- 
tant qu'elles apportent un complement utile k d'autres elements 
preexistants dans un terrain donne. Tels amendements qui, 
employes cbacun isoiement,ne procureraienl aucune amelioration 
a un sol aride, le fertiliseront par leur reunion. Or, on sait que les 
plus complets el les plus efficaces d'entreles ongrais conliennent 
a la fois des principes mineraux et des substances d'origine ve- 
gelale ou animale en parlie azolees. 11 est done a priori trfes. 
vraisemblable, et la pratique le confirme pleinement, que pour 
tirer le meilieur parti possible des eaux chargees surtout de ma- 
tieres extractives emprunloes au regne veg6tal,il faut les employer 
sur des lerres richement pourvues de substances minei*ales solu- 
bles, c'est-a-dire ayanl recu en abondance des amendemenls cal- 
caires, alcalins et phosphates. Le fumier animal, preexistanl dans 
le terrain, contribue egalement k Tefficacite de I'eau d'arrosage ; 
il agit probablement alors comme un ferment qui determine la. 



Digitized by 



Google 



§ 3. — QUALITIES DIVERSES DES EAUX D'IRRIGATION 135 

decomposition des matiferes dou66Sf comme lo tannin, d'une cer- 
taine stabilite. * 



1. J'ai eu I'occaeioQ d'employer sur des prairies des eaux provenant de 
ragout de terrains inoultes ou boisds. C'est dono apr^s experience que je puis 
dire que ces eaux, sans ^tre des meilleures, sont neanmoins utilement applica- 
bles aux irrigations. J'avais notamment recueilli Feau, qui se rassemblait d'elle- 
mdme et pendant un certain laps de temps, apr^s chaque pluie, dans les par- 
ties basses de terrains enti^rement couverts de taillisde chines. J*avais employe 
cette eau sur un pr6 dont les di verses parties se trouvaient dans des 6tats d'en- 
iretien assez difT^ rents. J'ai remarqu6,au bout dequelque temps, que I'irrigation 
n'apportait aucune amelioration appreciable k certaines portions du pr6, tr^s 
arides et pourvues d'une herbe rare et maigre, qui auraient eu parliculidrement 
besoin d elemeDts fertilisants. D'apres cela, cette eau auralt pu etre regardee 
comme k peu pres impropre i I'irrigation. Cependanl la m6me eau, lorsqu'elle 
coulait en abondance sur une autre partie du prd qui avait 6td tres-am61ioreo 
avec des terreaux et des phosphates fossiles, donnait a Therbe un grand surcroit 
de vigupur et en activait visiblement la croissance, efTet qui etait en contradic- 
tion avec celui que j'ai cite en premier lieu. On pourrait done se demander si 
les bons eiTets observes dans une partie du pre etaient le r^sultat des matidres 
apportees par Teau d*irrigation, ou s*ils n'etaient pas dus uniquement aux en- 
grais, le rdle de I'eau, dans ce dernier cas, se r6duisant a dissoudre et k faire p^ne- 
trer dans le sol une partie des substances qui y avaient ete deposees sous forme 
d^engrais. En d'autres termes, il s'agissait de savoir si les substances oontenues 
dans Teau augmentaient ou diminuaient ie degre de fertilite qu'eussent procure 
des arrosages k Teau complelement pure. Pour tftcher de jeter quelque jour sur 
cette question, j'ai fait I'essai suivant. 

Un certain nombre de pots d, fleurs ont ete remplis de melanges representant 
des terrains de diverses natures. Les pots etaient disposes par paires, les deux 
pots de chaque paire etant remplis d*uno terre identiquement semblable. Un 
melange d*herbes analogues k celles des prairies fut seme dans tons les pots; 
puis, quand Therbe fut bien levee et enracinee, tous les pots furent arroses, au 
TDoins deux fois par jour, pendant six semaines a deux mois, Seulement, un 
des pots de chaque paire etait toujours arrose k Teau claire, tandis que I'autre 
retail avec une eau oO avaient in Fuse de la sciure de hois de chene, de I'ecorce 
da meme bois et des feuilles mortes. Cette eau avait la nuance d'une decoction 
de cafe extremement leg^re. Dans le sable siliceux, presque pur, Therbe ne 
fournit que des brins fort greles; celle arrosee k Teau ordinaire se maintint 
neanmoins ; celle arrosee ^ I'eau tannee ne tarda pas a jaunir : une grande partie 
de ce plant perit peu k peu, et le reste fut abandonne. Dans la bonne terre de 
jardin, Therbe etait touffue ; mais celle qui recevait les arrosages k I'eau tannee 
ne tarda pas k depasser en epaisseur et en hauteur sa voisine, qui ne recevait 
que de I'eau claire. Le meme effet etait encore plus marque dans la terre de 
jardin qui avait ete additionnee de fumier decompose et de cendres de bois. 
Ainsi, les matiercs vegetales en infusion dans i'eau avaient bien incontestable- 
ment leur influence propre. Ainsi, I'eau contenant du tannin etait nuisible dans 
le sol aride, mais evldemment fecondante dans les bonnes terres bien amendees. 
Telles sont, du moins, les consequences qui m'ont paru ressortir dt ce simple 
essai, bien qu'il manqu&t, dans ses details, de la precision qui eiit ete necessaire 
pour une veritable experience scientiflque. 



Digitized by 



Google 



136 CHAPITHE: hi. — DE L'EAC D'IRRIGATION 

lit. Iiiaaenee de la temii^rAtttre de Teav. — Une des 

circoDstances qui influent le plus sur la qualite des eaux d*irri- 
gation, c*esl leur temperature. 

£n 6td les eaux froides ont pour effet immidiat de refroidir le 
solf et, par suite, de retarder momentan^ment la v^g^tation. 
L*effet en est tel qu'il pent kite quelquefuis mis h profit par les 
jardiniers pour retarder, au moyen d'arrosages copieux, la crois- 
sanco et la maturation de produits pour lesquels its n'ont pas un 
ecoulement imm^diat. Au conlraire, a la sortie de Thiver, une 
eau dou^e d'une douce temperature rechaufTera le sol superficiel, 
et activera la vdg^lation. 

Nous avons vu (101) que^ dans Tirrigation des prairies, la 
fixation des matiferes fertilisantes di^pend beaucoup de la tempe- 
rature. En hiver, Teau c^do k la prairie une portion beaucoup 
moindre de Tazote qu'elle contient qu*elle ne le fait au printerops 
el en etc. 

Les sources ont une temperature qui depend do la profondeur 
de la nappe d*eau souterraine qui les alimente, temperature qui, 
sauf des cas exceptionnels, est au moins ^gale h la temperature 
moyenne annuelle de Tatmosphere. Les sources sont done, en 
g^m^ral, plus chaudes que Tair pendant toule la dur^e de Thiver, 
et cliacun a pu remarquer combien Teau qui en d^coule peut 
faire de chemin avant de se congeler. Les riviferes elies-memes 
couservent longtemps une assez grande quantite de chaleur et 
ne gfelent, comme on le sait, qu'k la suite de froids vifs et pro- 
long^s. Par contre, les eaux provenant de la fonte des neiges ou 
sorlant des glaciers sont souvent plus froides que le sol. De telles 
eaux, a peu prfes inconnues dans les pays peu accident(^s, se ren- 
contrent parfois dans les montagnes ou dans leur voisinage, et 
naturellement leurs effels sont opposes a ceux des sources tiedes ; 
elles retardent ou suspendent m^me completement la vegetation. 
Elles ne sont utilisables qu'apres avoir effectue un long trajet 
dans le lit des torrents et des rivieres ou canaux. 

C'est gr^ce a la temperature, relativemeut chaude, des eaux 
de source, de rivifere, de drainage, etc. que Tirrigation des prai- 
ries pent etre pratiquee pendant Thiver. C'est aussi gr^ce i 
Tabondance de Teau de source qu'on apu creer, dans le Miianais, 
ces prairies, diles marcites^ qui vegetent pendant tout Thiver. 

En ete il est toujours avantageux de rechauffer Teau le plus 
possible, avant do s'on sorvir pour rirrig-alion, co qui s'obtient 



Digitized by 



Google 



§ 4. — VALEUR VtNALE DE L'EAU DIRRIGATION 137 

souvent en la eonscrvant dans des reservoirs expos(^s au soleil 
ou en la faisaut circuler dans des canaux. 

Its. Inllaenoe de ra^mtlou. — L*a^ration de Teau est re- 
gardee g^neralement, et avec raison, comme une condilion es- 
scnlielle de sa bonne quality. Nous avons vu (8) que Teau, au 
contact de ratmosphfere, dissout de Toxygfene et de Tazole. J'ai 
expose (100) le r61e important que joue Toxygfene dans les irri- 
gations. Les proc^d^s qui am^liorent toutes les eaux (108 k 112) 
ont en m^me temps pour effel de les ac^rer. 



§ 4. 
VALEUR VEXALE DE L EAU DIRRIGATION 



114. Ilede¥«iices pay^es^ dans le Midi, pour Teaa d'ir* 
rlfatian. — L'eau des canaux d'irrigation est gen^ralement 
livrde moyennant une redevance annuelle, fixee k lant , soit par 
hectare irrigue, soit pour un 6couiement conlinu d*un certain 
nombre de litres par seconde, 6coulement regid par une ouver- 
tare d^terminie de la vanne de prise d'eau. 

Le prix de Teau a dt6 fix^, dans bien des cas, par des ordon- 
nances ou des coutumes remontant a diverses ^poques, quelque- 
fois a trois si^cles. Aussi existe-t-il, entre les sOmmes payees 
pour une mSme quantite d*eau, les plus grandes divergeances. 
On cite telle localite oii la jouissance annuelle de Teau ne coute 
qu'un droit de 3 francs. Plus souvent la redevance est de 30 francs 
environ par hectare irrigu^ ou pour un ecoulement continu d'un 
litre par seconde. Dans plusieurs canaux, de dale relativement 
recente, le prix est de 50 francs. Enfin, de tons les canaux d'lrri- 
galion construits tant en France qu'a Tetranger, c'est vraisera- 
blablement celui de Marseille oil Teau se vend le plus cher : le 
prix par hectare irrigue est de 70 francs. L'^numeration exacte 
de ces prix qui ne peuvent, en Tabseuce de concurrence entre les 
cauaux, resulter d*un libre d^bat entre les int^resses, et qui ne 
reposent d'ailleurs sur aucun principe rationnel, serait de peu 
d'lntdrfel. 



Digitized by 



Google 



ftt CHAPITRE III. -- DE L'EAU D'lRRlGATION 

fid. ^alenr Intrins^qae de rengrrals apport^ par I'eaa 
tllrrifl^atian. — Nous avons vu (6) que l*cau apporte avec elle 
i^oit en dissolulion soil comme partie inl^granle des limons, di- 
verses matieros min6ra1es qui sont de verilablcs amendements 
jiour les terres. 

L'eau contientegalemenl (7) des quantit^s appr^ciabies d*azole. 
Independamment de Tulilild de Teau en elle-m6me et des effets 
iniportanls de Toxygfene dissous (100), elle introduit done dans 
la sol une dose annuelle d'engrais, gdn^ralement insuftisante, il 
esl vrai, pour les recolles maxima qu'on est en droitd'exiger des 
lerres irrigu^es, mais qui n'en a pas moins une valeur trfes no- 
table. 

Si on se reporte aux qualres experiences failes en Provence par 
IK \Iangon, on trouve, sans lenir comptedes limons, que chaque 
volume de 15 552 melres cubes d*eau,consider6 comme represen- 
tanl une irrigation moyenne dans le Midi (93)> introduit dans le 
!^t)l les quantity d'azote suivanies : 

kilogrammes d'axote. 

Prairie. — Eau d'une derivation de la Durance 22,2 

Luzerne. — » » 23 

Haricots. — » »> 27,6 

Prairie. — Eau de la Sorgue (Fontaine de Vaucluse) 23,2 

Ces chiffres difl%rent fort peu les uns des autres ; la moyenne 
esX do 24 kilogrammes d*azote. Or tons les agriculleurs qui achfe- 
lent journellement du guano ou des engrais chimiques nepayent 
presque jamais Tazote contenu dans ces matieres moins de 1 fr. 60 
a 2 francs le kilogramme; c'est une valeur admise par tous 
lus agronomes. Les 24 kilogrammes d'azote ont done, au prix 
moyen, une valeur de 43 francs. II y a en outre les limons ; si on 
suppose une proportion 6gale k ce que contient la Durance, en 
moyenne, on trouve, d*aprfes les indications consignees numdros 
i\ ot 10, 13 kilogrammes dazole, d'une valeur de 23 francs, en 
tjoinbre rond, a ajouter aux 43 francs dej& compt^s, cequi faitun 
total de 66 francs d'azote. 

bepuis Mangon, les eaux et les limons de la Durance out ete 

aruilyses par Barral, par les procedcs les plus recents de la chi- 

iiiiu* ; il a trouvi^ dans laquantite d'eau moyennement employee 

par hectare : 

Axole 27 1,80 48,60 

Acide phosphorique 213 0,55 1 17,15 

Fotasse 258 0,60 154,80 

Total. 320,55 

1 . Rapport sur le cmcoun d'irrigations de 4876 dam Us Boucfies-du-Rhdney 
p, 176 et suiv. 



Digitized by 



Google 



L 



S 4. — VALEUH VENALE DE L'EAU D'lRRIGATIDN 139 

Certaiaement les eaux de toutes les riviferesn*ont pas une com- 
position absolumont identiquc. Mais, m6me en faisant une large 
part aux differences possibles, en presence des chiffresci-dessus, 
on reste convaincu que les irrigateurs, en payant Teau 70 francs 
comme au canal de Marseille, ou m6me un peu plus, ne payent 
pas mSme la valeur de Tengrais qu'elle leur apporte, et jouissent 
en outre, graluiiement, de tout Teffet utile de Teau consid^r^e 
comme si elle dtait pure. 

!!•. Prix de revleut de I'eAa^ ceufteati par qaelques 

•irriciiHeurs da mdl. — Dans maintcs localites du Midi, les 

cultivateurs n'hdsilent pas k faire la d^pense d'un puits et d*une 

noria lorsqu'ils sont assures de renconlror une nappe d'eau abon- 

danie k 4 moires au-dessous de la surface du dol. Or, si j'admets 

qu'un cheval, atteldk un manege, d^veloppe un travail de 43 ki- 

log. eiev^s a 1 mijtrc par seconde ; que la noria utilise lesO,7S de 

ce travail, un cheval, dans les conditions dont il s'agit, 61fevera 

45 ^ 75 
par seconde vV.^ = 8 lit. 4 environ, ou par minute k peu 

pris 500 litres, par heure 30 mfetres cubes, et par journ6ade huil 
heures 240 metres cubes. Si la journ^e du cheval vaut 3 fr. 60, 
le mfetre cube d*eau reviendra, de ce chef, k 1 cent. 458, el les 
i5 552 metres cubes, regard^s comme n^cessaires chaque ann^e 
k une irrigation moyenne, reviendront k 226 fr. 75, sans comp- 
ter ni Tamorlissement des frais d^^iablissement du puits et de la 
noria, uiTenlretien de cette derniere *. 

II est vrai que Ton p'emploie gufere les norias que lit ou la pro- 
priSte est assez divis^e et ou la culture a un caraclere quelque 
peu induslricK — II est Evident que Tagriculteur qui possede un 
sol done par lui-m^me de puissants elements de f^conditd, qui 
trouve a sa disposition une main-d'o3uvre abondante, qui jouit 
de moyens faciles de communication et de grands debouches 
commerciaux, qui est avantageusement plac^ pour se livrer a des 
cultures maraich^res ou industrielies pourra payer Teau pluscher 
que celui qui, se trouvanl dans des conditions contraires, ne 
pourra faire qu'une culture moins lucrative. Mais Teau est une 
source de profits mdme dans lagrande culture et pour les terrains 

1. J*aiemprunte cet argument a M. Riondet : L* Agriculture dela France me^ 
ridionale, Seulement, mes calculs ne concordent pas rigoureusement aveo les 
sienSy et je suis arrive a un prix de revient un peu plus 61ev^« 



Digitized by 



Google 



iiO CHAPITHE III. — DK l^KAU D'lRRIGATION 

trl'S pcu ferliles a defaut (l^irrigaiion. Ainsi, pour nc ciler que cet 
exomple, M. Deslremx de Saint-Chrislol, laureat do la prime d'hon- 
neur de I'Ardeche, declare * que les terrains qu'il a irriguesdans 
le Gard ont acquis, presque aussilAt, une augmentation de valeur 
localive de 100 francs par hectare et continuent a s'am^liorer. 
Le m^me agriculteur nous apprend d'autre part, que des prairies 
irriguies qu'il a cr6ees dans rArdfeclie,sur des terrains composes 
de roches et de sables, ont augmente de 6 000 fr. par hectare la 
valeur foncifere' ; ce qui a 2 1/2 pour cent seulement, reprisente- 
rait un revenu annuel de 150 francs. Ainsi, dans les moins bon- 
nes conditions, il y a benefice k irriguer, tant que Teau coutc 
nioins de 100 fr. par hectare. 

119. C:«iielasiou relative hujl irrliraUeiis dans le Hitll. 

— II r(^sultc des diverses considerations qui precedent que le prix 
de Teau, pour un ecoulement continu de 1 litre par seconde pen- 
dant les six mois oii Ton irrigue le plus en France, est generale- 
inent fixe trop has ; qu'en le portant k 70 francs, par exemplo, 
i omme au canal de Marseille, ou m«^me un pen plus haut, on ne 
ferait qu*un acte de justice envers les propri6taires des canaux, 
qui generalemcnl aujourd'hui ne font pas leurs affaires ; qu*enfin, 
si un certain nombre de cultivateurs ne profitent pas des facilites 
qui leur sontoffcrtespourirriguer leurs terres, cela tient au man- 
que d'iniliative, a Tignorancc cl a Tesprit de routine, nullement 
au prix trop elove de Tcau. 

its. \'aleur de Teau appllqo^e a rirrlfl^atlan des prai- 
ries daiis le IVard. — Les chifTres trfes ^lev^s, relatifs a la va- 
Jeur intrinsbque dcTcau, auxqucls on est arrive ci-dossus, d'apres 
les analyses de Rarral (115), se rapportent au cas oil loute Teau 
des arrosages est absorbee par le sol, condition que savent rea- 
liscr les plus soigneux d'enlre les irrigateurs provengaux. Cotle 
m^me condition peut etre ^galement realisee, dans le Nord, pour 
les prairies ou Ton n'emploie que de faibles volumes d'eau. Mais 
dans le cas oil Teau nc fait que passer sur une prairie et en res- 
sort en majeure partie, iiTelat decolatures, ainsi que cela se passe 
dans d'assez nombreuses prairies silu6es au bord des rivieres, on 

i. Deslremx de St-Chrislol, AgHcuUure meriiiionale, le Gard et CArdeche, 
p. 300. 
2. M^me ouvrage p. 325, 



Digitized by 



Google 



§ i. — VALKUH VHNALt: bK L'KAl U'iKBlGATlON til 

sail (102) que l*epuisement dcs matiferes forlilisanles cslloin i) i It i* 
complet. Par consequent la valeurd'un meme volume d*eau, t'f>u- 
sideree comme engrais, est bienmoindre que dans lesirri{:suicnis 
du Midi ; d*autant moindre que les arrosages ont lieu a plusgr;iiid 
volume. Dans les arrosages operes avec 300 a 400 Hires dean 
parseconde etparheclare, tels que ceux que Mangon a rUiuHes 
dans les Vosges, chaque volume de 13 550 melros d*eau ne fuur- 
nissaii guere au sol que 2 kilogrammes d'azole, soil apeLni> )j(»nr 
une valeur de 4 francs. II est vrai que Tacide pbosphoriqnr' vi la 
potasse, subslances d'une ulilile dc premier ordre pour les prai- 
ries, elaient vraisemblablement fixes en proportions relativemcnt 
plus considerables que Tazote, dont le sol des prairies ohjol ih< 
experiences 6lait amplement fourni. Malheureusement ces <'X|)t! - 
riences n'ont pas port6 sur les deux corps dont il s'agit, el les lio- 
cuments manquent complelement pour fixer la valeur de * t* qui 
en est rcsle dans le sol. 

Ce qui ressort de toutcela, c'est que les irrigations de praiiiL'!? 
a grands volumes d'eau, comme on les pratique dans les Yosi^es, 
entreticnnent ces prairies en parfait etat sans le secours d'aiu iiri 
engrais proprement dit, et sont par consequent une excel IlmiIq 
operation pour les proprielaires ; mais a une condition toutefoisj^ 
c'estque Teau ne leur coute rien ou presque rien. Si le ml'lro €ube 
d'eau devait se payer comme dans le Midi, de telles irrigatiniis 
dcviendraient impralicables. II faudrail alors se rapprochoi\ liiver 
comme ete, des methodes meridionales ; porter Teau, par jifjiles 
quantites,successivement surtous les points, de manifere ii iic* |>ut, 
priver longlemps le gazon du contact de I'atmosphere; openu\ vn 
somnie, de manifere k faire absorber presque toule Teau |>ai Ic 
sol, en reduisant les colatures au minimum. 



Digitized by 



Google 



CHAPITRE QUATRlfiME 

IKKIGATION DES CULTURES DIVERSES 



j i , f)Mpj5i/iiynjr generales. — § 2. Melhodes applicables aux teiTes labourables, 
— SS ■** tniiitttioii ties cultures mavakheres et des jardins, — §4. Irrigation des 
lihniatittm d'^rbres, — § 5. In'igation des coteaux. 



§ 1". 

DISPOSITIONS GfiNERALES. 



i 10. ICI 11 do et disp^nition d^ensemUe d^ane Irrifati^n* 

— TtniU3 irrigalioii d'une superficic limil6e el d'un perimfeire 
diJini*'* suppose d'abord une prise d'eau k une rivifere, canal ou 
r^sorvoir. ' Olte prise d'eau peut se Irouver k une certaine dis- 
laucc du tLFiain k irriguer ; il faut alors faire franchir a Teau 
C4'tLo disUuLce au moyen d'un foss6 que nous appellerons, suivanl 
sun iaiporiance, canal ou rigole damenee. * Pour pcu que le ter- 
rain fOMi^idiTfi soil etendu, on est conduit a ramifier le canal 
ti'miunei^ de manifere k pouvoir diriger Teau, soil simuUanemeut, 
solt fuccessivcment, sur uncertain nombre de points ; ces rami- 

i. i*oyr lei^ clivers moyens de se procurer Teau, voir Chap. II, § 1. — Pour 
les reservoirs, mi^me Chapitre, § 2, — Les questions relatives aux canaux prin- 
cipiiux onLeLc traitees, m^me Chapitre, § 4. — Pour les dispositions des prises 
d>ttii, voir 5' 4, 

2, Vaip, pour le profil transversal h donner a ces canaux, 60. — Relativement 
yux pnjfi>tnieurs et largeurb convenables, 58, — Voir aussi 62, 63 et 64« 



Digitized by 



Google 



§ 1. — DISPOSITIONS GENERALES U'S 

fications portent le nom de riyoles de distribution. Enfiii, dans la 
plupart desm6thodes d'irrigalion qui vont 6lre expos6es, il existo 
des ramifications de second ordre, dont la fonclion n'cst plus de 
transporter Teau a distance, mais bien de la d6verser, d'une cer- 
taine manifere, sur Ic terrain h arroser ; ce sont les rigoles dar- 
rosage proprement diles. On adople sou vent, pour ces dernifercs 
rigoles, unprofil analogue k celni de la figure 27 (61). 

Conform^ment k ce qui a 6t6 (lit dans le chapitre 1"(47), il y a 
le plus souvent d'aulres rigoles sp(5ciales, les r/jro/^s degotittage. 
Enfin les fosses qui r6unissent, s'il y a lieu, les eaux des diverses 
rigoles d'6goutlage pour en d(^barrasser definilivement le terrain 
consider^ sont les rigoles ou canaux d* Evacuation, 

Si on subdivisait le canal d'amcn^e, kson entr6e sur le terrain 
k irriguer, de manifere k conduire Teau, snivant des directions 
reclilignes, sur un certain nombre de points, on formerait une 
patle d*oie qui comprendrait des angles aigus trfes pen commodes 
pour la culture ;on aurait aussi, parfois,des pentes beaucoup trop 
fortes ou trop faibles. Si on tragait les rigoles de repartition k 
Taide du niveau, par la seule consideration de r^gulariser les pen-» 
tes, on serait oblige, le plus souvent, de faire de nombreuses cour- 
bes pour suivre les sinuosit^s du relief du terrain ; ces courbes 
seraient peu commodes dans la pratique. * II est, au contraire, 
presque indispensable que le sol soit divi«6 en pifeces quadrilat^- 
rales et approchant, autant que possible, de la forme rectangu- 
laire. Ces pieces de terre, d*autro part, ne doivent pas Mre fort 
6leudues, parce qu'on 6prouverait alors trop de difficult6s k y 
rdpandre Teau d*une manifere uniforme. On ne leur donne gufere 
pour cette raison, plus d*une cinquantaine de mfetres dans le sens 
de la plus grande pente. Enfin, on s^applique k les orienter de ma- 
niere que chacune ail deux de ses c6t6s opposes qui s'ecartent peu 
do rhorizonlale, tandis que les deux autres cotes se rapprochent, 
au<^ontraire, de la direction dela plus grande pente. II convient 
done de tracer les rigoles de distribution suivant des lignes bri- 
s6es dont les parties reclilignes successives, faisanl entre elles 
toutes les fois que cela est possible des angles voisins de Tangle 
droit, s6pareront les pieces de terre, longeront les chemins oudd- 
limiteront la propri6l6. Cela pose, si Firrigation est a 6tablir sur 

1. S'il s'agissait de prairies permanentes, les irregularit6s de forme et les cour- 
bes auraient beaucoup moins d'inconvenients que pour les lerres destinees4 rece- 
voir des labours et des cultures diverses. 



Digitized by 



Google 



ii4 cnAniKh: iv. - iurigatkjx i)i:s aLTiiKBs uivkrsks 

des terrains non encore subdivis6s et apparlenanl a un memepro- 
priilairc, on comprendra dans uno meme 6lude d'onsembic le 
fraclionnement du terrain et le trac^ des canaux de repartition ei 
des rigoles. Si, au conlraire, le terrain est d avance morccle, on 
s'appliquera a conserver autant que possible les divisions exis- 
tantes et a en tirer parti. II y a done, dans chaque cas qui se pre- 
sente, une ^tude a faire, dans laquelle le tMonnement aura une 
trfes grande part et pour laquelle on ne pent poser aucune r^gle 
absolue. 

Une question qu*on pent se faire est oelle de savoir si on doit 
chercher it tracer, autant que possible; les rigoles d'amen<5e et de 
repartition sur les lignes de faite ou dans les thalweg ? ' On ne 
pent r6pondre d'une maniere generate a cetle question. En main- 
tenant les rigoles dans les parties hautes du terrain, on a beau- 
coup plus de facilit^s pour porter Teau^a laide d*embranchements, 
sur tons les poinis voulus ; souvent il n*y a pas d'autre solution 
possible. Mais, surtout dans les terrains perm^ables, on risque^ 
en operant comme il vient d'etre dit, d'entretenir une humidity 
permanente et prdjudiciable dans certaines parcelles situees en 
contrebas de la rigole. D'un autre cOte, une rigole ou un canal, 
quoique suivanl un thalweg dans la majeure partie de son cours, 
peuvent quelquefois, JiTaide d'embranchements ad roitement tra- 
ces et k faible pente, anener Teau sur des points en apparence 
culminants. Dans ce cas, une partie du canal pourra remplir un 
double office en servant a T^gouttage des terrains sup^rieurs. S'il 
s'agit d un canal d'amen^e d*une certaine longueur il y aura en 
outre cet avantage que ses eaux s'accroitront 6ventuellement,dans 
leur parcours, de eel les des pluies et des sources qui pourraient 
s'y trouver. 

lt#. E!Keiiiple d'un termlii Mmpmm€ pmur rirrli^atioii.— 

Pour rendre plus clair ce qui pr^cede^ supposons un terrain de 
quelques hectares, d'un seul tenant, limits par des propriiles voi- 
sines et represents en plan, figure 59. Le p6rimetre ABCDEFGHI 
est irregulier. La pente gSnSrale est dirigSe du haul en bas du 

1. Thalweg f root allemand francis^, cxprime Tinverse d*uiie Ugne de faile. Oa 
peut le definir : une lignc, g6n6ralement sinueuse, trac^e sur un terrain de telle 
fagon que chacun de ses points soil plus bas que n'importe quel point voisin qui 
serait silue a droite ou k gauche. Le thalweg d'une valine est la ligne oil tendent 
(^ se rassembler et a s'ccouler d*elles-m(>mes les eaux pluviale?. 



Digitized by 



Google 



§ 1. — iJISFOSlTIONS iitNEHALKS 



145 



plan ; niais Ic sol est suppose, a desseiii, assez fortcmont onduI6, 
cc qu'indiquent les courbes de niveau figurecs par dcs lignes poin- 
tiliecs. C'cst ce terrain quil s'agit de disposer pour Tirrigation. 




Piir. SiO. 



Au haut du terrain so trouve un chemin vicinal qui liniile v\ 
dessert la propriete. A Tcxtremite opposee ct la plus basse, exisl*i 
un assez large fosse, trace dans la direction GH, commun entre 

10 



Digitized by 



Google 



146 CHAPITHE IV. — mRIGATION DES CULTURES DI VERSES 

plusienrs propri^laires et dans lequel chacun a le droit de faire 
^couler les caux superflucs. Un grand foss^ ou petil canal amfene, 
en haul du plan, en K, IVau d'uno concession, et nous pouvons 
lui faire traverser le chemin public en ce point, sous un petil 
ponceau *. Je repr^senierai, sur le plan, tons les fosses ou rigoles 
deslin^s aconduire les eaux d^irrigalion par des Iraits doubles. 
Des Iraits uoirs et pleins indiqueront ceux qui ne sont destines 
qu'aux eaux de colatures, autrement dit h Tegnuttage des eaux 
que le soln'aura pu absorber pendant Tirrigation. Naturellement 
les mt^.mcs rigoles, dans les saisons de pluies prolongees,evacuo- 
ront de la meme mani^re Texces des eaux pluviales. 

Jc reniarque que la liinite Al occupe sensiblemeut une ligno 
de faitc : le fosse qui d^limiie de ce cote la propriety pourra, en 
consequence, servir avanlageusement de canal de repartition pour 
les terres siluees dece c6t6*. J^etablis done rembranchement K«I 
qui se prolonge, vers le bas, par un fosse III, afin qu'on puisse^ 
lorsqu'on n'aura pas besoin d'irriguer, envoyer n^anmoins toule 
Feau au foss^ dedicharge genirale GH. Sur le canal de distribu- 
tion AI s'embranchent toule une s6rie de rigoles d*arrosage, ela- 
blies a peu pres de 30 metres en 30 metres, en moyenne. Ces der- 
nieres rigoles sont tracees de maniere a ce qu'elles aient une le- 
gfere pente k partir du canal de distribution. Je ne puis lesmener 
Ires loin en ligne droite, h cause d'une inflexion de terrain qui 
change le sens de la pente ; je les lermine done, comme on le voit, 
k une rigole d'c^gouUage ou foss^ colaleiir, lrac6 au milieu d*un 
Idgerpli de terrain formant vallon. En haul, prbs du chemin, 
vers le point A, reste un petit espace triangulaire qu'il n'esl pas 
possible d'irriguer, en raison de son elevation et de la position 
obligee du passage de Teau sous le grand chemin ; cetle parcelle 
serait propre k recevoirdes plantations d'arbres. Un chemin d'ex- 

1. On trouve, Chapilre 11(74 a78), la description de plusieurs types de pon- 
ceaux. On a vu (66) comment on peut, quelquefois, Irouver un point convenable 
pour faire passer une rigole sous une route en lui faisanl faire un detour ; et com- 
ment on pcut faire passer leau en siphon dans le cas ou la route et le canal se 
trouvent au m^me niveau. 

2. Si,coufornjement a ce que j ai dil dans le numero precedent, on cherchait 
a placer les canaux dislributeurs dans les bas fonds, a la place ou se trouvent, 
Bur le plan, les rigoles de colature, on arriverait a un projet possible a la ri- 
gueur, en tragant en consequence les rigoles d'arrosa^e. Mais il est facile de 
reconnuilre, a la forme des courbes de niveau, que les rigoles aiiisi tracees (en 
tenant compte d? la pente qu'elles doivent avoir) conduiraient ^ des divisions du 
sol qui s ecarteroient par trop de la forme reotangulaire. 



Digitized by 



Google 



g 1. - DISPOSITIONS OfiNfiRALES 147 

ploitation pralicable aux voitiires est jug6 n(5cc9saire pour desser- 
ViT les divcrses parcolles ; je le place, comme on le voit, vers le 
milieu du terrain, oil il sera d'autant micux garanli des eaux sla- 
gnantes qu'il suit une ligne de faile, II est bord6 de deux fossils 
dont la terre, rejelt^e sur le chemin, rcxhaussera 16gferement, ot 
qui serviront de canaux de repartition. En effel, Teau, k sa sortie 
du ponceau K, peul 6tre dirigee, par le fosse de la route,jus(|U*en 
6, d'oii elle prend le canal k gauche du chemin d'exploitatiun ; ou 
bien encore elle traverse ce dernier chemin, sous un petit pon- 
ceau, pour arri ver en /", d'oii elle redescend dans le canal de droite. 
Tout le quart environ du terrain, en has k droite, est assez mou- 
vemenl6 ; il est difficile d'y conduire Teau, depuis le chemin d'ex- 
ploitation jusqu'a la limite de droite de la propriety, par un seul 
systfeme de rigoles, tout en maintenant pour celles-ci un trace rec- 
liligne, une pente et une profondeur k pen prfes uniformes. C'est 
ce qui m*a fait prendre le parti de faire un embranchement en L 
(vers le milieu du terrain), et de me servir du foss6 d'arrosage Ui 
pour alimcnterle canal de distribution AG. Le reste se comprend 
k rinspection du plan : des flfechcs permettent de suivre facile- 
ment la distribution de Teau dans ce reseau un peu complique. 
Pour que, du chemin d'exploitation, on puisse parvenir danstou- 
tes les parcelles avec les animaux, les instruments aratoires et les 
v6hicules, il sera opportun d'6tablir sur les fosses lat^raux, au 
droit de chaque parcelle, un petit ponceau que je n'ai point figur6 
au plan, pour ne pas le compliquer par trop '. Quant aux cola- 
teurs qui se trouvent interposes enlre le chemin de service ct 
quelques-unes des parcelles, on les franchira facilement, et quatre 
ou cinq fascines, que Ton y placera au besoin, assureront com- 
pletement le passage des voitures au moment de la sortie d'une 
r6colte. 

II est evident que si nous avions eu allaire a un terrain moius 
mouveraenie, tel qu'ou en rencontre beaucoup dans les plaines 
el les larges valines, on aurait pu le subdiviser eh parcelles un 
peu plus grandes, plus egalcs, et de forme plus regulibre que dans 
Texemple de la figure S9. 

Quant klamaniere dont IVau sera uniformementrf^pandue par 
les rigoles d'arrosage, ce sera Tobjet du paragraphe suivaut. 



1. Pour les petits ponceaux, provisoires, mobiles ou permaiieijl:!, voir Cbapi- 
tre II, § 4, notamment 73 et 78. 



Digitized by 



Google 



148 CUAinTFil£ IV. ~ IRRIGATION DKS CULTURES DIVERSES 

itj. Clilite d'Uii plAU pyuria reilactioii d'un pr«Jet 
d*lrriiration. — Toutes Ics fois qu'it s'agira ile fairc serieuse- 
ment un projel, au lieu d'improviser sur Ic terrain, il sera infini- 
raent preferable de tracer, sur le papier, un plan h grande^chelle, 
1 millimelre pour 1 metre par exemple, de rapporter sur ce plan 
les courbesde niveau qui rendentparfaitemenlsensibles, a unwil 
tani suit pcu familiarise avec ce genre de representation, les plus 
legers accidenls du sol. Sur un tel plan, on embrasse d'un seul 
regard tout Tensemble de son terrain, bien mieux qu'on ne pour- 
rait le fairo sur le terrain lui-meme. On resout en un instant 
maintes questions, dont chacune exigerail autremenl un nivelle- 
ment special ; car en fait de niveau il est impossible de s'en rap- 
porter au temoignage des yeux. De plus, on peutlAtonner avecle 
crayon, delruire d'un coup de gomme elastique un travail dont 
on n'est pas satisfait, et le recommencer a pcu de frais autant de 
fois qu'il le faut. II n'y a plus ensuite qu'a rapporter le trac6 sur 
le sol. Si par ce procede Tetude d'un projel est un pen plus lon- 
gue, on evite presquc loujours, par contre, bien des imperfec- 
tions, des fausses manoeuvres et des faux frais. 



METilODES blRRIGATlOX APPLICABLES 
AUX TERRES J.ABOURABLES. 



Itt. Arro«airc par deversenieut. — Soit, figure 60, le plan 
sur une plus grande echelle de Fun des comparliments de la figure 
59; AD le canal de repartition, commun k plusieurs comparti- 
ments ; BC la rigole d'arrosage afferente k la pifece de terre que 
nous considerons et qui la limite du c6te le plus haut; DE la 
rigole semblable afT^rente k la piece de terre inf6rieure ; CE une 
rigole d'assechemcnt ou de colature. Je supposerai que la surface 
du terrain, quelle que soit la r^colte qui Toccupe, est anssi unic 
que pent le pormettre la pratique de la cullure, sans billons ni 
raies profondes. Le profit du terrain sur une ligne telle que 
y /, dirigee suivant la plus grande pente, sera a pou pres eelui de 
la fiiiuroGl. 



Digitized by 



Google 



§ 2. - MftTHODEi? DMHRIGATION 



f'lO 




A I), canal d'aiuoni^e : 

B C, D E, rigolcs d'arrosoge ; 

C E, IbssL' ou rigolc (rccoulcment ; 

d e, petite ri;,'olo dVcoulomont plus large en e qu'en d. 

On y voit qu en amont de chacune des rigolcs d'arrosagc (B T, 
D E de la figure 60) se trouve un rebord saillant enlerre,dil aussi 




Fig. Gl 

Ce profll n'ost pas trace suivant les proportions recllea. Relativemcnl ii lo 
gi*andeur dcs rigolcs, le champ devrait 6tre boaucoup plus large. 

boiirrelet OU coussinet, qui pourrait n'avoir que 10 u iocrtiii- 
metres de hauteur. Du c6te de ce rebord oppose a la rigolc d'ar- 
rosage est une rigolc plus petite, destin^e h servir de colatt*iir ; 
une de ces rigolcs est Iracc^e en de sur le plan, figure 60 ; c'esL eu 
realite un simple trait de charrue ou de houe a main, dont IVx- 
tremil6 rf, creusc k peine de quelques centimetres, ne doil pas 
aller, bien entendu, jusqu'au foss6 d'amenee de I'eau. Vers r;<*ri 
extremile opposee cette petite rigole augmente en largeur el i^n 
profondeur, et d^bouche tinalement en e dans le fosse de colahin* 
CE. Pour donner Teau, on barre avec de petites vannes mobiles 



Digitized by VjOOQIC 

i 



150 CHAPITRE IV. - IRRIGATION DES CULTURES DIVERSES 

le canal d'amenee au point B, et la rigole d'arrosage au point C*. 
L'eau, alors, reflue dans celte dernifere rigole, qui s'emplit d'a- 
bord complfetement et qui, ne pouvanl deborderque du c6t6 in- 
Krieur, d^versera Teau en une nappe qui s'elendra sur le champ. 
Une grande partiede celte eauscra absorbee parle sol avant d'ar- 
river h la rigole de colature d e, L'eau en excfes sera seule em- 
portc^e par celte rigole, jusqu'au fosse CE. 

11 est avantageux de donner a la rigole d'arrosage, telle que BC, 
une largeur graduellement decroissanle k partir du point d'arri- 
v6e de Teau. En effel la quantite d'cau qui passe dans la rigole va 
en diminuant, et en r^duisant proportionnellement la section on 
tend a rc^gulariser le d^versement. D'ailleurs, le bord par dessus 
lequcl doit s'effecluer le dfiversement ne doit pas fetre rigoureu- 
semenl de niveau, mais avoir une tres 16gere inclinaison dans le 
sens du courant ; il est plus facile de rem^dier k un excfes de pente 
qu'a son insuffisance. En pratique on pent donner approximati- 
vement, a une rigole de deversemenl,2 ou 3 millimetres de pente 
par metre de longueur. Pour le premier trac6, le mieux est de se 
servir du niveau. Une fois la rigole creus6e on pent y introduire 
une certaine quantity d*eau qui fera fonction de niveau pendant 
qu'on terminera le travail, en c^cretant le rebord en certains en- 
droits et en rapporlanl do la terre dans d'aulres. 

Avec quelque soin que la rigole ait ^t6 faite, il arrivera presque 
toujours, lors de Tarrosage, que Teau s'6coulera en plus grande 
abondance sur certains points ; on y rem6diera en errant des obs- 
tacles au courant, immediatement au-dcssus de ces points. L'cau, 
en effet, s'abaissc en aval d'un relr^cissement du lit, el s'61eve en 
amont. Avec un pen d'adresso, et k Taide de pierres, de moltes 
degazon, etc. on r^gularisera parfaitement Tarrosage. Quelques 
bonis de planches aiguises k Tune de leurs extr6mit6set que Ton 
pent planter verticalement dans la rigole, la face tournie perpen* 
diculairement au fil de Teau, sontdes plus commodes. 

Fractionnement des champs en planches, pour Firrigahon par 
deversement. — Si le volume d'eau vers6 sur une certaine 6ten- 
due de terrain est Irop faible,reau n'arrivera pas jusquau has du 
champ. Si la couche d'eau est, au conlraire, trop 6paisse, elle ne 
pourrapas 6tre enliercment absorbee dans son Irajet, et il s'ea 

1. Pour la description des vannes mobiles, voir 70, 



Digitized by 



Google 



§ 2. ~ MfiTHODES D'IRRIGATION 



151 



perdra beaucoup en colatures, ce que Ton a int6rfet k ^vilej-, Lo 
talent de Tirrigateur consiste k 6viter 6galement ces deux iiuoii' 
venients. Or, comme T^coulement d'eau dont on dispose est or- 
dinairement fixe d'avance, et qu on n'est pas libre de le rtkH« r k 
volont^, on est conduit en g6n6ral ifractionner son terrain, et 
k proc6der par arrosages successifs des diverses parcelles. Vaici 
comment on op^re : 

Soit, figure 62,le champ ddjk repr6sent6 pr6c6demmenl ilans la 
.figure eO.Onle divi80,par exemple,en trois parlies k peuprfesegales 




Fig. 62. 

pardeslignesm7i,o;>,dirig6es suivant la plus grande penteilu li'i- 
rain. Suivant ces lignes on forme de tout petitsbourreletseii fi»n^% 
de quelques centimetres seulement de hauteur, pouvant avoir 2(1 
ou 25 centimfelres de largeur. Un tel bourrelet peutfetre ioul sim- 
plement la torre rejet6e hors de la raie par un 16ger trait di^ cliar- 
rue, k la condition qu'on reprendra i la pelle une petite parlie 
de cette terre, et qu'on en formera de petils barrages assi/. rap- 
proch6s dans la raie, afin que celle-ci ne puisse elre trans rnmu^! 
en une rigole dans laquelle Teau pourrait courir. On consul idma 
ce travail en battant 16gerement la terre remu6e. Le chani|> r*i;iiii 
ainsi dispos6, on place une vanne mobile en m dans le prolorii;t'- 
ment du bourrelet; puis le canal d'amen^e etantbarr^ ^suii Univ 
versB, comme a ['ordinaire, afin de faire refiner Tcau dan>i la ri- 
gole d'arrosage, Teau se deversera de B en m et arrosera la pre- 
miere planche, comprenant, dans notre exemple, lepremiui tiers 



Digitized by 



Google 



152 



CIIAFITHK IV. ~ IRRIGATION DES CLLTURIiS DIVERSES 



ilu cluimp. On transportera la vanne mobile en o pour arroser la 
douxieme planche, el ainsi de suite. Quand k la largeur a donner 
h c*»s planches, elle depend du volume d'eau donl on dispose 
u lu fois, dc la nature plus ou moins permeable du sol, un peu 
ausiii du degre de penle du terrain, et enfin de la longueur des 
planches qui est determinee par la dimension du champ dans le 
sens do la penle. C'est done au cultivateur a determiner la largeur 
des planches ; Texperience Faura bientdt fix6 k cet 6gard. On 
adopts souvent de iO k 15 metres pour celte dimension. 

Cm ou le terrain a irriguer est presque plat, — J'ai suppose 
dans la figure 62 un champ dont le sol a une assez forte inclinai- 
son. Dans ce cas, la rigole d'arrosage, qui doit avoir une faible 
ponle. est n6cessairement lrac6e dans une direction sensiblemenl 
poriiendiculaire a celle de la plus grande pente du terrain. Alors 
\vs hoiirrelets m w, o p, s^paratifs des planches, etant dirigdseux- 
m^nirs suivanl la pente, se trouvent perpendiculaires k la rigole 
d'arrosage. II n'en sera pas toujours ainsi. Soit par exemple, fi- 
gurf? 63, un champ dans une plaine presque horizontale. On aura 




l-i;^. (i3. 



iMe <il»lig«3, dans ce cas, pour donner la pente voulue a la rigole 
li'arrosage B C, de la tracer tres-obliquement par rapport a la 
<lirtT[ion de la penle principalc du terrain, indiquee par la grande 
fli'rlii\ ce qui aura conduit a orienler i^ofalemenl tout le champ 



Digitized by 



Google 



§ 2. - MKTHODKS D'mRlGATIUN i^3 

obliquemontpar rapport a celtcfleche. Mais Tecoulo^iicnt des nap- 
pes d'eau se faisant nalurellement dans le sens des flfeches, ]es 
bourrelets ont du 6lre etablis aussi dans celte direction, ot se 
trouvent de biais, comme on le voil, par rapport aux limitos du 
champ. J'ai figure en a b une petite rigole d'arrosage d'une di- 
zaine de centimetres de profondeur seulement,etablic d'une inn- 
niere provisoire, qui prend un pen d'eau k la rigole principab' ot 
la diverse sur Tangle du champ qui, par suite de sa position^ iuj 
pourrait giiere en reccvoir directement. 

Dimemions a donner aux champs irrigiies, — II nous resir Ji 
determiner, pour ce genre d'irrigation, les dimensions les plus 
convenables a donner aux pifeces de terre. Dans le sens des rii;o- 
les d'arrosage, onn'est limit6 que par la configuration du terrain, 
qui permet rarement de prolonger inddfiniment les rigoles eii li- 
gne droite avecune pente convenable. On devrachercherk avoir, 
dans ce sens, une longueur suffisante pour que les labours puis- 
sant s'ex6cuter dans de bonnes conditions, parallelement aux i i- 
goles. Cette condition elanl remplie, on n'a pas un bien grarul 
iut6r6t a augmenter beaucoup les dimensions transversalcs. LVs- 
pace occupe par quelques rigoles de plus ou de moins n'est \\\\^y 
d'ailleurs, bien considerable ; et d'un autre cote, I'arrosage s^era 
toujours d'aulant plus facile a exdcutcr regulierement qu'on am si 
i porter Feau a une moindre distance de la rigole qui la foumiL 
A la rigueur, la largeur la plus convenable a donner au champ de- 
pend de la permeability du sol, de sa pente, etc. ; Texp^rienec lo- 
cale sera done le guide le plus sur dans celte matiere. Mais lors- 
qu'il s'agira de disposer une irrigation nouvelle, et a dufituL 
d'exemples presenlant des conditions bien identiques k celles <>u 
Ton se trouve, je crois qu'on fera bien, en gdneral, de no pas 
sVcartor beaucoup d'une moyenne de 30 mfetrcs entre deux rigri1*> 
consecutivos. 

Modifications doni le sf/stemepar deversement est .stiscep(iblf\ — 
J'ai suppose (voir le profil, figure 61, n° 122) que, d'un c6t(j ihj 
chaque rigole d'arrosagc, on avail et^bli un bourrelet ou Icwo 
de terre, pour forcer Teau a se ddverser du c6le oppose. Une au- 
tre disposition, h peu pres equivalenle, peut elre adoptee avi r 
quelque avantage lorsque les terrains a irriguer ont une ioi li- 
naison prononcee. Le profil lig. 64 fera comprendro, h premiiTc 



Digitized by VjOOQIC 



154 CHAPITRE IV. - IRRIGATION DES CULTURES DIVERSES 



vue, celle disposition. Le bourrelet est supprimd etremplace par 
c un ressaut entre les niveaux des deux 
champs limitrophes. La petite rigole deco- 
latiirc qui suivait le bourrelet est egale- 
ment supprim^e ; c'est la rigole d'arrosagc 
du champ infdrieur, qui devient en mdme 

temps colateur pour le champ sup^rieur. 
^ On gagne, par cette disposition, Tespace, 
§ perdu pour la culture, qui dtait occup6 par 
g le bourrelet et la petite rigole. Mais il y a 
« un peu plus de terrassements que dans le 

1 premier systfeme, et ce profil k ressauts de- 
« vient m^me impossible quand le sol est 
* presque horizontal. 
i D'aulres fois, on conserve le bourrelet 
d au-dessus de chaque rigole d'arrosage,con- 
f form(fment au profil de la figure 61, mais 
a on se dispense de la rigole de colature lon- 
g geant le bourrelet au has de chaque champ. 
S* Cette simplification peut se faire quand le 
^ terrain est assez absorbant pour que Teau, 
^ qui s'accumulo au has du champ contre le 
\ bourrelet, soit naturellement absorb6e peu 
I de temps apres qu'on aura cess6 de donner 
I Teau. 

t Application de la methode par ddver- 
^ sement aux terres cultivees h la charrue. 
I — Celte m^lhode d*arrosage, bien qu'elle 

suppose un sol trfes uni, peut, k la rigueur, 
s'appliquer a dos champs cultiv^s k la char- 
rue. Le labourage ne pouvant se faire dans 
de bonnes conditions que suivant la lon- 
^ gueur du champ, et la charrue tourne- 
oreille n'6lant pas ordinal rement employee, nous aurons un certain 
nombre de derar/ures paralleles a la rigole d*arrosage B C, fig. 
65 : on en a figure quatre sur le plan. 

Le champ sera, commc a Tordinaire, divis6 en grandes plan- 
ches paralleles k la direction de la plus grande pente. Les petits 
bourrelets d^limitateurs mw, op, seront etablis d'une mani^re 



I 



Digitized by 



Google 



g 2. - METHODES DIRRIGATION 155 

continue, c'esUk-dire qu'ils passeronl par dessus les rigoles for- 
nixes par les ddrayures du labourage, ces derniferes se trouvant 
combines aux points de croiseroents. Lorsqu'on donnera Teau k 
une planche, telle que mn op, Teau remplira les ddrayures, puts 
debordera successivement de chacune d'elles sur la planche do 
labour situee immXdiatement au-dessous : ainsi Teau pourrai 




Fig. Ga. 

comme pr^Jcfidomment, se rdpandre sur toute la surface du 
champ. Si les rigoles formXes parle labourage se trouvaient par- 
failement horizontales, loin d'etre nuisibles, elles aideraient h 
regale repartition de Teau. Mais ce cas se pr6sentera raremenl : 
une Idgfere pente tendra plus souvent a porter Teau vers une ex- 
ir^mitX de la raic. On obviera k cet inconvdnienl par de petits 
barrages formds, de distance en distance, dans les raies de la- 
bourage avcc quelques pellet6es de terre battue, ainsi que cela 
est indiquX sur la figure. 

Avaniages ei inconvenients de Virrigation par dSversement. — 
Bien que ce mode d'arrosage, applique k des terres souvent bou- 
leversees par la charrue, soit loin d'etre impraticable, il exige, 
comme on le voit, pour la bonne repartition de Teau, quelquos 
soins assez dilicats. II y a plus : dans certains terrains faciles a 
ditremper, dans ceux par exemple qui sont trfes sablonneux, le 
mouvement de Teau ainsi deversXe en nappe sur un champ 
labour^ produirait des ravinements et entrainerait de la terre du 
haut en bas du champ, surtout si I'inclinaison 6tait un peu forte* 
Par ces diverses raisons, et pour la plupart des cultures qui 



Digitized by 



Google 



I5(] CIIAPITHK IV. - IHHir.ATloN DES CIJLTUKES DI VERSES 

oxigont iiu sol ameubli, el qui coniporiont dos peliles planrhcs 
ou dos billons etroils, on prefere Tarrosnge a la rnie^ quo jo 
decrirai bienl6t, et qui peul d*aillours s'execulcr sans modifier en 
quoi que cc soil les dispositions dcs champs, des canaux el des 
rigoles, que j'ai suppose elablies en vue de Tarrosage pardcver- 
sementy les deux m^thodos pouvanl s'employer lour a lour, sur 
le mfemo terrain, suivant les convenances des cultures qui s'y 
succedent. 

L'arrosagc par deversomcnt rcslera le systemc par exccllonco 
loutes les fois que le sol sera occupe par les prairies de grami- 
nees, par la luzerne, par lout ce qui gazonne, consolide la lerrc 
conlre le ravinement. II pourra convenir ogalemonl a loutes cul- 
tures qui se feront complfetoment i plat et n'oxigeronl aucune 
facon nouvelle donnee an sol pendant le lomps qu'elles Toccu- 
peront. 

J'ai parle tout i Thoure de prairies. Or, il va de soi que, dans 
une localite disposeo pour Tapplication do Tirrigation a loutes 
especes do cultures (»t dans le but dedonner aux ierres Teau dont 
dies ont besoin en ete, les prairies qui occuperont quelques par- 
cellos de lerre, soil momenlanement, soil m^me pour un norabrc 
d'annees indetermin6, no pourront Hve soumises a un regime 
essentiellemenl different de celui des autrcs cultures. Je n'ai 
done pas, dans ce chapitre, a m'en occuper d'une manifere parti- 
culiere. Lorsque, dans cerlaines contreos, on amenage leseaux 
dans le but special de la mise en valour de certains terrains par 
la prairie, les proc^dis d'irrigation doivent naturellemenl fetre 
mis en rapport avec cc cas parliculier. C*est seulemenl k ce der- 
nier point de vue que je irailerai do Tirrigation dos prairies dans 
le cUapitre VII. 

its. Irrin^atiou par subniersiou. — L'irrigation par sub- 
mersion no pout elro pratiquec dans de bonnes conditions quo 
sur des terrains a pen pros plats. Ce proc6de consiste a ontourer, 
de loutes parts, le terrain qu'on veut arroser par de peliles 
digues ou bourrelels en lerrc, dont le sommet alteigne partout 
et depasse memo un pen le plan horizontal passant par le pdint 
le plus elovo du terrain dont il s'agit ; cc point sera, en general, 
celui do Tarriveo de I'eau. L'eau, maintenue par les digues, 
s'etendra sur le terrain el le rccouvrira dune couche plus ou 
moins haute. Quand on juge qu'il y a assez d'eau, on suspend 



Digitized by 



Google 



§ 2. — MKT'lODliS DJHHIGATION 157 

son aiTivee et on laisse la couclic d'eau s'infiltrer dans lo sul. Si 
rinibibilion est par trop Icnte, il n*y a qu'i couper le bouriTlel 
au droit d'une rigole d'egoullagc pour faire evacuer Tcau ro^- 
lantc. Evidcmment, Ics plus petitcs parcelles seront les plus 
faciles a arroser par cettc melhode ; les differences dc niveau v 
(Hant moindresque dans de grandes pieces de tcrre, il faudra ilcf* 
bourrelets moins Aleves. 

Celte methode est quelquefois employee dans la pelite cullurr, 
elic nc suppose aucun nivellenient rigoureux du sol et n'exi^e 
aucune habilete de la part de rirrigateur. 

Irrigation par submersion en terrain accidenle, — Dans qurU 
qucs contrees on pratique I'irrigalion par submersion dans d< ;? 
conditions diverses, mais, dans lous les eas, un peu different *'s 
de celles que j'ai indiquees. Ainsi, par exemple, une petite vallci! 
etant parcourue par un ruisseau, on barre la vallee au moyen Je 
digues successives, dont ehacune a sa ligne de faite horizonlak^ 
Dans chaque digue, a Tendroit du passage du ruisseau, se trou\ o 
une vanne a coulisse si Ic ruisseau est un peu important, lunj 
simple buse en bois munie d'une bonde s'il est plus faible. Lui s- 
qu'on ferme une des vannes, le ruisseau est force de deborder on 
amont de la digue correspondante et inonde une cerlaine eU'ii- 
clue dc terrain. II suflit de rouvrir la vanne pour retablir le cours 
de Teau et remettre le terrain a sec. On rapproche assez li*A 
digues pour pouvoir inonder la plus grande partie possible da 
terrain compris entrc elles, tout en n'ayant que des hauteurn 
d'eau d'une cinquantaine de centimetres dans les points les pln^ 
creux, et par suite, des digues dont la hauteur maximum ne tli'- 
passe pas beaucoup cette meme dimension. Ce systeme est de la 
plus grande simplicity ; il ne suppose aucune regularisation pre a- 
lable du sol ; il n'exige aucune habilete speciale de la partdelii- 
rigateur. Cest sans doute cette simplicity qui a fait adopter eu 
systeme des les temps les plus anciens et Fa maintenu, dans cerlai- 
nes localites, jusqu'a nos jours. Mais il est devenu, pour nolr *■ 
epoque, un peu trop primitif. S'il s'agit d'une pelite vall(5e a Un- 
tes pentes, a fond concave, un tel terrain sera presque toujours 
plus avanlageusement cxploit6 en prairies permanenles qu\ u 
terres labourables ; mais alors il y a, comme nous le verrons,de^ 
methodes d'arrosage mieux appropriees a ce cas parliculier* >ii^ 
au contraire, lavalleepresenio d'assez vastes espaees a supet'lii ic 



Digitized by 



Google 



158 CHAPITRE IV. — IRRIGATION DES CULTURES DIVERSES 

k peu pr^s plane, il est probable qu'unc 6tude iant soil pen appro- 
fondie dos lieux nous rambnera aux dispositions d*enscmble ainsi 
qu'aux proced6s d'arrosage qui font I'objet principal de ce cha- 
pitre. 

194. M^thode d'irri^ation k la rale. — Lesraicsouvertes, 
que la charrue laisse necessairement dans les ebanips,de distance 
en distance, penvent 6tre mises k profit pour Tirrigation. Lors- 
qu'on veut les faire servir k cet usage, on a soin de faire des 
planches 6troiles, ayanl ordinairement de I mfetre k 1°»50 de lar- 
geur, plus rarement jusqu'a 2 mMrcs. Pour corlaines cultures 
maralchferes et industrielles, le labour se donne, parfois, k plat a 
grandes planches, et aprfes la semaille on subdivise les planches 
en bandes itroites, par des raies ou sillons peu profonds, ex6cu- 
t6s le plus souvent k bras, mais qui pourraient ^galement Mre 
faits avec la charrue butteuse. La lerre provenant de ces rayons 
sert, selon les cas, k couvrir la semence ou k rechausserles plan- 
tes. Le mals, les pommes deterre, toutes les plantes que Ton est 
dans Tusage de butter, se cultivent en lignes et se trouvent natu* 
rellement, aprfes le bultage, sur de petits sillons de 66 k 80 centi*- 
mt'tres delargeur. Or, toutes les fois qu'un champ aura reQu Tune 
de ces dispositions, il suffira ^videmnient,pour rarroser,de faire 
circuler Teau dans les sillons ouverts ; elle s'infiltrera peu aprfes 
dans le sol ameubli par les labours, et ne tardera gu^re k Thumec- 
ter jusqu'au milieu des planches ou billons. C'est en celaque con- 
siste la mdthode d'irrigalion qu'onpourrait appeler/?ar ruisselle- 
ment et mfiltration,ip\\xs souvent d^sign^e par les cultivateurs sous 
le nom A'arrosage d la rate, 

J'observerai lout d'abord que cette m6thode sera d*autant plus 
parfaite que les raies seront plus proches les unes des autres, et 
qu'elles seront moius profondes. Quant k la nicessit^ d'un rappro- 
chement suffisant des raies, si Ton veut que Teau d'irrigation se 
rejoigne de Tune k Tautre k travers le sol v6g6tal,elle se comprend 
sans demonstration. Relativcment k la seconde condition, celle 
de la faible profondour des raies, je forai remarquer que c'est sur- 
tout dans le sol superficiel, ameubli par les labours et recipient 
des engrais, que les plantes se d^veloppent et puisent leur nourri- 
ture. C'est done cette partie du sol, la plus dessich^e d'ailleurs 
par les vents et par le soleil, qu1l importe principalement de 
maintenir dans un 6tat d humidity indispensable. Or, il est 6vi- 



Digitized by 



Google 



g 2. - METHODES D'IRRIGATION 



159 



dent que si^ au lieu d'amener I'eau k la surface, on la faisait rou- 
ler dfes le d^bol au fond d'une raie profonde, cetle eau,qui k cause 
de son poids lend loujours a descendre, aurail disparu loul eii- 
lifere, absorb6e dans le sous-sol, avant d'avoir humects suffisaiTi- 
ment la couche arable k droite el k gaucho. 

Ces principes posds, supposons un champ (fig. 66) sabdivist* 




Fig. 66. 



Les trails doubles, qui formcnt les qualre c6les du quadrilatere, ropreseuli n( 
des foss6s. 

Les autres trails qui sont vers le haul de la figure repr^scntcnt des rigoleg, rnai^ 
moins creuses que les fosses de cointure. 

Les lignes fines parall^los qui vontdu hautcn bas de la figure sont unesi'Tlr <!<? 
petits sillons traces dans le chojnp. 

par une nombreuse s6rie de sillons paralleles. L*eau venant dc A, 
BC^lant larigoled'arrosage.je suppose les sillons diriges,comnio 
dans la figure, du haul en bas du champ. II suffirait peul-elre do 
fairerefluer Teau, comme pour un arrosage ordinaire par d^voi- 
scment (122), pour que celle-ci,d<5bordanl de la rigole d'arrosii;^e 
BC, s'inlroduise dans les sillons. Mais pour que la repartition de 
I'eau ait lieu r^guliferemenl, il est necessaire que rentr6e de cliii- 
que sillon soil d'abord bien r6gularis6e el nettoyee. Prolonii<*r 
ious les sillons jusqu*k la rigole permanenle BC, ce serait, ouhu 
pas raal de travail, d6grader la rigole par un bien grand noinlni* 
de coupures. On prdferera creuser, parallelemeul a la premiiTc, 



Digitized by VjOOQIC 

i 



JtH» CHAIMTKH: IV. — IHRIOATION IJI'S CI l/ri HKS IMVIiHSKS 

line secondc ri^ole be nc devaul pas avoir plus dc duree que la 
culture actuelle ; on la fera large ct plate, seulement de 10 cenli- 
mtlres de profondeur environ. Cetle rigole pourra 6lre creusee a 
la charrue, mais devra. dans tons les cas, etre curee el iinie a la 
pcUe ; ellc lerminera netlement les planches de culture. Ce sera, 
enfin, dans celte rigole terminale el dislribulrice que s'ouvrironl 
tons les sillons ; ce sera la qu'on introduira d'abord I'eau prove- 
nant de la mailresse rigole d'arrosage, soil par simple deverse- 
ment, soil k Taide dc quelques coupures sufrisammeiit larges, 
mais superficielles, ainsi que j'en ai figure quelques-unes de dis- 
tance en distance, sur la figure 6G. 

On pourra n^irriguer le champ que par parlies, selon la quan- 
lite d'ean disponible. Ainsi on placcra, je suppose, une vanne 
mobile en M * ; on fera un pelit barrage en lerre en m dans la ri- 
gole dislribulrice. L'eau arrivera par les deux premieres coupures 
el se reparlira sur tout Tespace BD, mji. On rc^gularisera au be- 
soin la distribution de Teau au moyende quelques mot les de lerrc, 
el lorsque celte premifere partie du champ parailra sufiisammeiit 
arrosee, on rep^tera la m6me operation sur une autre section, el 
ainsi de suite. 




FIjLT. 67. 

Si le champ (lig. 67) a une forme telle que les sillons aieut du 
elre 6lablis parallelement k la rigole d'arrosage BC, on divisera 
le champ en plusieurs parties egales pardos rigoles distribulrices 
r, r, r, r, qui n'auronl pas plus de profondeur que les sillons, el 
dont la largeur consideral)le (oO centimetres, je suppose), a Ten- 
droit ou elle s'embranche sur la mailresse rigole d'arrosage, ira 
en diminuanl jusqu'k Tautre extremity. Sur chacune de ces rigo- 
les distribulrices, on ouvrira rciitreede lous les sillons dedroile, 

i. Pour les vanne? mobile?, voir 70, 



Digitized by 



Google 



§ 2. ^ MCTHODES D IRHIGATION 161 

taiidis que les prolongcmcnts des monies sillons sur la gauche 
seront fcrm^s par dc petils barrages en terre. Ces dispositions 
6lant comprises, le restc se devine ; chaque rigole r servira a ir- 
rigiier tout le terrain qui est h sa droite jusqu'k la rigole suivante. 
J'ai d^jk indique (art. 122) quelques-uns des avantages de ce 
systtme d'irrigation. J'ajouterai qu'il est susceptible d'^lre mo- 
difi6 d'une infinite de manieres dans ses details d'ex^cution ; il sc 
prOtc a toutes les configurations possibles du sol, ainsi qu'a lou- 
tes les pentesjjusqu'auxplusforles que Ton puisseadmetlrepour 
les champs labouros. Le seul inconvenient qui pourrait ^tre k re- 
douter dans les terrains lagers serait le ravinement ; mais on 
y obviera en multipliant au besoin les rigoles distributives ou 
auxiliaircs, dc maniere a pouvoir dtviser I'eau au lieu de la jeter 
toute dans la mSme rigole. On donnera, s'il le faut, aux rigoles 
distributrices des directions obliques par rapport a laplusgrande 
pente du terrain ; enfin, on les fera larges el peu profondes, pour 
diminuer la vitesse des courants. 

195. IrrigaUon par iuflltratfon dans le ftau«*sal. — 11 

arrive quelquefois qu'un proprietaire ayant le droit de disposer 
d'un cours d'eau dans la traversee de sa propriety, ne poss^de pas 
les terrains inKrieurs sur lesquels Teau pourrait 6tre couduite 
par la seule pente. Elever Feau mScaniqucment, pour la repandre 
sur ses terrcs, est unc operation coiitousedevant laqueile un cul- 
tivateur h^site souvent. C'est alors qu*il se determine a irriguer 
par infiltration dans le sous-sol. Cette operation consiste k couper 
le terrain par une serie de fosses ou rigoles, paralleles et distants 
de 2 it 4 metres les uns des autres. La terre provenant de ces fosr 
s6s est g6neralement rejetee sur les planches qui les s^parent et 
qui sont destinies aux cultures. Dans ces fosses, qui communis 
quent entre eux de distance en distance, on introduit Teau qui, 
au bout de quelque temps, penbtre lellement le sous-sol des plan- 
ches qu'elle finit par atteindre leur milieu. 

Plasieurs cas peuvent se presenter : les fosses servant k cet ar- 
rosage peuvent ^tre transform^s en canaux dans lesquels Teau 
circule d'une maniere permanente ; ou bicn il peul y avoir un 
canal particulier pour la conduite et la distribution de Teau, qui 
sera introduite k volenti et d'une manii$re intermittente dans les 
fosses, devenus de vdritables rigoles d'arrosage. Cetle seconde 
maniere d'op6rer, quoiqu'un peu plus compliquie, sera bien pre- 

11 



Digitized by 



Google 



Ittt CHAPITHE IV. — IliRIGATlON DES CL'LTUHES DIVEKSES 

f^rable k la premiere. En ciTot, dans le premier ca8, on aura un 
sol constamment frais, qui pourra, il est vrai, convenir k certai- 
nes cultures ; mais il n y aura d'utilis6 dans ce sol que la couche 
comprise entre la surface et le niveau de Teau. Au-dessousde ce 
niveau, la terre sera complfelement satur6c d'eau^ el les moindres 
interstices en ^(ant remplis, il ne restera plus aucune place pour 
lair atmosph^rique. Dans ces conditions, le terrain est complete* 
ment impermeable aux racines de la plupart des v6g^taus utiles, 
qui n'y trouvent pas les conditions indispensables k leur vie et k 
leur divoloppement. Les racines descendent done jusqu'au ni- 
veau de Teau, y d^veloppent m^me un abondant chevelu afin de 
pouvoir s'abreuver largement, mais elles ne vont pas plus loin. 
Le terrain irrigu^, dans ce ras, sera compl^tement assimilable & 
ces marais que Ton a rendus propres a la culture en y pratiquant 
des fosses asscz rapproch^s, dont la lerre, reporl^e sur les inter- 
valles, les exhausse assez pour en mettre la surface hors de Tat* 
teinte des eaux. Dans ces conditions, pour que le sol ne restepas 
marecageux, une distance de 50 cenlimetres au moins sera in- 
dispensable entro la surface des planches et le niveau de Teau. 

Si, au contraire, Feau est introduite dans les fosses d'une ma* 
nikve intermittente, et pendant asses peu de temps cbaque fois 
pour que sa presence ne puisse faire p^rir les racines, par exem- 
ple pendant vingl-quatre ou quaranto-huit heures^ il arrivera 
qu'une fois les fosses remis a sec, la couche d'cau qui avait pe* 
n6lri le sous-sol s'abaissera en ob^issant k la pesanteur, et sera 
remplac^e, dans les interstices du sous-sol, par Tair, forc6 de 
remplir les vides. ATarrosage succ^dera Tadration du sol infe- 
rieur, oh les racines p^netrcront aussi profond^ment que le 
permettra la nature meme des planles cultiv^es. La luzerne, di- 
vers arbres ft^ui tiers pourront prosperer dans ces conditions, tan- 
dis que, dans le premier cas, on n*eiit pu cultiver que des plao*^ 
tes k vegetation superficielle. 

II exislc quelques exemples trfes satisfaisants de ce genre d'ar* 
rosage ; c'est k la luzerne qu*on Tapplique de pr^f^rence, comme 
6tant la plante qui, en raison de la grande profondeur de ses ra- 
cines, est la plus apte a proiiter de ces conditions parliculiered. 
Mais Tirrigation par le sous-sol n*est, en definitive, qu*un expe- 
dient imparfait. La plupart des plantes cullivees vdgetent dans 
une couche de lerre superficielle de 45 it 30 centimetres d'epais- 
sour : c*est done dans cetto couche sup^rieure qu'il importe sur* 



Digitized by 



Google 



8 3. - CULTURES MARAICHfiRES ET JARDINS 163 

lout de favoriser les reactions dont Teau et Toxygeae sont les 
agents. L*eau a d*ailleurs un autre r6le k rempiir, mais a la con- 
dition d'etre introduite par la surface. Le soleil 6chauiTe, enelTot, 
la superiicie du sol, tellement que pendant les journ^es d'6te co- 
lui-ci parait brulant. Mais la chaleur ne se Iransmet que lifis* 
imparfaitement aux couches inf^rieures, et a 2 ou 3 centime! res 
seulement deprofondeur, la temperature n'cst d^ja plus compa- 
rable k celle de la surface. Or, Teau s'empare en passant de €eUe 
chaleur accumulee pr6s de la superhcie, pour la transporter daus 
les regions qu'occupent les racines, et oil s'^laborent les suc» 
nourricicrs, ce qui active beaucoup la vegetation ; tandis qu'aii 
contraire lorsque le sol n'est humecte que par I'eau qui remoiilc, 
en vertu de la capillarity, Tevaporation continue qui a lieu k ia 
surface nepcut etre qu'une cause de refroidissement*. 



§3. 



IRRIGATION DES CULTURES MARAICIlfiRES 
ET DES JARDINS 



!••• Oonditlon* g^u^rtkleu de Tlrrl^tiou des Jardiii»». 
— Les irrigations des cultures dites maraichferes, des potagers i*t 
autres jardins, ne sont en general que des applications varit^oB 
des systfemes pr^c^demment d6crits. Ce qui caract6rise essential* 
lament ces modes particuliers d'exploitation du sol, c'est qumi 
y cultive k la fois, sur une etendue de terrain relativement rcs- 
treinte, un certain nombre d'esp^ces v6g6lales qui se sfement tH 
donnent leurs produits i des 6poques difF6rentes, et qui se siic- 
cedent sur les di verses parties du terrain presque sans interrup- 
tion. Ilrisultede \k qu*au lieu d'arrosertous les huitoudix jours, 
par example, un champ tout entier, comme on le ferait dans ia 
grande culture, on devra arroser successivement les diversos p:ir- 
callcs. Ainsi, Tarrosage devient pour ainsi continu, ou du moiiis 

1. Si la chaleur du soleil 6lait la seule cause d'evaporalion, il y aurait, gnh^t* 
k celle-ci, un moindre echauffement, non un refroidissement propicnient dit. Mais 
le vent, surtout lorsqu'il esttr^s sec,estaussi une cause puissante d'evaporaliijn 
et celle-ci prend au sol toute la chaleur qui serai t necessaire a la productiou. 



Digitized by 



Google 



161 CllAPlTHE IV. — IHRK'iATlON DES CULTCHES DIVEHSES 

quotidicii, mais uc s^applique a la fois qu'a de petites surfaces, 
Tandis qu'il fallait, pour rirrigalion agricole, un volume d'eau 
considerable, mais disponible pendant peu dc temps et k inter- 
vallcs assez 61oignes, ce qui convient Ic mieux pour les jardins, 
c'est un ecoulement k peu prfes continu. 

II i^esulte de la que les localiles disposees pour k»s g^andes cul- 
tures, surtout quand on n'y dispose de Teau qu'i des jours deter- 
mines, seront peu propices aux cultures potageres. Les jardins 
se grouperont, de preference, le long des canaux, ruisseaux ou 
rivieres auxquels chaque proprietaire aura pu faire une petite 
derivation pour son usage particulier ; ou bien dans des endroits 
exclusivement consacrds au jardinage, et ou la r^glementation 
de I'eau a 6te de tout temps etablie en vue de cettc industrie spd- 
ciale ; ou bien encore, un jardin pourra ^trearrosS par Teau d*un 
petit ruisseau ou d'une source dont le propri(5taire dispose entie- 
rement. Plus frequemmcnt encore on etablil les jardins dans les 
localit^s ou les eaux souterraines ne sont pas k une bien grande 
profoudeur ; on creuse un puils, ct Ton eleve Teau au moyen 
d appareils 6ievatoires. Les manages, auxquels on attfele un dne, 
un mulet ou un cheval, sont Irfes employes ; ils peuvent 61ever 
Teau au moyen d'un chapelet vertical ou d'une noria (voir 88 et 
89). Mais, cc qui est Ic plus economique, une fois les frais dc 
premier 6tablissemont payes, c'est un petit moleur k vent action* 
nant une pompc (voir 82). II est vrai que le moteur k vent en- 
traine forcement la construclion d*uu reservoir, dont on se dis- 
pense quelquefois dans le cas d'un manege. Mais il faut remar- 
quer que le reservoir a son utility dans tons les cas; il rend le 
travail du cheval et le service de Tirrigation ind^pendants Tun de 
Fautre, ce qui est plus commode; puis, ce qui est encore bien 
plus important, il permet a Teau, puisne d'avance, de prendre 
une temperature plus douce que celle du puits'. 

t99. M^thode* «rirrii:a(loii applleables a«sL Jarilliifl. 

— Les procedes dimgation employes dans les jardins etdans la 
culture maraichere sont surtout des applications, en petit ei tr^s 
simplifiees, de la m^lhode par submersion (123) et de Tarrosage 
a la raie (124). Le point le plus essentiel, c*est une bonne com- 
binaison pour la dislribulion dc Teau dans toutes les parties du 

1. Voir, sur rioflucQce de la lemperalure de Teau, le chapitre III. 



Digitized by 



Google 



I 3. ^ CULTURES MAKAICHKRES ET JAHDINS 105 

jardin. Uoe fois Teau amende jusqu'a lol carre, jusqu a telle 
planche de ce earre, le jardinier saura varier, solon les cas, le 
mode d'dpandage. lei il fait sa culture en lignes ; c est dans les 
petits sillons qui s^parent les lignes qu'il fera ruisseler Teau. La 
son semis est fait & plat; il nivelle parfaitement sa planche, ras- 
semble la terre tout autour, de manifere a former un petit rebord^ 
ct c'est dans cette petite enceinte qu'il inlroduira I'eau. Ailleurs, 
ofi TefTet de I'irrigation lui paraitra insuffisant, il creusera dans le 
sol un petit bassin provisoire que Tirrigation sera charg^e de rem- 
plir, et ce seraensuite avec une ^cope qu'il donnera a ses plantcs 
I'eau, sous forme de pluie, autant de fois qu'il le jugera nices- 
saire. Enfin, tel arbre, tel arbuste reclame- t-il un terrain cons- 
tamment humide, il creusera tout auprfes un trou qui sera entrc* 
lenu plein d'eau. En definitive, tout jardin irrigu6 devra contenir 
avant tout un reseau principal de rigoles de distribution ; cos ri- 
goles pourront 6tre simplement creusees dans le sol, ou bien for- 
mees avec des materiaux solides et imperm^ables ; le reste ne 
consistera qu'en dispositions essenlicllement provisoires, renou- 
velables pour chaque culture. 

its. Exemples de Jardinri potasrerw lrrl^u€%. — Soil, 

par exemple, un terrain de 75 mfetres de long sur 60 de large, n'- 
presented en B C D E sur le plan (fig. 68), et destine i la culture des 
plantes potageres. Un petit canal, auquel on a le droit de prendre 
I'eau k volont6, arrive dans la direction A, et sc divise en deux 
bras BG, BD, longeant les deux cdtes les plus elev6s du terrain ; 
celui-ci a sa pente principale dans le sens AD, soit du haut en 
bas de la figure^ et une pente leg^re dans le sens BG, ou de gau- 
che k droite. On accede au terrain par un ponceau F, construit 
sur I'un des fosses. 

J'^tablirai un chemin^d de 4 metres de largo, par consequent 
praticable aux voitures; il servira au chargement et au transport 
des engrais et des produils, et au besoin de lieu de depdt. Le 
long du foss6, je trace une large plate-band ecc?, qui sera cultiv^o 
a la beche et pourra recevoir diverses menues cultures. Cette dis* 
position permet d'obtenir, pour les voitures, une entree plus fa- 
cile, ainsi que deux espaces libres pour tourner aux exlr^mit^H 
do Faille. La plate-bande cd^ se trouvant au bord du canal, 
pourra 6tre arros^e a Tecope, travail que faciliteront quelques 
petits barrages qui tiendront de Teau toujours accumulee de dis^ 



Digitized by 



Google 



166 CFIAPITRE IV. — IRRIGATION DE8 CULTURES DI VERSES 

tance en distance. Lo reste du terrain, destine k des cultures 
praliquoes plus en grand, sera divisd en planches L, M, N, 0,P, 
Q, de 40mMres de largeur. Ges planches pourront Mre labour6es 
k la cbarrue. 




Fig. 68. — Plan <l*un terrain flispos6 pour la ouKure maralchere. 

AD, CD, fosses pleins il'eaii. 

F, ponceau. 

ab, allee. 

ed, platc-hande lahour^e. 

Tout lo resto du lorrain a droits do Tall^e est en labourage ou en cuUur«8. 

Tou8 les traits pleins iniiiqnent des rigoles de divorscs dimensions, les dcrni^rcs 
sc r^duisont i de petils sillons trnct^s presque a la surface du sol. Ges sillons soot 
tons un pen 61argis ver8 Text remits qui reroit IVau, 

Les rtoches indiquent le sens df la nmrclie do I'eau. 

Les lignes DK, EC, figurcnt des liaies ou palissadcs. 

Une rigole principale prend I'eau en A et suit le bord de Tallia 
ab ; d'aulros rigoles s'embranchent surcelle-ci, el suivent les li- 
gnes s6paralives des planches de culture. Ges rigoles ne devront 
pas *lre 6lablies en contre-bas du sol. Au conlraire, leur fond 
devra etre aussi eleve, ou pen s'en faul, que le niveau du terrain, 
ce qu*on obliendra en remblayant d*une dizaine de ceptimMres au 
moins les endroits ou elles doivent etre i§tdblies. La figure 69 



Digitized by 



Google 



§ 3, - CULTURES \fARAICHfiRES ET JARDINS 16T 

donne un exemple d'un tel profil. II sera bon que ces rigoles per* 
manenles et leurs bords sojent gazonnis. 




De peiiis sillons devront klve traces longitudinalemenl^ k la 
surface des planches, k des distances de 1 m^tre k 1" 30. les uns 
des autres. On pourra employer pour cela une legfere charrue but- 
teuse, la lerre rejel6e de part et d autre de la raie devant fetre 
^tendue au r&teau sur le reste du sol. Soit maintenant une plan- 
che L, ainsi dispos^e, quMl s'agit d^arroser. Si Teau est assez 
abondante, le terrain pas trop permeable, il pourra suffire de 
barrer vers le bas de la planche, aux environs de a, la rigole qui 
loDge Tall^e ; Teau s'introduira dans les sillons par leur extr^- 
mit6 de gauche. S'il arrivait, ce qui est probable, que Ton eAl 
trop de peine a faire parvenirTeau jusqu'krextremit^ opposiede 
la planche, on op6rerait comme on le voit en N, oh la planche 
est divis6e dans sa longueur en quatre parties 6gales Dans ce cas, 
Teau est prise dans la rigole qui s^pare les planches M etN ; trois 
rigoles provisoires transversales la recoiventk leur tour at la r6- 
partissent dans les sillons en ruisselant dans le sens des filches. 
Si Ton ne trouvait pas une trop grande augmentation de main* 
d'oeuvre k tracer les sillons transversalement aux planches, on 
adopterait une disposition plus simple, indiqu6e sur le plan, pour 
la planche P : Teau d*arrosage est eipprunt^e directeipent k la ri-r 
gole separative des planches et P, que Ton barpe ^n divert 
points, selon les portions de terrain k arroser. 

Si, dans le mi^me emplacement qui vientde nous servird'exemr 
pie, on veut faire quelque chose qui ressemble un pen moins k 
un champ, le plan legerement modifi^ pourra devenir celui de la 
figure 70. On y voit une large all6e en face de Tentrfee, et deux 
autres plus ^troitcs qui longent les cldtures et compl6tent la cirr 
culation autour de la principale piece de terrain cultivS. 

A cela prfes, les dispositions pour Tirrigation de ce carr§ de 
terrain restent ce qu'elles 6taient d«^ns le premier projet, Seule* 



Digitized by 



Google 



m CHAPITHV: IV — tHli|f>ATI'»N URS CrLTimES PIVBRSKS 

niont, ane rigole ilevra jvassoi' sous rull«ej en face I'enlrife dii jar- 
din ; e'est till CHS qrii so presenle pre^f]ue Inujntirs qiianil on vcul 
appliqucr I'lrrig^alioii atix jartlins, (Jiiosl oblige, en pareil cas, 
ir»M?ibUr un pel it ca niveau couveit qui flevra occuper le moms de 
place possible eu liauletir, el on rxhaussc un ]iea le sol cle Falleo 
CO eel entlroit par ini leger rcfiihlai qui m'- penl de pari cl d'aulre 
eu peril c Ires tlouee, Lo r a niveau pouL ("^Ire eonslilue par uik? buse 
f^n ImSj comme telle t!out le desj^in a ete donue figure 47 (72). 



L _ 




1 


i 

1 




1 

1 


^■^ 


1 

1 

f 

1 










iW ^ 


fc 






f 





In tuyauen polerie, fignre IG, hrralt pen solide si des voitures 
devaienL pnisser dans TaltiT. Cv qu'il y ade ineillear pour eespc- 
lils [lassrtLio^ d*nau. <h' son I nsmnrnirn! les tuvaux en fonte, 
n*nimi* rru\ <jni ^I'rvi^nt ;( fairi', ilans Irs villes, les conduircs 
fFran i'i \]v i:a/:. r.imnnr dans Ir^ jardins nn arrose d'mie ma- 

nirre jnri^qn intinur, nii na pas ti(*.stnu, par conlre, de faire 

rinMili^r dnns le^ ri^cilrs Ao '^vniuU vidnnn*^ ereau h la fois, ct des 
hivanx de lU a !:i cfnlini^tri^s dt' di;tuiMre inteiieur sufriront 
dans 111 idupai^l dt^s t ;is. |] f^mi Ti^^onvrii' e<'s luvausavec tin peu 
do lerre, rf Irnr rbiuiii r. riHi>s [>nsaiil, la pins forlo penle que 
run p(uina, I nriUinelir par nn*lrv. par exetnple, cequi au^^men- 
tMia ri>nsid**rabU^m**n» b-nr ArUlt, 



Digitized by 



Google 



8 3.-- CL'LTrRh:S MARAICHfiRES ET JARDINS 



169' 



Soil maintcuant un jardin k Slablir dans un enclos carr^ do 
80 metres de c6t6, A B C D (fig. 71). Le terrain n'aqu'une pf^nte 
ligfere ; elle est dirigio a pen prfes du haut en bas du plan. Uno 
couche aquiffere existe & 4 ou 5 mMrcs au-dessous du sol, et Teau 
devra etre extraite d'un puits par une noria. Ce jardin n'cst paa 
destin^ a fetre cultive k la charrue. 



I J 



(ir 


r3B= ■' 

L ' 






















J 


1 \ 



• J - 

Fig. 71 . — Plan d'ua jardin clos dc mur, avec rigoles. 

EF, enti^ees du jardin. 

P, puits avec manage couconirique au puits, faisant mouvoir une noria pour ^Kver 
Foau. L'eau est d6vers6e dans uno bdche d'oCi parlont deux conduits {figur^is par 
de largcs trails) qui so recourbont a angles droits. Tun h droite, I'autro a gauche. 
apr^s avoir passu souterraincment sous la piste du manege. 

o, passage d'uno dos rigoles sous le chemin. 

Le jardin ^lant divise, comme Tindiquele plan, en deuxgratv 
des pifeces de terre accessibles sur tout leur pourlour, le puits a 
616 crcus6 en P, dans lapartie haute deTencIos. L*eau eleveepar 
la noria lombe dans une bAche, d'oii elle s'echappe k volont^ par 
deux conduits qui alimentent respectivement deux rigoles, Tune 
h gauche, se dirigeant vers a, Taulre k droile, se dirigeant yers 
c. Des points a etc parlent, Wangle droit, deux aulres mattresse^i 



Digitized by 



Google 



170 CHAPITRE IV. ^ IRRIGATION DES CULTURES DIVERSES 

rigoles aby cd, dont chaoune pariage en deux parlies ^gales Tune 
des pieces de terre en culture*. Deux series de rigoles d*une moin* 
dre importance se ddtacbent, bdroite el h gauche, de chaoune de 
oes grandes artferes, et peuvent, au besoin, porter Teau dans ton* 
tes les parties du terrain. La*pente primitive du sol, dans le sens 
transversal, ^tait peu considdrable, ce qui a permis, k Taide de 
terrassements tres 16gers, de donner k chacune des demi-pi^ces 
de terre que separent les rigoles principales le peu d'inclinaison, 
en sens oontraire, qui est indispensable pour que T^coulement 
ait lieu partout dans le sens indiquS par les flfeches. Le terrain, 
devant reeevoir des cultures trt^s varices, serad^compos^ suivant 
les besoins en pelites parcelles, et comme la pente gdndrale est 
dirigee du haut en has du plan^chaque parcellepourrafacilement 
6tre irrigu6e, h la raie ou de toute autre mani^re, par la rigole 
qui lui eist imm^diatement supdrieure. 

line plate-bande, destinde k contenir diverses plantes et arbus- 
tes, rfegne autour du jardin, tout du long du mur de clAture. Le 
plan indique comment les rigoles partant de la noria se proloa- 
gent, Tune de a en e, et Tautre de c en y, pour alimenter deux 
pelites rigoles permanentes e/, gh, qui longent les plates-bandes 
et servent k Tarrosement des plantes qui s'y trouvent. 

II doit kite bien entendu que tout ce r^seau de rigoles ne fonc- 
tionnera pas k la fois. L'eau sera, au contraire, employee tani^t 
sur un point, tant6t sur un autre. De petits barrages, convena- 
blement placds, ne lui laisseront, k chaque instant, de )ibre que 
I H ^ lo chemin qui lui auradti assign^ par le jar- 

'\~~~Jy^ dinier. Les barrages en question pourront se 
^ ^>u->^^ faire, dans les rigoles simplement creus6es 
dans le sol, k Taide de sortes de pelles en t6le 
^'** ^*' sans pfianche, mais munies dune poignde, 

figure 72, ou mc^me au moyen d*une simple ardoise. 

Lorsque les rigoles seront en pierre ou autres mat^riaux, 
comme je le dirai tout k Theure, on s'en tiendra, faute d'un sys- 
tbme perfectionnd, k Temploi de mottes de gazon ou de petils sacs 
on toile remplis de lerre ou de sable fin, moyens qui du resleat- 
teignent parfaitement le but. 

\. Voir plus loin, figure 73, le mode de construction de ces rigoles prin- 
cipales. 



Digitized by 



Google 



5 3.— CULTURES MARAICHfiRRS ET JARDINS 



171 



f ••• Oaiifitr«0tioii den rl0«|e« permanentefi dann leu 
Jiiirdiii*. — [iOfsque les rigoles de distribution seront simplo* 
ment creus^es dans la terre, Teau ayant d'ailleurs Icplus souvent 
un long trajei k parcourir, une quantity assez considerable d^^ 
celle-ci se trouvera absorb^e par le sol des rigoles, ei cettc ab~ 
sorpUonpourraaugmenter, dans upe proportion qui esl loind'^lr^^ 
ii^gljg^&ble, la consommation de Teau que devrafournirlanoria. 
D'un autre cdt6, ees rigoles en terre isnlretiennent, sur lout leur 
parooiirs, une humidil^ permanente qui peut deyenir nuisible* 
Aussi IroijvM'On ayjintage, dans les jardins de quelque impor- 
tance, k construire les principales rigoles de r^parlilion, tellesqm^ 
abj cd, avec des mal6riaux imperm^ables. On emploie assez sou- 
vent k cet effet des caniveaux en pierre, analogues k celui repr<^- 
sent6 en perspective et en coupe sur la figure 73. 




<--.«. 




Fig. 73. — Vuo pftrspectivo et coiipo transvcrsale (Vi^uc portion 
(Ic rigole saillantc en pierre de taille. 

On voit, sur celle figure, la disposition des prises d'eau desti- 
nies k alinjenter les rigoles secondaires divergentes qui spnl a 
fleurdu sol. Quant aux rigoles principales, on voit qu'onleslaisse 
ordinairement en saillic ; on pout alors leur donner telle penti^ 
regulifere que Ton d6sire, sans avoir a se preoccuper des diverses 
inclinaisons ou ondulations du terrain dont la surface, lorsqu'oii 
passerad'un endroit k uu autre, sc trouvera simplement plus ou 
moins rapprochee du bord sup6ricur du caniveau. On conse^v^* 
en meme temps, avec celte disposition, laliberldlaplus complM*^ 
pour les prises d'eau,ainsi que pour les embrancheraents qqe^roii 



Digitized by 



Google 



J- 



m CHAPlTRl!: IV. - IRRIGATION DES CULTURES DIVERSKS 

voudrail etablir par la suite, tandis que Ton risque de se Irouver 
quelquefois gAne avec des caniveaux de repartition posis, dans 
lo principe, en contre-bas du sol. 

Les rigoles de second ordre devant diverser lat^ralement leur 
cau, pour les besoins de I'arrosage, soit dans des series de sillons 
parallfeles, soit de toute autre maniere, nepourraient dansaucua 
ens £tre constitudes, comme les pr^c^dentes, par un caniveau 
complet. Mais on peut tres bien, pour diminuer les pertes par in- 
filtration, former le fond et mSme un c6t6 avec des mat^riaox 
elanches et leur donner, par exemple, le profit de la figure 74. 




Fig. 74. 

Divers moyens, plus economiques que Temploi des caniveaux 
en pierre de taille, sont souvent mis en usage. Ainsi, par exem- 
ple, on fait des caniveaux en bois, tantdt creuses dans des troncs 
d*arbrcs, tantdt formes de deux planches clouees a angle droit par 
un de leurs bords, de maniere k presenter en profit la forme d'uu 
Y trfes-ouvert. D'autres fois, on garnit avec des tuiles creuses le 
fond des rigoles en terre. Mais Temploi de ces moyens imparfaits 
entraine des reparations frequentes et finit souvent par devenir 
dispendicux ; on ne saurail le recommander en dehors du jardin 
do Touvrier, qui ne peut depensera la fois une grosse somme,et 
qui, d'ailleurs, fait tout de sespropres mains. Je signalerai comme 
devant fetre pr6fer6s les caniveaux que Ton pourrait couler sur 
place avec des ciments tels que ceux de la porte de France ft Gre- 
noble, ou bien les constructions en briques non gdlivcs reunies 
pardu ciment ou de bon mortier do chaux hydraulique. 

Malgre la simplicite de plan du jardin fig. 71, on n'a pu eviter, 
r1ans lo haut dece jardin, plusieurs passages des rigoles distribu- 
(rices k travers les allees. Or, si Ton adople les rigoles saillantes 
(lent il vicnt d'etre question, il faudra,ou remblayer partiellement 
les allees pour les faire passer au-dessus des rigoles, ce qui est 
]o plus simple, ou faire passer ces dernifercs en siphon sous les 
allies, qui conserveront leur regularile. 

La fissure 75 representc, en coupe vcrlicale, un de ces passages 



Digitized by 



Google 



j3. — CLLTUHES MARAlilHHHKi^ ET JAHDIN:^ 



i;^ 



d oaii. Le siphon est supposd form« avec des luyaus de faults 
^iiniiiio ctaot CO qui prcso!ilo los plus ^randrs facililt^s p*jur la 
pose t^ Icsmeilleuresgararjlies tie soIilIjIo ; nmis divcrsoscojnlii' 



I 




rmi^ons en picrre de taille, on briqiies ct cinient^ on belon, pour- 
raiuiit iMit" facilemcnl iinagiiiees. Pour eviUT le dt*p6l de corps 
etraiigers dans rintei'ic^urdu siphon ^il eslbon que rcaiiynitic plus 
possible de vile^^s^-\ Pour oblonir cc resuifal^ on evilera d'abord 
dc donner au coiuluil formanl siphon dcs dimensions fransver- 
sales cxagerees, puis on t,lehcra do faire en sorlc qu'il v ait uiie 
nolabb: ilifTci'eucc de niveau cnlreles orifices tPentr^^e el de soriie. 
A cet i^fful, an lieu de donner an canivean servant de nVoIe une 
penle regulii^re, on tiendra eluieune des deux parties que Ic siplioii 
s4pare pre^quc horizonlatcs sur une cerlainc dteodue^ et Ton ra- 
cbelera la penle generalc que peul comporler la rignle par uno 
brusque differt'uce de quelques ccntimefre.'^ dans les hauteurs d»'s 
deux parlies que le siphon doit roller. 

Malgr6 ces disposilions, on pent craindro que quelqucs-uns de.l 
corps charrics par Teau ne roslenl dans la parlie horixonlale du 
aiphon, s^ans que le com ant ait la foreu de les en faire sorlir, II 
seraloujours prudenl, a cause de cela, tie nienag^er dans la parlie 
la plus basse du niphon une ouverlure A, fi-^urc 75, oTtlinairemenl 
ferniee par une bonde en bnijn ou de lonle autre nianii-ro. Pnur 
netloyer au besoin le conduit soulerrairu ou fera t^couler son con- 
lenu dans une pelile fosse revijtue enpicrresseches el recouverle 
d'une dalle. * 

Dans les pays un pen aceiden(es, il arrive assex souvonL que 
IVau, enfipruntee k uue source ou a un ruisseau, part d'uu point 
nolablement plus (^leve que le sol du jardin a irrisrucr. On prn(i(e 

K On peat, pour eviter ritJlroJucLion des corps etrao^^er^ dms le siphoa, Qm^ 
ployer ua dispositif analogue u celui qui est represente en roupe, dans h 
tlgure 76 {V"oiV a la pufjc sukanto la hHtik tk i'l prhcfitc nok}. 




Digitized by 



Google 



174 CHAPITRE IV. - mRIGATION DBS CULTURES DIVERSES 
quclqiiefois, dans ce cas, des murs de cidlure pour placer k leur 






Fig. 77. 

sommet les caniveaux destines a la distribution de Teau dans di^ 
verses parlies d un jardin. On d6barrasse, par ce moyen, les carres 




Fig. 76. 

A, cloison destin^e a arroler les corps (lollanls, fonii6e par un large bjirreau dc f«'r 

plat, po8^ dc champ, ot scell^ k scs extr^niitcs dans les c6t^8 de Taugo de 
pierre. 

B, dalle de rccouvronienl en pierrc. 

C, orifice lateral pour la vidange, ordinaircracnt fcrm6 par unc boode en bois 

entoureo de linge. 

D, branche descendanlc du siphon. 

E, pierre de taille creusoo en forme d'aiige ou canivoau. 

F, partie creusee dans le fond du caoiveau ou se d^poscnt les corps plus lourds 

que Teau. II convicnt que celle cavity soit aussi profonde que possible. 
Dans un jardin leou a?ec una certaine 6l6gance, la dalle de recouvrement B 
pourrait servir de support a un vase contenant une plante omementale. D'ail- 
leurs, une dalle semblable peut ^Ire utilement placee syin6triqueraent a la pre- 
miere, de Tautre c6te de I'allee, pour couvrir rorince de sortie du siphon. On 
conQoit done que celte pelile construction, loin d'dtre desagr^able 4 ToBil, peut 
6tr6 coQvertie aisement en un motif de decoration. 



Digitized by 



Google 



I 3. — CULTURES MARAlCHfiRES ET JARDINS ^5 

en culture et les chomins d'une partie des rigoles saillantes. Des 
tuyaux de descenle, munis de bondes k leur parlie sup^rieurCp 
servent k faire les prises d'eau. La figure 77 donne une idee do 
ces dispositions. 

isa. C^ndaites d'eaa nouCerralnes dans les Jardtim, 

— Aux caniveaux d6couvorts que j'ai ddcrils, on peut subi^U* 
iuer pour le transport de Teau, entre deux points quelque peu 
61oign6s Tun de Tautre, des tuyaux enfouis & 50 ou 60 cenlinir- 
tres au-dessous de la surface du sol*. Ces tuyaux souterrains n'eii- 
travent pas comme les aulres rigoles les travaux de culture, el 
ne g^nent pas la circulation sur les chemins. Mais nous savons 
que si I'eau sufHsamment chaude active la vegetation, Teau froide 
la retarde". Or en 6t6, saison des arrosagos, Teau des sources et 
des puits est plus froide que Tair ; ct, en circulant k decouvert, 
elle s'am^liore doublement par Pair atmosphi^riquequ'elle dissent 
et par la chaleur qu'elle recoit du soleil et des conduits pr^ala* 
blement ^chaufT^s. On devra done r^server la circulation souter- 
raine pour quelques c^s exceptionnels ; et, mdme alors, il sr^ra 
toujours bon de laisser sojourner Teau avant Temploi, dans dp 
larges reservoirs d^couverts. 

tSf • Li*irri^ation des Jardins est applieable sons toiu 
leu elimats. — Le mode d'irrigation des jardins que j'ai ddcriL 
ci-dessus, l^gerement varid dans ses details, scion le gout et les 
convenances personnelles de chaque propri6taire, devrait felre 
universellement adopte. Partout, mfime k la limite la plus sep- 
tentrionale de la France, on rcconnail que Teau est indispensa- 
ble pour la fertilite et la beautd des jardins ; mais Temploi de Tar- 
rosoir, naguere encore le seal mode connu dans la plus grandd 
parlie de noire pays, est lellemenl onereux qu il a toujours pour 
consequence une parcimonie regrettable dans les arrosages. Au- 
jourd'hui, dans beaucoup de jardins maralchers, Teau est ripartle 
au moyen de conduits souterrains dans un certain nombre depe- 
tits reservoirs situ^s dans les diverses parties du jardin ; c'est 

1. Relativement aux conduites souterraiDes, ▼oir27. 

2. Voir, sur Pinfluence de la temperature de Teau, rarticle 112. Dans le cas od 
de Teau de source doit servir h. irriguer des prairies pendant Thiver, on a iule- 
r^t» conlrairement k ce qui a lieu pour les jardins, k con server sa lemp^raLure 
relativement chaude en la conduisant souterrainemeat quaad cela est possiUa. 



Digitized by 



Google 



<yfA'^ 



rs ciiAiTme jv. - ihhigation oEb ciltikks uivtRsKs 

daus ces reservoirs que Ton puisc avec les arrosoirs. Cello dis- 
position, bien queconstiluant d6jk im grand progr^s, nVst pas, 
lanl s'en faut, le dernier lerme de Teconomie dc main-d'd^uvre, 
piiisqu'elle ne fait que reduirc dans une rertaine mesure les dis- 
tances auxquelles il faut aller chercher Teau, tandis que toute es- 
pfecc de transport ct d'epandage kbras d homme pourrait et dc- 
vrait elre supprim6*.Le seul inconvenient de Tirrigation est qu'ellc 
exige un pcu plus d*eau que la quantil6 dont on se contente sou- 
vent quand on ne se sert que de Tarrosoir. 

On substitue quelquefois aux arrosoirs une pompe a>bras trans- 
portable, aspirante et foulanle, qui puise Veau daus les reservoirs, 
et la projetlesous forme de jet k Taide d*un tuyau flexible terinine 
par un ajustage appele lance. Les frottements el aulres forces 
pcrdues dans la pompe et dans les tuyaux, Telcvalion inutile de 
Teau a une hauteur notable au-dessus du sol, et plus encore la 
compression necessaire pour produire le jet, exigent une assez 
grande ddpense de travail moteur, aussi grande au moins que 
celle representee par le travail fait avec les arrosoirs dans le cas 
ou il n'y a pas k op^rer k bras un transport loinlain. L^emploi de 
ces pompes n'est done pas un moyen economique \ 

Tout jardin, mSme le plus modeste, devrait 6tre pourvu d'uu 
syst^me de rigoles dislributrices en rapport avec ses dimensions. 

i. A une epoque ou j'habilais la campagne dans le departement du Cher, 
j*avais amen^, dans le potager, I'eau d'une petite source. Bien que j'eusse vu des 
jardins dans le Midi, mon e?prit n'6taitpas dirig6, en ce moment, vers les inno- 
vations horticoles, et Tidee ne me vint pas d'etablir un syst^me dlrrigation. Je 
distribuai, dans les diff^rentes parties du jardin, de pelits bassins formes de 
tonncaux defences d*un bout et enfouis k ras du sol. L'eau, circulant souterraine- 
ment, passait successivement d*un tonneuu k Pautre ; et Kon puisait, avec Tarro- 
soir, dans ces pelits reservoirs. Unjour, des feuilles vinrenl ii fermer Toriflce de 
sortie de I'eau de Tun de ces tonneaux ; Teau deborda et,commo le terrain avail 
une l^gere penlo ; I'eau se repandit sur une planche de choux, qui s*en trouva 
fort bien. Le jardinier fut naturellement enchanle, en voyant une parlie de sou 
ouvrage faite sans son concours. Quelques jours apres il renouvela volontaire- 
ment I'opcration, lout en dirigeant el regularisant le cours de Teau. A partir de 
ce moment, il inventa Tirrigation des jardins et n'employa plus d autre roethode 
pendant quelques ann6es, jusqu'i Tepoque oil j'ai change de residence. Seulement, 
si j'avais etabli des caniveaux a d^couvert, cela eut encore mieux valu. 

2. L'arrosage au boyau flexible et k la lance doit 6tre employe soulement dans 
les cas particuliers oil Teau se presente d*elle-m^me sous une assez grande pres- 
sion, ainsi que cela arrive dans les villes lorsqu'on prend Teau & une conduite 
publique de distribution, ou encore si Ton tient a laver le feuillagc de certains 
arbustes. 

Pour Tarrosage des voles ol jardins publics, voir Em-ydoiMie des travaux 
publics, volume Distribution (Teau, par Bechmann, 



Digitized by 



Google 



g 3. - CULTURES MARAICHERES CT JAHDINS 



tft 



Lors meme que Teau dcvrail eirc tiree d'un puils a Taide iTune 
pompc h bras, il scrait plus simple de la verser direclement dans 
une rigole qui porlerait Teau au point voulu, que de pDiupin^ 
pourreraplir une auge oil Teau devrait felre reprise onsiiile avec 
un arrosoir. En adinettant qu'il faille pomper un pcu plus luij«^- 
temps, dans le premier cas, il y aurail encore, somme loubs ecu- 
nomie de main-d'oeuvre. Celle economie sera complete si I eau 
est prise a une source oh a un reservoir alimenl6 par un niot€ur 
a vent. 



Si. 



IRRIGATION DES PLANTATIONS D'ARBRES, 



L'lrrigalion des vorgtis. 



189. Irpi^ation des Termers. 

quelle que soil la nature des arbres qui les occupent, ne prt'scntc 
rien de bieri parliculier, Cetle irrigation n'a d^ailleurs d uliljl(5 




/^ 



/ 



c/^ 



Fig. TS 

Les ligncs AB, CD, sont les canaux, 

Lc8 aulres traits doubles, des rigolcs et enibranchements, 

Les ronds, au bout des rigoles, sont des trous creuses en lerre, 

Les points noirs soni les picds d'arbrcs plantos en lignes. 

que dans les contrees mcridionales. Toutes les m^tbodcs darm- 
sage que j'ai d6ji decrites, et qui auront pour effet d'huiijeciur 

<2 



Digitized by 



Google 



Its CHAPlTftE IV. - IRRIGATION DES CULTURES DIVERSES 

sufiisamment le sol, pourronl fttre ulilemenl appliqu^es, el c'est 
surtout la siliialion et la disposition du ierrain que Ton devra 
prendre en consideration. 

On rencontre quelquefois des dispositions analogues k celle de 
la figure 78, qui repr^sente, en plan, un terrain complantd 
d'arbres, dont les emplacements soni indiqu^s par les points 
noirs. L'eau, prise k un foss6 A B, est amende de deux en deux 
rang^es entre les lignes d^arbres par des rigoles parallfeles k ces 
iignes. De chaque rigole parlent de petiles ramifications, donl 
chacune alimenle un trou pratique dans le sol k pcu de distance 
de chaque pied d'arbre. Un fosse C D, qui passe au bas du ter- 
rain, rassemble et emporle toutes les colatures. Je preffere k ce 
trou, pratiqu6 prfes d'un arbre, une rigole circulaire de meme 
capacity trac6e autour de I'arbre. Jc ne dirai pas, si Tarbre est 
deja grand, de former une cuvette immddiatement au pied ; il n y 
a la que de gros tronQons de racines qui, partant du collet m6me 
de Tarbrc, ont moins besoin d'humidit^ que les petites racines 
munies de chevelu, mais qui souffriraient d'etre d^terries. Au 
contraire, en crcusant une rigole circulaire k ^ mfetre ou 1"50 
du tronc, et m^me plus, selon la taille de Tarbre, on n'atteindra 
aucune racine importante, et Ton amenera Teau pr6cisement au- 
dessus de la region oil, vraisemblablement, s'61abore la plus 
grande partie de la nourriture de Tarbre. Si le terrain est en 
pente, la terre extraite de la partie haute sera rapportie du c6tc5 
le plus bas, en forme de bourrelet. La figure 79 donne une idie 
de celte disposition. 




Fig. 79. 



Dans les plantations d*orangers de TAlg^rie, on adopte quel* 
quefois une disposition qui difffere un peu des pr^Mente^s et qui 



Digitized by 



Google 



§ 4. - PLANTATIONS D*ARBRES m 

consislc a diviser le terrain en 6chiquier, k Taide dc conjjiarlJ- 
meats carres separ6s les uns des aiitres par de petits bourrolL'ts 
de terre. Le centre de chaque case est occupe par un arln l\ 
L'eau, inlroduite dans la parlie du terrain la plus elev6e, reinplit 
successivement toules les cases, en debordant par dessiis h^s 
bourrelets. C'est une application speciale de rirrigation par sub- 
mersion. 

133. Irrif^atiou den plautotionw d^ali^rnentent diiii*i Iru 

villes. — Sur les promenades, les arbres sont souvent [ihuilcs 
en lignes, a la limile separative de deux chaussees bombet s. C^js 
arbres se trouvent ainsi occuper une depression lin6aire du sol, 
II suffit, dans ce cas, qu'une prise d'eau, auxconduites de (ii^lri- 
bution de la ville, soit ouverle vers Textremile la plus 61evi'i' dii 
la ligne d'arbres pour qu'il se forme momentanement nu piMiL 
ruisseau, qui la parcourt tout entierc*. 



§5 
IRRIGATION DES COTEAUX 



134. Irrii^atioii des terrains inclines. — Tout vi^ qui! 
j'ai expose jusqu'ici suppose des terrains plats ou a pent* s lV»rL 
douces. C'est qu'en effet, memo dans les endroits ou Ton ii'irri* 
gue pas, la culture par les labours presente de graves iuiiHuc- 
nients des que Tinclinaisou du sol d^passe 4 ou 5 ccnliiih^iies 
par m^tre ; alors, aux difficultes que pr^sentent les fa^iuus u 
donner au sol, ainsi que les transports, se joint rincouvt'iiieal 
plus grave de Tentratnement, par les eaux pluviales, d'une [tartiii 
de la terre et des engrais, inconvenient que Tirrigation n*' [h uL 
qu'aggraver. Les terrains dont la pente surpasse la limile qiie jb 
viens d'indiquer seraient presquo toujours utilises d'une mauirrc 

it Ceite disposition, fort simple, a pris naissance dans le Midi. On U hiuivo 
reproduite a Troyes, grace k M. C. Ballet, le savant arboriculteur de ce\W. vitle, 
Cette irrigation y fonclionne avec succ^s pendant les secheresses de T^lr, kie <|ul 
montre une fois de plus que les pratiques d'une region peuvent quelqueto;:? ^im 
etendues avec avaotage bors de ses limites. 



Digitized by 



Google 



180 CHAPITHt: IV. -. IRKIGATION DES Cl I.TCRES DIVEHSES 

bien plus ralionnelle s'ils elaiiMil boises ou gazonnes. ou ineme 
garnis darbres fruiliers. ccs dcrniors n'exigcanl pas que le sol 
qu'ils occupenl soil niainlenu tout cntier dans un elat constant 
d*anieublisscnicnt. Les modes d'irrigalion'decrils dans Ic para- 
grapbe preceilcnt seraient parfailoment applicables aux arbres 
plant^s dans cette situation ; souloment, pour attenuer le ravine- 
ment des rigoles, il convicndra de donncr k celles-ci des direc- 
tions transversales ou obliques, au lieu dc les diriger, comme on 
le forait dans les plaines. suivant la plus grande penle du terrain. 

Si Ton ne peut 6viter de con- 

" ••••-*' server quelques rigoles a fortes 

pentes, on leur donnera le pro- 
fit de la figure 80, et on les 
gazonnera. Le gazon garantira 
parfaitcment des erosions; I'eau 
entretiendra la vegetal ion dc I'herbe et la faux alteindra partout 
cclle-ci. 

iSS. Irrin^atioii des terrains disposes en <errmtt»ett. — 

Les pentes rapides sonl souvent disposees en terrasses, soule- 
nues par des murs en pierres seches dont les mat^riaux sent 
ordinairemcnt fournis par le defrichemenl du coteau lui-nieme. 
On a ainsi une succession de planches cultivables,elagees les uncs 
au-dessusdes aulres.Descoteaux ainsi disposes peuventadmettrc 
loules especes de recoltes, niais sont le plus souvent complautes 
en vignes ou en arbres frui tiers, lis peuvent t^tre irrigues dans 




Fig. 80. 




Fig. 81. 



tons les cas ou le sol n'est pas absorbant k Texces et oii des 
sources, des ruisscaux ou des canaux, convenablement situes, 
donnent le moyen d'amencr de Teau sur les terrasses. Les pre- 
cedes pratiques, employes pour arroser les recoltes ou les arbres, 



Digitized by 



Google 



g 5. - IRRIGATION DES COTEAUX m 

seront ici Ics niemes que parloul ailleurs. La distribution geJit'* 
rale de Teau sur ces ierrasses merile seule unc courie mentiotK 

Une telle irrigation coraporle generalcment pour chaque elugu 
deux rigoles principalcs, plac^cs comme on ie voit, figure 81 : 
Tuncau pied du mur de soutenement,conlient Teau d'arrosa^e ; 
Tautre, sur le bord oppose de la terrasse, rcQoit lescolatures i]iu 
doivent etre transmises a la terrasse immedialemenl inKrieure, 
qu'elles devront irriguer a son tour. L'eau, do distance on dis- 
tance, tombe en cascade d*une terrasse a Tautre. 

Aux endroils on doit se produire la chute, on menage, m 
coDstruisant le mur de soutenement, une partie renlrante f*n- 
mant une sorte de gorge ou de caniveau, dont la pente est nn 




Fig. 82. — D6lail d'un des raui*s de soutenement de la figure 81. pris u IVndroil nti 
est inenag<^ un caniveau pour la chute de I'eau d*unc terrasse sur Tuutre. 

A, rigole ou se rassemblent los caux de la terrasse supericure. 

B, petit bassin creu«*6 dans le sol et renipli d'eau, ayanl pour objot dVuioHif U 
chute do cellc qui lonibe sur le plan incline ED. 

C, rigole partant du bassin B, et dislribuant I'eau sur la lorrasso inferieiire. 

D, pied du mur do soutenement. 

E, sommet de la gorge menagec dans le mur de soulenonu'nl, gor^'O dans larfu-lf*' 
sVffectue la descentc de I'eau. 

F, ain'-te supericure du mur do soulencment. 

pen moins rapide que celle du resle de la muraille. La coupis 
figure 82. explique suffisamment celle disposition. 

iSH. Terrattsett s^par^es par des talus «axonn^«. — 

Lorsque le sous-sol du coteau n'est pas une roche solide et m* 



Digitized by 



Google 



ISt CIIAPITHK IV. — IRRIGATION DBS CULTURES DIVERSES 

founiil paa de pierres en abondance, on pourrait ndanmoins 
adr'pter des tlisposiiions deusemble analogues k celles qui pr6- 
ebdeiil. Four cviler les murs, on s6pareraii les terrasses A, A, 
figare 83, destitiees k recevoir des cultures ou des plantations, 




Fi^. 83. 

pur des lalus gazonnds B, B, B. Les rigoles de colature de cha- 
ijitn l*:*rTassi\ e*al)lies k niveau parfail, arroseraient par diverse- 
nxitit Il^s lulus, qui fourniraient ainsi une herbe pouvant etre 
uUlis^o, UiH' ri^ole de reprise, situee au pied de cbaque talus, 
rrcuoillerail I'eau et deviendrait rigole d'arrosage pour la 
si^condt^ k*rni*!)^e, et ainsi de suite. 



Digitized by 



Google 



CIIAPITRE CINQUlfcME 

APPLICATION AUX PLANTES USIELLES. - RIZiERES 



1 1. Princfpes generaiur. — § 2. frngatton dcs planter usuelles, — S ^. RhUrfir, 



PRINCIPES GENERAUX 



Le premier chapiire comprend ce qui est relalif a la th^oric 
fondamentale des irrigations; le quatribme, § 2, decriL les dispo- 
sitions h donner au sol irrigable, ainsi que les miHIiodos em- 
ployees poury r^pandre Feau. Dans le chapitre 11^ an s'osi oc- 
cupe des moyens de se procurer Teau, et dans le cliapitrt^ III 
(§ 3) des questions que soul^vent sa provenance et sa qualile. Ji3 
me propose actuellement de considdrer les irrigations thm^ tears 
rapports avec les v6g^taux divers qui peuvent faire lubji^l do la 
cullure. Je donnerai, dans ce chapiire^ quclques indicaliiiEis pui- 
snes dans les pratiques agricoles les plus suivies, mui^ cuipara- 
vant jedois rappeler les principes ndcessaires pourappiecier con* 
venablement celles-ci. 

iSV. Itolsontt oa se dounent les arrosan^ett. — On conroit 
facilement que la moiti6 de Tannic qui comprend, avec I'ete louL 
entier, la fin du printemps et le commencement de raulomne, 
soilpartout la saison par excellence pour les irrigations. PcndauL 



Digitized by VjOOQIC 



iM CHAlMTRIi: V. — APPLICATION AUX PLANTKS USUELLES 

celle periodc, los pluies onl, en general, pen de duree, tandisque 
Tardeur du soleil et la siccit^ habiluelie de Pair, contribuent puis- 
saminent a dcssecher le sol, cl ccia pr^cisement alors que, sous 
I'lnfluencc des m^mes causes, les plantes, pourvues d*un grand 
developpemcnl de feuilles, consomment unc enorme quantity 
d'eau par Peffet de leur transpiration. Dmis lemidi de la France^ 
cesl du /*^ avril an /"' octobre que dure la saison des arro- 
sages. 

Cc n*est pas a dire que I'lrrigalion nc puisse ^Ire d*aucuneuti- 
lite en dehors de ces limiles : dans des contr^es encore plus 
cbaudes que la Provence, telles que Pllalie m^ridionale, PEspa- 
gnc ct I'Algerie, nous voyons les irrigations commencer plus tot 
au printcmps^ finir plus lard en automne, el souvenl m^me se 
prolonger pendant tout Phiver. C'est qu*en cffet Pirrigation, in- 
dependammenl de Pappoint d'engrais qu'elle apporle avec Peau 
(98, 99)i procure aux semences une humidile suffisante pour leur 
germination el leur levee complete ; elle assure les recoltes, pen- 
dant les premieres periodes de leur existence, conlre les seche- 
resses, si communes surtout auprintemps, et d'autanl plus redou- 
tables qu*elles agissent sur des plantes encore debilcs et mal en- 
racinees. Enfin Peau courante ^lant frequemment, en biver, plus 
chaude que le sol, les arrosages donnes en celte saison enlre- 
tiennent une certaine activite dans la vegetation, et avancent ainsi 
beaucoup son developpemcnl . Ce dernier effct, qui doit fetre con- 
sider^ comme un grand avanlage lorsque les vegetaux ne sont 
exposes k aucun arrfet dans leur croissance, peut devenir au con- 
traire un danger serieux, partout oil d*assez fortes golees sont a 
craindre. Si, en effel, unc plante, aprfes avoir 6leen pleine vege- 
tation, est brusquement arreli^e dans sa croissance, si quelques- 
uns de ses organes, dejk developpes, sont detruils par des gel^es 
tardives, la depcnse de force vilale deja faite en pure pertc de- 
vienl une cause d'epuisemenl,et il vaudrait mieux alors que la 
plante fut demeuree lout Phiver dans un etat de repos complel. 
La faire sorlirpreraaturement, par des arrosages, de celte espece 
de sommeil, serail leplus souvent une impi*udence. Ces conside- 
rations donnenl Pexplication de la pratique suivie dans la plupart 
de nos departements du Midi, oil des froids assez vifs, quoique 
de courle duree, sont toujours k redouler en hiver et mfime assez 
tard au prinlenips ; elles permellent de poser celte r^glc : que, 
dnnfi Ips rnntreps ou Ips qplepssont apeu prh inconnups, lest an^o- 



Digitized by 



Google 



§ I. - PRINCIPES GENfiRAUX 185 

sages seront donniSy au besoin, d toutes les epoques de Fannie ^ 
tandis qxie^ dans les climals froids on a temperature variable, la 
mi son d irrigation doit commencer au printemps^ a tepoque oil 
aucun retour de froid n' est plus a craindre, et finir en automne, 
avec la saison chaude. 

188. Inflaenee de l^irrli^atloii au point de ¥ue des la- 
boars ei binai^efi. — Ind^pcndamment de loute consideration 
de saison, ct en dehors de son bul principal, Tirrigalion permet, 
au besoin, d'humecler le sol durci par les secheresses, de maniere 
h pouvoir donner h temps les labours el autres cultures sans at- 
tendre Ic relour des pluies. De la r^sulle Tinappreciable avantage 
de pouvoir faire imm^diatemeni succeder une r^colte nouvelle a 
unerecolte enlevee,et de tenir ainsiles champs constamment oc- 
cupcs. Ne perdons pas de vue, d*un autre c6le, que la lerreabon- 
dammenl mouill^e devienl d'aulantplus dure ; d'oii il r6suUe que 
dans les cultures irrigu^es, plus encore que partout ailleurs, il 
faut donner de frequents et profonds binages. C'est un surcroit 
de main-d'oBuvre, mais on assure la bonne venue des plantcs et la 
proprete^ du sol. 

189. Moineut que Von doi< eholsir poar arroser. ~ 

Aussitdt apres un arrosage, et tant que Teau n a pas complete- 
ment acheve sa penetration, la surface du sol, forlement mouil- 
lee, qui est en contact avec Tatmosphfere, est le sifege d'une Eva- 
poration considerable. Cette evaporation est produite par le con- 
tact de Tairsecet chaud, qui determine la transformation deTeau 
en vapcur susceptible de se melanger avec lui. La vaporisation 
est d*autant plus active que Tair se renouvelle plus rapidement, 
les parlies salurdes de vapeur au contact du sol Etant remplac^es 
pard'autres. Mais la transformation d'un liquide en vapeur ne 
peut avoir lieu sans qu'il y ait disparilion d'une grande quanlite 
de chaleur, et si cclle-ci n'esl pas fournie par un foyer special, 
il faut necessaircment qu'elle soil emprunlee aux corps en con- 
tact avec le liquide, c*cst-a-dire en grande partic au sol, dans le 
cas qui nous occupe. 11 estvrai que le soleil, par sa radiation, 
tend a r6chauffer la superficie du sol ; mais il peut se presenter 
plusieurs cas. Si Tair est Iri'^s calme ou d6ja presquc sature de 
vapeur, T^vaporation 6lant faible pourra ne pas absorber toute 
la chaleur fournie par le soleil, et le sol s^echauffera. Si au con- 



Digitized by 



Google 



186 CHAPITRE V. — APPLICATION AUX PLANTES USLELLES 

traire Ics conditions almosph^riques son! favorables a une (res 
forte Evaporation, le soieii ne suffira plus k restituer la tolalitE de 
la chaleur consoram^e; le sol et Teau qui le baigne se refroidironl« 
Le refroidisseroent pourra m6mo Mre tel qu'il p6nMre, de proche 
en proche, jusqu'k la couche de terre occupie par los racines, et 
produisc un arr6t dans la vegetation. La marche de la s^ve sera 
alors momenlan^ment saspendue ou du moins tr^s ralentie ; et 
comme la transpiration qui a lieu k la surface des feoilles ne sera 
pas annulee pour cela, les plantes souffriront plus ou moins et il 
arrivera quelquefois que leurs sommitEs pourront se fl^trir et se 
fanor. Pour ^viter ces graves inconv6nients, dans les cas d'ail- 
leurs asHez rares oti Ton sera complfetement libre, on devra chou 
sir pour arroser tm temps calme plutdt quun temps venteux^ un 
temps hrumeux et mime pluvieux plutdt quun temps serein. En- 
fin on devra arroser d V entree de la nuit plutdt qu'd toute autre 
heuredelajournie. Pendant la nuit, en effet, il y a ordinaire- 
ment precipitation de la vapeur d*eau atmosph^rique sous forme 
de ros^e, auquel cas TEvaporation n*existe plus k la surface du 
sol ; celui-ci n'est pas refroidi. Dans le cas m£me od Tarrosage 
aurait 6t6 donn6 avant la nuit assez I6t pour 6lre suivi d'un re- 
froidissement du sol et de ]*arr6t de la vEgdtation, la nuit en at- 
t^nuerait les f^cheux cffets en suspendant TEvaporation k la sur- 
face des feuilles ouautres parties vertes des v6g6taux. C'est pour 
cela que les arrosagefi du soir presentent moins de dangers que 
ceur du matin, 

140. De Fabondance des arrona^en. — L'eau dont on se 
sertpour arroser possede, en g6ii6ral, a son arriv6e par les ri- 
golcs, une temp6ralure un peu supc^rieure k celle du sol^ k la pro- 
fondeur oil se Irouvenl les racines. D*oil il suit que I'eau intro- 
duit avec elle, dans le terrain, une quantity de chaleur d'autant 
plus considerable que Tarrosage est lui-m^me plus abondant, 
Avec un arrosagc copioux, il peut se faire que la quantity de cha- 
leur ainsi porl6e aux racines des plantes compense ou m^me 
surpasse celle absorbde par r^vaporation. Mais si Parrosage a 
lieu k faible dose el reste Jui-meme superficiel, outre quo les 
plantes n'en pourront tirer, raftme ult6rieurement, aucun profit, 
la quantity de chaleur apporlie par Teau sera si faible que le re- 
froidisscment sera loujours preponderant. D'oii Ton peut con- 
clure: que les arrosages doivent kre dotmis abondamment^ ee qui 



Digitized by 



Google 



8 i. - PRINCIPES GfiNeRAUX 187 

a (failleurs une importance d^autant plus grande que Fitat at- 
mospherique est momentanement plus propre d activer Vivapo- 
ration. 

J'ajouterai que les di verses regies qui pr6c^dent, ei que j'ai 
pr^sentdes comme des deductions th^oriques de lois physiques 
generales, soot g^n^ralement admises par les irrigaleurs prat I- 
ciens. 

141. lnter¥Alles enire Irs arpoMii^es. — Quelle que soit 
Tutilite de lirrigation et le bien que les planles doivent en roti^ 
rer d^finitivement, le moment d'un arrosage paratt apportor 
toujours un trouble passager dans les fonclions veg^tatives. On 
s'explique cet effet, tant par le refroidissemoni qui se produit 
quelquofois dans le sol, ainsi que nous Tavons vu toul k Theure, 
que par Texpulsion momentan6e de Tair conienu dans les inlera- 
lices du soL lequel se trouvo remplac6 par Teau baignant alors 
les racines. On sail que les plantes non aquatiques ne peuveni 
vivre dans ces conditions, et les pratiques agricoles nous mou- 
trenl qu'elles rdsistent d'autant moins longtemps aux fkcheux 
efTels d'un sol gorg^ d'eau que la vegetation ^tait auparavanl 
plus active. Or s'il y a necessairement une sortc de malaise pour 
les plantes au moment de Tarrosage, il faut leur 6viter, autant 
que possible, le retour trop frequent de ccl ^tat et ne reitirer les 
arrosages qii*autant que fetat de secheresse du sol en fait reelle- 
ment un besoin, ce qui se concilie parfaitement, d'ailleurs, avec 
la recommandationd^jafaite dedonner des arrosages abondants. 
Si toute la couche de terre vdg6tale a ^t6 bien humect6e, si Teau 
est descendue assez bas pour atteindre la profondeur oil Thumi^ 
dit6 est permanente, il est 6vident qu'il nV aura pas, de quelque 
temps, a revenir a Tarrosage. Mais Tinfluence de la nature du 
sol est tr^s considerable, ainsi que j'ai deja eu Toccasion de lo 
dire, les terres les plus argileuses retenant Thumidite qu^ellee 
ont acquise avec infiniment plus de force que celles qui sont 
trfes-calcaires ou sablonneuses. 11 ne faut done pas s'etonner de 
ce que, sous le meme climat et pour des cultures en apparencc 
semblables, la pratique de telle locality se contente d'un seul 
arrosage pendant qu'ailleurs on en donne jusqu'a quatre. 

149. C^M ou II faot A'abstonir d^arroner eertalnen 

plaatos* -^ Si le moment de Tarrosage doit £tro un moment dr^ 



Digitized by 



Google 



188 CHAPlTRfc! V. — APPLICATION AUX PLANTES USUELLES 

malaise pour les plantes, s*ii doit apporter un certain trouble 
dans lours fonctions. on conccvra encore qu'il ne faille pas faire 
coincider ce moment avec cerlaines epoques critiques de la vie 
vegetale, et Ton sera dispose k admettre comme fondee la prati- 
que d'un tres grand nombre de cullivateurs qui s*ab$tietineni 
darroser /e$ plantes cultivees taut que durent la floraison et la 
fecondation. 

L'irrigation cntretient ractivil6 de la seve : clle a par conse- 
quent pour effet de faire croJtre, sans cessc, de nouveaux prolon- 
gements des tiges et de nouvelles feuilles. Tout autre est le 
travail de la maturation des fruits et des graines. Ce dernier 
parait s^accomplir d'autant mieux que la seve n*est pas trop 
abondanle, et consiste surtout dans une concentration dans lo 
fruit de differents elements d^jk accumules dans la plante, mais 
j usque-la dissemines dans ses divcrses parties. II enr^suUc qu'un 
arrosage donne au moment mftme ou la maturation s'acb^ve 
serait gdn^ralement plus nuisible qu'utile. Comme u6anmoins 
Textr^me s(5cberesse du sol pourrail amener pour la plante une 
dessiccation anticip^o qui inlerromprait toute circulation dans 
rint^rieur de ses tissus, avant que le fruit ne iid parvenu a son 
entier developpement, on aura soin de donner un arrosage un 
pen avant la maturation des plantes cultivees pour leurs graines, 
de telle facon quun pen dhumidite puisse pei'sister dans le sol 
jusqu'a tepoque presumee de la recolte, 

148. I'ttltarett qui ^nt plan partieali^rement l»e*«iM 
de rirrii^tion. — II r6sulte encore des principes physiologi- 
ques qui viennent d'etre invoques que Tirrigation favorise le 
ddveloppemenl herbac6 plus que la fructification. D'ou cetle 
autre consequence : quil importe de ne pas menager les arrosa- 
ges aux plantes fourragercs, celles que Von cultive specialement 
en vue de leurs graines pouvant au contraire s'en passer a la 
rigueur. 

144. Vm pratique ne eomportc pas de ni6thadei« 

absolues. — En definitive nous voyons que la maniere d'ap- 
pliquer Tirrigation aux divcrses cultures depend, non seulement 
du climat et de la nature proprc de chaque espfece de plante, 
mais encore de la constitution du sol et m^me du sous-sol, et 
enfin de circonstances accidenlelles, comme par exemple Tabon- 



Digitized by 



Google 



t 2. - IHRlGATlON DlilS PLAxXTES USUELLftS 189 

(lance ou la rarele de Teaii, el rimporlance relative de Tirriga- 
lion pour les diverses recoiles. On devra done voir dants )es 
indications qui vont suivre, non des preceples absolus dont il tw 
faille jamais se ddparlir, mais seulement des notions proprl^ k 
servir de point de depart, et que Tobscrvation et rexperience 
ameneronl souvent a modifier. 



§2. 
IRRIGATION DES PLANTES USUELLES 



145. C^r^ales. — Les cer^ales sont au nombre des planter 
qui pr^sentent un mediocre developpement foliac6, qui transpi- 
rent pen, et auxquelles d'ailleurs on demande principalemrnl 
nne abondante production d'une graine sensiblement secho. Uu 
pent conclure de la qu*ellcs doivent exiger relativemcnl jk-lj 
d'eau. Cetle prevision est conforme k Tobservalion qui Umiis 
apprend que les cereales (le froment et Vorge plus particulii j-i-> 
ment), tout en pref^ranl a lout autre un sol frais, r^sistent hiiu 
mieux encore a la sechercsse qu'ii I'excfes d'humidit^. 11 est ilo 
pralique gen6rale d'e viler avec soin de donner des ar^osagc^ :l 
ces sortes de plantes pendant le temps ([uc T^pi emploie k »c 
developper et a sortir de sa gaine, ainsi que pendant la floraisr^tu 
Le bl6 est la c6reale la plus cultivee dans les contrecs meriiliti* 
nales ou Tirrigation est en honneur. On y a reconnu que rejiu 
pent fetre donnee presque sans reserve pendant la premifere v^g*> 
lation herbac^e, qui a lieu depuis la semaille jusqu'a la forma- 
tion de r6pi. Aussi, dans les pays oil Ton est dans Tusagc dii - 
riguer en hiver, commence-t-on a arroser le ble des rautonuio. 
presque aussit6t aprfes la semaille. Ces arrosages accumuli^til 
dans le sol des principes fertilisanls dont la plante fera tul i>H 
lard son profit; ils adoucissent pendant Thiver la temperaturT ilu 
sol, avancenl la vegetation et augmentent le tallage. Plus tard. ^i 
le temps est sec, ou donne un arrosage entre la premiere appari- 
tion de r^pi hors de sa gaine et la floraison. Enfin on domio 
encore un ou deux arrosages entre la floraison et la moissQu. 



Digitized by VjOOQIC 

i 



100 CrtAPITRE V. - APPLlCATlOfi AUX PLANTES LSUELLES 

Dans Ic midi de la France, on n'arrose pas les bl^s en hiver ; 
on craindrait sans doute que, Irop avanc^s par rirrigation, its 
n'eussent d'autanl plus k souflTrir des retours de froid toojoars k 
craindre au commencement du printemps ; on restreint dans les 
autres saisons ie nombre des arrosages accord^s au bl6, Teaa 
6lant rdserv6e de preference pour d'autres cultures plus r^mun^- 
ratrices. Souvent mt^me on ne place le h\6 que dans les terres 
non irrigables. Dans ce dernier cas, lorsque la terre a et6 pro- 
fonddment labouree, bien ameublie et bien fum^e pour la recolte 
prdc^denle, le ble resiste assez bien aux sdcheresses el pent par- 
courir sans notables accidents loutcs les phases de son d^velop- 
pemcnt : il ne donne neanmoins qu'un produil mediocre en 
grain, chetif en paille. Unc telle culture nVsl pas lucrative ; aussi 
le bl6 lend-il k disparaitre des assoloments et des cultures de 
plusieurs ddparlemenls el a cedcr la place k d'aulres productions, 
particuli^rement aux cultures arboroscentes et k la vigne. D ne 
faut pas s'en plaindre : il y a aujourd'hui assez de pays produc- 
teurs de c6rdales et assez de moyens de transport. Le temps est 
venu oh chaque locality doit s'approprier des produiis sp^ciaux 
adaptds k son sol et k son climat. 11 est bon toutefois qu'on se 
souvienne que Ton pourrait au besoin oblenir, dans le midi de la 
France, des r6colles comparables a celles des pays les mieux 
appropri^s k cette culture, mais que ce ne serait qu'k Taide de 
rirrigation. 

On entend dire souvent que Tirrigation appliqude au bl6 aug- 
mente la production de la paille au detrimenl du grain. Je crois 
qu'il y a beaucoup d'exagiration dans cette assertion, ou du 
moins qu'elle ne serait fondle qu'i regard des terres trop Idgferes 
ou trop maigres pour le bl6. Dans les sols un pen argileux, d'ail- 
leurs suffisamment pourvus, par la nature ou par la r6p6tition 
des fumures, des 616ments min^raux qui sonl essentiels k la for- 
mation du grain de froment, Tirrigation augmente le produit en 
grain, tout en augmentant le produit en paille dans des propor- 
tions encore plus fortes, ce qui, il est vrai, fait parattre le bl6 
tnoinsgrain^y eu ^gard au volume de la ricolte en gerbes. 

Le mats est une plante plus aqueuse, plus volumineuse, plus 
d6velopp6e en feuilles que le bl6 ; aussi ne faut-il pas s'^tonner 
que le besoin do Tirriguer ail 616 plus gen6ralement senti. Dans 
les conlries m^ridionales, le mais est toujours placd dans les 



Digitized by 



Google 



8 2. - IRRIGATION DES PL ANTES USCELLtiS 191 

lerres irrigables. Le sol doil fetre enlretcnu constamment frais 
pendanl la v6gdlalion tout cslivale du ma'is. L'usagc oh I'on est 
partout de bulter cettc plante se pr^te bien k Tintroduction de 
Tcaa dans les inlervalles des billons, dont les lig'oes de mais 
occupcnt le milieu ou les bords^ scion les diverses m^lhodes de 
culture. 

II faul avoir vu le mais dans cerlains terrains d'alluvions de la 
valine du P6, couvrant les champs d*une v6g6tation luxuriante 
de 3 mfetres de hauteur, pour se figurer ce qu*est cetle plante, 
lorsque la force productrice d'un sol naturellement riche et fertile 
est encore surexcit^e par les actions combin^es do la chaleur et 
de rirrigation. 

Le mais est vraisemblablcment unedesplantcs qui gagncraient 
le plus k Textension des irrigations, un pen an delk des limites 
actuelles de la region du Midi ou cette operation est actuellement 
pratiqu^e. 

*4l«. MaisToarras^. — Le mais n'ost pas tpujours cultiv6 
pour sa graine : sa tige et ses feniiles constituent le plus succu- 
lent des fourrages verts. Parliculiferement propre aux vaches lai- 
tiferes, il oflre le pr^cieux avantage de pouvoir fournir de la nour- 
riture verte pendant tout le cours de 1*616. Seulement il faut 
pour rdussir, le concours d'une humidit6 presque constante ; 
aussi la culture du mais en vert, qui chaque jour gagne du ter- 
rain et se popularise davantage, tend-elle surtout k se rdpandre 
vers la limite septentrionale du territoire oil milrit sa graine, 
Les regions m6ridionales seraient encore bien plus propres k 
cette culture ; mais si Tirrigation y est n6cossaire a la bonne 
venue du mais pour graine, k plus forte raison y serait-elle indis- 
pensable k la r6ussite du ma'is-fourrage. 

141. Harleats. — Les haricots, destines soit k la production 
des gousses k manger en vert, soit k celle du grain, sont cultiv6s 
avec avantage dans le Midi partout oil Tirrigation pent 6tre ap- 
pliqu6e k des terres de consistance assez I6gfere, naturellement 
fertiles ou rendues telles par des engrais. Les sols les plus 16gers, 
surtout lorsqu'ils contiennent une tW»s notable proportion de cal- 
caire, leur conviennent d*une mani^re loute particulifere et ils y 
sont d'une quality sup6rieure. Mais les terres de cette nature 
souffirent beaucoup de la chaleur et de la s6cheresse, et Ton eti 



Digitized by 



Google 



192 CHAPITREl V. -- APPLICATION AUX PLANTKS UsLtLLKS 

est reduil, dans Ic Midi, quand on uc dispose pas de rirrigaliou, 
k placer les haricots dans des terres plus argileuscs qu'il ne Ic 
faudrait, mais qui reliennent davantage Thumidite; eo m^me 
temps on a soin de semcr de bonne beure au printenips, aiin que 
toute la vegetation s'accomplisse avanl T^poque des grandes cha- 
leurs. II n*en est plus de m^me lorsqu'on a de Teau enabondance 
k sa disposition. On peut alors afTecler aux haricots les terres 
perm^ables, sauf k les arroscr s'il le faut tous les cinq jours, ou 
du moins une fois par semaine. Alors aussi, on ue cultive guere 
les haricots qu'en seconde recolte, sou vent apres le ble. Leur 
reussite est assur^e et leur produit g^n^ralement remune- 
rateur. 

148. P^is. — Les pois sonl cullives dans le Midi dans des 
limites bien plus restreinles que les haricots. Mais les avantages 
de rirrigation ue sont pas moindres que pour ces derniers; gvkco 
k cc puissant auxiliaire, on peut les cultiver k peu pr^s partout 
et eh ioules saisons. 

t4B. r^vett. — On en pourrait dire aulanl des feves. Ces le- 
gumineuses sont r^pul^es nc reussir parfaitement, m^me dans 
le Nord, qu'en terrain argileux : cela tient sans doute a la faculte 
spt^ciale de Targile pour retenir Thumidite dont a besoin celte 
planto. Ce qui le prouve, c'est que, dans les contrees miridio- 
nales, k Taide d'arrosages trfes souvent r6pel6s, on oblient de fort 
belles r^coltes de feves, m^me dans des terrains trfes legers, a la 
condition qu'ils soient d'ailleurs bien cullives et bien fournis 
d'engrais. 

«40. Prairies de ^rmmiii^es. _ Dans nos departenient^ 
m^ridionaux, quelques portions du sol irrigable sont consacr^es 
aux prairies de gramin^es. Le ray-grass d'ltalie, le fromentaK la 
fetuque elev6e servent k constiluer ces prairies, dans lesquelles 
on introduit comme complement, outre quelques autres grami- 
nees, le trefle blanc et la lupuline. Les arrosages indispensables 
dans ces climats a la conservation de ces prairies se pratiquent, 
sauf pendant les p^riodes trfes pluvieuses, de la fin d*avril k la fin 
de seplembre, etse renouvellent d'autant plus souvent que le sol, 
etant d'une nature moins argiieuse, est plus prompt & se desse- 
cher. Les inlervalles des airosages sont de cinq jours au moins. 



Digitized by 



Google 



I 2. — IRRIGATION DES PLAiNTES USUELLE3 493 

de dix-huii jours au plus, d'unc dizainc do jours le plus genera- 

lemcnl. Ces prairies, lorsqu'ellcs recjoivcnt chaque ann6e qnol- 

ques matiferes fertilisantcs, donncnl jusqu'k Irois coupes de foui - m 

rage. On neglige quclquefois, mais a lort, de profiler des ca*t\ ^ 

gen^ralement abondantes en hivcr pour les arroscr largemiMii 

pendant celte saison, suivanl les regies qui seronl expos6es Aans 

le chapitre specialement consacre aux prairies. 

tSi. Ijuxepue. — La luzerne, liien qu'elle redoute les eaiix 
slagnantes el les terres impermeables, est une des planles qui : 

tirent le plus grand profil d'un sol enlrelenu conslammenl a Tetal 
frais. Nul doule que, dans toutes les parlies de la France, et dans 
les silualions ou elle rdussit naturellemenl, ses produils ne fus- 
sent nolablemenl augmcntes si Ton pouvait lui app1i<|uer th.*s 
irrigations analogues ii celles qui sonl usilees pour les prairit^s 
permanenles a base de gramindes. II y aurait touiefois u prendre 
quelques precautions, bashes sur ce que les l^gumineuses sup- 
portent moins bien que les graminees les submersions un pi u 
proloDgees. On devrait done abreger la durde des arrosages* et 
n'appliquer d*ailleurs Tirrigation qu'aux terres qui peuvent Airt? 
egoutt6es a «ne grande profondeur, car la luzerne est une plaulo 
h vegetation tr^s profonde ; elle ne I'esislerait pas longlemps a 
Teau qui serait stagnante dans toute la region souterraine oecu- 
pee par ses racines. 

Quoique cultivee avec succes dans loule la France, la liizcrno 
est neanmoins une planle meridionale, el r'est sculcment iur^- 
qu'elle esl cultivee avec irrigations, dans les pays chauds et dans 
les terrains profonds, que Ton pent en apprecicr loule la valeiir, 
Aussi les meridionaux n'hdsilent-ils pas k lui accorder de fre- 
quents arrosages. Celte planle remplacerait pour eux, el avoc 
avantage, les prairies de gramindes si sa culture ne sc trouvait 
forc6ment restreinte par la durde limilee de la luzerne, et par In 
difiiculte de faire revenir celte derniere a la mfime place, si cl- 
• n'est apres un long inlervalle de temps, et si, d'au Ire part, les 
gramindes n'dlaient de nature a prosperer dans des terrains di* 
pen de profondeur ainsi que dans ceux oil se trouvenl des nappes 
d'eau souterraines, terrains qui ne sauraient convenir a la 
luzerne. 

Lorsqu*k des conditions favorables sous le rapport de renipla- 
cement viennent s'ajouter ijuelques cngrais et des soins inicUi- 

♦3 



Digitized by VjOOQIC 

4 



194 CHAPltRE V. - APPUCAtlON AtlX PLANTES CSUELLES 

gents, la luzerne irrigu6e dans 1e Midi donne par an quatre oa 
cinq coupes. On arrose depuis une fois jusqu'i quatre fois enlre 
deux coupes, en d'autres termes depuis une fois par mois jusqu*& 
une fois par semaine, selon que le terrain est de nature k conser- 
ver plus ou moins longlemps sa fratcheur. On obtient de 2.500 k 
3.000 kilogrammes par hectare et par coupe, c'est-&-dire, poor 
Fannie, de 10.000 k 12.000 el jusqu'a 15.000 kilogrammes de 
fourrage sec par hectare, ou I'equivalent en fourrage vert. 

iSt. Trifle. — Si la luzerne est une plante des pays chauds, 
le trfefle, par contre, est plus spicialemenl approprii aux parties 
plus septenlrionales de la zone tempirie. Une atmosphere habi- 
tuellement humide paralt ^Ire un de ses premiers besoins ; aussi 
est-il une richesse pour Tficosse, pour TAngleterre, pour nos 
provinces du Nord-Ouest. Dans le centre de la France, il ne 
donne d6jk plus, k igalile de nature de sol, des r6colles compa- 
rabies ; quant k la region m6diterran6enne, elle en fait peu d'u- 
sage, mdme en tcrres irrigablcs. Toulefois. on ne pent s*emp6- 
cher de reconnaltre que la Irop grande sicheresse du sol est des 
plus prijudiciables au Ireflc ; et si Ton en arrivait k avoir, dans 
la zone moycnne de la France, des moyens d'irrigation analo« 
gues k ceuxdont on dispose d&]k dansle Midi, le trifle seraitune 
des plantes sur lesquclles il serait trfes inlercssant de faire des 
essais d'arrosages moderns. 

iSS. Fourrai^cs-Jaeb^reii ili¥er«. — L'irrigation pcut en- 
tretenir loule Tanneo, quelle que soit la s6chcresse, une v6- 
gitalion non interrompue, d'autant plus active m^me que la 
temperature est plus 6lcvee. C'esl surlout par des plantes four- 
ragferes, destinies k elre consommies en vert, que Ton peul 
remplir les intcrvalles entre les recolles principales qui fer- 
ment le fond des assolements. On sait qu'i M. Dezeimeris re- 
vient particulierement Thonneur d'avoir vulgaris^ la connais- 
sance de ce moyen d'augmenter la production des fourrages. 
Mais pour qu'on puissc, apres une autre rccolte, apres un hli 
par exemple, oblenir une quanlite de fourrage de quelque impor- 
tance ; pour qu'on puisse faire, pendant une annie de jachfere, 
jusqu'a trois recolles fourrageres successives ; pour que tout cela 
soil fait a temps ; pour permellre d'efTectuer, au besoin, avant 
Thiver, un nouvcl enscmencemenl, il faut des fourrages qui vtf- 



Digitized by 



Google 



I J. - IRhWATION DE9 PLANTE9 USUBLLES i9S 

g^tent avec une grande vigneur et une grande rapidity. Or, c*est 
ce qui a lieu bien rarement en lerres sfeches, les basses tempera- 
lures dans Ic Nord, les s^cheresses dans le Midi, venant Irop sou- 
vent interrompre ou an moins ralentir la v6g^lation. Dans les 
terres irrigables du Midi, au contraire, le systfeme Dezeimeris, 
mdme pouss6 k ses derniferes consequences, peul devenir une 
virite. 11 ne faut pour cela qu'un peu d'activit6 de la part de 
raerriculteur, et une force sufiisaute en attelages, pour que les 
labours puissent etre donnas promptement au moment opportun. 
Les plantes les plus employees, soitk T^tatde melange, soitisole- 
nient, pour ces semis successifs de fourrages h^lifs, sont : les va- 
ri^tes de pois les plus precoces, les diverses vari6t68 de mais, le 
millet commun, Talpiste, le moha, enfin plusieurs autres v6g6- 
taux que je n'oserais recommander, faute d*une experience sufli- 
sante. J'ai d6jft dit un mot du mais-fourrage, qui occupe un rang 
h, part. 

ISA. Morgho suer6. — A cdtd du mais vient naturcUement 
se placer le sorgho sucr6, qui produit aussi un abondant fourrage 
vert. Mais il ne faut pas songer h le culliver sans irrigation, sur- 
tout dans les sols 16gers, qui se dessfechent promptement. Sa ve- 
getation est splendide lorsqu'elle est favorisee par des engrais ac- 
tifs et des arrosages frequents ; mais, toulefois, sa croissance est 
plus lente que celle du mais, et 11 ne paratt pas presenter sur ce 
dernier de notables avantages. 

f an. Pomine* de terre. — L^irrigation n'est pas moins utile 
aux racines qu'elle ne Test aux legumineuses el aux graminees. 
Les pommes de terre peuvenl etre arrosees trois ou quatre fois, 
et mftme davantage dans les regions trfes chaudes. On arrose 
aprks 1^ buttage, en metlant Feau dans les intervalles des ados. 
Les prodnits que Ton oblient sont Ir^s abondants, mais on Icur 
reproche de manquer de finesse. On sail que la pomme de terre 
preffere partout des terrains legors. Mais neanmoins, dans le Midi 
el lorsque Tirrigalion n'est pas praticable, on est oblige de choi- 
sir pour ellc des terrains assez consistanls pour que le sol puisse 
retcnir, d^une pluie k Tautrc, quelque peu d'humidile. Dans les 
localites, au contraire, oh Ton pent arroser aussi souvent que le 
besoin s'en fait sentir, il sembleque la place des pommes de terre 
devrait Aire dans les terres les plus sablonneuses el les plus per* 
meables. 



Digitized by 



Google 



196 CHAPITRE V. — APPLICATION AUX PLANTES USUELLES 

On peut, gr&cc k rirrigation, dans les contr^cs m^ridionales, 
culliverles pommesdeterre toute TaDnec, soitqu'on veuille ob- 
lenirplusieurs recoltes successivos de ccs tubcrcules, soit qu*on 
les intercale enlre d'autres cultures. Ainsi, plant^es en fevrier, 
les pommes de lerre peuvcnl preceder par exempic un mais. En 
el6, cllcs peuvenl sueceder a uuc c^reale. On peul enfin planter 
en automneel avoir une recollc d'liiver. Ces regies, ovidemmenl, 
ne soni qu'cn parlic applieables partoul oil des gelees un peu iu- 
tenses peuvenl etre a rcdouter pendant Tliiver ; inais elles sont 
vraies, sans restriction, pour la region de Toranger. 

t4S. Betteraires. — La belterave a, tout particulierenieul, 
besoin du concours de la cbaleur el d'une humidite permanentc 
dans les parlies profondes du sol ; ellc sail puiser celle-ci an 
njoyen des appendices de son long pivot. En dehors de Tirriga- 
iion, elle ne trouvc que dans le Nord la seconde des conditions 
indiquees ci-dessus, quiluiesl partoul indispensable; par contre, 
sa croissance y est lente el son d^veloppement restreinl, faute 
d'une cbaleur assez soutenue. Dans le deparlement du Nord, on 
sail que M. Fievet a appliqu6 Tirrigation aux betteraves ; les re- 
sultats de ses essais lui ont paru tellenient remarquablesqu'aprt^s 
avoir utilise loutes les eaux fertilisaules, provenant de sa sucre- 
rie, il a eu recouis a Tun des canaux derives de la rivifere. Si de 
telsr^sullats ont el6 oblenus a rextr6raite la plus septentrionale 
de la France, peul-on douter des heureux effels que produirail 
rirrigation appliqu6e aux betteraves dans toutes nos provinces 
centrales, ou la s6cheresse, plus souvent que la nature du sol, 
nous a ompecbes jusqu'a ce jour d'avoir des produits aussi 61e- 
v6s que ceux du Nord? L'extension a toule la France de systemes 
d'irrigation, couqus sur une t^cbelle assez vaste pour qu'on pAt y 
faire parliciper d'autres terres que celles qui sont en nature de 
pr6, aurait peut-elre pour consequence une immense extension 
de cette industrie sucriere qui a fait la fortune de plusieurs d6par- 
lements, tout en transformant leur agriculture de la maniere la 
plus heureuse. 

Dans le Midi, la belterave n'est cultivable que dans les terrains 
suscoptibles d'irrigalion. Mais si ces derniers sont, eu outre, 
substantiels, profonds et moderement permeables, comma beau- 
coup d'alluvions, elle pent donner des produits merveilleux : on 
cile sans elonnement des produits de 120.000 kilogrammes k 



Digitized by 



Google 



§ 2. — IRRIGATION DE3 PLANTES USUELLES IP? 

rheclare. Le Midi pourrait done vraisemblablement faire concin- 
rence au Nord pour Tindustrie sucriferc, s*il n'elail pas limiU' a 
une 6lendue de lerres irrigables deja insuflisanle pour Ics pm^ 
duils varies qu il peul leur demander, et s'il ne poss^dail jias 
d'aillcurs la vigue et lant d'aulrcs richesses specialcs i shfi 
climat *. 

t&7. Carotles.' — De meme que les belleraves, ies carotti'^, 

dans les lerres un peu consistanles et profondes,reussissent bi*'n 
dans le Midi lorsqu'on leur accorde Ic privilege de I'irrig-aliutK 
Elles peuvent dans ce cas, comnrie tant d'aulres plantes, I'Lrrs 
semees k toutes les epoques de Tann^e, et, micux qu'cn BelgiqiM^ 
oil ce procdde est quelqucfois praliqudv elles pourraient felre ciiU 
liv6es en recolte derob^e. On sail que, dans ce cas, on les s,b\\u: 
en mennc temps qu*unc cdr^ale ou plante industrielle ; cellc 
recolte, qui a servi d'abri aux jeunes caroltes, etanl enlevee^ oji 
sarcle et on bine les carotles, et on leur donne quelques engrain 
aclifs. Ces sortes de semis pourraient, dans la pluparl des con- 
trees meridionals, s'ex^culer en automne. 

f &8. Baves el nawets. — Les raves et navets sont urn^ 
grande ressource pour le b6tail. Mais on sail que ces plantes tuj 
reussissent qnk la faveur dune humidity presque continuello^ el 
qu'une sechcresse, survenant peu de temps apres la semaille, on 
fait manquer la levee. En terrain irrigue, on pourrait, quel qur» 
flit d'ailleurs le climat, semer d'aussi bonne lieure qu*on vou- 
drait, sans avoir a attendre les pluies d'automne ; les raves, sous 
Tinfluence des arrosagcs et d'une temperature encore chaudc, 
pourraient alors acqu^rir, avant Thiver, un developpement sans 
lequel les produits restent toujours minimcs. 

Les raves et navels ne sont pas, par leur nature, des plauh'S 
m^ridionales, et il parait douteux que, meme a la faveur de Fir- 
rigation, la grande culture se les approprie jamais dans Textrcime 
Midi. Par contre, ces racines sont au nombre des cultures ([in 
semblent appeler Tirrigation dans les rdgions centrales de hi 
France. 

1. II Taut remarquer toutefois que la betterave a sucre ofTre eel inappreckhit^ 
avantage que, tout en procurant au culLivateur un revenu assez eleve en argeiil, 
elle lui donne les moyens d'entretenir avec les pulpes un norabreux belail Ue 
rente. 



Digitized by VjOOQIC 

I 



198 CHAFITHE V. - APPLICATION AUX PLANTES USUELLES 

t4B. PMtotes. -7- La culture dc la palate douce est sp^ciale 
au Midi, mais elle rentre piut6l dans la culture maralchere que 
dans les attributions de Tagriculture propremenl dite. Quoi qu'il 
en soit, celte culture n'est avantageuse qu*avec le concours de 
rirrigation. On plaute sur des ados ou billons, pratiques avec le 
buttoir et legerement aplatis avec le rouleau. L'eau est introduite 
dans les sillons qui s^parent les billons. 

i€MI. Chon. — Les choux ne sont pas tres cultives dans les 
pays d'irrigation : celle-ci augmentc pourtant leurs produits dans 
une forte proportion. On pent, en grande culture irriguie, placer 
les choux en seconde ricolte apr5s une c6r6ale. 

tst. Auberi^lnc. — ' L'aubergine est encore une culture 
maraichere, mais qui a dans le Midi une certaine importance. 
Elle se cultive sur billons ^Iroits et exige imp^riensement 
rirrigation. 

tat. Pimeiit. — La culture du pimonl est encore plus 
r(5panduo que la prec6donte. Si elle ne se fail pas sur une 
grande echelle, il y a, par contre, de nombreuses local it6s, tanl 
en Franco que dans les contrdes mc^ridionales de TEurope, oil 
chaque paysan a sa planche de piment. On emploie g6n6rale- 
ment la disposition de la culture en petils billons et Ton arrose 
comme dans les autres cas semblables, en introduisant Teau dans 
les sillons. Ce nVst qu a Taide d*une grande abondance d*eau que 
Thabitant des pays chauds se procure eel aliment excitant, qui 
est pour lui un besoin. fl est vrai que le produit obtenu sur une 
petite surface est quelquefois 6norme. 

tas. Cilpouilles, melons, pust^qves. — Ce que je viens 
de dire des solan(^os, aubergine et piment, est applicable aux 
cucurbitac6es, cilrouille, melon, past6que. Toutes se cullivent, 
du moins en France, sur le sommel de petils billons aplatis, et 
doivent k des arrosages abondants et souvent renouvel^s les pro- 
duits importanls qui, dans plusieurs localit^s m^ridionales, out 
^Iev6 la culture dc ces plantes k la hauteur d'une industrie. 
Cavaillon, dans le departcment de Vaucluse, est c^itbre par ses 
melons. La pastequcqui lienl lieu d'un breuvage rafratchissant, 
pr6fere les lieux encore plus m^ridionaux ou, du moins, dou6s 
d'une temperature moyenne rendue plus chaude par une exposi- 
lion speciale. 



Digitized by 



Google 



g 2. ~ IRRIGATION DES PLANTRS USUELLES 199 

t«4. Chanirre. — Le chanvre est irhs cullive dans les pays 
d'irrigatioA.; c'est surlout celle-ci qui rend sa culture veritable- 
menl productive et qui en fait une riche speciality, notamment 
pour quelques parties du midi de la France el de lltalie. L(> "^ 

chanvre, dans les pays d'irrigation, se cultive a peu pres comme < 

partoui ailleurs, c*est-&-dire que le champ est divis6 en plancli^s J 

s6par6es par des sentiers d'une Irentaine de centimetres de lar* 
geur servant k la circulation lors des travaux d'entretien o\ 4 

notamment lors de Tarrachage des pieds m^les. Pour pouvoir ^ 

irriguer, on ne donne aux planches qu'uu metre environ do 
largeur ; les sentiers sent creuses a la houe de quelques cenli- 
metresy el laterre qui en provient serl k recouvrir la semenc«'. 
C est dans ces senliers que Ton fait, plus lard, ruisseler Tcuu 
d'irrigation. Le chanvre aime a v^g^ter dans un sol loujours 
frais ; il ne se place guere, d*ailleurs, que dans des sols per- 
meases ; par celte double raison, il est une des planles qui 
reclamenl les arrosages les plus frequents. On Tarrose le plus 
gendralemenl tous les dix jours en moyenne, parfois m6me plus 
souvent. Contrairemenl k ce qui so fait pour un grand nombre 
d'aulres v^getaux, on cherche pour le chanvre k maintenir le sul ^ 

dansun 6tat, sinon d'humidite, du moins de fraicheur conslanlu; 
on u'attend pas pour donner un nouvel arrosage que touU'^ 
traces du pr^c^denl aient disparu; on donne done des arrosagi?^ 
souvenl trfes legers, mais frequents. On suspend loutefois Tirri- ^ 

gation quelque temps avant Fapparition des tleurs. 1 

t«4. liltt. — Le lin est pour les conlr^es septentrionales i o 
qu'esl le chanvre pour les conlr^es miridionales. Non seulemeiil 
il redoute la secheresse du sol, mais il paralt redouter m&me in 
secheresse de Tatmosphi^re. M. Fievet a applique Firrigation au 
lin, dans le d^partement du Nord, avec un succes remarquable> 
Je regarde comme Ires probable que Tirrigalion g6n6ralisee 
serail le seul moyen d'^tendre la region du lin au de\k de si.s 
limites actuelles, limites assez septentrionales, qui jusqu*ici nunl 
pas pu etre d6pass6es avec succes. 

IMI. C^rd^re. — La cardfere, dont les capitules 6pineusL*s 
servent k lainer les draps, redoute un sol constammenl humitlr ; 
dans le Midi, elle a besoin d'etre arrosde, mais modertSmeni 
Gdneralemenl les carderes y sont sem6es en mfeme temps qa'uri i 



Digitized by VjOOQIC 

4 



2<Hi CHAPITHK V. — APPLICATION AUX PLANTES I'SITELLES 

ble d'hivcr, et en Hgnes intercalecs au milieu de celui-ci. On 
donne le premier arrosage le plus 161 possible apres-la moisson 
du ble. On reitere au besoin deux ou trois fois dans le couraot 
de Tel^, en laissant en gdniral un intervalle d'un moisenlre deux 
arrosages. L'ann^e suivanle on arrose de nouveau. depuis le 
mois d'avril jusqu'un peu avant la ricolle des carderes, qui a 
lieu en juillet ou aoiU. 

t«7. Garanee. — Les planles tinctoriales ne reclamenl pas 
rirrigation moins inip6rieusemenl que celles que j*ai d6ja passees 
en revue. La garancc elail autrefois Irfes importanle pour noire 
agricuUure nalionale ; on Tarrosait daos le deparlemenl de 
Vaucluse lous les quinze jours environ, et ce n'est qu*arhumidile 
eoramuniquee arlificiellemcnl au sol que Ton devail de pouvoir en 
operer Tarrachage en temps opportun, sans allendre que les pluies 
d'aulomne soient venues delremper le terrain. On faisaitruisseler 
Teau dans les sentiers etroits sdparanl les planches, et donl on 
exlrayait cliaque annee une certaine quantite de terre pour ro- 
chausserlagarance. — LesmatierescoIoranlesqu*onextrait main- 
tenant de la houilleont a peu prfes fait disparaitre cetle culture. 

€•8. Persiealre, pasteK nopal. — La persicaire des tein- 
tuners est presque une planle des marais ; elle ne reussil que 
dans un sol entretenu constamment tres frais au moyen de Tirri- 
gation.— Le pastel redoute au contraire Thumidile persistante; 11 
ne doit etre arrose qu*avcc circonspeclion, el lorsque le sol est 
par Irop desseche. — Le nopal, ou cactus a cochenille, n'a pour 
nous d*inler^t qu'au point de vue de TAlg^rie. Bien que ce soil 
une de ccs planles dites grasses, aux tiges charnucs, qui sont 
generalement donees d*une iucroyable resistance a la secheresse, 
il y a des terrains el des expositions oil rirrigation est indis- 
pensable h sa culture ; on arrose seulemenl losqu'on voit les 
raquettes disposecs a se fletrir. II est indispensable que le terrain 
se ressuie complelement dans les intervalles des arrosages. 

t«B. Plaules ol^an^ineuseii. — Parmi les planles ol6agi- 
ncuses donl les produits considerables sont dus principaleraent 
i Tusage des irrigations, il faut cilcr avant tout le sesame. Cul- 
live dans les pays orientaux, il en constitue Tune des principales 
richesses agricoles. 
Les memes contrees sont la veritable patrie du ricifiy qui at- 



Digitized by 



Google 



§ 2. - IRRIGATION DKS PLANTES USUELLES 201 

leint, sous ces cliniats briilanls, et grdce au coiicours de I'eau 
donnee avec abondance, Ics proportions d'un arbre verilablfi, 

L'arachide, culliv6e principalement en Espagnc el diuis les 
differenles parlies de TAfrique, reclame aussi Tirrigalion. 

Quanl h nos planles ol^agineuses indigenes, ce sont loules dos J 

plantes du Nord, et elles ne paraissent pas r^clamer d'unc ma- 
nifere speciale le secours do Tirrigalion. 



tlO. Taliae — Le tabac est originaire des pays chauds. Les 
meiileures especes, que Ton cullive aux Antilles, sonl proprcs a 
la region inlerm^diaire cntre la zone torride el la zone Ic^nipeiNV, 

Les autres espfeces apparliennent au climat que ^epn^s^Mlte, h 
peu pres, la moilie sud de la France. Si ccpendanl, rhez nous, le 
labac est plus cullive dans le Nord que dans le Midi, c'-sl que 
les qualites rechercbees dans celle planle se d6veloppenl trail- 
tant plus qu'on la cullive dans un terrain plus permeable, plus 
sablonneux m^me, et qu'elle reclame sinon un sol monilk^, qui 
serait conlraire au developpement de rarfirae, du nioins \i\i sol 
loujours frais. Or, ce n'esl guere que dans le Nord que les ti^rrs 
legeres peuvent conservcr leur fratcbeur pendant Tele. II n'sulto 
evidemmenl des conditions qui viennent d*6tre pos(^es que s*il 
exislait une liberty complete relativement a la culture du labac, 
ce serait le Midi qui devrail surtoul s'emparer de sa culhii c% ert 
y consacrant ses terres les plus permeables, avec irrigaliuu re- 
guliere et moderee. En Algerie. le labac est loujours irni^ue, el 
c'esl m6me pour celle cullure delicate, mais lucrative, qu*uu re- 
serve Teau, de preK»rence i louto autre, a Tepoque des plus 
grandes cbaleurs. On commence k arroser pour le repiqua:^e, qui 
a lieu dans le couranl de mars, et on renouvelle les armsages 
loules les fois que le besoin s'en fait sentir, jusque vers le com- 
mencement d'octobre ; sous ce climal, et k la favour de rirriL^a* 
lion, on pent obtenir de la m6me plantation deux r6colles sui> 
cessives de feuilles dans le cours d'un ele. 

171. Plantes a parftams. — Parmi les nombreuses planles 
rechercbees pour leur arome oupourles parfums qu'on eii lelire, 
la plupart ne viennent que dans les chaudes regions el ne jutis- 
peront que parl'irrigation. Pour donner une idee de Timporlance 
de ces cultures, qui constituent une sorte d'induslrie speciate 
dans nos d^parlemenls du Var et des Alpes-Maritimes, il suffira 
de citer brievement les principales de ces planles : 



1 



Digitized by VjOOQIC « 

I 



t 
tot CHAPITHE V. - APPLICATION AIJX PLAMES USUELLES 

Vaufjelique ne sort guerc des jardins, mais ne se developpe 
bkni que sous le climat meridional et a la faveur d'arrosages 
aboudants et souvent rdpetes. Le grand devcloppement queprend 
colte plante dans les conditions qui lui conviennenl, Tabondance 
do f^Ofi feuiilcs et de ses rameaux succulents, indiquent a priori 
iiiH! (ilanle qui doit ^tre avide d'eau. 

Uffiiouil^ pour la production duquel nos departements de la 
region de l*oranger font concurrence k TEgypte, motive les 
mAmt^s reflexions. C'est une des plantes les plus avides d*eau 
pendant les chaleurs. 

Le rosier cultivd en plein champ pour Tessence qu'on retire 
de m% neurs a d*autant plus besoin d'etre arros6, pendant les sai- 
tion^ chaudes et sfeches, qu'il aime les terres peu consistantes et 
pormcables, qui naturellement ne conservent que trfes peu de 
luiiip^ leur humidity. 

La vcrveiney le geranium rosat et la tubereuse ne r^ussissent 
que dans les parties les plus chaudes de TEurope et dans les 
lieux bien exposes oil prospere Toranger. Ces plantes onl, d'ail- 
leur^, fi peu pr^s les m^mes exigences que le rosier, relativement 
au lorrain et k Tirrigation. 

Lajofiquille, cultivee en grand a Grasse, demande aussi quel- 
quen arrosages, un peu avant sa floraison, pendant Tann^ qui 
r^uil l;i mise en place du bulbe ou oignon. 

I'll. Plantes poiagbrem, — Dans le Midi, grAce k Tirriga- 
tion, Jo jardin potager est le th6Atre d'une v^g^tation incessam- 
mcnt renouvel^e, d'un bout k Tautre de Tann^e. Aussi, dans les 
localities oil Tabondance de Teau se trouve rdunie k des condi- 
tiouis favorables de sol et de climat, la culture maraicbfere atteint 
de grandes proportions, et Texportation des fruits et legumes, et 
surlnul des primeurs, est Tobjet d'un commerce important. Les 
frtmps de tons les mois^ culliv6es tres en grand, sont arros^es 
Aha, le mois d*avril et pendant tout Tete; elles donnent des pro- 
diiils hruls considerables et de bons benefices nets. Les arli- 
ihaaiH. les choux-fleurs, les asperges, demandent des arrosages 
plus mod^res, mais ne donnent pas lieu kdes speculations moins 
considerables. 

17S. Clultures arboreMcentes. — Les arbres, en general, 
n>Hi»tcnt infinimentmieux aux secheresses que la plupart des vd- 



Digitized by 



Google 



g 2. — IRRIGATION DES PLANTE3 USIELLES 203 

g^laux de moindres dimensions, ce qui s'explique naiurellement 
par la profondeur plusgrandequ*alteigneul leurs racines. Ainsi, 
le chSne, lorsqu'il trouve d'ailleurs dans le sol des ^l^ments ap- 
propri^s aux besoins de son accroissemenl, traverse avec son 
pivol puissanl des couches de terrain que le pic m6me n'enlame- 
rait pas sans efforts, el qui seraient un obstacle infranchissabla 
pour les minces radicelles des plantes cultiv^es dans nos champs. 
La vigne s^enfonce profond^ment dans les terrains dont le sous- 
sol ne contient point d'eau stagnanle. Elle affectionne les lieus 
oil ce sous-sol est constitu6 par une roche calcaire fendill^e ; la 
elle insinue ses racines, k plusieurs metres de distance, dans les 
fissures remplies de terre argileuse, et elle y puise k la fois des 
aliments min^raux et une humidity indispensable. Ce n'est done 
qu'aprfes que des s^cheresses persistantes ont considdrablement 
abaisse le niveau de ThumiditS souterraine que de tels vdg^taux 
auraient besoin du secours de Tirrigation. En temps ordinaire, 
elle leur serait plutdt nuisibie, car leurs racines les plus pro- 
fondes 6tant plong^es dans un milieu od il y a presque toujours 
de Teau, ces plantes doivent avoir besoin qu'une portion, au 
moins, de leur sysleme radiculaire puisse dprouver, dans un ter- 
rain habituellement 6goutl6, Tinfluence bienfaisante de l*adra- 
tion. — Les arbres fruitiers^ cullivis dans les vergers el les jar- 
dins^n'ont pas pour la plupart une vdg^tation aussi profonde que 
celle des v^g^taux cit^s comme exemples; n^anmoins Texpe- 
rience d^montre que le m&me raisonnement leur est applicable. 
Les arbres frui tiers, en eflet, peuvent k la rigueur supporter, 
m6me dans le midi de la France, les tongues s^cheresses de la 
plupart des ^t^s, surtout si Ton s'abstient de cultiver sous leur 
ombre d'autres vdg^taux quels qu'ils soient, et si la surface du 
sol est enlretenue toujours meuble par des binages frequents. 
Toulefois, ces arbres v^gelent d'une manifero beaucoup plus r6- 
guli^re, sontplus vigourcux et plusproductifs, lorsque le terrain 
quails occupent pent ^tre arros^ au besoin. Seulcment il ne faut 
pas abuser de Tirrigation ; il faut ivitor que le sous-sol reste 
longtemps de suite saturd d*cau sur une cerlaine profondeur au- 
dessous de la surface. On conQoit combien la nalure et la dispo- 
sition des couches les plus inf6rieures du sol peuvent modifier la 
pratique k suivre. Les seules regies que Ton puisse donner sont : 
que les arrosagcs ne doivent commencer que lorsque la s6che- 
resse a d^jk pdnelre k une assez grande profondeur ; qu*ils ne 



Digitized by 



Google 



i04 CHAPITRF V. - APPLICATION AUX PLANTES USUELLES 

doivent 6lre renouvel^s que quand Teau du dernier arrosage a 
compietemeni disparu. Un arrosage n'est jamais plus profitable 
aux arbrcs fruiticrs que lorsqu'il est donn(^ quelque temps avant 
la maturity des fruils ; alors l*cau a le temps de descendre jus- 
qu*aux suQoirs des racines inferieures ; une portion d'air p6netre 
h sa suite dans le terrain, et Tarbre so trouve dans les meilleures 
conditions possibles au moment oil il doit paraehever son fruit. 
Plus le climat est chaud et brulant, plus aussi Tevaporation est 
considerable, plus le niveau de Tbumidite s\ibaisse rapidement 
apr^s une pluie ou un arrosage; plus, enfin, le besoin de Tirri- 
gation se fait senlir pour les arbrcs fruiticrs. Aiusi dans le 
nord de la France , les arbrcs fruiliers n'auraient besoin 
d'f^lre arros6s qu'exceptionnellement. Sur les bords du Sahara, 
au conlrairc, il n*y a de vegetation possible qu'autant qxi'un puits 
arlisien fournit Teau n6cessaire k irrigation des palmiers-dat- 
tiers qui forment les oasis de celte region torridc. Dans le Tell 
alg^rien, en Espagnc, on soumct tous les arbrcs fruiticrs a une 
irrigation reguliere; la vigne m6me ne fait pas exception. Dans 
le midi de la France, on use plus sobrcmcnt de Tirrigation, el 
d'ailleurs on a remarque qu'elle nV profile pas au meme degr6 
a toutes les especcs d'arbrcs, 

174. Oraiii^er. — L*oranger a besoin d'un terrain frais ; si 
celui oil on le plante ne rcmplit pas naturcllement cctte condi- 
tion, rirrigalion devieiil indispensable. Dans les sols pcrm^a- 
bles, et aussi dans les climats tres chauds, comme TAIgc^rie el le 
midi de TEspagne, on arrose loute Tannic, environ tous les 
quinze jours pendant T^l^ et I'aulomne, k plus longs intervalles 
et beaucoup moins reguli^rcment pendant Ihiver el leprintemps. 
Dans ces pays, ce n'est que lorsque le sous-sol est compact et re- 
tient rhumidite que Ton suspend compl^lement Tirrigation dans 
la saison pluvieuse. Dans les parlies, d'ailleurs bien restreintes, 
de la France oil la douceur du climat permet la culture de Toran- 
ger, on n'arrose guereque de juin k septembrc, et encore avec 
moderation. 

f 7&. Crrcnadier. — On ne doit aussi arroser le grenadier que 
mod^rdment, sous peine de ne recueillir que des fruils sans va- 
leur, pelils et pcu savourcux. II est remarquable que chez le gre- 
nadier irrigu6 tonics les parties du fruit se developpenl simul- 



Digitized by 



Google 



8 2. — IRRIGATION DES PLANTES USUELLES 205 

tan^Tneni, Chez celui, au conlraire, qui est priv6 de rirrigaiion. 
Tenveloppe Hgncuse cxt^rieure durcil le plus souvent et cesst- He 
croilre de bonne heure; alors elle finil par se rompre, sous la 
pression qui r^sulle d'un gonflement des grains. 

t9a. Mikrler. — Lc raiiricr, cullivc pour sa feuille, doit Hve 
arrose en temps de secheresse, mais avec la plus grande circotis- 
peclion. La quantity d*eau donn^e au sol doit rester au-des5oii» 
de celle qui ferait acqu6rir k Tarbre ct h son feuillage lo plus 
grand developpement. II est reconnu, en cffet, que les muriens 
vegetant dans un sol Irts humide produisent unc feuille larj^*.' ef 
fort lendre, mais en m^me temps tr^s aqueuse et pen favorable k la 
8ant6 des vers^ soie. En Algc^rie, sous unclimat plus chaud, ii est 
vrai, que celui oil le muriereslculliv^ en France, on arrose [m'II- 
dant tout Thiver. Ces arrosagcs, tout en fournissant au sol une 
abondanle provision d'humidile, doivent avoir pour effet princi- 
pal une certaine fertilisation dusol; il est certain qu*ils d^Err- 
minent une pousse precoce et vigourcuse. On interrompt cnm- 
pletcment les arrosages des que la feuille commence k pous^m^ 
et jusqu'apres la cueillette ct la taille. On reprend alors Tiniga- 
lion dont Tinfluence, combinee avec celle do la chaleur qui ri'^rit* 
a celte epoque de Tannee, determine rapidemcnt la poussi* dt- 
nouvelles feuilles et de nouveaux bourgeons. Cette pratique \iii- 
rait tres rationnclle. Souvent, dans les parties les plus meriiliu- 
nales de la France, on place des muricrs autour des champs^ siir 
le bord des foss(5s qui servent k la fois de cldtures et de can;iux 
de distribution des eaux, a la condition que le terrain ou suijl 
plant^s les arbrcs soil un pcu plus eleve que le canal. Les niu- 
riers jouissent alors d'un sol bien rcssuy6 sur une certaine epais- 
seur, en m^me temps que d'un sous-sol entretenu suffisamnn nl 
frais. 

177. Aphrcft fruUiers en pleins clianips. — Les artni'^ 

fruitiers jouent un r6le important dans le midi de la France?, nii 
certains d'entre eux sont cullives en plcins champs ct sur uur 
grande ^chelle. L'irrigation n'est point 6trangere a la reussiu* (U) 
quelques-unes de ces cultures fruitieres. G6neralemcnt on nar- 
rose point, ou du moins on n'arrose que IvH pen les arbres qui 
amenent leurs fruits de bonne heure au printemps, ou au filu^ 
tard en juin^ la terre conservant jusqu'a cette (Epoque une hunii- 



Digitized by 



Google 



m CHAPltRE V. - APtn^lCATlON AUX PLANtES USUELLES 

dite sufiisante pour les arbres. Au contraire, les arbres qui ne 
donnent leurs fruits qu'k rantomne doivent nicessairement rccc- 
voir quelques arrosages k parlir du mois de juin, et jusque vers 
Tdpoque de la maluralion : lels sont les pfechers, poiriers d'au- 
tomue el pommiers Je rappclle qu'on 6vile autant que possible, 
pour lous les arbres, d'arroser pendant la floraison. 

Les amandiers ne sont point arros6s en France, non plus que 
les figuiers^ sauf une ou deux variet^s tardives, qui ne sorlent pas 
des jHvdins.Le jujubier^ arbrek fruit tres tardif, ne donne de bons 
produits qu'k Taide de Tarrosage. 

its. OIlTler. — L'olivier, cet arbre si prfecieux pour tous les 
pays qui forment la ceinture de la M6diterran6e, a la propri(5t6 de 
resister merveilleusement aux s^cherosses. II redoutc mftme les 
terrains bumides, et nc donne nulle part des produits plus esii- 
ni6s que lorsqu'il croil sur les coteaux k sous sol de calcaire per- 
meable. On profite le plus souvent de la rusticity de cet arbre 
pour tirer parti des terrains qui ne sont pas disposes de manifere 
it jouir des bienfaits de Tirrigation. II nest pas douteux, n6an- 
moins,que Tirrigation n'augmente sensiblement le produit; oiais 
il faudrait, sous le climat de la Provence, en user avec une ex- 
treme reserve. Des essais d'irrigation ayant 6te faits, avant la fin 
du dernier si^cle, sur les bords du canal de Boisgelin, entre Ar- 
ies et Ais, les r^sultals furent, k ce qu*il paralt, merveilleux au 
point de vue de Tabondance des produits. Mais le terrible hiver 
de 1789 fit p6rir jusque dans la racine tous les oliviers qui avaient 
6ie soumis k Tirrigation, dont ons*est abstenu depuis lors. II ne 
me paratt pas prouve, malgre cela, qu*une semblable mortality 
dut HvQ la consequence inevitable de touteilrigation. II faut dis- 
tinguer, en etTet, Tusage mod^r^ de Tabus qui avail pu bite com- 
mis ; il faudrail au^si tenir compte de la nature du sol, et sur- 
tout de celle du sous-sol, de I'epoque ou onl eu lieu les arrosages, 
etc. Au surplus, la Provence ne manque pas d'autres riches cul- 
tures pour uliliser ses terrains irrigutfs, tandis qu'elle est fort 
heurcuse de possider un arbre comme ToUvier, pouvant s'ac* 
commoder des terrains les plus sees, dont il est difficile de tirer 
parti. Quoi quMl en soil de cetle question, relativement au cli- 
mat de la Provence, co qu'il y a de certain, c'est que, dans les 
pays encore plus m^ridonaux, oil les golees ne sont jamais a re- 
doutcr, ct qui sont la veritable patrie de Tolivier, on sonmel par- 



Digitized by 



Google 



S 2. - IRRIGATION DES PLANTfiS USUELLfiS fOr? 

fois cet arbre k rirrigalion el qu^on y iroiive grand avanlage, 
pourvu que Teau soil k bas prix. On commence les arrosages 
des le mois de deccmbre, ou, en lout cas, aussitdt aprfes la 
recolte des olives. On s'abslienl d'arroser pendant tout le temps 
de la floraison^ qui a lieu en avril, aprfes quoi on donne Teau 
chaque fois que le terrain devienl par Irop sec. On arrose sur 
lout en septembre, pour fairc grossir le fruit. On cesse enfm les 
arrosages un peu avant la maluritd des olives. 

tlB, \igne. — Presque lout ce que je viens de dire au sujet 
de Tolivier s'appliquerait 6galement k la vigne. M^me resistance 
k la s^cheresse, mfeme predilection pour les terrains qui ne con- 
servenl que de faibles traces d'humidite, si ce n*est k une grande 
profondeur. M6me abstention des arrosages dans loutes les par- 
ties de la France. M^me emploi de rirrigalion dans d'autres 
pays, notammenl dans le midi de TEspagne. 

Pres d'Avignon, on sail que M. Faucon soumet depuis peu ses I 

vignes, pendanl I'hiver, a une submersion d'environ quaranle \ 

jours cons^cutifs, avec une epaisseur minima do 10 centimetres i 

d'cau audessus du sol ; mais en tenant compte des indgalitds du i 

terrain et de Tabsorplion parlielle qui pent se produire, il faut ! 

comptcrsur une moyenne do 20 cenlim6tres. Non seulement cette ! 

operation parait avoir d^truit le phylloxera, ce terrible puceron i 

qui s'attache aux racines de la vigne et met en si grand peril les ] 

vignobles du Midi, mais encore les vignes ainsi soumises a la 
submersion hivernale sont actuellement dans T^tat le plus floris- 
sanl ; elles sont vigoureuses et productives, k la condition de re- 
cevoir chaque annde des engrais. On no doit pas Hve surpris de 
ce r^sultat, d^aprJs tout ce qui a et6 dit precedemment. Ce ne sera, 
toutefois, qu*apres une experimentation plus prolongee que Ton 
pourra porter un jugement definitif sur cette innovation. On est 
oblige de recommencer la submersion tous les ans, k cause du 
voisinage de vignes phylloxerees non submerg6es; on partage le 
terrain en comparliments par de pelites digues en terre^pour que 
toute Telendue de chaque compartiment puisse fetre noyee sans 
que la nappe d'eau ait k racheter la pente lolale du vignoble 
entier. 

Si la longue nomenclature que je termine ici ne pent rien 
apprendre aux cullivateurs du Midi, elle aura du moins pour re- 



Digitized by 



Google 



208 CHAPITRE V. - APPLICATION AUX PLANTES USUELLES 

sultat de donner aux lecleurs completemeni strangers A la region 
inediterran6cnne uoe idee de rimmense vari^te des richesses 
culturales de cetle region, et de montrer a quel point rexistence 
de CCS richesses et la prosp6rit(5 agricole y sont intimement liees 
aus pratiques de Tirrigation. 



§ 3 
RlZIfeRES 



ISO. Bixl^reM. — Si jc n'ai pas compris le riz parnii les plantes 
donl j'ai fait une courlc menliou, c'est que sa culture se fait dans 
drs condilions tellcmenl exceplionuelles qu'ellemerile une place 
h part. Je n'ai pas, au surplus, Tintention de d6crire cellc culture 
danslousses details. J'indiqucraiseulemenl,d'une maniere sera- 
maire, en quoi consiste Tirrigation desrizieres. 

Le riz est une graminee aquatiquequi,de mfimeque los roseaux, 
abesoinpourvegeter d'avoirconslammenlle pied dans Tcau. Par 
suite de celte exigence, Tirrigalion des rizieres est un cas parli- 
rulierd'irrigation par submersion. Unecouche d'eau permanente 
de 15 a 20ccntimelres d'epaisseur, incessamment renouvcleepar 
nti faible courant d*eau, est ce qui convient le mieux au riz dans 
h*s circonslancos ordinaires. Mais dans certains moments on reduit 
la couche d'eau k quelques centimetres seulement ; il estbon, 
(Tun aulre c6le que Ton puisse la porter, dans quelques cas acci- 
iloiilcls, a une quarantaine de centimfetres d'dpaisseur. Enfin, aux 
rpoques de la moisson et des labours, on doit pouvoir metlre Ic 
terrain a sec pour facililcr ces operations. 

Four realiser les conditions ci-dessus, on divise le sol en com- 
partimonts parfaitemcnt niveles. Chacun d'eux est enloure de 
iligues d'environ 50 centimetres de hauteur. Conime le sol avail 
geaeralement une cerlaine pente avant relablissement de la ri- 
zii^re,le fond de chaque comparliment se trouvera,apres le uivel- 
U'menl, a un niveau different. Si Tensemble du terrain est sensi- 
hlement plan, on pourra donner un ou plusieurs hectares d'eten- 
due a chaque comparliment. Mais on est obliged de reduire d'au- 



Digitized by 



Google 



§ 3. — R1ZIERE3 209 

taut plus ccttc superficie que rinclinaison primilive etait plus 
considerable, afin de ne pas trop augmenier les lerrassemcnts, et 
de n'avoir loujours, enlre un compartimcnt et le suivant, qu'unc 
difference de hauteur mod^r^e.La digue separative de deux com- 
partimenls doit avoir SO cenlimclres de hauteur, comptic au- 
dessus du fond de celui dcs deux qui est le plus elevd ; a la partie 
sup6rieure, la largcur doit 6tre d'environ 66 centimfetres, dimen- 
sion indispensable pour un sentier de service. Un courant d'eau 
doit elre introduit dans le compartimcnt le plus 61ev6. De la 
Teau circule,en tombant successivement d'un compartimcnt dans 
I'autre, par des deversoirs manages dans les digues. Dcs bondes 
de fond servent k metlro, a volonte, la riziere h sec. Un fosse 
doit emporter Teau a sa sortie des comparlimcnts les plus has, 
k moins que, par la situation de la rizifere, cette eau ne puisse 
s'^couler directement dans un cours d'eau ou m&me dans la mer. 
Toutes ces dispositions sont tellement simples que chacun doit 
les comprendre sans le secours de figures, et toute personne in- 
telligente pourra, au besoin, les faire ex(5cutcr sans de plus Ion- 
goes instructions. 

Les rizieres ne pcuvent £tre ^lablies que sur un terrain qui, 
dans son ensemble, est k pen pr^s horizontal, ou n'a du moins 
qu^une penle fort douce. Cette condition se trouve souvent rem* 
pile dans les marais ou sur les plages qui bordont la mer. Dcs 
terrains de ce genre, qui se prfetent difficilement k d'aulres cul- 
tures, sont pr6cis6ment ccux dont on cherche le plus souvent a 
tirer parti par la culture du riz.On ne craint pas ceux qui sont le- 
gerement sales : Teau sans ccsse renouvel6e dissout et emporte 
Ic sel a mesure qu'il remonte du sous-sol a la surface, ot c'cst 
meme un moyen de le faire disparaitre a la longuc. A ce dessa- 
lage se joint Theureux effet du d6p6t des limons contenus dans 
I'eau d'irrigalion, et dont la quantity finit toujours par devenir 
assez considerable avec le temps. Gr^ce k ces effets, il faut rc- 
connattre que les ri^iferes sont un excellent moyen de transition 
pour mettre certains sols improductifs en etat de recevoir plus 
tard d'autres cultures. 

Uy a quelques rizieres que Ton cultive allernativemeiit en riz 
avec submersion, et en autres cdr^ales, en sec. Le ble r6ussit 
Irfes bien k la faveur de la vase qui s'est form6e pendant la cul- 
ture du riz. On ne craint pas d'abattre, sauf a les retablir plus 

14 



Digitized by 



Google 



210 CHAPITRE V. - APPLICATION AUX PLANTES USUELLES 

tard, celles des digncs qui, Ir^s rapproch6es,formeraient on obs^ 
tacle par trop gftnaot pour lea labours et autres travaux. 

Quelquefois on ne dispose pas d*un courant d'eau contiDU : on 
n'a l*eau qu'k certains jours, ainsi que cela a lieu le plus souvent 
dans les pays dirrigation. On pent n^anmoins, k la rigueur, 
^tablir les riziferes dans ccs conditions. On laisse alors Teaa 
stagnanlc pendant quelques jours, puis on r^lablil periodique- 
mcnl le courant. Ce moyen est tr^s inf^rieur k Tcmploi d'un cou- 
rant continu ; la rizii^re est toujours envahie, dans ce cas, par 
une grande abondance de plantes adventices, et Finsalubrit^ est 
plus prononc^e que pour les riziferes k eau courante. 

Co qu'il ne faut pas oublier, c'est que les riziferes sont essen- 
tiellement insalubres et qu'elles apporlent avec elles les Kevres 
intermiltentes, ditespalud^ennes, dont aucun regime ni aucnne« 
conditions hygiiniques ne pr^servent d*une manifere cerlaine, 
quoi qu'on en ait pu dire. Dans la vase dont le sol est convert 
s'agitent des myriades d'insectes et d'animalcules de toutes sor- 
tes ; quand on met la rizifere k sec, ce terrain se desseche peu k 
pcu sous Tardcur brAlante des rayons du soleil ; les plantes qui 
le joncliaicnt, les innombrables animaux, et notamnieni les in- 
fusoires dont ccttc boue est pour ainsi dire p<5trie«meurent et su* 
bissent une fermentalion putride : c*est \k trfes vraisemblable- 
ment la cause du mal. Si Teau ^(ait suffisamroent en mouvement 
dans les riziisres, gr&ce a une alimentation plus active, si avec cela 
il 6tai I possible d'op^rer sous Teau la moisson et m6me le laboa- 
rage, sans jamais dessecher completement les rizi^res, il est pro- 
bable que rinsalubrit^ qu'elles pr^sentent le plus souvent dispa- 
rai trait. 

II faut reconnaitre d'ailleurs que dans les cas oti, ii d^faut de 
riziferes, on laisserait des terrains sujels k des alternatives de 
sechcresse el d'inondation, il pourrait se faire que Tinsalubritd 
fut encore plus grande. 



Digitized by 



Google 



CHAPITRE SlXltME 

EMPLOI DES m\ IV.PURES 



181 . PHncIpe th^oHqae de remplol de« eaum linpurcfl, 
«tt lrrl||«li«ii. — II resulte des experiences d' Alfred Durand- 
Claye, de M. Schloesing-^ de M. G6rardin et autrcs, que si on rem- 
plit de sable, sur 2 m. au moins de hauteur, un recipient dont le 
fond est perc6 comme une passoire ; si on verse h la partie supe- 
rieurs do ceite espfece de iiUre une eau cbargde de matieres orga- 
niques, il y appendant la traver86e de la couche de sable, une oxy- 
datioD ^nergique ou combustion lente de la matiere organique. 
Lf'hydrogfene donne de Teau, le carbonc de Tacide carbonique qui 
se degage peu k peu, Tazote organique passe d'abord k T^tat 
d'acide azotique qui lui-m6me s^unit k quelqu'une des bases pr6- 
sentes. Les matieres min^ralcs contonues dans Teau, devenues 
libres par suite de la disparilion de Tacide carbonique qui favori- 
sail leur dissolution, sont, pour une petite partie, employees, 
coninie nous venons de le voir, k neutraliser Tacide azolique ; le 
resle (en general la plus grande partie) se pr6cipite et est retenu 
m^caniquement entre les particules du filtre. En sorte qu'il n'ar- 
rive en bas que de Feau pure contenant en dissolution de Toxy- 
gfene et de minimes quantit6s d'azotales. A. Durand-Claye a fait 
rexp6rience avec de Teau d'6gout ; d'autres ont 6prouve des in- 
fusions diverses, celle de Ian, par exemple ; M. Gdrardin a expe- 
riments avec I'eau ayant servi k Textraction de la f6cule de 
pommes de terre. Quelqu'ait 6t6 leliquide employ^.Tcau recueil- 
lie au bas du flltre est incolore, insipide, parfaitement limpide, 
tres oxyg6n6e, d6pourvue de toule trace de matifere organique* 

L'eau de f6eu)erie, qui s'esl trouv6e ainsi 6pur6e duus les ex- 



Digitized by 



Google 



212 CHAPITRE VI. 

p6riencesde M. G6rardin,si ellc est d^versee en quanlite notable 
dans une petite rivifere, y abaisse dc suile considerablement la 
proporlion d'oxygene dissous, cc qui amene la mort despoissons 
ct, bienlol apres, celle des hcrbes vcrtes ; Teau de la riviere de- 
vienl infeclc el degagc du gaz sulfhydrique. 

Ccs experiences remarquables monlrenl que la (iltralion lenle 
a travcrs un sol permeable est le moyen le plus efficace de puri- 
fier complelemenl Feau chargee de matieres organiques quelles 
qu'ellos soient. Elles montrent en oulre que, dans le cas dc Tir- 
rigalion pratiquee avec de telles eaux, il se produit an sein du sol 
une action oxydante energique, action qui parait avoir un effel 
utile des plus importants dans toutes les irrigations, m<>me prati- 
quees avec de Teau ordinaire (voir sur ce sujet les n**' 100, 103, 
106, 108). En oulre les substances mineralesqui peuvent exister 
dans les eaux employees sont en partie deposees dans le sol a 
Telat d'exlr^me division, et en partie converlies en azotates, forme 
^minemment favorable a Tassimilation, 

189. ^'^ecMlt^ d'une flhration lente. — Les experiences 
relat^es dans le numero precedent ne realisent lous les effels an- 
nonces qu'a la condition que Teau impure soil verseeavec mode- 
ration et qu'on n'cn introduise dans un lemps donne qu*unc 
quanlite Ires limilec, en rapport avec le cube de malifere terreuse 
que cetteeau devra traverser. Ainsi dans Texperience de M. Ge- 
rardin sur I'eau de lavage de la pulpe de pomme de lerre, Teau 
Stait versee sur le liltre de sable en un si faible filet que chacune 
de ses molecules employait environ 48heures k traverser les 2 m. 
de hauteur de la couche filtrante. Si la quantity de matieres orga- 
niques h decomposer est moindre que dans cetle eau de pomme 
de terre,on pent aller un peu plus vite ; mais,dans tons les cas, il 
y a une limite de vitesse qu'il ne faut pas dc^passer. Si, en main- 
tenant une pression d*eau k la partie sup6rieure de Pappareil, on 
force le liquide k filtrer rapidement, Teau recueillie k la partie 
inferieure cesse bient6t d'etre complfetement purifi6e. 

tH9, € 'onelasiou tir^e des exp^rieneen pr^e^dentes^u 
point de ¥ue ag^rieole. — H resulte de tout ce qu'on vient de 
voir, qu'unc eau impure sera eminemmentpropre a itre employee 
en irrigation, pourvu qu*on en fasse usage sur un sol permeable 
dt qu'on observe une certaine proportion, indiquee par Texpe- 



Digitized by 



Google 



EMl^LOl DKS EAL'X IMPUHKS 213 

ricoco, enlre la quanlile d'eau employee et I'etendue du ten aiii 
irrigue. On obtiendrales effels ordinaires de loulc irrigalioii, f*t 
do plus Tazote el les malieres mineralesconlonuos dans IVau cm* 

ployee cnrichironl le sol el proliteront aux vegelaux cultivis. H 

On congoil d ailleurs qu'il n'est pas indispensable, pour que I 

rirrigalion soil possible, qu'il y ail uneepaisseur do 2 meli< s dv. 
terrain absolument permeable, comme dans les oxp6rieneos jire- 
cilees. Tool sol cullive esl rendu permeable an moins dans IY*[rais- 
seur do la couche que remuent les inslrnments araloires, il osi 
done vraisemblable qu'il suffirail de proporlionnor le volume ileau 
employ^ en irrigation au cube de lerrc permeable conlenu thins 
Telendue irrigu^e. Tout ce qu'on peul aflirmer, c'esl que dmis h^ 
cas des eaux impures, comme d*ailleurs dans lous les cas d irri- 
gation, les terrains les plus perm6ables sont les plus proprcs il 
profiler de Tirrigalion. C'esl un point que la pratique a parlour ot 
depuis longlemps confirme. Ainsi dans le Midi les agriculLeurs 
eclair^s n'hesilent pas adepenser une cenlaine de francs par liec- 
tare pour defoncer prealablement, k 80 centinoielres envirnri <lc 
profondeur, tout terrain quails se proposent de soumellre k rirri- 
galion. De meme, dans la Campine beige, on a reconnu qnwn 
defoncomenl a la bdche,avantr(5lablissement de rirrigalion, cLaiL 
toujours une operation remun^ratrice ; et que plus ce d^foiict^- 
menl 6lait profond plus les produits bruts du sol 6laient eleven ; 
on s'en lient toulefois gen^ralemenl, dans celte conlree, a mw 
profondeur de 60 centimetres, k cause du prix rapidemcnUnH-s- 
sant du defoncement avec la profondeur. 

184. Conweuaneo d'uno srande dilatiou. — Je fenu nl^- 

server que lorsqu'il s'agit d'utiliser des eaux exceptionnelli^iijcut 
charg6es de substances etrangeres, comme seraienl par exoNqth' 
cclles qui proviennenl de diverses industries, il imporle pins rw- 
core pour les prairies que pour les autres cultures que lessulislan- 
ces dissoules soient prealablement amen^es a un 6lat de gramlt' 
dilution. Celle difference s'explique, jusqu'^ un certain poinl.par 
le mode d'aclion de Feau, different dans Tun et Tautre cas. I n snl 
laboure est une masse poreuse, une sorle d'eponge danslajjin M-' 
on fait pen6trer, k un moment donn6, I'eau d'un arrosagi' awv 
toutcs les substances qu'elle conlienl. C'esl exaclementconinic si 
on avaitincorpordala terre du champ une cerlaine dose d'eii;^iais* 
Dans ce cas une Ires-minime portion de cet engrais se trouv** ini- 



Digitized by VjOOQIC 

i 



214 CHAPITRE VI. 

mddialement en contact avcc leg racines des plantes ; le reste, 
plt^rieurement oxyd6 par lair, ne sera mis a Ja portie des racines 
que Irfes-graduellement et aprfes de profondos modifications chi- 
miques. Au lieu de cela,dan8 Tarrosage des prairies, c*est,comme 
nous Tavons vu, par une action intime, encore mal d^finie il est 
yrai> s'exer^ant au contact du gazon et de Teau en mouvement, 
que se produit Tabsorption de certaines substances. 

Mais nous avons vu, au cbapitre III, que dans ces sortes d'irri- 
gations c'est en g^n^ral Feau qui foumit de Toxyg^ne au sol, et 
que c'est k la faveur de Toxygbne contenu dans Teau que Therbe 
peut v^g^ter pendant certains arrosages prolong^s. Or les eaux 
charg^es de mati^res organiques, loin d'etre oxydantes, ont be- 
soin d*&tre elles*m^mes oxyg^n^es pour ^trc purifi^es. Ces eaax 
doivent done ^tre ^touffantes k un bien plus haut degr^ que Teaa 
pure,et il semble convenable de les diluer autant que possible dans 
une eau moins impure, avantde les employer aux arrosages. L'in- 
termittence do Tirrigation doit ^treaussi beaucoup plus rigoureu- 
sement observ^e qu'avcc les eaux ordinaires. Tels sont du moins 
les principes qui semblentse d6gager a priori des donn^os scien- 
tifiques. 

184. lien eaam indiifltrlelles «iir le« terres en enltvpe, 

— Quoi qu*il en soit des principes qui pr^c^dent, et en d^pit des 
pr^juges, de la routine et de Tincrtie qui font que tant d*caux, 
souvent riches en mati^res propres k servir d'engrais, sont aban« 
donn^es stagnantes et deviennent une cause d'embarras et d'in* 
fection, on peut constater que tons les hommes intelligents qui 
ont entrepris de faire servir les eaux dont il s'agil aux irrigations, 
en ont obtenu les meilleurs efTets. Je ne citerai que qudques 
excmples remarquablos. 

M. Constant Fi6vet, laureat de la prime d'honneur du d6parle- 
mentdu Xord, adonn6, dans safermede Masny, un exemplebien 
remarquablc et bien digne d*Atre suivi, en utilisant pourTirriga- 
tion de ses terres en culture toutes les eaux provenant de sa su- 
crerie. Voici en quels termos cctte operation 6lait appr6ci6e, dans 
Tarlicle de M. Barral consacr6 aux cultures de Masny * : <i Vingt 
« mille hectolitres d'eau employee chaque jour k tons les servi- 
« ces de la fabrique sont diriges sur les terres en aval de Tusine. 
« Ces eaux, charg<^cs de d(^tritus de toute espfece, ayant servi au 

1. Journal d'Agrimllure pratique, 1864, tome !• 



Digitized by 



Google 



EMPLOI DES EAUX IMPURES 215 

M lavage des bettoraves, k ceiui du noir animal, au lavage des 
« sacs h pulpe el h 6cume, etc., s'^chappeni en traversant leg Ia<« 
« trines des ouvriers, el transportSes par des rigoles, tantftt 
u k niveau , tantdt soutenues sur une pelite digue en terre^ 

« jusque sur les champs en culture Les terres arros^es 

« depuis huit ans n'ont pas rc^a d'autre fumure. La valeur de 
« cet engrais est estimee par M. Fievet h la somme de 8.000 fr. : 
« il s'applique k tons les genres de r^colle, car maintenant M. 
« Fi6vet Fomploie sur des bl^s en terre. Cos eaux, jadis perdues, 
« qui s*ecoulaient dans les fossds, y d^gageaient des miasmes, 
« s*infiUraient dans les terres, gagnaienl et g&taient les cours 
c< d'eau voisins, engendraient une cause permauente d'embarras, 
« d*insalubrit6 et de procfes, sont devenues le plus puissant, le 
« plus 6conomique agent de la f^condit^ du sol. » 

M. Fievet employaitsurtoutceseaux d'irrigationsurdes champs 
de betteraves ; il les a appIiquSes aussi k des cultures de lin. II 
emploie la m^thode d'irrigation d la rare d^crite au Chapitre III, 
124. 

II a 6td constald que les eaux de rouissage du lin et duchan-* 
vre peuvent 6tre utilcment employees, aprfes dilution, k irrigiier 
des prairies ou des terres en culture. Les eaux conlcnant desma<^ 
tieres d'origine animale peuvent ^galement 6tre utilis^es apr^s 
dilution. 

1811. EttrUK impures empl^j^es ii rirriirAlien de« prai- 
ries. — En Belgique, sur les frontibres de la Campine, setrouve 
la fabriquo d'alcool et de genifevre des freres Meeds, la plus im- 
portante du monde dans cette sp^cialitd ; toutes les eaux resi- 
duaireS) provenant des lavages des appareils, sont employees en 
irrigations sur des prairies permanentes. CeIIes-ci,6lablies sur un 
sol permeable, sont dispos^es en ados. On obtient, enquatre cou- 
pes, 14.000 kilos de foink Thectare en moyonne, produit Equiva- 
lent k celui des meilleures luzerni^res irriguEes du Midi. 

A Milan, depuis plusieurs sibcles, les eaux d'6gout de la ville 
(eaux mdnageres et vidanges) se reunissent dans le canal de la 
Vettabia, alimenld d'autre part par des sources. Ces eaux m61an- 
gees, bien moins riches en matiferes organiques que les eaux 
d'^gout de Paris, sont employ6es k Tirrigation des prairies per- 
manentes dispos6es en ados ; et ces prairies tres fertiles nourris- 
tent un grand nombre de bfites a comes, dont le lait sert k rim- 



Digitized by 



Google 



216 r:HAPITFlF. VI. 

porlante fabrication dcs fromagcs dils de Parmcsaa. La surface 
du terrain so trouve feutree, pour ainsi dire, par les depots de ces 
cans d'epouls ; lous Ics trois ans, on procede a leur cnlfevement 
clTonen faitemploi pour fertiliser d'autres terrains. Sans compter 
ceux-ci, les dejections de la ville de Milan entretiennent plus de 
1.000 hectares de prairies. 



187. Ra«rais lii|aideM dc« rerMes, dlla^s. — On a es- 

8ay6, en Angleterre et en France, Teniploi d'un engrais liquide 
form^ des dejeclionK diluees, des animaux. Get engrais etait 
distribue k Taide d*un sj stemes de conduites souterraines, avec 
bouches do distance en distance, pour Tarrosage des champs a la 
lance ; une machine a vapeur fournissait la force necessaire. Ce 
mode d'emploi des engrais de fermo etait-il-le meilleur ? c'esl 
douteux ; en tout cas il necessait des d^penses beaucoup trop for- 
tes. Toutcfois, il existe une contrt^e oil la conversion d'une partie 
dos dejections des animaux en engrais liquide pourrait avoir sa 
raison d'etre : c'est le Midi de la France, oil la litiere fait souvenl 
d^faut et oil Tirrigalion est d6ja une pratique usuelle. II faudrait 
m6langer pen a peu Fengrais liquide k Feau des irrigations ordi- 
naires ; Tessai merite lout au moins d'etre fait, k la condition 
d'op6rer economiquemenl, et non avoc le luxe des installations 
dont il a ele parle ci-dessus. 

198* Oteserratlon relative aum r^sidvs salldes. — II 

est presque inutile d'observer qu*une foule de dechets ou residus 
d*economie domestique ou agricole, a cause de leur nature solide, 
de leur volume ou de leur poids, ne sont pas susceptibles d'etre 
joints aux eaux d'irrigation. Ces divers residus, quelle qu'en soil 
la nature, cendres de bois ou autres combustibles, balayures, 
pUlras, vlcux morliers, chiffons de laine, debris veg^taux ou ani- 
maux de toule espece, sauf ce qui est d'une decomposition ou d'une 
pulverisation grossiere par trop difficile, devront etre stratiKes 
avec les mauvaises herbes du jardin. II conviendra que le las soit 
etabli a proximile de Teau, et soit arrose de temps en temps, de 
manierc a y cntrelcuir constaniment une legere humidity. II y 
aura decomposition lente des matiferes organiques, tres vraisem- 
blablement nitrification. Dans tons les cas, letas recoup6 k lapio- 
che, puis releve a la pelle deux ou trois fois dans le couranl de 
Vann^e. sera, au printemps suivant, transporte etrepandu surles 



Digitized by 



Google 



EMPLOI DES EAUX IMPURES 217 

parlies les moins fcrlilcs de la prairie, oiice lerreau produiraun 
mervcillciix cffet. 



189. Be«ani6 sur Temploi de« eaux ehari;^ev de r#s]« 
ilus. — On a calcule que Temploi rationnel et complol da Ton- 
grais humain et des eaux menageres correspondrait, en France, 
a une augmentation de deux pour cent du produit agricole. 

A Seville, a Edimbourg, a Reims, k Paris (plaine de Gcnne- 
villiers), ii Berlin et dans un grand nombre d'autres localiles, 
lemploi des eaux d'egout a Tagriculture a r6ussi, lanl sur los 
prairies que dans les cultures maraicberes et autres ; il n\ a ricu 
de general a dire sur le rapport enlre la surface du terrain i^L le 
volume des eaux a utiliser, car cela depend h la fois de la nature 
du sol et de la composition de ces eaux ; mais les r^sulluLs oh(e- 
nus permeltent d*affirmer que, bien 6ludi6e dans chaquo cas par- 
ticulier, la question peut recevoir une solution utile, coneilianl 
les inlerets de la salubrite avec ceux de Tagriculture. Nous no 
pouvonsque renvoyer, pour les details, aux ouvrages de MM. 
Bechmann et Durand-CIaye eti ceux des ing6nieurs anglais, alle- 
mands etdes Etats-Unis d*Amcrique. Comme moyenno, on jjout 
indiquer 40.000 a 50.000 mfetres cubes par hectare et par an. 



Digitized by VjOOQIC 

i 



CHAPITRE SEPTlfiME 

METHODES APPLICABLES A L'IRRIGATION DES PRAIRIES 
PERMANENTES 



t L iifnh'fittlh $ur t irrigation dfn fn'airien. — | 2. Higolen de niveau. — | 3. 
trritjtitiot* par tWtertement, — % h. Rigoles inclineeM. — j 5. Planches en 



GENKUALITES SUR L IRRIGATION DES PRAIRIES 



IMI. Cest^en g€n€rml^ l^irriKallon qui fmlt les prairies. 

— II SI.' rencontre quclques rares terrains privilegic^s, dc nature 
argilo-ralraire, assez absorbanls pour n'elre pas mar6cageux,assez 
arpileuv pour conserver longtcmps apres la pluie une cerlaine 
fraichi^ur, largemenl pourvus d'acide phosphorique ct de potasse, 
oil les mcilleures herbes fourragferes se developpent et se main- 
Lii'iiiieiil facilcment. La, la prairie peul felre enlrelenue sans le 
secours des irrigations. C'cst sur des terrains de ce genre que se 
Lrauveiit los prairies dites dembouche, de la Nievre et de certai- 
nes partita de la Norinandie,par exemple.Les localiles oilaffleu- 
leiil les terrains de Tcpoque geologique du lias sont de ccllcs oh 
CCS coniilions se rencontrcnt le plus frequemmcnt. 

En dehors du cas precedent, qu'on pout regarder comme excep- 
tionnel, on pent dire c'est Tirrigation qui fait les prairies. D'une 



Digitized by 



Google 



j i* — GfiNfiRALITES SUR L'IRRIOATION DE8 PRAIRIES 219 

part noug voyons leg prairici permanentes occuper soil le bord 
d'une rivifero k d^bordements p^riodiques, soil un pli de terrain, 
le fond d*un vallon, une position telle, en un niot, que les vaux 
pluviales qui onl coulS 9ur des terrains en culture et s y 9onl on- 
richieg viennent naturellement g'y d^verser. D'autre part, rjuel- 
quc infertile que soit naturellement un terrain, d*innomhrn!*lest 
exempleg prouvent qu'on pcuty dtablir la prairie au moyen d'una 
sufSsantc quantity d'eau convenabloment aminag^e. 

191. Importance fondameiiiale de« irrii;atian« d'hlvt^r* 

— Noug avons vu, dans le paragraphe 2 du chapitre P^ quo IVau 
qu'on peut appliquer aux irrigations contient loujours des miIjh-- 
tances diverses qu*on peut consid^rer comme des engrais. Dos 
cxemples d'analyse (n<> H5) nous ont plus particuliferemenl de- 
monlr^ Timportance considerable que peut avoir Teau considil^n'^o 
comrae engrais : le r6le principal des irrigations est de fouruir 
aux prairies Ics dl^ments qui constituent Talimentation des plaji- 
tes fourragferes. Aprfes ce qui a &16 dit au paragraphe 2 du chapi- 
tre m*, insistons seulement sur ce point : quo Teau, rempli^satit 
surtout la fonction d'un engrais, est pr^cieuse en toule saison. Ft 
comme c'est en hiver qu'on a toujours le plus d'eau disponihlcs 
comme c'est dans cetle saison qu'on n'a aucune gfene k 6proiivor 
du fait des hautos herbes ou des r^coltes a op^rer, il s'en suit «\vu'. 
les irrigations d'hiver sont celles qui ont dans la pratique la plus 
grande importance. 

Assur6ment, si Ton dispose en 616 d*une certaine quaiililfi 
d'eau, il est avantageux d'en faire profiler la prairie. L'eau ikuvn 
meme alors une double efficacite ; outre la maliere ferlilisunti* 
qu'elle pourra apporter, elle aura pour effet d'eviler ces suspen- 
sions de la v6g6lation qui se produisent si souvent pendant lt>s 
s6cheresses et de permeltrc aux planles d'utiliser Taction bienfai- 
sante du soleil et d'une temperature 61ev6e. Mais si, comme c fsl 
le cas le plus frequent, on n'a en 616 que juste assez d'eau [nmr 
enlretenir dans la prairie une legfere humidil6, laquantile do nia- 
tiferes fertilisantes ainsi introduito serapresque negligeable, ot 11- 
fourrage seraproduit en grande partie aux d6pens de I'engrais mi- 
cumul6 pendant les irrigations d'hiver. II ne faul done pas s*oxa- 
gdrer rimportance de Tirrigation conlinu6e pendant r6t6, el Ton 
doit comprendre, ce que la pratique confirme d'ailleurs ploimv 
ment, que pour tirer tout Tavantage possible d'une irrigation qui 



Digitized by VjOOQIC 

4 



^^0 CHAPITRK Vn. — MKTHODES APPLICABLES A L'lRRIGATlOX 

nVst jamais coniplelemenl iiilerrompuc, il faut donner au sol im 
supplement d'engrais, en rapport avec la masse possible des pro- 
tluils. L'irrigation d'et6 est done, en resume, alors que les cir- 
(^nnslances m^leorologiques sonl les plus favorables, pluldl un 
moj en de rendre produclifs les engrais apportes du dehors qu une 
source directe de production fourragere. 

Ainsi qu'on Ta vu, n^ 118, il y a des prairies, situees pres des 
grandes rivieres, sur lesquelles on pent faire passer en toute sai- 
son d'inormes volumes d'eau. Alors on pent se dispenser de lout 
engrais ordinaire et Teau seule enlrelient constamment la prairie, 
augmente meme k la longue sa ferlilild ; mais ce sont \k des cir- 
Constances exceptionnelles. 

IBf. Dispoflitloiifl pr^liiiiinaircB pour l'irrii;«tloii des 
prairies. — Nous bornant k renvoyer au chapilre II pour Tadduc- 
lion de Teau, nous partirons ici de la rigole ou canal d'amenee 
arrivant k la parlie la plus haute de la prairie. Cest sur ce canal 
que s embranchent les rigoles dislribulives charg^es de mener 
Teau sur divers points, soil pour fractionner Tetendue a irriguer, 
en raison du pen d'eau disponible, ainsi quo cela est indique dans 
les numeros 91 et 92, soit pour permeltre de porter de Teau netive 
sur un point quelconque (n® 102). 

II reste a exposer, ce que nous ferons dans le present chapilre, 
les m6lhodes employees pour faire couler Teau sur la prairie, en 
nappe aussi regulifere que possible, afin d'obtenir les r6sultals 
cherch^s (n*" 98, 99 et suivants). 



§2. 
METHODE D'lRRIGATION PAR RIGOLES DE NIVEAU 



i9S. DUpMition du sal de la prairie. — La methode dir- 
rigalion par rigoles de niveau ne s'applique qu'a des terrains qui 
iMit une pente prononcee. Elle n'exige d'ailleurs aucune disposi- 
tion speciale du sol, el elle pourrait a la rigueur s'appliquer 
immediatement a une prairie quelconque. Je supposerai tou- 
lefois qu'on a prealablement fail disparatlre autanl que possi- 



Digitized by 



Google 



§ 2. — MfeTHODE D'IRRIGATION PAR RIGOLES DE NIVEAU 221 

bles les rochcs et les pierres, comble Ics Irous, aballu Ics niotiii- 
cules. II est convenable de faire plus encore dans le cas oh lo 
terrain est fortemcnt lourmente, el lorsquc d'ailleurs Ja TialLirc dii 
sol, la situation el la facilil6 d avoir do Teau conslitucni,}Mr letir 
r(5union, les elements d'un bon pre. Alors onne devra pas re>:ar- 
der aux frais dequclques lerrasscmcnls, qui augmenterniil pour 
toujours la valeur de la prairie. Dans ce cas, sans pretcndre Liai in- 
former le terrain en une surface rigoureusement plane, on fera 
disparailre les eminences trop sensibles el Ton adoucira ct^rtainc'* 
pentes rapides formantdes ressauls brusques. 

i9A. Esprit de la m^thodc. — La melhode dunl il ^ agit 
consiste essentiellement a reparlir Teau en nappe uniforms, ;\u 
moyen d*un certain nombre de peliles rigoles tracees do niveau, 
transversalement k la pente de la prairie, el suivant les nmluurs 
des sinuosites du sol. L'eau, introduile dans une de cesi i igf*(<*s» 
se diverse par dessus son bord inferieur, et ruisselle en najijM* sur 
la portion de gazon situ6e immediatemcnt en aval. Par siiilo i\vs 
inegalites ou des pentes du terrain, cette eau ne tarderail |ta»i h se 
rassembler suivant certaines directions, et cesserait do foriuLr 
une nappe r^guliere, si elle n'elailbientot reprise par une ^eeuiide 
rigolc qui la force de nouveau a s'^taler en se d6vcrsanl par 
dessus unenouvelle ar6le borizonlale, et ainsi de suite jusqu'a ce 
qu'elle attcigne une rigole d'ecoulement et soil abandonnoe. 

!•&. Cas ou la m^mo eau dalt pareourlr nue ;^raiiile 
^lendue do prairie* — Je supposerai d'abord le ca^ ^}u, fa 
prairie 6lant d'une grandc (?tendue par rapport k la quanlile dVrm 
habituellementdisponible,rirrigationcstcombineo de majiiere :i 
faire parcourir a Teau un assez long trajet sur la prairii% avLiiit 
qu'ellc atteigne les rigoles de colature. La figure donne le |^lau 
d'une prairie irrigu6e dans ces conditions. La pente generiilr du 
terrain est dirigde, k pcu prfes, du haut en bas du plan. \\U\ m\ 
un petit canal amenant Teau en haut de la prairie. Lorsqtir iL'lle 
eau n'est pas n^cessaire aux arrosages, elle peut etre dehmi mn: 
dans des foss6s de ceinture AGF, DEF, qui se reunissenl cw 1 Maus 
un fosse commund*evacuation;celui-ci traverse sous un pMrutau 
lechemin d'exploitationqui contourncune partie delaprairie, bus 
rigoles de distribution BIH, IK, CL, dirig^es suivant la i»entc et 
aliment^es par le canal superieur,permettent de porter Toau daus 



Digitized by VjOOQIC 

1 



m CHAPfTHE Vir. ^ MtTIIODKS APPLICABLIM A LinRlGAtlOK 



Ltai£KDE. 

&ni, J K. C L, ngoU-* Jo 

mil, ngdo tii> ci4iUiJiv< 
Not A* — CiMTiJiftjif^ rfjim- 




i'ii^. Hi. — (*J,jn ij*i(*ir jt(itni«^ imtfUei* |*iir ri|?nk*« tJe Dtfexin' 



Digitized by 



Google 



§ 2. - M^THODE DIhRIGATlON PAH RIGOLES t>E NIVEAU 228 

totttes les regions de la prairie. Un grand nombre de petites rigo-^ 
les trans versales, trac^es horizontalement ao moyen da niveau, 
s'alimentent k leur lour aux rigoles descendanles, ei servent it la 
r^partilion. 

Le pr6 s'arro»c par bandcs comprises entrc deux rigoles dislri* 
bulrices. Supposons, par exemple, qu'on veuille arroscr la bande 
BlKb'k indiqu^e sur le plan. On barre le canal d'amenee au-des- 
sous de B, pour faire refluer Teau dans la rigole dislribulrice BE8l. 
On barre, k leur point d'inlerseclion, loules les rigoles d'arro- 
sage qui s'embrancheni k gauche de la rigole distribulrice^ lais^ 
sanl ouverles les rigoles de droite. On barre ces derniferes rigoles 
en b\ c\ cT, e\ f , pour limiler Tirrigalion de ce c6l6. Si Teau est 
assez abondante elle s'introduit naturellement de la rigole BIK 
dans les rigoles successives hb\ cc\ dd, Dans tons les cas, on 
fegularisera comme on le voudra cette introduction, en plagant, 
aux points b, c, rf, e, f, dans la rigole distribulrice el immediate- 
menl au-dessous de chaque embranchcmenl, quelques mottes de 
gazon qui, sans barrcr tolalemcnl la rigole distribulrice, forceront 
son eau k refluer en parlic dans les rigoles laterales. Bientdt 
toulcs les petiles rigoles seront pleines et ddbordcront sur toule 
leur longueur. L'eau s'dtalera en couche minc^ sur le pr6, retom- 
bera d'une rigole dans Tautre pour d^border de nouveau, et toule 
la bande de prairie consid^ree sc Irouvera lilt^ralement couverte 
par une nappe d'eau continue. 

L arrosage, ainsi ex6cul6, n'est pas parfailement identique pour 
toule r^tendue arros^e. Les parties basses reQoivent un plus grand 
volume d'eau que les aulres, puisque, ind^pendamment de Teau 
iotroduite direclemenl dans les rigoles d'arrosage, ces parties 
basses regoivenl le trop plcin de loules les rigoles sup^rieures. 
Mais, par une sorle de compensation, les plus haules regions du 
pr6 se Irouvent arrosdes presquc uniquement avec de Feau neuve, 
tandis que Ic grand volume qui parcourl les regions inKrieures 
se compose surtout de colaturcs dejk d^pouillees d'une parlie de 
leur vertu fertilisanle. 

On pourrait modifier un pen la methode pr^c6denle, en intro- 
duisant la totality de Teau dans une ou plusieurs rigoles sup6rieu* 
res seulement ; elle n'en arriverait pas raoins, de reprise en re- 
prise, jusqu'au has de la prairie. Par ce dernier procdd6, la r6par- 
tition de Teau est plus uniforme, en lant que volume, que dans 
le premier mode d^arrosage ; mais les parties inf^rieures du pr4 



Digitized by 



Google 



3824 CHAPITCE VII. 



METHODES APPLICABLES A L'lRRICfATION 



sont encore moins bien partagees, puisqu*elles ne re^oivent exclu- 
sivement que de Feau d6jk d^graissee. 

Quelle que soil la melhode que Ton adopte, les irregulariles 
que je vieus de signaler n'ont pas grande importance. En effct, 
j^ai d'abord suppose qu'on operait quand Teau etail abondante. 
Mais il arrive des momenls ou elle est plus rare, el oil il devicnl 
difficile d'arroser, d'un seul coup, une bande comprenanl loule la 
longueur du pre. On en profile pour porler dircclemenl I'eau dis- 
ponible sur les parlies qui paraissenl en nioins bon etal que les 
autres, e( on parvient ainsi a regulariser la vr^gelalion. 

!••. Eifovttai^e lie la prairie dans les iaterralleti de« 
arrosa^es. — Lorsqu'on juge qu'une portion de la prairie a ele 
assez longtemps an'osee, on change de position les divers barra- 
ges, de maniere a porler Teau sur une nouvelle bande de pre, elk 
emp^cher loule nouvelle introduction d'eau dans les rigoles qui 
viennent de servir a la premiere operation. Ce changemenl une 
fois effeclu^, la nappe d'eau qui couvrait la premiere partie du pre 




Fig. 8:i. — Plan ct profil d'uno cntaille praliqiU'C dans lo boi-d inforiour d'unc rigolc 
dc niveau, pour en fuciliter la vidangc. 

AB, ligno do plus f^rande pcnlc du soK 

C. rigole de niveau. 

DB, entaille dans le gazon, ayant son fond Iiorizontal. 

est bien vile ecoulee. II ne resle plus alors que Tcau conteuuc 
dans les rigoles de niveau qui se Irouvenl sans issue. Or, si le sol 
est de nature un pcu permeable,cetle eau, n'elant plus renouvelee 
ne lardera pas k disparailre par infiltration k travers la parol de 
gazon situec du c6le d'aval, et il u'y aura pas aulremoul a s'cn 



Digitized by 



Google 



§ 2. - MKTHODr. DIHRIOATION PAR RIG(>IJ:S DR NIVEAU 22o 

preoccuper. Si le sol, au coniraire, est Ires -compact, il sc prijl 
que Teau s6journe dans les peliles rigolcs d*arrosage assez Innij- 
temps pour devcnir nuisible. II suffit, dans cc cas, dc qnelijii^s 
echancruros ou saign^es praliqu6es dans la parol d'aval des i ii^u- 
les dc niveau, pour faire disparailre eel inconvenient. La figure 
donne, en plan el en coupe, une portion de rigole dc nivrati 
munie d'une lelle 6chancrure. 

AB, dans le profil, est la surface du prd, C la rigole de nivf^ui 
qui n*a qu'environ 10 centimetres de profondeur, DB est la om- 
pure ou la rigole de vidange, qui commence en D avec la nii nii» 
profondeur que la rigole d'arrosage, el finil h rien k B. Si la pent r 
de la prairie est en eel endroilde 3 centimetres par metre, le pin iil 
B devra etre au moins a 2 metres du point D. On conserve urn* 
motle de gazon que Ton replace en D pour fermer la coupur(% 

chaque fois qu'on arrose. 

f 

f •v. Biffoles d'^eoulcment. — Certains auteurs recomman- 
dent expressement d'6lablir, conjointement au systeme des rigo- 
lcs deslinees k Tirrigalion proprement dite, unreseau complcl de 
rigoles d'dcoulement, ce qui estd*ailleurs conforme aux print i|kt's 
generaux exposes au commencement de ce chapitre. Mais crIU' 
precaution est, en realil6, presque toujours superflue dans Ic cas 
que nousconsiderons, celui d'une prairie ayant une penle de i\\\- 
sieurs centimfelres par mfelre, dans laquelle par consequent Ti^au 
ne peutdemeurerslagnanle.Le Wseau complelde rigoles decnhi- 
lure ne devienl n^cessaire que dans les cas que nous examinorous 
bientdl, oil Ton lient k empScher que Teau ayant arrose iiih^ 
ccrtaine superficie ne continue de couler a la surface du gaznu, 
Dans les dispositions analogues k celle de la figure 84, les rif^nli?:^ 
d e colalure ne seronl utiles qu'exceplionnellemenl,dans les pai I Irs 
oil, en raison de la forme du terrain, Teau tendrail k s'accuniuli*r 
plus qu*ailleurs, ou encore dans les endroits qui se trouverni(*rif 
marecageux par suite de la constitution particuliere du so). I. a 
figure nous monlre, en mn, une de ces petites rigoles ; ello rst 
dirigee suivant la pente principale, el coupe a angles droits It's 
rigoles d'arrosage. Avant de meltrereau dans celle partie du pni 
pour Tarroser, on doit barrer la rigole d'ecoulemenl immediali'- 
menl au^dessous de son intersection avec chacuno des HuhI+^s 
horizontales. L'etat du pr6, quelque temps apr^s la cessation tlen 
arrosages, indiquera les points oil de semblables rigoles d'egoiii • 

15 



Digitized by VjOOQIC 

i 



p 



^6 CHAPITHK VII. — MfiTIIODES APPLICABLES A L'lRRlGATlON 

tt^nient poiirraienl elre avanlagcuses, mais on ne devra pas en 
ciTuser, lors de relablissemeat d'une prairie, avanl que Tex- 
perieiice en ait demonlre le besoin. Dans Texemple de Tavanl- 
derniere figure, le reseau des rigoles d ecoulemenl se Irouve 
r6duil k la rigole mn el aux fosses infcrieurs GF el EF. 

ins. C9k% ou Teau doit ^tre evaev6e a^r^ vn c^art 
Irzijot sar le ^tkmon. — La disposition de la prairie qui nous a 
jus<|u'ici servi d'exemple n'aurail besoin que d'felre legerement 
mridin^e, si Tonvoulait evacuerTeau aussil6t aprfes Tarrosage 
dune pelile etendue limit^e. La figure 86 nous donne le plan 



i 

\ 




t'tgr* 86. — Plan d'uno portion de prairie irrigueo par planches el par rigoles 

do niveau. 

AB, canal d'ameiiee de Teau, 

i;D, E.F, rigoles de distribution, 

tjk^ ik, lin, rigoles collcctrices des colateurs. 

d'unc portion de prairie irriguee suivanlce dernier sysleme. Deux 
ri}sL*aux de rigoles sonl ici superposes : Tun, figure par les Irails 
doubles, comprendle fosse d'ameneeel les rigoles de dislribution 
v[ il arrosage ; I'autre, figure par des Irails simples mais plus forts, 
so eumpose des rigoles de colalure et du foss6 general d'ecou- 
It'rvu'iil. 

Lean est fournie par le canal d'amenee AB, d'oii elle peut elre 
(Hi igeo a volonte dans des rigoles dislributrices CD, EF, donl 
cliarune alimente a son lour deux series de rigoles horizontals a 
dev*?rfiement, les unes a droile, les aulres a gauche. On remar- 



Digitized by 



Google 



§ 2. — METHODE.D'IRRIGATION PAR RIGOLES DE NIVEAU 227 

que qu'en dessous de chacunc dcs rigoles horizontales qui pion- 
nent Tcau dans des rigoles distribulrices, ct la repandeiit sur ie 
gazon, se Irouve a quelques metres de distance une aulre rigole 
semblable, mais sans issue ni communication k ses extn'*nuL^s. 
Celleciest une rigole de reprise j qui n'a d*autre objet que de niieux 
mainlenir Tuniformit^ de la repartition de Teau. Encore plus has 
se rencontre une rigole de colature, trac6e avec une legevi.' pi^nto 
d'environ 3 millimfetres par m^tre, qui intercepte toute Toau ruis- 
selanl sur le pr^ pour la transporter immddiatement a Vune dos 
rigoles descendantes^/i, ik, Im^ aboutissant elles-m^mes an fosse 
d'^coulenient OP. 

Imm^diatement au-dessous de chaque rigole de colature se rcti- 
conlre une nouvelle rigole de d6versement, el la mfemc dispo- 
sition se reproduit successivement jusqu'au bas de la prairie. 

La sdrie des rigoles de niveau ayanl 6t6 trac6e la premiero, rien 
ne sera plus facile que de tracer ensuite les petiles rigoles de co- 
lature. On sera certain, en effet, qu^une quelconque d'enlri^ elites 
aura la pente nicessaire h, T^coulement si, 6tant & Tune dc scs cx- 
tr^milds trfes rapproch^e de la rigole de niveau la plus voij^iric, 
elle va en s'en 6cartant de plus en plus jusqu*^ Tautre exti emilc. 

Les espaces compris entre chaque rigole d'ecoulement \}\ hi ri- 
gole de deversement situ^e imm^diatement au- dessous d'olle ne 
sont pas arros^s. Mais ces bandes, tres-6troites, ont pen d impor- 
tance et rcQoivent d'ailleurs assez d'eau par infiltration [lour 
n'avoir pas a souffrir du manque d'irrigation superficiello. 

On conQoit qu'avec cette disposition on peut, si on le desire, 
arroscr s^pardment un seul des espaces compris entre une (juel- 
conque des rigoles de deversement et la rigole de colature <|ui .se 
trouve au-dessous. On con^oit encore qu*on peut, avec Ili un riu' 
facilite, arroser simullanementunnombre quelconque de conijiar* 
timents semblables au premier. 

Enfin, lors du premier 6tablissement de ce systfeme d'irrigalioii^ 
on est lib re de mettre telle distance qu'on juge k propos entre It^s 
rigoles qui doivenl deverser Teau sur la prairie et celles fjiii sonL 
destineesiTemporter. Cette disposition permet done d'cniployLH- 
Teau comme on Tentend, et de Tepuiser de ses matieres fertili- 
3antes, notamment de son oxygene, autant ou aussi peu qu'un le 
desire. 

Quand la mSme eau aura a parcourir^ dans le sens de ]a pt^tiU^ 
de la prairie, moins d'une quinzaine de metres, on poun a, a la 



Digitized by VjOOQIC 

i 



t2H CHAlMTHt: VII. - MKTHODES APPLICABLES A L'lHHlGATIO.X 

rigueur, supprimer Icsrigoles inlcrm^diaires do reprise d'cau qui 
sonl figun^es sur le plan, figure 86, rigoles donl Tutilit^ depend 
d*ailleurs du trace plus ou moins parfait des rigoles de niveau, et 
de r^tat plus ou moins regulier de ia surface du pr£. 

II reste k examiner quelques details d*exdcution qui oni, je 
crois, un reel int^r^t pratique. 

f ••. Canal d'ameii^e de Teau. — Relativemenl k la posi- 
tion du canal d amen6e, il y a pcu de chose a ajouter ice que j'ai 
dit au commencement du chapitre. Le trac^ ddpend principalc- 
ment de la disposition des lieux. Lorsqu*une prairie est trfes 6ten- 
due, on est oblige de la diviser en plusieurs parties distinctcs. 
Alors il arrive le plus souvent que la m^me branche du canal ne 
pent pas porter Teau k toutes ces divisions, el le canal unique 
pent so changer en un veritable reseau. Alors aussi, les largeurs 
et profondeurs seront variables d'une branche k Tautre, chacune 
d'elles devant avoir un profit en rapport avec la quantitd d^eau 
k debitor dans un temps donui, quantity qui est 4videmmont 
moindre dans les dernieres ramifications que dans le tronc prin- 
cipal. 

Le canal d'amenSe a gen^ralement peu de pente,.parce qu'on 
pent ainsi conduire Teau sur des points plus 61ev6s, et qu'on gagne 
sur r^tendue irrigable. Mais il arrive quelquefois que I'eau est 
prise en un endroit notablement plus 6lev£ que la prairie k irri- 
guer, et qu'on est forc6, en consequence, de donner beaucoup de 
pente k certaines portions du canal. Celte n^cessite n'estpas sans 
entrainer quelques inconvenients, Tcau trop rapide pouvant d6- 
grader les parois des canaux. 

On a vu (62) qu'on pent remidier aux exces de pente par des 
ressauts accompagn^s de quelques di^fenses. On pent aussi rev6- 
tir certaines portions de rigoles soit en veritable maQonnerie hy- 
draulyque, soit en pierre seches. On trouve enfin & Tartiele sui- 
vant un profil do rigole gazonnee propre k diminuer la tendance 
aux Erosions. 

Quand le terrain occupe par la prairie a une assez forte incli- 
naison, la portion du canal d'amcn^o qui la borde k sa partie su- 
p^rieure pent elre entiferement creus^c dans le sol, comnoe un 
foss6 ordinaire. Dans ce cas, pour que Teau du canal puisse, de 
]ky passer facilement dans les rigoles dislribulrices, il est ndces- 
saire dapprofondir ces dernieres sur une portion de leurlongueuty 



Digitized by 



Google 



8 2. — METHODE D'IRRIGATION PAR RIGOLKS DR N[VEAU 229 

k parlir de leiir point do joiiclion aveo Ic canal. Celle dispostlioii 
est trfes-simple ; mais elle a ccl inconvdnieni que ce n*esl i[u'assi*2 
loin du canal d'amende qu'on pent detourncr I'eau do la ri^oli* 
distributrice dans les rigoles de niveau, qui sont Irfes supt^rfi* iolics, 
Une bande de pre longeant le canal se trouveradonc non arrost^i^, 
ou du moins le sera difficilemenl el d'une maniere imparfaitc. Get 
inconvenient aura d'aulanl plus d'importance que le sol iuira iine 
moindre penle. II sera done toujours avanlageux,et menie imlis- 
pensable si le terrain est IrJis plat, d'elever un peu par des rem- 
blais le canal d'amen6e dans toutc la parlie qui longe la j>raitie 
a irriguer. Si on ne conslruit pas le canal entiferement sur tom- 

blai, du moins pourra-t-oti 
5Ppy^rf r •?v^»:\- > '^■■■. ^MM»|.y presque toujours adoph'ra\f^c 
^i -'^ *A.'^.Vvv. /- ^-S avantage un profil analng^ue 
Fig. 87.-Pronid'unfos86oucaiialcn ^ celui de la figure (i-rcin- 

demi-remblai. \^yq, 

Dans ce profil, le remBlai pent 6lre fourni, ou peu s'< n I'aiiL, 
par la partie en deblai. L'introduction de T^au sur la praii ii' sora 
ainsi rcndue exlrfemeraent facile. 

900. Ri^olen de ilistribution. — Jonction dvee le canal 
(Tamenee, — A ce qui vient d'elre dit sur la jonclion dcs Hi^nles 
de distribution avec le canal, ajoulons qu*au lieu de fairi^' Wmi-* 
branchemenl a angle droit, comme on le fait le plus souvcnl, il 
conviendraitde courber la rigole vers ce point d'embrancluim^nl, 
de telle sorle que son entrde se presenlM obliquement et prci^quc 
en face de Tarriv^e de Teau. On evite, par ces raccoiutr'nu^nls 
courbes, des remous toujours desirucleurs, des envasein^'iils nn 
certains points et autres inconvenients de detail. C'est lu. an ^wv- 
plus, un principe general et dont nous verrons bienl^l I'ajipli- 
cation aux rigoles d'un ordre inferieur. 

Pour empecher Teau de p6n6trer dans les rigoles de disUibu- 
tion quand elles ne doivent pas fane- 
tionner, on pent fermcr ces ri^'^objs k 
Taide d'une petite vanne ou pclli^ eiiliMtj 
tranchante, analogue a celles doni il a deja 
6te question, mais d'une dimctisitui imi 
^■^61^ \7aSrpou^ rapport avec le profit de ces rigol... 

fermer l'enlr6e des n- p^^fii Jgg riqoles de (Ustribution — Los 

goles dislnbutnccs .,, ,..i. v ^i 

rigoles de distribution ont a parcourir la 




Digitized by 



Google 



230 r:HAPITKE VII. - MKTHODES APPLICABLES A L'IRRIGATiON 

prairie suivant sa plus grande penle. Or, commc Ic systeme d'ir- 
rigalion dont il s'agit s'applique le plus g^neralemcnt a des prai> 
vies dont TinclinaisoQ est dc plusieurs centimetres par metre, los 
rigoles de distribution ont necessairement aussi ces fortes pentes 
Dans ces conditions, des rigoles ordinaires, simplement creus^es 
vi\ lone nue, sont infailliblemenl d^grad^es par Teau, qui iinit 
par les approfondir outre mesure. On pent 6viter ce grave incon- 
venient en les faisant trfes-larges, mais pen creuses, et en les ga- 
dormant complelement. La figure 89 donne un profil de ce 
gi'ure, 

r ^^ ^ 



Fig. 89. — Profil d'unc rigolc dc distribution. 

Comme ces rigoles restent h sec toules les fois qu'on n'arrose 
jms [a parlie du pr6 oil clles se Irouvent, le gazon dont elles sont 
tapt^s^es,^nergiquemcnt arrose par inlermillance,pousse avec vi- 
guiMir. Ce gazon garantit d'autant mieux le sol contre les erosions 
que la grande surface de contact qu'il pr6sente au courant d'eau 
tjccasionne un froltement qui en ralentit la vitesse. Ces sortes de 
rigules presentent d'ailleurs plusieurs aulres avanlages. La faux 
peui y couper Therbe sans difficulty ; les bords, trfes-inclin6s, 
soi\\ bien moins degrades par les pieds des bestiaux que ceux des 
1 i^uliis plus cscarpees ; les instruments et les vehiculcs les travor- 
^ent avec la plus grande facility. Quant aux dimensions absolues 
a liMir donner, elles dependent des volumes d'cau que ces rigoles 
onL a conduire, selon Telendue de prairie qu'elles desservent. 
Les cotes plac^cs sur la figure indiquent surtout des proportions 
relatives et se rapportcnt a une grandeur qui, bien qu'usucUc, 
pt ut etre modifiee suivant les indications fournies pour cliaquc 
CU& par le calcul ou Texp^rience. 

Position et distance des rigoles distribu trices. — La question 
lie la distance & laquelle il convient de placer les rigoles distribu- 
trices cons^cutives, les unes par rapport aux autres, revienl a 
urile de la longueur que Ton pent donner aux rigoles de niveau 



Digitized by 



Google 



§ 2. — MCTHODE DIRRIGATION PAR RIGOLES BE NINEAT 231 

comprises enlre elles. Or, nous verrons, eu Uailaiit ties rigoles 
de niveau, que cbaque rigole distribulrico peul (lifflcilemcMit, k 
Taide des rigoles de niveau qui s'y alimenlent, porlcrTcau k plim 
d'une quaranlaine de metres, a droile ou a gauche. La rt^jnuU- 
lion de i'eau ne sera m^me tout k fait satisfaisanle que si cette 
distance est reduilc a 25 ou 30 metres. D'apres ccla, si nous Jious 
reporlons a la figure 8i, page 222, nous voyons que la rigoU^ 
de distribution BUI, par exemple, doit ^Ire dislante de 2d ii 40 
metres de la limile voisine AG de la prairie. La rigole de ili^lri- 
bution CL est h une pareille distance de la limite DK de la prai* 
rie. Mais, entre les rigoles BIK et CL, il y a une distance diMiblo 
des pr6ciSdenles, soit de SO h 80 mfetrcs, I'intervalle de ces doux 
rigoles 6lanl arros6 par moili6 par Tune et par Tautre. 

Une autre consideration doit aussi influer sur la fixalinu de 
I'emplacement de ces rigoles. En cffet, la prairie pr6senterii ires 
souvent des ondulations, de Ugers plis de terrain dirig^s dans 
Ic sens de la penle ; elle pent aussi n'occupor que le fond d une 
sorte de vallon incline. Dans ces divers cas, on pent sedniKui- 
dor s'il est preferable do placer les rigoles dislribulrices sui U'h 
lignes de faite ou parties culminanles du terrain, ou bion, au 
contrairc, dans ce qu'on appelle les thalwegs, c'cst-i-dire Ii:>i m- 
droits oil se rassemblent naturellement les eaux. Au prniiier 
abord, on pourrail elre tente de croire qu'il vaut mieux [daror 
les rigoles distributrices sur les lignes de failc, en vue d'uni* ]dus 
facile distribution de Teau. Mais ce seraitla une erreur. En *'!Vet, 
au moyen des rigoles de niveau, sauf a tricher un pen au Ijrsnin 
en leur donnant une ligere penle, on pourra, dans tous les f a-^, 
porter Teau ou Ton voudra, meme sur les points les plus tjK^vcH, 
Ce donl il importe de se preoccuper davantage, c'est le prniiipt 
etparfait assechement des portions de la prairie donl on vouilra 
retircr Teau aprfes quclquc temps d'arrosage. Or, les rigoles Ini- 
versant les bas-fonds et suivant les thalwegs, tout en rein|dis- 
sant pendant les arrosages Icurs fonctions de rigoles disli il>a- 
Irices, rempliront ensuite Toffice de rigoles d'egoutlemonl imj iln 
colalure pour les terrains situ^s k droiteet a gauche, tandis i\\tnn 
contraire les rigoles situees sur des failes humecteront, pui in- 
filtration, les regions voisines, alors mfeme que les rigoles i\v ni- 
veau destinies a les arroscr auraient el^ fcrm^es. On devra done 
d'abord tracer des rigoles de distribution dans tous les thal- 
wegs que pourra pr6senter la prairie k irriguer; puis, si ros 



Digitized by 



Google 



232 CHAPliriK VII. - MKTIIODIlS APPIJCARLES A I/IRRIOATION 

rigoles soul Irop dislanlcs les uocs des aulres, on subdivisera 
les inlervalles par d'aulres rigoles intercal^cs, en evitaDt s1I 
se pent de les faire coincider avec les aretes culminantes du 
terrain. 

La forme irr^gnliere de la prairie pent obliger a ramifier, plus 
ou moins, les rigoles distributrices. Le plan d6jk cile, figure 84, 
nous oflre Texeniplo de la bifurcation, au point I, de la rigole BI 
en deux autrcs lU, IK. II doit 6lre entendu que les rigoles distri- 
bulrices doivent s*infl6chir au besoin ; a moins que le sol de la 
prairie n*ait une configuration presque plane, ces rigoles seronl 
rarement en ligne droite. 

Lorsqu'on fera le lrac6 du systfeme dlrrigation, on fera bien 
de tracer d'abord les rigoles de niveau. Ces derniferes, reprfecn- 
tant les courbes horizontales du terrain, indiqueront par leurs 
courbures les lignes de faite et les thalwegs, bien plus nettemeot 
qu'on ne pourrail les distinguer par tout autre moyen. Ce pre- 
mier trac6 sera d'un grand secours pour effectuer celui des ri- 
goles de distribution. Une dernifere observation, c'est qu'on de- 
vra lecher d'^viter une trop grande obliquite des rigoles distri- 
butrices par rapport aux rigoles de niveau, cette obliquity n'etant 
pas exempte d'inconv6nients ; la perfection consisterait h avoir 
des rigoles distributrices perpendiculaires aux directions des 
autres, sauf raccordem-^nts courbes aux points d'embranche- 
ments (fig. 92). 

^•1. Rii^les de niveau. — Profil transversal de ces rigoles. 
— Les rigoles de niveau sont ordinairement k profil rectangu- 
laire ; en d'aulres termes, avec leurs bords taill6s a pic dans le 
gazon, conformement au profil de la figure. 




F'lii. !>0. — Prcjfil ti'unc rJKolo do Divoau a section porta iigulaire. 

La profondeur de ces rigoles est delerminee par Tipaisseur du 
gazon. II y a en effel quolque difficulle k couper celui-ci au ni- 
veau des racines. I/ouvrier qui crcnse les rigoles fera done pas- 
ser son oulil au-dessous du gazon, el il enlevera celui-ci en 
moUes consislantes. Des rigoles »insi ex6culees ont une profon- 



Digitized by 



Google 



1 



S 2. - METHODR D'lRKlOATlON PAR RIGOLKS Dli: NIVEAU 233 

deur d'une dizaine dc rentimelres^ qu^il esl d*ailleurs inuLili^ \h\ 

depasser. La maniere de confoclioiiner ces rigoles estexposef^ an 

chapitre VIII, qui traile de la creation dcs prairies. On leur donno 

16 ccntimelres le plus generalemeul. Cello largeur est suffisatihi 

pour ce que j*appcllerai les rigoles de reprise deau^ qui ret;ui- 

vent au passage, par dessus leur bord d*amont, Teau d6jk rt^paii- 

due sur la prairie, el qui n'ont d'aulre objelque de Tetaler dime 

maniere plus parfaile, en la deversant presque aussit6t par ile^- 

sus leur aulre bord lourne du c6t6 d'aval. Mais quand k cellos 

des rigoles qui s'embranchent sur les rigoles dislribulrices, et -^ 

doivent prendre Teau dans ces dernieres pour la repartir ensuile 

sur toule leur propre longueur, elles apparliennenl au r(^soau 

general de la circulation de I'eau et sont les v6ri tables rif/ttles 

J'orrosay^; leu rs dimensions transversales doivent evidemiiiciil 

Sire proportionn^es aux quantiles d'eau qu'elles sont appelee^ k 

recevoir. Or, dans ces rigoles, il y a k la fois un courant longUu^ 

dinal el un d^bordement sur toule la longueur, d'oii il suit que 

Ja quantity d*eau qui passe dans la rigole dans un temps doinie, 

en une seconde par exemple, va en dt^croissant depuis Texlre* 

mile oil est la prise jusqu'a Texlremile oppos6e ou la rigole se 

termine. Pour que Tecoulement se fasse regulieremenl, il fnul 

que le rapport des sections Iransversales aux volumes d'eau qui 

les Iraversent dans le m^me temps reste constant, c'est-a-Jire 

que la rigole ait sa plus grande largeur k Tendroit ou elle se d»- 

tache de la rigole de distribution, et aille en se r^lr^cissanl, pro- 

portionnellement k la distance, k partir de ce point. Pour Vcxe- 

cution, on commence par creuser loutes les rigoles, qnrlles 

qu'elles soient, suivant le proKl minimum, qui est ddtennfiie 

par les outils dont on se sort, puis on ^largil celles des rigolns 

qui en ont besoin, en relaillant un des bords. Une largeur do 

30 k 35 centimetres, krextr6mite qui doit recevoir Teau, esl ur- 

dinairement convenable. Mais c'est en faisant fonctionner riiii- 

galion que Ton reconnaitra si quelques rigoles ont encore Ijv- 

soin d'6lre parliellement elargies, un defaut de largeur a>aril 

pour effet de determiner un debordcment exagere imm^diulc- 

ment avant la partio Irop elroile, au detriment des portions i|HL 

suivent. 

Ces rigoles reclangulaires nc sonl pas sans inconvenients, Irs 
pieds des besliaux faisant facilcment ebouler leurs bords. li^ur 
profit esl de beaucoup le plus favorable pour Tex^cution dans un 



1 



Digitized by 



Google 






■J 



A \^ - 



234 CHAPITRE YII. — MtTHODES APPLICABLES A L'IRRIGATION 

sol gazonn^ ; mais ii n*est pas indispensable de maintenir tou- 
jours ce profil apr^s que des degradations se sont produites. 
Soil, fig. 91, une rigole donl le profil esl devenu celui repr6- 
sente par la parlie hach^e ; il suffira de creuscr quelque peu en 
B avec une pelle 6lroite (de 0",12 de largeur seulement) et de 
placer le produit du curage en A, en le tassant avec le dos de la 




Fig. 91, — Profil d'une rigole de niveau, modifi^e par suite de degradations. 

pelle suivant le profil donn6 par les lignes droites pleines. On 
reformera ainsi, du c6t6 oil doil avoir lieu le d6versement, une 
arfete horizonlale, ce qui est Timportant. L'herbe en repoussant 
consolidera ce nouvcau bord. Si apres quelques ann^es la rigole 
est par trop d6form6e, on pourra en creuser une nouvelle & peu 
de distance, el combler Tancienne avec les gazons en provenanl, 
que Ton pilonnera un peu aprfes les avoir suffisaroment morce- 
16s. Les irrigateurs ont remarqu^ que, grAce aux ddp6ls fertili- 
sants qui reslent dans les rigoles, grftce a Tabondance de Teau 
prfes de leurs bords, la zone qu'occupe une rigole se distingue 
loujours du reste de la prairie par une v6g6tation plusvigou- 
reuse ; ils rcgardenl, on consequence, que c'est un avantage de 
faire jouir successivemenl toule la prairie de cette amelioration^ 
el que eel avantage compense les frais de main-d'oeuvre de la 
refection successive des rigoles. On pent objecter que la main- 
d'cEuvre est aujourd'bui plus chferc qu'autrefois ; que Ton tend 
acluellement a substituer k des irrigations tracees grossi^re- 
ment et par k peu prfes des projcls plus etudi^s, des traces plus 
precis ; quo des lors on no peat sans inconv6nienls remanier 
sans cesse lout un sysleme etabli, parfois avec beaucoup dosoin, 
par un homme special; mais ce sont la des questions d'espfeces, 
et nous crovons inutile d'insisler. 

ml 

Embranchement de rigoles de niveau sur les rigoles de dislri- 
button. — Soil (fig. 92) AB une portion de Tune des rigoles dis- 
Iributrices lrac6es suivant la pente de la prairie. Soil CDEFG le 
trac6, donn^ par le nivellcmenl, de la portion d'une rigole de ni- 
veau qui rencontre la precidenle. Consid^rons la parlie de droite 



Digitized by 



Google 



I 2. — MPJIIODE D'tRBlGATION PAR R[GOLES DE NIVEAU 335 

ERj de la rigole de niveau ; si tious la faisoiis ^iinplemciil d6- 
bottchor en E dans la rigole diHtributrice, el que nous placions 
tlos motlesde gazon on e danscetlo flerni*n\\ Teau, arrivanl avec 
une assez grande vitesne a cause de la penle do la prairie, se hour- 
Icra contre robslacle qui lui est oppon^, lo franc liira on le lour- 
nera, el une petite portion seulement penelrera dans la rigole 




Pig, yi. — Emhrandteniffit di's rigole sii dc [liv^^au sni' les rigr ks de tlislnlMilion. 

lat^rale. La marohe en lignedroile di^ Fean dans la rigole AR est 
ei'idemnicnL favorisee par le pen de proftmdenr des j-igoles, et 
par celte circonslance que dan?* AB elle coule a pleina bords ; en* 
(in, le nierue efFel s^ra encore facilite, an bout de qnelque temps ^ 
par raccnmulalion tin sable et aulres corps cliarries par Teau, 
dont le depot se fera contre le barrag-e o el a Tentree de la rigole 
laterale qui serabienlut obslruee. On evite ces inconv^nienls en 
substilnant an lrac<J EFli celni llPti, cVsL-a-dire en reinplacatil 
le coude brusque a angle presque droit par une eourbe de rac- 
enrdenicnl qui se joint k la rigole qui ainene Teau sous nn angle 
Ires aigu. Si ta rigole AH doit clislrilmer I'eau au\ deux portions 
do rigole de niveau qui se Ironvi'nt i'une a droite et Tautre a 
gauclie, nous reniplacerons le trace CI) par la eourbe de rarcor- 
dement continue CL Les distances EF, EU, qui deterniinent Te- 
tendue du raceordenient, pourront etre babitueliemenl denvimn 
Irois metres. 



Digitized by 



Google 



235 THAPITRE VII. - MKTHODES APPLICABLKS A L^IRRIGATION 

Oil a Irace a dessein les deux rigoles de raccordemeni de ma- 
nifepe que les points 11 et I, ou elles ronconlrent la rigole de dis- 
Iribution, ne se Irouvenl pas en face Tun de Taulre ; celte dispo- 
sition parait 6lre plus commode pour la distribution a Taide de 
peliles digues de gazon. La figure montre, en a et A, deux de ces 
digues, disposees pour la division do Teau en trois parties, dont 
Tune aliniente la rigole do gauche, une autre cello de droile, 
ptMulant quo la Iroisicme continue sa marclie dans la rigole prin- 
cipale '. 

Umfftieiir etpente des rigoles de niveau, — Malgre Temploi des 
conrbts de raccordemont quo je viens do decrire, malgre Telar- 
giss4.>ment quo jVi conscille precedonimcnt do praliquer dans la 
prt'Tnit ro parlio des rigoles d'arrosago, il arrivera toujours que 
I Vail, inlroduile dans une rigole de niveau par une de ses ex- 
Ir^niiles, se deversera bien plus abondamment dans les premiers 
niclrcs do son parcoui's que dans le rosle de la longueur de la ri- 
gole. t)n nopeulromediorcomplelemenl a cet inconvenient qu'en 
Iricbant un peu dans lo nivellemenl et en donnant, en r^alite, a 
la rigole une legere pente dans le sons que doit avoir le courant. 
La delerminalion de la penle la plus convenablfe pour les rigoles 
darrosage des prairies n*est pas possible rigoureusement, car 
cctte penle depend du volume d'eau qui doit entrer dans la rigole 
dans un temps donn6, et ce volume lui-memo varie selou les sai- 
sons t4 diverses circonstances. On ne pout done chercher qu'un 
moycn tcrme suffisant pour la pratique. Une pente de 1/2 milli- 
mclre, ou tout au plus de 1 millimetre par m^tre courant, sera 
gt^neialemont convenable. Au surplus le meilleur moyen d'assu- 
rer iine egale repartition de Teau consiste, lorsqu'on etablit Tir- 
rigalion pour la premiere fois, a faire en sorte que les rigoles 
dish ibutrices ne soiont pas trop eloignees les unes des autres et 
qut% par suile, Teau n'ait a parcourir, suivant la longueur des 
rigoles d'arrosage, que d'assoz courtes distances. En tragant les 
rigoles de distribution a 50 ou 60 metres, 80 metres au plus, les 
une^ des autros, et en faisanten sorlocfuo chacune distribue Teau 

J . On doil supposer que des raccordempnts lels que ceux que je viens de de- 
crire existent a l'orif,'ine de toutes les rigoles de niveau figurees sur le plan 
treji&^nibio, fiicure 84, piige 222. C'est k cause de la petitesse de 1 echelle, et 
ppur lie pas compliquer la figure, qu'on a cru pouvoir omellre ces courbes sur 
le dessio. 



Digitized by 



Google 



§ 2. — MKTHODK D'lRHlCrATl' N PAH KlOOl.KS bK MVKAi' i3? 

k droite et ft gauche, cclle-ci n'aura jamais a parcounr plu^(le25 
a 40 metres dans les rigoles d*arrosage, el dans ci^s condilions 
elle se repandra Ires uniformemenl. 

Si une rigolc se Irouve, par une cause quelconqiit\ av*iir une 
penle uu peu exageree, on comballra avec succes la li'iulance de 
Teau k se porter a rexlreniile la plus eloignee de In riuok' rli^i- 
tributrice, an moyen de quelqucs barrages formes de rli^lanrn en 
distance dans la rigole avec des gazons. 

Si on ne crainl pasde multiplier un peu les rigolcsja perff?c- 
lion du systeme consiste a intorcaler, enlre celles qui preniient 
Teau a la rigole distributrice et qui sont legeremeiit intlinees, 
conformement a ce qui vient d'etre dit, une simple rii:Mle tie re- 
prise rigoureusement de niveau. 

Distance des rigoles de niveau entre elles. — La distance, dans 
le sens de la pente de la prairie, entre une rigole de niveau el la 
suivante, doit d6pendre du plus ou moins de regularity du soL Si 
lasuperficie de la prairie presenle de brusques changernenls dans 
ses pentes, soil sous le rapport de Tinclinaison, soil sous cihii de 
la direction ; s'il y a des eminences, des vallonnemcnls tres pro- 
nonc6s, on est oblig6 de multiplier les rigoles, de les i approcher 
parfois jusqu'k 2 ou 3 metres les unes des autres,pour enip^cher 
Teau de serassembler tout enliere dans les thalwegs. Si, au con- 
traire, la surface de la prairie ne presenle que de Ires larges on- 
dulations et a ^le d'ailleurs bien rdgularisee, on poiirra pru It^r 
jusqu'a 48 mfelres rdcartement des rigoles, Quelques inigatuurs, 
il est vrai, ne meltent jamais les rigoles k plus de 4 ou 5 mitres 
les unes des autres; mais ce rapprochement exagiSre u'a tFaulrc 
cause que rinhabilele a tracer les rigoles de niveau avec preci- 
sion. 

Dans une prairie dont la surface est dans de bonnes coiulitious, 
si les rigoles sont tracees k Taide d'un instrument de nlvGllemoiil 
un peu exact, on aura une irrigation parfaile en plagatjt a 25 ou 
30 mfetres les unes des autres les rigoles d'lrrigation prenant I'eau 
aux rigoles distributrices et disposeessuivant les indicLilioiis dou- 
nees prec6demmenl, et en inlercalant, entre chacunc de ces ri- 
goles, une rigole de reprise k niveau parfait et fermee h ses tkux 
extremites. On mullipliera d'ailleurs, au besoin, ces rigoles de 
reprise dans les endroits ou le sol sera exceplionnellomenl lour- 
mente. 



Digitized by 



Google 



aSB CHAPITBK V IL - METHObES APPLICABLES A LMRRIGATION 

Oisjwsitions relatives aux prairies de forme irreguliere. — Sar 
lo [KHuiuur lies i)res de forme irreguliere, il se Irouve presque 
toiijours quelques lambeaux de terrain qui ne sont pas arroses 
par les rigolea doiit se compose le reseau regulier. Aiusi, soil 
Afi, figure 93, le canal qui amene Teau et qui longe le haul de la 




t1(j. *J3^— Pelile p^^tHiun de piv, de forme irreguliere, orros^e par rigoles de niveau. 

prairie. Soil CD la portion superieure d'unerigole descendanle de 
liisttribulioa. Soil enfin mn la premiere rigole de niveau r6guli^re 
prcnaiil lean imi m a la rigole CD. II rcste evidemment k arroser 
Je tnangle BCm. A cet effel jc Irace, dans cet espace Iriangulaire, 
UUR serin de pelilcs rigoles de niveau ab, cd, ef. La plus haute 
de ces rigoles, ab, pourra prendre Teau soil a la rigole CD, vers 
le point a, soil, comme Tindique la figure, directement au canal 
AB au nioyen d une coupure /. De la rigole ab, Teau se d^versera 
dan^^ td eL de cd dans ef. La figure indique en outre d'aulres 
Louis do rigoles inlermediaires, qui aideront encore k rendre la 
dispersion de Veau plus parfaite. Ce qu'il s'agit de comprendre, 
c*esl qu'ori sera niaitre, dans tous les cas possibles, k Taide de 
<iuelques rigoles de niveau dont on variera les dispositions selon 
les lieux el son gout personnel, de laisser aussi peu qu'onle vou- 
dra d'espace aon arros6. 

Lorsqtio la farnic de la prairie, la situation du canal d'amenee 
el la diriclioii dts pontes obligent k tracer cerlaines rigoles dis- 
IribulricessuivaTildes directions obliques par rapport aux rigoles 
de niveau quellrs alimentent ou, ce qui revienl au meme, sui- 
vaiU une Llireclioii tres scnsiblementdifferente de celle de la plus 
graiide peiite du terrain, quelques dispositions sp6ciales devien- 
neut necessaires. Soit AB (figure 94) une portion de rigole distri- 



Digitized by 



Google 



§ 2, - MfiTUQDK D'lRRJGATlOM PAB HinuLES DK ^WhV t^ 

butricc, CD et EF doux rlgoles tie niveau cons6cutives scnilirari- 
chant sur h pi'orniere. A causo dii raccorclemcul courbe cC, k* tle- 
verseniQul cic I'cau ue coEnniciictM^a iUuis la rigolesLipei'ieuro<|ii'ii 
parti r de C, et Tespace a pen pres IriaiifTHlaire compris ciUre la 
rigole AB, d'une pari, et les iigtips KM, CM d'autre pait, iie sera 
pas inigue. 




/ ::i<^:('!v;■lt^^:!llr:i.^||'''l.l 






^ T:,i:. ^iiiit'i'i'^lliii^iiiiiitS^ 



Fig, 9L — Hife^olr (.1tM!isli"lliiUiiiil nMhiiio jkrH" hini>*}il fti>v n^olri^ di- (|ivi;,lu. 







Fig. fiS. — Arrosn^e, th.'-i LnuMiVK (ruiiP l%oiu il(^ dj>hiliiiJiii»i Mhlh|ijr.' |j.ir ijipn-iit 
!iu\ ri^filr^dr nivLMU» 

Mais si iiotis trai;otis, coninie dans la iiguw SKj, Irols peltles 
rigoles dc reprlsie/?, 7, /■, ndles-ci rerevatil I'oau qui dehordt? dc 
C en iS et la i^epartissanl seh- lotus louiruoiiTs, I on I Tespare, a 
tres peu dc clio^^e prrs, selrouvera parfailemeiitarrose. II w s*'ra 
pas toujrjurb indispeiisuble, rlaiis (a praliquej do faire lei? chutes 



Digitized by 



Google 



SiO CHAPtTHH Vlf, - MfcTHODKS APPLICABLES A LMRHIGATION 

avec autant *le pcnfeclion, et unc seule rig-ole interm^diairc en- 
trc CD el EF suHira liaus ia pluparl des cas. 

Soit iiiaiiilcimiit (%. 96) une portion do la partie inferieure 
d'liuc pmirie, CD est iin fosse de delimilation, AB une portion 




Fig. %. — Dhpositimt t*iM[)Ioy('e, vers le has d*une prairie, pour cmpeclier IVau 
irii ligalioii d'en franchir Ics limites. 

d*unc rifiolt? de dislribulion, m^ «, o, des rigoles d'arrosage suc- 
ccssivcs s'alimeiilaiit a la rigole AB. 11 est facile de voir, k la 
scii]o iiispecUon de la figure, qu'une notable portion de Teau ver- 
see sur le pre par los petiles rigoles s*en irait naturellement au 
fossi^ CD. Si Ton veut eviter celte perle, si Ton ne veut pas que 
la limiie du pre soil franchie par Teau d'irrigation, on relevera, 
conime I'indiquela Hifure, la rigole m vers r, la rigole n vers y, la 
rigole vorsy>. Ccfi portions de rigoles de ceinture, prolongeant 
]f>s rigoles do niveau, rameneront Teau d'une rigole de niveau k 
la suivanle, et TempAcheront de franchir les limites voulues. 

Avatdagfs el inconvenientsde rirrujation par rigoles de niveau. 
— Je me suis tin pen 6tendu sur ce qui concerne la mithode d'ir- 
rigation par rigoles de niveau, parce que cVst une des mdthodes 
le.s plus parfaites et telle qui se prcMe aux applications les plus 
nombreuscs el les plus varices. Elle est admissible avec loutes 
los pcutcs, depuis des inclinaisons de moins de 3 centimMres 



Digitized by 



Google 



§ 2. — MliTHODE D'IRRIGATION PAR RIGOLES DE NIVEAU 241 

par metre jusqu'aux plus fortes inclinaisons sur lesquellcs il soil 
possible d'elablir des prairies dans les monlagnes. EUe s adapLe 
aux terrains dont le p6rinifetre est irrdg-ulier presque aussi liieri 
qua ceux de forme rectangulaire, h ccux dont la configiiralioii 
estcelle d'une croupe ou d'un fond de bateau aussi bien qiih. Leux 
dont la surface est plane. C'est la m6thode avec laquelle on iir«i a 
le meilleur parti des terrains imparfaitement regularises, dv reujt 
qui pr6senlent des surfaces forlement mouvementees. (Test h 
Taide de ce mode d'irrigalion que Ton pourra le mieux nlilisor 
les eaux pluviales, celles qui s'ecouleat des terrains drain*>s, los 
petites sources, les faibles ruisseaux ; elle permettra de transfor- 
mer partout, notamment sur les coteaux el dans les moiilaj^rn's, 
beaucoup de terrains presque improductifs en pr6s d unegrande 
valeur. 

La methode d'irrigation par rigoles de niveau donne des re- 
sultatsde moins en moins satisfaisanls quaud la pente du ^ol di- 
minue de plus en plus a partir de 3 centimetres par meLri" ; clle 
cesse d'etre applicable avec avanlage quand la penle s'abaisso ati- 
dessous de 2 centifemes. Ce n*est pas que la mc^thode, en ellc- 
meme, devienne inapplicable ou imparfaile dans ces cirtnns- 
tances; elle irrigue, aussi bien que possible, mfeme des hi rains 
trts plats ; seulement elle ne rem6die pas au defaut de penk% (]ni 
est un obstacle a la formation de bonnes prairies. Dans ces Icr- 
rains trop plats, il faut cr6er des pentes arlificielles; on Itur a[j- 
plique alors une m6thode que nous examincrons bient6t, et qui 
n'est en principe qu'une modification de celle par rigoles de ni- 
veau. 

II y a encore un cas ou cette methode ne donne pas toulr sa* 
tisfaction. Cest celui oil Ton tient a emmener I'eau d'armsauo 
hors de la prairie des qu'elle y a parcouru un tres pelit mtr^ihri' 
de metres. Dans ce cas, en effet, on remarquera qu'il exisle, i n- 
trechacunc des sections dans lesquelles la prairie est divist-*', nno 
petite bande non arrosee, comprise entre la rigole de colnhire tie 
la section superieurc et la rigole d'arrosagc de la section infe- 
rieure. Cette circonstance est insignifiante lorsque les seclini^mit^ 
la prairie ont une certaine etendue; mais si la prairie devail < he 
morcel6e en petites sections de 3 ou 4 mfetres seulemenU [Kw 
exemple, les portions non arrosdes prendraient beaucoup liop 
d'importance relative, et la methode deviendrait, par cv fuilj 
presque inapplicable. 

16 



Digitized by 



Google 



242 CHAPltRE V[l. - MKTHODES APPLICABLES A L'lHRIGATlON 

Le plus grave inconvenient de rirrigationpar ri^oles de niveau 
rt^sidf^ dans la <lif[icuU6 du trace des rigoles. Si Ton se sert d*un 
inslruineiiLu pcu pr^s semblable a un niveau de maQon, les ope- 
raliotis do Irace prenneni un temps inorme et laissent, en defini- 
tive, hoaiicuup a desirer. Si i'ou veut faire k la fois vite et bien, 
le niveau d>au hii-m£me est loin de donner une enti^re satisfac- 
tion. Pour tracer une irrigation dcquelque importance, il fautun 
niveau a bullc dVir et a lunelte, qui est un instrument d61icat et 
d'uu certain prix. D'ailleurs, il ne suffit pas de se procurer Tins- 
truinent; il faut savoir s'en bien servir. Ce n'est pas que je con- 
sidere cette difKculte comme bien grave ; un ouvrier intelligent, 
ne sachant memc ni lire, ni dcrire, pourrail apprendre en peu de 
jours a tracer des rigoles avec un niveau a lunette, aussi bien 
que pourrail le faire un ingenieur ; mais encore faudrait-il k eel 
bomme quelqu\in pour lui servir d'instructeur. Le plus souvent, 
le premier etablissement d'une irrigation de ce genre devra fetre 
fait 5otis la direction d*un ingenieur, et Tentretien devra ensuite 
4trc surveille par une personne d*une cerlaine instruction. Je 
crains done, malgr6 ma preference bien prononcee pour les ri- 
g-oles de niveau, que cette m^tbode ne se repande pas de long- 
temps dans la plupart des prairies exploit6es par de simples pay- 
sans, et que, d'aulre part, plus d'un proprietaire insliiiit b6site 
lui-m^me k adopter des dispositions qu'ii craindra de voir rester 
incomprises et malentretenues entre les mains d*un fermier pea 
intolligent. 



§ 3 
miUGATION PAR DEVERSEMENT 



tot. M^lhotle d'lrriiratioii par d^versement. — Cette 
nuMliode a iMe d^crite n*" 122, parmi les m^tbodes applicables a 
rirrigalion des lerres labourables; c'est celle que Ton emploie le 
plus frequemnieiit dans le Midi, pour les prairies dites or/t^- 
cieltes;, qui alternent avec d'autres cultures. EUe est ^alement 
qut'lijuefoi^ apptlquee a des prairies permanentes. Au fond, cette 



Digitized by 



Google 



§ 3. — IRRIGATION PAft DEVERSEMENt tU3 

m^thode par deversement n'est autre qu'une irrigation par ri- 
goles dc niveau ; seulement elle correspond au cas d*un sol sen- 
sibleraent plan, m^diocrement ^tendu dans le sens de la phis 
grande pente. L'irrigalion par deversement proprement <lile sup- 
pose I'omploi d'assez forts volumes d'eau. 

11 y a des cas oil la methode par deversement est ce qiTil y a 
de plus simple. Soil par exemple une bande de terre en prairk^j 
longeant un cours d'eau et formant un plan incline doni le cAld 
le plus has est occup6 par la riviere. Un petit cours cfiMUf qui 
sera souveat une derivation de la riviere elle*m6me, so Irouvc 
vers la partie sup^rieure du terrain. II suffira d'^lablir en haut 
du terrain et parallfelement k la riviere une rigole bien nivd^e, 
d*ttne section suffisante et dun profll analogue k celui (h? la 
fig. 27, n**61, pour que Teau d^vers6e par cette rigolo arrose 
ioute la bande de prairie. U convient, dans les cas de cv gonrc^ 
de diminuer la largeur de la rigole k mesure qu'on s'^lols^iic du 
point oil elle prend Tcau. 



I 



§4 
MfiTHODE DIRRIGATION PAR RIGOLES INCLINHES 



tOS. Aper^n §^^ii6ral. — Nous venons de voir quo rirri- 
gation des prairies au moyen des rigoles de niveau ^ imslilue 
presque un art special. II faut, pour bien Tappliquer, des inslrii- 
ments de trac6, quelques notions geom6lriques, la coiiiuiiHsaii t^ 
ou du moins le sentiment vrai des iois du mouvement iIg 1 lniu. 
II est done Evident qu'une telle m^lhode n'a pu se foi mtu* de 
prime abord ni de toutes pifeces, d^autant plus que rinigation 
n'a consists, pendant longtemps, que dans un ensoniblt^ do 
moyens puremenl pratiques, imagines et mis en a?uvre par d*^ 



1. Queiquefois d^sign^e sous le nom d^irrigation par razeSy mot qui parail 
^tre une corruption du mot allemand tvasse, rigole. 



Digitized by 



Google 



b^ 



24 4 CHAPITRE VII. - METHODES APPLICABLES A LIRRIGATION 

sitnples habilaDls dcs campagnes. A dire vrai, la soi-disaiit mS- 
ibode que j'ai k expliqucr maintenant n'en esl pas une, chacun, 
soIon la disposition des lieux auxquels il a affaire, selon son de- 
l^T^ d'intelligence el la tournure particuliere de son esprit, ayani 
^ldopte des dispositions a lui. II y a pourlant des points communs 
qui relient entre elles toutes ces manieres dc faire. Ainsi, la 
prairie est toujours siilonnee par un r6seau de rigoles ; celles-ci 
se traccnt, a moins d*empechement, suivant des lignes droites ; 
toutes ces rigoles ont une pente assez prononcee pour qu^il n'y 
alL pas dli^silation sur le sens dans lequel Teau les parcourt. 
Enfin on repand Teau sur le gazon, soit k Taide de coupures 
[uatiquees dans les bords des rigoles, soit plut6t au moyen d*obs- 
tacles qui provoquent le debordement sur certains points. Quand 
la repartition de Tcau n'est pas parfaite, on modifie successive- 
mont les positions des barrages dans les rigoles, de telle manifere 
que les rooindres portions de la prairie arrivent^ autant que 
possible, & etre arros^es k leur tour. 

Quand une rigole a ete munie d'unc seric de petits barrages 
incomplets, formes ordinairement avec des mottes de gazon, si 
rinclinaison de la rigole est un peu forte et Teau suffisammenl 
ahondante, cette derniere s*6chappe en formant comme des dou- 
l^tos jets horizontaux immr^diatement au-dessus de chaque bar- 
rage. Un peu plus loin, lean s'etale davantage et disparait pres- 
que dans le gazon^ tout en y formant une nappe k peu prfes con- 
liiiue. L'ensenvble dc ces veines liquides, qui se ddtachent a 
droite et a gauche dc la rigole principale, rappelle un epi de ble 
garni de ses epillets, d'oii la d6signation assez souvcnl employee 
crirrigation par rigoles en epis ; il se pent ccpcndant que celte 
Ji'signation fassc allusion k la disposition qui resulte d'une ri- 
^nle principale garnie d'embranchcments obliques a droile et a 
gauche (voir la figure dc la page 213 ci-apres). Si la rigole, au 
lieu d'elre dirig6e presque suivant la pente du terrain, a, par 
ra[)port a cclle-ci, une direction transversale, le d^versement de 
1 eau n'a plus lieu que d'un c6t6. Alors la rigole, avec les veines 
liquides qui s'en echappenl, affecle non plus la forme d'un 6pi de 
bid, mais oelle d'un epi d'avoinc a grappes. 

961. Enseiiiblo d*uue irrifl^atlon. — Le type d*irrigation 
\\i plus parfait, parmi les combinaisons de rigoles inclinees, esl 
<,elui qui se rapproche le plus, dans Tensemble et dans les de- 



Digitized by 



Google 



8 4. - MBTHODE D'IRRIGATION PAR RIGOLKS INGLINKl.S 245 

tails, des dispositions adoptees pour I'irrigation par ngo1«j& t\r m- 
veau. Comme dans cetle dcrniere, des rigoles do dishibuliun 
sont trac6es a pen prfes suivant la plus grande penle de la jx ai- 
rie ; des rigoles d'arrosage s'en delachent egalement a <h <iiu^ et 
k gauche. Seulcment, ces dcrnieres rigoles, au lieu d'fttn Iracees 
sensiblement de niveau en afTeclant des formes sinueuses deter- 
minxes par les moindrcs ondulalions du sol, sont diriLivs un 
pea obliquement en lignes droites, suivant des pentes |M-rintJ[i- 
cees, quoique faibles. Les rigoles d*arrosage, couformenienl aiix 
principes exposes a propos des rigoles de niveau, vont vn tlimi- 
nuant de largeur depuis leur insertion sur les rigoles disiribu- 
trices jusqu'a leur extr^mitS oppos6e. L'ensemble de cluiquu ri- 
gole distributrice et de sa double rangde de rigoles d uiro^agG 
figure assez exactemcnt, sur un plan, une arele mecliain^ de 
poisson. 

4 




Fig. 97, ~ Plan d'cnsemble cKune prairie irrigu'o par des rigoles incliuy^Si 



Digitized by 



Google 



2tS CHAPITRE VII, ~ MftTHODES APPLICABLES A IRRIGATION 

La %urc 97 esl le plan d'une prairie irriguee d*aprfes ce sys- 
t^me< Tons Ics trails doubles repr^senient dos canaux ou des ri«^ 
goles (I'irri^alion. Lcs traits simples ligurent les fosses etrigoles 
i|ui III* sotU destines qu'a i'^gouttement de la prairie. La pente 
g^ntW alo du terrain est du haut en bas du plan. L'eau arrive, aa 
haul lie la prairie, par un canal AB qui se ramifie en un certain 
tiotubiL^ de eanaux de r6parlilion BC, BD, AE, EG. La prairie se 
trouv*^ ainsi subdivis^e en plusieurs portions d*une surface r^- 
duilo, sur Icsquelles il est plus facile de r^pandreTeau uniform^- 
mmiU 8ur len canaux de repartition s*embranchent les rigoles 
de diiilribulinn, telle que a, b, c. Enfin, de chacunc de ces rigoles 
parkmt, a ilroile et k gauche, des series de rigoles plus petiles, 
les rigok's d'arrosage proprement dites. 

l^hffinces et longueurs des rigoles, — La disposilion adoptee 
duns la prairie ci-dessus permet de multiplier autant qu'on le 
veul les rigoles de dislribulion, et par suite de r^duire les lon- 
gueurs de^ rigoles d*arrosage. On sera dans d'assez bonnes con- 
ditions en espagant les rigoles de distribution de 30 a 40 et 
m*>nii? 50 int^tres, ce qui donne, pour les petiles rigoles, des 
longut^iir^ de 15 k 25 metres. Quant aux distances des ri- 
goles d'anosage enlre elles, elles sont le plus souvent de 5 k 
t> mMres. 

Prmrif^s irmjulieres. — Dans les terrains de forme irreguli&re, 
ou dans les angles qui restent en dehors de Taction du principal 
r^seaii, on t^mploie des dispositions varices k Tinfini, suivanl la 
disposilion des lieux. La figure nous montre en plusieurs en- 
droil!$ des examples de ces dispositions. Si Ton remarque dans 
la prairie quclque partie sfeche ou ^levde, oil Teau ne pent se 
porter d'elle-mfime en quantite suflisante, on a soin de diriger 
snr ce point Textremit^ d'une rigole speciale. 

ta&. Rt|;ales d*^eouleiiieiit. — Dans la division moyenne 
de la prait ie (meme figure 97), nous voyons Hgur^es des ri- 
goles d'^coiilement r, s, separant Tun dc Tautre deux systfemes 
voisitis. ( j's rigoles d*6goultemcnt seront uliles dans les cas oil 
la prairie a peu de pente, ou le sol mal nivcle retient dans quel- 
qnes points un pen d'eau stagnante, oil la nature du sous-sol fa- 
vorise la conservation de Thumidit^. Alors ces rigoles assurent 



Digitized by 



Google 



§ 4. — METHODE. blHftlGATlON FAH RIGOLKS INCLINEES 247 

le parfait dessechemeni de la prairie pendant les intervalles des 
arrosagcs, condition dont j'ai d6]k fait ressortir Timportance. 
Mais quand la prairie sera sufHsammenl inclin^e et que le sol 
sera permeable , les rigoles dont il s*agiL seront complfete- 
ment inutiles. Dans le cas oil Ton ^tablira de telles rigoles, 
on devra les tracer les premieres et les faire passer dans tons 
les endroits qui paraitront avoir le plus besoin de dessfeche- 
ment. Les espaces a arroser se trouveront alors forcement cir- 
conscrits, et Ton ex^cutera en cons6quence le trac6 des rigoles 
de distribution et d'arrosage. Dans la figure, les rigoles r et ^ 
sont representees d^bouchant dans une rigole e g parallele au 
canal EG ; elles auraient pu, lout aussi bien, d^boucher directe- 
ment dans le canal lui-m^me ; la rigole ^ </ a eie tracee en vue 
d'une question sp^ciale qui nous reste a examiner. 

Emploi de teau plus ou moins prolonge. — Si la rigole e g 
n'existait pas, toute Teau qui a arros6 la partie sup^rieure de la 
prairie serait recue par le foss6 EG, et pourrait, de Ik, passer 
dans les rigoles destinies a Tirrigation de la partie de la prairie 
situ^ au-dessous. Or, on pr^ffere gdneralement retirer Teau de 
la prairie d^s qu'elle a parcouru un espace regarde comme suf- 
iisanl pour lui faire perdre la plus grande partie de son pouvoir 
fertilisant, et donner de Teau non encore dSgraissSe aux portions 
suivantes. C'est ce qu'on a r6alis6 au moyen de la rigole e y, qui 
rassemble toutes les colatures de la partie superieure du pre et 
les transporte immediatement en G, au foss^ d'^coulement. 
Quant au foss^ EG, qui doit fournir Teau a toute T^tendue situee 
au-dessous de lui, il la regoit lui-m^me de la riviere par Tinter- 
mddiaire de Tembrancheraent AE. 

On remarqucra que, dans tons les cas, le plan est con^u de 
manifere qu'on puissc, selon les circonstances qui se pr^senteront 
et selon Tabondance de reau,irriguer k volonte soit toute la prai* 
rie, soit telle ou telle de ses parlies. 

toe. Blfl^oles d^nrrosane. — Les rigoles, et notamment les 
rigoles d'arrosage, se sont toujours failes, dans ce systfeme d'ir- 
rigation, suivant un profil rectangulaire, c'est-k-dire a bords tail- 
1<^8 verticalement dans le gazon. Ces rigoles s*ex6cutenl avec les 
outils que je d^crirai.dans Tun des chapitres suivants. On s'aide le 
plus souvent du cordeau, pour les tracer avec plus de r6gularit6. 

"^-m. -_.-,^.^^*.ffltized by 



Google 



258 CHAPITRE Vl[. — METHODES APPLICABLES A LIRHIGATION 

J'ai (lejii dil que los rigoles d arrosage doiveiit avoir unc largcur 
variable d*une exlremite a Taulre. Xous avons vu d'aillcursque 
celte dimiaulion progressive dans la largeur des rigoles d'arro- 
sage est favorable a Tegale dispersion de Teau. II ne faul pas, 
n^anmoins, trop compter sur ce moyen. La pente des rigoles est 
presque toujours beaucoup trop forte pour qu'on puisse obtenir 
un d^bordement dans la parlie superieiire par le seul fait du r^- 
trecissement. En reality, c'est par des obstacles cre6s avec des 
moltes de gazon, et parfois par quelques coupures dans les rigo- 
les, qu'on arrive au but. 

Ii fOV* Avanta^en et in^onv^nients de Tirrli^atton par 

rissoles 1^ ean eoaraute. — Le systeme d 'irrigation par rigoles 
inclin^es on a eau courante, dont nous venons de donner une idee, 
exige moins que tout autre la presence d'un homme de Tart poor 
dresser les projets et en dinger Texecution. II pent Hre etabli sur 
le terrain et a vue d'ceil, sans le secours de plans et en s'aidaut 
tout au plus des instruments les plus grossiers, tels que le cordeau 
et le niveau de maQon. 11 se prite h irrigation des superficies 
renfermees dans les perimfetres les plus irreguliers. II permet 
egalemcnt Temploi des faibles ou des forts volumes d'eau. II est 
appliquable aux terrains dont les pentes sont comprises dans les 
m^mcslimilcs d'inclinaison que ceux qu'on aiTOse par rigoles de 
niveau. Quand on a generalement affaire, en hiver, a des eaux 
fortemcnt troubles el qui deposent facilement, les rigoles k eau 
courante sont quelquefois pr6fdr6es aux rigoles de niveau, parce 
que les premieres portent presque tout le d6p6t surle gazon, tan- 
dis qu'avec les secondes les parties les plus grossieres des malie- 
res en suspension se d<^»posent dans les rigoles, ce qui oblige a de 
frequents curages. 

L'emploi des rigoles a eau courante, bien que n'cxigeant ni des 
terrassemenls speciaux, ni des terrains h superficie plane, se 
pr^te pourlanl moins bien que celui des rigoles de niveau k Tirri- 
gation des terrains tres-ondules. Quand le sol est par trop tour- 
mentd, on ne pent plus tracer les rigoles en lignes droites ; il faul 
souvent contourner les eminences ou les vallonnemenls ; on en 
vient alors, definitivement, a une irrigation par rigoles de niveau 
mal ex^cut^e. Toutes choses ^gales d'ailleurs, les rigoles kem 
courante reparlissent Teau moins uniform6ment que les rigoles 
de niveau, et cela malgre Temploi de rigoles au moins deux fois 



Digitized by 



Google 



§ 5. — METHODE D'IRRIGATION PAR PLANCHES EiN AD^S 240 

plus mullipliees. C'esl surlout pour ce sysleme qu'il csl vrai do 
dire que les bords imm^diats des rigoles donnenl Ioujckhs plus 
d'herbe que le resle de la prairie, el que plus il y a de rigoles, plus 
il y a dc foin. Ccst aussi a ce sysleme que peul s*appliqut^r, avoc 
quelque raison, le renouvcllement p6riodique des rigoles doiit il 
a £te parl6. Eniin, la m^thode dont il s'agit ne s'applique pas 
mieux que cclle des rigoles de niveau au cas oil Ton vouflrail ver- 
ser sur une prairie, m6me inclin^e, dc Ires grands volumes li eau 
qui devraient fetre evacu^s aprfes quelques mfelres seuluiiu'nt de 
parcours sur le gazon. 



§5. 
METHODE D IRRIGATION PAR PLANCHES EN ADOS 



911^. Objet de la iii6tliode. — Nous avons vu qiip les soI» 
inclines de 4 a 5 centimetres par metre sont les plus favnralih^s k 
Tetablissement des prairies irrigu6es. Mais c'esl surtoul (juaiul la 
pente diminue k parlir de ces Hmites, etquand le terrain se rap- 
proche de la position horizontale, que Tirrigation par rigoles 
de niveau ou par rigoles a eau courante devient insuffisante. Si 
pourtant le sol est tres absorbanl, si Ton dispose d'ailleiii s d'uno 
quantity d'eau qui soil en rapport avcc celte faculty d absnrpiion, 
ces m6lbodes pourront ^tre encore employees avec succes jusquL^ 
sur les penlos de 1 ou 2 ccnlimfelrcs par metre seulemenL di'sl 
qu'alors Peau, filtrant k travers le gazon, au lieu de cotiler sim- 
plement k sa surface, les matieres ulilos contenues dans (fr^Llc eau 
seront direclement incorpor6es au sol ; Tinfluence sp^cialr^ tWm 
courant rapide, d'ou r^sultcnt ordinairement les effets il'assimi- 
lalion, n*est plus n^cessaire dans ce cas. 

Mais pour peu que le terrain, ot surtoul le sous-sol, soif^il ar- 
gileuxet compacts ; a plus forle raison si des eaux soulenaines. 
en suinlant k la surface, le rendenl mar^cageux, il est iiulis[K'n- 
sablo, m6me bien avant d'arriver au degre inKrieur dc peuu^ que 
j'indiquais tout k I'heure, soil d'augmcnter la pcrm6abiUle tin sol 
au moyen du drainage, soil d'augmenter artificiellemenl les peuies 



Digitized by 



Google 



250 GHAPlTHh: VII. — METHODES APPLIGABLES A L'lRRIGATlON 

par des terrassements. C'esl Tadoplion de ce dernier moyen qui 
a donne lieu k la melhode d'irrigalion que uous alloas exa- 
miner. 

t69. Formoft el dimensloDs les plus ordlnaires den 
planebes. — La prairie est divisde en planches reclangulaires, 
longues et dtroites, sc^parees les unes des aulres par des rigoles 
d'ecoulement. Chacune de ccs planches pr6sente exactement la 
Torme dun tbit trfes aplali, c'est-k-dire que le milieu de la planche^ 
plus eleve que lesbords, forme une arelc saillante qui correspond 
au faite de la loiture. Chacune des demi-planches que Ton appellc 
aussi les /lanes ou les aileSj est un plan incline qui repr^senle un 
des pans du toil. Eniin, pour completer la ressemblance, une des 
nxlrcmit^s de la planchc se lermine par un troisifeme plan incline 
triangulaire, pr^cis^ment comme ce qu'on appelle la croupe d'un 
!oit. Quant k Tautre extremile, elle s'appuie conlre le talus d'un 
remblai qui supporle un canal ou une rigole de distribution, 
charge de fournir aux planches Teau necessaire pour les irriguer. 
La rigole d'arrosage, k deversement el sensiblement de niveau, 
occupe, dans chaque planche, le falte ou Tar^le mediane, et elle 
diverse Teau, k la fois par Tun et Tautre de ses bords, sur les 
deux flancs respectifs. Les rigoles de colature, qui correspondent 
aux goultieres du toit, sont communes k deux planches cons^cu- 
lives auxquelles elles servenl de separation. Ainsi, dans ce sys- 
leme, Teau debordant de la rigole d'arrosage s'ilale en double 
nappe sur les flancs respectifs, et s*6coule suivanl deux directions 
oppos^es Tune k I'autre, et perpendiculaires k celle de la longueur 
de la planche. La rigole de distribution doit ^Ire evidemment 
assez elevSe pour que son fond se trouve a peu pres au niveau 
des rigoles d'arrosage qu'elle dessert. Celte rigole passe k la teto 
des planches, suivanl une direction perpendiculaire a leur lon- 
gueur. Enlin une rigole d'ecoulemenl collective passe au bas des 
planches, a Textremite opposee au canal de distribution ; elle 
recueille Teau des rigoles s6paratives mentionndes plus haul. 

Sur la figure 98, AB est le canal ou la rigole de distribution. 
Les rigoles de deversement, situees aux faites des planches suc- 
cessives, sont en a, b, c. Les rigoles qui regoivent les colatures 
sont r, s, ^, ti ; elles se dechargent elles-m^mes dans la rigole 
d'ecoulementCD. Si nous considerons la troisifeme planche, celle 
qui porte a son sommel la rigole c, nous voyons que sa surface se 



Digitized by 



Google 



g 5. — MfcTHODE D muiGATION PAR PLANCHES EN ADOS 251 

compose tie Irois plans inclines savtur ; le?^ ileu\ ilancs ou ailes 
X et Y, et la croupe ou pignon Z. Da cdtu de la rijjolc do dislri- 




Coupe mivant f^m 



^**r "''-■'■::^;i 



Fig. 9i4. — IMan ^1 [tr(>lii t.^ii tnivPTS <1p li'oi^ pknehes en a^o??, 

AB, Ciitjal di' iJisUibnUun. 

X, Yi /'rttttjf dViiie pliiiirhc. 
Z, croupe ih' Iti nn^riK^ pliitif/ljo* 

bation, les (lanes se lerntineiil ii leur renconlro avec le lalus dii 
remblai tin canal. Lorsquc li? canal tlnnuo lion a ties infiltrations 
qui ma in Li en no tit nm* Wop ^rando hurnidilt/ a lis exIreniiU's des 
planches qui >'ap[juiont a ce canal, on prulortge chaque ri^adi* do 
colatnro. telle quo f, par deux polilcs rignles/J, y. Nous voyon^^ 
en has do la figun:\ un prolil Iransversal dos planclios. t^hninl aii 
profif lon^nludinal, il est donni' [lar la (kairo OIL A osl li- canal 
d'alimonUlion on do distrihulinn : ab csl Tart^te fiuivant laqiH^llo 
est ^Inhlie la rigolv do dovorsonienl. Hollo riyok', ilans imh-o 
exempio, ost mim en eointnurjieation avoclo canal p;»r uno «*rhan- 
crure praliqmio dans lo robonl do ce dernier. 



Digitized by VjOOQIC 

M 



252 CHAPITRE VII. — MftTHODKS APPLICABLES A L'IRRIGATION 

Fig. 99. — Prolil en long d'une dcs planches representees sur la Ggure 98. 

A, canal de distribution, 

B, rigole collectricc des rigolcs do colalurc, 
6B, profil dc la croupe. 

eg est la rigole de colaturc, B la rigole principale d*ecoule- 
menl. 



916. Dimenftionft transTersales des riipoles de d^Tcr- 
sement. — L'eau se deversant succcssivement par dessus les 
bords de la rigole, il s'en suit qu'il passe bien plus d'eau dans les 
premieres parties de la rigole voisine du canal de distribution 
que dans les parties de plus en plus 6loignees. II est done ration- 
nel de donnera la rigole une section reguliferemenl d6croissanle, 
depuis son origine jusqu*a Textrimite opposee oil elle se ter- 
mine, et oti on ne lui laisse ordinairement que quelques centi- 
metres de largeur et autant de profondeur. Cette diminution gra- 
duelle des rigoles d'arrosage est favorable i Tegale repartition 
de Teau, ainsi que je Tai ddj^ fait observer en traitant des aulres 
metbodes d'inigation. C'est par suite de la petitesse de Fechelle 
que cotle d^croissance dans la largeur des rigoles (a, 6, c) ne se 
remarque pas sur la figure 98. Lors de la premifere construction, 
on evilera de donner tout d'abord a Fexlremit^ qui doit recevoir 
i cau des dimensions exagerees, une trentaine de centimetres de 
largeur sur 15 de profondeur suffisent generalement. Mais, 
lors des arrosages, on ^largira, s'il y a lieu, les rigoles jusqu'a 
ce qu'elles admettont une quantile d'oau suffisante pour que 
los plancbes soient arrosdes sur toute leur etendue avec r-abon- 
dance convenable. 

911. Pente des riffles de d^versenient. — Lesbordsdcs 
rigoles de deversement, lellcs que ab (fig. 99), doivent avoir une 
legere pente de a en b. Si celle penle n'existait pas, le debordc- 
menl aurait lieu presque tout cntier vers a. Si la pente 6lait trop 
considerable, Teau se porterait au contraire en exces en b. II est 
vrai qu'il scrail plus facile dc rcm6dier a ce dernier inconvenient 
qu'au premier, atlendu qu'il reslc toujours la rcssource de ralen- 



Digitized by 



Google 



§ 5. — METHODE D'lRRlGATION PAR PLANCHES HN ADOS 253 

tir le cours dc Teau par de pelits barrages en gazon. Theorique- 
ment, la penle a donncr a la rigole dc d6vcrsemonl depondrail du 
plus ou moins d'abondaiice dc Teau inlroduile dans ccUc rigole. 
Or, commc la quanlile d'eau est sujelte a des variations, latjdis 
que la rigole est faile une fois pourtoutes, il faut, en pratique, se 
contentcr d'un k pen prfes qui corresponde a un elal moyen, 

919. Pcntc des riffles deeolatare. — Les Hgoles iln co- 
lature ayant pour objel de dessecher le pr^ et d'evacucr inimt;- 
diatement loule Teau qu^elles rcQoivenl, le but sera d'autanl i^lus 
siirement atleinl que la penle de ces rigoles sera plus fnrf(\ II 
conviendra que cetle pente ne soit pas inferieure a deux m\ inns 
millimetres par metre. Mais elle pourra felre plus forte si la dis- 
position des lieux le permet. Comme Tirrigation par planches na 
s'applique guere qu'k des terrains peu inclines, le ravintMiieiit 
n'est pas aredouler. On voit sur la figure 99 que laligne tf/ iTest 
pas parallelc k ab. La planche a done plus de saillie vers son es« 
tremite,oii elle se termine en croupe, qu'elle n'en a k raulro hout 
voisin du canal dedistribulion.il enresulte que chacundesllancs 
de la planche n'est pas, rigoureusement parlant,une surfact* pliirie^ 
mais bien ce qu'on nomme une surface gauche, surface donl 1 in- 
clinaison va en augmentant 16gferement depuis la t^te de la [)Irni- 
che (du cAt6 du canal) jusqti'a rextr<5mit6 oppos6e. 

Aubesoin, on pent donncr la pente n6cessaire aux rigoirs de 
colature en les creusant plus profondement k leur exlremite 
d^aval qu'a leur origine. ' 

918. DiinenAioudeii rlf^oles de eolature. — Les ri<L;;iJe.s 

de colature, a leur origine, se font aussi peliles que le peini'lleat 
les outils dont on se serl pour les creuser, puis elles vonl lii aug- 
mentant de seclion jusqu'a I'exlremile des planches. On leur 
donne toutefois rarement plus de 25 k 30 centimetres de Iarij;eur 
et 20 de profondeur a Tendroit oil elles se jettenl dans la riiioie 
collectrice. Quant k cetle dernifere, on la creuse souvent d luj fL-r 
de b^che en contrebas des petils collateurs, et on lui donne d ail- 
leurs une largeur proportionnde au volume total de f'eau a 
^couler. 

914. inelinalsoii lat^rAle et larfrcur des planclie*«. — 

On doit donner aux flancs ou faces laterales des planches une in- 



Digitized by VjOOQIC 

4 



251 CtfAI^ITRR VII. — METHODES APPLICABLES A L'IRRIGATION 

cUnaisan d environ 5 cenlimfetres par metre. Quant k la largear, 
elle esl t-xlivmement variable. Je reviendrai plus loin sur les 
avanta^es respectifs des planches larges ou elroites. J'obser- 
verai sculement ici qu'il convient de donner k chacun des flancs 
line largeur qui soit approximativement un multiple de lalargeur 
de Tandaiii, c'esl-a-dire de ce qu'on peul fancher d*un coup de 
faux. Celle largeur est de 1"80 k 2 metres. Ainsi, la moindre lar- 
geur ([u on puisse donner k une planche, mesur^ de milieu en 
milieu des rigoles mitoyennes d'ecoulement, sera approximative- 
ment : 

Pour un tlanc t«n8042» » 

Lin autre semblable 1 80 4 2 » 

Bigute de d^versement sup^rieure. . » 20 & » 25 

Deux demi-ri^oles de colature » 20 & » 25 

Total 4" « 4 4-50 

Viendront onsuite les planches, dont chacun des flancs pourra 
£lre coupc^ en deux passages des faucheurs. D faut^pour avoir leur 
largeur, ajouler k celle de la planche precedente deux largeurs 
d'andain, une pour chaque flanc, cequi donne : 

LftTg^r calcuJee precedemiuent, . . . 4" » k 4*50 

Une largeur d'andain en plus i 80 & 2 » 

Une autre — i 80 a 2 » 

Total 7-60 a 8»50 

soit^ en moyenne, environ 8 metres. Cost Ik une largeur usit^e 
et des plus convenablcs. Des planches ayant 12 metres de lar- 
geur tolale se fauchent en trois andains sur chaque flanc. On les 
rencontre un pou moins souvent que les planches plus ^troites. 
On voit eniiii des planches de 20 metres de large et mSme davan- 
lagc ; mais ce sont des exceptions. 

tlA. Hauteur on relief des planehes. — La largeur des 
planches etani une fois iix^e, la hauteur ne depend plus que de 
rinclinaison dunn^e aux flancs et ne varie, comme elle, que dans 
des iiniites tres-restreintes. Avcc S centimetres de pente par me- 
tre, une largeur de flanc de 2 mfetres nous donnera une difference 
dc niveau de tO centimfetres. Telle sera, en g6n6ral, la saillie des 



Digitized by 



Google 



I 5. — MfiTHODE D^IRRIGATION PAR PLANCHES EN ADOS 95i5 

planches les plus 6troilcs. Les planches donl chaque flanc coni- 
prend un double andain auronl une hauteur de 20 contimfeln-s 
environ. Enlin une planche de 20 mfelres de largeur (10 mfeln^s 
pour chaque pente) aura une hauteur de 50 centimetres. Lapcnla 
suppos^e de 5 centimetres par mfetre est suffisante ; mais il y n 
des exemples d'ados dont les pentes ont 6te port6es k 8 centimeli t^s 
par metre. Une augmentation dans le degv6 de pente n'est pas 
necessaire pour Tirrigalion dans le cas oil les larges planclu^^ 
sontadopl6es;clleentraineraitune augmentation proportionnello 
de hauteur qui se traduirait, en fin de compte, par des terrassc- 
ments dispendieux. Avec des planches etroites, au contraire, le 
cube total du terrassement 6tant bien moindrc, on ne regarde pas 
kraidir notablement les pentes des llancs ; celles de 6 k 7 ceiiti- 
mfelresde hauteur pour Imfetre debase sont fr6quentes,etonii*!i- 
contrc mfeme des planches,parmi les plus etroites, qui ont,comirii* 
les plus larges, des hauteurs totales de 30 et jusqu'k prfes de oO 
centimetres. Ces diverses saillics,mfemc ]esmoindres,nelaisscnl 
pas que de presenter sur le terrain Taspect dc reliefs assez vigoii-' 
reux. Par suite d'un effet physiologique de perspecti(^e, d'ailleiiis 
bien connu, ce n*est que quand on force sur les dessins la pn«* 
portion relative des dimensions verticales qu*on arrive k en expri- 
mer la veritable physionomie. 

tie. liong^ueur des planehes. — On ne pent faire des plan- 
ches trfes courtes, de quelques metres seulcment. Une rang6e d»3 
planches couvrirait alors irop peu d'espace, et pour disposer ii 
Tirrigation une prairie de quelque 6tendue, il faudrait multiplifT 
par tropics rigoles de distribution. Puis les talus qui soutien- 
draient ces rigoles, les croupes des planches, tous ces cspacos 
triangulaires qui ne sont pas irrigu6sr6gulierement,acquerraiciH 
trop d'importance relative. D*un autre c6t6,si une planche est par 
trop longue, il devient beaucoup plus difficile d*y r6pandre Teau 
uniform6ment ; la planche cxigeant aussi dans ce cas plus d'ean 
pour Tarroser, larigolesupdrieurefiniraitpar acqu6rir des dimen- 
sions g&nantes. L'exp6rience a fait reconnaltre que les plancb^j* 
de20 k 23 metres dc longueur sont celles qui rSunissent les meil- 
leures conditions, et qu'il convient de s'61oigncr le moins possi- 
ble de ces dimensions, Mais on n'est pas toujours libre de fixora 
priori la longueur des planches ; tantdt la pente du terrain, tanlrU 
sa forme et son^tendue obligent k les allonger, et Ton en rencon- 
tre de iO, de 50 metres, et m6mc au-del&. 



Digitized by 



Google 



256 CHAPITRK Vll. — METHODKS APPLICABLES A L'lRRlGATlON 

tl7. deofiid^ratioiifi relatives mmiL iHmeiisioiiA dies 
planeliett — Au poinl dc vuc des frais dc premier elablissement, 
les planches elroiles sent de beaucoup les plus economiques. 
Ainsi, pour un mSnie degre d'iaclinaison donn^ aiix flancs, une 
plancbe large, qui en remplacera deux autres de moitie plus 
6troiles, exigera un cube total de lerrassement pr6cisemenl dou- 
ble. De plus, dans la construction des planches 6troites, toute la 
portion de terre qui n'a besoin que d'etre reporl6e des bords de la 
plancbe vers la ligne m^diane peul 6tre mise en place d'un seul 
jet de pelle, ce qui n'a pas lieu pour les larges planches. Enfinles 
planches les plus larges, ayant le plus de hauteur, obligeront plus 
fr^quemment & atlaquer dansle deblai le sous-sol infertile. On ue 
rem6die k cet inconvenient qu*en metlant d'abord decol^ toute la 
terre v^getale, pour larapporter plus tard sur la planche digros- 
sie, travail 6norme qui pent souvenl etre 6vite tout a fail par 
Tadoption des planches elroites. 

D'un autre cute les planches tres larges ctaussi plates que pos- 
'sible, 4 pour 100 de penlo environ, peuvent livrer passage aux 
voilures et aux instruments, tels que la faneuseet le r&teau h che- 
val. Avec une prairie divis6e en planches 6troites, au contraire, il 
faut recourir k des combinaisons speciales k Vedei de menager, 
de distance en distance, quelques chcmins pralicables aux voitu- 
res qui devront enlever les rdcolles, 

Une considdralion des plus importantes, quand il s'agit de fixer 
la largeur des planches, est cellede la nature du soletdu sous-sol. 
Si ce dernier est tel que la prairie ne conserve jamais d*eau sta- 
gnante, on pourra y employer les larges planches. Mais, dans le 
cas contraire, les planches elroites auronl une immense superio- 
rit(5 ; la mulliplicite et le grand rapprochement des rigoles d'egout- 
tement, la plus forte inclinaison que Ton pent donner aux flancs 
gazonnes des planches, non seulement assurentTdcoulement des 
eaux superncielles,mais encore Equivalent a unesorte de drainage 
qui elend son action a une certaine profondeur. Ces planches 
elroites conviennent d\me maniere particulifere aux arrosages a 
grands volumes d*eau, qui exercent une action oxydante si 6ner- 
gique et si favorable aux sols naturellement pormeables. Au 
moyen de planches de S'^SO a 4 metres de largeur lotale, et de 40 
k 50 centimetres de hauteur, ce qui correspond a des pentes late- 
rales de pres de 30 centimetres par metre, on arrive atransfor- 
pier en prairies assez salisfaisantes de veritables marais,etna6uie 



Digitized by 



Google 



§ 5. — METHODE D'lRRIGATION PAR PLANCHES EN ADOS 257 

des marais tourbeux, c'esl-k-dire un des terraias Ics plus rebcllcs 
k toute espece d'amelioration. U est vrai qu'il faut, pour obleiiir 
de iels r^sullats, disposer de beaucoup d'eau relativementareleii- 
due irrigu6e. 

Si les planches itroiles sont les seules convenables pour les ai - 
rosagos a Ires grands volumes, elles permeltent aussi, au besoin^ 
Temploi de quanlit6s d'eau plus modestes. II est vrai que les ri- 
goles d'arrosage sont plus nombreuses que dans les prairies dis- 
poshes en larges planches, et qu'on ne pent pas restreindre btau- 
coup le volume d'eau verse dans un temps donn6 par chacune do 
ces rigoles ; mais on a des combinaisons qui permettent de fairo 
repasser successivement sur d'autres planches Teau qui en a ar- 
ros6 une premifere, et, grAce k ce systfemes de reprises, on peul 
pousser Teconomie d'eau aussi loin qu'on peul le ddsirer. 

La longueur des planches est le plus souvent dirigee a peu pres 
suivant la plus grande pente du terrain. Comme il faut,lors di^ la 
construction des planches, que le d^blai compense le remblai, uti 
est oblig6 de placer celles-ci de telle sorte que d une part le somniol 
de laplanchek Textremit^ la plus voisine du canal de distribuUuti, 
et d'autre part la basede la croupe oupignon, soient dans le plan 
du solnaturcl primilif. Maisalorsla pente du terrain estexprimcu 
par le rapport de la hauteur de la planche h sa longueur. D'ou il 
suit que la longueur des planches n*est point arbitraire, et qu*inie 
fois qu'on a fix6 la largeur et Tinclinaison des flancs, et par suite 
la hauteur, la longueur se trouve aussi forcdment ddterminie. Si 
rinclinaison du sol primitif est de 3 centimfelres par metre et qu'on 
veuille conslruire une planche ayant un relief de 30 centimetres^ 
il faudra lui donner 10 metres de longueur, car i raison de 3 cen- 
timetres par metre mesur6 dans le sens de la pente, k 10 metres 
le sol sera abaiss6 de 30 centimetres, hauteur de la planche ; si 
Ton allongeait davantage cette dernifere, le sol continuant k haU- 
ser, tandis que le faile dela planche resterait au mfeme niveau, la 
hauteur d^passerait la limite assignee. D y a done certaines rela- 
tions forc6es entre les diverses dimensions des planches ; dt?3 
trois quantites, hauteur, largeur et inclinaison des flancs, deii^c 
^tani donndes, on en d^duit la troisifeme. En outre, quand le 
terrain a une pente dans le sens de la longueur, les quanliti's 
hauteur^ longueur et inclinaison du terrain sont li6cs par nne 
relation qui ne laisse plus rien a Tarbitraire. Plus le terrain 
^ de pente, plus les planches sont courtes ; plus il est plat, plus 



Digitized by VjOOQIC 

i 



1 



258 CHAPITRK VII. - MfeTHODES APPLICABLES A L'lRHIGATIOiN 

elles sont longues. Dans les cas, au contraire, ou Toil place les 
planches dans une direction transversalc a lapente, on esllibre 
de les allonger autant qu'on le juge a propos. II faul se bien pe- 
n^trer de ces conditions, ainsi que des dispositions du tcrraia, 
pour pouvoir 6quilibrer le mieux possible les diverses proportions 
du projet. 

918. Prinoipaum modeii de sroupement des planehes. 

— Planches dirigees tramversalement a la pente. — Une dispo- 
sition pen usit^e, employee par Keelhoff dans la Campine beige, 
paralt assez heureuse quand la pente generale du terrain est peu 
considerable. Elle consiste h diriger la longueur des planches 
transversalement k la pente du sol : considdrons la portion de 
plan donn^e par la figure 100, et admettons que le sol nalurel va 




Fig. iOO. — Plan (I'linc double rangi>e de plunchcs en ados, avec rigolo do 
distribution commune. 

en descendant 16gerement du haul en has de la figure. Larigole 
de distribution AB esttrac6e suivantla pente. La disposition Ai 
sol etant symetrique par rapport a cette rigole, on a pu disposer, 
k droile et k gauche, une double rangee de planches. Rien, d'ail- 
leurs, ne nous limitant dans la longueur k donner aux planches* 



Digitized by 



Google 



g 5. — METHObE D'lHRlOATlON PAH BLANCHES EN ADOS 25.^ 

on a sous ce rapport uue liberie que les autres dispositions plus 
souvcnt suivies ne sauraient donncr. 

Concevons maintenant une prairie assez dlendue. Le canal 
principal, qui n a pas 6le indiquesur la figure, sera trace au-dcs- 
sus el dirig6 de gauche a droite. Plusieurs rigoles distribulrices, 
semblables a AB, s'embrancheronl sur ce canal et desccndront 
parallelement les unes aux autres du haul en has du plan. Cha- 
cune de ces rigoles desservira une double rangde de planches, 
jusqu'a la limile inferieure de la prairie. En bas du plan, et 
dirige de gauche a droite comme le canal principal, so trouveru 
le fosse d'evacuation recevant les rigoles d'dcoulemenl telles 
que CD, EF. 

Les rigoles d'ecoulementpourraienl 6lre communes a deux se- 
ries de planches consecutives. Mais on pent aussi, et ce n'est pas 
un des moindres avantages de celte disposition, donner a chaque 
rangee de planches des rigoles d'6coulement independantes, cl 
laisser alors entre les deux rigoles d'^coulement paralleles ap- 
parlenant a deux series qui se suivent un espace libre destind k 
servir de chemin pralicable aux voitures pour Tenlevement des 
fourrages. Ces chemins pourront recevoir une double ligne de 
plantations. Ceux qui servironl de voie de communication ordi- 
naire pour le service gdn6ral de Texploitation agricole seroni 
macadamises et traverseront le canal principal, ainsi que le foss/; 
d*6coulement, sur de pelils ponceaux. Quant a ceux qui ne de- 
vront servir qu'a Tenlevement du foin, on pent leur donner uue 
surface un peu bomb^e, y tracer quelqucs rigoles de niveau, et 
les raettre en herbe comme le reste de la prairie ; un filet d'eau, 
empruaie au canal superieur, permettra de les arroser. 

On remarquera que les planches sont construites, sur toule 
leur longueur, moiti6 en sol naturel par voie d'enlevement des 
parties en Irop, moili6 en remblai rapporte. II en r6sulte d'abord 
qu'il n'y a pas de transport a operer d'une exlr^mitd des planches 
sur Taulre, condition 6conomique de premier 6lablissement. H 
en resulle encore que les chemins d'exploitation seront 6labli3 
sur le sol naturel, et se trouveront au niveau de la demi-hauteur 
dies planches ; ils seront done nolablement plus elev^s que les 
petits foss6s d'ecoulement qui les bordent, condition favorable a 
leur assfechement et h leur entretien. Les grandes rigoles distri- 
butrices telles que AB sont 6lev6es sur remblai; il doit en etre 
de mdme du canal principal qui alimente ces rigoles, h moins 



Digitized by 



Google 



260 CHAPITRE VII. - MKTHODKS APPLICABLES A L'IRRIGATION 

qu'il ne se trouve situ^ dans un terrain naturellement plus elevd 
que celui dc la prairie. 

La penle des pelites rigoles de colature qui s^parent les plan- 
ches est obtenue, comme toujours, en d^blayanl un peu moinsk 
Torigine de ces rigoles qu'i I'extrdmili oil elles versent leur eau, 
CO qui gauchit l^gferement les surfaces formant les flancs des 
planches. 

Comme le terrain n'est pas rigoureusemenl horizontal, mais 
est censi, au contraire, avoir unel^gfere pente du haul en basde 
noire plan, le profil transvei*sal des planches ne sera pas toujours 
exaclement symelrique k droite et a gauche de la rigole d'arro- 
sage. Si Ton veut que les flancs aient un degr^ d'inclinaison ^gal 
de part et d^autre, la rigole devra^ au lieu de rester aumiliea de 
la planche, Stre un peu reporl^e du cdte du haul de la prairie. 
Cette circonstance, qu'il est bon de signaler au point de vue da 
trac6 des planches, n'a aucune importance quant h rirrigation. 

Autre Sisposiiion de planches en terrain horizontal. — La dis- 
position que nous venons d'eludicr est certainement une des plus 
6l6gantes qu'on puisse appliquer a tons les terrains dont la pente 
est insensible, comme on en rencontre lant sur les d6p6ts d'al- 
luvions qui forment le fond des valines oii serpentent les fleuves. 
Voici toutefois un autre plan qui montrera la vari6t6 des moyens 
dont pent disposer Tirrigateur : AA', figure 101, est un canal de 
distribution qui coule de haut en bas du plan ; rembranchement 
AB s'en detachc et se prolonge suivant la rigole distributrice 
BB', parallele k AA',qui alimente une seconde s^He de planches. 
La rigole collectrice des colatures de la premiere s6rie de plan- 
ches est DE ; elle va se jelcr en F dans la rigole principale d*e- 
coulement CC/ qui revolt directement les petites rigoles de cola- 
ture de la seconde sirie. 

Le profil place au bas de la figure montre que les rigoles de 
distribution sont compl^tement en saillie sur le reste de la prai* 
rie. 

Les planches ne seraient facilement abordables aux voitures 
que par la partie droite du fosse d'ecoulement CC, oil un chemin 
permanent pourrait elre 6tabli. U serait possible de manager 
aussi un chemin de service pour Tautre serie de planches, entre 
la rigole d'ecoulement DE el le talus du canal BB'. 

L'embranchemeut BB' du canal repartiteur a et^ arrete en B'; 



Digitized by 



Google 



§ 5. — MliTHODE D'lRRlGATION PAR PLANCHES lv\ ADOS 201 

mais on aurait pii lo prolongor, soil pour alimentor une plus 
longuc s6rie dc planches, soil pour lout aulre motif; dans en cas. 




7^^;;^^^^ 



■^W^^"^ 



*^f- :*>'>■ "y'V^ 



Fig. 401. — Plan et profil d'un ensemble dc planches en ados, elablic^ f-tu nn 
terrain presqiie horizontal. 

A, A', BB', rigoles dc distribution. 

A' 6, ies m«>mes rigoles en protil. 

h, h, rigoles d'arrosage occupant Tar^te superieure des planches. 

t, t, rigoles d'egoutlcment si^paranl Ies planches et recevant Ies coIatiirr>. 

D E F, rigole collcctrice des colatures de la rangi>e de planches de g iirJh/, 

C C, rigole principale d*ecoulcment. 

on Taurait fait passer par dessus la rigole d'ecoulemcnl EK *jui 
se trouve a un niveau inferieur. La figure 102 donne, commo 
cxemple, un des disposilifs que Ton peut employer pour uu It I 
croisemcnl de rigoles. 

Planches dirujees dam le sens de la penle de la prairie. — lJi« 
loules Ies disposilions de planches en ados, celle que Ton ior>- 
conlre le plus souvcnt se rapporle & des terrains plus ou umhw^ 



Digitized by 



Google 



tm CHAPJTRE VII. - MKTHODES APPLICABLES A L'IRRIGATION 
iiirtiii68 ; les planches sont dispos6es par rangies, les unes au- 




Fig, lOf, — Dispo!iitlf poup lo rroisemenl do deux rigolos de nivcaux difft'ronLs: 
A. Cinivi atidi'f'auvcrt, en picrro, pour le passage de la rigole superieure. 
II. C, diilli'^ rctouvrant le caniveau infiTieur. 
fifj^fl, />, |>r<ifiN iudiquant la forme du remblai qui supporte la rigole superieure. 

dessous des aiilres et lour longueur est dirig^e suivant leur plus 
graiide pente. La figure 103 reprtsenle, en profil et en plan, une 



lit 



A C B 




poiiion soiiioniont du terrain oii se lermincnt les planches de 
rr'Ugt' sapprR'uret ou commcncentcelles do Telage inferieur.La 
\H*\\\t* ilu (i^iiairi i»st ici do gauche adroite. II nous faut supposer, 
h i,^iniihe dn Li figure, un canal de distribution dirig6 du haut en 
has do la pnge et alimonlant les rigoles de d^versement de la 
pnnuioro s^rii* do planches telles que m, AA' est la rigole oh se 



Digitized by 



Google 



8 5. — METHODE DMRRIGATION PAR PLANCHES EN ADOS 2m 

riunisscnt les colatures de ces planches superieures. BB' i^M la 
rigole (lislribulrice qui alimenle les rigoles de deverscmGnt dt»s 
planches 7i de Tetage inferieur. C est un chemin suffisant piMir Ir; 
passage des voilures en temps do fenaison. A droite de la li^nir e 
se trouve la rigole colleclrice des colatures provenant des plan- 
ches de r^tage inferieur. Ce8premiferosdonn6es 6tant compiiscs, 
plusieurs cas peuvent se pr6senter. 

Si Ton veutque Teau ne serve qu'une fois, les colatures dos 
planches superieures doivent fetre 6vacudes. Dans ce cas» l;i ri- 
gole AA' va rejoindre, plus has que notre figure, un foss6 d'l^* ou- 
lement, etle canal BB' qui doit donner de Teau neuve aux plan- 
ches de r^tage inWrieur s'embranche, plus haut que la fi^iiiL". 
avec les autres canaux de distribution. 

Beaucoup plusordinairement,on ne veul perdre Tcau qu'ajMvs 
un certain nombre de reprise, et ce sont alors les colaUirrs i]v^ 
planches sup6rieures qui doivent irriguer les planches de lauln^ 
dtage. Dans ce cas, AA' n'esl qu'une petite rigole de trfes pt^n ih^ 
profondeur, mais situ6e, ainsi que le chemin C, unpen en ctuiln^- 
bas des petites rigoles d'6gouttement des planches de gau*.ljt\ 
afin que ces dernieres soient toujours bien libres. La pelil*' ri- 
gole AA' ne tarde pas a d6border par dessus le chemin, qui pru- 
sente une pente transversale, comme on le voit sur le prolil. d* 
chemin,. gazonn6, bien entendu, se trouve ainsi arrose, el lean 
se rassemble finalcment dans la rigole distribulrice B des plati- 
ches inf6rieures. Une petite coupure faite en travers du rhernin 
C, et que Ton barre k volonte avec une motle, conduit I'eau di' la 
rigole AA' a BB' quand on ne veut pas arroser le chemin C- 

Si le chemin figur6 sur le plan n'elait pas juge n6cessairOt un 
conQoit que rien ne seraitplus facile que de le supprimer, l^I de 
confondre les deux rigoles AA', BB' en une seule, qui serait ri- 
gole de colature par rapport aux planches superieures, el rigolo 
de distribution pourFetage inferieur. 

II existe des exemples de prairies oil un trfes grand nomhro 
d'6tages, jusqu'^ trente et peut-6tre plus, sont ainsi superposes et 
oil Teau est employee par reprises successives autant de fois (^u'il 
y a d'6tages. II est toutefois h peu pres indispensable, dans une 
prairie ainsi irrigu6e, que Ton puisse, au moins de temps < ri 
temps, donner de Teau neuve a chaque s6rie do planches. A dA 
effet, un embranchement du canal principal doit longer dn liuiit 
en has un des bords de la prairie, de telle sorte qu*il puisse el re 



Digitized by VjOOQIC 
I 



261 CHAPITRE VII. ~ MKrHODES APPLICABLES A L'IRRIGATION 

mis en communication avcc une qiiclconquc des rigoles dislribu- 
trices. 



9t9. Modifleations dont la fopme des planehes est smm- 
eeptiMe. — Planches de grande dimension. — Quand les plan- 
ches ont une grande largeur, 20 metres et plus par oxemple, elles 
ont besoin de beaucoup d'eau. La rigole siluee au sommet de la 
plaiiche doit des lors 6tre large et avoir une inclinaison un peu 
plus forte que dans lescas ordinaires. Dans ces conditions, Tegale 
rt^partition de Teau sur toute la planche est moins facile qu'avec 
des plauches plus itroites. li arrive alors g£n6ra1ement qu'on ir- 
rigue chaque flanc de la planche en question par la methode des 
rigoles de niveau. 
A cause de la forme de surface gauche qu'affecte la superficie 
Plan k arroser, les rigoles de niveau 

ne sont pas exactement paral- 
lels a la rigole m^diane et aus 
rigoles de colature ; on doit 
les tracer directement avec le 
niveau. La figure 104 montre 
cette disposition. Sur chaque 
flanc une premiere rigole, par- 
faitement nivel^e, longe la ri- 
gole principale supdrieure. Une 
autre rigole se trouve a peu 
prfes au milieu de la largeur du 
flanc; pour qu'on puisse, au 
besoin,donne^de^eau neuve k 
cette dernifere, elle est mise en 
communication, de distance en 
distance, avec la rigole sup6- 
rieure par d'autres petites ri- 
Fig. 104. - Plan et profii transversal ^^'^^ pcrpendiculaires aux pre- 

^.en^'iots"a'4^Hgole"^^^ t '^''^'' ^^^^ ^'^ ^''^^'^^ ^^^^ 

sommet. et pelites rigoles de niveau disposecs pOur que la CrOUpe 
sur les fjancs et sur la croupe. ^ . i . ? . , 

Iriangulaire qui termme la 
planche puisse aussi felrc arros6e reguliferement dans toules ses 
parties. La rigole qui suit le faite de la planche, ne servant point 
dfrectementa Farrosage, devient une rigole de distribution qui 
pcut avoir telles proportions qu on voudra ; on pent done, si Ton 













"^ 


Tft^ 























X 


k 


i 

1 






/ " \i 




\ 



Profil suivant m n 



Digitized by 



Google 



S 5. - METHODE D'IRRIGATION PAR PLANCHES EN ADOS ^&r» 

aasscz d'eau et que les dispositions locales s*y pr^lent, donner 
a la planchc une longueur pour ainsi dire ind6flnie. 

Ces grands ados exigent, h dgalile d'inclinaison do> flanns, 
plus de terrassements que les petits. lis ne paraissent pas pre- 
senter d'ailleurs d'avantages sp6ciaux, et je ne leur vois de ve- 
ritable raison d'etre que lorsque leur construction a^ trouvc 
pour ainsi dire indiquee d'avance par la disposition du sol de la 
prairie. 

Plaiiches en gradhiSy arrosees par parties siiccessives. — Nous 
avons vu que les planches ordinaires, quand on les diri^n> sui- 
vant la penle du terrain, se terminent brusquement par unc 
croupe, k une distance d6tormin6e par Tinclinaison du sol, et 
que pour irriguer une prairie un peu dtendue dans le stMis do la 
pente on a recours h plusieurs 6lages de planches compiilcmenl 
distincts. 




Fig. 103. — Profil en long d'unc longue planche en gradins s6par6s par Jcs rciisftuls. 

Les planches longues, en gradins, ne sont qu'uue modifiialioQ 
de cette disposition, consistant h suppriraer entre deux elages 
cons^culifs la rigole d'ecoulemeni, le chemin et la rigole distri- 
butrice que repr(^sentait la fig. 103. Le profil en long dos plan- 
ches suecessives, reunies en quelque sorte en une seule, devieiit 
celui de la figure 106, dans laquelle la ligne AB indique la 




Fig. 106. — Coupe en long d'un ressaul dans une planche en gra.*iins : 
A B, rigolo d'arrosttge du gradin sup^rieur. 
C D, rigole d'arrosage du gradin inferieur. 
E, petit bassin dans lequel s'amortit lechoc del'eau lomhant en rjisraJ*^. 

•surface primitive du sol. Les rigoles d'egoutlement, separa- 
tives des planches, sont continues sans ressauts, el couroiU 
d'un bout a Tautre de la serie des gradins. Vers le sonimet dcs 



Digitized by VnOOQ IC 

i 



266 CHAPITRE VII. - MftTHODIiS APPLIGABLES A L'IRRIGATION 

planches, les dtages son! s6pares par de petils talus formant res- 
sauts et qui, en descendant suivant la pente du flanc, vont en 
diminuant pour finir k rien au niveau des rigoles d'^goutlage. 
Larigole d'arrosage suit la planche d'un bout iVautre, en fai- 
sant une petite cascade h chaque ressaut. 

Pour que Teau, dans sa chule, ne degrade pas le terrain, on 
la fait couler le long d'un petit plan incline garni en pierres 
seches, figure 106, et Teau conlenue dans un petit creux pratique 
audessous de la cascade en araortit le choc. 

Ce qui caract6rise cette disposition, c'est que les arrosages se 
donnent par gradins successifs. Ainsi, pour arroser le gradin su- 
pdrieur, on barre aves des mottes de gazon la rigole d'arrosage 
immediatement au-dossus du premier ressaut, et de m6me pour 
les gradins suivanls. 

Cette m6thode convient aux prairies trfes pcu inclinees, dans 
lesquelles les planches ordinaires, pour pcu qu'elles.aient de 
hauteur (voyez p. 257), devraient avoir de trop grandes lon- 
gueurs. Ici on est mailre de donner h chaque gradin pr6cisement 
telle longueur que Ton voudra ; il n'y a que la hauteur des res- 
sauts qui varie. Si Tensemble du sol est presque horizontal, les 
ressauts sont Ires petits. Quand le terrain s'incline davautage, ils 
s'agrandissenl ; mais dans ce dernier cas, les rigoles laterales 
d'egouttement quifornnentlabase commune des diff^rents stages 
restant toujours continues, le gauchissement des surfaces qui 
forment les flancs des planches va en augmentant, et il arrive 
bient6t un moment od les pentes ne seraient plus assez regu- 
lieres pour une bonne irrigation et ou la m^thode cesse d'etre 
applicable. 

Les planches en gradins sont a pen pres les seules que Ton 
puissc ^tablir sur des terrains presque plats, allonges dans un 
sens et resserr6s dans Taulre enlre d'dtroiles limiles, en sorte 
qu'on n'aurait pas Tespace ndcessaire pour y developper les com- 
binaisons de planches decriles ci-dcssus. Ces conditions se ren- 
contrent frequemment au fond des gorges (^troiles des pays de 
monlagnes. 

Planches en (jradins avec reprises dean. — Quand la pente gi- 
n6rale du sol devient un pen trop f9rle pour une application con- 
venable de la m6thode decrite ci-dessus, on modifie la construc- 
tion des planches en 6tages de la maniere suivanle, 



Digitized by 



Google 



8 5. — METHODE DMRRIGATION PAR PLANCFIES EN ADOS 2C7 

Les planches sont inlerrompues de distance en distance par 
des plans inclines. Ccux-ci sont plus ou moins longs, de tolle 
manii^re que les deux rigoles d'6gouttemenl d'un gradin snionL 
au niveau de la rigole d'arrosage du gradin suivant ; ihacune 
des rigoles d'dgoultement est prolongee de biais, de maiiiere a 
rejoindre Tautre k Toriginc de la rigole d'arrosage suivaiite, 
qu'elles alimenlenl. C'est une combinaison trfes simple, qui se 
comprend ais6nient sans le secours d'un dessin. 

Cette melhode d'irrigation, bien que trfes convenahU^ brs- 
qu*elle est appliquee k propos selon la disposition des \u*tiK, n'a 
pas en elle-mfeme une raison d'dtre absolue, car les plans inrli- 
nds et les rigoles obliques pourraient elre remplacds par dos 
dispositions analogues k ceux de la iigure 103, page 2(32. 

Dans Firrigalion par planches avec ressauts et caseadt r,, on 
n'arrose pas ordinairement plusieurs stages de chaque planclie a 
la fois. Soit qu*on veuille arroser plusieurs etages k la fois, soit 
plut6t qu'on arrose simultanement les etages correspoiMiant.i tie 
plusieurs planches contiguOs, il faut toujours augmentii' le vo- 
lume d'eau proportionnellement k la superficie arros6c. Dans la 
seconde methodo, au conlraire, bas6e sur le principe des re- 
prises d'eau, le volume strictement nccessaire pour Tarrosage 
d'un dtage se trouve arroser aussi tons les Plages inferieiirs. La 
disposition est done eminemment favorable k I'^conomio d'r-au. 
Mais si Ton voulait trop profiler de cette facilite, ou si roii no 
donnait pas des arrosages tres abondants, les6lages infthimirs ne 
larderaient pas a se ressentir de Tepuisement des malieivs f*'rti- 
lisantes. 

Plmiches a flancs inef/ftux. — Les planches dont la IniigiKHir 
est dirig6e transversalement k la penle g6nerale de l;i inairiii 
perdent leur "symctrie. 

Alors mdme que Pensemble principal des planches qui ojilrotil 
dans une prairie est dirig6 dans le sens de la plus gran^h' [(eiiLe, 
il peut arriver que, le sol nalurel n'ayanl pas une surfaie erilii^- 
rement plane, la penle se modilie d un point k un autrf\ el que 
rinclinaison deviennc transversale par rapport k quelques [ilaii- 
ches, celles des bords plus particulierement. On admeL uImj'^ des 
planches a profil non symetrique, plul6t que de recourir a des 
combinaisons compliqu6os de planches dirigees daui^ dlver^o^ 
directions. 



Digitized by VjOOQIC 

i 



$C8 CHAPITRE YII. — MfeTHODES APPLICABLES A L'IRRIGATION 

A partir crune certaine limile d inclinaison du sol, le flanc CB, 
de plus tMi |>liis reduit, devient insigniiiant ; on le supprime alors 
pour le nmiptacer par un petit talus trfes raide. 




Fig, iftit — PriJll transversal d'une planche a un scul versanl, dilc dcmi-planche. 

Dans )a figure 107, la rigolc d'arrosago C est disposde pour ne 
plus vcrscr Tcau que du cdte du flanc unique CA. La planche 
voisine s*egoutte par la rigole B. 

Ccs planches k une seule pente sont souvent designees sous 
la d<5iiominalion de dcmi-planches. 

Irntfation par demi-planches. — Les demi-planches, au lieu 
de se trouveraccidentellement accolees aux planches ordinaires, 
peuvent iMre employees d'une manifere exclusive sur certaines 
eteuduos i\i* prairies. Elles sont toujours dirigfies transversale- 
ment k la plus grande pente du terrain. Le prolil figure 108 donnc 
uiie id6c do celle disposition. 



/y^ 




Fig. 108. — Demi-planches superpos6es. 
mn, surface primitive du sol. 
B, D, rigoles d'arrosage, 
A, C, E. rigoles d'^gouUement. 

La ligne poncluee m n indique la surface primitive du sol. 
Nous v^mins que les planches ont ete construites en reportant la 
k'lro iTiHi nM6 aVaulre do cliaque planche, dansle sensde la lar- 
geur ; il y a done eu pcu de mouvemenls de terrain. On com- 
prL-nd tl'uillours, mkme sans le sccours d'un plan, que la rigole 
dislrilmlriii^ suffisamment elevec et ayant une pente egale a 
cell^^du snl liii-m6me, regne, comme dans le cas de planches or- 
dinairesi, a une exlremile des planches, et que la rigole collec- 
tric** dos peliles rigoles d'egouttage court parallelement k la pre- 
luierej k Texlr^niiti oppos^e. 



Digitized by 



Google 



§ 5. — METHODE D'lRRlGATlON PAR PLANCHES EN ADOS zm 

La disposition dont il vicnt d'etre question esl pen usilee ; olie 
ne possede pas en effet d avantages speciaux, el pent lo plu-^ soti- 
vent feire remplacee par dcs planches ordinaircs a deux veisanls, 
dirigds dans Ic sens de la pcnte. Seulement, comme la surface 
d'une prairie peul presenter des pontes en sens divers, comme 
son perimetre peul 6lre Irfes irregulier, comme la position «lc la 
prise d'eau, celle du canal d'6vacualion el d aulres cotuli lions 
encore sonl le plus souvent impos6es a Tirrigaleur, celui-ci ne 
saurait poss6der trop do ressources pour conformcr Ics divcrsea 
parlies d'uu projet a ces nombreuses exigences locales. 

Planches sur pla?i irregulier. — On a suppos6, dans loul ce qui 
precfede, que les planches occupaient toujours sur le sol uiie su- 
perficie de forme rectangulaire. II n'en est pas toujours aiasi. La 
rigole dislributrice, au lieu d'etre exactement perpendiculairc a 
la longueur des planches, peut avoir par rapport k cellos-ci une 
direction quelque pen oblique. II en est de mfirae do la riiiole 
d'6coulement qui rtgne a rextr6mit6 opposee des planches. Par 
suite de ces circonstances, des planches accolees les unes aux 
aulres dans une meme rangie peuvent se trouver de longueurs 
i negates. 

Les planches peuvent aussi aller en augmentant ou en tlimi- 
nuanl un peu de largeur d'une extremil6 k Taulre, ce qui mo* 
difie Idgerement la forme de la surface gauche qu'affeclcnl les 
flancs. 

Tanl que ces irregularit6s ne sonl pas trop considdrahlt's, elks'* 
ne nuisent en rien a la perfection de Tirrigation, et elle^ don- 
nent une liberte tr^s utile dans la redaction des projets. 

On peut concevoir a la rigueur des planches legt?remenl 
courbes, dans lesquelles les rigoles d'irrigation qui se troiivent 
sur les lignes de faite, aussi bicn que les rigoles d*6goiitt<?mcat 
qui s^parent les planches, seraient par exemple des arcs dc 
cercle d'un assez grand rayon, au lieu d'etre des lignes droites. 
Mais le trace el la construction de telles planches sonl tiop com- 
pliqu^s' pour qu*on puisse les admeltre dans un projet, k moins 
d'une utilitd bien ddmontree en raison de la configuration de la 
prairie. 



i 



Digitized by VjOOQIC 

I 



270 CHAPITRE VII. — Mfel'HODKS APPLICABLES A L'IRRIGATION 



990. Dispositions partienli^res relatives anm riyoies 
ilistribotriecsi. — Afin de simplHicr les figures el les descrip- 
lionSyOnaadmis uiie communicalion directc dcsrigoles distribu- 
trices avec chacune des rigoles d'arrosage placees aux sommets 
des planches. Mais cette disposition, malgrd sa simplicite appa- 
rente, n'esl pas exempte de quelques inconvinients, du moins 
quand la rigole distributrice doit desservir une grande ^tendue 
de prairie el prend Timporlance d'un petit canal de repartition. 
Si Tonfaisail dans les berges de ce canal, contenant un grand 
volume d'eau, autanl d*echancrures qu'il y a de planches, il ne 
serail pas facile de tenir toutes ccs breches fermees a Taide de 
simples moltos de gazon. Placer a toutes ces ouvertures des 
bondes ou des vannes, ce serail multiplier a Tinfini ces appareils 
loujours un peu dispcndieux. D'un autre c6t6, un canal lant soil 
pen large el profond doil avoir, autanl que possible, une pente 
uniforme el generalemenl plus reduile que cclle des rigoles d'un 
ordre inKrieur. Au lieu de cela, une rigole distributrice doit se 
pretcr parfois k des variations de pente resultant de ce que les 
planches, ayanl des hauteurs egales au-dessus du sol primilif, 
n'ont pas leurs sommets au meme niveau. Pour ces divers mo- 
lifs, il arrive souvenl que Ton delache de la rigole principale, 
consider^e comme canal de repartition, un certain nombre de 
plus peliles rigoles distributrices, longeanl ce canal, el chargies 
chacune d'alimenler Teau des rigoles d'arrosage d^un petit 
uombre de planches voisines. La figure 109 fera comprendre celle 
disposition. 




— Plan ct profil (Vune rigole distributrice affect^e k un petit groupe 

de planches et courant parall^lement au canal dc repartition : 

A B, canal dc repartition, en plan, 

a, canal de repartition, en coupe transversale, 

C, prise d'eau dc la petite rigole distributrice, 

D^ autre prise d'eau semblable pour los planches suivantes, 

6, rigole distributrice, 

r, s, (, 6c, rigoh'S d'arrosage, 

d e, rigole d'egoullenient. 



I 



Digitized by 



Google 



§ 5. — METHODE DMRRIGATiON PAR PLANCHES EN ADt»S 2*1 

A B est Ic canal de rdpartilion ; il est un peu plus elove qne 
les planclies qu'il s'agit d'irriguor. En C s'ouvre, dana la paroi 
de ce canal, rorifice par lequel il pent 6lre mis en commiiiiicalioii 
avec la rigole dislribulrice parliculiere, qui doit alinionler les 
rigoles r, s, /, situdes au sommet de Irois planches consi^culivcs- 
Celte rigole de distribution n*a que la largcur n6cessairi* jirmr lo 
volume d*eau qu'elle est appelec a fournir aux planchej? qift^lle 
dessert. Elle se trouve au meme niveau que les rigoles r, v, f^ ot 
a sensiblement la mftme profondcur. Ccs trois planrljr^ des- 
servies par la rigole dtant d'ailleurs deslinees k etrc arrnsf-o?* 
simultanement, les communications enlre la rigole dislriljulriiu 
et les rigoles r, 5, t restent toujours libres. II ne s'agil, s< iuii lus 
besoins de Tirrigation, que de former ou d'ouvrir plus nn maitis 
rouvertureC. En D, nous voyons une autre ouverture semlilalili^, 
qui se trouve k Torigine d'une rigole distributrice aff^milt/ a iiti 
autre systfeme de planches situ6 au delk de la figure. 

C'est k dessein qu'on n'a pasplac61a prise d'eau C en Inro floki 
premiere des rigoles, r, qu'il s'agit d'alimcnter. Si cette prc^aulioTi 
avait 6t6 omise, Teau, se precipitant par Touverlure de la di;LMio, 
se dirigerait avec sa vitesse acquise dans la rigole d*irrji!(itinri 
faisant face k la prise, et celte rigole recevrait alors bt aar^nip 
plus d'eau que les rigoles s et / plus dloign^es. 

La situation du canal r^partiteur A B, dont le fond est un pcu 
plus 61ev6 que les sommets des planches, est particuliiMciiK^nL 
commandee dans le cas oii Ton fait habitucUement usape d'eaiix 
troubles. II arrive alors, dans beaucoup de prairies, qtir^ la sur- 
face du gazon s'61feve, avec le temps, par Taccumulalion suooi^s- 
sive des dep6ts. Ilpourrait done scfaire, si les canaux avaioiiL etc 
etablis dans Torigine aux niveaux strictement ndcessaiif^js^ qu'a 
une certaine 6poque ils devinssent impropres k verser \v voUhiuj 
d'eau voulu sur la prairie. 

Enfin, pour faciliter Touverture et la fermeture des prises 
d'eau, telles que G et D de la figure ci-dessus, on subsliUie, dans 
les irrigations bien ^tablies, des buses munies de bondes ou du 
petites vannes aux simples breches pratiqu6es dans le talus tlu *" 
canal r6partiteur. 

La figure HO indique une des dispositions qu'on pmii em- 
ployer. Cette coupe estfaite en travers du canal de r6paililioji A; 
C est la rigole distributrice qui lui est parallele; BeslunLbusa 
rectangulaire en bois form^e de fortes planches clouet s cn- 



Digitized by VjOOQIC 

it 



Ill CHAPITRE VII. - MtTHODES APPLICABLES A L'lRRIGATION 

semble. La buse est lermince, du c6le du canal, par un plateau 
ijui en ferme Textremile ; dans ce plateau est percee une ouver- 




Fig. iiO. — Prise d'eau & un codoI do r^parlilion. 

A, canal de repartilion, 
C, rigole dislributrice. 
G D, rigole d'arrosage. 

B, buse en bois. 
E, bondc. 

lure circulaire qui pent avoir de 8 k 15 centimetres de diametre, 
et qui se ferme avec une bonde conique en bois E, que Ton place 
ou retire avec la main. Gomme lapression de Teau tend toujours 
k mainlenir la bonde appliquee contre Torifice, il ne faut pas la 
forcer dans Touverlure au point d*en rcndre I'extraction difficile. 
D'autres disposilifs peuvent remplacer celui-ci ; par exemplc on 
peut substituer au plateau de fcrmeture, et a la bonde E, une 
planchette servant de vanne, qu'on engage dans une feuillure. 

On 6tablit aussi des buses en pierre de taille, form^es d'une 
espece d'auge renvers6e (A) sur une dalle (C) ; voici les coupes 
liuigitudinale et transversale'd'une buse de cette espece, fermeo 
{lar une bonde E. 




C C 

Fig. m. — Buse en pierre. 



Pour les prises d'eau les plus minimes, on se contente parfois 
lie traverser les parois en terre qui soutiennent le canal par des 
tuyaux en poterie a emboitemcnt, ou meme de simples tuyaax 
tti> ilrainage. C est ce qu'indique la figure 112. II n'y a plus ici ni 






Fig. Hi. — l»ris>e d'eau a uue rigole au uioyeude iuyaux en poterie 



Digitized by 



Google 



i 5. — MKTHODE D'lRRIGATION PAR PLANCHES EN ADOS 273 

vanne, ni bonde; un tampon de foin cnvcloppe dans un rlnirnn 
ou memeune simple moltcdegazon siiffisenl pour fermer, ijuaiHi 
il le faut, Forifice du luyau. 




Fig. 113. — Priso d'eau dune rigole dc distribution. 

La figure H3 est relative h une variantc des disposilniris |in*- 
cedentes. Le canal est plus 61ev6 au-dessus du terrain k iii iguur 
qu'il ne T^tait dans la figure 110. La bonde s'ouvre au foud du 
canal, au lieu de so Irouver sur la paroi laterale inclinee- 

99 1. Disp^MitionM d'ensemble d'ane prairie irrigiiee 

par pianehes. — On a indiqu6 les diverses formes des planches 

et les manieres de les grouper. II ne rcsle plus qu*k combiner 
ensemble, selon les dispositions locales qui varient k rinlini^ \vs 
divers elements qui sont maintenant h noire disposition. 

Dans I'agencement du r^seau des canaux et rigolcs de rcparli- 
lion et de distribution, on devra particuliferement se preonnp^^r 
de faire en sortc que Tespace total h irriguer puisse se fraction* 
ner sans difficulte en petits groupes de planches, a chacuii <h*s- 
quels on puisse donner Teau independamment de tous les anlros 
groupes. 11 n'y a d'exception que pour le cas oil la prairie est \um 
^tenduc et ou Ton a assez d'eau pour 6tre sur de pouvoir loujuut s 
Tarroser tout entiferc. Le plus souvent, la quantity d'eau dispo- 
nible est variable selon les annees et les saisons; et quelqne eluflti 
qu'on ait pu faire prealablementsurles quantit6s d'eau nCT-^^^sniros 
aux irrigations, il sera bien difficile dc fixer exactement, ti }uiuru 
ce que Ton donnera a telle ou telle partie de prairie. C'esi (l(im\ 
en ddfinitive, lors m6me des arrosages, que Ton augment ira *jii 
restreindra Tetendue arros6e, d'apres le fonctionnemeiil nii'*me 
de rirrigation. En general, il vaut beaucoup mieux arn^^or lai- 
gement, par pelites surfaces successives, sauf k ne fairo i rviiiir 
Teau k la meme place qu'apres un long intervalle, que d^- la (lis- 
seminer sur de trop grands espaces qu'elle ne peut qu'huineiUr, 

18 



Digitized by 



Google 



274 GHAPITRE VII. - METHODKS APPLICABLES A IRRIGATION 

Si au lieu d'arroser par parties successives ayanl chacune leur 
rigolc d'6ooulemeni qui cmporle I'eau hors de la prairie, on se 
propose dc faire resservir Ics colalures un certain nombre de 
fois, il n'cn sera pas moiiis utile de pouvoir porler, au moins de 
temps a autre, de I'eau neuve sur les difTerentes parlies de la 
prairie. 

Poiir aider k determiner le nombre el T^lendue des planches 
qui peuvent etrc aliment6es par une niSmc prise d'eau parlielle, 
j indiquerai ici cetle regie pratique qui parail r^sumer celles des 
irrigatcurs allemands les plus accr6dites, savoir : qu'un icoule- 
ittent de i litre par scconde peul alimenier /oi</ auplm 30 metres 
dc rigole d'arrosage vcrsant Teau des deux c6t6s a la fois. Je 
considfere cetle dvaluationcomme correspondanl, en fail d'^cono- 
mie d'eau, k peu prfes k la dernikrc limile du possible, el je crois 
qu'il sera gen^ralemenl plus avantageux de ne donner k cbaque 
liire fourni en une seconde par la prise que le service de20 metres 
do rigoles, ou meme moins si Ton peul. II est vrai que si on reje- 
lail Teau aprfes son passage sur une seule planche Irfes etroile, 
on arriverail par celte r^gle k Temploi de volumes d'eau qui 
srraienl encore considerables relativemenl it la surface arrosie^ 
Mais on peul faille quelques reprises, et cela vaul mieux, gin^ra- 
lement, que d'employer Teau avec tanl de parcimonie qu'elle 
[luisse k peine couler sur les flancs des planches. 

Lorsque la prairie esl un peu considerable, et comprend des 
terrains donl la configuration el la penle varienl nolablement 
d*un point k un autre, on peul irriguer certains endroiU par 
rigoles de niveau el construirc des planches dans d'autres. Na- 
turellemenl les parties de prairie Irait^es par la premiferc melhodo 
scront celles odla pente nalurellc esl la plus forte, tandis que les 
planches occuperont les parlies plates. Si Teau doit felre employ^ 
avec parcimonie, si le principe des reprises d'eau esl adoptd, on 
pourra alors faire arriver sur les planches Teau qui aura arros^ 
Ic terrain incline, ou inversemenU Dans ces irrigations mixles, 
il esl preferable que les planches se Irouvent desservies apr^s 
(irrigation par rigoles de niveau. L'irrigalion par planches peut^ 
on effet, eire considerec comme une methode inei^ique, k Taide 
do laquelle on peul esperer produire une amdioration^ m^e 
avec de Teau ayanl dejtX servi, tandis qu'il n'esl pas aussi sAr 
»l«e Teau qui aurait passe sur les planches f6l encore bonne k 
6lre employee par les aulit^s methodes d'irrigalionk 



Digitized by 



Google 



§ 5. - METHODE D'lRRIGATION PAR PLAiNCHES EN ADOS 275 

)tf)t. /kwanUk^em et ineonv^nientii de I'lrriyatioii par 
planehcs. — L'irrigalion par planches en ados est la seulo, 
parmi les mc^thodes sanctionuecs par une longue pratique, qui 
permette de porter au maximum de ferlilite les prairies situ^es 
sur des terrains dont linclinaison est inferieurc a 5 pour 100. 
D'ailleurs plus la pente diminue, a partir de ce degre normal, 
plus I'avantage des planches avec pentes artificielles devient ap- 
preciable. A la rigueur, on peut eviler la construction des 
planches, meme dans des terrains presque plats, si le sous-sol 
est Ires permeable. Mais dans les sols humides ei glaiseux 
la supi^riorite de Tirrigation par planches se manifeste d'une 
manifere ^clalanle et incontestable. La multiplicity des rigoles 
d'egouttement, que Ton peut rapprocher jusqu a 4 metres les 
unes des autres, Tel^vation arlificielle du sol iutermediaire au- 
dessus du niveau de ces rigoles, arrivent a remplacer jusqu'a 
ua certain point Ic drainage, ce qui permet d'obtenir d'assez 
boas fourrages dans des pres qui, laiss^s a plat, seraient en^ 
vahis, au moins par places, par les plantes de marais. A cause 
de ce parfait egouttage, qui est un des caracteres les plus sail- 
lants de la m^lhode d'irrigation dont il s'agit, les planches pour- 
ront prendre place mfeme dans des prairies d^ailleurs suffisam- 
ment inclinees, toutes les fois que par suite de la constitution du 
terrain Thumidite y sera persistante. Les prairies faQonnfies en 
planches, en raison du grand nombre de rigoles destinies soit k 
recevoir et h deverser Teau, soil a Tenlever de la prairie, se 
trouvent admirablement disposees pour admeltre de trfes grands 
volumes d'eau ne devant effecluer qu'un rapide et Ires court 
Irajet sur le gazon. La mdthode des rigoles de niveau, si parfaile 
lorsqu'il 8*agit de reparlirFeau d*une maniere uniforme sur de 
grandes surfaces, ne presenle pas, tant s'en faut, les m^mes faci- 
lit6s que les planches pour Tevacucr au bout d'un tres court 
trajet. On pourra done elre conduit a etablir des planches meme 
sur des terrains ou Tinclinaison ne manque pas, si, disposant 
d'une grande masse d'cau, relalivemcnt a T^tendue de la prairie, 
on veut en profiler pour porter celle-ci avec peu d'engrais au 
plus haul point de fecondite. Enlin Tirrigation par planches en 
ados est la seule qui paraisse applicable aux prairies d'hiver, ou 
marcites, ce qui tient k ce qu'elle scule procure a Teau un renou- 
vellement assez rapide et assez complot pour qu'elle ne soit ja- 
mais totalement epuis6e d'oxygfenc et que I'herbe ne soil pas 



Digitized by 



Google 



276 CHAPITHE VII. - MliTIlODKS APPLICABLES A L'lBRIGATION 

ctoulToc par rirrigation pendant los froids do longuo duree qui 
no permellent pas dc suspondre Tarrosage. En presence de tant 
d'avanlages, on ne pent laxer d'exag^ralion Topinion des au- 
leurs qui ont declare la methode d'lrrigation par planches la 
plus parfailc de toulcs celles qui peuvenl felre appliqu6es aux 
prairies. 

.Malheureusenienl, a c6le de cos avantages, cetle methode pre- 
senlo des inconvenienls de deux natures. D'une part, lors du 
premier etablissemeni de la prairie, la construction des planches 
necessite des terrassemenls dispendieux ; d'autre part, sous le 
rapport de Texploitation, les prairies disposees en planches ne 
permottent pas comme les aulres lalibre circulation des voitures 
cliarg6es aux 6poques d'enlevement des produits, le foin devant 
tire rassemble a brassur les lisieres ou le long des chemins in- 
lericurs qu'on cherche a menager k cet effel. L'emploi des ins- 
Iruments mus par des chevaux, des fauclieuses mecaniques sur- 
loul, paralt devoir ^.tre dans les prairies disposees en planches, 
sinon impossible, du moins beaucoup plus difficile que dans 
celles qui sont k plat. Cette derniere consideration, donl on n'a- 
vait pas autrefois k tenir compte, pent avoir de nos jours une cer- 
lairio gravite pour des prairies un pen dtendues, surlout si Ton 
ninllipliele nombre des rigoles, ainsi que les pentes et conlre- 
pentis, par Tadoption des planches otroites. 

Vowv la confection des planches, voir chapitre VIII. 



Digitized by 



Google 



CMAPITRE IIUmfeME 

GREATIOiV ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 



§ 1. TefTassemenU. — § 2. Rigoles. — § 3. Planches en ados. — § 4. Emftmente- 
meni des prairies. — § 5. Entretien des prairies irriguees. — § 6* Amende 
ments et engrais. 



§1. 

TERRASSEMENTS 



U serait dispendicux et lout h, fait superflu de dresser k terrain 
suivant des plans r^gulierement inclines. On respectera loujours 
la forme g6nerale primitive ; mais il existe, malgre cela, Irik^s 
inigalites brusques qui rendraient rirrigation a peu pres impo.^- 
sible dans les parties ou elles se rencontrent, et qu'il imporlc de 
faire disparaitre. Nous allons done enlrer dans quelqucs details 
au sujet des terrassenients de r6gularisation. 

99^. C^ros terra«ii€^inent» pnrtielfv. — Si le terrain presen* 
lait un ressaut brusque, comme on le voit en BC sur la figure \ I i, 
qui est un profil suivant la direction de la pente, on prendrait uno 
portion de terre ABrf, que Ton reporterait en e/CD. 

S*ilexistait un ravin dirig6 dansle sens de la penle du If^rmin, 
comme celui qui est reprdsent6 figure H5, par une coupe perpen- 
diculaire a sa direction, on chercherait s'il n'est pas possible 
sans trop de frais de le faire disparaitre. 



Digitized by 



Google 



576 nilAPITRE Vlll. - CBEATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 




Fip. ItL — Manieres d'adoucir un rossaut brusque de terrain. 




Fig. lla» ^ Comblomont d'uu ravin E avec de la lerre prise sur les bords. 

C'cst k qiioi Tod reussit souveiil en comblanl le fond da ravin 
E av*^c la lerre obienuc par un dcblai Ires gcu profond, mais ex6- 
cute sur de lar«:cs .surfaces k droile el a gauche du ravin. On subs- 
lituera ainsi au profil primilif une ligne continue legferement 
coueuve el sc» racc*>rdant, avec le sol non modifle, par des cour- 
burcs insonsihles, comme Tindique la figure. Des creux, en ap- 
parenco considi^rables, disparailronl ainsi tout k fail, sans qa'il 
soil D^cessaire lie recourir k des emprunts de terre fails a de 
grander dislaneos, II faul, dans les operations de ce genre, lenir 
comple du lassemL^nt que subissenl loujours les ierres rapport6es 
ot qui, bien qu'ass^ez variable, peul ^.tre 6valude approximative - 
nient, pour des lorres non moltouses el mises en place avecqucl- 
qno soin, entre le 1/5 el le i/6 de la hauteur du remblai. 

Considenms un terrain oil se Irouve une excavation, indiquee 
figure UG par uat* coupe verlicale dirig^e suivant la plus grande 
penle du (errain, Hn abaltant les bords du Irou k une asscz grande 
disiance el ie|jnrlanl la terre dans le fondde Texcavalion, on ob- 
liendrail un [irufil analogue a celui que donne la ligne ponctuec 
de la figure, Mai^^ re profil presenterait vers A une partie creuse 
oil Vomt sejournt^rail. II faul alors reprendre vei's A, en aval du 
point A, line nouvelie quanlite de teiTe que Ton reportera en c. 
On romplace ainsi le premier profil rectifi6par le profil hach^ su- 
perif>ur, don I !a pento est dirig6e lout entifere dans le mfeme sens 
que celle ihi pre. 11 ne faul pas d'ailleurs ex6culer les terrasse- 
ments en deux fois, ainsi qu'on Ta suppos6 pourrendre Texplica- 
lion plus faeilemonl saisissable. 



Digitized by 



Google 



8 1. - TERRASSRMIilNTS 270 




Fig. il6. — Goinblemcnt d^unc excavation situde dans un terrain inclin6. 

II vade 8oi que, dans toules ces operations, il faut bien se ren- 
dre compie de ce qui est possible et de ce qui ne Test pas, eu 6gar<I 
aux n^cessiWs qui concernent r6ooulement des eaux pluviales, 

994. Precautions k prendre dans le eas d^nn maavals 
•on»-«ol. — Toutes les fois qu'on execute des terrassements de 
ce genre, quelle que soil d'ailleursleur importance, il ne faut pas 
former la partie inf^rieure des remblais avec la meilleuro terre 
v^g^tale, qui est naturellement la premiere attaqu^c dans Ics en* 
droits ^ deblayer. On arriverait souventainsi a n'avoir & la surface 
qu'une terre de sous-sol, souvent bien peu propice & la formation 
du gazon. II vaut done mieux, g^n^ralement, no pas roculer devaiii 
un surcroit de travail, ot relever d'abord en las, hors des limitea 
du chantier, touto la bonne terre. On ex6cutera alors les gros d6- 
blais et remblais, et quand on aura obtenu k trbs peu pr^s la 
forme voulue, on rapporte la bonne terre dont on fera une couche 
sur toute la surface. On va quelquefois plus loin encore, quand on 
opere dans un terrain d6ja gazonn6. Dans ce cas, on enleve 
d*abord tout le gazon que Ton met de c6t6, pour le replacer, par 
bandes ou par plaques, une fois Touvrage terming. On ne devra 
jamais operer autrement toutes les fois qu'il s'agira d'un travail 
de peu d'^tendue, comme par exemple de faire disparaitre unu 
petite pro^minence. Alors Tenlevement pr6alable du gazon ne 
peut entrainer k une bien grande d6pense ; outre qu'on obtient 
ainsi imm^diatement une surface susceptible de donnor du four- 
rage, on peut de suite faire fonclionner Tirrigatiou. Quand il 
ft'agit de terrassements trfesetendus,reconomiedemain-d'oBUvrQ 
est davantage k considerer ; on peut souvent alors se contenter 
d'enlever, pfele-m61e avec la bonne terre, le gazon piochd commc 
le resle, et de rapporter ensuite le tout sur Templacement grossly- 
rement nivel6. On semera cet espace en graminees, et le gazon se 



Digitized by 



Google 



seo cuAFnnr*: viii. ^ cHfiATioN et entretien des pr.\ihies 

rrfonriera^ tan I par suite du semis que par le fail de la partie de 
l*h^rbe nncii^nnc qui se Irouvera peu enlerr^e. 

115. f aai oil leu plantcfi prcexistanteii wont de maavaise 
aature. — i^i Ion se decide au defrichemeni, et il n'y a pas a 
bttlaticer loutes les fois que le terrain est couverl de bruyeres, 
d ajoncs ou de toules autres plantes vivaces non fourrageres et 
d'mie desiriicli<m difficile, il convient de soumettre le terrain a la 
ouIUire piMidaat aumoins deux annees, avant d'etablir la prairie. 
On fera bien, dans ce cas, d'employer, si on le pent, une charrue 
lourne*oiTiIh\ afin de ne pas cr6er des plancbes qu'il faudrait de- 
Iruii'c plus lard, et de n'avoir lout au plus qu'i reporter dans le 
ili'rnicr sillnn la premiere bande de lerre tournee par la charrue. 
On sail que, ttaus les terrains non calcaires, il suffit de retourner 
la couchc v^petale par un seul labour pour obtenir, k Faide du 
noir animal on di?s phosphates fossiles, une abondante recolte de 
seigle, qui pent dire suivie d'une avoine semee, sans nouveau la- 
bour, sur un hersage ^nergique. Cette manifere d^op^rer a Tavan- 
lagc que les plantes, retourn^es avec la terre du champ, ont le 
temps d'etre etouffees et en grande partie d^compos^es avant qu'ua 
nou% eau labour les ramfene k la surface. On laboure aussit6t apres 
renlfevenumt de I'avoine, et une troisieme recolte de c6r6ale pent 
el re obtenui^ avec Taddition d'engrais phosphates. Aprfes ces trois 
recoltes, la lerre sera presque toujours suffisamment purg^e de 
plantes sauvajE;es pour que Therbe puisse y 6tre sem6e. II ne 
rcsle plu>, anparavanl,qu'^ terminer I'egalisation du sol. Si quel- 
ques nuiuvaises plantes reparaissent plus lard, Tirrigation et 
quelques .soins d'entrelien suffiront pour en d^barrasser d^finiti* 
vement la prairie* 

19a. Vikm d'nn terrain qoi a ^t^ eultiw^ k la charrue. — 

Soil quil s'ogisse d'un terrain traile comme il vient d'etre dit, 
soil qndn ail alTaire a une ancienne terre labour6e, il imporle de 
faire dispaiaitre compl^tement les raies et les ados que le labou- 
rago a formes. Ces petiles in^galites multipli6es sont bien autre- 
nient niiisibles ;i I'irrigation qne les larges ondulations de terrain 
(pn t*mbrassent de grandes superficie. Ce serait une erreur pro- 
fondo qne de croire que le temps seul, ou meme des hersages rei- 
lere^s pourraieot r6tablir le sol dans son elat primilif. II est bon 
de SQ bien rend re compte de Teffet de la charrue a versoir relati- 



Digitized by 



Google 



I 



g 1. - TEHRASSEMENTS Mi 

vcmenl au sol laboure. Supposons d'abord une cliarriic Intirrie- 
oreille, aulrement dit vcrsant loujours du m^mc c6le du chaK^p. 
A chaque nouvelle raie ouverle, une bandc de terre esl d('^]ik(<i'o 
lat^ralemcnt d*une quantity egale k sa largeur ; quaud on a rt'inMi^ 
cettc operation sur toute Tetendue du champ, Ic r^sultai rsl oxac- 
tement le meme, sous le rapport de la distribution de lu ti no lo- 
muee, que si Ton eAt pris la terre contenue dans le dernlor ^tilluri 
et qu'on Teiit Iransporlde sur la lisiere oppos^e du clmm[j, nu a 
6t6 vers6e la premiere bande tournde par la charrue. On vnuco'd 
des lors qu'on ne pent r^tablir le sol dans son dtal prim i lit qu on 
prenant cette premifere bande, qui maintenant fait saillie, et en 
la transportant dans la dernifere raie reslee ouverle, qu'ulK' sor- 
vira a recombler. Si nous passons maintenant h un champ qui a 
6t6 laboure avec la charrue a versoirfixe, nous concevous ininiO- 

diatement que chaque demi-planche s'y trouve dans 1*^ niA s 

conditions oil se trouvait le champ entier considere en inoniior 
lieju. U faut done, pour que ce champ redevienne plat, qm- la li'rro 
du milieu des planches soit transportde, de part ct d*aulto, dans 
les raies s^paratrices ; c'est ce que la herse ne pent pas fairv. oar 
elle ne Irainc g6n6ralement pas la terre et ne pent qu ailnucir, 
par une sorte d'effet d'6boulemenl, les in6galiles trop hi iisijnrs. 
D'un autre c6te, on constate journellemenl, ct ccla se conrnii, ijue 
les planches restent visibles dans un terrain qu*on ces-^j' tlo vnU 
tiver pendant un temps indefini. C'est done uniquemeni a»x di- 
vers outils ou appareils de terrasscment qu'il faut recnmir |miiii' 
niveler un terrain anciennement ou nouvellemenl laboiin\ 

997 • Moyens d'ex^eotion den terra»Beinentf». — Vnuv 

egaliser un terrain, il faut d'abord ddsagreger les portions ilr iwrw 
qui doivent 6tre deplacees. La pioche est Foutil le plus m'nnnilo' 
ment employd ; cependant on doit chercher a remplaci r anlanl 
que possible le travail de Thomme par celui des animauN <!*■ trail 
et des machines. Nulle part ce genre d'economie n'esl phis sen- 
sible que dans la preparation des grandes surfaces desliin u> miK 
prairies. Ainsi on pourra, presque toujours, ameublir um^ - iTlaim' 
dpaisseur de terre au moyen de coups croisdsde scarifies I rni\ al- 
ternant au besoin avec un rouleau pesanl. L'effet des mnliiL^os 
encrgiques et des scarifiages ou hcrsages alternatifs o-! Innt- 
puissant pour pulveriser les motles ; le rouleau 6ciasr ( illes 
qui se Irouvent en saillie ; Tautrc instrument releve colli.s ijni. 



Digitized by 



Google 



28S CHAPITRE VIM. — CRfiATION ET ENTRETIEN DES PRAIHIES 

trop eiifoneS^s dans le sol, 6taient souslraitos & raclioQ du 
rouleau, 

Lne fills to sal ameubli, les torrassements s^achbvent assoz 
^coiiomh^uemenl k bras, lorsqu'il est possible de porter la 
terre d*uu scul }^i de pelle k la place qu'clle doit definitive* 
menl ocruper; c'est ce qui arrive toutes les fois qu'il s'agit, 
par exompio, ih. faire disparattre des ados 6troits. Mais un tres- 
boil insttumGiit, dun emploi ^oonomique, et tout partioulierement 
appropri(^ aux mouvements de lerre quo Ton peut avoir k ex6ou- 
tcr k de moj oniies distances, dans Tdtendue d'une prairie, c'est 
la ravaie ou pellc k cheval, figure 117. 




yiff. H7. — Ravalo ou polle a cheviil. 

Cetle espece de pelle se charge par Teffet de la traction du 
clieval, Lorsqu*ou pfedc un peu surlcs manches, la pelle glisso sur 
sou fond CEi forte lule, un peu cintr6; quand on les relfeve bnis- 
qucnienl, le tranchant anterieur pique dans le sol, Tinstrument 
bascule completement el se decharge*. Lorsque la terre a 6te mise 
a peu prts k la plane qu'elle doit occuper, soit au moycn du jet 
do polle^ de la bruutitte ou de la ravale, on se sertavec avantage, 
pour etendre les charges et achever d'dgaliser le terrain, de Tins- 
truuient repriSaent^ par la figure H8, appcl6 charrue-planche ou 
charrue niveleme^ qui se place sur un avant-train ordinaire de 
eharrue, 

Ou a qurlqaofoi^ essay6 de sc servir de cettc charrue, 4 I'ex- 
clusiou de in brouelle el de la ravale, pour faire disparattre les 

i, Get instrument, bien connu, a regu diverses modifications. La ravale cul- 
buteuse ^i* M. Hillie, de Bordeaux, est decrite et fip^uree dans le Journal d'a- 
grii^uUure pratique et duns Toiivrage de M, Barral: Drainage, irrigations, etc., 
l.IV.p. 370, 



Digitized by 



Google 



g 1. - TERRASSEMENTS 



283 



ados dans Ics terras qui onl eli labour6os. Mais cei instrumotitf 
ainsi employe^ laisse k ddsirer el est d'un maniemeni p^niblo, 




Figuro 118, ~ Ghorruc nivoleuso, dito aussi charrue-plancho. 

II seraii possible de conslruire un v6ritablc rabot du lerrnin, 
qui, tralni par un cheval, dresserait de lui-mfeme uno surfftco 
prSalablement ameublie. Concevons un Iraineau ayant la fonuo 
d*un cadre reclangulaire allong6, de 1" k 1™50 de largeur el do 4 
k 6mMres de long, donl les deux longs c6l^s paralleles, servant 
de patins, seraient prolongis dans la direction de I'avant par dos 
portions courbcs relevees permellant k Tappareil de franchir Ics 
in6galiles du terrain au lieu de buter contre elles. Concevons en- 
core qu'entre ces deux patins, el k pen pres au milieu de leur lon- 
gueur, se Irouve fixe Iransversalement une planche incliuee B, 
garnie d'une lame de fer D, k pen pres suivanl les dispositions du 

profil ci-dessous, fig. 119. Sup- 
posons que la lame d6passsc in- 
ferieuremenl, do 3 ou 4 conli- 
metres, le dessous des palins. 
Si Ton Iraine cetinstrumenlen 
travers d'une s6rie de planches 
bomb6os, la lame mordra en 
passant sur les sommcts des 
planches ; la terre s'accumulera 
conlre la planche qui la pons- 
sera devant elle. Mais lorsque 
celte planche viendra ensuHo 
Fig. 119. — Piancho ferree formant Tor- a passer devant une des de- 

gane essen(iel de toutes les machines a . ^ ^» ^^ i«y^.,.,««i a !„ i: 

rc>galeries lerres. pressions qui se Irouvcnl a la ii- 




I I I I I I i I I I I 



/o cfnt" ^«. 



I 



Digitized by VjOOQIC 

4 



est aiAPlTRK VII L 



CHhlATION CT KNTRETIEN DES PRAIHIES 



mite lies ados, Job patiris iie pouvant descendre a caase de lour 
lotigucur, hi pianctie re^lera en Tair, el la lerrc qu'ell.e Irainait 
tnniliera au fntid tie hi ravite. En faisanl allcr el venir Tinslru- 
nient h plnsii^urs reprises, on arriveraita un nivellemenl parfait. 
Seulemi^al, il scrait n<^coj^saire que la planche fut susceptible d'e- 
lri> tOevee ou abtiissw, dv maniere qu'on pit regler la saillie de 
la lame seion la nature ilu sol et Tetal d'avanccment du travail. 

ttH. Kaleventf^iil el repose da ffason. — J ai parld d*en- 
lever h> gazon avant certains travaux de lerrassement, etde le re- 
placer pour tt riniiuT le travail. Quelques indications snr la ma- 
nifere desV prendre pciirront avoir leur utilild. Le gazon s'enleve 
par plaqnos carr^*»s de 25 a 30 centimetres delargeur, on par ban- 
des de laedii? lar^eur, el dc 2 ou 3 metres el m^me plus de lon- 
gueur, Le travail frenlfevement sc fait le plus souvent a la main ; 
il so divise en deux oprralions distinctes : la division prealable 
en bandes ou en car res reguliers, qui s'opfere en tranchant le ga- 
zon verticaleninnt ; 2"" le detachement d'avecle terrain sous-jacent. 
Pourcouper verticalemenl le gazon, aucun autre instrument k 
bras lie peiU hitter do celerild avec la haclie sp6ciale diietrmiche' 
ijaz*m^ representee par la fig. 120, el donl la figure 121 donne, au 
dixieme de la grandeur dVx6cution, le fer vu de plat et de profit. 
Ce for peso 2 kil. m. 




V\^, \tih -^ Kaclie rlile Iranchc-gazon i 



L'n ]iou dliahiltule est necessairc pour manoeuvrer parfaile- 
mentcelle liatlie, twtv latjuelle on frappc en la lenant a deux 
maifis. (Hi !io ;:uide iFapri^s un cordeau pour diviser le gazon r6- 

t, Le dessou^ de iouuL an nsintre, Hoit filre olabli suivanl une courbe conti- 
\}m^ plus aplalie que les parties voisines, mais non recliligne. 



Digitized by 



Google 



§ 1. — TERRASSKMKMS $86 

gulierement ; raais pour no pas risquor do couper Ic cordeau, on 
Ic tend ordinairement h une ccrtaine distance, 10 ccnlimelrej^ par 
exemple, dc la ligne suivanl laquelle on veul faire la section '. 




Fig. 121. — Fer de la haclie ropresenl^e ci-dcssus, vu do face 
ct de profil, au dixi6ine de la grandeur d'cxecution. 

Pour detacher le gazon, le meilleur outil csl une piochc, donl 
on fait p^n^trerla lame tranchanle horizonlalement sous le gazoa* 
La pioche employee doit avoir un fer ou lame de 10 ou 12 ceiili- 
metres de largeur et de 30 centimetres de longueur. Cette lame 
est 16gerement cintr6e, et fait avec le manche un angle un pen 
plus petit que Tangle droit. On peut aussi sc servir d*une jt^'Ile 
aci^r^e et tranchante, longue et 6lroile, 13 centimetres au plus 
de largeur sur environ 40 de longueur. Cette pelle doit avoir utic 
certaine courbure, ainsi que son manche, de telle sorte que, lau- 
dis que Fextrdmite de la lame p6nfetre horizonlalement sou"^ le 
gazon, le manche se trouve dans une position convenable et h'wn 
k portee des mains de Touvrier, qui se tient debout, 16gfereni(uil 
pench6 en avant. L'ouvrier qui d^tache le gazon ne peut altaqiicr 
une nouvelle plaque ou unenouvelle bande qu'autant qu'unantio 
ouvrier, qui Taccompagne, a enleve le gazon pr6c6demment iK*- 
lach6 k cdt6 de celui qu'il s*agit de detacher k son tour. 

Pour changer les gazons de place, les charger dans des broiiei- 
tes ou des tombereaux, les d6charger, les remettre en place, rieri 
n'est aussi commode que les fourches k quatre dents en arier 
fondu trempe elastique, k manche court termini en b6quille, i|ui 

1. On I'ait des outils ayant la forme d'une pioche a deux tranchants, donl 1 uu 
est une pioche proprement dite, etdont I'autre a la forme d'une hache. C»n n^ 
peut, dans ces outils a deux fins, combiner le poids du fer, la longueur oi la 
courbure du manche, etc., de mani^re k les rendre bons pour leur double ilK^^ti- 
nation. Ces outils devronl 6tre rejetes quand il s agira de la confection i\i\m 
quantite un pen importante de rigoles. Mais un de ces outils a deux fins, I W^s-* 
portatif, sera extri^mement commode pour Tirrigateur lorsqu'il fera ses toiiiiir'n$ 
d'entretien, en lui permettant de faire au besoin, immediatement, lous les piiiW 
Iravaux dont il reconnaitra I'urgence. 



Digitized by 



Google 



286 CHAPITRE VIII. - CRKATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 

se fabriqaent en Anglcterre et se Irouvent aujourd'bui chez Ics 
principaux marchaiids d'inslruments d'agriculture. Avcc ces four- 
ches leg^res et trfes soiides, on prend les moltes de gazon comme 
au bout d'une fourchelte. 

Qnand le terrain gazonn6 n'est pas par trop sec, pas trop pier- 
rieux, on pent remplacer par la charrao les instruments a bras. 
Une bonne charrue ordinaire h versoir, oiunie d*un avant-train 
plulot que mont^e en araire, dont le coutre et le soc sont bien 
ajust^s et aiguis^s, permet de reloumer assez regulierement des 
bandes de gazon de 20 k 25 centimferes de largeur, u*ayant guere 
que r^paisseur voulue de 10 centimetres. Une fois une certaine 
superficie ainsi labourde, on subdivise les bandes, soit avec la 
hache, soit avec une bfeche. 

Les gazons en carreaux rectangulaires se transportent, selon 
la distance, k la fourche, a la brouelle ou en tombereau. Ceoxen 
bandes plus ou moins longues ne peuvent se manier quelorsqoe 
le gazon est de tr^ bonne quality. Dans ce cas, on les route sur 
eux-m^mes, Therbe en dedans, et on pent transporter les rouleaux 
a Taide d'un b&ton pass^ au centre. 

L'endroit od Ton doit replacer les gazons a dit etre dispose en 
tenant compte de leur 6paisseur. II ne faut pas se figurer qu^ea 
pilonnant ces gazons on les fera p^netrer dans un terrain, m6me 
meuble, de mani^re k ce qu'il n'y ait pas d'exhaussement sensible. 
Les plaques 6tant poshes les unes k c6i6 des autres, si Ton dis- 
pose d'un pen de terre bien meuble, on en gamira les joints, puis 
on battra l^g^rement le tout avec une batle rectangulaire form^e 
d*un plateau de bois de quelques centimetres d'^paisseur, an mi- 
lieu duquel un manched'un metre de longueur est implante obli- 
quement. 

Quand les gazons que Ton a pu conserver sont insuffisants 
pour regarnir toutes les surfaces d^nud^es, on place les carreaux 
de gazon en quinconce, comme les cases noires d'un damier, et 
on remplit les cases blanches avec de la terre r6servee a cet effet. 
On r^paod alors un peu de graine de gramin^s, pour amener 
dans le terrain de bonnes esp^ces et contribuer k le gamir, in- 
dependamment du tallage des gazons rapports. U faut avant tout 
r^erver le gazon disponible pour les talus des canaux en rem-^ 
blais, pour les parois des rigoles de distribution dirig6es suivant 
la plus grande pente du terrain, en un mot pour tous les endroits. 
exposes a kive degrades par les eaux, les surfaces planes pon* 
vant le mieux se gazonner par voie d'ensemencement. 



Digitized by 



Google 



§ 2. - RIGOLES 287 

II faut 6viler autant que possible d'avoir k cx^culer des gazon- 
nements Irop tard 4 rautomiie ou au prinlemps, les forles gelees, 
comme les grandes s6chcressGS, ^lantprejiidiciables aux gazurtB 
rapporl6s quand les racines n'onl point le temps de s*implajil*H 
dans le sol. 



§2. 



RIGOLES 



rectatigulaires. — Les rigoles de niveau ei la pluparl des rigoles 
employees dans les diverses m^lhodes d'irrigation se font, le ]j)iis 
giSn^ralement, suivanl un profil rectangulaire avec bords verli- 
caux. Onnedonne aux plus petites de ces rigoles que IS cenlijnt> 
Ires environ de largeur, la profondeur 6tanl 6gale k celle d'uiie 
molle de gazon. Toules les fois qu'on aura kex6cutcr.ces rigoles 
dans un terrain gazonn6, on s'y prendra de la manifere suivanl c : 
un des bords de la rigole sera d'abord di6termini6, par un cordoau 
si elle doit 6tre rectiligne^ par une s^rie de pelits piquets si olle 
doit fetre courbe. Dans eel dernier cas, il sera preferable qu'imo 
l^g^re trace continue ait ^\& faite sur le gazon k Taide d'un onti] 
quelconque. L'ouvrier coupe alors un des c6t^ de la rigole avi>c 
la hache d^crite ci-dos3US. II doit commencer de preference i>ar 
le bord qui n'est pas celui du trace, afin de ne pas etre gene [lar 
le cordeau ou par les piquets ; un peu d'habitude lui fait juger la 
largeur qu'il doit donner k la rigole. Le prtmier bord etant aiiisi 
tailie sur toute ia longueur, on taille Tautre de la meme manit-n}^ 
aprts avoir enleve cordeau et piquets; et en se guidant sur k [m*- 
mi^re tranchee faite par la hache. Cela fait^ ondivisekTaided'nne 
beche^ en morceaux de 25 centimetres de longueur, la bandi? en- 
core adherente au sol comprise entre les deux entailles. Enfin ^m 
detache successivemeiit les gazons, encomraencant par un bout 
de la rigole^ avec une pioche que represente la figure 122, oL du 
poids de 1 kit. 7S. 



Digitized by 



Google 



2^ CHAPITRE Vni. — CREATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 

La piocheserhiassi a soulever les gazons k mesure qu'elle les 
ii detaches clti sol tt a les disposer le long de la rigole. Vn 
hommi^ laiil soil |*eu exerc6 peut faire, avec les outils indiques, 





Fija[. 12i. — Piuelie p<>ur vider les 
ri^tiks upi^s qut? \v$ bards ont ele 
lrttin;W*JS arec J a hache. 



Fig. 123. — Per de la pioche repK'- 
senlee figure ci-contre, au dixidine 
de la grandeur d*ex6€uUon. 



au muins 300 melies de rigoles dans une journee de dix heures. 
Maia reiilevt^mont des motles de gazon, selon la destination 
qu'on leur dutmora, peut coiiler autant el plus que le creusement 
des rigoles. 

330. Kniplai du i^axoii provenaut des rii^oles. — H faut 
loiijouis avoir soiii de laisser sur le bord des rigoles, et surtoai 
priis des embrancheraents, un certain nombre de mottes de ga- 
zon, qui sfTont Iris utiles poui former de petils barrages lors du 
fanclioniicmeril do I'irrigation. Si Ton a, au moment dela con- 
fection des pclites rigoles, quelques travaux de terrassement 
ilaii!» la prairie ou r]iielques canaux a ^tablir^ on trouvera tou- 
jours atix plaques lie gazon un emploi utile, surtout dans le cas 
oil qtiolques parlies dc rigoles devraient se trouver sur remblai ; 
ii faiidrail bien pilonner celui-ci el le gazonner soigneusemenl. 
Daiis le cas conti aire, ce qu'il y a de mieux k faire, c'esl de ras- 
scnibler les pluijiies de gazon dans la prairie meme en las 
coniqucs, riierhe racliee k Tint^rieur du las, autant que pos- 
sible. Au bout d*unc saison passee ainsi en las, Therbe sera en 
parlie deeomposee, et onpourra recouper les tas k la pioche. On 
y melaiii^^eia alors les engrais dont on pourra disposer, soil de 
la ehaux^ soil des phosphates fossiles, soitdu fumier de volailles, 



Digitized by 



Google 



§ 2. — HIGOLKS 289 

desbalayures de cour, clc, en ayant soiu loutefois de ne pas 
melanger la chaux aux autrcs substances et dc nc Temployer qira 
leur defaut. Les phosphates, au contraire, peuvent etre avaiita- 
geusement m6Ies aux substances animales. Les tas elant relev^s 
et laisses quelque lemps en cet dtat, on en repandra la subslaiice 
sur la prairie en mars ou en septembre. 

tSl. Charrae rii^olease. — Quand les rigoles sont trateos 
suivant des lignes droites, ou du moins pr^senlenl peu de siiiuo- 
sit6s, on pent les ex^cuter avec beaucoup dc rapidite ct de {per- 
fection a Taide d'une charrue 16gfere monl6e en araire, miiuie 
d'un soc plat a tranchant oblique et bicn coupant, et de deux 
coulres precedant un peu le soc, fixes Tun k droite, Taulrc a 
gauche, qui coupcnt les deux bords verticaux de la rigole. Lg 
versoir, en bois, doit se composer de deux parties, un plan incline 
qui soul^ve la bande de gazon jusqu'au-dessus du pr6 et une 
petite oreille qui pousse simplement cette bande de cdt^ on, ^i 
on le prdffere, la renverse*. En general, un homme doit conduitx^ 
les chcvaux sur le trace pendant qu'un autre lient les manche**. 
Cette methode laisse k d^sirer pour le creusement des rigoles do 
niveau, parce que ces rigoles sont ordinairement trfes sinueusos, 
ce qui fait qu'il est par trop difficile d'en suivre exactement tous 
les contours avec la charrue, et Ton est presque toujours oblige a 
quelques retouches. Si Ton n'a pas une quantite de rigoles tres 
considerable k faire k la fois, on pr6f6rera souvent Temploi des 
outils a main, qui donnent imm^diatement une execution on 
tous points conforme au trace, quelle qu'en puisse etre la cuni- 
plication. 

MB9. Singles dans les terrem Hon eueore i^axonnecfl. 

— Trfes souvent, dans une prairie de construction nouveliL% on 
ne fail les rigoles que Tann^e qui suit Tensemencement. On pi e- 
fere en effet faire le travail dans un terrain gazonn6, et il est ci r- 
tain que les rigoles s'y font bien plus nettement que dans la 
terre nue et y sont moins sujettes k se det^riorer. Mais, d un 
autre c6te, il y a un int(Sr6t reel a disposer du r6seau d'irrigalion 

1. Les charrues rigoleuses conslruites autrefois a Grignon etaient Irop lourilL-s 
pour les petites rigoles donl il s'agit ici ; en somme, il vaut mieux op6rer com me 
on la dit au commencement du paragraphe, a moins qu on n'ait un travail Ir^s 
considerable a faire. 

19 



Digitized by 



Google 



890 CHAPITKE VIII. — CRKATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 

dia le moment du semis et k pouvoir, dfes que Therbe sera levee 
fit bien enracinc^e, r^pandre assez d'eau pour entrelenir la frai- 
cheui* du joune gazon, ce qui favorisera 6norm6ment sa crois- 
safw*e. Dans Ic terrain non gazonn^, les oulils ordinaires du ter- 
rassier ftLiflironl gen^ralement pour Tex^culion des rigoles. Si 
on so propfise d'adopler pour les rigoles de niveau le prolil ordi- 
naire k bords verlicaux, on ne devra faire d'abord qu'un petit 
9illo» a laliis inclines, seulement de quoi reeevoir un filet d'eau, 
el on se reser\'era ainsi de retailler les rigoles quand le terrain 
sera consolidfe par le gazon. 

vas. f^i.6catioii des rigoles de dlstrifeatiou Si Ton 

op^n» dans ua terrain gazonne, il est essentiel de mettre k part 
le gazou pour le replacer apr^s Tenlfevement de la quanlite voulue 
de terre. Cos rigoles, dirig^es suivant la plus grande penle de la 
prairie, sojit eneffet sujettes a etre ravinees par Teau toutes les 
fuis quVlles ne sont pas garnies de gazon. Quand on opirera 
dans un terrain d6pourvu d'herbe, on devra chercher k se pro- 
curer du frazon pour garnir, au moins en parlic, les rigoles de 
dislrihntiott. Enfin, si on ne pent pas mieux faire, on sfemera ces 
rigoles un pcu dru, et on hAtera la croissance de Therbe par quel- 
quos en^z^rais actifs. 

•34. Trao6 des rii^oleii de niveaa. — Emploi du niveau 
ft itmeltc. — Je supposerai d'abord que la personne qui veut 
francr les rigoles de niveau* dans une prairie se serl d'un niveau 
k bulle d'air et k lunette. Je ne puis donner ici la description des 
iiivt*arix fie divers modfeles, ni la tiaaniferc de les rectifier et de 
sen servir. Je supposerai quMl s'agisse de tracer, dans une prai- 
rie, nne seric de rigoles de niveau etag^es depuis le haul jus- 
qii'au bas i\e celle prairie, et telles d'ailleurs que chacune tra- 
verse hi prairie dans toule sa largeur. On pent commencer I'opi- 
raHon par le haut ou par le bas de la prairie ; supposons, pour 
Hxer k^s itliks, qu'on commence par le haul. D apres la disposi- 
tioTi des lieux, on se donne un des points par lesquels on veut 
faire passer une premiere rigole, et on marque ce point sur Ic 
terrain. <>n met alors le niveau en station, en un endroit situ6, 

^ Voir plus loin ce qifon ditdes legeres pentes qu'il peut ^tre necessaire de 
doDQer aux rigoles diles de niveau. 



Digitized by 



Google 



8 2. - RIGOLKS 291 

aulant que possible, vers Ic milieu de la largcur de la prairie, el 
&une hauteur telle que le plan horizontal dans lequel se Irouve 
silu6e la lunette passe un pen au-dessus du point marque sur le 
terrain. Lorsque le niveau gl6[& mis convenablement en station, 
on doit pouvoir faire faire k la lunette un tour d'horizon, sans 
que la bulle d'air change notablement de position. Si d'ailleurs le 
niveau est juste, et il y a toujours moyen de le rcclitier s'il ne 
Test pas, tons les points qui se trouvent sur la ligne de vis6e de 
rinstrument, dans quelque direction que Ton vise, seront com- 
pris dans un m^me plan horizontal. II ne s'agit done que de 
trouvor, par tAtonnement, les points du sol qui sont, au-dessous 
de ce plan, k une meme distance verlicale que le point donnd. 

La mire ayant la forme d'une regie divis6e, dont on se sert 
pour les nivellements ordinaires en mfeme temps que des niveaux 
k lunette, est la moins commode pour le cas particulier du trace 
des rigoles de niveau. Une mire k coulisse, dont on se sert pour 
niveler au niveau d'eau, est preferable. Pour 6viter la depense 
d'une telle mire, si on ne Ta pas d'avance a sa disposition, on 
pent 6tablir, presque sans frais, une mire sp6ciale parfaitement 
suffisante. II faut se procurer d'abord une tringle en bois Ugev, 
de 2 &4 mMres Ae longueur; supposons-la carr6e et de 2 centi- 
metres 1/2 de largeur. On se procure, d'autre part, un bout de 
planche k peu prfes carr6, de 10 centimfelres de c6te par exemple. 
11 ne s'agit plus que d'adapter a la planchette une sorte de cou- 
lisse, de maniferc qu'on puisse la faire glisser le long de la tringle 
etla fixer momentandmcnt au point voulu. Chacun pourra ima- 
giner une disposition peu co6teuse. Un simple piton ordinaire, 
termin6 en vis k bois, pent servir de vis de pression ; un ressort 
produisant un frottcment un peu dur, en sorte que la planchette 
s'arrfete d'elle-meme au point oil on Ta mise, sans qu'il soit 
besoin de vis de pression, est encore plus commode. Enfin, pour 
terminer Tinstrument, on collo sur la planchette un morceau do 
papier blanc, et on trace horizonlaloment sur cclui-ci un trait 
noir de 2 ou 3 millimetres d'epaisseur. J^appellerai Tensemble de 
tout le systeme la mire^ la planchette mobile le voyant^ et le trait 
noir qui le divisc en deux la ligne de foi, 

i. II arrive souvent, pendant qu'on opere, que les pieds de rinstrument 
venant a s'enfoncer in^galement et d'une muniere imperceptible dans le sol, 
la bulle d'air du niveau se d»^place. II est evident que dans ce cas il faut reta- 
blif de temps en temps Taplomb de rinstrument, k Taide des vis a caler desti- 
nees a eel usage. 



Digitized by 



Google 



202 CHAPITRE VIH. - CKHIATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 

Ucvenons niainlenant a noire prairie ou nous avons laisse Ic 
uivcau en place. Un aide prcnd la mire el, la tenant verticale- 
iiionl, pose un boul de la Iringle sur le sol a Tendroil qui aete 
marque. L'operaleur principal, qui est au niveau, dirige la lunette 
dans la direction de la mire et fait signe a Taide d'^Iever ou d*a- 
Ijaisser le voyant, jusqu'a ce qu'il voie dans la lunetle la ligne de 
fi)i de la mire coincider avec le fil horizontal qui est tendu en tra- 
vors de la lunelle. Ce resultat 6tant obleuu, le vovant ne doit 
plus changer de place sur la lige de la mire pendant tout le trace 
i1<^ ia rigole. L'aidc sc transporte dans la direction pr6sumee de 
la rigole, a quelques pas du point de depart, et il pose de uou- 
vi^au aterre le pied de la mire. L'operateur, qui a dirige de nou- 
v«»au la lunelte sur la mire, voit si le voyant se trouve au-dessus 
ml au-dessous de la ligne de vis^e, et en cons^uence il fait signe 
d{< deplacer la mire en la porlant soit du c6te du has, soit du cdte 
tlu haul de la prairie. On lAlonne ainsi jusqu'a ce que le porteur 
ilr la mire ait trouve un point du gazon pour lequel la ligne de 
fill soit vue de nouveau en coincidence avec le fil de la lunette ; 
]v point trouve est alors marque de manifere qu'on puisse le rc- 
Irouver plus tard. Un aide intelligent acquiert bien vite une jus- 
lesse de coup d^a^il qui lui fait trouver tres rapidement Tendroit 
ou il doit meltre sa mire. Un point important, c'est de placer tou- 
jmirs la mire sur un point du sol de la prairie qui apparlienne 
hienk sa surface moyenne. On concoit en effet que si la mire se 
trouvait placee, par exemple, sur une taupiniere, et que Ton 
tTiarqudtle point ainsi d^termin^, on commettrait, relativemenl 
au niveau de la rigole, une erreur egale h toute la hauteur de la 
laupini^re. On ferait une erreur analogue, mais en sens inverse, 
si le pied de la mire se trouvait place dans un trou. Or, quand 
on a affaire k un terrain qui pr^sente beaucoup depetites inegali- 
tea rapprochees, etsurtoul quand celles-ci sont un peu cacli^es 
par Therbe, il faut beaucoup d'atlention et un peu d'intelligence 
aa porteur de la mire pour ne la poser qu'en des points conve- 
iiables. C'est de laque vient leplusou moinsd'exactitudeduirac^ 
do^ rigoles de niveau. Quant au niveau lui-mfeme, quand on em- 
jiltjie celui a lunelte, comme jc le suppose, il permettrait de par- 
taker k distance un ccniimetre en deu>: ou en quatre ; sans meme 
iL^^ourir a des precautions minulieuses, on ne pent guere com- 
niellre une erreur de nivellement de plus d'un centimetre, lors 
riii^me que la mire est eloignee de Tinstrument d'une centaiae 



Digitized by 



Google 



§ 2. - RIOOLES SlKt 

de melros ; c'est dire que les erreurs da nivellemcnt propro- 
meat dit disparaissentcomplfetcment vis-^-vis des in^galiii*^ An 
terrain. 

Dans l'op6ration que je decris en ce moment, les points d<*(<*r' 
min^s sont ceux ou doit passer lo bond le plus bas de la r ijjfule, 
celui qui doit deverser Teau. Pour marquer les points a nn.'suro 
qu'ils sont trouv^s, rien n'est plus commode que des fiches nn pi- 
qaetsde la grosseur du petit doigt et d'environ 33 cenlimelies \U^ 
longueur, en pointe d'un bout. On fait ces fiches avec des bagiii^l h^s 
de coudrier ou debourdaine, m^meavec desliges de roseans, ^.n 
un mot avec les materiaux les plus appropriesque pent fourriii' la 
localitd; il en faut une provision assez considerable. L^ouvriui" ([ui 
tient la mire porte avec lui ce qu'il pent de ces fiches, et rlia(iii*i 
fois qu'un point est trouv6, ii en plantc une a Tendroit qu^Mcn- 
pait le pied de la mire. Les fiches sont simplement enfoncei s, k la 
main, de quelques centimetres dans le gazon. On doit cIhtcImm' 
a espacer a pen pres uniforraement les points marques; nm' ilis- 
tanc« moyenne de 4 metres entro les fiches est une des pln^^ con- 
venables. On couQoit n6anmoins que, dans des endroitsofi li< det- 
rain serait exceptionnellement accidente, il scrait bon de tichf- 
miner des points plus rapproches,landis qu'au conlraire on j^MsiiTa 
les ^carter un pen plus dans les parties irhs plates et Ires iiiiic's. 

Quand on a lrac6 par points une premiere courbe de niveau ili s- 
tin6e kdevenir un bord de rigole, et atteignant de part et diuiln* 
les lirailes de la prairie, on passe immediatement au trace iVuwi^ 
seconde courbe analogue, situee k un niveau plus bas, et dunt on 
se donne arbilrairemcnt un premier point, par la seule cojulifiiMi 
qu'il soit a une distance de la premifere lignc a pen prfes o^ali* ii 
celle qu'on se propose d*6tablir entre deux rigoles cons^cuJiVL'.s. 
On ne change pas le niveau de place ; il suffil de faire metln.* di- 
nouveau le voyant a une hauteur convcnable sur la ligo th- hi 
mire ; c'estcequ'onfailen posantcelle-ciau point de depart chnisi 
et en operant comme il a 6t6 dil pour la premiere rigole. Ou fiiul , 
le plus souvent, sans changer de station, tracer Irois ouquairr ri- 
goles traversant chacune la prairie sur une largeur qui pen I nWov 
au besoin jusqu'ii 200 metres de chaqne cote de la station \)u ^r 
trouveplac6 le niveau. Toutefois, le nombre de rigoles qi^^ V^u 
pent tracer ainsi depend de la ponte du terrain, de la Ionian iir 
de la tringle de la mire el de la distance que Ton met entri' los 
rigoles, Quand on voit que le plan horizontal dans lequel v>i m- 



Google ^ 



Digitized by 

I 



504 CHAPITRE VIII. - CRKATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 

Ui^ h niveau passo au-dcssus du sommet de la mire, on trans- 
poHe \ii niveau le plus bas possible, et on recommence les opd- 
raliutis; exactement comme pour la premiere rigole. 

J ai suppos6 que, sauf le cas d'une prairie extrftmement dtea- 
due dans le sens de la longueur des rigoles de niveau, on (race 
coiloii'ci d'un bord a Tautre. II pent se faire que rinclinaison 
du lenain ne soil pas la memo dans toute la largeur de la prairie; 
datiJi cft cas, les courbes de niveau qu*on aura tracdes, et le long 
desquclles seront creus^es les rigoles, ne serontpas partoui^qui- 
di^Uuites; elles serapprochcront dans les pentes rapides el s*6- 
cartoront au contraire dans les plus douces. Cette circonstance 
n'ft pas d'inconvenient au point de vue de Tirrigalion ;d'ailleurs, 
s'il sr Uouvait plus tard quelques parties de la prairie ou la r^par- 
litioti fie Teau laissAl k d6sirer,par suite dutrop grand ecartement 
lit'ft ria:oles, rien ne serait plus facile que d'inlercalerdans cesen- 
drfHls quelques rigoles horizonlales de reprise d'eau qui feraient 
dirtparailre cette imperfeclion. Par contre, au point de vue de la 
rapiiiiit^ du trac6 et de la simplicity du plan, il est bien plus avan- 
tagcu\ de prolonger les memes lignes dans toute la largeur de 
la prairie que de fractionner les rigoles en petits tronQons ind6- 
peudtiiils les uns des autres. 

«:i&. Trae^ des rii^oles de dintrifeatlon. — Quand la prai- 
rio est couverte, comme il vient d'etre dit, d'une sdrie de courbes 
de Titvoau indiquees par les iiches plant^es dans le gazon, on en 
pf^iil lircr des indications tres-utiles sur la forme du terrain. La 
cuurhiire des lignes rend sensibles les positions des lignes de faile 
el ihs thalwegs, ce qui permet de poser de la manifere la [plus ra- 
lioiuu lie les rigoles de distribution. Ces derniferes rigoles se tra- 
c^Miuil avec des jalons de m6me nature que les iiches, mais de 
1 "':^U d« hauleur environ, et portant dans une fentek leur sommet 
UM ImhjI de papier blanc qui les rend plusvisibles,afinde permet- 
Ivi} dv Ics aligner. On voit imm^dialement si les rigoles de distri- 
IhitirHj projel^es coupent les rigoles de niveau sous des angles ap- 
prurtiant de Tangle droit ; s'il y a des rencontres par trop obliques, 
rm niodilie les premieres combinaisons adoptees avant qu'aucune 
riiiolr soit executeo. En resumed, nous voyons que Ton trace a la 
{oh snr la prairie, au moyen de fichcs el de jalons, tout le r6seau 
ili's rigoles k 6lablir. 



Digitized by 



Google 



I 2. - RIGOLES 295 

tSU. Emploi da niveau d'eau. — Avanl dallcr plus tnin, 
j'observerai qu'on aurait pu, a la riguour, faire au moyen (In ni- 
veau d'eau le trac6que j'ai suppose execut6 avec un niveau k Lmllo 
d'air et h lunelte. Mais le niveau d'eau se prfeie beaucouj* plus 
difficilemenl aux operations d'ensemble de quelque etendius A 
moins qu'on ne poss^de une vue exlr^mement bonne, le viiv (Ele- 
ment devient incerlain dfes qu*on se trouve h plus d'unc vinghiino 
de mMres de la mire. Si on a k tracer une longue rigole^ il faiiL 
ddplacer le niveau k chaque instant, et k chaque fois faire mo- 
difier la hauteur du voyant. 

L'emploi du niveau d'eau ne sera gyxhve admissible que <lans 
les prairies de peu d'dlendue et dans les traces de detail. 

tav. Emploi du niveau de ma^on On se sert quo] que - 

fois, pour les travaux d'irrigation, de niveaux encore beanooup 
plus primitifs que le niveau d'eau. Tout le monde connaiL Us ni- 
veau de maQon muni d'un fiUa-plomb ; ce niveau doitetrel^gere- 
ment modifi^ dans sa construction et ses dimensions, lorsqu'il 
est sp6cialemeQt destin6 k des traces de rigoles. 



'X^ 




Fig. 124. — Grand niveau de ma^on adapts aux travaux d*irrigaUon. 



La figure 124 nous indique la forme g6nerale de Tinstrumcnt, 
II est fabriqud en bois l^ger, sur d'assez grandes dimensions 
pour que r6cartemcnt des deux pieds qui reposent sur le sol soil 
d'environ 2 mfetres ; le sommet se trouve alors k la port6e Ae la 
main d'un homme qui se tient debout. Le fil-k-plomb, sanscesse 
oscillant et des plus incommodes, surtout quand on se tronvo 
expos6 au vent, est ici remplace par un de ces niveaux ii bnlle 
d'air months en laiton que Ton trouve maintenant presque par- 
tout a des prix assez modiques ; ce niveau est fix6 en N snr la 
traverse. Notons que ces niveaux communs sontbienloin d'avr>ir 
la precision et la sensibility de ceux de mfeme forme qui sont 
joints aux instruments k lunettes ; mais ils sont suffisants pour 



Digitized by VjOOQIC 
I 



^Oft CIIAPITRF. Vin. — CREATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 

U*s resullals qu'on peul esperer de I'ensemble de rinstrument 
qui nous occupc en ce moment; une buUe d'air trop sensible, 
dans les circonstances actuelles, parallrait folle el scrail d'un 
cmploi presque impossible. 








Fig. 123. — Niveau a bullo d'air 11x6 sur la traverse do rinslrument. 

La figure 125 nous fail voir sur une plus grande ^chelle le ni- 
veau N, el indique son mode d^altache sur la traverse A. Deux 
pelites pieces de bois, semblables k deux bouts de lalles, soot 
fix6es par des vis k bois h la traverse. Chacune d'elles est creusee 
d'une petite enlaillc dans laquelle est log^e Textr^mit^ corres* 
pondante de la semelle en cuivre du niveau. Lorsque rinstru- 
ment a besoin d'felre reclifi6, on desserre les vis du c6le oh le 
petit niveau demande a fetre soulcv6, el on introduil enlre la 
semelle et la traverse un bout de papier pli6 en plus ou moins 
de doubles. La verification de Tinstrument se fait de la maniere 
^uivanle : on pose les deux extr6mit6s ou pieds sur des cales 
dont on augmente ou diminue la hauteur k volonte, et Ton 
cherche d*abord k mettre les deux cales exactemenl de niveau ; 
cette condition se trouve remplie, quel que soil d'ailleurs Tfitat 
dc rinstrument, quand, en le rclournant lout enlier bout pour 
bout, la bullo d'air revient au m^nie point du tube ou elle s'^lait 
arret^e avanl le retournoment. Une fois qu*on est ainsi parvenu 
a poser au memo niveau les deux pieds du triangle de bois, on 
modifie s'il y a lieu le calage du niveau proprement dit, de ma- 
niere k ramener la bulle d*air exaclement au milieu du lube. 

Pour tracer par points une rigole horizontale, on se sert du 
niveau qui vient d'etre decrit comme d'un coinpas. Un premier 
point elant donnd, on y pose un des pieds de rinstrument, el 
Ton fait d6crire k Tautre un arc de cercle jusqu'a ce que la bulle 
d'air indique rhorizontalite; on arrfele alors le mouvement; on 
marque le point trouvd, et on cherche un troisieme point, comme 
an a fait pour le second. Dans cclte methode, chaque point n'esl 



Digitized by 



Google 



§ 2. — HKIOLES 297 

determine que par rapport a celui qui le precede immediatement ; 
il en rdsulte que loute crreur, quelle qu'elle soit, se trouve in- 
fluencer tons les points suivanls ; et les erreurs s'accumulent 
ainsi k roesure qu'on allonge le trace, ce qui n'a pas lieu dans les 
m^thodes pr^cSdemmcnt dicrites ; c'est la surtout ce qui rend 
Temploi de cet instrument trfes d6fectueux. Je n'admets pas 
qu'on puisse, par ce moyen, Iracer convenablement un ensemble 
d'irrigations. Ce niveau, que Ton pent mettre enire les mains des 
ouvriers, est commode pour Tex^culion des travaux de ddlail,par 
exemple pour determiner la correction qu'il faut faire subir k une 
rigole qui, par suite d'une faute dans le premier trac6 ou dans 
rex6cution, se trouve defectueuse sur quelques mfetres de lon- 
gueur seulement. 

•S9. Aeh^Temeiit da trae^ den rii^oles de niveau. — 

J ai suppo86 jusqu'ici qu'un des bords d'une rigole de niveau 
^tait indique par une s6rie de fiches plant6es de distance en dis- 
tance dans le gazon. Or, quelque unie que puisse paraltre la sur- 
face d'une prairie, il existe presque loujours des ondulations 
de terrain , appr^ciables au niveau , et qui d6terminent dos 
ondulations correspondantes dans le trace des rigoles, Les 
points donnas par le nivellement et marques par les fiches, tels 
que A, B, C, D, E, F, G, figure 126, ne sont done presque jamais 
align^s. 




B 



Fig. i26. — Trace d'une rigole de niveau d'apr^s une serie de points isol^s. 

Or, si Ton abandonne les ouvriersk eux-m6mes lors du creuse- 
ment des rigoles, ils iront g6n6ralcment en lignc droite de chaque 
point au suivant, ce qui donnera la ligne bris6e ponctu6e sur la 
figure. Mais les coudes brusques out Tinconv^nient de ralentir la 
circulation de Teau dans les rigoles et il convienl de faire passer 

par les points A, B, C une courbe onduleuse continue, 

comme Tindique le trait plein de la figure. Ce trace ne pent gui^rc 
fetre fait que par celui qui dirige Tensemble des travaux ou par 



Digitized by 



Google 



L 



298 CHAPITRE VIII. — CREATION ET ENTRETIEN DES PRMRIES 

un aide intelligent. Arrnd d'une bfeche Idgore, ou mieux encore 
iFune espi'ce de spatulc en fer emmanchSe droile an bout d*un 
bAton, on imprime k vue d'ffiil une 16gfere trace sur le gazon ; on 
la corrige si lo premier jet ne parait pas salisfaisant, et on finit 
on renforQant le bon trait de mani6re k le rendre visible, sans 
chercher tontofois k couper le gazon dans toute son ^paisseur. 
C'esl k ce m6me moment qu'on trace les courbes de raccorde- 
ment des rigoles de niveau avec les rigoles distributrices. On en- 
Ifeve en m^me temps les fiches des parlies oil les rigoles ne doi- 
vent pas 6tre creus^cs ; on achfeve en un mot le trac^. On ap- 
prend vite k faire rapidement ce travail, et les ouvriers charges 
du creusement des rigoles n'ont qu'i suivre une trace continue ; 
lis opferent alors vite et bien. 

•S9. Mauidre de donner de la peuto aam rii^oles. -- 

On a suppos6 pour plus de simplicity, dans tout ce qui precede, 
que les rigoles sont rigoureusement de niveau. Cependant, par- 
liculiferement pour celles destin6es k prendre Teau dans les ri- 
goles distributrices, il faut une legere penle pour faciliter la 
marche de Teau. Or, voici comment on donne cette penle avec 
beaucoup de facility, tout en se basant sur le piquelagc qui a 6te 
fait suivant des courbes k niveau parfail. 



Fig. i27. — Maniere do donner de la penlo h. une rigole. 

Supposons que A, B, C, D M soil la suite des points obte- 

nus par le nivellement, ct qui sont marqu6s par des fiches sur une 
longueur A M d'unc Irontaine de niMres. Je vcux 6tablir une 
rigole partant de A et se dirigeant vers M avec une pente de 
I millimetre 1/2 par metre. La pente voulue nous donne pour 
30 metres une descente totalc de 45 millimetres. Or, le point M 
elanl exactemenl au meme niveau quele point A, si je d6lermine 
a la surface de la prairie un point M' qui soit a 4 centimetres 1/2 
plus bas que M, ce point pourra eire pris pour Textremil^ de la 
rigole. Un coup de niveau ferail trouver un tel point exaclement; 
tiiais souvent il ne sera pas meme necessaire de recourir a ce 
moyen; il suffit en effet qu'on sache quelle esti peupres la pente 



Digitized by 



Google 



g 3. — PLANCHES EN ADOS 299 

de la prairie, pour qu'on puisse en d^duire, par un calcul dus 
plus simples, la distance M M' qui correspond k un abaissGmonl 
de 4 li 5 ceniimMres. Quelle que soil, au surplus, la m^thoilt? 
employee, le point M' 6tant marqu6 d'une fiche, supposons (|iie 
la distance M M' soil de 80 centimelres. Je remarque quo les 
fiches partagent la longueur du lrac6 en 10 parties k pen pri*s 
^gales ; je divise alors par 10 les 80 centimelres, cequi me donnc 
pour quotient 8 centimfetres. D'aprfes cela, je descends la fi( ho B 
de 8 centimetres, ce qui la porte en B' ; je descends la flchc C de 
16 centimfetres, ce qui la porte en C; je continue, en desceinlant 
D de 24 centimetres, E de 32, et ainsi de suite. La ligne courbe 
AM', passant par les points ainsi d6termin6s, sera, avec une ap- 
proximation suffisante, le trac6 du bord de la rigole demamloo. 
L*op6ration se fcra trfes rapidement et le plus souvent k vue, sans 
quMl soit n6cessaire de recourir aux mcsures exactes; il est bitni 
entendu que celte opdratiOn doit precedcr le trac6 d6finitif, ]mr 
une ligne continue, d6cril pr6c6demment. 

II est facile de comprendre qu'k Taide d*un plan exact de la 
prairie, avec courbes de niveau, on pourra, dans le cabinet, fairo 
une dtude offrant plus de garanties d'exactitude que T^tudc di- 
recte sur le terrain ; les trac6s ainsi 6tablis seront ensuite n |)or- 
t6s sur place (voir Lever des plans et Nivellement, par Dui aud* 
Claye, dans TEncyclop^die des travaux publics). 



§3. 
PLANCHES EN ADOS 



940. Construction des planishes en ados. — £tude tr en- 
semble. — Pour 6tablir une irrigation par planches en adi*^, la 
premiere chose a faire doit 6tre d'^tudier Tensemble des disposi- 
tions k adopter. Sous ce rapport, la difficulle est bienplusgnuuin 
que dans les aulres m6thodes d'irrigation. II faut choisir ttiiro 
les planches larges ou 6troites, decider si on dirigcra leur lon- 
gueur suivant la pente de la prairie ou dans le sens transversal^ 



Digitized by 



Google 



300 CHAPITRE VIII. — CREATION ET ENTRETIEN DE5 PRAlftlES 

calculer los longueurs des planches, le nombre des etages d'apr^s 
la penle du terrain, combiner le double reseau des rigoles de dis- 
tribution et des rigoles d'dcoulement, menager deschemins pour 
les voilures, se rendre compte de la compensation des d^blais et 
des remblais. La redaction d'un tel projet est parfois assez com- 
pliqu^e el assez difficile ; c'est done surtout pour ce genre d'irri- 
gation que la confection d'un plan r^gulier est a recommander. 
La position du canal d'amen^e et de ses principaux embranche- 
menls, ainsi que celle du oanal general d'evacuation, sonlles.el^- 
ments principaux que Ton ne pent generalement modifier que 
dans des limites restreintes, el de la fixation desquels dependent 
en grande parlie les autres dispositions du projet. 

Methods simpii/iee pour la formation des planches. — Quand 
on veut etablir des planches en ados dans une prairie existanle, 
mais non encore irrigu6e par cctte mdthode, si le terrain est d'ail- 
Icurs assez plat et pcu accidenld, on procfede souvenl de la ma- 
niere suivante, qui n'enlralne pas le remaniement complct de la 
surface gazonnde. Supposons qu'on ait trace, k Taide de jalons 
et de piquets, le reseau des rigoles, et qu'il n'y ait plus qu'k exe- 
culer les terrassements. On commence par ouvrir les rigoles d'e- 
coulement,s6paralives des planches, et Ton en dispose lesmottes 
de gazon au milieu en deux rang^es parallfeles pour former les 
deux parois lalc^rales de la rigole d'arrosage. On enleve ensuite 
des mottes prismaliques lateralement aux rigoles d'ecoulement, 
puis on approfondit celles-ci ; on a ainsi de nouveaux gazons et 
de la terre, avec lesquels on renforce la rigole d'arrosage ; on 
consolide par un 16ger batlagc toutes les parties rapporlees. A 
mesure qu'on se rapproche de I'extremitc^ des planches, on creuse 
davanlage les rigoles d'ecoulement, afin de leur procurer plus de 
penle; il en r6sulle un surplus de terre qu'on reporlc au milieu 
de la plancho, ce qui lend a rapprocher son sommet de Thorizon- 
talit6 qu'il devrail avoir. L'herbe a bientftt repousse de maniere 
a consolider les gazons el les terres rapporlees, et le produit de 
la prairie 6prouve peu de diminution, m^me la premiere annee. 
A Taide des materiaux que fournisscnl les enrages successifs des 
rigoles, on regularise de plus en plus la forme des planches. — 
Celle mdlhode, appolee par quelques auleurs methods des ados 
natiirels^ n'est pas applicable k des terrains ayanl une notable 
pente ; elle ne se prele pas non plus a la formation des planches 



Digitized by 



Google 



§ 3. -- PLANCHES EN ADOS 301 

d'un fori relief. Enfin, a moins qu*on n'emploie habituellemenl 
des eaux troubles donl Ics ddp6ts puissent servir k regulariser les 
planches, cclles-ci restenl iucorrecles, irreguliferes. Quand les 
planches doivent ^tre un pen longues, on est naturellement con- 
duit par cettc methode h adopter le systemc des planches en gra- 
dins dont nous avons parle ailleurs. Malgre Tdconomie de pre- 
mier ^tablissement, cctte methode ne peut, en somme, 6lre indi- 
qu6e qu'avec reserve. 

941. Methode de p^fection totnle de« prairies. — La 

m^lhode la plus parfaile pour I'^lablissement de Tirrigation par 
planches en ados consisle k etudier son projet en toute liberie, 
et k executer ensuite les terrassemenls necessaires pour le r6ali- 
ser compl^tement. Deux cas peuvent so presenter, selon qu'on 
veut ^tablir une prairie sur un terrain nu ou mettre une prairie 
Ae]k existante en 6lat de recevoir une irrigation perfectionnie. 
Les operations sont exactement les m^mes dans les deux cas, 
sauf quo si lesol est d6ja gazonnd, on entreprend souvent d'enle- 
ver prealablemcnt le gazon, pour le reposer ensuite sur la sur- 
face modili6e dansses reliefs. Dansce cas, le travail s'ex6cute par 
planches successives, afin que les bonnes lerres et les gazons, 
qu'il faut manier deux fois, n'aient a subir que des d^placements 
mod6res. 

Si le terrain 6tait do bonne quality sur une assez grande ^pais- 
seur, il y aurait avanlage, au point de vue 6conomique, k sacri- 
fier le gazon et k ressemer ensuite la prairie, car on 6vilerait 
ainsi beaucoup de main-d'ceuvre et de complication dans le 
travail. 

949.Coiiipeii«ation de«d^blai«etpembiai«. — Dans T^la- 
blissementde Tirrigation par planches en ados, la question la plus 
delicate et la plus importante est celle de la compensation des de- 
blaisavecles remblais.C'est particuliferement sous ce rapport qu'un 
bon plan cotd, avec courbes de niveau permetlanl de juger de la 
hauteur du sol en un point quelconque, sera d'un trfes grand se- 
cours. Au reste, quel qu'ait dte le soin apport6 k la redaction du 
projet, il faudra, lors de Texdculion, ne pas perdre de vue cette 
compensation, et y arriver mfeme on modifiant l^gferement, s'il le 
faut, les mesures arretees a priori. C'est ainsi, par exemple, qu'en 
donnant k des planches quelques centimMres de bombement de 



Digitized by 



Google 



302 CHAPITHE VIII. - CREATION ET ENTHETIEN DES PRAIRIES 

plus oa de moins, on arrivcra loujours a les es^cuter avec la terre 
que peut fournir Ic deblai. II faul aussi sc rappeler que la terra 
remuee foisonne loujours, etqu^elle se tasse cnsuile de nouveau, 
mais trfes lenlement. Dans les terrains soumis k Tirrigation, le 
tassement est plus complet que dans ceux qui restent a sec. 11 
faut done, au moment de la construction, exagerer un pen les 
reliefs des parties en remblai. 

Dans la construction d*un ados sur un sol relativement plan, il 
y a d'abord deblai sur les deux bords de Tados et remblai dans la 
partie m^diane, par consequent transport de terre dans le sens de 
la largeur. — En supposant au terrain une pentedans le sens de 
la longueur de Tados, ce qui est le cas le plus gin^ral, il faut, 
pour ramener la planchc k peu prfes k rhorizontalit^^ deblayer 
davantage k un bout et forcer au contraire le remblai en apprO' 
chant k Tautrc cxlr^mite, ce qui occasionne un transport de terre 
dans le sens de la longueur de la planche et de la pente g^nerale 
du terrain. Dans ce double mouvement de terre, le dihlai igalera 
exactement le remblai, abstraction faite toutefois du foisonne- 
ment, lorsqiiau milieu de la longueur de la planche en ados la 
surface du sol naturel passera au milieu de sa hauteur. 



n 



^ 



Fig. 128. — ProHl transversal par lo milieu des plauclics en ados, indiquant Ic 

deblai ol lo remblai. 

Soil, en effct, figure 128, une coupe Iransversale faite par le 
milieu de la longueur dans une seric d'ados. m o n est le niveau 
primilif du terrain ; All est la hauteur des ados. Or, si Ao est 
egal a oH, il sera aussi egal a pH. Par suite, le triangle DBE est 
6gal au triangle ABC. Done, dans la section representee dans la 
figure, le d6blai est 6gal au remblai ; et si le sol primilif n'avait 
point de pente, toutes les sections transversales se trouvantiden- 
tiques k celle-ci, le ddblai tolal 6galerait le remblai. 

Voyons maintenant ce qui a lieu quand le terrain a une incli- 
naison dans le sens de la longueur de Tados. La figure 129 est 
suppos6e trac6e dans le plan vertical qui passe par Tarete longi- 
tudinale sup6rieure de Tados ; AB est cette arete ; CD est le ni- 
veau de la base de Tados ou du fond du deblai ; EF est la trace de 



Digitized by 



Google 



I 3. — PLANCHES EN ADOS 303 

la surface inclin^e du sol nalurel ; XY est la trace du plan hori* 
zontal qui divise la hauteur de Tados en deux parties ^gales, et qni 
rencontre EF en un point 0, 8ilu6 par hypothese au milieu de la 
longueur de Tados. 



Fig. 429. 

Cela p086, nous pouvons concevoirla planche en ados comm*' 
composde d'une s^rie de tranches d^termin^es par des sections 
perpendiculaires k sa longueur. Consid^rons deux quelconquf^s 
de ces tranches situ^es h ^gale distance du milieu, k la distance 
Os igale k 0/, par exemple ; il est Evident que, pour ces deux- 
tranches, r^^gale in, c'est-k-dire que dans Tune le niveau du sol 
naturel se trouve au-dessus du milieu de la hauteur, et que dans 
I'autre il se trouve au-dessous d'une quantile pr^cis^ment 6gal^. 
En effet, led^blaidela tranche qui contient les points rs est^gn] 
au remblai de celle qui contient tUj et rdciproquement, en sortie 
que les terrassements se compenseront pour ces deux tranches, 
Comme d'ailleurs tout Tados se compose de tranches situdes deu\ 
k deux k egale distance du milieu 0, et que la mftme proposition 
serait vraie pour chaque couple, la compensation du d6blai auru 
lieu pour la totalite de I'ados. 

94S. Trac6 des planches en ados. — Les planches k cons- 
truire seront complfetcraent d6lerminees en plan quand on aura 
indique par des piquets les deux extrdmit6s de chaque rigole d'ar- 
rosage et de chaque rigole separative. Ce lrac6 est peu compliqui^, 
les points k fixer se Irouvant g^neralement align6s dans deux di- 
rections. Les piquets qui representent les rigoles d'arrosage ou, 
ce qui revient au meme, les aretes sup^rieures des ados,devroi»t 
6tre assez longs pour d^passer un peu, en hauteur, la planche ter- 
min6e. Les piquets s^paratifs des planches devront, au contraire, 
Mre enfonc6s assez profond6ment pour ddpasser infdrieurement 
la limile que doit atteindre le d^blai, de telle sorte qu'on puisssc 
ex6cuter ce dernier sans les ddpknter tout a fait. Une 6tude, exe- 
CQlee au besoin sur le terrain m6me, mais mieux sur le papi^r^ 



Digitized by 



Google 



30i CHAPITRE VIII. — CRKATION KT ENTRETIEN DES PRAIRIES 

determine la hauteur h laquellc on veut elever le faite des plan- 
ches^ la hauteur totalo que doivcnt avoir ccs monies planches, et 
la penle des rigoles d'cgouttage. Tout cela est faoile k traduire en 
cotes de hauteur mesurees a parlird'un plan horizontal de com- 
paraison quelconque ; on inscrit ces cotes sur le plan. Cela fail, 
on determine par un ni vellement les cotes de hauteur des letes de 
Lous les piquets par rapport au meme plan de comparaison ; les nou- 
Yoaux chiffres obtenus sont inscrits sur le plan au-dessus des autres 
en ayant soin, pour rendre toute confusion impossible, d*ecrire 
les nouveaux chiffres au crayon ouk Tencre rouge, si les premiers 
ont 6t6 inscrits a Tencre noire. Pour chaque piquet, on sous- 
IraitTun de Tautre les deux chiffres qui s'y rapportent, el on ins- 
crit la difference. Ces differences expriment a quelle distance au- 
dcssous de la t^te du piquet devra arriver le terrain une fois le 
Iravail de terrassemenl termine. Enfin on fait une revue de lous 
les piquets, le plan qui porte les coles k la main, et d'apri^s ses 
indications on fait a chacun, k Taide d'un couteau et d'une me- 
■^ure divis^e en centimetres, un cran au niveau que doit alteindre 
le sol. L'indication du travail est alors complfete et les ouvriers 
peuvent Tex^cuter sans t^lonnements. 

Dans le cas oil le projel aurait 6te ^tudi^ directement sur le 
terrain, sans le secours d'un plan exact de la prairie, on n'cn pro- 
cederait pas moins kpeupr^s comme ilest expliqueci-dessus.Une 
sorte de croquis ou plan k vue indiquera les positions de lous les 
piquets poses, et recevra les indications el annotations particu- 
lifcres relatives k chacun d'eux. 



§4. 
ENSEMENCEMENT DES PRAIRIES 



Toutes les fois que le sol destine a une prairie a subi des rema- 
niements quelconques et n'a pas 616 entiferement reconvert de 
i^^azon rapports, il faut avoir recours k rensemencement. Si dans 
ce cas la jouissance de la prairie se fait un pen attendrCf on a par 
contre Tavantage d'obtenir un gazon compose de v6g6taux choi- 



Digitized by 



Google 



§ 4. — ENStlMKNCfclMtlNT DES PRAIRIES 305 

sis^ a rexclusion de toiites les plantes nuisiblos que les vioux ga- 
zoiis coiilieaacnl souvent en abondance. 

:94A. Emploi des tondm de renll«. — Autrefois, on em- 
ployait comme semence ces fonds de magasins h fourrage qui se 
composent de graines melangdes de poussiere et de debris veg6- 
taux. Ou Irouve encore dans le commerce, sous le nom de graine 
de foin epuree, de ces raemes fonds de fenils plus ou moins uet- 
toyes el cribles. II en faut, pour un hectare, environ 400 kilogram- 
mes, formant quelque chose comme une douzaine d'hectolitres. 
On s'explique facilement ce grand volume ; en efifet, presque tou- 
tes les semences dcs plantes les plus precoces s'dgrainent dans le 
pr6 pendant la fenaison, et ce ne sont plus, pour ainsi dire, que 
des balles qu'elles r6pandent plus tard dans les fenils. Certains 
v6g6taux tardifs, au conlraire, sont coupds avant d'avoir muri 
leurs graines et, par suite, un tres petit nombre de celles-cl se 
trouvent susceptibles de lever. II resulte de ces faits cette autre 
consequence imporlante a noter : que le melange de graines re- 
cueilli comme il vient d'etre dil est loin de represenler, comme 
espfeces et comme proportions numeriques, la composition de la 
prairie ou le foin a 6t6 r6colt6. Enfin^observons que les semences 
de plantes inuliles ou nuisibles se trouvent dans la graine de foin 
aussibien quecelles des meilleures esp^ces,et quelquefois meme 
en plus grande proportion. 

945. Emploi dcs ||:rainc« recolt^es sp^cialcment pour 
seinenee. — II rcsulle des diverses considerations qui precedent 
qu'il est infiniment preferable de composer soi-m^mc un melange, 
avec des semences pures de diverses gramindes auxquelles on 
associc quelques leguminenses. Vilmorin est, jecrois, le premier 
qui ail cultive sp6cialement les meilleures graminees des prairies 
sur une assez grande dchelle, afin d'en recoltcr les graines pour 
chaque espece separdment et au point le plus convenable de ma- 
turity. On trouve aujourd'hui de ces semences dans toutes les 
maisons de commerce de graines de quelque importance. Une 
cinquantaine de kilogrammes en moyenne suffisent pour garnir 
un hectare et coulent environ 70 francs d'achat. Pour la composi- 
tion du melange, on tiendra compte de la nature argileuse, sa- 
blonneuse ou tres calcaire du sol de la prairie, de son degr6 de 
fraicheur et de feitilite. On pourra voir quelles sont, parmi les 

20 



Digitized by 



Google 



306 CHAPITRE VIII. - CRfeATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 



meilleures gramia^es connues^ cclles qui croissent spontanemea 
dans les lerres analogues k celle que Ton veut enscmencer, et les 
choisir de pr^Krence. 11 no faul pas, au suq)lus, s'exagerer Tim- 
porlance de cette composition ; Tcssenliel est d'avoiv une bonne 
herbe qui garnisse imm(^diatemcnt le terrain ; il arrivera presque 
toujours, quoi qu*on ait pu faire, que ccrtaines especes scmecs 
finiront par disparaitrc, et que d*autres apparaitront au conlraire 
sans avoir (^t6 apport^es inlentionnellemenl.La principale conside- 
ration pour une prairie destinee k etre fauchde, c'est qu'elle con- 
lienne en grande majoriie des plantes dont la maturite coincide 
approximativement avec I'^poque de la fenaison. On devra geni- 
ralemenl pr6f6rer les plantes un pou pr(5coces k celles qui sont trop 
tardives. Voici quelques exemples de melanges de graines, pou- 
vant convenir pour former de bonnes prairies irriguees dans les 
terrains indiques ; nous donnons les quantit6s qu kilogrammes 
par hectare : 

Melange pour un terrain argilo-siliceux 



Premier semis (herser fortement) 

Ray-grass anglais 10 k 

Vulpin des pres 2 

Dactyle pelolonne 5 

Fromental 4 

Brome des pr^s 6 

F6luque des pr6s 4 

Feluque ovine 4 

Honque laineuse 7 

Melange pour un terrain argilo-calcaire 



Second semis (herser I6gdremeni) 

Canche flexueuse 4 k. 

Agrostis commune 3 

Paiurin des pr6s 4 

Timothy 3 

Fiouve odoranle i 

Trefle blanc 2 Vi 



Trefle liv bride. 



V, 



Premier semis {herser fortement) 

Ray-grass anglais 10k. 

Fromental 8 

F6tuque rouge 8 

Dactyle pelotonn^ 5 

Brome des pres 6 



Second semis (herser Idgerement) 

Fiouve odorante Ik. 

Gentaur^e des pres i 

Lotier cornicule 1 

Canche flexueuse 9 

Cretelle 2 

Paturin des pres 4 

Agrostis commune 2 

Achillee mille feuilles 



Trifle blanc 2*/, 

Melange pour sol trds argileux 



Premier semis (herser fortement) 

Fetuque 6Iev6e iO k. 

Ray-grass anglais 8 

Vulpin des pr^s 3 

Honque laineuse 18 



Second semis (router seulement) 

Sotier velu 2 k. 

Trefle hyhride 3 V, 

Timothy 6 

Canche 6lev6e 5 

Achillee mille feuilles */j 

Paturin commun 4 Vi 



Digitized by 



Google 



§ 4. — EiNSEMEiNCliMENT DES PHAIRIES 



307 





WmmS^ 



Vulpin despres. 



Fig. 130. 



Bronie des pres. 



On pourrait generalement forcer la proportion du ray-grass, qui 
ne r6siste pas toujours longtemps, mais qui garnit et donnc des 
produits promptement. 

94e. Kpoqoe de la iveinaille. — Le printeinps est i*epoque le 
plus g6neralenienl choisic pourles cnscniencemenls de prairies. 
On r^ussil aussi assez souvent en semant enaoul. On profile alors 
de la chaleur de cette parlie de Tannie et de loutes ies pluies de la 
fin de rel6 et de Tautomne. Les planies acquiercnt generalement 
assez de force avanl I'hiver pour resisleraux intemperies de cetie 
saison. 

949. i§^oias a doaner apr^M la semaillc. — Les planies des 
prairies croissent et tallent tres-lentcment,dans leur premier A,ge 
surtout.Il ne faulpas s'efFrayer de Tapparence claire que prescnte 
le semis au moment de la levee ; ce n'cst guere que dans I'annee 
qui suit celle de la semaille que le terrain commence a se gazon- 
ner serieuscment. Si la terre est sale, si des herbes adventices 
annuelles viennent a garnir le terrain et a prendre le dessus sur les 
plantes semees, il faut pen s'en inquielcr ; ces plantes disparal- 
tront apres avoir parcouru leur pdriode d'cxistence, et les grami- 



Digitized by 



Google 



;i08 CHAPITHK VIII. — CHfiATION CT ENTHKTIKiN DES PHAIHIES 

necs se retrouvcronl. Je conseillcrai loulefois, dans Ics cas donl il 
s*agil, tie passer assez fr^quemment la faux sur les jeunes prai- 
ries ; les mauvaises herbes seronl en grande partie ddlruites, ou 
du moins relard^es dans leur croissauce, et leurs semences ne 
pourronl sc produirequ'enpelile quantity ; les jeunes graminees, 
au conlraire, ne souiTrironl pas scnsiblement de Top^ralion. 

Si la prairie a etd, Ahs T^poque de son ensemencemenl, munie 
de quelques rigolcs, de maniiire qu'il soil possible d'y inlroduire 
I'eau, on devra le faire de temps en temps, k parlir du moment 
oil rherbe sera levee. On peut parfois eviter ainsi Teffet d6sas- 
treux d'une secheresse qui vient seclier les jeunes plantes avant 
qtfelles soient suflisammenl enracinees. D'ailleurs, si Teau est 
(Ic bonne qualite, son effct fertilisan! ne lardera pas k se faire 
sentir. En definitive, des arrosages moderes activeront la crois- 
sance et le lallement de Therbe, et lui procureront une grande vi- 
^ucur. II faut seulement bien prendre garde que Teau, en ruis- 
selant sur la terre nue, est sujelte k raviner et peut deteriorer la 
surface qu'on a nivelee avec peine, deraciner el entralner une par- 
tie de rherbe. On ne devra done donner I'eau qu'avec beaucoup 
de reserve et de prudence, en suivant attentivement ses efifets, et 
en ne Tinlroduisant le plus souvent sur la prairie que sous la forme 
iVnn faible filet. 

Quand Therbe aura acquis assez d'dpaisseur pour que ses ra- 
(ines soient un soutien pour le terrain, on achfevera et perfec- 
(ionnera les rigoles, et Ton pourra faire fonctionner rdgulifere- 
ment Firrigation, tout en moderant Teau dans les endroits qui 
lie seraient pas suffisamment consolides. 

11 est presque superllu d'ajouter que lorsqu'on prepare un ter- 
lain completemenl prive de vegetation a recevoir un semis de 
prairie, on fera bien de profiler des fagons que n6cessilera la re- 
iriilarisation de la surface pour y incorporer toutes les matieres 
iimeliorantes dont Tefficacite a 6ie reconnue, pour des sols de 
meme nature. 



Digitized by 



Google 



§ 5. — ENTRETIEN DES PRAIRIES IRRIGUEES 300 

§ s 
ENTRETIEN DES PRAIRIES IRRIGUEES 



9^H, IV^cessit^ cl^un bon enlreticn. — Quand, rectifiant 
par Ic nivellement los appreciations trompeuses des yeux, on a 
fait arriver Teau sur les terrains susceptibles de la rccevoir et 
qui en avaient ete jiisqu'alors priv6s ; qiiand, par des rigoles lia- 
bilement lrac6es conformement aux regies do Tart, on s'cst mis 
en mesure dc repandre cette eau sur toutos les parties de ccs ter- 
rains ; quand on y a en outre r^pandu la semence des mcilleurcs 
plantes fourragferes, on se Iromperait 6trangement si l*on croyait 
posseder une bonne prairie et n'avoir plus qix'k se reposer sur 
son ocuvre. Je n'apprendrai rien aux lecteurs de ce traile en di- 
sant que Teau, amende par les canaux et rigoles, puis aban- 
donnee corapletement a elle-mfeme, ne tarderait pas k faire dis- 
paraitre les meilleures plantes, a faire croltre le jonc et k trans- 
forn>er la prairie en mar^cage. C'est done, en definitive, de la 
bonne direction de Tirrigation que ddpend le succes, et je pour- 
rais dire des prairies irrigu6es qu'elles valent ce que valent les 
soins d'entrelien qu'on leur donne. 

949. Condition e««en(iclle. — Une irrigation de prairie 
exige une surveillance, pour ainsi dire, de tous les instants. 
Nous avons vu que rarriv(5c de I'eau doit quelquefois 6tre sus- 
pendue, que dans tous les cas elle doit 6lre dirig^e tantot sur un 
point, tant6t sur un autre ; il y a done Ires frequemmenl des ma- 
noeuvres de vannes ou de barrages a operer sur le parcours des 
canaux el rigoles principales. Mais, dans la repartition des arro- 
sages, il faut tenir compte de Tabondance variable de Teau, de 
Petal de la vegetation, de la saison, et enfin Aes circonstances 
meleorologiqucs qui cbangent d'un jour k I'autre. II faut done 
que I'irrigateur ait presentc a la memoire la marche anterienre 
dc rirrigation ; il faut qu'il connaissc sa prairie, qu'il la parcoure 
presque journellement, afin d'etre a m^me de juger des endroits 
qui ont besoin d*6lre arros^s, de ceux qui r6clament de Teau 



Digitized by 



Google 



310 CHAPITRE VIII. - CREATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 

iicuve, de coux qui souffrent momentan^menl de Thumidite. L'e- 
pandagc uniforme do. I'eau ne se fait pas non plus absolumeni 
lout seul ; rirrigaleur doit elre souvenl present pendant les ar- 
iosages pour dinger Teau, lanl6t en lui cr6ant des obstacles, 
lani6t en facililant son cours dans cerlaines directions. Les ca- 
nauxet les rigoles donnent lieu k des r(5parations et kdes curages 
asscz frequents ; il no suffit pas, d'ailleurs, de faire ces travaux ; 
il faut les faire a temps et prevenir par de petits soins opportuns 
des degradations plus consid(^rabIes. Les changements rapidcs 
dans le volume des eaux obligent k modifier toutcs les combinai- 
90ns faites anterieurement et k prendre promptement des rae- 
8ures nouvellcs. En pareille circonstance, il n'y a pas k remetlre 
h une autre fois le soin d'enlever ou de r^tablir certains barra- 
ges, de diviser ou de r6unir certaines branches du cours d'eau, 
olc; ni le temps, quel qu'il soit, ni la pluie, ni les jours furies ne 
(luivent alors arreter. On concoit qu'un travail de ce genre nc 
pi'ut etre que mal fait quand il est fait sans suite, tant6t par un 
jtmrnalier, tanlot par im autre. II faut un homme specialemcnt 
rharge des prairies et de Tirrigation, comme il en faut un charge 
tin soin d'un troupeau ; et un bon irrigateur est celui qui 
s'intoresse a sa prairie comme un bon berger s'int6resse k ses 
brebis. 

Un homme pent surveiller et entretonir de 15 & 20 hectares. Si 
la prairie est de pen d'importance, on donnera a I'irrigateur un 
autre travail pour employer son temps quand le pre ne reclame 
pas sa presence. Si au conlrairc la prairie est trop considc^rable, 
on donnera a celui qui en est charg6 quelques journaliers sous 
sa direction, aux 6poques des plus grands travaux. 

18 &0. Tra^au^K de rippig^nteor de ppaipies soii^ant les 
ftaisoim. — Tons les ans, a Tautomne, on doit reparer et curer 
tous les canaux, fossc^s et rigoles, sans exception. D importe que 
la prairie soil en etat de profiler le plus complelemeut possible 
des crues ou des pluies de cctle saison. Les prcmiferes eaux abon- 
<l antes qui vionnent apres Tete et qui lavent partout sur lour pas- 
sage les champs, les chcmins et les alentours des fermes et des 
jiabitalions, sont les plus fertiles. Cotle ^poque de Tannie est 
d'ailleurs favorable a Icur action ; point d'herbe haute qui puisse 
i'tilraver Tirrigalion, nulle crainte de salir le gazon par les eaux 
troubles ; une temperature encore douce, un reste d'activitd v6- 



Digitized by 



Google 



§ 5. - ENTRETIEN DES PRAIRIES IRHIGUEES 311 

g6lative dans les plantes, paraissenl favoriser parliculierement 
Tabsorption des malieres utiles contenues dans Teau. On pent 
disculer I'opportunile de rirrigation au coDur de Thiver ; mais 
quant aux irrigations d'automne, tous les auteurs, aussi bien qua 
les praticiens, sont d'accord pour reconnaitre leur importaneo 
pr^pond^rante. 

C*68t renlfevement de la coupe de regain ou la cessation du 
p&lurage qui detcrminent le commencement de Tirrigation, car 
on peut difflcileraent arroser pendant que les bestiaux sont dans 
les pr^s. Les gros travaux^ les reparations des canaux et fosses 
doivent Mre fails d'avance^ de maniere qu'au moment ou la prai- 
rie devient libre il n'y ait plus qu'i curer les rigoles interieures, 
ce qui peut d'ailleurs sc faire successivement, m6me pendant 
rirrigation, puisqu'on n'arrose presque jamais que par parlies 
successives. 

Lorsqu'une prairie contient des arbres ou se trouvebord^e par 
des bois, on est dans Tusage d'enlever, k Taide d'un r^teau, les 
feuilles mortes tombees sur le gazon. Les feuilles de chSne et de 
noyer out parliculierement mauvaise reputation. II n'est pas en- 
core d6montr6, surtout pour les feuilles moins charg6es de tan- 
nin que celles des arbres pricit^s, qu*il convienne r^ellement de 
r^tisser ces feuilles avant le printemps. La presence des matiferes 
veg6tales, en couverture sur les pres pendant Thiver, est incontes- 
blcment avantageuse dans certains cas. Ainsi, dans quelques 
contrees oti Ton cullive beaucoup de sarrazin, la paille de cetle 
plante, qui a peu de valeur, est souvent dispos^e sur la prairie k 
rcntr6e de Thiver, et on obtient de cetle pratique de Ires bons 
effets. L'influence d'une couverture ne peut qu'etre favorable en 
moderant Taclion des geldcs ; mais en outre le lavage de cette 
couverture, et la dissolution, paries eaux de pluie et d'irrigation, 
d'une parlie des substances qu'elle renferme, doit contribuer k 
I'amelioration constat6e. Au printemps, on enleve les restes de 
la paille en partie decompose, et on Tutilise comme litiere ou 
comme matifere propre a entrer dans des composts pour les pr6s 
ou pour le jardin. Le rAteau k cheval est propre a faciliter, dans 
ces circonslances, le ncttoyage de la prairie. 

Les rejetons de bois, les saules produils par la graine que b 
vent rdpand parfois sur les prairies, les ronces, les 6pincs, doi- 
vent 6tre arracb^s avec soin pendant toute la duree de la morie 
saison* 



Digitized by 



Google 



312 CHAPITRE VIII. - CR£ATI0N ET FNTHETIEN DKS PRAIRIES 

C'est au prinlemps, et surtoul lors des s6cherosses qui onl lieu 
lo plus souvent en mars, qu'il convicnl do donncr a la superficie 
de la prairie la plus grande paKie des soins d'cnlretien qu'elle 
reclame. On eg-alise alors les taupiniercs et les fourmilieres ; on 
onleve les pierres, bois, feuilles et autres materiaux qui pour- 
raient se Irouver dans la prairie; on achiive d'arracher les plantcs 
iniisibles ; on fait une derniere revue des rigoles, et si quelques- 
unes ont besoin d'etre partiellement curees, on emploie les pro- 
duits de Toperation a combler les ornieres, les Irons fails par 
le pied des animaux et les endroits trop bas. C'est aussi alors, 
le plus generalement, qu'on r^pand sur les pres les ccndres, 
composts, bonnes terres, les engrais pulverulenls de toute 
nature. 

A parlir de mai, ou m^me quelquefois du courant d'avril, 
rherbe envahit une partie des rigoles et s'elfeve d'ailleurs assez 
liaut pour qu'on ne puisse plus parcourir la prairie sans causer 
(le graves dommages. U faut alors faucher un andain 6troit tout 
In long des rigoles de distribution, et faire consommer en vert 
rherbe recueillie dans cette operation ; on d^couvre ainsi les ri- 
goles les plus imporlantes, tout on errant un sentier pour Tirri- 
^^ateur, qui pout alors desobslruer au besoin les rigoles, d^plaeer 
les barrages, on un mot, s'il y a encore de Teau k cette 6poque, 
rontinucr Tirrigation, qui sans cela deviendrait impossible, ou 
ilu moins plus nuisible qu'utile, ne pouvant plus 6tre suneillee 
iii dirigee. Si la coupe le long des rigoles n'est pas faite trop 
tMrdivement, ces parlies de gazon qui sont les plus fertiles ro- 
pousseronl avant la fenaison, el le pen do foin perdu sera plus 
que compens^ par le surplus de produit de Tensemble de la 
lirairie. 

Huit jours au moins avant la fauchaison, on suspend toute 
irrigation pour laisserlo terrain se bien rcssuyor. Si pourtant le 
li^mps est tres sec, et qu'on ait encore de Teau a sa disposition, 
on arrosera k grande eau quelques houros seulement avant Tar- 
rivee des faucheurs ; le pied do Thorbe ^tanl mouille, la coupe 
sera plus facile, et Ton fauchera plus egalemenl et plus ras. Cost 
Jans le courant de Tete, jusqu*a la reprise des travaux indiqu^s 
pour Tautomno, quMl y a le moins k faire aux prairies. 

:8&l. i^nrireillance des arro«aii:e«. — Pour arroser, il faut 
ilisposor les divers barrages de maniere k bien diriger Teau, suc- 



Digitized by 



Google 



§ 5. - ENTRETIEN DES PRAIRIES IRRIGUKES 313 

cessivement, sur les diverses parlies de la prairie. Mais Tirriga- 
leur doit en outre suivrc Teau dans sa marche et verifier si Tirri- 
gation fonctionne convenablement. Si quelques portions de ri- 
goles se trouvent Irop r^duiles, par suite de raccumulalion des 
(J6p6ts, pour recevoir toule Teau qu'on leur destine, il faut les 
curer immddiatement. Si quelque br^clie ou affaissement laisae 
^chapper par un point d'une rigole d^arrosage une grande parlic 
de Teau qui devrait se ddverser sur loute sa longueur, il faut 
combler les brtches ou relever le bord de la rigole avec les pio- 
duits du enrage dont il vient d'etre question. Si lean se porle 
Irop fortement k Textr^mite d'une rigole d*arrosage, il faut en 
ralenlir le cours par des mottes de gazon placees de distance en 
distance dans la rigole. Si les taupes ont perfor6 les rigoles par 
leurs galeries, il faut rechercher patiemmont les fuites et t^chcp 
de les obslruer avec de la terre, de Therbe ou des mottes do 
gazon. 

9&M. Petit0 barra^res poor les rl|i:ole« des prairirn. — 

Pour diriger Teau pendant les arrosages, et pour la transporter 
successivement sur tons les points de la prairie, il faut un grand 
nombre de petits barrages mobiles, surtout dans les methodes dlr- 
rigation autres que celle des planches en ados {voir art. 70 ot 
120). Toutefois, ces divers objetsontune valeurqui, en raison du 
grand nombre n6cessaire, n'est pas tout k fait n^gligeable ; la 
perte d'une partie de ces objets est presque inevitable ; enfiii, si 
I'on n'a pas la precaution de les ramasser tons et de les reritrer 
avant la rficolte, ils g^nent les faucheurs et font surtout obstacle 
k Temploi de tons les instruments lels que fancheuse et faneuse* 
II convient done de reserver les vannes en t6le pour quehjues 
points des canaux de repartition, et de s'en tenir pour tout le rosle 
aux simples mottes de gazon qui, posees dans la rigole, sur jvlu- 
sieurs epaisseurs s'il le faut, et pressees avec le pied, constituent 
des barrages aussi bons qu'economiques. Quand on fait des rigo- 
les neuves, on doit toujours reserver une partie des gazons qui en 
proviennent pour la confection de ces barrages. Quant cetle res- 
source manque, voici ce qu il faut faire. On enlfeve avec lab&chc, 
iiproximite deTendroit oti on doit remployer,la plaque de gazon 
dont on a besoin ; on a soin de choisir de preference, s'il est pos- 
sible, un endroit oil le sol forme une saillie ; on prend alors de la 
vase dans la rigole la plus proche, et on en remplit le trouform6 



Digitized by 



Google 



31 i CHAPITHE VIII. - CREATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 

par ronlevemcnt dii gazon. L'herbe aura bienl6t gagn^ ce petit 
remblai, dont il ne restera pas de traces. Si la vase manque dans 
Fondroit oil Ton se Irouve, on fait un trou au fond de la rigole 
pour avoir la lerre n^cessaire ; ce trou sera combl^ en peu de temps 
par les malieres que Teau charrie. 

9^9. Taopini^res. — Lcs laupes sont les ennemies de Tirri- 
gateur ; olios bouleversent sans cesse ses travaux, qu'il faut re- 
comniencer comme I'ouvrage de Penelope ; et par leurs longues 
galerics, qui se derobent k sa vue, elles lui cr6enl des difficultes 
sans fin lorsqu*il veut rdpandre Teau uniform6ment. HAlons-nous 
ile dire que, reciproquenienl, Tirrigation est le plus grand des 
H^aux pour les taupes, que celles-ci disparaissent presque des 
pr(^s ou Ton emploie beaucoup d'cau, et qu'ellos sont forc6es en 
tout cas d'abandonner les points actuellcment arroses pour se r6' 
fugier dans les endroils les plus sees. J'observerai en passant quo 
si les laupes sonl nuisibles au point de vue des facilil^s de Tirri- 
tion, elles ont aussi leur utility : elles d^truisent beaucoup d'in- 
sectes, parmi lesquels les courtili^res ; elles font directementpeu 
de mal aux herbes des prairies, ell'espfece de culture qu'ellesdon- 
nenl au sol est plut6t favorable que nuisible k sa fertilit6, pourvu 
rjuo la lerre meuble des taupinieres soil souvent r6pandue sur lo 
pr6. 

Quoi qu'il en soil de Topporlunitfi contesl6e do d6lruire les lau- 
pes elles-mfemes, jamais une des buttes qu'elles forment ne de- 
vrait subsisler d*une ann6e k Tautre dans une prairie bien entre- 
lt»nue ; par suite aucune ne devrait se rev&lir d'un gazon consis- 
tanl. C/est au printemps avant la pousse de Therbo, et en et6 
avant quo Ic regain ne commence k monler, qu'on doit 6galiser 
los taupinieres ; celle operation se fail assez rapidemenl, en dis- 
persanl la butte de lerre avec une pelle. Cependant, si on peul 
rlisposor d'un cheval, Topcration pout se faire encore plus vite,et 
on mfeme temps avec plus de perfection. On a construil Acsrabots 
(le pres de plusienrs modolos, qui tous fonctionnent assez bien ; 
j'en donne un ici queje considere comme un des plus perfection- 
Ti68,et qucchacun pout faire conslruire dans sa locality. La figure 
^31 reprc^senle Tinstrumcnt en plan, vu en dcssus. Au-dessousde 
la m6me figure se trouve une coupe longitudinale. 

Ce rabot est, comme on le voil, un cadre reclangulaire onbois. 
Deux cAt6s A, B servent de palins, el sont destinfis k trainer 



Digitized by 



Google 



§ 5. ^ EXTRETIEN DES PRAIRIES IRRIGUfeES 



315 



sur le sol. La traverse ant^rieure C, jointe par des buuluns 
avec les pieces longitudinales A ct B, est situ6o aii*floBsus 
d'elles, par consequent no louche pas le sol ; ellene peitt qifabaU 



D 0<^g 





n 



IS) 



"M 



E T 



1 ' I ' ' 1 ' ' r . I ■ . t t I I ■ . . f 

Fig. 131. — Rabol Jo prairie pour aballro les laupini6r<iFT 

Ire, en passant, Je sommet des taupiniferes les plus ^lovi^t^;;. An 
milieu de celte traverse est le crochet d'altelage D ; it liii rsl w- 
li6 par Fintermediaire d'une crdmaillere, afin qu'on piiis?^** phis 
facilement regler le tirage el faire en sorle que les palins suivt'iil 
le sol, sans releverni du devant, ni duderriere. Deux jh titsliar- 
reaux de fer meplat r, s, fixes diagonalement, mainliojincnl )*■ 
chassis dans sa forme rectangulaire. Deux traverses pnsU*r injures, 
E et F, ont leur face inf6rieure a environ 3 centimetres \A\Mk \\iw\l 
que celles des patins, ce qui fait que ces traverses ne toui hrnl pu-i 
le sol ; ces memes traverses sont renforcecs par deux pin iirlns in- 
clinees qui ellcs-m^mes sontprolong6es inferieuremeul jiisriii'aii 
niveau des patins, et par consequent du sol, par drnv laiin-^ 
en fer. 

Le mode d'action de cet instrument est le suivant ; Irs I fin pi- 
nieres et autres aspdrites, d6jk rabattues par le passagf> ili^ la lia- 
verse de devanl, sont complelement rasees par les lamos, au tu- 
veau mftme du sol moyen sur lequel glissent les palins. Ci* qui 



Digitized by 



Google 



310 CHAPITHE VIII. 



CRiiATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 



mirait echapp6 a la premiere lame est repris par la seconde, qui 
toutefois n*esi pas absolument indispensable. La lerre des tau- 
pinieres, pouss6e en avanlpar la planche sur laqiielle elle s'accu- 
jiiule, s'etale plus ou moins ; puis elle est d6posee, au fur et a me- 
^ure de Tavancemenl de I'inslrument, dans les creux que presente 
la surface du gazon. 

Les lames consistent en une simple bande de fer dii feuiilard^ 
(le 7 a 8 centimelres de largeur, ou mieux en une bande d*acier 
limine de m6me ecbantillon ; de celui qui sert a faire les ressoris 
dc voiture. La figure 132 , qui est une coupe (sur une moins pe- 
lile 6chelle que la figure pr^cidente) de la partie travaillanie de 

rinstrumenty fait voir le mode 
d'atiache des lames. La lameD 
porle quatre palles en fer, for- 
mees de simples bouts de fer 
m6plat, sans aucune facon sp£- 
ciale, qui luisont fixiespardes 
rivets. Chacune de ces patiesC 
est incrustde dans la planche B, 
et iixee par un boulon k la tra- 
verse de bois A contre laquelle 
est clou^e la planche. Pour en- 
lever la lame, il suflit d'enlever 
Fifr, i32. — Coupe irans\ ersaic d'unc des d'abord les qufltre boulons qui 

planches, garnie dc sa lame. . .i .. 

*^ '^ traversent les pattes. 

La Kgure 133 represente Tinslrumcnt vu de profil. Le dessous 




Lj- 



-L 



fO cent- itt- 



J 




7L 



JO 




I 1 I I I 



I I I 



Fig. 133. — - Vue laterale du robot des pres. 

di'spatins est garni desemelles en fer, pour evilerune osuretrop 
r apide. Ces scmelles sont des bandes dc feuillard de 8 cenlinifelres 
rte large sur2ou 3 millimetres d'dpaisseur; elles sont simplement 
altachies avccquelques vieux clous ras6s dc fer k cheval, dontla 
hHc se noie dans Tepaisseur du fer. Les trois boulons C, D, E, 
qui apparliennenl au bktis del'inslrument, ont leurs tfttes carries 



Digitized by 



Google 



PT '-'A^ 



§ 5. — ENTKKTIKN DES PRAIRIES IKRIGUEES 317 

et incrusl^es dans le bois ; aPin qu'oii puisse facilemenl, en cas dc 
reparations, enlever ces boulonssans meme declouerlessemellcs 
des palins, ces dernieres sont pcrcdes au droit de chaque boulon 
d'un trou sufiisant pour en laisser librement passer la t^te. Pour 
Iransporler facilement Tinslrument, m^me sur les chemins em- 
pierr6s, de la fcrme au pre et d'un pre k Taulre, on le relourne 
sens dessus dessous ; deux traineaux assez I6gers en fer m6plat, 
que la figure represente en AB, sont lixds a cet effet au-dessus de 
chacun des patins en bois. 

964. Bentruetion des plantc* uui»ible». — De m^me que 
rirrigation exag6ree, ou pour mieux dire maldirigee, faitcroltre 
des joncs et autres plantes aquatiques, de raemeaussi Tirrigation 
bien conduite et secondee par Taction d'engrais appropri6s aux 
besoins dusol est le plus puissant moyen de faire disparattrc pen 
k peu les plus mauvaises herbcs des prairies. Beaucoup de plan- 
tes qui peuvent se monlrer accidentellement dans une prairie 
(tel serail le chardon par excmple) ne resislent pas k la coupe 
r6iler6e op6r6e par la faux, pourvu qu'elle ait lieu avant leur flo- 
raison. II n'y a done guere lieu de s'occuper de ces sortes de plan- 
tes, si ce n'est pour avancer au besoin la faucbaison des parties 
de pre qui en sont infestees. La multiplication du rinanthe crSle 
decoq^ parasite special aux prairies, me paratt devoir fttre com- 
battue par ce m^me moyen. La brnyere ne r6siste pas k Tirriga- 
tibn. Le genSt dAngleterre^ petite plante garnie d^aiguillons ai- 
gus, et tres-nuisible dans le foin, disparait en peu d'ann6es par 
Teffet combine de I'irrigation et des autres soins qui font les bon- 
nes prairies, hdi fotigere a ses racines principales situ6es a 40 cen- 
metres au moins au-dcssous de la superficie du sol, ce qui la rend 
tres difficile a altaquer ; en ne la laissant pas se d6volopper com- 
pletemenl, la fauchant le plus sou vent possible, brisant les jeu- 
nes pousses k coup de baton, on finit par la faire p^rir. Un pro- 
pri^taire de I'Ouest, M. de Kergorlay, a fait disparaitre la fougere 
de sa propri6t6 en payant des infirmes et des mendianls pour les 
bktonner. hdi patience doit s'arracher lous les ans au printemps, 
en choisissant les moments ou la terre est le plus profondement 
d6tremp6e ; les plus jeunes pieds viennent h la main ; pour les 
vieux, on s'aide d'unebeche que Ton enfonce obliquementk c6t6 
de la racine, et avec laquelle on fait levier, pendant qu'on tire le 
collet de la plante avec I'autre main. Le colchique diot etre pris 



Digitized by 



Google 



318 CHAPITRE VIII. — CREATION ET ENTRETIEN DE3 PRAIRIES 

a la meme dpoque dans les meme conditions ; on tire k la main 
les feuilles qui se d^lachent du bulbe, et la planle souffre assez 
de celte operation pour qu'en la reiterantau besoin elle en mcure. 
11 serait bon d'onlevcr aussi les fleurs dc colchique, qui parais- 
:^ent en aulomme, afin de ne pas laisser se d^velopper de nouvel- 
les graines. Uajonc nain souCFre peu de Tirrigation ; il faul Tar- 
racher a la pioche, en coupanl les racines le plus profond^ment 
possible ; lorsque la souche propremenl dite a 6te enlevic, les 
bouls de racines ne repoussent pas. Le ffe?iSt a balais, lorsqu'il a 
t^xiste dans les terrains que Ton transforme en prairie, y laisse 
une innombrable multitude de graines qui levent successivement 
[lendant un grand nombre d*ann^es, quelquefois comme un veri- 
table semis ; ces jeunes plants ont beau Stre coupds par la faux, 
ils n'en continuenl pas moins k vdgeter de nouveau. Le genet a 
une mince racine pivotante, qui s'enfonce verticalemeut assez 
profondement. II faut, au printemps et k Tautomne, prendre les 
moments oil le terrain est profond6ment delremp6 pour arracher 
les jeunes genets, que Ton parvieni alors k extraire en tirant ver- 
ticalement avec les mains. 

t&6. iSpoque de la fenalson. — Les prairies irrigu^es^mais 
lien 6goutt6es, convenablement amendees et soign6es, sont re- 
lativement precoces. D*un autre c6t6, les meilleurs agriculteurs 
se rangent aujourd'hui a Tavis qu*il ne faut pas faucher les foins 
murs. Le moment le plus favorable parait etre celui oil la majo- 
rity des gramin^es qui composent la prairie sont en fleur, mais 
non encore en graine ; c*est ce qui arrive dans les premiers jours 
de juin pour la France centrale. Mais si on a une etendue de prai- 
rie un peu considerable, il ne faut pas meme attendrele moment 
indique pour commencer k mettre la faux dans les prds; sinon, 
les derniferes parties r6colt6es seront k un 6tat trop avanc6 : les 
f^raines arrivccs a maturit(5 tomberonl k terre, emportant avec 
elles les dl6ments les plus nourrissants de la plante, et il ne res- 
lera des graminecs en quclque sorte que la paille. Le plus grave 
inconvdnient des fauchaisons tardives, qui n'a pas encore 616 si- 
gnals que je sache, est le suivant. Taut que les planles qui com- 
posent une prairie sont encore eloignees du terme de leur matu- 
rit6, dies continuenl k v6getor, et dans cet dtat elles conservent, 
meme s6parees de la racine, une resistance vitale parliculiere ; 
dies peuvent alors rester deux et jusqu'a prfes de Irois semaines 



Digitized by 



Google 



§ 5. - ENTRETIEN DES PRAIRIES IRRIGUfiES 319 

enandains el recevoir ainsi des pluies prolong^es, enconservant 
presquetoule leur verdcur et sans s^avaricr notablemenl. Onpeut 
done, lorsqu'on fauche pendant que les planles sont en pleine vv- 
gdtalion, faucher quclqiie temps qu*il fasse, en se gardant bieti 
de toucher aux andainspar des temps douteux. Viennent quelques 
belles journ6es de soleil (et il finit toujours par en venir dans cell** 
saison), on a de Touvrage devant soi : il n'y a qu'k faner ; les plan- 
tes, quoique vertes, sont arrivdes k un certain 6tat oh clles sfe- 
chentbeacoup plus facilement que si elles itaient tout fraichc- 
ment coup6es ; ce que Ton secoue pour la premiere foisle matin 
peutgeneralement, h la rigueur, etre rentr6 le soir meme. Labc- 
sogne avance done avec une merveilleuse cel6ritd, et on est si'ir 
de rentrer du foin au moins passable, m6me dans les annees les 
plus d6favorables. Les chosos se passent tout aulrement quanJ 
on n'entreprend la'fenaison que lorsque Therbe atteint k peupre» 
Ic point de maturation des graines ; dans ce cas, les tiges et hs 
feuilles sont bien prfes d'etre arriv6es a r6lat pailleux. Dans ces 
conditions, il suffit d'une seule ond6e ou m6me d'une simple ro- 
s6e survenue pendant que le temps est trfes-chaud, pour determi- 
ner, k la surface des plantcs, une abondante vegetation cryptoga- 
mique, une sorte de moisissure qui noircit le foin et lui 6le tout- 
qualitd. Par consequent, si on est pris, pendant la dur6e de la 
fenaison, par des temps pluvieux, on est sftr de r6colter plus ou 
moins de foin presque sans valeur, malgrd une grande augmen- 
tation de main-d'a»uvre et les peines infinies que Ton se donne 
en vain pour tocher de sauver sa r6colte. J'aivuplusieursfoisdes 
foins, trop altard6s, noircir complfelement sur pied avant d'^tr*' 
fauch6s. Ces observations n'ont qu'une minime importance pour 
la rdgion m6ridionale, oil le beau temps a une fixite bien plus 
grande que dans le reste de la France. 

t&«. P4tara|pe de» prairies Irrlg^u6e«. — Les prairies 
soumises k Tirrigation se pretent mieux k la confection du foin 
qu'au pMurage. Les pieds des animaux degradent toujours lesri* 
goles, et quand le terrain est convert d'eau, ou s6ulemeut de- 
tremp6 par des arrosages frequents, le mal pent s'^tendre a toutc 
lasuperficie dugazon. Ceteffet est beaucoup plus prononc6 quauil 
le sous-sol est d'une nature impermeable que dans le cas con- 
traire, et d'autant plus que les animaux ont plus de poids. Aussi^ 
a ce point de vue, les betes boviues sont plus pr6judiciables que 



Digitized by 



Google 



320 CHAPITRE Vlll. - CREATION ET ENTHETIEN DES PRAIRIES 

les moutons, ct Ics aDimaux de grandcs races plus que ceux d'un 
moindre volume. Lcstrous fails paries piedsdes vaches dansun 
sol mou nc font pas seulcmeal perdre de Therbe ; ils devieuDent 
autant de cuvettes qui se remplissent d'eau stagnante, elTegoul- 
tage n'a plus lieu qu'imparfaitemenl. Cest surtoul par suite de 
cet effet que la prairie peuL felre gravement deterioree. 

Si Ton n'arrosc pas pendaut Tele, on peut, la premiere coupe 
de foin une fois enlev6e, mettre dans la praire les animaux,quels 
qu'ils soient, jusqu'au moment oil Ton recommence les irriga- 
tions d'automne. A parlir de ce moment, les b^tes bovines doi- 
vcnt etre rigoureusement exclues. 

Alors m^me qu'on arrose leg^rement de temps k autre pendant 
Tet^, on peut k la rigueur faire pacager pendant cette saison ; il 
suf&t de s'astreindre a retirer les animaux pendant le temps des 
arrosages et pendaut celui qui est u^cessaire pour que le sol 
s'egoutle suffisamment. Si mfeme la prairie est un pcu ^tendue, 
comme elle ne sera alors arrosee que par parties successives, le 
p4turage pourra etre continu ; il sera indispensable toutefoisque 
les animaux soient gardes, ou confines dans des compartiments 
limites par des cldtures. 

Les moutons, dont le pied est moins destructeur pour le gazon 
que cclui des gros animaux, peuvent fetre conduits dans les prai- 
ries irriguees pendant tout Thiver, jusque vers le 1*' mars. Apar- 
tir de ce moment, Therbe commence k \6g6ier, et il faut se gar- 
der de laisser attaquer les jeunes pousses par les animaux. 

S*il entre n6cessairement dans le systfeme cultural adopte 
d'avoir pendant toutc Tannee des bestiaux en liberty dans les p4- 
turages, le mieux estdediviser la prairie en plusieurs parties sou- 
mises k une rotation. Supposons qu*ou ait trois enclos de pre, 
dont un consacre cliaque annee au pAturage ; dans cet enclos on 
n'irriguera que tres-moderement et seulement dans des moments 
de s6cheresse par trop prolong6e, et de manifere k maintenir un 
pen de fraicheur dans le terrain. Dans les autres parties^on entre- 
tiendra les rigoles, on soignera Firrigation, et on fera du foin. 

En resume, le pMurage n'cst pas absolument inconciliable avec 
rirrigation, mais il entratne un surcroit dans la main-d*a*uvre 
d*entretien de la prairie. 

J'ai parl^ de mencr les moutons dans les prairies. Je sais que, 
dans beaucoup de localites, on repousse d'une maniere absolue 
une telle pratique. Je sais que les animaux d'espfece ovine recher- 



Digitized by 



Google 



§ 6. — Ai\iENDEMI::NTS KT KNGRAIS 321 

chcnlavec obslination les ondroits des prairies ou le fourragcesl 
le plus fin, el qu'ils choisissent dans ces parlies les plantes qui 
leur plaisent plus parliculieremenl, enfin qu'ils toudent parfois 
riierbe jusqu'au-dessous du collet des plantes. II faut pourtant, 
encecicomme en toutes choses,dislinguer Tabus de Tusage. Cor- 
tainement, si on met dans un pre un Iroupeau dc moutons qui ne 
recoivent pas d'aulrc nourrilure, si leur nombre et la dur6c du 
pMurage sont disproporlionnes a son etendue et a ses produils, 
les moulons finiront par ronger les plantes jusqu'au point de n en 
laisser subsister que les racines et de transformer le gazon en une 
terre nuc ; la prairie sera alors ruinee. Mais si au contraire les 
moutons, nourris au besoin en parlie a la bergcrie, sont biencoti- 
duils, si on les force a circuler dans loule la prairie, si on ne It^s 
y laisse que le temps convenable, jc ne pense pas quails yfasscnl 
plus de mal que d'autres animaux. Le tout est de nen mettre 
qu*un nombre raisonnable, de ne pas les laisser s'arreler sur une 
meme place, et surtout de suspendre tout a fait ce pAlurage des 
que rherbe est suffisamment tondue. 

La quanlite lotale de fourrage qu'on peut recolter annuellemen U 
sur une 6lendue delermin6e, est une quantity sensiblement fixe, 
resultant de Tetat de fertility du sol et ind6pendante des combi- 
naisonsculturales et des epoques des ricoltes. Ainsi,tout pMurage 
pris k Tautomne ou au priniemps a pour consequence dc diminuer 
le produit de la coupe de foin suivante. Plusle pftturage est pro- 
long6,plusTeffet est sensible; parfois un pre se trouveen automne 
tres incompletement ras6 par les animaux, el si Ton ne fait pas 
consommer ce qui resle d'herbe, il semble que ce soil un produit 
perdu. Cependant de judicieux observateurs onl cru reconuailrc 
que Ton en retrouve Tcquivalent dans un exc6danl de produils de 
la coupe suivante. 



§ 6 
AMENDEMEiNTS ET ENGRAIS 



)t57. Am^lioratiou il'un terrain d^Jk ^azoiin^. — L'a^ 

m61ioration d'un terrain gazonne, autre que celle que procure 

21 



Digitized by 



Google 



332 CHAPITRE VIII. — CREATION ET ENTRETIEN DES PRAIRIES 

I'irrig-atioiKs'obtient surlout k Taide d'amendemenls et d'engrais 
bitMi choisis el convonablomcnl employes : marne, phosphates, 
CL'udres. Celles-ci sonl ou vives ou Iessiv6es ; les premieres sont 
plus riches (phosphate et potasse), mais Icur effel n'est pas ira- 
m^diat ; les secondes Equivalent au phosphate fossile. Celui-ci, 
pulvErisE, vaut le superphosphate; on peut le remplacer pardes 
scories de d^phosphorisation provenant de la fabrication de 
lacier (Creusol), broy^es finement. Citons encore : I'eraploi du 
[^l^tre sur les prairies artificielles, el celui du chlorure double de 
polassium et de magnesium et autre sels des mines de Stassfurt. 
Ce gisement « a une Ires grande importance au point de vue 
H agricole et au point de vue industriel. Sa mise en exploitation 
(^ a amenE une veritable perturbation dans le commerce des 
ic sels de potasse, dont les prix ont consid6rablement baisse » 
(NivoiT, GSologie appliqtiee a Fart de tingenienr), 

Le phosphate fossile pulv6ris6 peut fetre employ^ presque en 
loute saison ; mais les engrais tres solubles doivcnt Tetre de pre- 
ference au printemps, avantla pousse. On peut utiliser les purins 
dos fermes, entr'aulres procedes, en les m^^lant k Teau des ri- 
goles disposies pour Tirrigation. 

Pour le choix des amcndements et engrais k employer pour 
I amelioration des prairies qui souffrent, on peut dire : 

Que les phosphates sont particuli^remcnt indiquEs lorsque le 
Ir^fle, les l^gumineuses disparaissent d'une prairie ; 

Que les engrais azoles sonl n6cessaires quand Therbe est mai- 
gre, ch(^live. 

Au contraire, il y a surabondance d'azote lorsque Therbe 
verse, ou quand se multiplicnt les orties, les panais sauvages 
(ou berce branche-ursine) ; le phosphate et la chaux sont dfes lors 
a employer. 

Question du reeusemencement des prairies. — L'emploi bien 
roisonn6 des amendcments permet presque toujours de prevenir 
la n6ccssil6 du r^cnsemencemenl, ou du moins 6loigne beaucoup 
los ipoques ou il faut en venir au rajcunissement des hcrbes des 
prairies. 



Digitized by 



Google 



CUAPITRE NEUVlfeME 

DESSECHEMENTS,GOLMATAGE, DRAINAGE, CIJIUGCS, ETC. 



g 1. Dessecheme.nis, — § 2, Dessalaye, — § 3. Limomge el enfuftifnifi'. — 
§ 4. Drainmje, — § 5. Curayes, 



DESSfiCHEMENTS 



91^8. Assalnlttscmcnt d'une valine mar^etifieiiHe- — 

Les irr6gularites du sol sont souvent, dans une valli '', II si ulr 
cause de la stagnation des eaux.Le dep6t, sur les bords di^ ta r i- 
viere, des procluils des enrages conlribue k retenir Its < ;hi\ |tlii- 
viales et celles qui peuvent provenir des debordements ih s rr lu's. 
Dans une telle situation, il n'y a quk ouvrir les bourirUls latr}- 
raux et k combler des excavations. Mais s'il s'agit d'uiM^ \:\\\vo a 
sol dcprime vers les coteaux, des cauaux d'assechonh-iil tli-virn- 
nent n6cessaires. 

969. lAken, Jiangs et terrains eu forme de tiit^ivin, * 

D'auires fois, le terrain k dess6cher pr^sente, dans son prison} hi (^, 
la forme d'un bassin doming de plusicurs cfltes ou nifinr dr^ Lnrt- 
tes parts par les terrains voisins. Ce cas se pr(5senlo imlitminnni 
lorsqu'il s'agit de dess6cher un lac on un elang. Lo pn'mn-r Ira- 
vail, dans ce cas, consiste geniralement a creuser uii Lunal, uu 






Digitized by 



Google 



32 i CliAPITHE IX. — DESSKCUKMKNTS, COLMATAGt:, ETC. 

loul an moins un fosse de ceiulure, ayant pour objct principal 
d'isoler Ic ten-aiu u dcsseclier, et d'inlerceplcr loulcs les eaux 
d'origine pluvialc, d'inoudalion, de sources, etc., qui pourraienl 
provenir des terrains voisins. On congoil que, selon la disposi- 
lion des lieux, Ic fosse donl il s'agil devra former unc ceinlurc 
complete, ou bien qu'il suffira de le Jairc regner sur les c6tes oii 
le terrain dont on s'occupe se trouvc domine. Le dessechement 
proprement dit sera opere k I'aidc d'un reseau inlerieur de ca- 
naux ou fosses, reseau dont Timportance sera en rapport avec 
Fetendue a desseclier. La terre provenant de ces divers deblais 
sera Iransportee et etendue dans les caviles les plus profondes, 
qui se trouveront ainsi en parties coniblees. Les canaux inle- 
rieurs devront,bien entendu, 6tre traces de maniere a passer 
dans les bas-fonds, et a pouvoir emporler toutcs les eaux. Ces 
canaux de dessecbcment se r6uniront finalemeni a un canal d'e- 
coulement principal, auquel il ne s'agira plus que de trouver une 
issue. Quelqucfois rien ne sera plus facile que de prolonger ce 
canal jusqu'a un ravin oujusqu^a un cours d'eau. Mais il exisle 
aussi des localites on ce canal d*ecoulement a besoin d'etre pro- 
fond^menl creuse sur certaines portions de son parcours et pro- 
longe tres-loiupour qu*on puisse obtenirun ecoulement suffisant 
sans nuire aux beritages voisins. On a nieme des exemples de 
dessecbemenls dans lesqucls on s'est vu dans Tobligation decreu- 
ser une partie du canal d'ecoulement en galeric souterraine, par 
dessous une colline ou une crete. Mais les travaux de cette impor- 
tance ne sont pas de ceux que j'ai a decrire ici. 

Le plus souvent, dans un bassin tel que celui dont il vient d'e- 
tre question, il se trouve un cours d'eau, petit ou grand, dont 
on devra proliter pour irriguer le terrain conquis i la culture. 

HHO, Dessedicmciit dc» etoiii^» salen nUu^ii pr^s des 
eMeu* — II arrive encore que les terrains k desseclier sont situes 
an bord de la mer, a un niveau un peu plus bas que celui de la 
haute mer. De grandes superficies de terrains se trouvenl dans 
cette situation, soil sur bords de la mer du Nord dans les Flau- 
dres frangaise ou beige, soil sur les cotes de la Mediterran6e en 
France et en llalie. On est oblige, dans les cas dont il s'agit, d'e- 
lablir unc digue dans loute la partie du pourtour par laquelle la 
merpeut faire invasion. Cetle digue doit elre beaucoup plus large 
a sa base qu'elle n'esl haute el, pour qu'elie ne soil pas Irop fa- 



Digitized by 



Google 



r 



§ 1. - DKSSKCHlvMKNTS 325 

cilernenl demolie par les vagiios, ellc devra preseiiler du cule do 
la mer un laliis extremcment doux el sensiblemcnl concave, donl 
la base soil 6gale k sept ou huit fois la hauteur. Une fois Tendi- 
guemenl op6re, le terrain rentre, par sa disposition, dans la ca- 
tegoric que nous venous d'examiner en dernier lieu. Le fosse de 
ceinture, le ri^seau des canaux intericurs, le canal do distribution 
d'eau douce pour les irrigations, ne prescnteront dans lours dis- 
positions aucune particularli^ rcmarquabfe. Icilalerre provenant 
des deblais sera en grande partie employee a Texeculion de la 
digue. On devra, en general, placer le principal canal interieura 
un niveau tel qu*il puisse nalurellement faire dcouler a la mer 
Teau qu*il contient, du moins dans certains moments, c'ost-a-dire, 
s'il s'agil de TOcean, a la mar6e basse, el pour nos cotes de la 
Medilerranee lorsque Ic vent du nord souffle forlement. Le ca- 
nal, a cet effet, d6bouchera a la mer, a travers la digue., par un 
chenal muni d*une ventelle disposee de manifere h s'ouvrir de de- 
dans en dehors pour laisser passer Teau douce quand la mer est 
basse: mais ne pouvant s'ouviren senscontraire, afin de pr6venir 
la renlree doTeau de mer. Une partie du terrain k dessdcher s'e- 
gouttera, en vertudes pontes naturelles, dans le canal de d6charge 
dont il vient d'etre question. Quant aux eaux des parties plus bas- 
ses que ce canal, elles se reuniront dans un ou plusieurs canaux 
secondaires, etablis k un niveau convenable, qui les amfeneront 
dans un bassin situe a proximitd du canal de decharge , en 
contre-bas de ce dernier. Desappareils elevatoires puiseront Teau 
dans ce bassin et la deverserontdans le canal de discharge. Enfin, 
lorsque, par suite de Tetat de la mer, rt^coulement naturel ne 
pourra avoir lieu k travers la digue, une autre machine elevatoire 
prendra Teau du canal de decharge et la jeltera a la mer par des- 
sus la digue. Une fois le premier dessechement op6re, les memos 
dispositions seront conserv6es, et les memos moyons sorviront a 
procurer I'evacuation des eaux pluviales, ainsi que do cellos qui 
auront ele amen6es pour les bosoins de Firrigalion. Quant aux 
machines depuisemoni, elles varieront solon Timportanco des 
volumes d'eau et selon les hauteurs ou il faudra les (Clover. On 
pourra appliquer, selon cos diverses circonslances, dopuis les plus 
modestes appareils i maneges jusqu*aux pompes les plus puis- 
santes mues par la vapour. Le vent est souvont le molour pr6f6r6, 
parce que son travail estpresque gratuit, et quo, d'ailleurs, la re- 
gularity du moleur n*est pas une condition n6cessairo dans cos 
appareils d'dpuisement. 



Digitized by 



Google 



326 CHAPITRE XI. — DESSECHEMENTS, COLMATAGE, ETC. 



§2. 
DESSALAC.E 



tei. Cati ordinairen. — Lorsqu'on a dcssech^, par les pro- 
c6d6s qui vicnnenl d'etre indiqu6s, des terrains qui ont6le recou- 
verls parTeau de la mer, il est indispensable de les dossaier avanl 
de les livrer k la culture. Le m^me cas se pr6sente meme quel- 
quefois pour des terrains Emerges depuis Torigine des temps his- 
loriques. 

Dans les terrains conquis sur la mer au nord de la France, en 
Belgique ct en llollande, des irrigations rep^teos cnlfevent la sa- 
lure pour toujours. Le lavage naturol par los eaux pluviales est 
m^me parfois suflisanl. Dans le midi do la France, au contraire, 
11 y a de nombreux terrains d'oii Ton n'a pu parvenir k faire dis- 
paraitre le sol d'une maniere definitive. 

9H9. Bords de la Mediterran^e. Oamar^ue. — L^am^- 
lioration des terrains bas voisins de la Mediterranee, aux environs 
de Tembouchure duRhdncet sur degrandes surfaces vers Touest, 
est trfes difficile, en elle-memo et a cause des nombreux inl6- 
r6ts qu'il faudrait concilier. Beaucoup de proprietaires, se con- 
lenlant des revenus acluols, sont pen disposes k enlrer dans les 
associations qui seraient nc^cessairos pour les travaux d'ensem- 
ble qu'exigerait Tinldrfet do la salubrity g6nerale en meme temps 
que celui de Tagricullure. Le probleme se trouve fAcheusement 
€ompliqu6 par la salure du sol. En 6te, « lorsque, par le fait de 
Tdvaporation, dit M. Duponcbel (llydraulique ct gdologie agricoles, 
page 286), Teau qui remplissait une partie des pores superieurs 
vient a disparailre, I'eau des couches inferieures, remontant par 
les interstices capillaires qui s^parent les molecules, arrive a la 
surface ; elle s'evapore a son tour et est n^cessairement rempla- 
cee par le liquidc des couches plus basses. Le sel, dans ces con- 
ditions, se concentre k la surface et se manifesto m6me au dehors 
par des efflorescences cristallines. Lorsque survient la p^riode 



Digitized by 



Google 



r 



§ 2. — DESSALAGE 327 

d'humidite, un fait inverse se produit : la premiere eau qui lombe 
k la surface du sol dissoui le sel et p^nelre avec lui dans les con- 
duits capillaires des couches inf6rieures oh, par reffet de saplus 
grande pesanteur, elle est relenue jusqu'^ ce qu'une nouvelle eva- 
poration la ramene au dehors ». 

On congoit, d'apres cela, que Tirrigation soit insuffisante pour 
transformer ces terrains ; ilfauty ajouler le drainage, seul moyeu 
d'6vacuer le sel en evacuant Teau qui a traverse le sol ; mais dans 
bien des cas le produit des drains dcvra 6tre reuni dans des re-* 
servoirs ou il faudra le reprendre k Taide de machines. Telle est 
la seule methode de dessalage qui puisse toujours reussir dans 
nos contr^es meridionales, tandis que Tirrigation ou simplement 
Taction des pluies suffit dans le nord. Dans la Camargue, on 
conduit les eaux de drainage dans le Valcarfes, 6tang de 6.000 
hectares, s6par6 de la Mediterran^e par une digue eclusie, par 
laquelle son trop-plein s'6coule lorsque le niveau de la mer est au 
plus has. Les irrigations sont faites a Taide d'eaux puisnes dani 
les deux bras du Rh6ne, et 61ev^es par des pompes mues par 
des locomobiles, par des machines fixes, ou par des machines 
flottantes. 

L'irrigation et le drainage produisent d'excellents r6sultats, 
ear nous lisons dans un compte rendu des travaux de la Camar- 
gue, de M. Jules Laverrifere, que la vigne « a 6tabli Tun de 
ses centres de predilection sur les points assainis de la Camargue, 
submersibles par les eaux du Rh6ne. En 1885, elle occupait d6jk 
3.580 hectares, dont 2.017 sont soumis a une submersion r6- 
gulifere, dont les frais se montent par hectare k 45 francs ». E 
faut compter 1.500 fr. pour la plantation de la vigne, y compris 
les labours, fumures, binages, elc, jusqu'ci la quatrifeme feuille, 
et ajouter les frais relalifs a la machine 6l6vatoire, etc.; mais en 
somme Top^ralion paratt devoir fetre fructueuse. « Les fourrages 
artificiels et les prairies naturelles commencent k faire leur appa- 
rition sur ces terres restaur6es, les pftturages sont en voie dV 
melioration sensibles surtout depuis Tintroduction, d'aprfes les 
indications de M. Prilliaux, professeur k I'lnstitut agronomique^ 
de deux espfeces australiennes de Salt-Bush {Kochiaviilosa et Che- 
fiopoditim nitrariaceiim)^ qui ont la propriety de veg6ler vigou- 
reusement dans les localit^s encore impregn6es de sel. Or^ce k 
ces v6getaux pr6cicux, qui forment de petits buissons, de 0,30 k 
0,40 de hauteur, charges de feuilles et insensibles auxplus fortes 



Digitized by 



Google 



328 CHAPITRE IX — DESSKCHKMENTS, COLMATAOE, ETC. 

ardeiirs estivales, les beles a laine de la Camarguc, au nombre de 
200.000, lie tarderont pas k Irouver uiie nourriture abondante 
pendant la saison chaude. » 



§ 3 
LIMONAGE ET COLMATAGE 



tes. Priueipe de« Umonaires. — H peul arriver qu^il con- 
vienne d'employer Teau sp6cialemenl en vuc dcs matieres solides 
qu'ellc tient en suspension, maliferes dont on favorise le dep6t el 
que Ton faitservir a ramdiioralion definitive de certaines 6ten- 
duesde terrain. 

Dans les conlrees oil Teau est fournie aux cultivateurs par des 
canaux crees en vue des irrigations, il se trouve que c'est en hi- 
ver et au printemps, c'est-a-dire precisement quand on arrose le 
moins, que Teau est la plus abondante et les canaux le plus lar- 
gement alimentes. Le plus souvent, a celte epoque, loute cctle 
eau rcsle a pen prfes sans emploi. Cependant, fait bien digne de 
remarque, c est pendant ces temps d'abondance que I'eau est le 
plus chargee de troubles, et c'est aloi^s que se produisent les 
grandes crues des rivieres, pendant lesqueiles la proportion dcs 
limons charries attcint son maximum. 

Quand dcs champs sont disposes de maniere a pouvoir. fetre ar- 
ros^s par submersion, on doit, cbaque fois que Ton a de Teau 
trouble a sa disposition, en profiler pour operer un limonage^ 
c'est-a-dire couvrir le terrain d'une couche d'eau, laisscr reposer 
jusqu'li cc que celle-ci se soil eclaircie, enfin faire ecouler douce- 
ment cclte eau claire. Le depdt obtenu, fertilisanl dans lous les 
cas, finira souvent par dcvenir asscz considerable pour qu'il en 
resulte une grande amelioration fonciere. 

II est bien enlendu qu'on ne praliquera pas cetle operation sar 
des tcrres charg6es de r6colles.Mais onop6rera, si Toccasion s'en 
prdsente, en hiver, sur des terres non ensemenc6es destinees k 
6tre cultivees au printemps. On peut encore appliquer en hiver 
le proc^de en question aux lerres occupeespar les prairies de gra- 



Digitized by 



Google 



§ 3. - LIMONAGK CT COLMATAGK 329 

miaees, cl cela lant que Therbe n'aura pas commence k monter. 
II pent enfin sc rencontrer quelques cas oil Ton pourra operer, 
avec reserve, mftme sur des champs couverls de divers genres de 
recoltes. 

t«4. Diir^rcntes ni^thodeii de limonaffe. — Quoiqiie la 
submersion soil pcut-(^tre le moyen de recueillir le plus complt** 
tement possible les troubles conlenus dans Teau, loutes les an- 
tres dispositions prises en vue de I'arrosage d*un terrain pourronU 
dans une eertaine mesure, ^tre mises a proKt dans le m^me but. 
En faisant couler Teau trouble lentement, et autant que possible 
en nappe trfes-mince et tr*?s-large, sur une surface legereraent iu- 
clinee, une partie des limons se d6posera en passant. On pourra 
d'ailleurs, dans bien des cas, et sans frais considerables, 6lablir 
dans le terrain alimoner une s6rie de pelites digues ou bourrclets 
provisoires et de peu de relief, destinies k retenir Teau-llfautre- 
marquer que, dans les champs en culture, on est oblige, pour la 
facilite du labourage et des aulres travaux agricoles, de conser- 
ver d'assez grands espaces libres et sans obstacles. Des lors, pour 
peu que le champ soit incline, les digues situees au bas de celui- 
ci doivent avoir une assez grande hauteur, et sont, par suitp, 
d'une construction dispendieuse. C'est Ik un des inconvenienls di^ 
la submersion dans le cas des irrigations proprement dites. Mai^ 
lorsqu'il ne s'agit que do dispositions provisoires, prises en vuc 
do retenir Teau a une epoque ou le terrain n'cst pas cuUiv6, rieii 
no s'opposc plus a ce qu'on subdivise celui-ci en comparlimenLs 
aussi etroils qu'on le juge a propos ; et des lors les digues peu- 
vent elre r6duilos a de simples bourrelels, de 1 ou 2 decimetre s 
de hauteur tout au plus, que la charrue et la herse effaceront lors 
des cultures. 

^•5.Lilnionoc^e dessolfi Infcrtileii. — G'est surtout lors- 
que le sol est nalurellement infertile, et tout parliculierement 
lorsqu'il est tourbeux ou sablonneux, que Top^ration du limo- 
nage acquiert une tres grande importance, car elle finitpar trans- 
former en sols ferliles des terrains a peu pres impropres k Ja 
culture. Le melange des particules Ires fines, qui constituent les 
limons, et qui renferme toujours du calcaire, de la silice et de 
Targile, oulre une foule d'autres malieres minerales en moindres 
quantites, constilue pour Tune et Tautre des terres en question 



Digitized by 



Google 



330 CIIAPITHE IX. - DESSKCHEMENTS, COLMATAOE, ETC. 

un excellent amendement, que la charrue melangera peu k pen 
avec le sol naturel. 

fim. TerreA arldes converties en prairies par le li« 
momiffe. — Si le terrain elait tellement impropre a la culture 
qu'on ne pit esperer Tameliorer suffi8amment par un simple me- 
lange de limon; si, par cxoniple, on avait affaire a des sables 
purs, on a des graviers comme on en rencontre si souvent sur le 
bord des fleuves ; si d*autre part on trouvait trop long d*attendre 
la formation d'une couchede limon assez 6paisse pour qu'on pit 
la labourer sans atteindre avec la charrue le sol primitif, on 
pourrait tirer parti de ce terrain el en oblenir assez promptement 
un produit, en en faisant une prairie permanente. Cettederniere, 
dont la v6g6lation est trfes superficielle, est en effet fort peu exi- 
geante au point de vue du sous.sol, et r^ussit k Taide de Tirri- 
gation partoul ou Ton pent cr^er k la surface une couche si mince 
qu elle soit de bonne terre v^getale. Or, convertir en prairies des 
greves sl6riles, c'est dejk une assez belle operation, dont la pos- 
sibilite pourtant n'a rien d*hypolhelique, et dont on rencontre des 
exemples sous tons les climats, aussi bien dans la region mddi- 
terraneenne qu*en Lorraine, en Allemagne, etc. 

t07. E^K^eutian des iimanag^es. — Quant ^rex^cution, la 
premit*re chose k faire sera de r6gulariser, dans une certaine me- 
sure, la surface du sol. Ainsi les buttes ou sommites qui, en rai- 
son de leur 616vation, ne pourraient etre recouvertes par les eaux 
limoneuses, devront 6tre abaiss6es, et la terre ainsi obtenue ser- 
vira ^ combler les endroits les plus creux. En general il convien- 
dra d'etudier d'avance la disposition a donncr a la prairie, et 
tous les principaux mouvements de terre reconnus inevitables 
dovront c^lre executes, de preference, avant le limonage. En agis- 
sant ainsi, on ne se Irouvera pas plus tard dans la necessitc 
d'enlevcr entiferement, sur certains points, la couche de limons 
ferliles diVja deposee, el d'enfouir ailleurs celte couche sous des 
remblais st^riles. Les terrassements preliminaires 6tant cffec- 
tu6s, on etablira les bourrelets n6cessaires pour retenir Teau, el 
on commencera k procc^der au limonage. Mais aussit^t qu'on 
aura oblenu une couche de dep6l suffisanle pour recouvrir les 
sables ou graviers el permettre a la jeune herbe de prendre ra- 
cine, on pourrasuspendre Toperalion. On rabatlra les bourrelets 



Digitized by 



Google 



S 3. — LIMONAGE ET COLMATAGE 1^31 

provisoires, on 6lablira les rigoles de distribution et d'arrosao^e, 
puis on ensemencera le terrain en gramin6es m61angees. On in- 
troduira alors frequemment dans les rigoles une faible quantiiS 
d'eau, de manifere ^enlrelenir, par simple infiltration, rhumidito 
n^cessaire k la germination, k la lev6e et au premier d6veloppe- 
ment des planles. Une fois Therbe bien enracin6e, on pourra 
commencer a faire couler Teau avec precaution a la surfaci^ du 
sol, ce qui favorisera la croissance et le tallage de I'herbe. Enlin, 
une fois le gazonnement obtenu h un degr6 jug6 suffisanl, To- 
peration entrera dans une troisifeme phase, celle oil Ton com- 
mencera a lirer parli du sol par Texploitation de la prairie, loul 
en continuant I'oDuvre d'am61ioralion fonciere au moyen ties 
limons. La marche k suivre consistera simplement k arrosrr la 
prairie avec les eaux troubles, en faisant couler k sa surface une 
couche de cette eau, egalemenl r^partie et aussi mince que pos- 
sible. Pendant le repos hi vernal de la vegetation, on pomra 
mettre Toau sur toutc la prairie pendant plusieurs semaines eon- 
secutives. Mais, k partir du moment oil I'herbe entrera en vt^^^e- 
tation active, il conviendra, pour procurer au sol Ta^rage douL il 
a besoin et ne pas le rendre mar6cageux, de diviser la prairie en 
trois ou quatre parlies, dont chacune sera arrosee k son lour, 
pendant que les autres se ressuieront. On pourra proceder ainsi 
toute Tannic, sauf au moment de la maturil6 de Therbe. Dans 
rirrigation ordinaire des prairies, on ne craint pas de verser a la 
fois sur celles-ci des masses d'eau considerables, si on les a h sa 
disposition. Mais, dans le cas particulier que nous avons icj en 
vue, on devra mod6rer r^coulemenl le plus possible, de maniero 
que Teau, ^tendue en couche trfes mince, ne prenne jamais dans 
son passage sur le gazon qu'une faible vitesse. Dans ces condi- 
tions, le d6p6t des particules terreuses pourra s'effectuer m^^me 
malgre une penle du sol assez prononcee. L'herbe, en ralentls- 
sant la vitesse, aidera puissamment au resultat ; et d*autre parL^ 
le pied seul des planles 6tant mouille, les feuilles et les tiges ilos- 
tinees k etre converlies en foin ne seront point salies par I'eau 
trouble. On reconnailra, d'ailleurs, que Top^ration marche bion 
quand on verra Teau s'echapper au has de la prairie sensiblenuMil 
plus limpide qu'elle ne I'titait a son entree. Alors le sol s'exhaus- 
sera insensiblemenl. En mdmc lemps, I'herbe acquerra plus do 
vigueur et d'epaisseur, emeltra de nouveaux rejelons qui sui- 
vront le mouvement ascensionnel de la surface. D'un autre culiij, 



Digitized by VjOOQIC 



332 CHAHTRK IX. - DESSKCHKMKNTS. COLMATAGE, ETC. 

les rigolos de niveau, que Ton fera bien de mulliplier meme au 
deli des besoins d'line irrigalion ordinaire, el dans lesquelles 
1 eau se trouvera k l*elat stagnant, seront le lieu ou s*accumule- 
ront de preference les dep6ls les plus lins. Le enrage periodique 
de cos rigoles fournira d*excellcnte terre qui, placee cbaque fois 
dans les parlies les plus irregulieres du pre, permeltra de com- 
pleter peu a peu la regularisation parfaile de sa surface. 

Lorsdes premiers Iravaux, on devra, en tragant le canal dV 
mcnec, lenir comple de rexliaussemenl que le sol est appele a 
prendre par la suite, el par suite, le plus souvent, disposer ce 
canal en remblai. 

Si cello mise en valour des terrains arides, par la prairie, est 
operee parfois avec des eaux qui no deposenl annuellemenl 
qu*une Ires faible epaisseur de limon, il faut bien remarquer, par 
contro, que la prairie pouvant durcr indefinimont, lo relevement 
Je la surface finira loujours par acquerir des proportions trbs 
sensibles. 

MBH. Objet da colmataffe. — J'ai suppose jusqu'ici que 
Ton ameliore graducllemenl le sol, en recueillantles limons sur- 
lout aux (^poques de Tann^e ou ils sont le plus abondants, sans 
cesser complfelemenl de lirer parli du terrain par la cullure. II y 
a bien inevilablomcnl, par rcfTet des dep6ls successifs, une ele- 
vation graduelie du sol ; mais cello ci, dans le cas que nous ve- 
ijons d'examinor, reslait le plus souvent inapergue du cultiva- 
leur. II y a au conlraire d'aulros cas ou rexbaussemont du sol a 
I'aide des eanx troubles est le but principal que Ton vent 
alteindre. Ainsi cerlains terrains prt'^senlenl des depressions sans 
issue el d'une cerlaine elendue, dans lesquelles les eaux plu- 
viales reslent stagnantes ; d'aulres sonl, dans lour ensemble, a 
iin niveau trop bas pour qu'il soil possible de les egoutter conve- 
nablemonl dans le cours d'eau le plus voisin ; daulres onfin sont 
submerges trop frequemment par les crues dune riviere sujelle 
it deborder. De tels terrains se renconlronl en lout pays, plus 
particulibrement dans le voisinage des rivieres et sur les plages 
qui bordent la mer. Or, il esl possible do les Iransformer en 
lerres cullivables d'une Irfes haute ferlilil6, pourvu qu'on puisse 
y amener des eaux troubles en quanlite suffisante. II s'agit, dans 
00 cas, d'op^ror un veritable remblai au moyen de raccumulation 
des depots successifs. Ce genre d'operalion, pratique en Italic de- 



Digitized by 



Google 



I 3. — LIMONAGK ET COLMATAGE 333 

puis Irois sieclcs, a donne lieu pins recemmonl en France k des 
applications couronn6es d*un plcin succes. II y atoulefois, d'unc 
localile a Taulre, degrandes differences dans la rapidite de Tope- 
ralion. Avec ccrlaines eaux, on ne pourra obtenir dans le coiirs 
d'une saisonqu'unecouche de 1 on de 2 centimetres, landisqu'oii 
cite des operations faites avec des eaux lelles que celies dii 
Var, tres charg^es de matieres lerreuscs, par lesquelles on a 
realise dans I'annee des exhaussements de 10 k 20 centimehes. 
Ces comblements a Taide de I'eau, ces colmatayeSy comnif on 
ies appelle*, ont quelquefois lieu sur une vasle echelle^ ; mais 11 
existe aussi des cas tres nombreux ou des ameliorations urm- 
logues peuvent etrc effectuees par Ies parliculicrs au moyeii dc 
I'eau que fournissent Ies canaux d'irrigalion. 

S09. Circ^nstauces favorablcs au ealmataffe. — iW^'^i 
surtoutaux epoques des grandes eaux que Ton doit operer, v;w 
c'est alors que Ies rivieres charrient la plus grande quanlilc de 
matieres lerreuses. Quelque irrdgulieres que soient Ies epoqiir?^ 
et Ies durecs des crues, on sait neanmoins, dans chaqne pays t4 
pour chaque cours d'eau, quelles sonl Ies saisons oil elles soni le 
plus probables. Elles coincident souvent avec la fonte des neijL;ei* 
dans la region oil est siluee la parlie sup^rieure du cours de la i i- 
vifere. La plupart des cours d'eau, pres de leur origine, charrli^iiL 
non seulement des limons impalpables, mais encore des sahlos 
ct m^me des graviers ; mais, a mesure que Ies rivieres s^eloif^in-nl 
des montagnes et se rapprochent de la mer, elles coulenl sur dis 
pentes do plus en plus douces. Elles perdent alors graduellenujjt 
leur vitesse, et abandonnent successivemenl Ies materiaux qu Vlles 
charriaient, en commencant par Ies plus lourd*, Ies limons eluiiL 
souvent entrain^s seuls jusqu'aux basses vallees et jusqu'ii la 
mer. Si le terrain sur lequel on doit operer n*est susceptible ijiic 
d'un faible exhaussement, on ne devra admettre que des depots 
mcubles et fertilisants ; mais si, au contraire, on doit effeotuer 
des remblais considerables, on pourra chercher au d^but a iv- 
cueillir aussi Ies sables. Souvent une riviere, qui ne coulc pas 
avec assez de vitesse pour tenir Ies grains de sable en suspension 
dans Teau, Ies pousse ndanmoins pen k pen, en Ies faisant rouler 



1. L'origine du mot est le verbe italien colmarey combler. 

2. Voir VHydraulique fluviale de M. Lechalas, chapitres III et VI. 



Digitized by 



Google 



334 CHAPlTRb: IX. — DESSKCHKMENTS, COLMATAGE, ETC. 

^ur son fond ; pour profiler de ces sables, il sera n^eessaire de 
fairc la prise d'eau par unecoupure praliquee dans la berge de la 
I ivifcre, el descendant Ires bas, tandis que si Ton ne veut prendre 
que les limons les plus fins, la prise d'eau devra au contraire 
dire superficielle. 

tVH. Canal d'amen^e des eaun destinees au ealma- 

luge. — II est indispensable d'observer que la pente du canal 
*le derivation ne saurait etre r6duile autanl qu'elle pourrait T^tre 
Jans un canal exclusivement deslini k Tirrigalion. En effet, en 
(liminuant la pente, on diminue la vitesse de Teau dans le canal; 
ot d'aulre part, au-dessous d'une certaine vitesse, que Ton eva- 
Uio appro ximativement k 30 centimetres par seconde, Teau aban- 
(lonne les sables fins qu'elle entrainait ; a partir de 15 centime- 
li'LS^ elle commence aussi a d6poser les limons proprement dils. 
Si done le canal avait une certaine longueur, en mfertie temps 
rju'une ires faible pente, le d6p6t aurait lieu dans ce canal 
nn^me, au lieu de se faire sur le terrain que Ton se propose de 
rnmbler. L'inconv^nient du d6faut de pente sera toutefois de 
\\vn d'imporlance si le canal est trfes court, altendu que les trou- 
bles, mfeme dans Teau la plus tranquille, ont besoin d'un certain 
U mps pour se deposer completement.On ne pent d'ailleurs fixer 
iTimc maniere g6n6rale, k tant par mfetre, la pente minimum in- 
dispensable, car cela depend dcs dimensions du canal et du vo- 
lume d'eau qu'il doit d6biter. Un demi-millimfetre par metre 
l>i>ur les plus grands canaux, 3 ou 4 millimMres par mMre pour 
r< ux qui se r6duisent k un foss6 de m^dipcres dimensions, lelles 
8nnt ^ peu prfes les limites extremes entre lesquelles il suffira de 
f^i' tonir dans la pratique, si toutefois on ne veut utiliser que les 
d*'piMs vaseux. Si Ton voulait que les sables fins traversassent 
:iussi le canal sans s y d6poser, il ne faudrait pas donner moins 
d*' 2 millimetres de pente par metre pour les canaux k grande 
stTtion et entretenus exempts d'herbes aqualiques, ct 1 centi- 
metre par mfetre pour les rigoles. II va sans dire que si le terrain 
doit fetre bcaucoup surdleve, il faut, dans le trac6 du canal, tenir 
r(>mpte de Texhausscment, et faire en sorte que Teau puisse en- 
core arriver sur le terrain quand le comblement touchera k son 
L*H^me. 

En resume, nous voyons que, selon la disposition variable dcs 
llt'ux, la conduite de Teau sur le terrain dcolmater pent Mre des 



Digitized by 



Google 



§ 3. - LIMONAGE ET COLMATAGE 33S 

plus simples ; qu'elle peut au contraire 6lrc Irfes difficilr^ ol Ivhs; 
dispendieuse, ce qui aura lieu quand il faudra creuser uii Umi:^ 
canal special, qui souvent ne pourra 6tre etabli toul i iilicr 
sur uire seule propri6t6 parliculifere. Un des cas !es plus 
avanlageux pour un propri6laire est celui oil il peut [irondro 
Feau trouble a un canal existant et construit en vue drs it li- 
gations. 

1971. i^vaeuoti^n de« eau^iL de calmata^e. — II ne <i;ijrfil 

pas de pouvoir, k volont6, amenor Teau trouble surle lri'r;nii a 
colmater ; il faut aussi pouvoir I'^vacuer lorsqu'elle se sora siif- 
fisamment purifi6e par suite du dep6t des limons. Celte dtrriiiro 
condition pourra, comme la prdc6denle, felre rendue Irr^ fiirile 
on trfes difficile k remplir par les dispositions varices du h'l rain, 
Tanl6t, en effet, T^coulement pourra avoir lieu nature! It'nnnU 
soit dans la rivifere qui a fourni Teau, soit dans des fossils qui so 
rendent a cette rivifere, ou meme k un autre cours d'eaii voij^irh 
Tant6t, au contraire, il sera indispensable de creuser un caniil, 
qui sera la contre-partie du canal d'amenee, el qui ira rt jnidfhv 
la riviere k une certaine distance, dans la partie infdrhuro dt^ 
son cours. 

A moins que le terrain a combler n affecle nalurelleniml la 
forme d*un bassin, on dcvra commencer par Tentourer, sur luui 
son pourtour ou du moins sur ses c6tes les plus bas, par i\i'^ di- 
gues destines k retenir Teau, exactement comme pour Tin iunlinn 
par submersion. Cela fait, il y a deux procdd6s employes, qiiaiil 
k rop6ration proprement dite du cohnatage, 

999. Proc6d§ de colniatiiffe luteriiiitteiit. — Lc jm nut i 

proced6, que j'appellerai iWerm/Z/en/, consiste ci couvrit i\m\\} 
certaine dpaisseur d'eau trouble lc terrain a colmater, puis i\ sws- 
pendre rarriv6e de I'eau, enfini laisscr 6couler Teau claiic aprts 
que, par un rcpos suffisamment prolong^,, la majeure pailtr Hvs 
maliferes on suspension se sera d(^po96e. La mfeme s6rie Jc niu- 
noDuvres successives sera r6p6tdc ind6finiment, jusqu'^i cc i|no 
Fexhaussement voulu ait 6t6 r6alis6. II y aura avantage a i^r* i\\\\^ 
Tdpaisseur d'eau admise k chaque operation soit la plus ;^ ratidi^; 
possible, 50 ccntimfetres, 1 mfetre et plus : plus, en effet. \v vo- 
lume d'eau trouble sera considerable, plus il y aura de limnf* il im- 
pose pendant un mfemc laps de temps. D*apres cette disposilion, 



Digitized by 



Google 



336 



CHAPITRE IX. - DESSECHKMENTS, COLMATAGE, ETC. 



iiuolkrs que soieul ks imiJmiiisoas i*l Ir^s uieg^^iiituii du surface 
j)iTseiiLL^OH par [v terrain au dHmi ih rup^Vralion, les partieii les 
plus bassos, Bv houvanl snrrm>iiir*(*?^ pnr la [>lus g^ranrli! i.^paisseur 
dV^au, SLTotit cellos qui roeovroul lo plus do d^p<M, eti surie quQ 
U terrain toiirlra a sc nivoler horizoiilalomont. 

L'ovat'ualioii Ji- I'oaii orlaircii* doil avoir li**ii par Id surface. 
Si, on rffol, on ouvrail Innt d abord uuo vauno on une honde de 
fniid, I'oaUn en si- [ii't''ci|iilant avoc violenro vers rmiverturOj pro- 
dtiiruU uii oonranl qui raseraiL le fond el eulrainerail ctTtainos 
parlies de^ liiuons qui viennonl do se rloposcr. On evite cot in- 
convt^nienl en fainanl C(mlorl*eau par tie largos coupures prali- 
qn^'ii^s a fa [lailie sn[ieriouiT <le< digues, coupures que Tou re- 
ferujo eusuito par IV-nipIui <'(»nilKuo do piquets^ de plaucbcs, de 
lorre el ilo uioLlos ilo ^'■ax<tn. I ii no>vou pins jjerreolionne Coq- 
sislo dans rein[dui iTnu Itairaiio niohilo on hois, compose de 
pouhelles Ijjou oipiarrlos el liion dres^oo.s, ^e suporposant dans 
i\i}iiK rainuro^ voUioales, uii olli^s doivenl d ailleurs cnlrer Ires 
lilireiut^uL Oolto dis|>nsi(inn ost suffisamnieut expliquoe par les 
figure'^ i:U, K^iM^l 130, qnt drnmopii la vue perspective, le plau et 
la einipe Irautivorsalo d'nu do lts barrages. 




^Mi li rn\ ETvvi' iHiirtm*' iiuktuir ciMiipn^r ilc pinnri-lk^s auperposiTs, 

ISnir *ij>i<n'i' Li vitlango, ttti runnnence par oiilover la pou- 
irelle suporiruro, vt IVan s\''t'onlt* ]^ar dt^s^sus lo d6vor«oir ainst 

fnJ'JUe, 

KnstnhMvn oiiIr\o ^ncrossiveinenl lo^ anlio?!* pnutroltc'^ & nie^ 
sure r|u<' le ni\ean *ie I'ean s'nbaisso. Ou arriHo la vidango dea 
qii^ ' arqib' rpn^ loMn s'er^nule forloinoul irouldo, 

l/ii[>oraliuii seiait Iri-s longrje si rooftulenieiU no se faisail sur 



Digitized by 



Google 



§ 3. — LIMOiNAGE ET COLMATAGK 



337 



une grande largeur. Or, precisemeni les barrages k poutrellcs sc 
prfelent, mieux que les autres vannes, k des ouvertures pouvant 
aller jusqu'k 4 ou 5 metres. Si uiie seule ouverturc 6lait insufli- 



Fig. 435. 



Plan (lu barrage I'l poutrellcs, intliquanl le iiioclc do construction 
des raiijures. 



sante, on en pratiquerail plusieurs dans la meme diguc^ Celle 
fermeture au moyen d'une simple superposition do poutrclles 
n'est pas, il est vrai, parfaitement dtanche. Mais cc sera gen«- 
ralement sans importance, une quantite d'eau equivalente a 
celle qui se perd pouvant etre conslamment restituee par la 
vanne de prise d'eau, et un tres faible courant^lant sans incoti- 
v6nient. 




Fig. 136. — Coupe Iransvcrsale de la digue. La coupe passe par le milieu dc Von- 
fice de d6charge et montrc, en 616vation, une des joues garnies de planches et 
un des potcaux detrois pieces forinant rainurc. 

On change Teau toules les vingt-quatrc lieu res ou toules loa 
douze heures. Si Teau abonde et si le terrain a besoin d'etre Irtis 
exhausse, on Irouvera gen^ralement avantage a renouveler i'eau 
souvent, sauf a ne proflter que de la partie la plus grossiere des 
troubles, qui se precipite la premiere. Mais sur la fin du colma- 
tage, en laissant a Teau le temps de s'eclaircir plus completemcntj 
on pourra obtenir un limon plus fin et plus fertile. 

22 



Digitized by 



Google 



338 CHAPITRK IX. - DESSECIIEMENTS, COLMATAGi:, ETC. 

973.' Aiantoffett et iueonv^uientii da e^lmatag^c Inter* 
mittent. — Le precede dc colmatage qui vient d'etre decril, 
exigeanl unc submersion totale du terrain el produisant un rem- 
blai a surface horizontale, ne serait pas applicable a une super- 
ficie un pcu 6lendue, presenlant dans son ensemble unc pcnte 
prononcee. Du nioins, on ne pourrait, dans ce cas, employer 
celle melbode qu'aprrs avoir subdivise le terrain par des di- 
gues en pelils comparlimenis distincts, donl chacun serail Iraitd 
separement. Ce procede esl, au contraire, tres simple lorsqu'il 
est applique a des terrains lels que sont generalement les marais, 
c'est-a-dire donl la surface difTere peu d'un plan horizontal. On 
pent quelquefois, dans Tespace de deux ou trois ans, oblenir unc 
couche dc depots de 40 a 50 centimetres ; d'autres fois, il faudrait 
un grand nombre d'annees pour arriver a un pareil r^sultat. xWais 
un relevemenl modere suffil dans bien des cas pour facililer 
IVcoulemenl des eaux advenlices, pour porter la surface du sol 
au-dessus des debordements les plus frequents, pour elever la 
terre vegelale au-dessus du niveau oil Teau reste stagnante dans 
les interstices du sol. A ces effels s'ajoute enfin la fertilite excep- 
tionuelle de la terre vegetale nouvellement creee. Des colma- 
tages bien entendus out parfois rendu a la culture el a la vie des 
marecages peslilentiels, des tourbieres presquc improductives, 
des landcs de sable, ou enfin de vastes etendues de cailloux rou- 
les, comme on en voit si souvenl sur les bords desoles des ri- 
vieres lorrenlielles. 

t94. Praeecl6 dc ealiiiataffe eontinu. — Le second pro- 
cede de colmatage, que j'appellerai procede continti, consisle a 
diriger, dans un vasle espace rempli d'eau que mainliennent des 
digues, un courant faible, mais regulier, d'eau trouble arrivant 
par la surface, tandis qu'une meme quantite d'eau s'ecbappe sans 
Cfsse par un large deversoir situe a rextremile du terrain oppo- 
sec k Tarrivee de Teau. Le courant, primitivement resserre dans 
le lit etroit du canal d*amenee, se tronvanl ensuile dissemine dans 
la large capacite d\in bassin relativement vasle, perd presque 
loule sa vitesse el abandonne, dans cette nouvellc parlie de son 
trajet, presque toutes les matieres qu*il tenait en suspension. 
Voili le principe ; mais dans Tapplication quelques artifices par- 
ticuliers deviennent necessaires. 

D'abonl, si on se contenlait de faire arriver Teau d'un cole d'uu 



Digitized by 



Google 



§ 3. — LIMONAGE ET COLMATAGE 339 

Ires large bassin, el d>n faire ecouler une quantile equivalenle 
du c6te oppose, il pourrait se faire qu'un courant, direct et de lar- 
geur limitee, vinl k s'elablir enlre le point d'enlrde elle point de 
sortie, sans que le reste de la nappe d'eau parlicipAt au mouve- 
ment. II y aurait dans ce cas des portions de Tespace iuoudL* ou 
Teau, ue se renouvelant pas suflisamment, ne fournirail plus dc 
nouveauxdep6ls unefois qu'elle serait eclaircie. On con<^oilqu'jl 
serait facile de remedier k cet inconvdnient au moyen d*uii sy^* 
teme quelconque de digues ou d'obslacles, for^ant Teau nouvellc 
a ne gagner le deversoir de sortie qu'apres avoir fait des <leloiirs 
sufBsants ou aprfes s'elre elalde dans toule I'etendue du Ici rain 
submerge. Un autre phenomene dont on doit tenir complt\ r^ ^L 
que le soleil echauffant en et6 Teau qui submerge le sol^ il piMit 
en rdsulter, surtout quand on opere dans les contrees mL-ritlin- 
nales, la putrefaction des v6gdtaux qui lapisscnt le fond el celle 
des matiferes organiques m61angees a Teau elle-memej it par 
suite rinsalubrit6 de la contr6e. Cet effet pernicieux est d'aulaal 
plus i craindre que Feau estmoins profondeet son renouvelloniouL 
moins actif. Ainsi on a reconnu que tant que Teau a une profnii- 
deur de 50 centimetres, le colmatage n'est point insalubre, uimno 
a la trfes faible vitesse de renouvellement de Teau qui permi^t aux 
troubles de se deposer complfetement. Mais lorsque le colnjata^^e 
touche kson terme, si, ne pouvant pas dlever Teau au-dessus d un 
certain niveau, on la fait passer en couche mince sur le loiTHii^ 
il arrive de deux choses Tune ; ou Ton continue a faire arriver 
dans le mfeme temps le meme volume d'eau que pr^cedenniieiU, 
et alors la section transversale de la nappe d'eau qui couvre Ic 
terrain etant beaucoupmoindre qu'auparavant, la vitesse de 1 eau 
augmente, et le dep6t des limons ne se fait plus que Ires laconi- 
plfetement ; ou bicn on r6duit notablement la quantite iVe^u 
affluente, et alors cette mince couche d'eau, qui n'est aaimcc 
que d^un mouvement insensible, ne pent empeclier les cxliaiui- 
sons f^brifferes. Toutes ces difficultes sont 6vitees par la disposi- 
tion suivante. 

»93. Cas d^un terrain liorizoiital. — Soit, en plan (ii^. 
137), BCDE la superficie que Ton veut colmater et que jo soppo- 
serai d'abord sensiblement horizontale. On commencera par enm- 
ser, tout autour du terrain, un fosse de ceinture qui TisoItMa des 
champs voisins et recevra les infiltrations qui pourraient m^ \iVo^ 



Digitized by VjOOQIC 

i 



3i0 CHAPITHE IX. — DESSKCHEMENTS, COLMATAGE, ETC. 

tluire. La lerre fournie par ce d6blai sera plac6e sur le bord du 
fussd, du cdl6 du terrain a colmator, el scrviraii former unc digue 
ilo tiO a 70 centimetres de hauteur moycnne, dcslinde i contenir 

l\»au. 




Fig. 137. — IMati d'uii cliatiip, en terruiQ horizoalaU dispode pour le 
colmatago. 



L'esp^ce de vaste bassin ainsi form^ sera ensuite divis^ en una 
^f'UQ de comparliments successifs, au moyen de digues transver- 
sales Gj a\ a". Ces digues auront leurs lignes de falte parfaite- 
nient de niveau, et toutes situ^es dans un m^me plan horizontal, 
pliis^lev^de 50 centimetres que la surface du sol. L^eau sera 
amende parun canal A et pourra $*£couler,k Teitr^mit^e opposee 
dii terrain, par un ou plusieurs larges d^versoirs manages dans la 
digue CE au niveau des digues a, a\ a". On voit que les compar- 
tiinents seront maintenus pleins d'eaujusqu'au niveau des digues 
1 1 ansversales, et que Teau se renouvellera peu k peu, en passant 
< II nappe mince par dessus ces digues. Le premier compartimenty 
iln c6t6 de Tarrivee de Teau, recueillera la plus grandc partie des 
i1i''p6ts et sera colmat6 avant les autres. Lorsqu'il aurareQU una 
i;|iaisseur de limon jug^e suffisante, on Tisolerades comparliments 
Buivants en surdlevant un peu la digue a, et on prolongera le ca 
tihI d'amen^e jusqu'au second compartiment, qui deviendra k son 
tuur tete de colmatage. On continuera de la m^me maniferejusqu'a 



Digitized by 



Google 



S 3. - LIMONAGE ET COLMATAGE 



341 



CO que tousles comparlimcnls soient colmales. L'lnsalubrilii n'c^i 
pas a craindre, puisque les compartiments qui re^oivent la pre- 
miere eau sont les souls oil lo fond vaseux so rapproche beaucoup 
de la surface pondanl unc certaino periode de Top^ralioii ; at 
commc on laisse toujours arrivcrle m6me volume d'eau, la dimi- 
nution de profondeur se trouve compens^e par un renouvelloment 
d'autant pigs rapide. D'autre part, cette acceleration du jnouve- 
ment de Teau dans le compartimenl de t6le est sans inconvr^nii ai, 
car si elle empSche la precipitation immediate de la partie la plus 
t^nue des troubles^ cello -ci no sera pas perdue pour cela, mats ira 
se d6poser dans les compartiments suivants, oh Teau a une pro- 
fondeur plus grande et une vitesse moindre. 

•Ve. Cos d'un terrain en plan Inelln6. — Je viens de sup- 
poser un terrain que Ton veut recouvrir d'une couche horizualalo 
de terre nouvelle. Mais cequ^il y a de remarquable dans la mrlhodo 
de colmatage qui nous occupe, c'est qu'elle s'applique aussi uux 
terrains en pento, alors mime qu'ils prdsentent, d*une exlronnt^ k 
Tautre, une telle difference de niveau qu'on ne pourrait prolmihc 
les ramener par le colmatage k un plan horizontal. 




Fig, ^38. — Plan d'un champ incline de m en n, dispos6 pour le colmnliigo. 

Supposons mainlenant que le terrain k colmater (fig. 138) ait 
une inclinaison gen6rale, dans le sens indique parlagrandt* lltitho* 



Digitized by VjOOQIC 



342 



CHAPITRK IX. - DKSSliCIlEMEM^, i:OLMATAG!':, KTC. 



ni* tsi li> cAlt? flu oliain[j le plus haul, CE le rnli* le plus bu. 
j'uUiblis, roinuii' [iroreilerti merit, lesi tliguos de cr^inluro BC, DK| 
de IjO k 70 ooTiUmi^livs tto hauteur, eu^upposant quon veuillere- 
liati!«^j*iM* lo li»rniin iri*ii\irou 50 rrulimMrcs. Os iligues lal^rales 
ti*aunjul plu>i h'urs^ liiniesde fi*iU* liorizoiilalesi, mais inclinecs pa- 
rallelrmeut au sol, Jo s^ubilivii^e rispaco eii camparliments par les 
<lig^ue!<^7, fj\ a\ fi\ tVmgecs Iraiisversalemenl k la^penle, sap- 
pu);iut pur liMu'S t*\lri:'niil*^s ronlre h^s iligui*s rloreialurt\et ayant 
chacuiio Ml ligrh* ii<* fuit<* pai-nntciuonl thM-izoulakn (iliacunc tW 
cos digues lranftvcrsati>s aura M icntinN tri^s environ dv hauleur, 
II rrfiiilli* d(* rt*i\v i\\siniH\[un\ qur* VanUt^ supiM'iourr di> la digiio 
a si*ra |du^ ha^st^ que ci^tle ili- ki di|^UL' a : ccHi' do la di^ue <?' 
plu,s LusK> que cellt' i\v la digue (i\ t*l airmi de suite, jusqi]*a la 
digue termjuale a" ou CK, qui est la plus basse de luules. On peut 
eu outre, eu uiulli[diaiU plun ou niuius les digues iransiveriiiales, 
ei eu les rapprocluiul d'autaiit phi.s que le lenaiu preseule une 
pente plus rapide. faire eu sorte que les differences de niveau do 
a eu a\ d(^ a' eiw*', de (/" en (i\ soient egales eL aussi petites 
qu on ie vuudra, tie 10 eunliuielres par exemple. 




Leshi*iu*i's \:V.\ el liDfoul U\vn < oinprrndn' l:r dirip(tr^ltiou (lit 
eliauliei', 

Ou VIM I sur res figures que IVui s'enl jirnrnrela terre necessairo, 
pniir lauuushuclifui desdiErueslrausver^ialos^en ereusaut un pelil 
fosse iruuiriliatt'MUHil en aval de rernptaeernenl que doil orcnpor 
eineMine (U* rvs diifues. 




I'lg* l*ih — TailU uiJti'aijiti, t:i»in>e^aUtMAt a um^ poriion ilc k Jigupc m*i» 



Digitized by 



Google 



S 3. — LIMO.NAdK I'T CuLMATA(3l-: :U:^ 

L'eau elanl amende dans le liaiil du Icrraia par lo canal A ((ig. 
138) rcmplira Ics connparlimerils el passera succcssivemciil par 
dessus chaque digue, co:nme sur un deversoir, en faisanl chaquo 
fois une cliule dc 10 cenlinH^lrcs (difference de niveau admise 
d*une digue a Taulre). Les choses se passeronl commo dans le 
premier exemplc, a ccia pres que le remblai oblenu par le col- 
malage, au lieu d'etre horizontal, formera une suite de gradins 
separes par des ressauls de 10 centimetres. Les labours suflironl, 
une foislecolmalagetermine^pour Taire disparailre ccsinogaliles. 

977. Ca« d^iiu terrain ayaiit uiic Murfacc courbc quel- 
eanqae. — Cclte melhode, considcree dans toute sa generalite, 
est applicable k un terrain irri^gulicr, ayant un perimetrc, une 
inclinaison el meme une superlicie quelconques. Figurons-nous, 
dans les dernieres ondulations qui se Irouvent au pied d'un massif 
montagneux, un pli en forme de vallon, parcouru par un ruisseau 
qui, descendant des hauteurs, roule pendant une partie de I'ann^e 
des eaux limoneuses. Supposons qu'on veuille proliter de ces cir- 
constances pour couvrir d*une nouvelle couche de terre une petite 
portion limit6e de ce vallon, dans le double but d'en am61iorer le 
sol et d*en regulariser la surface. 

Les lignes pointill6es, sur la ligure 141, sont les courbes de ni- 
veau du terrain, determinees par sa rencontre avec des plans 
horizonlaux, distanls par exemple de 20 centimetres les uns des 
autres. AB est le ruisseau dans son etat primitif. Deux fosses de 
derivation ACEGIL,ADFI1KL sonl traces demaniere a contourner 
Tespace a colmater. lis sont destines, soit a procurer un lit au 
ruisseau pendant la confection des digues qui doivcnt barrer la 
vallee ; soit a enlever les eaux, en cas de surabondance pendant la 
dyree du colmatage ; soil h facililer rinlroduclion de Teau dans 
un quelconque descompartimenls a colmater ; soil enfin a servir 
de canaux de repartition pour Tirrigation du teiTain, une fois le 
colmatage termine. 

Des digues CD, EF, GH, IK sonl tracees en plan suivanl des 
courbes regulieres ; leurs faces terminates superieures, parfaite- 
ment nivel6es, sonl silu6es respcclivemenl dans les memes plans 
horizonlaux successifs, distanls de 20 centimetres les uns des 
autres. La hauteur de chacunc de ces digues alteint son maximum 
vers le milieu de la longueur, qui correspond a la partie la plus 
creuse du vallon : elle d6croit vers les extr6mites oil elle se ter- 



Digitized by 



Google 



344 CHAPITRK IX. — DESSHCHbMENTS, COLMATAGE, ETC. 

mine, de parlet d'autre, a zero. La largeur de chaque digue, pro- 
portionnellc en chaque point a la hauteur, suit les mfemes varia- 
lions et alteint naturellement son maximum h la rencontre du lit 
l>rimit]f du ruisscau. Le terrain sc trouve divis6 en qualrc cora- 




Fig. 441. — Plan d'un terrain inrline, pr^sontonl uno surface courlHi 
iiTt'giilierc, dispose pour le colnialage. 

partiments, donl Tun, sitiie en amonlde la ligne CD, n'esl limite 
en AC, AD que par le relevemeni naturel du sol suivani Ja pente 
(le la vallee. CVst dans ce coraparlimeut superieur que I'on inlro- 
duira Teau. Une fois re compartimcnt plein jusqu'au niveau du 
Tar^te superieure de la digue CD, I'eau dehordera par dessus 
celte digue, et remplira le serond comparlimeut jusqu'au niveau 
du faite de la digue EF, el ainsi de suite. L'eau dehordant par 
dessus la derniere digue IK serareQue dans les portions du foss6 
de ceinture qui suivent le pied de celte digue el qui la ramfene- 
ront dans le lit LB du ruisseau. Les surfaces hach6es sur le plan 
Beront recouvertes par I'inondation el recevront les dep6ts limo- 
neux. Quant a la conduite du colmatage^ elle ne differera en rien 
de ce qu'elle etait dans Tcxcmpleprecedemment donn6. 



Digitized by 



Google 




g 3. — LIMONAGE ET COLMATAGE 3i5 

Dans le cas actuel, on voil que lea arfetes supirieures des digues 
successives peuvent 6tre consid6r6escommo des lignes de niveau 
d*une nouvelle surface courbe, que Ton se donne arbilrairement 
el que Ton voudrail subsliluer k la surface primitive du sol. En 
r6alit6, on aura une serie de gradins horizontaux, un vaste esca- 
Her dans lequel les armies saillantes des marches son! les sommeis 
des digues. La hauteur des gradins n'^lant d'ailleurs suppos^e que 
de 20 cenlimfetres dans notre exemple, rien ne sera plus facile, 
aprfes rachevenienl du colmatage, que d'abattre les aretes el d'6ta- 
blir une surface continue. 

999. Armnimgem da proe^d^ de eolmato^e cenilmi. — La 

m^thode de col matage continu h eau courante se prSte mieux que la 
mdthode intermittente a loutcs les dispositions du terrain, parti- 
culi^rement quand il existe une pente prononcee. Dans la m^lhode 
intermittente, il faut, au bout d'une certaine p6riode de temps qui 
est rarement de moins de vingt-quatre heu res, f aire dcouler tout 
le volume d'eau dont le sol est convert, volume qui ne serait pas 
inf6rieur k 5.000 metres cubes pour une surface d*un seul hec- 
tare reconvert de 50 centimetres d'eau. Puis, aprfes avoir referm6 
les deversoirs de decharge, il faut faire revenir un 6gal volume 
d*eau par le canal d'amende ; pendant ces operations, Teau sera 
trop agilee pour que le d6p6t des limons s'eflFectue. Dans Tautre 
systeme, au contraire, la precipitation des matieres terreuses a 
lieu sans interruption. 

999. Moyens de tirer parti da terrala pendant le eol* 
matage. — Afin de tirer quelque parti du terrain pendant les 
annies employees au colmatage, on pent avoir recours a un arti- 
fice qui consistc a diviser le marais en planches etroites, ayant 
gen^ralement do 2 k 5 mfetres de largeur, 86par6es par des foss6s 
parallfeles entre eux. La terre provenanl du creusement de ces 
fosses est rejet^e sur les intervalles qui se Irouvent ainsi exhaus- 
s6s. D'ailleurs les dimensions des fosses doivent etre assez con- 
siderables, relalivcment kla largeur des planches, pour que le sol 
de ces derni^res se trouve ainsi porte k une hauteur au moins 
egale k celle que Ton se propose de faire acqu6rir, par le colma- 
tage, k Tensemble du terrain. Les fosses de cette premifere s6rie 
sont relies entre eux, de distance en distance, par d'aulres fosses 
transversaux. C'est dans cc reseaude canaux communiquants que 



Digitized by 



Google 



346 CIIAPITRE IX. — DKS-KCHKMENTS, COLMATAGE, ETC. 

Ton inlroduil Tcau trouble dcstin<^e k Ics combler par ses depots 
successifs. Quant aux intervallcs en assec, ils recoivenl pendant 
CO temps quelques cultures. M. Pareto * cite, d'apres Tingenieur 
italien Michela, des exemplos d'operalions de ce genre, dans les- 
quelles on avait utilise^ le terrain en y faisant des plantations 
d'osiers et d'autres varidt6s de saules. Une fois les foss6s colma- 
l6s, on arrachail ces arbustes, et des labours energiques acbe- 
vaient de niveler et de melanger toule la superficie. Ces oseraies 
peuvenl ^tre quelquefois d'un assez bon rapporl. 

Les deux procedes de colmatage que j'ai decrils ci-dessus sonl 
d'ailleurs egalenient applicables aux reseaux de canaux comnm- 
niquants dont il s'agit.L'application duprocede intermittent n'of- 
fre aucune particularity nouvelle : il sutfit qu*il existe un canal 
propre h amener les eaux troubles et un autre pour la vidange, 
Tun et Tautre munis de vannes. Quant au proc6de continu, il no 
donne pas lieu a plus de difficultes. 




Fig. 142. — Plan d'un terrain dispose en planclies surelevees, s^pareos par de 
larges fosses que Ton vout combler par Ic colmatage. 

Soit (fig. H2)un espace rectangulaiiedivise,comme on le voit, 
par une s^rie de fosses paralleles reliant deux autres foss6s AB, 
CD. L'eau trouble arrive en A. L'evacualion se fait en D. Le cou- 
rant deTeau a lieu parlout dans lesens des fleches. L'eau du foss6 
AB venant h se rc^partir enlre tons les foss6s transversaux, tels 

1. Irrigation el assainissemefit des terres. 



Digitized by 



Google 



§ 3. — LIMONAGE KT COLMATAGE 347 

que ac, dc\ d'c\.., ces derniers elant au nombre de onzc, cha- 
cun d'cux o'aura ft d6bilcrque la onzieme parlie de Teau qui af- 
flue en A ; par suite, la vitesse y s^ra bien moins rapide que 
dans le canal d'amenee, (te qui permellra aux troubles de se d^po- 
ser presque complfelement. 
J'ai suppose que Teau se repartissait egalemenl dans les onze 

foss6s Iransversaux ac, aV C'est cc qui arriverait vraisembla- 

blement dans le cas represente par la figure, car Teau a un Irajet 
de m^rae longueur a parcourir, quel que soit celui des fossds 
transversaux dans lequel elle passe, et elle n'a pas un 6coulement 
plus facile par Tun que parTautre. Mais dans les diverses dispo- 
sitions de terrain et de canaux qui peuvent se rencontrer dans la 
pratique, il pourrait se faire que Teau eut une tendance h passer 
en plus grande quanlil6 par certaines voies. On obviera dans tons 
les cas k cet inconvenient en 6tablissant, aux extr6mil6s des fos- 
ses dans lesquels se divise le courant,de petites digues a,a', a" 

c,c',c"...., submerg^es, qui s'eleveront tout au plus jusqu'kfleur 
d'eau, et n'auront pour effet que de r^trecir les entries des foss6s. 
En renforQant ou abaissantles uns ou les autres de ces barrages, 
on arrivera, apres quelques tdtonnements, a regler en chaque 
point le courant comme on le voudra, et k le rendre 6gal dans tons 
les canaux. Des digues analogues pourront fetre encore 6tablies, 
au besoin, en b^b\b'\.,. ; dans ce cas, la plus grande partie du 
dep6t aura lieu dans le premier compartiment de chaque fosse,et 
le colniatage pourra ainsi etre fait en deux fois. On comprend en- 
fin que le terrain pourrait avoir une inclinaison sensible, sans que 
Toperalion fut rendue beaucoup plus difficile par cette circons- 
tance. II suffirait de multiplier les barrages proportionnellement 
au degre de penle, et d'en regler les niveaux de manifere k lenir 
Teau, en chaque point, a la hauteur convenable. 



§ 4. 
DRAINAGE 



990. Avanta^es da drainage. — Les rigoles d'assainisse- 
ment ont I'inconvdniept de perdre du terrain et de nepouvoir, en 



Digitized by 



Google 



348 CHAPITRE IX. - DESSfiCHEMI^NTS. COLMATAGE, ETC. 

g6n6ral, 6lre assez profondes pour bien conduire au but quandle 
sol est compact. On arrive a assainir ct, en meme temps, k a^rer 
Ic terrain au moyen de drains ou luyaux mis boul a bout sans gar- 
nissage, dans lesquels Teau s*introduit par les joints; oules pose 
d'autant plus profond6menl qu'ils sont plus espac^s el que le sol 
est plus imperm6able ; c'est aujourd'hui une operation bien con- 
nue, pratiquee partout, mais dont importance n'esl pas encore 
assez appr^ci^e.C'est au propri^tairo qu*il appartienl de s'en char- 
ger, car elle constitue une veritable amelioration fonciere, qui 
parfois change complfelement la valeur des terres en permettant 
des cultures autrefois impossibles. Le cas le plus ordinaire est ce- 
lui oh Ton transforme en v^ritables prairies des p&tures humides 
de peu de valeur; mais ce n'est pasle seul,caril est souvent pos- 
sible de faire de bonnes terres labourables sur les plateaux ma- 
r^cageux qu'on rencontre dans les formations imperm^ables, et 
alors le drainage pent cr6er la richesso dans une contr6e pauvre 
et malsaine. 

Bien que les terrassiers du pays soient parfois suftisants, il 
faut reconnaitre que des sp^cialistes peuvent op6rer h de moin- 
dres frais, car il s'agit d ouvrir des tranch^es 6troites, d'en sou« 
tenir au besoin les parois a Taide de blindages, et enfin de placer 
les tuyaux sur un fond oil Thomme n'a pas la place n^cessaire 
pour se tenir commod6ment. II faut se servir d*outils sp^ciaux pour 
arriver au but avecun minimum de deblais,aprfes avoir commence 
la fouille avec les outils ordinaires ; on trouve maintenant ces 
outils sp^ciaux chez les construcleurs fran9ais, comme chez ceux 
d'Angleterre et des fitats-Unis. D'aprfes Alfred Durand-Qaye, on 
pent s'en procurer pour 46 francs une collection complete. II y a 
des types beiges, l^gers^ qui valent mieux que les lourds outils 
anglais. 

991. TuyauiK. — Toutes choses egales d'ailleurs,leur calibre 
doit fetre d'autant plus fort qu'on opere k plus grande profondeur 
et plus grand ecartement. Un propridlaire prudent fera d*abord 
quelques essais, par exemple a un metre de profondeur avec es- 
pacement de 10 mfetres, d'une part ; k l»n20 et 15 "*, d'autre part, 
et comparera les resultats, avanl d'op6rer en grand sur tout une 
pifece. 

Les luyaux sont en polerie, de 0,04 a 0,20 de diamfetre inl6- 
ricur; les plus gros servent de collecleurs dans les terrains les 



Digitized by 



Google 



§ 4. — DHAINAGK 349 

plus humides. Les plus pelils, d'un pied (0'",33) de longueur 
chacun, pesenl environ mille kilos le millo ; ceux de 0'",10, 
3.200 kilos ; ceux de 0",20, 10.000 kilos. lis reviennenl res- 
peciivemenl, kSofr.^ 140 fr., 500 fr. le mille. On ajoutait autrefois 
des manchons de 0,08 environ de longueur, ou des demi-man- 
chons, pour proleger les extremites ; c'6tail une notable d^^pense 
suppl6mentaire, qu'on se dispense g6neralement de faire aujour- 
d'hui. 

Nous croyons inutile d'entrer dans des details sur la fabrication 
des tuyaux, qui est aujourd'hui bien connue; quant a leur qua- 
lit^, elle se resume dans la n^cessitd de les avoir bien resistants, 
rendant un son clair, n'absorbant que peu d'eau lorsqu'on les im- 
raerge, ce qu'on reconnait en les pesant avant et apres. 

989. Trae^s. — II faut, quand la penle est faible^ que les li- 
gnes de drains correspondent aux lignes de plus grande pente du 
terrain, pour 6vitor que leur profondeur ne devienne trop grande 
versTaval, puisqu'une pente notable leur est n^cessaire ' : 2 mil- 
limetres au moins, 10 centimetres au plus. Les collecteurs cor- 
respondront en general aux plis du sol superficiel. Dans les ter- 
rains plats, les drains de dernier ordre n*auront plus de direction 
obligee et le trac6 sera (^labli suivant les circonslances, sans qu'au- 
cune r^gle puisse etre indiqu^e. 

En dehors des essais dont il a 6t^ parle, qui sont les plus siirs 
pour fixer Tficartement des drains 61ementaires quand on les fait 
un an d'evance, on pent op6rer si Ton est presse k Taide de tran- 
ch6es au voisinage desquelles on fail des trous, de 2 metres en 
2 metres par exemple. La trancli6e dtant k la profondeur suppo- 
s^e d'un drain, les hauteurs d'eau dans les trous donnent une idee 
de ce qui se passera apres les travaux ; si le trou a 4"* et le trou 
k 6" indiquent des niveaux d'eau 6gaux, cela semble prouver que 
rinfluencede la tranchee s'arr^le vers 5", soit 10™ pOur la distance 
entre deux drains de la profondeur essayde. 



i . On a fait observer que I'eau ne se rend pas par la ligne la plus courle 
au drain ^tabli suivant la ligne de plus grande penle, ce qui aurait lieu si I'on 
s'6tablissait perpendiculairement k celte direction, d'oCi la possibility d'6carter 
davanlage les drains. Les corabinaisons possibles se multiplient k mesure qu'il 
s'agit de pentes plus prononc6es ; dans un terrain k forte pente, on pent se 
rapprocher beaucoup de la direction des lignes de niveau de la surface, et espa* 
cer davantage les drains. 



Digitized by 



Google 



350 CHAPITRE IX. - DESSKCHEMENT, COLMATAGE, ETC. 

998. W^imiU d>ejL€fmtlmwk. — Lorsqu'on a leve le plan du 
terrain k drainer, nivele, trace les courbes de niveau sur le plan, 
on r(5digc le projet dans le cabinet et Tapplication sur le terrain 
ne donne lieu a aucune difficult^. Les ouvriers Iravaillent par bri- 
gades de qualre hommes, chacun creusant une partie de la pro- 
fondeur; on commence li la partie haute de la lranch6e,les ouvriers 
marchant suivant la penle du terrain, a reculons: le premier ou- 
vrier commence Touverlure sur 0",40, il se sert d'une grande 
b^che de 0",40 de longueur sur O'",!^ de largeur, puis cure a la 
pelle ordinaire ; le second approfondit, pendant que le premier 
continue plus loin, il se sert de la bfeche, puisd'une pelle ^troite ; 
le troisifeme opfere avec la bechc de 0™,10, puis sans sorlir de la 
tranch6e, avec une grande drague plate ; le quatrifeme, qui est 
en mftme temps le conlre-mattre, achevelafouille avec une petite 
bfeche et avec plusieurs pelites dragucs en forme de gouge, appro- 
prices au diamfetre des tuyaux. Toutes les dragues sont a manche 
courbC. Le chantier est muni d'un pic de terrassier, pour Tatta- 
que des parties dures ; exceptionnellement, on pent elre oblig6 
d'employer la poudre dans quelques passages. On recommande 
aux 3" et 4* ouvriers d'avoir des guetres en cuir, et de d6fendre 
la vcste et la culotte avec des garnitures de cuir dans les parties les 
plus exposCes. 

Tout le d6blai est jeld d'un seul c6te, h Texception du produit 
du r6glago du fond, que Ic contre-maitre jette sur Tautre bord, 
pour n' avoir pas k TClever k la hauteur augment6e par la presence 
du bourrelet. Les luyaux ayant ete mis en ligne le long du bord 
non encombre, Thomme du fond les pose d'en haut, k Taide d'un 
outil special danslequel il les enfile successivement*. On jette en- 
suite quelques pelletecs de debris et de terre, aprfes avoir plac6 
un petit paquet d'argile a la partie sup6rieure de chaque joint si 
le sol est tres sablonneux ; il est avanlageux de ne pas combler 
de suite, parce que Taction de Tair et des intemp6ries amene 
des fendillemenls, ce qui facilite ensuite rarriv6e de Teau aux 
drains. 

Les jonctions des drains aux collecteurs se font vers le haut de 
ceux-ci, oil Ton fait les ouverlures necessaires avec le c6[6 pic 
d'un marleau k main, dont Fautre c6tC, tranchant, sort k lailler 
les tuyaux a la domande. 

1 . Get outil, a long manche (2™,50\ se termine par une tige de fer en retour 
d'equerro, k douille, de la longueur d'un tuyau etde 8"" de diara^lre. 



Digitized by 



Google 




Fiff. 143. — Oulils de drainage, cmploytjs par iinc ociuipe bulge qui a fail des Iravaux dims 
1 Aube. — 11 y avail une autre pelle acieruo, moins largo, pour fond de gravier, et umt 
autre drague, plus large 9t a fond plat. 



Digitized by 



Google 



352 CfiAPITHh: IX. - DESStCllEMEM, COLMATAGE, ETC. 

II est bien enlendu que chaque drain sera ^tabli suivaDi unc 
peule regulifere, ou suivant une serie de ponies r^gulieres, sans 
qu'on se prdoccupe des inegalites partiellos du sol sup^rieur ; on 
tracerades lignes droiles ayantHnclinaison moyenne du terrain, 
k Taide de pelils piquels enfonces dans Tune des faces du d^blai, 
de telle maniere par exemple que le contre-matlre n'ait qu'a me- 
surer un metre a partir de cette ligne pour savoirqu'il est k fond, 
la profondeur prescrite 6tant suppos6e de 1",20. 

Quand on descend au-dessous de 1",20, le prix du metre cou- 
rant de d^blai, rfeglemenl et pose augmente beaucoup. En Solo- 
gne, ou paye fr. 25 pour la profondeur de 1",20, dans un sol 
de sable mkl6 de cailloux. Dans un terrain argileux du departe- 
ment de TAube, m6l6 de masses de gravier, nous avons vu payer 
fr. 20 pour ln»,20 quand il y avait pen de gravier, el fr. 35 
quand celui-ci depassait une proportion d^lerminee. 

984. TravMwm aeees0olres. — Lorsqu'on remblaye les trau- 
chees, il faut avoir soin de placer des bornes indiquant Torigine 
de chaque tranch6e *. Le parcours de celle-ci est en outre jalonnd 
par des blocs qu'on enfonce k pen de distance des regards, petils 
puisards disposes pour surveiller le fonctionnemenl du drainage 
el qu'on recouvre d'une dalle, puis de terre. On fait d6boucherle 
drain d'arrivee dans ces puisards un pen plus haul que Forifice 
de depart de celui d'aval ; il en r6suUe une chute d'eau dont on 
pent percevoir le bruit. Enfin, un dernier travail accessoire con- 
siste k fermer par une grille Textrimiti des drains collecteurs, 
dont nous allons parler, pour empfecher Tintroduction des rats, 
souris et aulres animaux. 

M^S, Drains eolleeteur*. — L'ensemble d'un drainage est 
un reseau qu'on pent comparer k celui des ruisselets, ruisseaux 
petils et grands et enfin riviferes d'un pays. Suivant les cas, on 
aura des drains d'ordre ^lemenlaire deO.OiouO,OSdediametre, 
etdes drains de 0,10 — ou bien des drains de 0,04, 0,10 et 0,20, les 
deux derniers genres correspondant k des collecteurs de premier 
et de second ordre. II y aura gen6ralement des debouches multi- 
ples dans des fosses, sur le penchant de coteaux ou ravins, dans 
des ruisseaux (voir Tart. 24). 

1 . On peut se dispenser de pilonner la Lerre lord du remplissage. L'ados su- 
perliciel disparaitra peu i peu. 



Digitized by 



Google 



§ 4. — DRAINAGE 353 

98tt. PriiK de revient. — Nous avons connaissance de drai- 
nages ne revenant qu*k 200 fr. Thectare, mais en general il faut 
compter sur 300 fr. i 400 fr., le double quelquefois. Cesonl done 
des operations serieuses, et il ne faut se mettre k l'a3uvre qu'a 
bon escient. Dans quelques d^partements les agents des ponts el 
chauss6es et les agents-voyers sont mis a la disposition des pro- 
pri6taires pour faire les nivellements et traces pr^liminaires ; 
mais il faut compter surtout sur soi-mfeme, car il s'agit de choses 
simples, pour lesquelles le discernement et Tattention soutenue 
des intercss6s est le facteur principal. Cepcndant Tiulervention 
administrative est parfois tres utile, surtout lorsque le Conseil 
general ouvrc au service hydraulique le credit n^cessaire pour 
payer un contre-maitre sp6cialiste, qui se transporte partout oil 
son concours est demands. II va de soi que la connaissance g6o- 
logique du terrain pent rcndre de grands services, et Ton trou- 
vera partout des ingenieurs (de TEtat on libres) pour donner sous 
ce rapport de precieux conseils. 

989. Baelnes. — U importe de se premunir contre Tencom* 
brement des drains par le chevelu des arbres ; pour cela il faut 
que ceux-ci soient kunequinzaine de metres au moins des drains; 
quand c'esl impossible, on intercale une pierr6e aussi profonde 
que le drain enlre celui-ci et la ligne d*arbres*.Cette question doit 
porter a 6carter davantage les lignes de drains les unes des au- 
tres ; on est alors oblig6 de les ^tablir plus profond6ment, mais 
il n'en resulte pas une trop grande augmentation de depense^ la 
longueur totale des tranch6es se trouvant reduile el les pierr6es 
de defense dcveuant inutiles. — Dans un sol tres sec, que Ton 
n'aurait draine qu'en vue d'une plus prompte evacuation des eaux 
pluviales, les racines ne seraient pas a craindre; le contraire 
aurait lieu avec un sous-sol Ires humide. 

988. Drainage Tertienl. — Lorsqu'une couche impermea- 
ble repose sur un terrain permeable, il peut suffire d'opdrer un 
drainage vertical ; mais c'cst un travail d61icat que nous ne con- 
seillons pas aux proprietaires d'ontreprendre sans Taide d'ing6- 
nieurs sp6ciaux. 

1 . Disons cependant que les racines de certains arbres, les arbres fruitiers 
notamment, sont peu dangereuses; la plupart des peupliers, les ormes, et autres 
arbres k racines tracantes font sentir ieur influence jusqu a 30™. 

23 



Digitized by 



Google 



§^'^^^m^^^ 



354 CHAPITRE IX. — DESSECHEMENT, COLMATAGE, ETC. 

989. B^saltots. — Les r^sultats varient a rinfini. M. Man- 
goQ a constats que Ic drainage appliqu^ k des lerrcs labourables 
avail portd ]e rendement moyen de 14 k 20hectolilrespour le ble 
et de 15 k 42 pour le seigle. Mais le seul moyen de s'iclaircr se- 
rieusement consiste k n'opSrer d'abord que sur de peiites surfa- 
ces. U est cependant des cas oil la disposition des lieux et la con- 
naissance du terrain ne laisse pas d'incerlitude sur la possibility, 
par exemple, d'assainir complfetement des pkturages humides et 
de les transformer en pr6s. 

»•#. i^phorisme de Belsrand. — Belgrand a r6sum6 dans 
Taphorisme suivant ses observations et sa longue pratique dans 
le bassin de la Seine ; « Le drainage nest jamais utile dans les ter- 
rains perm^ableSy excepte qnand ils so)U cultivis en prairies ; tV 
est toujours utile dans les terraim impermeables, except^ quand 
ils sont cultives en prairies. » *. Dans le bassin de la Seine, une 
grande partie de la surface du sol est tr^s permeable ; <c les eaux 
pluviales disparaissent dans le sol au point m^me oil elles torn- 
bent >, dit Belgrand, dfes lors il est clair qu'il n'y a pas lieu de 
drainer. II n'y a d'cxception qu'au fond des valines les plus pro- 
fondes, oil coulent de rares cours d*eau habituellemont bordds de 
marais tourbeux ou de prairies humides. 

Les terres labourables des calcaires oolithiques, de la craie blan- 
che, des terrains 6oc5nes, des sables de Fontainebleau et des cal- 
caires de la Beauce n*exigent jamais de drainage. 

En ce qui cohcerne les terrain imperm6ables du bassin de la 
Seine, notre auteur fait les remarques suivanles : 

Lias. Les eaux s'6couleut facilement sur les pentes douces du 
lias ; le drainage n'est pas absolument ndcessaire sur les terres en 
cultures diverses de ce terrain ; il serait d6sastreux sur les prai- 
ries. On trouve ch et Ik des terres oil les eaux pluviales s6jour- 
nent ; il faut les drainer. Les terrains cultives en vignes sont drai- 
n6s depuis longtemps au moyen de pierr^es ; on a fait ainsi dis- 
parailre les petitcs sources des calcaires k entroques et k gry- 
phdes cymbium, qui 6taient trfes nuisibles k la vigne. 

Argiles du Gdtinais et argiles meulieres. CS sont des terres a 
drainer. On op6rait autrefois par des proc6d6s grossiers, le pro- 
grfes se continue aujourd*hui par le drainage perfectionn6. 

1. II y a cependant sur ce dernier poinl des distinctions a faire, suivant la 
pente, Tetat plus ou moins marecageux, etc, — Voir « La Seine », chapitres 
XXXII et XXXV. 



Digitized by 



Google 



§ 5. - CURAGfclS 35o 

Argiles a meulieres (Brie). Le drainage y est pratique depuis 
longlemps, et, malgre rimperfectioii des anciens proc6d6s, avait 
donn6 de grands r6sultats « avanl qu'on eut etir6 un tuyau de 
drainage en Angleterre ou en France ». Autrefois on se conten- 
tait de conduire les eaux des terres labourables dans les mares et 
les rus, par un siilon plus profond qui coupait tons les autres. 
C'est encore la methode la plus generalement employde ; cepen- 
danl le drainage par luyaux en polerie prend lous les jours de 
Textension. 

Ensomme, c'est surlout sur les plateaux imperni6ables et sans 
pente du GMinais et de la Brie que Ic drainage est le plus pr6- 
cieux dans le bassin de la Seine. 



CUBAGES 



991. Baisseau^ et rlvil^res non navi^ables nl flotto* 
bles. — Les questions relatives aux ruisseaux, aux rivieres non 
navigables ni flottables ont une importance de premier ordre en 
matifere d'hydraulique agricole. Les lits de ces cours d'eau font 
partie des choses qui n'appartiennent a personne, dont Tusageest 
commun a tons et dont la jouissance est rdglee par des lois de 
police (voir les arrets de la Cour de cassation, des 30 juin 1846 
et 6 mai 1861 ; jurisprudence constante) ; les riverains ont des 
droits, celui de p6che entr'aulres, mais il ne faut pas confondre 
ces droits avec une propriete absolue. Si les peliles rivieres 6laient 
laiss6es k la libre disposition des riverains et des usiniers, de 
grands dommages en resulteraient pour Tint^r^t general. Le rive- 
rain, disent notre camarade d'ecole Armand Martin etM. Ponton 
d'Am^court dans leur excellent m6moire de 1873 (Annales des 
Fonts et chaussees), le riverain « augmenterait sa propri6te au 
detriment de la largeur du cours d'eau ; Tusinier releverait suc- 
cessivement le niveau de saretenue pour en augmenter la chute, 
au risque d'inonder la vallee... Bientot les eaux n'auraient plus 
un ecoulement facile et regulier, etles fonds des vallecs redevien- 
draient en peu d'annees de veritables marecages. » 



Digitized by 



Google 



3r)(5 CHAPITUE [X. - DESShiCHEMI-M, COLMATAUli, ETC. 

t99. linpuittsaHce relatiirc de Tindivida ^ — La lie- 
cessile des Iravaux dc curage cl d'anidlioralion dc petils cours 
d'cau nc saurait eire abandonnee a Tcxclusivc appreciation de 
cliacun des intercsses, et cola dans Icur proprc inl6r6l ; s'ils ^taient 
r6duils a agir isoletnent, ils dcmeureraient dans rimpuissance 
d'enrayer le mal. Un riverein pcrdrait en elTet son lemps a curer 
seul la moili6 de la largeur du lit, si de Tautre cole Ton ne faisait 
rion ; ful-il propri6laire de deux rives, il nc pourrait se garanlir 
des inondalions causdcs par le defaut d'enlrelien du voisinage et 
par les manoeuvres des usiniers. 

993. Impuifisanec relative de la conmiune. — Dememe, 
ilsuHiraild'un desaccord enlre deux communes (et nous pourrions 
en cilcr des exemples), pour que le curage demeurAt impossible 
a faire dans de bonnes conditions. C'est tr^s souvent dans unc 
commune voisine de celle qui souffre qu*il faut aller chercher la 
cause du mal. Bien plus, les Iravaux d'amdlioration realises en 
un point peuvent elre unc cause de dommage pour I'aval, a defaut 
de vucsd'ensemble. Nous allons le monlrer. 

294. Bassin de la Braye. — Dans la vallee de la Brave, qui 
3*etend dans les deux deparloments de Loir-el-Cher et de la Sar- 
the, tandis que Tassociation des proprielaires d^amontam^liorait 
la situation, au point que le syndicat constatait en 1867 « qu'au- 
« cune partie n'6tail plus maree^ tandis qu'auparavant les pluies 
K les plus ordinaires occasionnaient des d6bordements », les pro- 
pridlaires d'aval se plaignaient de voir leur position aggravee. 
Dans une reclamation bien curieuse, ils ecrivaient ce qui suit a 
Tadministration : « Le syndicat de la Ilaute-Braye, en facilitant 

< Tecoulement de Teau, a garanti les prairies des inondations 
( qui perdaient les r^colles presque tons les ans, mais il a rendu 
X beaucoup plus mauvaisc la situation des proprielaires de la 
« vallee siluee au-dessous. II resulte de cet etat de clioses que 

< des ernes m^me serieuses n'occasionnent pas de debordement 
^( dans Tetendue du syndicat, tandis que la plus pelite pluie sub- 
K merge la vallee inferieure ». 

II n'etait pas possible de mieux demontrer que les proprielaires 



1. Dans les quatre articles qui suivont, nous conlinuerons a resumer le me- 
iiioire de MM. Martin et d'Amccourt. 



Digitized by 



Google 



g 5. — GURAGKS :!57 

craval ri'avaient qu'une chose a faire : imiler Icurs voisins cl fon- 
der un syndicat. 

995. IV^eessile dc« Ayndicats. — On vient de voir combicn 
est imporlante Torganisalion des syndicals dans les valines. O 
sent des associalions d'int^resses poursuivanl, avec le concours 
des agents de Tadministration, agissanl conime guides techni- 
ques, un but commun, utile h tons. MM. Martin et d*Amecourt 
pensent qu'il en faudrait, non seulement pour les cours d'eau, 
mais aussi pour les chemins ruraux. II est certain que les syndi- 
dicats, dont on commence k mieux comprendre Timportancr 
dans les campagnes, peuvent s'appliquer k tons les genres d'iri- 
t^r^ls communs, et que leur extension aurait de Timportance 
pour le bien-fetre des populations, en m^me temps qu'elle forme- 
rait a la vie sociale tant d'hommes qui se tiennent trop k I'^cari 
de leurs concitoyens. Tons les inter^ts sont plus ou moins soli- 
daires les uns des autres, dans une petite commune, de meme 
quo dans un grand pays. Mais il ne faut rien exag6rer, et nous 
verrons au chapilre XI des cas assez impr^vus d'impuissance dc^ 
syndicats. 

996. Aetion du pr^fet. — II est neccssaire de dire ici quo 
dans beaucoup de d^partements oti, d'apres Tusage local, cha- 
quc proprielaire doit curer, au droit de sa propri6te, la demi- 
largeur du cours d'eau, il suffit que le prefet prenne un arretc 
pour chaque commune, determine un delai d'execution et charge: 
ringenieur en chef d'operer d'office aux frais des rctardalaircs. 
On paie lesdepenses sur un credit ouvert au budget departemen- 
tal, et Ton recouvrc sur qui de droit, comme- en maliere de con- 
tributions direcles. — Mais cette marche ne pent s'appliquer qu'aux 
enrages, la moindre rectification du cours d'eau exige une expro- 
priation, ot par suite de longues formaliles, et Ton n'aboutit qui' 
rarement quand il n'y a pas d'associations syndicales. Celles-ci 
oblienuent des cessions amiables, tandis que Tadministration 
aurait renonc6 a des ameliorations dont le caractere d'utilitt? 
publique n'est pas loujours assez marque? pour emouvoir ladmi- 
nistralion sup^rieure. 

999. l.es planles nquatiqucs. — Dans un paragraphe con- 
sacre aux curages, nous ne pouvons nous dispenser de signaler 



Digitized by 



Google 



358 CHAPITHE IX. — DESSfiCHEMENT, COLMATAGE, ETC. 

combien il imporle do bien enlretenir les fosses d'assfechement, 
dans los prairies plates el plus ou moins mar^cageuses, comme 
on en rencontre lanl dans cerlaines vallees. A defaut, les plantes 
aqualiques se diveloppent au point de rempUr enliferemeni ces 
fosses, et une prairie passable peut k la longue se Iransformer 
en un vc^ritable marais insalubre el de peu de produil. On dis- 
tingue deux cal6gories de ces plantes : 

Les plantes de fond sonl des gramin^es^ des roass^tes, dos 
joncs, des mousses, des nymph^ac^es (entr'aulres le nenuphar, 
cette grande et belle plante dont les feuilles et les fleurs s'^lalent 
kla surface des eaux). Les nymph^ac^es forment la limile entre 
les plantes de fond et les plantes de surface. Celles-ci se propa- 
gent dans Teau sans prendre racine au fond ; les plus r^pandues 
sonl : les algues, les naiades, les crucif^res. 

Les plantes rampanles, el notamment les mousses, se propa- 
gent par les fortes chalours avec une rapidity extraordinaire ; 
clles arrivent a former dans les fosses de verilables barrages, au- 
dessus desquels Teau passe en d6versoir. Les planles k liges droi- 
tes sonl moins pernicieuses au commencement de Tabandon de 
Tentretien, mais elles finissent par former des barrieres au 
travers du lit. Les planles de surface ne se propagent que dans 
Teau morte, ou a peu pres sans vitesse ; lorsqu'elles abondent, 
le fond se tapissc de mousse, et Ton vient de voir oil cela conduit 
avec le temps. 

L'extirpation des plantes aqualiques est done une operation de 
grande imporlance ; il convient d y proc6der chaque ann^e, car 
Tabandon momenlan^ des foss6s d'ass6chement, et des pelils 
cours d'eau sur terrain d6pourvu de pcnle, ne peut conduirequ'k 
Taugmenlation de la d6pcnse lotale d'entrelien, outre les porles 
de r6colteset Finsalubrit^. 



Digitized by 



Google 



ClIAPITRE X 

IRRIGATION ET DRAINAGE GOMBIIVES 



§ 1. Introduetion. — § 2. Drainage et irrigation comhinds, — § 3. DispaKtiifi 

spSciaux. 



§ 1. 
INTRODUCTION 



998. Gmplol des fosn^s k elel oavert daiiii leu pralFlr<». 

— Une des id6es les plus ancienncs qui se soient presentees h 
I'esprit, c'esL celle de Temploi dc fosses ordinaires, pour cooper 
enlre deux terres les nappes d'eau qui donnent lieuk des infiltra- 
tions, et entrainer cette eau hors de la prairie. Bien que quel- 
ques foss6s de ceinture soient suffisants quelquefois, et que rcdi- 
ploi de ce moyen ne puisse fetre repouss6 d'une manifere absolue, 
il est certain que son efficacit6 est bien incomplete et souvent 
meme tout h fait illusoire. II est d'ailleurs facile de se rendrc 
compte des insuccfes qui ont 6t6 6prouv6s en diverses circons* 
tances : 

1« Les foss6s ouverts ne peuvent 6tre 6tablis avec avantage que 
dans les terrains qui ont une pcnte bien sensible, et m^me alurs 
ils ne doivent pas etre trac6s transversalement h la pente. En elTci , 
si une faible pente suffit au mouvement de Teau dans un canal iiui 
est k peu pres plein de ce liquide, il en faut une trfes forte, au coii- 
Iraire, pour enlever rapidement les produits de Idgeres inliUra- 
tions. Le fond d*un foss6 ne pent rester complfetement uni : d*.'a 
6boulements se produisent ; des taupes le bouleversent ; rmo 



Digitized by 



Google 



360 CHAPITRE X - IRRIGATION ET DRAINAGE COMBINES 

foule dc plantes nc tardcnt pas a pousser, et Teau bourbeusc est 
retenue par ces divers obstacles. En d6finilive, l'exp6rience de- 
monlre que des foss6s k faible pente, traces en travers de lapente 
g6n6rale du terrain, ont plus souvent pour effet de rendre plus 
sensible dans la prairie Thumidit^ stagnante que de la faire dis- 
paraitre. L*emploi des fosses se trouve ainsi \\tnii6 aux terrains 
inclines, ou le trace doit d'ailleurs dtre fait h peu pr^s suivant la 
plus grande pente. Mais on remarquera que celte direction, fa- 
vorable a r^gouttement du fossd lui-m^me, ne Test pas k celui dc 
Tensemble du terrain, et qu*k moins de dispositions toutes par- 
ticuli^res du sous-sol, il faudrait un grand nombre dc fosses ainsi 
dirig^s pour assecbcr convenablement une superficie de quelque 
6tenduc ; 

2^ Pour que les fosses fussent \Taiment efficaces, il faudrait 
qu*ils fussent assez creux pour atteindre cerlaines couches dc 
terrain qui reliennent Teau d'une maniere plus sp6ciale. Or, les 
profondeurs de fosses qu'il est difficile de d^passer dans la prati- 
que sont gen^ralement tout k fait insuffisantcs ; on ne pent gufere, 
en effet, ^lablir les talus d'une manifere durable si on ne leur donne 
une inclinaison de 45 degres, soit une base 6gale k la profondeur. 
Cela donne, pour un foss6 de 60 centimfetres de profondeur, avec 
un plat-fond de 30 centimetres de largeur seulement, une ouver- 
ture de 1 mfetre 50 au niveau du sol. Des fossds de 1 metre et de 
i mfetre 30 de profondeur auraient 2 mfetres 50 et 3 mfetres d'ou- 
verlure. On voil d'aprfes cela k quoi menerait Temploi multipliS 
de fosses profonds ; 

3* Lorsqu*on parvient a atteindre et a couper, avec un fosse, 
une couche de terrain tr^s aquifere, ce qui parailrait devoir £trc 
la meilleure condition possible de succfes, il arrive ordinairement 
que la terre de ce niveau, complfetement ditrempee, et entrainee 
d^ailleurs par le mouvement de Teau qui se rend au foss6,nepeut 
se soutenir suivant Tinclinaison donnde au talus. La couche dont 
il s*agit ne tarde pas k s'ebouler, a s^ecouler meme parfois sous 
forme dc boue, si bien qu'au bout de quelque temps le fosse se 
trouve en partie recombI6, la couche qui conduit Teau se trouvant 
r^tablie audessous de lui dans toute son int^grite, et le fosse de- 
venant ainsi k peu prfes inutile. 

M99. Utility do drainage sooterrain. — De tout ce qui pre- 
cede, il r^sulte que c'estau veritable drainage, ex^cutdquelquefois 



Digitized by 



Google 



§i. 



INTRODUCTION 



3G1 




Fig. II L — tMaii »rLin Urmm dmiiir lL iiTigii(\ 

Li-s lignes pfmctiipi'S Mmi li'& courbes Ju iiivt^nu Unaghitiirc^ Lract^^a^r ie 

Lfstniils iioiibl'.'ij repK^seiilejit tcs fusa^'a et ngujtfs gurviint u rirrigntif>n, 

Lesj tnfils plcins fi^Jturent Jes lignes dc dnifns siJijlciTnios^ 

AllC crtiial arucinant Tenu d'irrigatiou, 

ED. ruisscau sitin> au bas du ferrrain qi'j so reiideiit h$ eiiux supcrtlues, 

des caillnnx, mais ile preferenco avcc des luyaux ert lorre cuilcs 
qu'il faul avuir recoura ijuand un veul dobarmsscrle sous-sol d\m 



Digitized by 



Google 



3^2 CHAPITRE X. - IHRIGATION ET DRAINAGE COMBINES 

avec exces d'humidile. Seulement il y a bien peu de s6curil6 a atlon- 
flre d'un drainage qui serail Irac6 independammenl de Tirrigalion, 
l4 dans Icquol les drains d*une part et les rigolcs d'autre parlfor- 
TiuTaient deux loseaux dislincts, donl les lignes respeclives 
s>ntre croisoraient frequemmeut. II nesuffit pas loujours de rem- 
placer, a Tendroil du croisemenl, un ou deux metres de tuyaux 
lie drainage par des tuyaux etanches, ni de remplir la portion 

1 orrespondante de la tranchee qui a servi k poser les tuyaux de 
drainage par de Targile pilonn6e ; Teau finit souvent par tourner 
I'obstacle. Lorsqu'on voudra combiner Tirrigation avec le drai- 
nage, on devra s'efforcer, par dessus tout, d'6viler la rencontre 
iles drains avec les canaux principaux et meme, autant que pos- 
sible, avec les rigoles de moindre importance. 

Les conditions que je viens d'indiquer pourraient 6tre remplies 
a Taide des m^mes dispositions g6n6rales qui onl 6te represen- 
lees dans la figure 84. II suffirait de remplacer le reseau des ri- 
i^olcs de colalure par des drains collecteurs, en dirigeani d'ail- 
ItMirs les drains secondaires suivant la pente principale du ter- 
rain. Ces dispositions sont renducs plus claires par la figure ci- 
jointe. 

Soit A B C le canal qui amfene les eaux k la partie superieure 
(los terrains a irriguer et k 6goutter en m6me temps, ED un pe- 
lil cours d'eau situ6 a la partie inf6rieure de ces memes terrains. 
♦Pai trac6 deux canaux distributeurs CE, BD ; de chacun d'eux 
se delache, k droile et k gauche, une double s6rie de rigoles d'irri- 
iration, tracees avec une pente moyenne de 2 a 3 millimetres par 
mJ4re. Un collecteur principal FG occupe le fond d'une legere 
depression du sol, comprise entrcles deux canaux dislributeurs : 
te collecteur aboutit, en G, dans un autre collecteur parallfele au 
niisseau, qui d6bouche en d dans ce dernier. Des drains collec- 
leurs secondaires, tels que aA, se trouvent, comme on le voit, en 
amont de chaque rigole d'arrosage : ils sont traces avec un peu 
]*lus de pente que ces rigoles, en vue d'une facile Evacuation de 
ieau, et de maniere qu'il y ait une distance minimum de 1"*50 k 

2 metres enlre chacun d'eux et la rigole la plus voisine, Une dis- 
lance au moins 6gale existe entre les extr6mit6s des rigoles per- 
tnanentes d'arrosage (qui sont sans issue) et le drain collecteur 
principal. Enfin les petits drains sont dirigds suivant la plus grande 
pente. Lesextr6mit6ssuperieures de ces drains s'arrfetent k envi- 
ron 2 mMres de distance des rigoles d'arrosage. Des fleches ren- 
dent sensible, sur le plan, la circulation de Teau dans ces deux 



Digitized by 



Google 



8 4.— INTRODUCTION 363 

r^seaux, Tun de rigoles, Tautre de drains, qui, comme on le voit, 
sont completement independanls Tun de Taulre. Quant aux arro- 
sages, lis ne sauraient 6lre grandement entraves par la presence 
des drains, puisque I'eau, descendant la pente du sol, marchera 
dans rinlervalle des drains, parallelement a leur direction, et 
pourra sans les franchir arroser toute la superficie. On devra g6- 
ndralement pour Tirrigation, mfemelorsqu'elle serafaite ilaraie, 
diviser chaque champ en planches correspondant aux intervalles 
enlre les drains ; il pourra Aire utile, en consequence, que les 
alignements des drains soient indiqu^s ext^rieurement d'uno 
maniere permanenle, par des bornes ou autres repferes. Quant k la 
bande de terrain comprise entre le drain collecteur particulier 
de chaque champ et la rigole qui lui est imm^diatement inferieure, 
die sera garantie par le premier contre rhumidit6 surabondante 
du sous-sol et maintenue fraiche par la seconde ; il n'y a done 
pas lieu de s'en prdoccuper gravement. 

Un des efTets les plus frappanls du drainage consiste dans 
Toxydation du sol. Le fer, par exemple, qui se trouvait engage 
dans les argiles et les marnes a T^tat de protoxide, passe aprfes le 
drainge k r6tat de peroxyde, donnant au sol une couleur plus ou 
nioins rouge ou brune. Les matiferes organiques eprouvent aussi 
une combustion lente qui ddgage des substances utiles k la vege- 
tation. Aussi a-t-on remarqu6 avec raison que Tirrigation et le 
drainage, qui semblent opposes, onten rdalite un efTet commun, 
p6n6tration de Toxygene dans le sol et action oxydante. 

800. Drainaffe partiel, i0ol6 de I'irriffation. — Pour 
des terrains en pente et qui ne souffraient que par places d'une 
humidite excessive, qui par consequent pouvaient fetre ameiiores 
par un petit nombre de drains convenablement places et n'exi- 
geaient pas un drainage k plein, j'ai ete conduit k isoler en 
quelque sorte de la superficie irrigu6e les parties du terrain oil sont 
places les drains. 

La melhode employee consiste a diriger ceux-ci k pen pres sui- 
vant la plus grande pente, en d'autres termes du haut en bas de 
la prairie. Ces drains sont independants les uns des autres ; au 
lieu de se r6unir dans un collecteur, chacun debouche dans un 
meme foss6 d'ecoulement k ciel ouvert qui longe le bas de la prai- 
rie. Chacune des longues bandes de prd comprises enlre deux drains 
consecutifs est irriguee isoiement, au moyen de rigoles de niveau 



Digitized by 



Google 



?M 



,,,srvvu6 ^• 



\V\W' 



.,xt\o> 



, y,t onM^^^^^ 



, COMB^^^^ 




-p. 



F>g 






dc «*^ 



ct^^^ 



daoa 



\es 



i\^ 



Digitized by 



Google.^^^*^ 



§ 1. — INTRODUCTION 365 

et d'une rigole dislributrice qui court du haul cu has du pre, k 
egale dislance des deux drains. 

La figure 145 nousdonncunexemplc d'irrigalionex^cutecdaus 
ces conditions. La prairie, de forme iiT6gulifere, est limit6e, sa- 
voir : en haut de la figure, en AIIIK, par des terrains ayant d*au- 
tres destinations ; k droite par un petit canal CDE ; k gauche et 
en has par unchemin ABFE. La pente generate regne du haut en 
has dela figure. Les formes du terrain sont accusees par des cour- 
bes de niveau figurees en trails pointilles. On voit que cette petite 
prairie occupe une partie du fond d*un vallonnement. Le c6t6 droit 
est plus parliculierement humide.L'cau pent ^tre fournie a la partie 
gauche par un foss6 ABF qui separe la prairie du chcmin, et k la 
parlie droite par le canal CDE deja mentionn6. 

Les drains sont figures sur le plan par des trails noirs un pen 
forts. Onvoitqu'ilsd(5bouchenls^par6ment en L,M,N,0,P,Qdans 
le foss6 qui horde le chcmin. Ce fosse amfene toules les eaux au 
point le plus has F, d'ou elles s'ecoulent par un fosse general 
d'6coulement FG. Le drain IM se bifurque,a sa partie sup6rieure, 
en deux drains de ceinlure IK, III, qui regoiventles infiltrations 
des terrains superieurs trfes humide. Toutes les rigoles sont figu- 
riessurle plan par des traits noirs legers. L'eau est dispers^epar 
des rigoles de niveau et fournie par des rigoles distributricesA,i, 
y,A,/,m,?i, qui elles-memes la prennent aux canaux principaux, 
dans celui de gauche en a et dans celui de droite en b,c^d^e,f,g. 
On voit qu'aucune rigole ne rencontre les drains. Les rigoles de 
distribulion se trouvent^peu prfes idgale distance de deux drains 
consecutifs, et les rigoles de niveau sont interrompues, sur une 
longueur d'environ 2 metres (1 metre de chaque cote), a la ren- 
contre de chaque ligne de drains. 

II ne suffitpas qu'il nV ait point de croisements entre les drains 
et les rigoles ; il faut 6viter aussi que Teau ruisselant sur la prai- 
rie puisse fetre absorb^e en partie par le drainage. Or, il est ra- 
rement possible de diriger exactement les drains suivant la plus 
grande pente, qui est rigoureusemenl perpendiculaire en chaque 
point aux rigoles de niveau. Soil done AB (figure 146) la direc- 
tion d'une ligne de drains ; a,b les extr6mitds de deux rigoles de 
niveau cons6cutives situ^es a droite de ce drain; c,(/lesextr6mi- 
I6s analogues des rigoles de gauche. 

II suffirail de faire,du c6te gauche, un bout de rigole de niveau 
interm6diaire m, et de relevcr en ?i, parallelement au drain, la 
rigole d ; Teau coulant comme on le voit sur la figure n'atteia- 



Digitized by 



Google 



366 CHAPITRE X. - IRRIGATION ET DRAINAGE COMBINES 

drait pas le drain, et laisserait le long de celui-ci une 6lroile 
bande non irriguee. Toulefois, les peliles rigoles sont sujelles k 
se combler en partie el domandent des reparations annuelles ; 
d'autre pari, une fois la lerre qui a servi k combler les tranch^es 
de drainage parfaitement aplanie el gazonn6e, Templacement 
des drains ne sera plus que Irfes-difficilement reconnaissable, 
U serait done k craindre que les ouvriers charg6s de Tenlretien 
des rigoles ne vinssenl k prolonger Irop ou trop peu celles a el A, 
k les joindre m^me avec les rigoles c,dj en passant par dessus le 




i 



\ m 






Fig. 146. ^ Plan truno disposition dc rigoles d'arrosago aux abords d*un drain. 

drain. En consequence, pour rendre impossible loule mdprise et 
toule alteration du plan primilivement adopts^ il a paru plus sim- 
ple ct plus pratique de traccr,ii droite et a gauche de chaque drain, 
k 1 mfelre de distance environ de celui-ci, une rigole continue qui 
intercepte toule Teau qui en approcherait ; c'est ce qu'on 
voit sur la figure 145. II se trouve ainsi au-dessusde chaque drain 
une bande de gazon d'environ 2 metres de largeurqui ne profile 
pas de I'irrigalion. On compense le d^faut de ferlilil6 qui en re- 
sulte pour ces bandes en y r^pandant chaque annSe, soil du purin 
(Stendu d'eau, soil quelque engrais pulverulent. 

Les drains ont une profondeur moyenne de 1"^20. S*il fallait les 
faire d^boucher dans Ic fosse d*6coulement k cetle profondeur, ce 
fosse devrait etrc considerable. Mais on cvite facilement celte dif- 
Iicult6, et un fossf§ ordinaire suffit. La fig. 147 est un profil obtenu 
en supposant une coupe verlicale suivant la longueur du drain. 



Digitized by 



Google 



§ 1. - INTHODUCTIOiN 367 

Soil AB la surface inclinee de la prairie, CD la ligiic dctuyaux 
qui est parallele a celte surface. II s'agil de faire deboucher le 
drain dans le foss6/, k 50 centimetres de profondeur. Pour cela, 
je mene par le point E oil le drain doit d6bouclier une ligne hori- 



'** N ;'; ^ • r^ J I ir ,^-i, »> 

Fig. 147. — D6bouch6 d'un drain dans un fosse d'ecoulemenl. 

zontale qui rencontre la direction du drain au point D, et j'6tablis 
le drain suivant CDE. La profondeur normale du drain 6tant sup- 
pos6e de 1 mfetre 20, le point E 6tant, par exemple, i SO centi- 
metres audessous du niveau de la prairie, c'est 70 centimetres 
qn'il faut gagner ; si, d'un autre c6t6, la pente de la prairie est de 
5 centimetres par m^tre, la portion horizontale DE du drain aura 
14 metres de longueur. 

Ce systfeme assez simple n'est pas encore sanctionnd par une 
exp6rience assez longue pour qu'on puisse dire qu'il est pass6 d6- 
finitivemenl dans la pratique. Toutefois, malgri les fautes et les 
lAtonnements inseparables des premiers essais, il donne depuis 
plusieurs annees d6ja des r^sultats assez satisfaisants*. Ce n'est 
pas, kproprement parler, une mdthode d'irrigation, maissimple- 
menl Tadjonction k celle-ci d'un drainage partiel, drainage dans 
lequel I'^cartement des drains est assez considerable pour qu'on 
puisse irriguer chaque intervalle comme si c'6tait un prd separ6, 
et tenir ainsi les drains en dehors des espaces arrosis. 

1. On sail que toutes les fois qu'on fait usage du drainage, pour que les drains 
ne soient pas obstru^s p&r des amas de racines chevelues, dites queues de renardy 
il faut 6viter la presence de certains arbres, notamment des ormes et des saules. 
Mais, par dessus lout, il est indispensable de ne point introduire dans les drains 
des eaux souterraines assez persistantes pour former des sources qui netarissent 
pas dans les mois les plus chauds de Fannie. En eflet, lorsque pendant une s^che- 
resse le sol devient sec k des profondeurs croissantes,les plantes, quelles qu'elles 
soient, pour se procurer Teau dont elles ont besoin, emeltent rapidement des 
racines de plus en plus profondes, surtout lorsqu'elles trouvent un sous-sol par- 
faitement ameubli, comme la terre qui a servi a recombler un drain. Les racines 
des plantes situ^es au-dessus d'un drain atteignent done celui-ci en quelques 
jours seuleraent, lors d'une tres forte s6cheresse. Or, si le drain ne regoit que le 
simple egouttage du terrain, il ne contient que deTair a Tepoque dont il s'agit, 



Digitized by 



Google 



368 C4APITRE X. — IRRIGATION ET DRAINAGE COMBINES 

§2. 
DRAINAGE ET IRRIGATION COMBINES 



sot. C^nibinaittous daus lesqoelles on fait servir les 
draius a rirriffation. — On a propose diverses combinaisons 
dans lesquellesles drains servent allernativemcnl, d'abord a con- 
duire, dislribuer el m6me r^pandre dans le sol Teau d'irrigalion, 
puis ensuile ft 6gouller le mfeme terrain *. Ccs dispositions, trfes 
ing6nieuscs d'ailleurs, me paraissenl reposeren principc sur une 
notion iuexacte des conditions que doit remplir Tirrigation. En 
effet, les m6thodes d'irrigation peuvent se ramener a deux modes 
d'emploi del'eau : le premier,usil6 surtout pour les lerres arables, 
consiste a amener Teau a la surface du sol pr6alablement parfai- 
temcnt 6goutt6. Alors Teau, filtrant de haul en bas it travers le sol, 
depose h la surface m6me les mati^res en suspension, el dans la 
couche v6g6lale superieure la majeure partie des substances dis- 
soutes, qui se trouvent arr^ties au passage en vertu d'une pro- 
priety sp6ciale aux matieres terreuses et plus particuliferement a 
Targile. Quandon suspend Tarriv^e de Teau, celle dont le terrain 
vient d'etre pdn6tre continue k descendre par TefTet de la pesan- 
teur, entratnant &sa suite, dans les interstices dusol,unecerlaine 
quantity d*air atmospherique qui doit remplir ult6rieurement uu 
rdle important. Le second mode d*emploi de Teau, le plus gine- 
ralement adopts pour les prairies, consiste k faire ruisseler i'eau 
a la surface du gazon ; c'est en verlu du contact intime des plan. 
tes avec Teau d'irrigation, el a la faveur du mouvement, que les 
substances utiles conlenues dans Teau et Toxygfene dissous ega- 
lemenl dans celle-ci sont absorbes par le gazon. II me parail 6vi- 

et les racines ne chercheat pas k y p^n^trer. Mais si ce mdme drain conduit les 
eaux d'une source permanente, les racines qui suivent Phumidit^ p^n^trent a sa 
suite par les interstices des tuyaux, se d^veloppent h. leur int^rieur en ^mettant 
un nombre infini de suQoirs, el les ont bientdt obstrues. A partir du moment od 
la terre qui surmonte un drain contenant un courant d'eau est a peu pres seche 
jusqu'au fond, il suffit ordinaircment d'une dizaine de jours pour que le drain soil 
obstru6 par les plantes, de quelque nature qu'elles soient, qui veg^tent au-dessus 
delui. 

1. Un systeme de ce genre est decrit dans I'ouvrage de M. Barral : Drainage, 
irrigations, etc, t. tV, p. 401. 



Digitized by 



Google 



g 2. - DRAINAGE ET IHRIGATION COMBINES 369 

dent que rintroduction de I'cau dans les profondeurs du sous-sol 
n'est pas apte k produire les effels essenliels des deux m6thodes, 
et que, par suite, rintroduction de Toau dans les drains n'eslpas 
un moyon rationnel d'arrosage. 

••t. B#Aiiiage et irrigration ponvant rottctlomicr al« 
ternativemeiit' — Mais il y a plusieurs manii3res de combi- 
ner rirrigation avec le drainage, et il s'est iutroduit depuis 
quelques annees en Allemagne, sous le nom de m6thode de 
Petersen, un procede qui prescnte des dispositions houreuses 
et qui peul 6tre appele k un certain avenir *. C'est ce proced6 que 
je vais decrire, non a la v6rite comme il est applique en Allema- 
gne, mais avec quelques modifications trfes l^geres sousle rapport 
materiel, et qui,k mon avis, modifient heureusement la methode. 

Suspension facultative du drainage. — Le proced6 consiste k 
etablir Tirrigation d'une part et le drainage d'aulre part, a tros pen 
de chose prfes comme si chacun d*eux devait 6lre seul, a celte con- 
dition toutefois que les drains soient munis, de distance en dis- 
tance^ d'appareils de fermeture permettant d'y arr^ter toute cir- 
culation pendant les arrosages. Soit AB, figure 148, le profild^une 
pVairie tres sensiblement inclin^e. Soit CF une conduite de drai* 
nage posSo parallfeiement k la surface. En / est un regard ou petit 
puisard ouvert par le Iiaut, qui divise le drain en deux parties 
distinctes CD, EF, qui y d^bouchent Tune et Tautre. Supposons 
la portion de drain inf^rieure ferm6e en E, et la prairie couverle 
d'eau. 

Les infiltrations ne tarderont pas k remplir le drain CD. Mais 
reau,ne pouvant s'icouler par EF k cause de la fermeture, tendra 
du moins k se metlre de niveau en monlant dans le puisard. Si la 
partie du terrain 8itu6e en amont s'^lfeve a un niveau sup6rieur k 
celui de Torifice /, Teau nc tardera pas k deborder par celui-ci et 
reprendra ainsi son cours. Pour que cet ^coulement n'eul pas lieu, 
il faudrait que le drain sup6rieurne s'etendil pas au-deladu point 
m situd au mdme niveau que Torifice /. Or, nous realiserons celte 
condition si nous coupons le drain au point m par un puisard 
semblable au premier, et si d ailleurs nous fermons en ce point la 
partie mH du drain^ qui se trouvera ainsi completement isoldedes 

K On truuvera la methode ftllemande tres bien Hccrlto dans Diinkelberg : DC 
la creation-des prairieii irriguees* Ttaduit par A. Cochard. Paris, Victor MassoQ* 

24 



Digitized by 



Google 



370 CHAPITRfc: X. — IRRIGATION ET DRAINAGE COMBINES 

caux supericurcs. La partie da drain situee en amont de cfaaque 
nouvcan puisard donnerait lieu exaclement au mdme raisonnc- 
ment. Done, en definitive, pour que loule circulation cesse dans 
ee drain ou dans tout autre analogue, il faut et il suffit : que les 
puisards munis de fermetures du cdt6 d'aval soient situes a des 
distances telles que le fond de cbacun d'eux soit au niveau de la 
bouche de celui qui est immediatenient inferieur. 

Au triple point de vuedc Teconomie de premiere construction, 




Pig. 148. — Determination dcla distance a adopter enlre les points de fermelure, 
pour que le mouvemenl dc Teau soit compl^iement arri^t6 dans les drains. 

du moindre encombrement de la prairie par les bouches de pui- 
sards et de la c61(5rit6 des manoeuvres n^cessaires i rirrigation.on 
doit chercher k diminuerle plus possible le nombre des fermetu* 
res. De la une cons6quence importante relativement a la maniere 
dont il convient de disposer le drainage. Si les drains (^laient tra- 
ces, ainsi qu*on le fait le plus souvent, suivant des directions Ires 
voisines de la plus grande pente du terrain, il faudrait 6chelonner 
sur cbacun de ces drains, quel qu'en fAt le nombre, une serie de 
puisards munis d'appareils de fermeture. Mais si, au lieu de cela, 
nous dirigeons les drains presque horizontalement,les collecleurs 
seuls 6tant traces suivant la plus grande pente, on con^oit sans 
peine qu'il suffira de quelques regards ou puisards disposes le 
long des collecteurs, pour interrompre la circulation de Teau dans 
le r^seau du drainage tout entier. 

Dispositiom d ensemble de la prairie, — La figure 149 donne 
un plan du pre qui a servi d'exemple pour une autre metbodc de 
drainage combind avec Tirrigalion, et surlequel j'ai trace un nou- 
veau projet conformo k la m^thode qui nous occupe en ce moment. 
Comme dans le plan precedent, les drains sont figures par des 
traits noirs assez forts, et les traits legers repr^senlent les diver- 



Digitized by 



Google 



§ 2. -• DBAINAGE ET IHRIGATION COMBINES 
A 



37 r 




60 ^o H<> ^/) tof*'*^ 

J L^. 1 i 1 \ 



Fig. 149. — Plan d*une prairio irrigude par rigoles dc niveau, avcc drainage 
suspcnsible, destine u fonctionner dans les iutervalics des arrosagcs. 



Digitized by 



Google 



372 CHAPlTRfc: X. — IRRIGATION ET DRAINAGE COMBINES 

ses rigoles deslinees a I'irrigation. Les gros points noirs sur les 
drains indiquenl les emplacemetits des regards qui renfermenl les 
bondes'de fermeture. 

Un seal drain collccteur IL occupc a peu pres le lahhveg du 
pr6. II se bifurque, k partir de I, en deux drains qui suivent les 
Hmiles IK, III pour couper Teau des terrains supdrieurs. Ce col- 
lccteur rcQoit deux series de drains, provenant les uns du revers 
gauche, les autres du revers droit du valllon, les uns et les autres 
traces suivant des lignes brisies qui ne s'^carlenl pas beaucoup 
des courbes de niveau, de telle sorte que ces drains, tout en con- 
servant une profondeur a peu pres uniforme, aient une penle de 
2 a 3 millimetres par metre, juste assez giande pour assurer un 
bon ecoulement. En supposant que la declivite de la prairie ne 
depasse nulle part 5 centimetres par m^tre, et que la profondeur 
des drains soit de 1 metre 10 au minimum, un ecartement de 22 
metres entre les puisards sufiirait k la rigueur pour suspendre 
tout Ecoulement dans les drains ; en les espagant de 20 metres 
seulement, le resultat sera oblenu avec certitude, et douze regards 
disposes tant surle coUecleur proprement dit que sur ses prolon- 
gements suffisenl amplement pour qu*on puisse suspendre k vo- 
lonle Teffet du drainage dans la totality de Tetendue du pre. L'e- 
cartement des drains, d'apres ce projet, est en moyenne de 30 
metres: Ce degre d'dcartement, quoique considerable, est suffisant 
dans la plupart des cas ; d'abord parce qu'un pre n'exige pas un 
dessechement aussi rigoureux que s'il s'agissait d'une terre ara- 
ble, puis surtout parce que les drains dirig^s transversalement k 
la pente recueillent bien plus sArement la totalite de Teau con- 
tenue dans le sol, ou r^pandue a sa surface, que ne le feraient 
des drains places suivant la pente. * 

On remarquera que j'ai plac6 les rigoles de niveau immediale- 
ment en aval des drains. C'est que partout oil a eti construit un 
drain, et quelque soin que Ton ait mis k combler sa tranchee, il 
reste pendant bien longtemps, soit une legfere preeminence, soit 
une depression. Cctle inegalit6 du sol tendrak troublerla regula- 
rity de repartition de la nappe d*eau r^pandue sur le pre. C'est done 

1. Si ces drains sont mteux disposes pour rassembler reau,ils I'evacuentpar 
contre moins rapidement. lis sont aussi plus exposes aux engorgements; Par 
cette double rai son, on devra eviter Teinploi de tuyauxde Ires petit diametre.Oa 
He devra pas employer, m^me pour les drains de peu de longueur, des tuyaux 
d'un calibre au-dessous de 5 centimetres de diametre intdrieur, Les iuyaux de 6 
ou 7 centimetres seront le plus generolement adoptes. 



Digitized by 



Google 



§ 2. — DRAINAGK ET IRRIGATTON GQMRINH^ 3t8 

immediatemeni apres la travers^e du drainage qu*il convient de 
placer une rigole parfaitemeat horizontale qui reprenne Teau et 
r6lablisse luniformite de la nappe. Nous disposons en conse- 
quence, de cliaquo c6te du drain collecteur, une s6rie de rigoles 
longeant les drains secondaires,et dislanies dune trentaine de me- 
tres les unes des aulres. Je subdivise chaqqe intervalle par une 
rigole intermidiaire, ce qui donne d6finiiiveni6nt pour les rigoles 
un ^cartement moyend'unequinzaine de mfelre3,trfes-convenable 
si le pr6 est bien entretenu et les rigoles bicn Iracees. 

La fermeture des soupapes situdes dans les puisardsfait cesser 
Teffet du drainage dans toule T^tendue de la prairie. Mais, d'autre 
part, il importe que le drainage devienne libra aussitftt que Ton 
cesse d'irriguer. Nous ne pouvons done, avec la disposition qui 
precede, fractionner le pr6 pour Tarrosage. II faut faire arriver 
Teau simultan6ment par le fosst^ de gaucbe A et par celui de droite 
C, et faire d6boucher k la fois cctte eau par toutes les prises d'eau, 
a, A, c, d^ e, /, g, Au bout d un temps voulu, on fermera toutes 
ces prises, on ouvrira toutes les soupapes du drainage, et la prai- 
rie s'6gouttera. Cette disposition conviendra bien au cas oti Ton 
disposera d'un assez fort debit, et od Ton aurad'autres pr6s pour 
utiliser Teau pendant que celui-ci sera en assec. 

Cas d'tme prairie irriguee par parties successives, — II pent ar- 
river aussi gue Ton t\o jouisse que d'un trfes faible courant, avec 
lequel on se propose d'irriguer alternativement tant6t une partie 
du pr6, tantot une autre. Or, il ne sera guere plus difficile de dis- 
poser rirrigation et le drainage en vue de ce cas particulier. C'est 
ce qui est rendu visible par le second projet, applique au mfeme 
pr6 et trace figure ISO.Le terrain, de forme irr^gulifere, est divis6 
en deux parties de superficies a pen pres dgales, par une ligne ima- 
ginaire figur^e sur le plan par la courbe pointilli^e allant de I en 
L. Tout ce qui est a gauche de cette ligne est arros6 en amenant 
Teau par le foss6 AB, ce qui est a droite en Tamenant par le foss6 
C. Chacune des parties du pr6 est traitde comme Tdtait la totality 
dans le premier projet. 

L'inconv6nient de ce syst^me, c*est que pour la m^me 6tendue 
de terrain il y a un collecteur de plus que dans le premier cas, et 
que chaque collecteur est muni d*un nombref^^al de regards avec 
soupapes, ce qui fait un nombre double pour tout le pr6. 



Digitized by 



Google 



a?4 CHAPITRB X. - '.RRiHATlO.N ET DRAINAGE COMBIMiS 




f» i ft 5* 4^ 9'-' ao ^<t i f ffj TiiQ \\ 



Fiff. I^'O. — Plan crimn ppairie irnpiu-o par lo niL^me iiioyon que ceHc ilo Ia figure 



Digitized by 



Google 



§ 3. — DISPOSITIKS ePftCIAlX 



37.J 



§3. 
DISPOSITIFS SPECTAUX 



S0S. Deneription des appareil« pour la fermelure den 

drainii. — Appareil allemamL — 
La fjg. 151 donne, en coupe vorlica- 
Jc, une disposition de puisard ou 
regard avec soupape, employee en 
Allemagne. L'appareil se compose 
d'une espece de caisse carr6e en bois, 
form^e de quatre planches. Le vide 
interieur est d'environ 16 centime- 
tres. La parlie superieure C de cetle 
caisse depasse le sol d'une vingtaine 
de centimetres; elle est habituelle- 
ment fcrmdc, commc on le voit, 
par un couverclc egalement en bois. 
A sa partie inf6rieure, ce coffre 
re^oit dun cole la partie d'amont A 
du drain coUecleur; en face, la partie 
d'aval B du meme drain. En oulre, 
cetle caisse peul recevoir sur scs deux 
autres cdtes, ct dans une direction 
perpendiculaire au collecteur, deux 
petits drains arrivant dans des direc- 
tions oppos6es. * 
La fermoture du drain B est obte- 
nue au moyen d'une soupape conique. Cette soupape se mancjeu- 
vre du haul a Taide d'une legere tringle en gros fil de fer ter- 
minee en anncau k sa partie supdrieure, et par Tintermfediaire 
d'un levier en fer en forme de T, represcntant Ji pen pres un 
mouvement de sonnelle. 

La figure 152 reprdsente, en coupe verticale et en plan, k 
r^chelle du dixifeme, les portions les plusesseutielles de cat appa- 




Fig. 151. — Regard en bois avec 
soupape pour la fcrmeture des 
drams collectcurs. 



1. C'estainsi que les choses sont disposees dans la m^thode allemande ; mais 
oa peut aussi bien, dans la m6lhode queje propose, embrancher les petits drains 
sur le collecteur en lout autre point, sans qu'il soil n6cessaire de les faire aboutir 
dans le regard. 



Digitized by 



Google 



576 CHAPITRE X. — IRRIGATION ET DRAINAGE COMBINftS 



reil. Le coffro eu bois est divise, dans le sens de la hauleur, 
en deux parties qui se superposent. Le joint se trouve au niveau 
mn, Dans le plan, la partie sup^rieure est suppos^e enlevee, 
afin de laisser voir l6 dessus de la caissa inferieure. Cette 
caisse est percee, sur ses quatre faces, d'ouvertures circulaires 

qui reeoiventlesexiremiles des 
tuyaux de drainage, savoir : la 
bouche A du coUecteur venant 
d'amont, le collecteur d'aval B, 
et les drains de gauche et dc 
droite C et D. JjB dernier tuvau 
du collecteur d'aval s'adaple 
dans la partie elargie de la 
piftce B. confectionn(5e en lerre 
cuite, d'une meilleure qualite 
que celle des luyaux ordinaires 
de drainage, et ex6cutee avec 
plus de soin. Cette piece, qui 
sert de sifege a la soupape, 6ga- 
lement en terre cuite, porte deux 
rebords saillanls entre lesquels 
est comprise la planche de la 
caisse. 

Afin qu'on puisse facilement 

meltro en place cette pifece B, 

la portion de planche qui sur- 

la monte i'ouverture que cetle 

piece doit remplir s'adapte k 




Fig. iaJ. — Drlails d» rogard donl 
figure 150 roprt'sonle rcusemble. 



coulisse de haut en has. Le levier E, en fer mc^plat, qui ouvre ou 
ferme la soupape, est simplement pos6 dans deux entailles prati- 
qu6cs dans les planches et que la figure indique suftisamment. 
L'une de ces entailles, situee du c6te de la piece B,est juste assez 
grande pour recevoirTextr^mil^ du levier qui, unefois la caisse 
inferieure recouverle par la hausse, ne peut plus qu^osciller au- 
tour de cette extromite. L'autre enlaille a une longueur suffisante 
pour laisser a Textremite correspondante du levier la course in- 
dispensable. En F est l^ftige qui sert a manoBUvrer le levier. La 
figure 153 represente separement la soupape, vue en dessus et 
par bout. La portion a trois nervures reste toujours engagee 
dans la piece B de la figure 152, lofs mame que Is^ soupape est 



Digitized by 



Google 



8 3. - DISPOSITIFS SPliCIAUX 



377 







Fig. ^54. — Fermelure 
ties regards. 



ouyerte ; ceite portion guide ]^ soupape, la main- 
tient eq place et permet n^anmoins a Teau dc pas- 
ser par les parties 6vid6es. On remarquera que la 
soupape, une fois, ferm6e, est fortepient mainle- 
nue CQutre son sifege par la pr^8sio^ m6me de Teau, 
qui pousse d'amont en aval. Mais quand,au con- 
traire, on veut mMntenir la soupape ouverte, il est 
n^cessaire, pour qu'elle ne risque pas de se refer- 
Fig. 453. — Sou- "^er, de suspendre la tige F de la figure 151 par 
p^per r^nneau qui la termine superieureroent, A un petit 
croohet ou h. un simple clou fix6 a cet effet vers la parlie sup6- 
rieure de la caisse. 

La figure 154 nous montre,pIus en grand 
que la figure 13i, la fermeture sup^rieure 
du puisard, deslin6e i prdvenir Tinlroduc- 
tion des corps strangers et a empMier 
qu'on ne touche indAment & Tappareil. Le 
couvprcle est compose de deux epaissours 
de pl^nche, de manifere i former feuillure ; 
il porte en dessous deux pi tons a, 6, que tra- 
verse une broche mobile en fer cd. Cette broche, taraud6e i son 
extremity rf, se visse dans un 6crou fix6 i la paroi de la caisse ; 
re]^tr6mit6 c est carr6e el se tourne avec une cl6 ayant la forme 
de celle d'une horloge. 

Autre appareil en terre cnUe, — L'appareil que je viens de 66- 
crire est au fond assez simple et bien approprie i son objet ; on 
en pourrait nfianmoiqs imaginer beaucoup d'autres a pen pres 
equivalents. Lo bois (§tant une piati^re peu durable, surtout lors- 
qu'il est expose alternativement k Teau et a Fair, voici, figure 155, 
un modele que lout potier un peu adroit et intelligent pourrait 6x6- 
cuter en terre cuite. La piece priucipale est un oylindre ferm6 
pt^r le bas et muni de deux lubulures* A, B. Dan^ celle A s'adapte 
l*extremit6 de ]apa^tieamo^«/ dn drain collecteur, dans cello Bles 
tuyaux de Ja partie aval. Quant aux drains lat6raux, on les em- 
branchera, en dehors de Tappareil, sur la partie fimontdu drain 
collecteur. Au-dossnsde la piece qui porte les tubulures, on super- 
poseraune ou deux longqeurs de tuyau^^ en polerie de m^me dia- 
m^tre, avec joints a emboitement,de manifere a oblenir la hauteur 
youluesuiyant la profondeur des drains. 
La fermeture de Touverture B est obtenue au moyen d'une per 



Digitized by 



Google 



378 CHAPITRE X. - IRRIGATION ET DRAINAGE COMBINES 



tite vanne C, quo represente isolement, en perspective, la figure 

156. Celle vanne est en I6le, fer 
blanc ou zinc ; elle est munie 
d'un ferrement fixc^pardes rivets, 
qui se termine en un anneau dans 
lequel est prise Textremite d'une 
tringle legere F, figure 155, qui 
s'etend vers le haut jusqu'k la 
porlee de la main. Deux nervures 
verticales ^,6, faisant saillie k 
rint^rieur de la pifece en poterie, 
mainliennent et guident la petite 
vanne. Afin que cette derni^re 
ne retombe pas lorsqu'elle a et6 
elevee pour demasquer Fouver- 
ture B, il faut qu'eile glisse a 
frottenient un peu dur. Get effet 
s'obtiendra de la maniere la plus 
simple, car la t6le assez mince 
dont la vanne est forraee est 6las- 
tique ; il suffira de lui donner, 
avant de la mctlre en place, une 
courbure un peu moindre que 
celle qu'elle doit avoir; lal^gfere 
compression qu'il faudra exercer 
pour la faire entrer k sa place 
dans le cylindrelui permettrade 
supporter son poids et celui de 
la tringle. 

Un bout de tuyau en poterie D enlrc libremcnt dans les gros 
tuyaux qui forment le puisard. II se trouve sou- 
tenu, a une hauteur d6tcrmin6e,par les extr^mites 
superieures des nervures saillantes a,b. Ce tuyau 
a pour objct de limitcr superieurement la course 
de la vanne dont Tanneau vient butter contre lui 
quand Touvcrture est complfete. Si Ton veut retirer 
la vanne pour la visiter ou r6parer, il faut retirer 
d'abord le tuyau D k Taide d'un crochet. Pour 
qu'on ne puisse jeter des corps etrangers dans le puisard, le 
tuyau D est surmontd d un disque en terre cuite E, muni d'une 




Fi^. iTio. — Coupe et plan de la parlie 
infericure cl'iin roganl en polcrie.avoc 



tie 
I po(crie,avoc 
tiroir en for Uanc^ pour la lenneture 
des drains collecteurs. 




Fig. 156. — Ti- 
roir ou vanno 
do regard. 



Digitized by 



Google 



g 3. - DISPOSITIFS SPI^:CIAUX 379 

^chancrure pour Ic passage dc la tige de la vanne, k laquelle il 
sert de guide, et d'un Irou central pour facililer au besoia Tox- 
traclion *. A Text^rieur, on pourrait garantir conlre les chocs 
Textr^mitd des tuyaux de poterie qui depasse la surface du sol,au 
moyen d'une petite defense en terrassement ou en ma^onnerie *. 

S01. Marehe des arrosafres. — Pour irriguer a Taide des 
dispositions qui viennent d'etre d6criles, on procfede de la ma- 
niere suivante. L'eau ayant ^^t^ retiree de la prairie pendant un 
certain temps, les drains 6tant restes ouverts, tout le terrain sera 
parfaitement et assez profond^ment ressuye. Alors on fermera 
les soupapes des drains, et on donnera Teau. La terre se trouvera 
assez absorbante ; il y aura done d*abord une penetration notable 
dans le sol et une incorporation acelui-ci des mati^res 6trangferes 
dissoutes dans Feau. II pourra done se faire, lorsque la nappe 
d*eau arrivera au-dessus d'une ligne de drains, qu'elle soit pen- 
dant quelques instants absorbee tout entiere. Mais le drain priv^ 
d'ecoulement ne tardera pas k kive rempli, ainsi que les Assures 
du remblai qui le recouvre, et dfes lors I'eau reprendra^on cours 
a la surface, en continuant k s'eialer en nappe sur le pr6. Une fois 
la terre imbib^e et les drains remplis, on pourra prolonger k vo- 
lont^ Tarrosage ; les choses se passeront comme si on avait affaire 
k un terrain peu permeable et non drains. Enfin on suspendra 
complfetement Farrivee de Feau sur la prairie, et on ouvrira en- 
suite les soupapes du drainage ; alors les drains se videront, etle 
terrain continuera k s'^goutter. A mesure que Feau s'abaissera 
dans les interstices du sol pour gagner les drains, elle produiraa 
la surface de la prairie un appcl d'air, une sorte de succion, qui 
fera p6n6trer dans le gazon les gaz atmosph^riques. Au bout de 
plus ou moins de temps, selon la saison et la quantity d'eau dis- 
ponible, on reit6rera Farrosage. 

11 faut remarquer que la descente de Feau dans les interstices 

1. On pourrait supprimerla tige attachee^ la vaQne;cel)e-ci serait mancDuvree 
par rirrigateur d Taide d'une tringle portative termin^e en crochet, qui,introduite 
dans le puisard, serviralt a pousser de haut en has pour Termer, et d.retirer pour 
ouvrir. L'^chancrure du couvercle, flg. 155, devrait alors ^Ire 6vasee en dessus 
eten dessous, pour mieux amener la tringle vers Touverture, etle petit anneau 
de la vanne devrait dtre remplacd par une pi^ce ayant un peu plus de surface pour 
qu'oQ puisse la trouver 4 tAtons. 

2. II est^vident qu*on pent encore ajouter telle fertneture deTorifice sup^rieur 
qu'on jugera^ propos ; mais cette fermeture parait peu n^cessaire, etdans pres- 
que tous les cas une pierre brute pos6e dessus serait amplement sufflsante, a 
moins qu'on n'eOt lieu de craindre la ms^lveill^nce. 



Digitized by 



Google 



380 CHAPITRE X. — IRRKiATION ET DRAINAOE COMBINES 

du sol, au-dessu8 de chaque drain, sera de tres courtc dur6e; par 
consequent, il n'y aura pas k craindre que Teau, en courant dans 
ces interstices, puisso sensiblement les ^largir. II est assez proba- 
ble, au conlraire, qu'a la faveur de Teau stagnante dont les rem- 
blais au-des8us des drains serout penetr^s, il ^e produira dans 
ces remblais un utile tassement. D'ailleurs, chaque fois qu'apres 
la cessation de I'arrosage on ouvrira les oriiices des drains, I'eau 
dont ils se trouveront remplis 8*6coulera d'abord avec vitesse et 
balaiera le pou de terre ou de sable qui pourrait avoir pinetre ac- 
cidenteliement dans les tuyaux. 

S0ft. Priuelpes et avaiitaires Ae la m^thade. — La m6- 

thode d'irrigation avec drainage que je viens de ddcrire met suc- 
cessivement h profit la penetration de Teau dans le sol, comme 
dans les arrosages des terres labour«5es, et Taction do Teau en 
mouvement comme dans les autres m6thodes d'arrosage des prai- 
ries. On sera d*ailleurs mattre de faire pr^dominer le premier des 
deux modes d^action de Teau, en multipliant les intermittenceset 
suspendant Tarriv^e de Teaupresque aussit6t que le sol en parat- 
tra satur^. Par cette maniere doperer, on utiliserait aussi comple- 
lemeut que possible toutesles matiferes etrangeres contenuesdans 
Teau, et Ton se mettrail k Tabri du reproche qu'on peut adresser 
k rirrigation des prairies, telle qu'elle est ordinairement prati- 
(juee, savoir : quo, dans bicn des r irconstances, on abandonne 
Veau sans qu'elle ait c6de une grande partie des substances utiles 
qu'elle contenait. C'est plus particulierement dans les terrains les 
plus plats qu*on devra cherchcr a profiler de la faculty d'absorption 
procur6e au sol par le drainage, car n'ayant pas de pentes pour 
imprimer a Teau la vitesse qui convient le mieux aux arrosages 
par ruiss^lement,on sera sous ce rapport dans de moins bonnes 
conditions qn'avec Tirrigation par planches. 

Les terrains les plus humides et les plus mar^cageux pourront 
fetre fertilises par cette irrigation aver drainage intermittent. II 
suffira pour cela, sans augmenler le nombre des collecteurs, de 
multiplier les drains secondaires lorsque la nature du sol Texigera. 
Cette m(^lliode sera eminemment favorable k Temploi de volumes 
d'eau tres-moderes ; une a(!ration energique succ6danta chaque 
arrosage, il n'y a pas a redouler les fiinestes eflfets d'une eau 
presque stagnante et insuffisamment pourvue d'oxygfene. L*em- 
ploi de beaucoup plus grandes masses d'cau sera igalement pos- 
sible, puisqu'on dispose d'un double moyen d'ivacuation, ^cou- 



Digitized by 



Google 



§ 3. — DlSl'OSITlFS SPECIAUX 381 

lemcnt superficiel comnie dans les irrigations sans drainage, et 
ecoulcment intermittent par les drains. II y a done tout lieu de 
croire, en definitive, qu'on porterait los prairies au plus haut degre 
de fertilile qu'elles soient susceptibles d'atteindre. II est presque 
superflu d'ajouter que la methode so pr^te h toutes les configura- 
tions de terrain et a toutes les pontes mod6r6es, mais plus parli- 
culi^rement aux prairies presque plates, dans lesquelles la cons- 
truction dispendieuse dos ados se trouverait 6vit6e ; enfin que 
tous les vehicules el instruments pourrontcirculer et fonctionner 
sans difficult^ dans les prairies ainsi ^tablies, les quelques re- 
gards alignes qui se trouveronl de distance en distance au-dessus 
des drains collecteurs ne constituanl pas un embarras serieux. 

sas. DiftpoMilious employee* en Allemayne. — Dans la 

methode Petersen proprement dile, les rigoles de niveau sonl 
etablies immediatement au-dessus des drains, ce que je ne sau- 
rais approuver. Les rigolcs doivent avoir une pente nulle ou a 
peine sensible, et elles affectoHl n^ccssairement des ondulations 
nombreuses et des formes courbes, afin de se conformer aux si 
nuositds du terrain. Les drains, au lieu de cela, doivent avoir une 
pente bien prononc6e et ne sont d'une execution facile qu'autant 
qu'ils se composent de parties droites d'unecertaine longueur. Le 
mfeme trac6 ne peut done <;onvenir k ces deux genres de canali- 
sation, et il vaut bien mieux gazonner le dessus des drains pour 
consolider et garantir le remblai, el creuser d*autre part los rigo- 
les dansle terrain solide. Dans la m^lhode allemande, on ne muU 
tiplie pas convenablement les fermelures, de mani^re a suspen- 
dre complfetemenl le mouvement de Peau dans les drains ; des 
lors une certaine quanlil^ d'eau d^borde par les regards du drai- 
nage, etles choses sont dispos^es de telle sorle qu*elle soil reQU6 
dans les rigoles d'irrigalion ; c'esl Ik une complication sans but, 
qui ne peut qu'occasionner des avaries dans le drainage. J*ai dit 
d6ji qu'en priiicipe, sile dessfechement doit se faire depr6f6rence 
souterrainement, Tirrigation doit au conlrairc 6lre superficielle. 
Que nous reste-l-il done d'utile dans la m6thode Petersen ? Deux 
id^es importantes : celle de la fermeture des drains, qui, il est 
vrai, n'est pas nouvelle, et celle de diriger le coUecteur suivant la 
plus grande pente et les drains socondaires transversalement. En 
(i^pit de ces critiques, la methode Petersen paralt avoir r6ussi, et 
en tout cas il convient de la signaler k raltention des experimental 
teurs, en insistant sur les perfectionnements que nous proposons. 



Digitized by 



Google 



CHAPITRE XI 

RENSEIGNEHENTS GOHPLEHENTAIRES 

TECHNIQUES ET ADMINISTHATIFS 



I. — Jaugeages, — g 2. Pentes et sections des canauc : vUesses-limites, — § 3. 
Adminulration d'utie concession. — § 4. Quelques chiffres de stcUisfique des 
in-igations, — § 5. Cos d'impuissance des syndUais. 



§ 4. 
JALGEAGES 



S0Y. ileauireaire des eaav ooarautes. — Mesurage direct 
de la Vitesse de feau, — Lorsqu'on veut ^tablir une irrigatioD, 
il importe souvent de se rendre compte du volume d'eau foumi 
dans un temps donn^, en une seconde par exemple, par une 
source, un ruisseau ou un canal. 

Pour les petits cours d'eau, le moyen le plus simple consiste k 
elablir un barrage, de manifere k obliger toute Teau k passer par 
un ajutage ei k observer, a Taide d'une monlre a secondes, le 
temps n6cessaire pour remplir un reservoir d'une capacity connue, 
d'oii Ton d^duit le volume d'eau dcoule en une seconde. S'il 
8*agit d'un debit minimo^ un vase pent suffire ; on determine 
prdalablement sa contenancc jusqu'a un Irait marque sur les pa- 
rois, soit en cubant le vase s'il est de forme r6gulifere, soit en 
pesanl le vase plein et defalquant du poids total celui du vaisseau 
vide, et comptant un litre d'eau par kilogramme, soit entin en 
mesurant le contenu avec un litre. 

Emploi dun deversoir en mince parol. — Lorsqu^on doit avoir 
a faire un certain nombrc de jaugeages de petits cours d'eau, on 



Digitized by 



Google 



I 1. — JAUGKAGfclS 



383 



peut avbir recours au proc6de suivant, qui repose sur des formu- 
les connues d'hydraulique, mais qui, sous sa forme pratique, a 
dt^ donn^ par M. Raudot. Dans unefeuille de ferblanc d'environ 
40 centimfelres de longueur sur 23 k 30 de largeur, on pratique 
une ^chancrure rectangulaire de20 centimfelres de largeur, exac- 
tement, sur a peu prfes aulant de hauteur; on divisc en centime- 
tres les deux c6t6s verlicaux de rechancrure, puis on fixe le fer- 
blanc, au moyen de petits clous, sur une planche percee elle- 
meme d'un trou rectangulaire plus grand que la partie qui a ele 
enlev^e dans le ferblanc. La figure io7 represente cette disposi* 
lion. La feuille de metal se trouve, comme on le voit, de quelques 
centimetres en saillie sur le pourtour de la planche. Ces details de 



Z^B 


ra 


p^-^ .ib^-r-^ "^---'J'^-^ 1^'- • 


PI 


-:-. 


^ ^ 






-: I 




^ "--^ 


•l * 


==F" 






^ ■ ■ 




F • 1 


-j^-> 


j^^ 


' 1. 

4 A 

lii' 


it^ 


• i^ 




E ' * 


c-^ 


J; J 


2 


F~l 


' ■ 


^ 






r ; J 


•"i^ ~l 


'■[, 




" ■^:^ 


Ij 








* p 




i'^ 


^ - ^ 




.i 








~ . ■ » 




1 -^ 




_ ! 


■■ll 


"ZUTi 


• . ' ■ ti 


— n 


li. 


. -r,^::::^ 


-^^^^ — 




■ -^ - 3 


S ' """ ' "" ' 






—^^^ 


-- 


"•' ." 


—J 






tl 





Fig. 157.— Appareil pour le jaugeage dcspelils cours d*eau. 

construction ont leur importance, parce que Tecoulement d'un 
liquide n'a pas lieu de la meme maniere par une ouverture pra- 
tiquee dans une paroi dpaisse ou dans uneparoi mince, et la for- 
mule qui a servi a calculer le tableau ci-dessous ne s'applique 
qu'aux ouvertures en mince paroi. 

On barre le cours d'eau de maniere a elever le plus possible le 
niveau de Teau en amont du barrage. La planche contenant Tou- 
verture gradu6e est fixee dans le barrage et consolid^e par des pi- 
quets, sa partie superieure affleurant it peu pres le haul de la 
digue ; on a soin de bien boucher tout le pourtour avec des niot- 
tes de gazon ou de la terre grasse. Les choses etant ainsi dispo- 
sees, toute Teau sera forc^e de passer par le has de Touverture 
gradu6e, comme par un ddversoir, en formant une petite cascade 
du c6t6 d'aval ; alors la surface libre de Teau, qui ne devra pas 
atteindre le sommet de Touverture, correspondra a un certain 
nombre de centimetres sur les 6chelles graduees. Si les indica- 
tions n'6taient pas les memes des deux c6tes, cela prouverait que 
la planche n'est pas de niveau, et on rectifierait sa position. Cela 



Digitized by 



Google 



384 CHAPITRE Kl. - HENStlGNEMEiNTli COMPLEMEXTAlRES 

fait) on n a qu*& noler T^paisseur de la lame d'eau lodiqu^e par 
les echeilcs, et le debil par vingt-quatre heurcs se trouve dans le 
tableau suivant. 



HAUtour 


D«bit 


MauUur 


D<»bii 


Hauteur 


D«bit 


d'eau 


en 


d'e«a 


ea 


d'eau 


en 


en 


metres cubes 


en 


metres cubes 


en 


mMres cubes 


centimetres 


par 24 heures 


cenlimelres 


par 84 beures 


centimetres 


par S4 heures 


1/2 


14 


6 1/2 


408 


11 


1.154 


i 


31 


6 


464 


12 


1,315 


1 1/2 


58 


6 1/2 


524 


13 


1.482 


2 


88 


7 


583 


14 


1.649 


2 1/2 


125 


7 i/2 


650 


15 


1.827 


3 


164 


8 


715 


16 


2.014 


3 1/2 


207 


8 1/2 


783 


17 


2.210 


4 


253 


9 


854 


18 


2.415 


4 1/2 


301 


9 1/2 


926 


19 


2.619 


5 


353 


10 


1.000 


20 


2.829 



Connaissant Ic debit du cours d'eau en metres cubes pour 24 
heures, et sachant qu'il y a 1.000 litres dans un metre cube et 
86.400 secondes par jouri Toperation a effectuer revient k ajouter 
un zero a la droite du nombre donni par la table et a divisor le 
r^sullat par 864. 

Led dimensions supposdes k Torifice de ferblanc qui sert de d6^ 
versoir permottent de jauger des cours d'eau debitant depuis 1/4 
de litre jusqu'k 38 litres par seconde. Toutefois, si Ton avail de 
faibles cours d'eau it jauger avec exactitude^il convicndrait d'em^ 
ployer un autre d^versoir sembable a celui d^rit prec^demment, 
mais de 10 centimetres de largeur seulement au lieu de SO.Quand 
on fera usage de ce nouvel appareil, les debits 6tant proportion- 
ncis h la largeur de Torifice, il ne faudra prendre que la moiti6 
des nombres de la table. Si le cours d eau 6tait trop considerable, 
I'eau s'^lfeverait jusqu'au haut de la planche, et Tappareil serait 
insuftisant ; il faudrait alors en avoir un autre de 30 ou 40 centi- 
mfelres de largeur d'ouverture. La table ci-dessus servirait tou-^ 
jours, k la condition d'augmenter les nombres trouv^s de moitid 
en sus pour un deversoir de 30 centimetres, de les doubler pour 
celui de 40. 

Jaugeage (Twi canal^ (Cune riviere. — Soit ABGD^ilgurc 158, 
le profit d'un c«nal que je suppose coup6 par un plan perpendi- 
culaire k sa longueur. Soit £F le niveau de Teau dans Ic canal. La 



Digitized by 



Google 



jaugeages 



385 



surface du trapeze EFCD,exprim6o en metres carr^s ou fractions 
de mfetre carr6, est ce qu'on appelle la section du cours (Teau, 

Dans la flgure,on a suppose un canal k proUl r^gulier,termine 
a droite et a gauche par des talus de ni^me inclinaison. Dans cc 
cas, le calcul de la section du cours d'eau est des plus simples. 
Nous remarquons en eflfet que le triangle HDF est dgal k EIC et 
qu'on peut lui substituer ce dernier ; des lors la surface chercliee 
est egale k cellc du rectangle EIHD et a pour valeur la base ID de 




Fig. 158. 

ce rectangle multipliee par sa hauteur, qui n'est elle-meme autre 
chose que la profondeur de Teau. D'ailleurs IC etant egal k EG 
et k IIF,CD 6tant egal a GH,ilest facile d'en conclure que la base 
ID de notre rectangle est egale a la moiti^ de la somme des deux 
largeurs EF et CD du cours d'eau, mesureesTune k la surface et 
Tautre au plafond. Ce principe serait peu modifi6 quand m^mele 
profil serait moins rdgulier que celui de la figure. Ainsi, en gd- 
n6ral, pour avoir la section d'un cours d'eau, on mesurera la lar- 
geur du fond et la largeur au niveau de la surface de Teau ; on 
prendrala moyenno deces deux nombres qu'on multiplierapar la 
profondeur. Si les deux dimensions sont exprimees en metres, 
leur produit donnerades mfetres carr6s et fractions de metre carrd. 

Les ruisseaux et petites rivieres n'ont pas un lit partout uni- 
forme. Lorsqu'on a affaire k un tel cours d'eau, on devra r6p6ter 
le calcul ci-dessus pour un certain nombre de points, pris k peu 
pr^s k egale distance les uns desautressur unc certaine longueur 
de parcours ; on fera la moyenne des nombres obtenus commc 
cxprimant les diverses sections, et ce sera cette section moyenne 
qu*on introduira dans les calculs subsequents^ tout en sachant 
qu'on n est plus dans des conditions aussi favorables pour avoir 
des resultats exacts. 

Le p(5rimfetre ECDF (figure 188) est ce qu'on appelle \e peri- 
mitre mouille. II est facile de Tevaluer approximativemenl pour 

25 



Digitized by 



Google 



386 CHAPITRE XI. — RtN&ElGNEMENTS COMPLEMENTAIRES 

tout cours d'eau dont les dimensions sont connues. Le quotient 
de la section du cours d'eau divisde par le perimfetre mouille est 
ce que Ton appelle le rayon moyen. 

La Vitesse de feau est le chemin qu'elle parcourt en une se- 
conde. Toutes les molecules d'eau n'ont pas la m^me vitesse ; la 
plus grande a lieu pr5s de la surface et vers le milieu de la largeur 
de la riviere, ou plus esaclement au-dessus de la partie la plus 
creuse du lit. La moindre vitesse existe dans les parties qui sont 
en contact avcc le fond. Dans la plupart des calculs, ce qu*il im- 
porte de consid^rer, c'est la vitesse moyemie des filets liquides. 

Le debit du cours d'eau en une seconde est dgal au produit de 
la section moyenne multipli^e par la vitesse moyenne. 

ludi pente parmetre ^'ohixQui en determinant d'abord, par un 
nivellement, la difference de niveau de la surface dcTeau en deux 
points du parcours un peu 6loignes Tun de Tautre, et en divisant 
cette difference par la distance des deux points, mesurie suivant 
Taxe du cours d'eau. 

Methode des flotteurs, — Les m^thodes de jaugeage donnas 
ci-dessus sont inadmissibles quand les cours d'eau ont un certain 
volume. Le proc6d6 suivant, qui serait inexact pour de petites ri- 
goles ou de tres faibles filets d'eau, convient au contraire k des 
canaux un peu plus importants ; il sera d'autant plus exact 
que le cours d'eau sera plus r^gulier et le lit mieux d^barrasse 
des plantes adventices et autres obstacles. On jette dans le fll de 
Teau un corps flottant,de preference un morceau d^ bois de chtoe 
qui, dtant presque aussi dense que Teau, s'immerge a peu pr^s 
completement. On compte, i Taide d'une montre k secondes, lo 
temps que met le flotteur k parcourir une certaine distance qu'oa 
a soin de prendre la plus grande possible. En divisant cette dis- 
tance par le temps employ^ k la parcourir, on a la vitesse de Teau 
k la surface. D est bon de jeter le flotteur k Teau un peu en amont 
du point k partir duquel doivent 6tre comptees la distance et le 
temps, afln que le flotteur ait bien la m6me vitesse que Teau quand 
Tobservation commence. II convient en outre de r6p6ter un cer- 
tain nombre de fois Texperience et de prendre la moyenne des r6- 
sultats obtenus. Ayant la vitesse k la surface, on en d^duit la vi- 
tesse moyenne en admettant que celle-ci 6gale les 80 centi^mes de 
la vitesse k la surface pour un cours d'eau bien entretenn, et les 
60 centiemes pour un cours d*eau tapi836 de joncs. On dStermine^ 



Digitized by 



Google 



§ 1. — JACGEAGKS 



387 



d'autre part, la seclioa moycnne comme il a ele dilplus haul. En. 
fin, connaissant la section moyenne et la vilosse moyenne, le 
produit dcs deux nombres qui Ics expriment egale le debit en me- 
tres cubes par secondo. 

Jaugeage an mot/en du nivellement, — On determine, comme 
il a 6te dit prec^demment, le profll moyen du cours d'eau. On 
calcule aussi le rayon moyen et la pente par metre, ainsi qu*on 
Ta expliqu^. Cela fait,on multiplie le rayon moyen par cctte pente ; 
on divise le produit par le nombre correspondant au rayon moyen 
dans le tableau qui suit ; enfln on extrait la racine carr^e du quo- 
tient. Le chifTre obtenu est la vitesse moyenne du cours d*eau. 
Multipliant cette vitesso moyenne par la section, on obtient le 
dibit, comme k Tordinaire. 



RayoD 


Nombre 


Rayon 


Nombre 


Rayon 


Nombre 


moyen 


correspondant 


moyen 


correspondant 


moyen 


correspondant 


0,40 


0,003780 


O/il 


0,001134 


0,72 


0,000766 


0,11 


0,003 i62 


0.42 


0,001113 


0,73 


0,000759 


0,12 


0,003197 


0,43 


0.0010<)4 


0,74 


0,000753 


0,13 


0,002972 


0,44 


0,001075 


0.75 


0,000747 


0,14 


0,002780 


0,45 


0,001058 


0,76 


0,000741 


0,15 


0.002613 


0.46 


0,001 Oil 


0,77 


0,000735 


0,16 


0,002468 


0,47 


0.001025 


0,78 


0,000729 


0,17 


0,002339 


0,48 


0.001009 


0.79 


0,000723 


0,18 


0,002224 


0,49 


0,0(K)994 


0,80 


0,000718 


0,19 


0,002122 


0,50 


0.00<J980 


0,81 


0.000712 


0,20 


0,00-2030 


0,51 


0,000966 


0,82 


0,000707 


0,21 


0,001947 


0.52 


0,000953 


0.83 


0,000702 


0,22 


0,001871 


0.53 


0,000940 


o;84 


0,000697 


0,23 


0,001802 


0,54 


0,000928 


0,85 


0,000692 


0,24 


0,001738 


0,55 


0.000016 


0,86 


0,000687 


0,25 


0,001680 


0,56 


0,000905 


0,87 


0,000682 


0,26 


0,001626 


0,57 


0,000894 


0,88 


0,000678 


0,27 


0.001576 


0,58 


0,000883 


0,89 


0,000673 


0,28 


0,001530 


0,59 


0,000873 


0,90 


0,000669 


0,29 


0,001487 


0.60 


0,000863 


0.91 


0,000665 


0,30 


0,001447 


0,61 


0,000854 


0.92 


0,000660 


0,31 


0,001409 


0,62 


0,000845 


0,93 


0,000656 


0,32 


0,001374 


0,63 


0,000836 


0,94 


0.0001)52 


0,33 


0.001341 


0,64 


0,0008-^7 


0,05 


0,000648 


0,34 


0,001309 


0,65 


0,000818 


0,96 


0,000645 


0,35 


0,001280 


0,66 


■ 0,000810 


0.07 


0,000641 


0,36 


0,001252 


0,67 


0,000802 


0,98 


. 0,000637 


0,37 


0,001226 


0,68 


0,000795 


0,99 


0,000634 


0,38 


0,001201 


0,69 


0,000787 


1,00 


0,000630 


0,39 


0,001177 


0,70 


0,000780 






0,40 


0,001155 


0,7 i 


0,000773 







Digitized by 



Google 



38S CHAPITKE XT. - HENSKIONKMEMS COMPLliMEXTAlRES 

Jaiujcage des pctites ligoles cfh^rigation, — Lcs melhodes de 
jciugcage qui viennenl delre exposees permellent de jauger les 
sources ordinaires, les ruisseaux, les pelites rivieres, et enfin les 
eanaux qui amencnl Teau a ia porlee des champs ou des prairies 
a irriguer. Mais ces methodes seraient souvenl inexecutables ou 
inexactes s'il s'agissail d'evaluer la quanlito d'eau qui court dans 
un sillon, cellc qui traverse en un point donne une petite rigole 
creus^c dansle gazon, etc. Dans les tres petites rigoles,rinfluence 
relardalrice desherbeset des indgalites du terrain est tres consi- 
derable ; par suite, Icsformules ordinaires ne Jeur sont pas appli- 
cables. Herve Mangon, dans ses experiences sur les eaux em- 
ployees aux irrigations, s'est servi d'un instrument donl Tidee 
premiere apparlient a Pitol, mais qui a 6tt^perfectionn6 par feu 
Darcy et qui permet, sans rien changer a Tetat du cours d'eau, de 
determiner la vitesse en un point quelconque. « Ainsi, par exem- 
ple, dans la prairie de Saint-Di(^, dit Mangon, j'ai pu jauger la 
rigole du sommet d'un billon en quatre points desalongueur^puis 
les deux rigoles de colature, et retrouver ainsi, aquelques litres 
prfes, dans ces dernieres rigoles, Teau d^vcrsee sur les deuxailes 
de I'ados, en un mot suivre pas k pas, pour ainsi dire, le mouve- 
ment du liquide sur les moindres parcelles de la piece arrosee, 
De meme, on pent determiner les pertes d'une rigole par infiltra- 
tion de metre en metre, et ainsi de suite. » 

L'instrument dont s'est servi II. Mangon pourrait rendre de 
grands services dans toutes les recherches ayant pour objet Tir- 
rigation. II a une grande ressemblance de forme avec un baro- 
melre ; la vitesse de Teau se deduit par le calcul de la difference 
de niveau qui selablit entre deux tubes en partie remplis d'eau. 
Je renvoie, pour plus de details, ceux des lecteurs que la question 
interesse aux « Experiences sur rcmploi des eatix dans les irriya- 
<( tio?is. » 



§2. 
I^ i:\TES ET SECTIONS 1)ES CANAUX, VITESSES^LIMITES 



30^. Etahlisiiciueiit deu cauaux. — La question de T^la- 
blissemcnt des canaux, comprenant la determination de la pente 



Digitized by 



Google 



§ 2. -^ PENTKS ET SECTIONS DKS GANAl'X, VITESSKS-Ll MITES 380 

la plus convenablc, de la profondeur, do la largeur, dcs rapporls 
qui existent entre ccs quantites, d'unc part, la vilesse de I'eau et 
le debit parseconde, d'aulre part, est des plus complexes etcons- 
tilue pour ainsi dire k elle seule tout une branche de I'art del'in- 
genieur. II me serait impossible, sans sortir du cadre de cct ou- 
vrage, de trailer ici cette question avec tons les developpemenls 
qu'elle comporle ; cependant, commc elle se presenle inevitable- 
ment presque ioules les fois qu'il s'agil d'elablir une irrigation 
nouvelle, je vais donner sur ce sujet quelques indications. 

La tracd et les dimensions (fun canal etant donnes^ Ironver quelle 
qtiantite d'eau it est suscepiihle de conduire. — II arrive souvent 
qu'ayant k amener Teau d'un point a un autre pour Telablisse- 
nient d'une irrigation, on chercbe a profiler, dans ce bul, de fos- 
ses deja existanls. Mais pour chaque portion r6guliere de fosse, 
qui paralt convenable comme direction, on doil se poser celte 
question : Le fosse esl-il susceptible, eu egard a sa pente et k ses 
dimensions transversales, de donner passage dans \\x\ temps 
donn6 a la lotalile de I'eau qu'on voudrait amenor ? Quel sera le 
debit d'un tel fosse, sans debordement ? Pour repondre a ces ques- 
tions, il n'y aqu'a supposer le fosse rompli, puis a calculerlc de- 
bit de ce cours d'eau imaginaire par la melbode de jaugeage de- 
crite sous le nom de jaugeage au moyen du nivellemcnt. 

Le trace du canal etant donne, determiner ses dimensions trans- 
versales et la vitessc de I'eau, — II arrive souvent que Tonn'a pas 
le choix entre plusieurs directions. C'est cequi alien notamment 
quand Tendroit oil Ton pent prendre I'eau est invariablement fixe 
d'avance. Pour ddlerminer, dans ce cas, les dimensions transver- 
sales que doit avoir le canal pour debiler un volume d'eau deter- 
mine, le plus simple sera de proceder par lAlonnenienl. On sup- 
pose au canal les largcurs et profondeurs qui paraissent au pre- 
mier abord les plus convenables. Puis, ayant fait le nivellement 
suivant la longueur du trac(5, on fait, par la melbode qu'ou vient 
de rappeler, le calcul du volume qu'il peul debiter. Si I'on trouve 
un volume par seconde nolablement plus fort ou plus faible quo 
celui dont on abesoin, on diminue ou on augmente los dimen- 
sions du canal, el on fait de nouveau le calcul du debit. Comme 
le nivellement est fait une fois pour toulcs, et que la pente par 
metre est une quantileconstanle, les lAlonnemenls ne portent que 
sur des calculs pen compliques et pen longs. 

Lorsqu'on a trouv6 des dimensions en largeur et profondeur 



Digitized by 



Google 



:H10 CHAPITRE XL 



RENSEIONEMENTS COMPLEMENTAIRES 



i]ui paraisscni convenablos au point de vue du volume d'eau k 
umenerparscconde, il faul encore, avant d'arreler definilivemenl 
\i3 projet, 8e rendre comple de la vitesse qae Teau prendra dans le 
canal. Celle vitesse doil, en effet, elre comprise entre cerlaines 
tiinites que j'indiquerai un pen plus loin. II imporle sarloul que 
la vitesse au fond du canal nesoit pas telle qu*elle puisse d^grader 
*inn lit. Or, puisque le debit par seconde, qui est ici une des don- 
ates de la question, est egal au produit de la section du cours 
d'eau par la vitesse moyenne, r^ciproquement on obtiendra la vi- 
lesse en divisant le debit par la section qui est aussi connue. Si 
Ton arrive par ce calcul k une vitesse qui surpasse le maximum 
admissible, eu 6gard a la nature du terrain, il faut apporter des 
modifications au projet primitif. 




Fig. 159. 

Si la vitesse trouvde pour la section ah cd est trop forte, on adopie- 
ra une section plus large, par exemple celle-ci: 



o.^a ^ 




Fig. IfiO. 

Le perimrtre mouille 6tant augments, la vitesse sera reduite, 
puisque le frottement do Teau s'exercera sur une surface plus 
grande dans chaque metre courant de canal ; le calcul, refail, 
i-onduira a une vitesse moindre, et apres deux ou trois essais on 
arriverak une solution salisfaisante, a moins que la pento ne soit 
par trop forte. 

Dans ce cas, il faut partager le canal en plusieurs biefs a pen- 
los moderees, en les separant les uns des autres par des plans in- 
clines tres rapides ct de peu de longueur, quo Teau descendra en 



Digitized by 



Google 



§ 2. - PENTES ET SECTIONS DES CANAUX, VITESSES-LIMITES 391 

forinant,a chaque passage d*un bief au suivant^unesorle de chute. 
Les plans inclines seroni d'ailleurs conslruits en magonnerie, ou 
du moins rev^tus, ainsi que le pourlour du canal en ces endroits, 
en mat^riaux r^sistanls. De flolides radiers, ou des enrochements 
formds de blocs de pierre, seront 6lablis aux endroits que vient 
frapper Teau au pied de chaque cascade, en sorte que les seuls 
points exposes aux degradations se trouveront d6fendus*. 

Si, par suite de la disposition des lieux, ce moyen se trouvait 
impralicable ou trop dispendieux, il ne resterait plus d*autre res- 
source que de garnir le fond du canal d^une couche de mat6riaux 
plus rdsistants que le terrain naturel, par exemple une couche de 
gros gravier si le fond est argileux, ou un lit de moellons si la vi- 
tesse est telle qu'elle puisse eutralner le gravier lui-mSme. Les 
rives devront aussi, dans ce cas, fetre revfetues de fascinages, ou 
mieux de perr6s en moellons. 

Cas ou le trac4 du canal est en partie facultatif. — Quand lo 
trace du canal n^est pas absolument impost d*avance, on td.chedo 
faire en sorte qu'il ne presenle que de faibles pentes ; on 6vite 
ainsi le danger des erosions^ et on gagne en outre tr^s souvent la 
possibilit6 de porter de Teau sur des points que n*aurait pu at- 
teindre un canal k grande d^clivite. L^exp^rience a appris dans 
quelles limites les pentes des canaux doivent 6tre comprises, et je 
donnerai ci-apr^sdes indications sommaires k cet egard. Unefois 
k pen prfes fix6 sur un trac6 remplissantcette condition, les calculs 
precedents se trouveront ivh% abr6g6s. 

•••. Pente» den eanaax. Vlteanes-lliiilteii. — II est impos- 
sible d'indiquer d'avance et d'une mani^re absolue la pente que 
doit avoir un canal. La nature du terrain, la forme du lit,le volu- 
me plus ou moins considerable k debiler par seconde, et enfin la 
pente, sontdes quantitesqui se trouvenl lieesles unes aux autres 
par des relations assez complexes ; il y a seulement des limites 
dont on ne pent s'ecarter beaucoup, et qui fournissent les pre- 
mieres indications pour la redaction d'un avant-projet, sauf k 
modifier celui-ci apres le calcul fait du debit et de la vitesse. 

« Les pentes des grands canaux d'arrosage, dit H. Mangon, 
peuvent varier de 10 k 30 centimfetres par kilomfetre. Celles des 

1. C'estdans les cas analogues k celui-ci qu'on peut creer une force motrice, 
tout en satisfaisant k la condition principale d'amener, sur un point donn6, de 
Teau destinee aux irrigations. 



Digitized by 



Google 



392 CHAPITRE XI. - RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES 

ligoles secondaires peuvent atteindre 1 mfelre ou 1<"20; mais il est 
rare qu'il conviennc de depasser celle derniere limite, h moins de 
circonstances exceptionnelles, quoiqu'on en rencontre plusieurs 
exemples dans le tableau suivant, oil se trouvent reunis quelques 
chiffres relatifs aux pentes de certains canaux existants. i 



D^sigDation deg caoitux 


Pentes 
par kilometre 


Rigoles d'arrosage en pays de montagnes, dans le Tyrol, 
les parties hautes des Alpes, etc 


2»,00 h 6».00 
2 ,22 A 5 ,00 
,24 a ,50 
,86 a 2 ,30 
,30 i ,50 
,45 4 i ,60 
,30 i 1 ,00 
,13 k ,41 
,52 k i ,28 
,36 a ,84 
,20 a 1 ,55 
,iS kO M 
,27 a ,62 


Canaux d'Alaric. de la Gespe et de Tarbes 


Canal du Bazer (Haute-Garonne) 


Canal de Craponne 


Canal des Aloines (nartie moderne) 


Canaux de Saint-Julien, de Cavaillon, etc 


Canal de Marseille 


Canal de Pierrelale 


Canal d'lvree (Piemont) 


Canaux particuliers modernes dans le Piemont 


Naviglio -Grande (Milanais) 


Canal de Pavie , 


Canaux particuliers modernes du Milanais 





Nous reunissons ci-apres,dans un tableau unique,les renseigne- 
ments que donnent les auleurs sur les pentes et sur les vitesses 
admissibles suivant la nature des terrains, Mais il ne faut point se 
faire illusion sur la valeur de ce tableau. En premier lieu, la penle 
n'a d'int6rfet,dans la question actuelle, qu'cn ce qui concerne son 
influence sur la vitesse * ; en second lieu, les diverses natures de 
terrain ne sont pas difinies avec precision, et il y aurait d'ail- 
leurs ktenir compte de T^tat superlicicl,le sable, par exemple, re- 
sistant mieux k un courant si ses grains ont eu le temps de s'en- 
chevfetrer sous Taction de vitesses insuffisantes pour Tentratner. 

Sous le benefice de ces observations, voici le tableau resumant 
les donn6es qu'on trouve dans les ouvrages d*hydraulique ; mal- 
gre les critiques qu'on pent en faire, il aura son ulilil6, k la con- 
dition de n'en pas admettre les indications avec une conGance 
absolue. 



\ . Une pente donn^e ne correspondra pas k la m^me vitesse dans deux canaux 
de section difTerente. 



Digitized by 



Google 



§ 2. - PENTES ET SECTIONS DES CANAUX, VITESSES-LIMITES 393 



Nature du fond 


Pontes maxima 

par 
metre courant 


Limites 

de la vitease de I'eau 

par teconde 


Terres d^trempees 


0»,080016 
,000045 
,000136 
,000433 
,000570 
,001509 
,002115 
,002786 
,007342 


0»,076 
,152 • 
,305 
,609 
,914 

,220 

1 ,520 
1 ,830 
3 ,050 


Argiles tendres 


Sable 


Graviers 


Cailloux 


Pierres en gros fragments 

Cailloux ag^lom^r^s, schistes tendres. . 
Roches tendres 


Roches dures 





Les chiffres des deux tableaux ci-dessus se rapporlent plul6t k 
des canaux d'une cerlaine importance qu'aux deniieres ramifica- 
tions qui r^partissent I'eau dans les prairies ; pour ccs dernieres, 
qui ne sent, k propreraent parler, que des rigoles principales, Tac- 
tion retardatrice du sol et des v6g6taux se fait davantage sentir, 
et on emploie souvent, sans inconvenient, des penles notablement 
plus fortes que les pr6c6dente8, allanl depuis 1 millimMre jusqu'k 
3 millimfelres, el m6me quelquefois jusqu'a 5 oil 6 millimetres par 
metre. Les premiers de ces chiffres conviennent pour des rigoles 
qui n'ont k distribuer que des eau;^ claires, tandis qu'on se rap- 
proche k dessein des derniers dans le cas od, Tcau dlant souvent 
trouble, on ne veut pas que le dep6t ait lieu dans les rigoles, pr6- 
f6rant voir les limons se repandre sur tout le terrain irrigu6. Les 
vitesses maxima indiquees peuvenl 6tre ddpassees pour les petits 
canaux de 1 metre a 2 metres de largeuret de peude profondeur, 
qu*ont le plus souvent k execuler les parliculiers. 

II importe de remarquer que les vitesses consignees dans le 
dernier tableau sont celles des filets liquides immediatement en 
contact avec le fond. On sait que la vites^e de Teau est, en r^alite, 
variable d'un point k un autre du cours d'cau ; ce que Ton fait 
figurer dans les calculs de jaugeage, c'estla vitesse moyenne, vi- 
tesse purement abstraite, qui est ccUe qui, multipliee par la sec- 
tion du cours d'eau, donne son d6bit. Or, on admct, et cela donne 
une approximation suffisante pour la pratique, que la vitesse cen- 
tre le fond du canal est les 3/4 seulement de la vitesse moyenne 
qui vient d'etre definie. Dans Tetude d'un canal, on calcu- 
lera done la vitesse moyenne d*aprfes les rfegles exposees et Ton 



Digitized by 



Google 



394 CHAPITHE XI. — RENSEIGNEMENTS COMPLfiMENTAIRES 

prendra les 3/4 de celle vilesse pour avoir la base d'une compa- 
raisoQ avec les indications du second tableau ; si celle base sur- 
passait notablement le cbiffre de la derniere colonne, il serait 
prudent de remanicr le projet, si Ton ne prdf6rait recourir k des 
moyens de consolidation du terrain, dans le cas ou Ton ne pour- 
rait arriver a conlr6Ier des chiffres sur lesquels le doute est per- 
mis. Des experiences sp^ciales, surle sol auquelle projet doit (tre 
appliqu6, sont a recommandcr, et bien plus encore Tobservation 
de ce qui se passe dans le pays, compl6t6e par la mesure des viles- 
ses dans les cours d'eau k Foliage et en crue, plus ou moins char- 
ges de troubles ou charriant plus ou moins de sable. Celte ob- 
servation s'applique aux projets de colinatage comme k ceux con- 
cernant Tirrigation. 



§3. 
ADMINISTRATION D UNE CONCESSION 



StO. lie proKr^A a^rleole. — Beaucoup de personnes 6clai- 
r6e8, en France, sont passionn^es pour le progrfes agricole ; elles 
nese font pasfaule de medire des populations, quand elles n'usent 
que tr5s partiellement des ressources mises k leur disposition 
pour rirrigation, et nous-mfeme ne manquons pas a Toccasion de 
dc^plorer k ce propos Tesprit dc routine. Un ing6nieur des ponts 
et chauss^es, M. Bricka, qui a termin6 les travaux du canal du 
Verdon et a organist son exploitation, nous paralt expliquer 
d'une manifere satisfaisanle les fails que nousvenonsde mention- 
ner * ; il fait la part de rinfirmit6 humaine et cello des difficult^s 
r^elles que Ton rencontre dans la pratique. 

Sll. Canal d'irpl^atlon da Verdon. — Aux termes du 
cahier des charges du canal du Verdon, concedd k une soci6t6, les 
propri6laircs devaient « se reunir en association syndicale lorsque 
« Tadministration le jugerait necossaire, pour ex^cuter en com- 
« mun et k leurs frais les Iravaux de distribution des eaux. » Mais, 

!• Annales des ponts et clmuss^es, 1882. 



Digitized by 



Google 



§ 3. — ADMINISTRATION D'UNE CONCESSION 395 

comme M. Bricka le fait remarquer avec raison, la loi du 21 juin 
1865 ne doane pas k radministration le droit de conslituer d'of- 
flce des associations dc celte nature, d'od la n^cessit^ pour cet 
ing6nieur de rechercher dans quclles conditions elles pouvaient 
kite organis6es sans contrainte. 

II y avail eu en 1862 et 1863, avant les premiers travaux, des 
souscriptions pour Tabonnement h I'eau ; mais des resistances so 
sont produiles quand est venu le moment de les realiser. « Aprfes 
nous etre lieurte conlre ces resistances, nous avons cngag6 les 
maires k essayer de recueillir les adhesions sans tenircompte de 

ces souscriptions Nous n'avons pas larde k reconnaitre que 

tons les efforts seraient inutiles... ; Tentente entre les propri6tai- 
res 6tait absolument impossible, tons ajournaientind6ftniment les 
engagements qu'on voulait leur faire prendre. Nous avons alors 
es8ay6 de former des syndicats reslreints, donl chacun embrasse- 
rait seulement le p6rimfetre desservi par une mfeme rigole. Quoi- 
que les difficultes fussent moindres, le resullat a 6te le meme, 
aucune association n'a 6te constitute. . . Les propridtaires ont pour 
tout effort collectif une repugnance marquee ; une d^pense qui 
pent profiter k leurs voisins leur parait par cela seul ondreuse pour 

eux-m^mes, dussent-ils en b6ndflcier les premiers I/s soni 

effrayes par les proces qtiil faudra peul-Stre souteriir, pour obte- 
nir le droit de passage sur les proprietes travers4es^ et par la de- 
sorganisation des associatiom voisines, dont aucitne ne fonctionne 
d'une manUre rMlement reguliere. » M. Bricka constate que, 
parfois, les habitants d'une locality ne sont pas assez nombreux 
pour utiliser toule Teau dont on pourrait, sur leurs terres, tirer 
un grand parti. 

On voit que tout n'est pas chimdrique dans les repugnances des 
proprietaires,et que pour arriver au but ii faut que les concession- 
naires construisent et entretiennent les rigoles jusqu'a Tentrde de 
chaque propri6t6. Une convention additionnelle a ete passde dans 
ce sens avec la compagnie des canaux agricoles, qui d'ailleurs a 
fait de mauvaises affaires et ne pent continuer son oeuvre, peul- 
dtre pour des motifs financiers, mais k coup siir aussi par suite de 
difflcull6s intrinseques. 

Notre ing6nieur constate que, dans les circonstances ou il s'est 
trouvd, le detail de la distribution, meme en supposant tons les 
canaux en etat jusqu'aux proprietds Ji arroser, ne pent 6tre utile- 
ment confle a des syndicats de propridtaires, et qu'i defaut de 



Digitized by 



Google 



39Q CIIAPITRE XI. - HKNSEIGNKMENTS GOMPLKMKMAIRES * 

FEtat il faut que les compagnies concossionnaires dc canaux en 
soicQt chargdes. 

Nous veiTOQS dans le paragraphc suivant que les r^sultats si 
jiiromplels de la grande entreprise du Verdon ne conlraslenl pas 
autanl qu'on pourrail le croire avee ce qui s'est passe ailleurs. II 
vf\ faul conclure que des reformes sont necessaires dans les lois 
*ip*§ciales a la matifere el dans les precedes adminislratifs corres- 
pondants. 

319. Sjndicats. — Nous ne voudrions pas laisser le lecteur 
sur une impressiou Irop pessimisle. Pour les opuvrcs collectives 
simples, les syndicals fonclionnent en grand nombre en France 
avcc succfes ; nous en avons vu un exemple remarquable lorsque 
nous avons cite MM. Martin el Ponton d'Araecourt (ch. IX, § 4). 
II ne faut done point se decourager ; mais il faut apprecier les dif- 
ficulles tenant a la nature des choses (voir le § 5). 



§4. 

QUELQUES CIIIFFRES DE STATISTIQl E DES 
IRRIGATIONS. 



313. fStatistiquc — Nous allons emprunlerquclqucs chifFres 
a M. Bricka, I'ingenieur qui nous a servi de guide dans le para- 
^^raphe precedent. Dans les deux premiers tableaux, nous pren- 
rIrons,pour chaque departemenl cite,rexemplc le plus favorable, 
If cas moycn et Texcmple le moins encourageant. Pour le dernier, 
h^s court, nous reproduirons le document en entier. 

1. — Surfaces desservieft par des rigo/es el surfaces arros^es 



liouchesdu-RliOne 



Vaucluse 



Association de la Royr're. . , . . 
Association du canal" du Plan 

et de la Crau d'Argen 

Commune du Puy-Sainte-Repa- 

rade " 

Commune de Cavaillon 

— de risle 

— de Viilelaure 



S. des- 
servies 


Surf. 
arros«^es 


Rapport 


hect. 






ilO 


110 


1.00 


700 


410 


0.58 


750 


160 


0.21 


3257 

3757 

753 


2530 

1593 

197 


0.77 
0.42 
0.26 



Digitized by 



Google 



I 5. — CAS D'IMPUISSANCfc: DES SYNDICATS 397 

II. — Rapport de la surface arrosee a la population 



Bouches-du-Rhdne 



Vaucluse 



III. 



t Chateaurenard 

I Le Fuy-Sainte-Reparade 

( Aries ." 

\ Les Taillades 

] Robio.ns 

( Les Paluds 



Prises autoris^es et volumes utilises 



Surface 
arrosee 


Popu- 
lation 


Hectare* 
lOOhab. 


2600 

343 

3000 


5708 

1484 

24695 


48,5 
23,0 
12.0 


224 
335 
652 


469 
1708 
5724 


45,6 
19,7 
41,4 



Canaui 

» 


Dates 
dus concessions 


D^bit 
normal 


Volume 
utiUs6 


Rapport 


CaDal de Craponne 


18novembrel854 
1«^' avril 1853 

11 aoatl839 
19 oclobre 1843 


11.000 
1.000 
G.OOO 

10.000 
2.000 


7.500 

389 

2.290 

2.930 
450 


0,680 
0,389 
0,382 

0/293 
0,225 


C. de Cadenet 


C. dc Carpentras 


Banche septentrionale du canal 
des Alpines 


C. de Pevrolles 





§ 5. 
CAS DIMPUISSANCE DES SYNDICATS' 



814. Couditioun d'ane distributiou p^g^all^re des eaa^i 
d'irri^ation. — Pour obteair une reparlilion dcs eaux k la fois 
reguliereet 6conomique, il faut r6unir les condilions suivantes : 
1° r^gleravcc precision le volume (16rive de la branche principale 
a Torigine de cliaque rigole ; 2° etablir pour les arrosages un or- 
dre qui ne comporte aucune incertitude ; 3** assurer la r6pressioii 
des abus el des fraudes. 

Premier point : Le volume derive de la brancho principale nc 

4. Ce paragraphe se compose, en grande partie, d'extraits et de resumes du 
memoire deja cite de M. Bricka. 



Digitized by 



Google 



398 CHAPITRE XI. - REN6EIGNKMENTS COMPLEMENTAIRES 

peul ^Ire regie que pardes agents 8peciaux,carcette mana3uvrc 
exigeune grandc precision (la vanne de prise doil 6lre levee plus 
ou moins, suivanl la situation de la branrhe principale), el une 
impartiality complete. Vouvcrture des vannes doit done Stre con- 
fide exclusivement aux gardes-canal appar tenant exclusivement a 
la compagnie concessionnaire et elles doivent itre fermees a clef. 

Deuxihne point : Pour 6lablirun ordrequi ne comporleaucune 
incertitude, il est n^cessaire de fixer chaque annee, pour loute la 
campagne, les heures du commencement el de la fin de chaque 
arrosage ; grAce k celte mesure, il ne peul y avoir de confusion, 
tout arrosage faitindiiment est facile a conslater el la distribution 
suit r6guliferement son cours dfes que Tabus a cesse. 

Troisieme point : Les propridlaires ouvrent eux-m^mes les van- 
nes sp^ciales d'entrc^e sur leurs heritages, mais une surveillance 
est indispensable pour que chacun attende son heure ;elle est fa- 
cile pour les gardes-canal de la compagnie. II n'estpas n^cessaire 
que le conlrevenant soit pris pendant qu'il manoeuvre sa vanne, 
les traces de Teau ne disparaissant qu au bout d*un certain temps. 
Cest k Taide de la repression, ferme et impartiale, qu'on arrive 
en peu de temps k ^tablir un ordre parfait. 

SI 4^. t^mm Mjndieate. — L'exp^rience prouve que, le plus sou- 
vent, on ne pent obtenir ce resultat avec des syndicats, les mem- 
bres dela commission 6tant parfois les premiers a commeltre des 
fraudes. L'adminislration sup^rieure neparait pas avoir renonc6 
netlement h faire distribuer I'eau par des associations de propria - 
taires ; on trouve encore le principe de ces associations dans des 
cahiers de charges r6cents, Mais la distribution parte concession- 
naire, admisedfesle d^butpour la commune d'Aix,surlademande 
de celle-ci, a 6te ensuite etendue k lous les arrosages a faire par 
le canal du Verdon. 

St«. Onal de MarMille. _ Lorsquc le canal de Marseille a 
ele con8truit,on a pense a r^unir les propri^taires en associations 
syndicates pour ex^cuter les rigoles de distribution. « On n'a ja- 
mais pu, dit M. de Montricber, reunir qu'un petit nombredepro* 
pri^taires, et quand il s'est agi de prendre des engagements, leur 
nombre s'est encore notablement r^duit : une ou deux associa- 
tions, comprenant quatre ou cinq propri6taires, ont fini par ex6- 
cuter quelques travaux, mais toutes les autres sont resides dans 



Digitized by 



Google 



I 5. — CAS D'IMPUISSANCE DES SYNDICATS 399 

une inaction complele. » La ville de Marseille a tranche la difft- 
culte en prenant le parti dexeciUer les riyoles et defaire distribuer 
les eaiix par ses gardes^ moyennant nn supplement de redevance 
fixe. 

319. Canal dcs Alpines. — Le canal des Alpines fournil iin 
exemple plus frappant encore des difflculles que presenle Torga- 
nisalioft des syndicats, quand il s'agit de distribuer Teau entre un 
certain nombre de proprietaires. Les tentatives failes pour r^ali- 
ser cette organisation ont durd 20 ans, et n'ont abouti k aucun 
resultatjusqu'au moment oil Ton y arenonc6 de fail, en conser- 
vant seulement le nom et le cadre des associalions. 

318. Tpois emeittples de fonetionnement r^^nller. ~ 

On ne pouvait citer en 1881 que trois syndicats fonctionnant 
s6rieusement pour de grandes irrigations, en Provence : ceux de 
MoUfeges, Cadenet et Carpentras, ces deux derniers remontant au 
commencement de Tempire. L*association du canal de Carpen- 
tras a failli 6tre dissoute, kla demande de quelques souscripteurs. 
Sur Carpentras et Cadenet, les arrosages n'ont pu se d6velopper 
que d'une manifere lente et incomplete. 

319. Conelasion sur les sjndicats pour de n^rondem ir« 
riKatlons. — La conclusion, dans ce cas, parait devoir etre ne- 
gative. Autant les syndicats sont utiles quand il s'agit d'uneges- 
tion simple, autant ils font preuve d'impuissance quand, par la 
nature des choses, il y a de grandes difflcultes administratives et 
techniques k vaincre, et surlout quand une condition de succes re- 
side dans une ferme repression des contraventions. Comme on ne 
pent tout demander a TEtat, il faut done avoir recours k des com- 
pagnies concessionnaires fortement organis6es,dans les circons- 
tances reellement difficiles. Le cas de Marseille montre qu'une 
grande ville pent arriver au m^me resullat; mais dans une petite 
commune, il serait difflciled'obtenir une police rigoureuse. C*est 
cependant une condition essentielle, quand il s'agit de la repar- 
tition des eaux entre un grand nombre d'arrosants. 

FIN 



Laval. — Irapriineric et stereotypic E. JAMIN, rue de 




Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



ENCYCLdPEDlE DES TIJAVArx PIRLICS 

Direfleur : M -C. LECHALAS, 
!?, me Alpli. iJe Neuvtlle iancif^n 98, rue Br^moiHIer) . ParB 

Analyse infiniieslmaJe. par M. ¥i\- 

cluuss^s, pri>fesfi(*Mr iv VlimU. rem rale 
f'i a llvi^nle lies juinU t'l rlnuHSees. 



Elements de st&tique graphique^ti.ir 

M,Ju*i, lloLiciii;, oxitiniK^arur de ioNitj k 

(:un*vL'rv.tiuirt^ ties aiK el meUurs. 
Mdcamque generaJe. par M. Flaw ant. 

I.eT© des plans et niv ell e meat, p.ir 
M.LJkiwMi CLAVKj»L\eiHlit'f(lt?sjjimi!fi 

i^\ cUilUiSL'Ca, ll MAI. I'CULETA^ «?i Laj-- 

LKKAJfn, \n%. dc^ fritcti^. 1 VijJ, da pJii$fli^ 
700 p, avee ii8ij Jig. diins fe l^^-Mt*. 25 fr. 

fuqiie ftppHqft^e* 

Goupe des pierres, par MAiiu , HtjtjciiK. 

Apmioations de La statique gra* 
pMque. \m Al. M^^ KoKr-iiti\, mgi*- 
flScur dy la maiison KilTeL I voIe^jih de 
te\li! aver r7J ligurcs dans le {<^vti\ el 
wn allns d- m^rii^l forniat ^yu planches 
"loulilosi _._ 30 fr, 

Proo^des gao^Fatiz de construc- 
tion, par Af. l*<>M3tt:N, ift[(eiiteur riviJ. 
memljrtj du fojiiilti dir rtMpluilLititjn 
icrlinifjui' ili'i tiieiiiinsdu ftr. 

StabiUte des constructions* Resis- 
tance des tnaieriauz. par M. Fla* 

i*an^ ie k%ttf, ... ...,,,... S3 fr. 

Hydraulique et moteurs kydrau- 

liaues, 
Hacnines k vapeur 
Chlmie el gioLogie appUqit^eS' 

Ghixaie appUqtiee k Tart de Tinge- 
nieur, pir M. L. l»LiuNt>'CiLAVK. ilirt?v- 
t*iur ilu litijoraiuiru de VEeiAa 4os |mnt» 
el f liaussL*ei. _ Jo f|-, 

Hydraulique agrlcole. |>ar M. Chah* 
PKNTjiEK ut CossiuNv, 1' ed - ( SOUS prcsse). 

&6ologie appliqu^e d Tart de Tin- 
g^nieur, p;ir 5l. Nivoir, inKt'nkyr vti 
du! \ks iijini,s. priifi»i3LMir d l*Kt:cjle di^s 
poats el cliatiss<it»s. t voL . , . . . io fr. 

Distributions d*eau. Assaliiisse- 
meat, par M, JJ»:i:uiasn. ittg*^iiieiiren 
chef Uo la \ ill*' dt: l*arb. 1 vol gr. in-8, 
tt ve-j tii i ll gu re s a < n s I e Ir \ t o . . . 3^ i fr . 

tiinde^ et pofiis. 

Routes et chemins Yioinaux, par 

Mil h. Mams, Uispocleur gtinentl des 
pi>tits el chftus^ee^, mtmbr« du comj(^ 
cotisuElalif df* la vicinal iiii, el L Durasiv 
Cl 4Y K , . , . . ^ . , ^ . . , , , ^ ^ . . ^ _ _ . 4^ fr ^ 
Fonts mataUiques. par M. J flfrt'^AL, 
ingt'liieui'deii pytiUel clirtUiisees. i!5 f r. 



Pouts en uia^onnerie. pnr ItM^ Dt- 

«;inMi, ifispci'U'ur iTi'mTuI honofairt *!c* 
jMinLs ri diaus!^rL'&, (?! J. H^sai.. at^- 
uno lnlrQitui^Uciii par M.-t:. LKc«iAt«9, 
:ii vi>r. avec plus dt? iOO fig. dans b 
leMe __, 40 Cr 

Vhernins de fer, 

Superitrucinrep 1 vpL avec %art» ci 
1 .iihs. 

Materiel roiilant, ! voL el J atlas. 

Exploitation technique et exploi- 
tation commerctale. i voL 

Navigation inUiHeure. Inon- 
datiotis, 

RlYidres et canaux. mr U. Giiiu.t- 
HAiN, inspeeiear ^i''ni5ral. professeur a 
I t<^f*k dfs j>onUel tljAUi^aofji, avec des 
Amicv*'S pi'ir MAI. Ukckalas, iJAijiir.Ait- 
ife.N, Flam AST. EuwiN Clauk, Gmv^oJi 
et Cauak f, 2 vul ... ,......,.. 40 fr 

Hy drau 1 i q u a fl u Tiale . In ondations, 
par M. M.-C. Lecualas. 17 fr. 5U 

La Seine de Paris k Rouen, par M. 
CAM^sfc', ingeiii(*Uf ca clief des pool* el 
cliaussi%s. 

Travau.v t/taritimes. Ports. 

Travaux maritimes. par M. LhUocHi^, 
iiig<>nieuf en chi4, prulesseur a I'Kcolc 

Les Ports de la Manche. par M. 
lU.vAtiD. in^enieuf eii cUef (te^ jniitts et 

I'h^u^iiit^e.s, adjoin! a rin^peclion de« 
iiavau^ hv'louhques de la yiantje, 
Les Ports des ties britannlquea. 
par M. (itii.UMN. ingenieur m dief de* 
pufilii el diau:$5^^$. 

Les Ports da la mer du Nord et 

du Pas-de-Calais, par le mfinte. 
La Seine mantiine et son Estu aire. 

par M. LnoL\\E, Jni^eijieur en dieMcs 
jHjnls el tUausseeSj avec udo introduc- 
ihia pur M. M.-C. LKcuAt.Ai... 10 fr. 

Lthjislaliuii e£ Jurisprudence^ 
Otwrages dirers- 

Prodnction de 1- electricity et appU- 
c ati ons indu str ielles . pa r M Mo hm eh , 
prt>f e ss ti ui- a 1 Kco I e cea t ra I e I :so [i £ pr ^ *s r J , 

Legislation dea mines, fran^aise el 
etrangdre, par M. Af.ir)Li.oN| ingr- 
njiiur eu chef, prufesficar a I'Ecale nalio- 
aate ^uperieurct de^ iiiiDe^, 3 voltunes 
^vim\ iw'^_.. -,..... 40 fr, 

Manuel de droit administratis par 
\i, G. l,!ionLA&, iugenieur de$ poms 
el cbaassi^cs. tuiiie I 20 fr. 

Legislation des appareils k vapeur* 
des etablissemenls ins&lubres ot 
d«i eaux ni inerales, pai M , A ti I it,ni>' , 

Notioes biographiques. par M.TAnui; 
II K St-J I A iiboLti %, iaspeci. geot^ral . 5 fr . 



EN VENTE cUei Baudcy et Ci.. ; TraitB d© PHYSIQUE, par M. Gahiel, iBgeaieur 
eo ctief, proft'smiur de physjqtif? -t Ja racuUe de mededne et a I'eeole naiiooale des 
poBls ei cbaassees, t vol. graml in^S avee de nani breads tigures^. ..♦.*._,,. !!0 fr. 

LavaL ^ Imp. E. IK^M, ruo de la Paii. 41. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 




x^ 











Digit.. 



^^. 



^ 






.MU^ngi 



•* i 







.^ f .:'fc*ji 



.^: 



v.V 



.- *, 



ML